Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Dordogne: Argentat, inoubliable et attachante commune !

Argentat en Dordogne, Les maisons de pêcheurs à  bolets sont caractéristiques, couvertes de toits de lauzes. Photo Réveil FM International

La commune d'Argentat est située au sud du département de la Corrèze sur les rebords du plateau du Limousin dans la vallée de la Dordogne. Elle s'est implantée dans la cuvette qu'ont creusée la Dordogne et ses affluents : le Doustre, la Maronne et la Souvigne principalement. Argentat compte 3125 habitants et s'étend sur 2 241 hectares. Chef lieu de canton, Argentat est un centre administratif important dont le rayon d'action couvre de nombreuses communes.rgentat est installée dans la première grande plaine alluviale que forme la Dordogne, au débouché de gorges profondes et peu propices à  une implantation humaine d'envergure. Installée au carrefour d'une route et d'un fleuve-la Dordogne-Argentat se développe au gré des différents échanges commerciaux dont elle peut profiter. La cité demeure un pays chargé d'histoire dont les principaux monuments, évoquent son évolution dans un cadre pittoresque et attachant.Argentat est une charmante ville de Corrèze blottie entre les contreforts du massif Central, du Lot et la Vallée de la Dordogne, à  54 km de Brive-la-Gaillarde et d'Aurillac et 28 km de Tulle. Argentat est un village au charme intact qui séduira tous les amoureux des sports de plein air : avec un des plus beaux parcours de pêche de France et ses nombreux plans d`eaux, Argentat est une destination très prisée des amateurs de pêche et de canoà«-kayak. Les randonneurs et les inconditionnels de VTT ne sont pas en reste avec 80 sentiers de grande randonnées et de VTT. Avec son passé médiéval, ses traditions et son terroir, Argentat ravira tous ceux en quête d`authenticité et de plaisirs simples.

Reportage Photos, Réveil FM International

Le quai Lestourgie sur la Dordogne. Photo Réveil FM International

Le quai Lestourgie sur la Dordogne. Photo Réveil FM International

Le quai Lestourgie sur la Dordogne. Photo Réveil FM International

La Dordogne à  Argentat. Photo Réveil FM international

Pont de la République sur la Dordogne. Photo Réveil FM International

Argentat en Dordogne, Les maisons de pêcheurs à  bolets sont caractéristiques, couvertes de toits de lauzes. Photo Réveil FM International

Argentat en Dordogne. Photo Réveil FM International

Le quai maçonné Lestourgie- du nom du maire qui l'a fait aménager, en 1844, succède à  la berge du port Saulou. Les maisons de pêcheurs à  bolets sont caractéristiques, couvertes de toits de lauzes.

Un courpet (bateau traditionnel à  fond plat) reconstitué rappelle les riches heures de la batellerie de Haute-Dordogne, lorsque les gabariers partaient pour un voyage uniquement descendant vers Bergerac ou Libourne.

De là , le franchissement du fleuve s'effectue par le pont de la République, érigé en 1892, qui remplaça au même endroit un pont suspendu à  péage, le pont Marie, appelé ainsi en l'honneur de la fille du comte de Noailles qui finança l'opération.

Depuis le pont, la vue sur les rives de la Dordogne est formidable : les maisons aux balcons de la rive gauche, avec les lucarnes, donnant à  pic sur la rivière en amont du pont et les maisons nobles situées en aval contribuent à  caractériser la cité.

La cité d'Argentat se situe aux confins de trois régions, le Limousin, l'Auvergne et le Quercy, sur la Dordogne après que celle-ci ait traversé des gorges profondes de façon impétueuse.

De cette situation géographique découle l'intérêt de la ville : passage de la Dordogne d'une part, et port de trafic fluvial important vers Bergerac et Libourne.

Dès l'époque gauloise, un village perché sur une hauteur voisine, le Puy-du-Tour contrà´le le gué d'une voie protohistorique reliant l'Armorique à  la Méditerranée. Puis s'établit dans la plaine la villa gallo-romaine du Longour, domaine tourné vers la culture, proche de la Dordogne.

Aux temps mérovingiens, un atelier monétaire fonctionne et facilite les échanges commerciaux.

Sous les Carolingiens, Argentat est le siège d'une vicairie, circonscription territoriale où sous l'autorité du comte, un vicaire administre la justice.

Dès le Xè siècle, Argentat est connu comme prieuré et cure en ville murée. La ville dépend d'un seigneur religieux, le prieur de Carennac et d'un seigneur laïc, le vicomte de Turenne. Avare de ses droits la vicomté ne concède aucune charte de libertés et la communauté locale doit se contenter, jusqu'en 1615, de syndics paroissiaux pour la gérer. Toutefois, les Turenne concédèrent à  la ville dès 1263, un marché important le jour de la Saint-André, qui passe pour être la foire la plus ancienne du Bas-Limousin. Argentat prit parti pour les Huguenots, ce qui induit une situation des plus troubles pendant un demi-siècle.

Au XVII° siècle, avec la Contre-Réforme et l'établissement successif des Récollets et des Clarisses vers 1633, des Ursulines en 1637, les luttes s'apaisent peu à  peu. A l'annexion de la vicomté à  la Couronne (1738), Argentat devint siège d'une subdélégation de l'intendance de Limoges.

La ville a connu un essor économique important aux XVIIIè et XIXè siècles grà¢ce à  la batellerie qui a permis l'acheminement de richesses (essentiellement du bois sous forme de merrain-douves de chêne pour la tonnellerie et de carassonne-échalas de vigne) vers le Bas-Pays.

Le XXè siècle voit la vocation touristique du site confirmée.

Partager sur : Partager