Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Cauchemar d'alias Joseph Kabila et ses apparatchiks : Martin Sali dit:"Non au dialogue avec des imposteurs, non au retour des concerts dans la diaspora congolaise"

Martin Sali, Président de RCK. Photo Réveil FM International

Encore une entourloupe politico-politicienne de la tutsi-power en République démocratique du Congo. Alors qu'il est presque fin mandat après 14 ans d'imposture et usurpation, alias Joseph Kabila veut initier un pseudo-dialogue pour flouer le peuple congolais, bluffer la communauté internationale. Dialoguer avec qui ? Dans un pays normal, on ne dialogue pas avec un imposteur, un usurpateur, un tricheur, un fraudeur, un illégitime ! Alias Joseph Kabila qui trà´ne illégalement à  la tête de la République démocratique du Congo est un imposteur, usurpateur, tricheur, fraudeur et illégitime. Cauchemar d'alias Joseph Kabila et ses apparatchiks ventripotents, corrompus, Martin Sali, le Président de RCK très serein et déterminé dit: "Non au dialogue, non au retour des concerts".

Martin Sali, Président de RCK. Photo Réveil FM International

Avec fermeté, il a fustigé les combines politiciennes des politicailleurs véreux. La racaille des ventripotents a pris en otage le devenir de tout un peuple pour ses intérêts personnels. Martin Sali ne mà¢che pas ses mots sur certains patriotes-résistants-combattants non vertébrés qui vont à  la rescousse d'un régime agonisant, qui compte ses jours. On découvre que ces troubadours qui mangent à  tous les rà¢teliers ont toujours trahi la résistance congolaise. Aller dialoguer avec Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila, et les 12 millions de morts congolais ? Et les massacres de Bundu Dia Kongo, tueries des fidèles du pasteur Mukungubila, des assassinats des activistes des droits de l'homme, 18 journalistes et officiers militaires dont: Floribert Chebeya, Fidèle Bazana, Franck Ngyke et Hélène Mpaka, François Bampuwa, Général Mbuza Mabe, Colonel Mamadou Ndala, Général Bahuma...

Le 4 juin prochain, un procès s'ouvre au palais de justice de Paris entre Christian Atoki Ileka, ambassadeur d'alias Joseph Kabila et les activistes congolais dont Martin Sali de RCK. Avec la découverte du charnier de Maluku où 450 congolais ont été nuitamment enterrés dans une fosse commune, les congolais de France espéraient un message de compassion de la part de Christian Atoki Ileka. L'employé d'alias Joseph Kabila n'a affiché que du mépris, il n'a même pas songer à  mettre le drapeau congolais en berne. Pour Christian Atoki Ileka, les surnommés "Indigents" sont morts, il a banalisé ces morts qui pour lui ne sont que des morts de plus. Excédés par ses réponses alambiquées, les résistants-patriotes-combattants lui avait aspergé du Ketchup en signe de sang coulé.

32, cour Albert Ier, ambassade de la RDC à  Paris. Photo Réveil FM International

Pour Martin Sali, Secrétaire Général de RCK, le procès du 4 juin procès est une tribune pour que les autorités françaises et l'opinion internationale puissent écouter les revendications de la diaspora congolaise. Christian Atoki Ileka offre donc une tribune aux congolais de dénoncer publiquement le régime dictatorial qu'il sert. Les cimes, assassinats, tueries, pillages de ressources seront à  l'honneur le 4 juin au palais de justice de Paris.

32, cour Albert Ier, ambassade de la RDC à  Paris. Photo Réveil FM International

Partager sur : Partager