Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Pourquoi doit-on refuser à  un Kasaïen d'être Président?

Des chefs coutumiers Kasaïens

ça balance dans les réseaux sociaux. Un rwandais qui a pris le pseudo congolais de Yve (sans s) Tambwe, qui a étudié à  l'université de Montréal avec une bourse du Congo et qui réside à  Kinshasa, Kanambiste Kazemberiste pur sucre a osé écrire son mur Facebook : Le président Kabila peut partir du pouvoir, mais ça ne sera jamais un kasaïen à  la tête du pays, un peuple problématique et maudit !

Les Congolais sans trop réfléchir tombe dans ce piège rwandais de l'os jeté devant des chiens. Mon indignation est celui d'un Congolais qui Katangais, Kasaïens, Mukongo, Kivutien, Mungala, Bandundois...

Dans le Kasaï, sur la route de Mbuji Mayi vers Mwene-Ditu : Robert Ndaya de RTOP, Christophe Boisbouvier de RFI et Freddy Mulongo, Réveil FM et Président des Radios Communautaires.

Un kasaïen n'est-il pas un Congolais ? Mieux, pourquoi un Congolais d'origine Kasaïenne n'aurait-il pas droit de devenir Président de la République ? Le comble est que Yve (sans s) Tambwe a choisi comme photo de profil Henri Mova. Voudrait-on revenir au pogrom des Kasaïens au Katanga sous Mobutu ? Ceux qui réfléchissent uniquement sur leurs élans éthno-clano tribalistes non rien avoir avec la République ! Nous vivons en France, Allemagne, Suisse, Belgique, Chine...au Canada et aux Etats-Unis. Beaucoup d'entres-nous sont intégrés, ont des amis Français, Canadiens, Chinois, Indiens...Chez nous, nous voulons nous recroquevillés sur notre tribu, ethnie et clan ? Il y a quelque chose qui ne tourne pas rond !

Kasaï à  Mbuji-Mayi, formation des radioteurs !

Pourquoi les Congolais se laissent si facilement manipulés par des rwandais extrémistes, qui tirent des ficellent dans le noir et des Congolais tombent si facilement dans le panneau ? Au Rwanda, ils ne sont que trois tribus: Hutu, tutsi et twa. En République démocratique du Congo, nous avons plus de 450 tribus et aucune n'est majoritaire. Cette histoire d'être une tribu minoritaire et de jouer sur sa sa minorité pour faire des revendications fallacieuses, nous vient du pays de Mille collines. L'infiltration est telle que les Congolais commencent à  oublier ce qui fait la force et la grandeur d'à¢me du pays: L'unité.

Visite de la grue géante, la `` Dragline » de la Miba. Interview d'un ingénieur par Freddy Mulongo et Christophe Boisbouvier

Turbulent, à  10 ans, papa m'a enlevé à  l'école Les Flamboyants à  la Gombé, pour me placer à  l'internat, à  l'école primaire Saint-Jean Bosco de Kisantu dans le Kongo-Central, à  120 Km de Kinshasa. Les pères ont refusé d'abord de me prendre arguant que j'étais tout petit. Ils m'ont imposé un examen d'admission, que j'ai réussi tout juste. Sur insistance de Papa, je suis resté à  Kisantu. Je n'ai plus étudié à  Kin. De Kisantu à  Kipako puis à  Lemfu, j'ai pu cà´toyer les enfants du Congo de toutes les provinces, y compris ceux des dignitaires de la République. Belle expérience de vie, qui a renforcé ma notion de solidarité: J'ai pu payer le billet de retour pour Kinshasa, sans que cela soit un problème. Lorsque quelqu'un d'entre nous était faible dans un cours, nous l'encourageons et l'épaulions. Alors qu'au réfectoire, nous avions souvent droit au haricot rouge...Ma famille Bakongolais m'amenait du pondu, des binzo, des mayebo...Ce qui étonnait le père supérieur qui m`apostrophait devant tous mes collègues. "Mulongo Muluba Ba Luba Ba Bebisi Nsi ", nous rigolions car cela se disait sans méchanceté! En 5ème des humanités , j'étais déjà  dans l'équipe de rédaction de "Ngwisana", le journal de l'Institut.

C'est en France que j'ai vraiment découvert la liberté d'expression ! Sous la présidence de François Mitterrand, la libération des Ondes fut effective. Le projet de Réveil FM, je l'ai commencé en 1995, mais dans l'entre-temps, tout en poursuivant mes études, j'ai animé plusieurs radios libres en France. Personne ne pensait que le régime du Maréchal s'écroulerait comme un chà¢teau de carte, deux ans plus tard ! A mon retour au pays, pour la création de Réveil FM en 1999, et après nos assises de 2001, élu Président des radios associations et communautaires. J'ai défendu comme j'ai pu avec d'autres, l'instauration du pluralisme médiatique, la pluralité d'opinions mais surtout , ce tiers secteur du paysage audiovisuel congolais. En 2001, il n'y avait que 10 radios communautaires dans toute la République. En quittant la RDC, prenant le chemin de l'exil, en mars 2007, j'avais laissé plus de 230 radios en République démocratique du Congo, notre pays était devant l'Afrique du Sud et le Mali, pourtant précurseurs pour des radios communautaires. Lorsque le régime d'imposture, d'occupation et des médiocres s'enorgueilli pour dire qu'il y a liberté de la presse en RDC, parce qu'il y a autant des radios, je rigole ! Le même régime qui mettait des bà¢tons dans les roues pour le fonctionnement de ces médias, fait de la récupération politico-politicienne. Mais j'ai appris à  connaitre et à  découvrir le Congo dans sa grandeur et ses diversités. J'ai été à  Muanda, Boma, Matadi, Isiro, Bunia, Beni, Butembo, Bukavu, Goma, Kasumbalesa, Kipushi,Kalemie, Boya, Kamonia, Muene Ditu, Kikwit, Idiofa, Kenge, Kananga, Tshikapa, Kisangani...j'en oublie sans doute certaines villes.

Quand je défends le Congo, je sais qui je suis, d'où je viens donc je ne me laisse influencer par des considérations tribalo-ethniques. Le patriarche de la résistance congolaise, Julien Ciakudia Sr n'a-t-il pas raison de s'insurger ? Pourquoi le Kasaïen doit-il devenir le mouton noir de la République ? Pourquoi même ceux qui ont été dans des grandes universités peuvent si bas, en étalant leurs élans tribalistiques ? Les Congolais doivent se ressaisir vite et éviter dans ce piège tendu par des extrémistes rwandais. Alias Joseph Kabila, le taximan de Dar-es-salam a usurpé la nationalité congolaise qui lève le petit doigt ? Le Kadogo est Roi au Congo, trois ans seulement après son arrivée sur le sol congolais, est-il plus congolais que des Kasaïens qui ont toujours été là  ?

Julien Ciakudia Sr, patriarche de la Résistance Congolaise

Face à  la menace du tribalisme le patriotisme doit triompher !

Ne vous laissez pas divertir par les terroristes extrémistes génocidaires sanguinaires, pilleurs, violeurs, rwandais. Ils prennent vos noms sur Facebook et cherchent à  lire vos pensées en vous divisant pour continuer tranquillement l'occupation. SVP ne répondez pas à  ces extrémistes qui croient se jouer de la naïveté de certains des Congolais. Le Congo aux Congolais. Je suis Kasaien et je peux vous rassurer que je serais bientà´t Président du Congo avec le support de mes compatriotes Congolais de toutes les provinces et tribus du Congo car ils sont tous avec moi chaque jour sans tribalisme dans ce combat pour la libération totale de notre pays des mains de ces petits extrémistes terroristes venus du Rwanda qui occupent et pillent notre pays en nous divisant avec ce type de message. Plus jamais ça. Ne tomber jamais dans leur piège au risque de perdre l'attention sur l'essentiel : la libération totale du Congo et de son peuple de l'occupation, du génocide et du pillage amplifié de nos ressources. Mettons nos ensembles fils et filles du pays , chassons ces extrémistes par tous les moyens incluant ceux militaires, mettons fin ensemble chers patriotes Congolais à  cette monstruosité qui nous humilie depuis lus de deux décennies. Je suis Muluba, Kasaïen et Congolais avec tous les Congolais de toutes ethnies, clans et tribus. Oui je serais bientà´t le Président du Congo et de tous les Congolais. Le Congo aux Congolais. Congolais prends ton pays en mains.

LA PATRIE OU LA MORT !

Le Patriarche Julien Ciakudia Sr

Vivre en Occident et continuer de se comporter comme des villageois, c'est regrettable !

Partager sur : Partager