Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

RDCONGO: Transition sans Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale ?

Transition sans Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, l'idée a germé dans la diaspora congolaise et fait son chemin. Il faut arriver à  converger trois visions: 1. Capturer l'imposteur pour haute-trahison, le traîner à  la CPI pour ses crimes. 2. Arrêter celui qui dirige par défi la RDC le pousser à  restituer les 25 milliards, planqués dans les îles vierges britanniques, pour la reconstruction du Congo. 3. Pour avoir été à  la tête du pays malgré ses crimes et pillages lui trouver une sortie honorable, le placer au Sénat pour qu'il se la coule douce. Les Congolais ne sont pas encore parvenus à  s'entendre sur quelle issue pour Alias Joseph Kabila. Mais dans l'opinion congolaise, c'est la première version qui est majoritaire: un bandit, voleur, pillard, prédateur on le capture pour le remettre à  la justice. Rien ne nous dit pas que la position peut évoluer ou se durcir davantage.

Après le dialogue inter-congolais de Sun-City qui a été une blanchisserie de recyclage pour des assassins, criminels, tueurs intégrés dans les institutions républicaines et qui a donné naissance à  un monstre, un gouvernement 1+4=0: les animateurs qui avaient intégré les Institutions, avec une inouïe arrogance se croyaient au dessus du peuple qu'ils narguaient à  volonté: "Vous n'avez qu'à  aller à  Sun-City, vous n'avez droit à  aucune revendication" répondaient-ils volontiers à  la population. Après l'échec cuisante de l' expérience de 1+4=0, une transition sans Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale mérite plusieurs préalables parmi lesquelles:

1.. L'homme ou la femme congolais (e) qui va présider la transition devra être une locomotive non autocrate qui devra tracter les wagons de la reconstruction du Grand Congo. Il (Elle) ne pourra pas le faire sans l'implication de la diaspora congolaise, notamment des Résistants-Patriotes-Combattants qui ont contribué à  tressaillir le régime d'imposture de Kinshasa.

2.. Tous les animateurs de la Transition sans Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale doivent s'engager à  ne pas candidater à  un mandat électif après la transition. Ils doivent s'engager à  mieux préparer les élections libres, démocratiques et transparentes. Il faudra bannir des nominations hasardeuses et instaurer l'élection à  chaque niveau: chef des quartiers, bourgmestres des communes, gouverneurs des provinces...pour instaurer la démocratie de proximité.

3.. Réviser les critères de l'élection du Président de la République en démocratique du Congo. La première critère ne doit plus être le paiement de 100.000 $ qui encouragent la ploutocratie et dont on voit jamais la destination de cette somme d'argent depuis les frauduleuses élections Louis Michel 2006. Il faut introduire des critères qui touchent au patriotisme, à  l'esprit rassembleur, amour de la patrie et du respect du peuple que l'on doit servir.

4.. Il faut renouveler les trois commissions d'appui à  la démocratie qui n'ont jamais fonctionné lors du gouvernement 1+4=0: 1. la Commission Vérité, Réconciliation et "Réparation". 2. L`Observatoire National des Droits de l`Homme. 3. La Commission de l`Ethique et de la Lutte contre la corruption. Il faudra changer de braquer pour deux commissions: La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) étant devenue une Commission à  fabriquer des fraudes électorales et hold-up électoraux, il faut carrément le rattacher au ministère de l'Intérieur comme organe technique. La RDC doit recouvrer sa souveraineté. Quant au Conseil Supérieur de l'Audiovisuel et Communication (CSAC) qui a échoué devrait être remanier pour défendre la liberté d'expression et de la presse.

5.. La RDC a été victime d'agression Ougando-Burundo-Rwandais. La plainte de la RDC contre le Rwanda devant la Cour Internationale de la Justice date de 1999 sous M'zée Laurent-Désiré Kabila. Cette plainte a été retirée en 2001 dès la prise du pouvoir par Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, son fameux ministre de la coopération internationale et affaires étrangères, She Okitundu y a joué un grand rà´le. Il faudra remettre cette plainte dans les instances internationales.

6.. Il faudra remettre à  l'honneur le combat des pères fondateurs et réhabilité le peuple congolais dans sa dignité.

7.. La diplomatie congolaise doit retrouver ses dents. Pas une diplomatie menteuse, nargueuse des institutions internationales mais celle qui coopère et respecte les droits de l'homme.

8. Les aspirations du bien être du peuple congolais devra être la priorité des priorités. Depuis la fuite du Maréchal Mobutu Sese Seko et son décès au Maroc en 1998, le Zaïre devenu la République démocratique du Congo souffre de la crise multiforme de légitimité. Après l'assassinat de M'zée Laurent Désiré Kabila, "Les décideurs" ont placé sur le trà´ne du Congo, un OVNI catapulté par la mafia internationale pour mieux piller ses richesses et ressources. Cela fait 16 ans qu'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale trà´ne en toute dictature et impunité au Congo.

Avec 580 partis politiques alimentaires, une classe politique corrompue, fourbe, roublarde, mangeriste et ventriote dont l'appétence vers la mangeoire, pour des intérêts égoïstes, est devenue un sport national. Tueries, massacres, vols, viols, pillages sont le lot quotidien des congolais qui sont pris en otage par un régime dictatorial et pillard. Tout semble corroborer que les élections n'auront pas lieu fin décembre 2017 !

Le calendrier électoral n'est jamais publié et les enrà´lements augurent la préparation d'une fraude massive.

Face à  la volonté manifeste de ne pas respecter l'ordre constitutionnel, d'organiser l' élection présidentielle, la reine de toutes les élections alors même Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere n'a plus droit de se représenter: 16 ans d'imposture.

L'accord de Saint Sylvestre est un accord entre les politicailleurs ventriotes congolais, il n'engage pas le peuple congolais. L'accord de Saint Sylvestre n'est pas la Constitution, il est un accord sous seing privé entre les politiques. Le peuple congolais debout doit prendre son destin en main. La Transition sans Alias Joseph Kabila ne viendra pas avec des villes mortes, Pondi Ya Ba Bébés...mais une vraie prise de conscience de chaque congolais: le Grand Congo a très mal, il n'a pas besoin d'une alternance c'est-à -dire la continuité du régime mais plutà´t d'une alternative dans le respect profond des aspirations du peuple congolais.

Partager sur : Partager