Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

John Kerry, le secrétaire d'Etat Américain à  Genève "Petits progrès sur le nucléaire iranien"

Lundi 2 mars 2015, Palais de la Nation à  Genève, John Kerry lors de la conférence de presse

Des progrès ont été réalisés, mais il y a encore un long chemin à  parcourir pour conclure un accord sur le nucléaire avec l'Iran, a affirmé lundi à  Genève le secrétaire d'Etat John Kerry. Le temps est compté et l'Iran doit prendre "les décisions difficiles" pour éliminer avec certitude tout recours à  l'arme nucléaire, a déclaré le responsable américain. "Nous avons fait des progrès, mais il y a encore un long chemin. L'heure tourne. Rien ne sera conclu avant que tout soit réglé", a déclaré le secrétaire d'Etat américain, lors d'une conférence de presse au Palais des Nations, avant de se rendre à  Montreux (VD) pour entamer des discussions avec le ministre iranien Mohammad Javad Zarif. John Kerry a affirmé qu'il était préoccupé par des fuites sur un possible accord, "qui rendrait plus difficile d'arriver à  cet accord". "Actuellement, il n'y a pas d'accord", a-t-il dit.

Genève, Palais de la Nation, arrivée du ministre iranien Mohammad Javad Zarif pour participer au Conseil des droits de l'homme

Pas garanti

"Il est possible d'arriver à  un accord, mais ce n'est pas garanti", a affirmé John Kerry. Il a indiqué que son équipe travaille dur pour surmonter les dernières divergences. Le chef de la diplomatie américaine a averti que l'Iran doit donner des assurances que l'option nucléaire soit définitivement exclue à  long terme. "L'Iran doit fournir un ensemble vérifiable d'engagements", a-t-il insisté. "La question est de savoir si l'Iran va ou non faire les choix difficiles nécessaires pour y parvenir", a-t-il précisé.

Genève, Palais de la Nation, arrivée de John Kerry,dans la salle du Conseil des droits de l'homme

Pas de mauvais accord

John Kerry a affirmé que la sécurité d'Israà«l est au premier rang des priorités des efforts américains, au même titre que celle des Etats-Unis et des autres pays de la région. "Le président Obama n'acceptera pas un mauvais accord. L'absence de tout accord est préférable", a ajouté M. Kerry. Le responsable américain est parti à  Montreux pour des entretiens avec le ministre iranien.

Il est prévu que les discussions se prolongent mardi. Jeudi, l'Union européenne et les experts du groupe 5+1 s'y joindront dans le but de parvenir à  un accord d'ici l'échéance fixée au 31 mars.

Partager sur : Partager