Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Affaire Anaconda de "Ya She": Okitundu accusé de pédophilie à  Abidjan, Interpol saisit en Cà´te d'ivoire !

Déborah Sylla, 17 ans, la petite copine mineure de "Ya She"

"Ya She" Okitundu, ministre des Affaires étrangères d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, a refusé d'accorder des visas aux enquêtes des Nations Unies dans l'affaire de l'assassinat de deux experts Onusiens dans le Kasaï: Michael Sharp et Zaida Catalan. Le gouvernement accuse les partisans du chef coutumier Kamwina Nsapu mais refuse une enquête indépendante. Mais "Ya She" a ordonné à  l'ambassade de la République démocratique du Congo, d'accorder un visa diplomatique, à  Mlle Déborah Sylla, sa copine de 17 ans. Donc, une mineure non accompagnée est descendue au Grand Hà´tel Pullmann à  Kinshasa, attendant son copain " Ya She" ! Abidjan accuse "Ya She" de pédophilie: un vieillard de 71 ans qui a déshabillé une fillette de 17 ans. Reste à  savoir si c'est la première fois, où plutà´t une mauvaise habitude du vieillard de déshabiller la petite. La famille de Déborah Sylla a pris comme Avocat, l'Ivoirien Bakayoko très connu au barreau d'Abidjan. L'Interpol est déjà  saisit pour capturer "Ya She" sur terre, dans les airs ou sous les eaux !

Nous sommes dans un monde de vautours. L'omerta de savoir et du savoir, sans agir par des actions concrètes, est, dangereux. Nous sommes devenus un pays des mensonges, des ventripotents, de la mangecratie dont l'osmose n'est rien d'autre que le népotisme. Nous récoltons des milliers des cadavres de nos propres frères par notre propre capitulation. Le Congo est devenu une forêt à  minerais et les congolais des primates sauvages qu'on abatte dans Eden Miniers.

Cette photo est plus que parlante. "Ya She" et son "Imposteur" de Président, 29 ans catapulté sur le trà´ne du Congo, saluent des journalistes en quittant l'Elysée. Avons-nous à  faire à  deux chefs d'Etat ? C'était le mercredi 31 janvier 2001, quelques jours après l'enterrement de M'zée Laurent-Désiré Kabila, assassiné le 16 janvier au palais des Marbres à  Kinshasa

L`histoire nous renseigne qu`en son temps, la République Démocratique du Congo avait dà» s`investir dans un lobbying fort pour faire accréditer, auprès de la communauté internationale, la thèse de l`agression dont elle était victime à  partir du mois d`aoà»t 1998 de la part de l`Ouganda, du Rwanda et du Burundi.

Entre autres pièces à  conviction brandie à  l`occasion, il y avait le `` Livre Blanc » élaboré et diffusé par le ministère des Droits Humains, sous le mandat de "Ya She" Okitundu, ministre des Affaires étrangères de la République démocratique du Congo, dont la fonction a pris fin le 31 décembre 2017, l'accord de la Saint-Sylvestre non appliqué, étant devenu caduque.

`` Les paroles s`envolent, les écrits restent » (Verba volant, scripta manent) disaient les locuteurs du latin.

Dans ce document très fouillé, l`Ouganda, le Rwanda et le Burundi étaient nommément épinglés comme pays `` agresseurs » de la République Démocratique du Congo. Une description exhaustive des violations graves des droits de l`homme et du droit international humanitaire (massacres, violences sexuelles, destructions méchantes d`infrastructures, exécutions sommaires, traitements inhumains et dégradants, etc) enregistrées en 1998 y était faite. L`horreur et la méchanceté humaine y apparaissaient en gros plan.

Après avoir longtemps fait la sourde oreille, la communauté internationale n`a pris la pleine mesure de la tragédie qui se déroulait au Congo démocratique qu`en 1999. D`où la décision de la mise en place d`une force d`interposition appelée `` Monuc » (Mission des Nations Unies au Congo). Et comme la vérité est têtue, l`Ouganda et le Rwanda ont été trahis, dans leur stratégie de dénégation de leur présence militaire chez nous, par la guerre de `` 6 jours » entre leurs armées à  Kisangani, en juin 2000.

Le 23 juin 1999, le gouvernement congolais portait plainte devant la Cour internationale de Justice (CIJ) contre le Rwanda de Paul Kagame suite à  l`agression d`une partie de son territoire par des troupes régulières de ce pays. Le 15 janvier 2001, la République démocratique du Congo, sous l'intigation de Louis Michel retirait ladite plainte. Le lendemain 16 janvier 2001, la terre entière apprenait l`attentat qui à´ta la vie au président congolais Laurent-Désiré Kabila. C'est "Ya She" Okitundu qui fut nommé ministre de la Coopération internationale et des Affaires étrangères du premier gouvernement d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, l'imposteur de Kingakati. Après avoir écrit le "Livre blanc" sous M'zée Laurent-Désiré Kabila, c'est lui qu'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale va confier la mission de retirer la plainte de la République démocratique du Congo!

Dans une ordonnance de la Cour internationale de Justice datée du 30 janvier 2001, on peut lire : ``Le président de la Cour internationale de Justice, (…). Considérant que, par lettre du 15 janvier 2001, reçue au Greffe par télécopie le même jour, l`agent de la République démocratique du Congo, se référant au paragraphe 2 de l`article 89 du Règlement, a fait savoir à  la Cour que le gouvernement de la République démocratique du Congo souhaitait se désister de l`instance et a précisé que ``celui-ci se réservait la possibilité de faire valoir ultérieurement de nouveaux chefs de compétence de la Cour»; ``Considérant que, par lettre du 22 janvier 2001, reçue au Greffe par télécopie le même jour, l`agent du Rwanda a informé la Cour que son gouvernement acceptait le désistement de la République démocratique du Congo de l`instance ; Prend acte du désistement de la République démocratique de l`instance introduite par la requête enregistrée le 23 juin 1999 ; Ordonne que l`affaire est rayée du rà´le.»

"Ya She" Okitundu est un collabo comme tous les autres politicailleurs-ventriotes-profito-situationnistes. Des sources bien informées assurent que le ``Mzée Laurent-Désiré Kabila» n`a plus jamais adressé la parole à  ``Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale», assigné à  résidence à  Lubumbashi, jusqu`à  la date fatidique du 16 janvier 2001. Un démenti aux balivernes reprises par quelques journalistes occidentaux complaisants selon lesquelles Mzée Laurent-Désiré Kabila aurait laissé un ``testament» confiant sa ``succession» à  ``son fils préféré». Questions : Pourquoi Alias ``Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale» et "Ya She" Okitundu ont-ils, contre l'Etat congolais, ordonné le retrait de la plainte contre le Rwanda? Pourquoi Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, s'il est vraiment le président congolais s`est-il gardé de relancer la procédure initiée par son prédécesseur, M'zée Laurent-Désiré Kabila, passant par pertes et profits l`agression du territoire congolais par le voisin rwandais? Est-il sain que la République démocratique du Congo et le Rwanda, pays agresseur et receleur de ses ressources, signent des accords de coopération en matière sécuritaire avant de vider le contentieux relatif aux menées subversives de ce pays sur le sol congolais?

"Ya She" Okitundu avec le Président Alassane Ouatara à  Abidjan en Cà´te d'Ivoire

On dit de "Ya She" Okitundu, qu'il est brillant et discret. L'affaire de son Anaconda est public. Tout le monde a vu ! On dit encore de "Ya She" Okitundu, qu'il a mené une offensive diplomatique qui a séduit les pays africains. Ces derniers ont soutenu, la candidature de la République démocratique du Congo au comité des droits de l`homme des Nations Unies, est-ce que c'était pour échapper à  ses crimes de pédophilie ?

Les pays africains qui ont soutenu un pays où des dirigeants sont des imposteurs,violeurs, criminels, bandits...doivent se mordre les doigts.

Le destin de "Ya She" Okitundu est lié à  celui de l'Incapacitaire de Kingakati...finiront-ils par être capturés ensemble ?

Partager sur : Partager

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.reveil-fm.com/index.php?trackback/5928

Fil des commentaires de ce billet