Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Chà¢teau de Bazoches: Vauban, le vagabond de Louis XIV mais pas un courtisan !

Jean de La Fontaine, le mal aimé de Versailles, le fabuliste n`a que peu d`indulgence pour la société de son époque. Remarquablement précis dans ses observations, ironique et malicieux à  la fois, l`homme aborde les défauts, les manies de ses contemporains à  travers la mise en scène d`un bestiaire varié et exotique. Du rat avare au singe hypocrite, du lion orgueilleux au renard rusé, de l`à¢ne soumis à  l`ours violent, La Fontaine expose à  son lecteur sans rien en dissimuler les comportements risibles, et souvent ridicules, des hommes du XVII° siècle. La Fontaine critique les courtisans par l'évocation des animaux. Il dépeint le comportement mimétique des courtisans.

Sébastien Le Prestre de Vauban

Pourquoi une telle popularité trois siècles après sa mort ? Parce que la mémoire collective retient que c'est lui qui a donné ses frontières à  la France et les a défendues : un Vauban infaillible, preneur de villes, grand bà¢tisseur de sentinelles de pierre.

Mais Vauban n'a pas été seulement ce génial 'fortificateur' : ses 'vagabondages' à  travers le pays lui ont montré le royaume réel, où les démunis étaient légion. Dans ce qu'il a appelé ses 'oisivetés', Vauban imagine des solutions aux maux dont souffre la France de Louis XIV.

Il raisonne sur tous le sujets, invente la statistique, propose l'impà´t révolutionnaire de la dîme royale.

'Ingénieur militaire responsable des fortifications' à  l'à¢ge de 22 ans, Sébastien Le Prestre de Vauban perfectionne la défense des villes et dirige lui-même de nombreux sièges dont celui de Lille en 1667, celui de Maastricht en 1673 et celui de Philippsburg en 1688. C'est la victoire de Maastricht qui pousse le roi à  lui offrir une forte dotation (qui lui permet d'acheter le chà¢teau de Bazoches en 1675) et à  le nommer 'commissaire des fortifications' en 1678.

Chà¢teau Bazoches à  notre arrivée. Photo Réveil FM International

La salle de stratégie où Vauban et son équipe rédigeait ses rapports pour Louis XIV. Photo Réveil FM international

Des journalistes de la presse étrangère à  la fin de la visite du Chà¢teau de Bazoches

Suite à  un désaccord avec le roi, il perd sa grà¢ce et meurt à  Paris le 30 mars 1707 d'une inflammation des poumons. Son corps repose dans l'église de Bazoches-du-Morvan et son cœ“ur est conservé à  l'Hà´tel des Invalides de Paris. Au total, Vauban a créé ou élargi plus de 160 forteresses et donné son nom à  un type d'architecture.

Vauban dirige alors l'édification des nombreuses citadelles et les défenses de nombreuses villes. Grà¢ce à  ce système défensif appliqué au "Pré carré", les Flandres resteront la meilleure protection de la France sur sa frontière du Nord. Vauban sera ensuite nommé en Janvier 1678 "Commissaire Général des Fortifications du Royaume.".

Le fameux dicton se répand dans tous le Royaume :

"Ville assiégée par Vauban, ville prise.

Ville fortifiée par Vauban, ville imprenable."

Vauban parcourra tout le Royaume édifiant de nouveau ouvrages ou remaniant des ouvrages existant sur toutes les frontières françaises. L`ingénieur militaire de Louis XIV met sa vie au service de la France pour accomplir une œ“uvre majeure sur l`ensemble du territoire. Aujourd`hui, les historiens voient en lui un premier humaniste porteur d`idées nouvelles, conscient des réalités sociales et économiques de son temps. On en retrouve la trace dans ses écrits et mémoires rédigés à  la fin de sa vie dans son chà¢teau de Bazoches.

Vauban a voulu faire de la France un pré carré, selon son expression, protégé par une ceinture de citadelles. Il a conçu ou amélioré une centaine de places fortes. L'ingénieur n'avait pas l'ambition de construire des forteresses inexpugnables, car la stratégie consistait alors à  gagner du temps en obligeant l'assaillant à  immobiliser des effectifs dix fois supérieurs à  ceux de l'assiégé. Il dota la France d'un glacis qui la rendit inviolée durant tout le règne de Louis XIV — à  l'exception de la citadelle de Lille qui fut prise une fois — jusqu'à  la fin du XVIIIe siècle, où les forteresses furent démodées par les progrès de l'artillerie. Douze ouvrages de Vauban, regroupés au sein du Réseau des sites majeurs de Vauban ont été classés au Patrimoine mondial de l'UNESCO le 7 juillet 2008

Vauban est apprécié à  son époque et jugé depuis comme un homme lucide, franc et sans détours, refusant la représentation et le paraître, telles qu`ils se pratiquaient à  la cour de Louis XIV.

Il préférait au contraire parler le langage de la vérité :

`` […] je préfère la vérité, quoi que mal polie, à  une là¢che complaisance qui ne serait bonne qu`à  vous tromper, si vous en étiez capable, et à  me déshonorer. Je suis sur les lieux ; je vois les choses avec appréciation, et c`est mon métier que de les connaître ; je sais mon devoir, aux règles duquel je m`attache inviolablement, mais encore plus que j`ai l`honneur d`être votre créature, que je vous dois tout ce que je suis, et que je n`espère que par vous […] Trouvez donc bon, s`il vous plaît, qu`avec le respect que je vous dois, je vous dise librement mes sentiments dans cette matière. Vous savez mieux que moi qu`il n`y a que les gens qui en usent de la sorte qui soient capables de servir un maître comme il faut. »

Lettre à  Louvois, le 23 novembre 1668

* Il fut un précurseur des Encyclopédistes par sa façon d'aborder les problèmes concrets, ainsi le budget d'une famille paysanne, par exemple, ou sa description géographique de l'élection de Vézelay de janvier 1696 dans laquelle il propose de lever un vingtième, sans exemption, et qui se différencie en un impà´t sur le biens-fonds et sur le bétail, sur les revenus des arts et métiers, sur les maisons des villes et des bourgs ;[réf. nécessaire]

* Il est aussi dans le grand mouvement de penseurs précurseurs des physiocrates (il lit Boisguilbert ; à  la même époque, écrivent Melon, Cantillon) par son intérêt pour l'agronomie et l'économie (il insiste notamment sur la circulation de la monnaie et l`idée du circuit économique dont il est un des précurseurs). Il prà´ne les valeurs qui seront défendues au XVIIIe siècle par Quesnay, et il encourage les nobles à  quitter la cour pour le service des armes mais aussi la mise en valeur de leurs domaines dans un mémoire intitulé Idée d`une excellente noblesse et des moyens de la distinguer par les Générations.

* Il fut encore un précurseur de Montesquieu par sa conception d'un État chargé avant tout d'assumer la protection de tous et leur bien-être : il veut lutter contre la misère, la corruption, l`incompétence, le mépris du service public.

Dans tous les cas, Vauban apparaît comme un réformateur hardi dont les idées se situaient à  contre-courant de ce que la majorité de ses contemporains pensait. Son contact avec le Roi lui permettait de soumettre directement ses idées, comme le Projet de Dime royale, qui fut bien reçu. Louis XIV lui rendait bien cette franchise, cette liberté de parole et de jugement, en lui accordant une confiance absolue en matière de défense du royaume, comme en témoigne cette lettre dans laquelle il lui confie la défense de Brest, visé par les Anglais en 1694 :

`` Je m`en remets à  vous, de placer les troupes où vous le jugerez à  propos, soit pour empêcher la descente, soit que les ennemis fassent le siège de la place. L`emploi que je vous donne est un des plus considérables par rapport au bien de mon service et de mon royaume, c`est pourquoi je ne doute point que vous ne voyiez avec plaisir que je vous y destine et ne m`y donniez des marques de votre zèle et de votre capacité comme vous m`en faites en toutes rencontres »

Vauban et la révocation de l'édit de Nantes, 16 octobre 1685

`` La conversion des protestants est affaire de la providence et non du pouvoir royal » Sébastien Le Prestre de Vauban

Pourquoi Louis XIV en est-il arrivé à  révoquer l`Edit de Nantes ?

L`apparition du Protestantisme, bouscule l`ordre établi et les idées reçues, son acceptation ne pouvait se faire du jour au lendemain.

Il faudra plus de deux siècles pour que la religion protestante soit reconnue officiellement dans le pays. Seuls quelques rares esprits comme Vauban avaient pris la défense de la population protestante du royaume, au XVIIe siècle.

Remontons le temps de trois siècles pour essayer de connaître et de comprendre l`évolution des esprits, qui par un long cheminement politico-religieux, entraînera Louis XIV à  prendre cette grande décision avec toutes les conséquences qui en découleront. Vers le milieu du XIVe siècle, naît en Italie un nouveau mouvement qui va bouleverser le monde de l`époque ; ce sera une véritable vague de fond :

La Renaissance: La découverte de l`imprimerie par Gutenberg au XVe siècle favorise la diffusion des idées nouvelles dans : la littérature, l`architecture, les arts, les sciences, et dans les esprits. C`est une rupture avec le médiéval, un conflit ouvert entre les traditions gothiques et l`italianisme.

La Renaissance, en développant l`esprit critique, engendre le nationalisme, qui sera l`une des causes de la Réforme. Trouvant de nombreux adeptes, elle aura pour résultat un très profond bouleversement de la Société.

Des catholiques

* Les catholiques, qui forment l`immense majorité des sujets de Louis XIV, ne se sont jamais résolus à  accepter l`existence de deux religions en France. Pour eux la liberté de conscience est une faiblesse et une impiété; elle est intolérable. Ils ont d`ailleurs applaudi à  la Révocation comme Bossuet, Fénelon, La Bruyère, La Fontaine , Madame de Sévigné. Très peu , comme Vauban et Saint-Simon la critiquèrent.

Des protestants

- Ils sont environ 750 000. Leur nombre a diminué depuis 1598 essentiellement pour des raisons démographiques.

- Ils ont perdu leurs privilèges politiques depuis la paix d`Alès en 1629.

- Ils sont attachés à  leur particularisme religieux dans lequel la famille joue un rà´le essentiel dans la transmission de la foi.

- La pratique est vivace et les institutions protestantes ont bien fonctionné jusqu`en 1659.

A partir de 1679, un processus méthodique d`étouffement se met en place :

* suppression des assemblées locales et du synode national.

* réexamen des droits des temples amenant la destruction d`un temple sur deux. A partir de 1683, il fallut réserver, dans les temples, une place pour des catholiques venus écouter le pasteur pour favoriser la délation.

* exclusion des offices dont l`acquisition est essentielle dans le processus d`ascension sociale des familles protestantes, puis des professions libérales ( avocats, médecins, apothicaires , imprimeurs et libraires personnages-clés pour la diffusion de la Bible ).

* suppression des chambres de l`édit de Nantes.

* suppression de tous les établissements d`enseignement au-delà  de l`enseignement primaire, ce qui revient à  confier l`éducation des enfants aux catholiques.

* création d`une caisse de conversion pour acheter les consciences.

Partager sur : Partager