Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Porto Rico: Les parents d'enfants obèses taxés !

Porto Rica, enfant obèse pourrait devenir un délit !

Avoir un enfant gros pourrait donc devenir un délit à  Porto Rico, si l'on en croit les sénateurs, qui voudraient pénaliser financièrement les parents des enfants qui ne perdent pas de poids. En effet, un sénateur porto-ricain a introduit un projet de loi visant à  infliger des amendes aux parents d'enfants obèses. Un geste hypocrite qui a suscité toutes sortes de critiques sur l'île, qui souffre d'un taux élevé d'obésité infantile. La controverse est telle que le fameux sénateur en question, Gilberto Rodriguez Valle, a dà» calmer le jeu en déclarant à  la presse qu'il était prêt à  réviser sa proposition.

Gilberto Rodriguez Valle, le fameux sénateur porto-ricain qui n'a pas d'enfants obèses et voudrait taxer les enfants obèses des autres !

L'initiative de Gilberto Rodriguez Valle, qui est en instance au Sénat, propose de donner des amendes aux parents d'enfants obèses et de les poursuivre pour maltraitance si, après une certaine période, les mineurs ne montrent pas d'amélioration de leur condition physique. "Ce n'est pas la bonne façon de faire. ça va entraîner des complications, car il y a des bébés obèses à  cause de complications médicales et de facteurs génétiques" a déclaré Ricardo Fontanet, président de l'Académie américaine de pédiatrie à  Porto Rico.

La proposition prévoit que le ministère de l'Education ait des responsabilité d'identifier les cas de risques accrus d'obésité chez les enfants qui ne sont pas le résultat d'un problème de santé préexistant ou aléatoire, et qu'il guide les parents sur les conséquences encourues.

Dans le cadre du projet de loi, si après six mois, il estime que l'enfant n'a pas fait de progrès , le travailleur social peut renvoyer l'affaire devant le ministère de la famille.

Une amende de 500 à  800 dollars

Si une période similaire s'écoule sans amélioration, les parents ou tuteurs de l'enfant se verront infliger une amende de 500 dollars. Et si, au bout de six mois, il n'y a toujours pas de progrès l'amende passe à  800 dollars.

La nutritionniste Milly Garcia a rappelé que l'obésité infantile élevée découle pour une très large part des difficultés économiques plutà´t que du comportement des parents. "Que la moitié (des cas d'obésité infantile) soit liée à  des modes de vie ne donne pas le droit d'entrer dans ces espaces. Il ne s'agit pas de maltraitance, mais plutà´t d'une maladie", a-t-elle expliqué.

Dans le préambule de la proposition, il est noté que l'obésité infantile est un des problèmes de santé publique qui a connu la plus forte croissance au XXIe siècle.

Partager sur : Partager