Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Trois ans déjà : Yann Boshab, ivre mort le chauffard-fils d'Evariste Boshab a tué 8 personnes sur le boulevard du 30 juin à  Kinshasa, il a été extirpé du Congo par des militaires !

Alias Joseph Kabila joue avec les Congolais! Le gouvernement Matata II est constitué des Angwalima, Ballados et autres bandits de grand chemin qui ont pillé, volé, assassiné...Evariste Boshab, l'actuel ministre de l'intérieur, il y a trois ans, il a extirpé pour la Belgique à  l'aide des militaires, son chauffard de fils Yann Boshab qui a causé un accident mortel, tuant 8 personnes sur le Boulevard du 30 juin à  Kinshasa.

Kinshasa, lundi 2 janvier 2012, vers 6 heures du mati Forte emphase Emphase Inséré Supprimé Citation en ligne Code Saut de ligne Bloc de citation Texte préformaté Liste non ordonnée Liste ordonnée Lien Image externe Image internen, Yann Boshab, le fils d'Evariste Boshab, ministre de l'intérieur du gouvernement Matata II heurte de plein fouet un taxi tuant 8 personnes sur le boulevard du 30 juin. Photo Réveil FM International

Kinshasa, lundi 2 janvier 2012, vers 6 heures du matin, Yann Boshab, le fils d'Evariste Boshab, ministre de l'intérieur du gouvernement Matata II heurte de plein fouet un taxi tuant 8 personnes sur le boulevard du 30 juin. Photo Réveil FM International

Kinshasa, lundi 2 janvier 2012, vers 6 heures du matin, Yann Boshab, le fils d'Evariste Boshab, ministre de l'intérieur du gouvernement Matata II heurte de plein fouet un taxi tuant 8 personnes sur le boulevard du 30 juin. Photo Réveil FM International

En effet, revenant d'une boite de nuit de la capitale congolaise, vers 6 heures locales du matin le lundi 2 janvier 2012, roulant à  vive allure comme dans une course rallye sur le boulevard du 30 juin, Yann Boshab, le fils d'Evariste Boshab au volant d`une jeep noire a perdu le contrà´le de son véhicule. Ivre mort le chauffard a heurté de plein fouet un taxi. Il a tué 5 personnes sur place, les 3 autres personnes blessées grièvement sont décédées par la suite. fils d'un apparatchik-mammouth du Joséphisme usurpateur du pouvoir à  Kinshasa, Yann Boshab a été protégé. Non pas pour qu'il rende compte mais pour s'extraire de la justice. Dans cette république bananière, le chauffard-fils des Joséphistes Yann Boshab n'était pas seul dans la jeep, il était avec le fils d'Adolphe Muzito. Le neveu d'Antoine Gizenga qui était arrivé à  la primature sans un clou, profitant de sa fonction de Premier ministre est devenu le Crésus congolais avec plus de 150 villas, une compagnie aérienne, une station de radio et chaîne de télévision...Les deux fils des apparatchiks ivres morts ont été escortés en toute quiétude par la police chez eux pendant que les cadavres étaient délaissés sur le boulevard du 30 juin. Aucun constat de l'accident n'a été fait. D'ailleurs, pour empêcher toute enquête, leur jeep objet de l'infraction, se trouve au camp Lufungula chez le Général Kanyama, esprit de mort !

Kinshasa, lundi 2 janvier 2012, vers 6 heures du matin, Yann Boshab, le fils d'Evariste Boshab, ministre de l'intérieur du gouvernement Matata II heurte de plein fouet un taxi tuant 8 personnes sur le boulevard du 30 juin. Photo Réveil FM International

Kinshasa, lundi 2 janvier 2012, vers 6 heures du matin, Yann Boshab, le fils d'Evariste Boshab, ministre de l'intérieur du gouvernement Matata II heurte de plein fouet un taxi tuant 8 personnes sur le boulevard du 30 juin. Photo Réveil FM International

Kinshasa, lundi 2 janvier 2012, vers 6 heures du matin, Yann Boshab, le fils d'Evariste Boshab, ministre de l'intérieur du gouvernement Matata II heurte de plein fouet un taxi tuant 8 personnes sur le boulevard du 30 juin. Photo Réveil FM International

Il y a trois ans, Evariste Boshab était président honoraire de l'Assemblée nationale et Adolphe Muzito, Premier ministre d'alias Joseph Kabila. Leurs bambins conduisaient leur jeep dans la ville comme leurs apparatchicks parents dirigent la République démocratique du Congo, c'est-à -dire avec pertes et fracas. Un pilotage à  vue. Les millionnaires du dimanche du régime d'imposture d'alias Joseph Kabila n'ont que faire des Congolais. Les victimes ont été abandonnées sur la chaussé, ne méritaient-elles pas du respect ?

Aujourd'hui, Evariste Boshab est ministre de l'Intérieur après avoir fait fuir son chauffard de fils Yann Boshab en Belgique. Comment les Congolais peuvent-ils avoir confiance à  un tel individu mafieux ? Un ministre de l'Intérieur doit sécuriser le territoire, tous les citoyens y compris les étrangers qui vivent sur notre sol, sans oublier leurs biens, comment Evariste Boshab peut-il sécuriser les Congolais alors qu'il y a trois ans, il a extirpé Yann Boshab de la justice congolaise en le faisant escorté par les militaires au pied de la passerelle de Brussels Airlines, destination la Belgique ? Evariste Boshab, un mafieux des mafieux du régime alias Joseph Kabila doit d'abord commencer par balayer devant sa porte, en ramenant Yann Boshab à  Kinshasa pour que justice soit faite, s'il est innocenté il peut rentrer en Belgique où il se cache.

Un Angwalima, comme ministre de l'Intérieur. Il est vrai qu'alias Joseph Kabila a pensé à  Evariste Boshab artisan du tripatouillage constitutionnel en 2011 pour mieux tricher aux élections de 2016 et se maintenir par la force sur le trà´ne du Congo. Sauf qu'alias Joseph Kabila comme son fameux ministre de l'Intérieur, Evariste Boshab, ont des casseroles retentissantes, ce qui n'est pas de tout repos !

Partager sur : Partager