Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Camp de concentration de Rivesaltes. La France assume sa mémoire la plus obscure de son histoire du XXIème Siècle

Un "Monsieur médaillé" se recueille devant la plaque du Mémorial de Rivesaltes. Photo Réveil FM International

Il est venu tout seul avant tous les autres. Un Monsieur calme, affichant la sérénité sur sa veste il a accroché plusieurs médailles. Silencieux il s'est approché ers la plaque du Mémorial de Rivesaltes. Je me suis donc approché avec mon appareil photo. Il m'a regardé m'a donné son quitus pour le prendre en photo par un signe de tête. Il s'est recueilli plusieurs minutes. Je lui ai pris plusieurs photos. Au fait dans ce lieu ultra-gardé et sécurisé, nous sommes deux. Il m'a salué pour me dire au revoir. Et il est reparti comme il était venu. Je ne saurais jamais son nom, on ne s'est même pas adressé la parole.

Plaque à  l'entrée du Mémorial de Rivesaltes. Photo Réveil FM International

Un "Monsieur médaillé" se recueille devant la plaque du Mémorial de Rivesaltes. Photo Réveil FM International

Espagnols, Juifs, Tziganes, Collabos, Harkis, ils ont partagé le même enfer. Pendant soixante-quinze ans, le camp de Rivesaltes a rassemblé ceux dont la France, par manque de moyens, par idéologie ou par honte, n'a pas voulu. Dans ce camp de concentration crée en 1938, 17 000 personnes furent parqués durant 75 ans. Les derniers "Indésirables" l'ont quitté en 1977 et de ce camp fermé en 2007.

Symbole de la honte, le camp de Rivesaltes est resté longtemps à  l'abandon. "Ici, à  Rivesaltes, le temps aurait pu effacer les traces de l'histoire. Ici, sur ces lieux mêmes où tant de femmes et d'hommes ont souffert, souvent au point de rencontrer la mort, les bulldozers auraient pu effacer l'empreinte des drames et le silence étouffer à  jamais les plaintes des victimes. Ici, à  Rivesaltes, l'oubli a bien failli l'emporter sur la mémoire ; le mépris et l'ignorance prendre le pas sur la compréhension et la transmission de l'Histoire. Aux multiples drames de a bien failli succéder la faute du mépris et de l'oubli. Réfugiés espagnols fuyant le franquisme, juifs victimes de la barbarie nazie et du zèle du régime de Vichy, Tziganes parqués du fait même de leur constitution, harkis méprisés par la France et prisonniers de guerre, tous auraient pu voir les drames dont ils ont été les victimes être réduits à  néant par la facile tentation de l'amnésie collective, de l'amnésie nationale".

Rivesaltes. Reportage radiophonique par Réveil FM International

Le camp de Rivesaltes reflète une part sombre et tragique de l'histoire de France. Ce fut le lieu d'internement et d'exclusion de dizaines de milliers de personnes de différentes origines, nationalités et cultures, qui, outre le fait d'avoir subi un déplacement forcé, ont été exclues parce que la France les considérait comme "indésirables", les internant et les reléguant , non pour des délits, mais pour le danger potentiel qu'elles étaient susceptibles de représenter.

Le camps de Rivesaltes a traversé l'histoire de trois guerres, notamment la Seconde guerre mondiale et la guerre d'Algérie.

Partager sur : Partager