Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Ebola : Lettre ouverte aux chefs d'Etat africains

Farida Bemba Nabourema, une Citoyenne Togolaise désabusée écrit sa lettre ouverte aux présidents africains concernant le virus Ebola. Je suis très déçue par votre indifférence et énervée qu`à  ce jour, la majeure partie des efforts fournis par le monde pour contenir le virus Ebola soit étrangère au continent africain.

Chers chefs d`Etats africains,

Je viens par cette lettre ouverte solliciter votre attention sur un problème qui mine l`existence de notre peuple. Il est question du virus Ebola que vous savez avoir détruit des milliers de vie en Afrique de l`ouest depuis plus d`un semestre. Les dernières données de l`Organisation mondiale de la santé (Oms) indiquent que plus de 4500 personnes ont déjà  succombé à  ce virus qui se propage à  une vitesse vertigineuse et plus de 9000 personnes sont présentement infectées.

Le plus effrayant est que l`Oms estime que d`ici la fin de l`année, le virus pourrait infecter en moyenne 10 000 personnes par semaine. Avec un taux de décès de près de 70%, ceci sous-entend que d`ici la fin de l`année, si rien n`est fait, près de 7000 africains décéderaient par semaine.

Jamais dans notre histoire nous n`avons été touchés par une épidémie de cette ampleur. Certes, le paludisme, le Vih/sida et la faim n`ont pas été tendres avec nous mais au moins dans ces cas, la contamination n`est pas aussi rapide que dans celui d`Ebola ; chose qui rend ce virus plus dangereux que tous les autres auxquels nous avons eu à  faire face.

Si je vous écris cette lettre, messieurs les dirigeants, c`est parce que je suis écœ“urée, attristée et inquiétée par votre indifférence devant une situation aussi grave. Selon l`Onu, il faut un milliard de dollars pour contenir et éradiquer la fièvre d`Ebola dans les pays affectés, à  savoir en Guinée, au Liberia et en Sierra Léone. A ce jour, nous avons les Usa et l`Union européenne qui disent avoir investi près de 250 millions de dollars dans ce combat. La Chine a, quant à  elle, fourni des équipements médicaux d`une valeur de 5 millions de dollars. Le Japon a contribué pour 22 millions de dollars et Cuba a envoyé plus d`une centaine de professionnels de la santé dans les pays touchés. La Banque africaine de développement compte débloquer ensemble avec la Banque mondiale 400 millions de dollars dans ce même sens.

Mais, chers messieurs les dirigeants africains, le seul effort que vous avez officiellement fait de votre part pour contenir l`épidémie d`Ebola est d`isoler vos frères et sœ“urs de la Guinée, du Nigeria, du Liberia et de la Sierra Léone. Quand ce n`est pas le Kenya qui interdit les vols en provenance du Liberia, c`est le Ghana qui le fait avec le Nigeria ou c`est la Cote d`Ivoire et le Sénégal qui ferment leurs frontières voisines aux pays victimes de la fièvre d`Ebola ou encore le Maroc qui se retire de l`organisation de la Coupe d`Afrique des Nations (Can) par peu d`Ebola.

Certes, ce sont des mesures préventives pour protéger vos peuples et je ne peux qu`encourager des efforts dans ce sens. Toutefois, laissez-moi vous dire que quand la maison de votre voisin brà»le, il ne suffit pas de fermer vos portes et fenêtres pour empêcher aux flammes de consumer votre propre maison. Vos actions qui ne sont accompagnées d`aucun soutien à  vos voisins se présentent comme suit : `` Que ces gens ne viennent pas nous contaminer ici ; laissez le mourir entre eux ».

Je suis très déçue par votre indifférence et énervée qu`à  ce jour, la majeure partie des efforts fournis par le monde pour contenir ce virus soit étrangère au continent africain. Je ne refuse pas que nous sommes presque tous démunis, mais je sais aussi en tant qu`Africaine que la solidarité existe dans notre culture et que dans nos communautés, quand un drame se produit, chacun participe à  sa manière. Du plus riche au moins nantis, du plus grand au plus petit et du plus diplà´mé au moins lettré. Mais là , je me rends compte que vous dirigeants africains contemporains n`incarnez point cette culture et êtes tout le contraire de ceux qui ont lutté pour les indépendances de ces pays que vous prétendez diriger aujourd`hui. Au temps de Kwame N`Nkrumah, Sylvanus Olympio, Julius Nyerere, Modibo Keita, Abdel Nasser, Sékou Toure, Habib Bourguiba, Jomo Kenyatta, la Guinée n`eut pas de soucis à  se faire quand la France a choisi de la dépouiller après son indépendance car les pays frères l`ont soutenu avec des ressources humaines, financières et matérielles. Mandela a su compter sur nombre de ces dirigeants pour combattre l`Apartheid en Afrique du Sud. Le Zimbabwe a aussi bénéficié du soutien des voisins et amis pour chasser les `` Rhodésiens » et se libérer du joug de la Grande Bretagne ; les exemples sont légion.

Vous, la nouvelle génération de dirigeants africains êtes un véritable déshonneur pour vos prédécesseurs. Tellement vous êtes nonchalants, laxistes et passifs devant la souffrance de votre peuple et la douleur de vos voisins que je me demande si vous êtes vraiment des Africains. Vous faites partie des dirigeants les plus riches de la planète quand nous, vos peuples, sommes les populations les plus misérables au monde. Jamais il ne vous vient à  l`esprit de penser à  nous autonomiser et à  œ“uvrer pour notre émancipation. Tout ce qui vous importe est comment piller nos ressources ensemble avec vos maitres de la métropole et quémander de l`aide à  un soit disant développement qu`on ne voit jamais comme des mendiants. Aucun d`entre vous n`est capable de débloquer un petit million de dollars pour soutenir la Guinée, le Liberia et la Sierra Léone mais je suis persuadée que si Barack Obama vous invite à  Washington pour un Sommet Us-Afrique Ebola, vous trouverez les fonds pour y aller ensemble avec une centaine de valets aux frais des contribuable pour vous amuser dans les hà´tels les plus chers des Usa. Vous êtes les seuls dirigeants au monde capables de dépenser 1000 dollars pour aller quémander 10 dollars aux institutions internationales car vous êtes, semble-t-il, vaccinés contre le bon sens, la dignité et la honte.

Messieurs les dirigeants africains, je refuse de dire que j`ai honte d`être Africaine parce que mon continent est infesté par des leaders irresponsables de votre acabit. Je refuse de perdre espoir et de penser que vous demeurerez éternellement au pouvoir ou ne changerez pas. Je refuse de vous laisser détruire d`avantage la vie de votre peuple en ignorant votre indifférence face au virus Ebola. Je sais que bon nombre d`entre vous êtes sans cœ“ur, mais vous avez une cervelle qui fonctionne parfaitement bien car ne peuvent être sottes des personnes qui détournent impunément des milliards de fonds publics. Alors je vous invite à  demander à  votre cervelle d`arrêter pendant quelques jours de penser à  comment voler l`argent du peuple et de réfléchir sur quoi faire pour éradiquer le virus Ebola.

Sachez pour votre gouverne que personne n`a une immunité contre ce virus et que vos proches et vous pouvez aussi contracter ce virus. Je ne souhaite pas voir l`Afrique transformée en cette Europe du Moyen à¢ge dont la moitié de la population fut décimée par la peste. Comme le roi d`Europe, vous aussi risquez de périr si ce virus n`est pas éradiqué. Et ne pensez surtout pas que de la manière dont vous allez en Europe, en Amérique ou en Asie pour vous soigner quand vous souffrez d`une carie dentaire, d`une indigestion ou d`une impotence sexuelle, vos hà´tes vous recevrons quand il s`agira d`Ebola. C`est en Afrique que vous mourrez et personne ne vous offrira un cercueil en or serti de diamant dont vous amoureux de l`extravagance rêvez. C`est au four crématoire que vous finirez et personne ne vous pleurera parce qu`Ebola a aboli les funérailles pompeuses.

Sur une note moins sarcastique, je vous invite à  faire preuve de solidarité et de bon sens pour une fois. Assistez la Guinée, le Liberia et la Sierra Léone qui sont des pays frères. Ne le faites pas pour nous, peuples africains parce que nous savons que nos intérêts sont les derniers de vos soucis. Faites-le pour vous-même afin d`avoir la chance de vivre longtemps pour continuer à  piller éternellement nos ressources comme vous savez si bien le faire parce qu`en Afrique, aussi pénible qu`elle soit la vie, personne ne souhaite mourir.

Le blog de Farida Bemba Nabourema a 5 ans!

Le Blog de Farida Bemba Nabourema a 5 ans!

5 ans déjà  que ce blog a vu le jour. Comme il passe vite le temps. Je me rappelle comme si c`était hier de mon tout premier article titré `` L`Heure de la lutte a sonné ». A 19 ans, au soir de mon adolescence, avait monté en moi ce ras-le-bol contre l`injustice et l`impunité dans mon pays le Togo. Je souhaitais vivement qu`en 2010, Faure Gnassingbé qui a marché sur le cadavre de plus de 1000 togolais pour s`accaparer du fauteuil présidentiel 5 ans plus tà´t quitte à  jamais le pouvoir afin que mon cher pays recouvre sa liberté.

La création de mon blog fut le point de départ de mes prises de position virulentes sur le net. Pour bon nombre d`internautes togolais c`était nouveau de voir une fille si jeune s`acharner autant contre un régime réputé sauvage. On me prêta toutes formes d`intentions, on me soupçonna de toutes sortes de crimes et on m`accusa de dérives de tout genre. Cependant, plus de coups je recevais, plus grande était ma détermination et plus satisfaite était mon ego. Pour moi c`était une fierté d`être l`ennemi de ceux qui se complaisent dans l`injustice. Je ne me réduirai pas en victime car la guerrière que je suis a très peu jouée la défense : oui j`ai attaqué. Les oppresseurs, les attentistes, les fatalistes, les pessimistes tous ont goà»té à  l`amertume de ma plume. Et des amis je m`en faisais autant que des ennemis car s`il y a une chose que même ceux qui me détestent reconnaissent, c`est mon courage. Je ne saurai être modeste vis-à -vis de cette vertu que je me reconnais et que j`aurais souhaité voir en plus de mes compatriotes. Ce courage m`a conduit à  cofonder le mouvement `` Faure Must Go » et à  en porter son étendard aussi loin que possible. Ce courage m`a poussé à  destituer Faure Gnassingbé comme président de la République du Togo et depuis 2011, ce monsieur n`est à  mes yeux que le commun des délinquants.

D`aucuns se demandent pourquoi tant de haine ? Oui la haine est ce qu`eux décèlent dans ma colère parce que leur interprétation de l`amour est masochiste. `` Farida pourquoi détestes-tu autant le régime » est une question que l`on m`a trop posé et bien qu`elle soit devenue un refrain, elle me choque toujours autant car ``pourquoi ne devrais-je pas détester un régime qui torture, humilie, appauvrit et déshumanise mon peuple ? Suis-je sotte ou déjantée pour tolérer des personnes qui se plaisent à  détruire la vie des autres ?

Au bout de ces 5 dernières années, je suis devenue malgré moi une personne publique. La célébrité ne m`a jamais intéressée et ma froideur vis-à -vis de ceux qui essayent de se rapprocher de moi est justifiée par le faite que je sois de nature solitaire et calme. Oui Farida calme. J`aime être seule, dans mon coin et les mondanités ne me fascinent guère. Mais avec mon engagement contre le régime sanguinaire le plus vieux du continent africain, j`ai appris à  m`ouvrir un tout petit peu car j`ai compris que toute seule je ne pourrai jamais changer le Togo et encore moins l`Afrique.

Vous mes lecteurs faites partie de ces personnes sur qui je compte pour changer les choses. Et quand je partage mes analyses, mes découvertes et coups de gueule avec vous, c`est justement dans le but de faire appel à  votre soutien. Votre soutien pour la cause du Togo, de l`Afrique et de tous les peuples en détresse.

Il y a 5 ans, le blog de Farida Bemba Nabourema est né et j`espère que dans 5 ans autres années, sur ce blog nous célébrerons la victoire des peuples africains sur les forces dominatrices.

A tous ceux que j`aurais blessés par mes écrits, si mes excuses peuvent guérir vos plaies, sachez que vous souffrirez éternellement parce que je ne retire rien de ce que j`ai pu avoir écrit qui vous aurait blessé. Au contraire, je le réitère car mes convictions n`ont pas changé d`un iota depuis 5 ans. Ma plume n`est pas plus saumà¢tre que l`égoïsme de ceux qui vous dirigent. Souffrez donc que je vous dise ce que vous n`aimez pas entendre.

`` Sous le choc du pilon souffre le grain de riz Mais l'épreuve passée, admirez sa blancheur Pareils sont les humains dans le siècle où l'on vit Pour être homme, il faut subir le pilon du malheur ». Ho Chi Mihn

Farida Bemba Nabourema

Partager sur : Partager