Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

450-Affaire charnier de Maluku: Evariste Boshab, Lambert Mende, Olivier Kamitatu, Alexis Tambwe Mwamba, Modeste Mutinga...Ces apparatchiks-ventripotents complices de crimes en RDC

Surnommé "Heinrich Himmler" congolais, Evariste Boshab, le ministre de l'intérieur d'alias Joseph Kabila, malgré la découverte du charnier de 450 congolais à  Maluku ne songe même pas à  démissionner !

Lorsque le 26 janvier 2015, à  Réveil FM International, Freddy Kita, le Secrétaire Général de Démocratie Chrétienne, parti cher à  Eugène Diomi Ndongala-le prisonnier personnel d'alias Joseph Kabila, a parlé d'un bilan de 138 morts pour les victimes de trois glorieuses du 19, 20 et 21 janvier dernier, Kinshasa avait démenti ! Aujourd'hui, on se rend vite les 138 morts annoncés par Freddy Kita était en dessous du nombre exacte des victimes. De 450 victimes, nous pouvons vite arriver à  800 voire plus.

Depuis qu'un charnier de 450 congolais a été découvert à  Maluku dans la ville de Kinshasa, aucun politicailleur joséphiste n'a eu le courage de démissionner. Dans un pays démocratique et normal, le ministre de l'Intérieur aurait déjà  démissionné dès la découverte de ce charnier pour la tranquillité de sa conscience et pour ne pas paraître comme complice des crimes en République démocratique du Congo. Car le rà´le d'un ministre de l'Intérieur est d'abord de sécuriser ses concitoyens et les étrangers qui résident dans son territoire. Mais en République démocratique du Congo, c'est de la boullabaise. Evariste Boshab, le ministre de l'Intérieur d'alias Joseph Kabila parle avec mépris de ses propres compatriotes: les 450 congolais enterrés dans la fosse commune à  Maluku sont des indigents ! Dans un pays, riche comme pauvre, on a droit au respect de la République. L'écervelé Evariste Boshab, un situationniste sans valeurs ni convictions démocratiques, croit qu'en tant ministre de l'Intérieur, il est au dessus de tout le monde. Qu'est-ce qu'Evariste Boshab a dans sa cabosse pour parler ainsi ? Comme si les Congolais pauvres n'avaient pas leur place dans la société congolaise ? Sur quelle planète le ministre chauve d'alias Joseph Kabila ? Pauvre type et connard !

A Réveil FM International, nous n'avions jamais cessé de dénoncer le conglomérat des criminels qui gouverne par défi en RDC. Le régime des changeurs de casaques est constitué dinosaures Mobutistes impénitents, mammouths et brontosaures Joséphistes, millionnaires du dimanche et affameurs du peuple. Des politicailleurs congolais sont des situationnistes, opportunistes, mangeristes et mangercrates...Comment la découverte du charnier à  Maluku peut laisser les ministres, députés, sénateurs impassibles ? Lambert Mende, le Vuvuzélateur-Pinnochio; Olivier Kamitatu le judas de la République; Alexis Tambwe Mwamba, l'affairiste pickpocket, Modeste Mutinga Mutuishayi, fourbe, roublard et grand requin...personne n'ose démissionner. Il y a trois ans, Evariste Boshab, le ministre de l'Intérieur d'alias Joseph Kabila, a extirpé de la justice congolaise, son fils Yann Boshab qui en bon chauffard ivre avait faà»ché la vie de 8 personnes dont un avocat du barreau de la Gombé, dans un accident de circulation sur le boulevard du 30 juin à  Kinshasa. Après un séjour à  Liège en Belgique, le criminel Yann Boshab serait aux Etats-Unis.

La classe politique congolaise est corrompue. Ces apparatchiks qui n'ont jamais travaillé pour gagner leur pain quotidien, adeptes de la magouille font de la politique pour leurs tubes digestives. Le ventre a remplacé le cerveau. Les politicailleurs ventripotents sont prêts à  tout pour un strapontin ministériel pour servir leur tribu, ethnie en lieu et place de la République. Mais la fameuse classe politique corrompue devrait savoir qu'on devient politique pour servir son peuple, pas pour tuer et s'enrichir au détriment de celui-ci. Après avoir servi les 32 ans de dictature Mobutu, les mangeurs à  tous les rà¢teliers, sont devenus des Joséphistes qui servent un régime tortionnaire d'occupation.

L'étau va se resserrer jusqu'à  la capture des criminels nazis qui sévissent en toute impunité en République démocratique du Congo. La morgue de l'hà´pital Général de Kinshasa (ex-Mama Yemo) n'a jamais été industrielle pour déverser 450 morts dans la fosse commune de Maluku. Les victimes des tueries et barbaries du régime dictatorial de Kinshasa doivent être identifiés. Le gouvernement de Kinshasa a le devoir de remettre les dépouilles aux familles pour le deuil. Il ne faudrait pas se contenter des déclarations alambiquées du type une enquête sera diligentée. A-t-on déjà  des bourreaux s'occuper des enquêtes pour leurs victimes ? La patate chaude du charnier de Maluku va brà»ler des doigts !

Partager sur : Partager