Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Martin Fayulu déplore 20 morts et une dizaine de blessés dans le tuerie des manifestants à  Kinshasa !

Kinshasa, lundi 19 janvier 2015, un jeune congolais tué par la police sous ordres d'alias Joseph Kabila

Kabila dégage commencé à  Paris fait des émules à  Kinshasa en République démocratique du Congo. Des jeunes Kinois ont répondu massivement à  l'appel du soulevement populaire contre le tripatouillage de la Constitution et surtout contre la loi électorale qui voudrait maintenir par la force alias Joseph Kabila , l'incapacitaire de Kingakati après ses deux mandats frauduleux et ses 14 ans calamiteux à  la tête du Congo. Martin Fayulu est acteur politique de l'opposition, constant dans ses convictions. Au téléphone avec le président de l'Ecidé, Martin Fayulu nous a précisé qu'il a une vingtaine de morts et une dizaine de blessés dans la tuerie des manifestant à  Kinshasa. Courageux, Martin Mayulu s'est rendu à  l'hà´pital général ex-Mama Yemo où 13 corps ont été dénombrés, à  Bondeko-Saint Joseph à  Limeté, ses équipés ont découvert 7 corps. Il faut compter une dizaine de blessés dont deux grièvement. Ce mardi 20 janvier 2015 se tient une réunion d' évaluation et l'enterrement des victimes d'alias Joseph Kabila.

Martin Fayulu, un opposant dynamique lors de son passage à  Paris. Photo Réveil FM International, archives

Depuis qu'alias Joseph Kabila, l'incapacitaire de Kingakati a été placé au trà´ne du Congo par la mafia internationale pour mieux piller ses richesses, l'imposteur, usurpateur de la République est aphone sur les massacres, tueries, assassinats dont les Congolais sont victimes. Comme de malheur, alias Joseph Kabila a même ironisé voyant son son compère Blaise Compaoré être éjecté du fauteuil présidentiel après 27 ans de règne, en clamant devant témoins que "Le peuple Congolais n'est pas le peuple burkinabé". Lui qui était arrivé au Congo avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière en 1997, lui qui n' a jamais vécu au Congo, lui qui ne connait pas ce pays qui l'a accueilli, lui qui tue, pille, vole alias Joseph Kabila se comporte en gangster en République démocratique du Congo.

Kinshasa, lundi 19 janvier 2015, un jeune congolais tué par la police sous ordres d'alias Joseph Kabila

Kinshasa, lundi 19 janvier 2015, un jeune congolais tué par la police sous ordres d'alias Joseph Kabila

La police dressée contre le peuple congolaise

Un sans papier, inculte sans instruction catapulté Chef de l'Etat d'un pays 80 fois la Belgique pays colonisateur, alias Joseph Kabila s'est cru tout permis, ses 14 ans d'usurpation et d'imposture sont une calamité. Alias Joseph Kabila, l'imposteur a oublié que nos aïeux ont arraché l'indépendance aux colons Belges, après une manifestation monstre du 4 Janvier 1959, que les étudiants congolais de Lovanium avait donné du fil à  retordre au régime du dictateur Mobutu en 1969, après les émeutes de Paris de 1968. La marche des chrétiens, le 16 février 1992 qui a fini dans un bain de sang était pour réclamer la réouverture sans condition de la Conférence Nationale Souveraine, fermée abusivement par Nguz Karl I Bond, l'instrumentalisé par le Maréchal Mobutu qui finira par fuir Kinshasa pour s'établir à  Gbadolite. Le 2 aoà»t 1998, lorsque les troupes rwando-ougando-burundaises ont voulu faire la loi à  KInshasa, ils ont été cueillis comme des fruits mà»rs.

Le gangstérisme d'alias Joseph Kabila avec sa bande, ses sbires et barbouzes n'a que trop duré. Kabila dégage est mouvement pas un slogan. Sa finalité, un soulèvement populaire jusqu'au départ sans concession ni condition d'alias Joseph Kabila.

Les heures d'alias Joseph Kabila à  la tête de République démocratique du Congo sont comptées !

Partager sur : Partager