Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

15 ans de Réveil FM International: Jean-Paul Ilopi Bokanga, dernier des Mohicans !

Kinshasa, jeudi le 20 juillet 2006, Jean-Paul Ilopi Brigorde Bokanga, Directeur d'Antenne de Réveil-FM interviewant Ferdinand Ferrela (+) de la Voix de l'Amérique au Centre Culturel Américain. Photo Réveil FM International, archives

20 novembre 2014-Je ne suis pas journaliste pour m'enrichir et nous sommes plusieurs à  épouser cette déontologie. Pas toujours facile à  vivre, mais dans la vie rien ne vaut la constance dans ses idéaux et convictions. Une radio associative et communautaire n'est pas pour faire du fric, par contre elle est par essence une pépinière où les journalistes et animateurs sont souvent débauchés. Les médias commerciaux qui ont pour dieu "Mammon", courent derrière l'argent, où il faut payer pour passer, sont spécialistes dans le débauchage... Des propositions alléchantes pour quitter la radio aller servir ailleurs, refus catégorique !

Homme de culture, écrivain, poète, journaliste Jean-Paul Ilopi Brigode Bokanga a assumé la fonction de Directeur d'Antenne de Réveil FM 105. 4 MHZ à  Kinshasa jusqu'à  sa fermeture en aoà»t 2007 pour des raisons politiques par le plus éphémère ministre d'information de Joseph Kabila, Toussaint Tshilombo Send, fanfaron, un ignare qui excelle en buzobérie, un vrai gaillard zéro de surcroît opportuniste. Jean-Paul Ilopi Bokanga est un ami fidèle. Sa fidélité à  Réveil FM n'est ni négociable ni marchandable. Ce fils de Lac Maïndombe, qui fut le premier cadre de Texaco à  Port Franqui à  rouler dans une voiture n'est pas impressionner par des arrivistes ni parvenus. Avec sa voix redondante, Jean-Paul Ilopi Bokanga aime l'écriture, les écrivains et la littérature. Attaché au processus électoral, il sera accrédité à  la Commission Électorale Indépendante (CEI) de 2002-2007.

Juillet 2006, le jour de la proclamation du résultat du second tour sans débat annulé par le caïd, fourbe, roublard Modeste Mutinga Mutuishayi, nous sommes à  Matete avec Jean-Paul Ilopi... un coup de fil lui informe l'abbé Malu Malu va proclamer ses résultats. Nous prenons la voiture pour raccompagner à  Jean-Paul Ilopi à  l'Institut Elikya, centre névralgique de la CEI. Nous roulons normalement. En empruntant les huileries, je dis à  Jean-Paul que la circulation n'est pas normale. Au niveau du boulevard du 30 juin, pas des voitures en vue, nous continuons quand même...Au niveau de la poste on trouve des pavés sur la route, nous continuons au niveau de la BCC des crépitements des balles, je fonce vers l'avenue du Tchad et nous abandonnons la grosse Mercedes devant l'ambassade de France. Nous continuons à  pied, nous ne pouvons même pas atteindre l'avenue du Commerce, tellement il fait noire. Nous rebroussons chemin, tapons comme des forcenés à  la grille du parking de l'hà´tel Memling. Surprise, nous nous retrouvons avec les apparatchiks et les membres de leurs familles. Prêts à  fuir Kinshasa ! Le temps de trouver un fauteuil pour y passer la nuit...

Beaucoup d`événements nous ont rapproché Jean-Paul Ilopi et moi. Le dernier des Mohicans est un grand frère fidèle.

Partager sur : Partager