Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

8 mai 2017: Emmanuel Macron après sa victoire écrasante à  66,10 %

Emmanuel Macron, le nouveau président de la République française a participé ce lundi aux commémorations du 8-Mai, cérémonies du 72e anniversaire de la victoire du 8 mai 1945, en présence de François Hollande, le président sortant avec son ancien ministre de l'Economie. Après une courte nuit, Emmanuel Macron se met au travail. Le président-élu, qui a remporté dimanche la présidentielle avec 66,1% des voix face à  Marine Le Pen, débute la transition, avant son investiture prévue dimanche prochain.

17h44 : Le mouvement du président-élu, En Marche!, est rebaptisé "La République en marche"

Le secrétaire général d'En Marche! Richard Ferrand a annoncé le nouveau nom du mouvement : "La République en marche". Le "congrès fondateur de cette nouvelle force politique", selon les termes du secrétaire général, aura lieu avant le 15 juillet. Emmanuel Macron a officiellement quitté la présidence du mouvement, remplacé, par intérim, par Catherine Barbaroux, jusque-là  déléguée nationale d'En Marche!

16h20 : Bernard Cazeneuve ne participera pas au prochain gouvernement

Le Premier ministre a exclu "totalement" de participer au prochain gouvernement. Bernard Cazeneuve a estimé que le président-élu Emmanuel Macron voulait "procéder à  un renouvellement", ce qu'il a jugé "légitime". "Je n'ai pas l'intention, comme cela est trop souvent le cas dans la vie politique, d'envahir tout l'espace de ma petite personne", a-t-il ajouté.

Sur un plan plus personnel, le Premier ministre a rappelé qu'il était membre du gouvernement depuis cinq ans, et qu'il avait eu "à  vivre des moments extrêmement douloureux qui ont profondément ébranlé le pays et qui [l'ont] personnellement beaucoup touché, beaucoup atteint." Bernard Cazeneuve a expliqué qu'il préciserait "le moment venu" son rà´le dans la campagne socialiste pour les législatives.

14h40 : Première manifestation après l'élection d'Emmanuel Macron

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées lundi en début d'après-midi, place de la République, à  Paris, à  l'appel du collectif "Front social". Les manifestants, mobilisés par des sections CGT, Sud, Unef ou d'associations, souhaitaient marquer le coup quel que soit le Président élu. "Urgence sociale et écologique", "pour l'égalité des droits contre un précariat généralisé", proclamaient des pancartes, slogans, tandis qu'une chorale improvisée chantait "Merci patron" ou l'hymne des femmes.

13h37 : Angela Merkel estime qu'Emmanuel Macron porte les espoirs "de millions de Français et aussi de beaucoup de gens en Allemagne et en Europe"

La chancelière allemande a déclaré, lors d'une conférence de presse à  Berlin, que le président-élu avait "mené une campagne pro-européenne courageuse", qu'il "[défendait] l'ouverture sur le monde" et était "résolument pour l'économie sociale de marché". Angela Merkel a salué la "magnifique victoire" d'Emmanuel Macron. "Je lui souhaite, ainsi qu'aux Français, tout le succès imaginable", a-t-elle ajouté.

Angela Merkel a aussi insisté sur l'"amitié solide" qui lie les deux pays, "pierre angulaire de la politique allemande." "Nous savons que l'Allemagne et la France sont liées par un destin commun", a poursuivi la chancelière qui avait déjà  appelé le nouveau président français dimanche soir. "Nous coordonnons nos approches et avançons, partout où cela est possible, d'un pas commun pour le bien de nos deux pays mais aussi pour le bien de l'Europe et c'est exactement l'esprit que j'espère et qui sera présent, je le crois, dans le travail en commun" avec Emmanuel Macron. Le Président sortant, François Hollande, doit dîner avec la chancelière ce lundi soir, son ultime déplacement présidentiel hors du territoire national.

13h : Le Premier ministre canadien Justin Trudeau salue la victoire d'Emmanuel Macron

Justin Trudeau a fait part de sa volonté de rencontrer "rapidement" le président-élu.

12h12 : Le Président algérien Abdelaziz Bouteflika félicite Emmanuel Macron

"Votre élection bien méritée (...) récompense, à  bon droit, la force de votre volonté, la lucidité de votre vision et la rectitude de vos engagements", a salué le Président algérien. "Le peuple français qui a su choisir en vous l'homme d'Etat (...) capable de présider à  ses destinées dans cette conjoncture difficile (...), a, ce faisant, fort opportunément distingué un ami de l'Algérie", a-t-il estimé.

Lors de sa visite à  Alger en février, Emmanuel Macron avait qualifié la longue colonisation française (1830-1962) de "crime contre l'humanité", suscitant de la sympathie en Algérie et une polémique en France. Et dans son message, le président algérien a estimé que "cette attitude pionnière de votre part vous place, naturellement et légitimement, dans la position-clé de protagoniste, convaincu et convainquant, du parachèvement d'une réconciliation authentique entre nos deux pays".

11h45 : La passation de pouvoirs entre Emmanuel Macron et François Hollande aura lieu dimanche

Le Président en exercice a annoncé, au micro de France 2, que la cérémonie d'investiture aurait lieu dimanche 14 mai. Emmanuel Macron deviendra donc officiellement Président ce jour-là . 11h44 : François Hollande évoque "l'expérience" d'Emmanuel Macron, "qu'il a pu acquérir auprès de" lui

Le Président François Hollande est revenu sur l'invitation faite à  son successeur de l'accompagner aux cérémonies du 8-Mai : "Je voulais qu'Emmanuel Macron puisse être là , avec moi, à  cà´té de moi." Il a assuré vouloir qu"une forme de flambeau puisse lui être passé" et a adressé tous ses "voeux de réussite" à  son successeur.

Interrogé sur une éventuelle "trahison" de son ancien ministre de l'Economie, François Hollande a jugé que le président-élu l'avait "suivi tout au long de ses dernières années, quand j'étais moi-même candidat puis Président" mais qu'il s'était depuis "émancipé", et qu'il avait "voulu présenter un projet aux Français." Il a assuré que le jeune homme n'était pas son "héritier", se défendant de vouloir "capter Emmanuel Macron". "Il a été élu, il est le Président", il est "fort de l'expérience qu'il a pu acquérir auprès de moi, fort aussi de ce que nous avons fait ensemble, de continuer sa marche", a ajouté le Président sortant.

François Hollande a avoué ressentir "beaucoup d'émotion" à  donner à  Emmanuel Macron "la marche à  suivre". Si Emmanuel Macron a besoin de "conseils", "il sera toujours le bienvenu et moi je serai toujours à  cà´té de lui", a affirmé le président sortant.

11h28 : Emmanuel Macron, au cà´té de François Hollande, salue les chefs d'Etat-major

11h17 : Les deux hommes ont signé le Livre d'or de la tombe du soldat inconnu

11h14 : François Hollande présente le président-élu aux anciens combattants

11h05 : Le Président sortant salue son successeur, Emmanuel Macron

Les deux hommes se sont ensuite dirigés vers la tombe du soldat inconnu, sous l'Arc de Triomphe, pour y déposer une gerbe.

11h04 : François Hollande entame la revue des troupes, place de l'Etoile

10h45 : la cérémonie du 8 mai débute sur les Champs Elysées

Le Président sortant, François Hollande, a déposé une gerbe devant la statue du général de Gaulle. D'autres personnalités politiques sont aussi présentes : Valérie Pécresse, président de la région Ile-de-France, l'ancien Premier ministre Manuel Valls, son successeur Bernard Cazeneuve, la ministre du Logement Emmanuelle Cosse, le sénateur LR Gérard Larcher, le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone... Tous ont ensuite remonté l'avenue des Champs Elysées avec la grande escorte mixte de la Garde républicaine.

10h44 : Emmanuel Macron et Nicolas Sarkozy ensemble pour les cérémonies du 8 mai

Le Président élu est arrivé devant la statue du général de Gaulle, place Clemenceau, sur les Champs-Elysées, pour les cérémonies du 8 mai. Il a salué Nicolas Sarkozy, présent lui aussi. 10h37 : Nicolas Sarkozy félicite Emmanuel Macron "pour cette belle élection"

L'ancien Président souhaite "du fond du coeur le meilleur pour la France". "Quand on aime son pays, on ne peut que souhaiter le meilleur pour lui", a lancé Nicolas Sarkozy au micro de France 2. Avant d'avertir : "Je sais d'expérience que maintenant le difficile commence."

10h30 : 66,1% des voix pour Emmanuel Macron, selon les chiffres définitifs du ministère de l'Intérieur

Les chiffres définitifs du ministère de l'Intérieur sont tombés. Emmanuel Macron a obtenu 66,1% des voix, contre 33,9% pour Marine Le Pen.

10h24 : Les Français de l'étranger ont voté à  89,31% pour Emmanuel Macron

Marine Le Pen, a elle, obtenu 10,69% des voix des Français expatriés.

9h52 : Poutine exhorte Macron à  "surmonter la méfiance mutuelle"

Le Président russe a adressé ses félicitations à  Emmanuel Macron. "Les citoyens français vous ont fait confiance pour diriger le pays dans une période difficile pour l'Europe et pour l'ensemble de la communauté internationale", écrit Vladimir Poutine dans un message rendu public par le Kremlin. "Dans ces conditions, il est particulièrement important de surmonter la méfiance mutuelle et d'unir nos forces pour assurer la stabilité et la sécurité internationales", poursuit-il.

9h30 : Raffarin veut le "yin et yang"

L'ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a plaidé sur France 2 pour qu'Emmanuel Macron ait un gouvernement "yin et yang", composé à  la fois de "têtes nouvelles" et de gens d'expérience. Interrogé sur le conseil qu'il donnerait au nouveau président, entre renouvellement et expérience dans l'équipe gouvernementale, Jean-Pierre Raffarin a déclaré : "le Chinois que je suis dirait les deux, yin et yang."

9h05 : petite hausse pour le CAC 40

La Bourse de Paris a ouvert en petite hausse (+0,17%) après la victoire attendue d'Emmanuel Macron. A 9h, l'indice CAC 40 prenait 9,7 points à  5.442,10 points. Vendredi, l'indice avait fini en nette progression de 1,12% à  5.432,40 points.

8h53 : un premier voyage à  Berlin prévu pour Macron

Emmanuel Macron se rendra à  Berlin pour sa première visite à  l'étranger, a indiqué la députée européenne Sylvie Goulard sur CNews. Auparavant, "il est possible qu'il aille d'abord saluer les troupes françaises", a-t-elle ajouté sans plus de précisions.

8h40 : Estrosi prévient lui aussi sa famille politique

Christian Estrosi, président de Provence-Alpes-Cà´te d'Azur, a également averti son parti, Les Républicains, d'un "échec assuré" aux élections législatives s'il fait preuve de la même "radicalisation" que lors de la campagne présidentielle de François Fillon.

8h32 : Le Foll avertit les socialistes qui voudraient être "dans l'opposition"

Le porte-parole du gouvernement Stéphane Le Foll a mis en garde sur France Inter ceux au PS qui veulent "rentrer dans l'opposition". "Ce n'est pas sérieux de faire cela", a-t-il dit. "Je vais plaider pour qu'il y ait le sens de la responsabilité qui l'emporte", a-t-il dit, avec la perspective de "travailler avec Emmanuel Macron", a affirmé le ministre de l'Agriculture.

8h28 : Le Maire s'en prend lui aussi aux "traîtres" à  droite

Interrogé sur ceux à  droite qui l'accusent d'être un "traître" en faisant un pas vers Emmanuel Macron, Bruno Le Maire a fermement répliqué. "Traître à  quoi?", a-t-il interrogé, en s'en prenant à  François Fillon - qui a maintenu sa candidate alors qu'il avait dit qu'une mise en examen le ferait renoncer - et ses soutiens. "Ils ont été traîtres à  nos valeurs", a-t-il à  son tour lancé. "Je suis fidèle à  mes idées, à  mes convictions [...] Je n'ai pas de leçon de convictions, de loyauté, de sincérité à  recevoir [...] Je suis dans ma position d'homme de droite qui veut que mon pays avance", a-t-il aussi affirmé, se disant prêt à  être exclu de son parti comme l'a indiqué François Baroin : "à‡a donnera une image sectaire de mon parti politique."

8h20 : Le Maire veut "saisir" l'opportunité de la victoire de Macron

"C'est en homme de droite que je dis 'Il y a une porte qui s'ouvre, une chance, saisissons-là '", a déclaré sur RTL le député LR Bruno Le Maire, qui a salué "l'audace" du nouveau président. L'ex-candidat à  la primaire de la droite, qui avait quitté l'équipe de François Fillon, au cours de la campagne, a assuré que "tous ceux de bonne volonté ont intérêt à  travailler ensemble, pas pour eux, pour la France". "Oui, je pourrais travailler dans une majorité de gouvernement", mais "ça dépend des gestes que fera Macron en direction de tout cet électorat auquel j'appartiens", notamment sur la justice. "Si c'est un socialiste qui est Premier ministre, il n'y a aucune recomposition!", a-t-il également lancé. Lire aussi : Bruno Le Maire se dit prêt à  "sauter dans le vide" 8h05 : 141 interpellations, neuf manifestants en garde à  vue

Neuf personnes ont été placées en garde à  vue à  l'issue d'une manifestation "anticapitaliste" au cours de laquelle 141 personnes ont été interpellées à  Paris dimanche soir, a-t-on apris lundi de source policière. Un véhicule a été dégradé ainsi qu'un véhicule de police par des jets de projectile lors de cette manifestation au cours de laquelle plus de 300 personnes se sont rassemblées dans le quartier de Ménilmontant, dans le nord-est de la capitale.

7h55 : Ferrand pense que le téléphone du prochain Premier ministre "va carillonner"

"Je ne connais pas le nom du Premier ministre", a assuré Richard Ferrand sur RTL, secrétaire général du mouvement En marche!. "On va attendre d'ici le 14 mai qu'il devienne le président de la République", a-t-il fait valoir, renvoyant cette annonce à  plus tard. Pour autant, le prochain chef de gouvernement devrait lui-même apprendre la nouvelle ce lundi, a ajouté le député du Finistère. "Je pense qu'aujourd'hui, il va y avoir un téléphone qui va carillonner..."

7h50 : Un documentaire sur Macron diffusé lundi sur TF1

Pendant huit mois, Emmanuel Macron a accepté de porter en permanence un micro-cravate et d'être suivi comme son ombre par le réalisateur Yann L'Hénoret. Résultat : un documentaire intitulé Emmanuel Macron, Les Coulisses d'une victoire, qui sera diffusé lundi à  21h sur TF1. "La condition était qu'il ne ferme jamais aucune porte" pour ce qui concernait la campagne. "Il a accepté. Et il a oublié la caméra. Il n'a jamais éteint son micro, sauf pour ses moments de vie privée", a expliqué Justine Planchon, une des dirigeantes de Troisième Oeil Productions, qui coproduit ce film de 90 minutes avec Black Dynamite.

7h30 : Macron va démissionner de la présidence d'En marche!

Emmanuel Macron va quitter ce lundi la présidence d'En marche!, a annoncé dans la soirée son entourage à  l'AFP. "Un conseil d'administration d'En Marche! se tiendra à  l'heure du déjeuner. Emmanuel Macron y participera. Ce sera l'occasion pour lui de démissionner de la présidence du mouvement", a-t-on ajouté. Dans une vidéo publiée en fin de soirée sur sa chaîne Youtube et adressée à  ses militants, Emmanuel Macron avait annoncé ce départ. 7h15 : le président chinois a félicité Macron

Le président chinois Xi Jinping a adressé un message de félicitations à  Emmanuel Macron, assurant que Paris et Pékin partageaient "une responsabilité importante envers la paix et le développement dans le monde". "La Chine se tient prête à  travailler avec la France afin de faire progresser le partenariat stratégique franco-chinois à  un niveau supérieur", a déclaré le dirigeant dans ce message rapporté par le ministère chinois des Affaires étrangères.

7h05 : les marchés réagissent avec modération

L'euro a réagi positivement à  la large victoire d'Emmanuel Macron en France, à  1,1023 dollar, contre 1,09998 vendredi soir à  New York. Cette élection a également été saluée par la Bourse de Tokyo, mais les gains étaient dans l'ensemble modérés en Asie devant un résultat largement anticipé.

7h : Macron dépasse les 66% des voix

Résultats quasi-définitifs du second tour Selon des résultats quasi-définitifs en ligne sur le site du ministère de l'Intérieur, Emmanuel Macron recueille au second tour de la présidentielle 66,06% des voix, contre 33,94% pour son adversaire Marine Le Pen. Le scrutin a toutefois été marqué par une forte abstention (25,38%), jamais atteinte depuis le scrutin présidentiel de 1969. Les blancs et nuls approchent les 9% des inscrits (plus de 4 millions), un record pour une présidentielle. Au total, plus d'un Français sur trois a refusé de choisir dimanche entre les deux candidats.

Partager sur : Partager

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.reveil-fm.com/index.php?trackback/5796

Fil des commentaires de ce billet