Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Carole Agito Amela, sa beauté une arme de destruction massive contre les agents de la Sonas !

Carole Agito Amela, Adg ai de la Société Nationale d'Assurances (Sonas) est-elle une "goujate" ?

Sa beauté est une arme de destruction massive, Carole Agita Amela ne sache pas ses accointances amoureuses avec des imposteurs qui dirigent le Congo par défi. Carole Agita Amela sème la terreur à  la Sonas. Il n'est donc pas étonnant de voir tous les journalistes et médias "coupagistes" de Kinshasa encensés la "Belle intérimaire" qui trà´ne à  la Sonas pour ses actions d'indemnisation des victimes, alors que les agents de la Sonas sont impayés depuis 29 mois. De la pure propagande communicative. En République démocratique, les mafieux , détourneurs de fonds publics, bandits de grand chemin, ploutocrates patentés sont encensés dans les médias parce qu'ils paient la communication et le publi-reportage. Avec 29 mois de non paiement, les agents de la Sonas ne sont-ils les premières victimes à  sauver ?

Dans un monde mondialisé, c'est le monopole de la Sonas qui va le tuer. Trop de monopole tue le monopole, dit-on. La Sonas est la seule compagnie d'assurances sur le territoire de la République démocratique du Congo depuis 1967. Dotée de la personnalité juridique, la Sonas jouit du monopole de toutes les opérations d`assurances en République Démocratique du Congo. Elle assure seule toutes les branches d'assurance du pays. Depuis avril 2014, les agents ont décréter la grève afin qu'ils puissent bénéficier de leurs droits. Puisque Carole Agito Amela a la tête, le cœ“ur et les pieds de la haute hiérarchie d'après ce qu'elle clame elle même, elle a envoyé les agents grévistes en enfer. Arrestations arbitraire, corruption pour diviser les grévistes, licenciements abusifs, affectations punitives dans les recoins perdus de la République...

Si c'était un homme qui avait agit de la sorte avec des agents d'une société publique allait-il dormir sur ses deux oreilles ? Mais puisque c'est une femme, une rose avec beaucoup d'épines "Carole Agito Amela", elle peut tout se permettre parce qu'elle est couverte par la haute hiérarchie ?

Le Congo est une République bananière où la méritocratie n'est pas la règle. Les femmes savent ce qu'il faut faire ! Lorsqu'on suit le CV de Carole Agito Amela, il y a des trous noirs. Comment a-t-elle pu atterrir à  la Sonas ?

Partager sur : Partager