Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Etudes Supérieures: "Parcoursup" fait sa rentrée avec Edouard Philippe, Premier ministre !

Le Premier ministre Edouard Philippe entrain de s'informer sur "Parcoursup".

Les Lycéennes ont une semaine pour se familiariser avec la plate forme. Les règles ont changé. "Parcoursup" la nouvelle plate forme d'orientation des futurs bacheliers a ouvert ses portes, hier à  Paris, à  la cité scolaire Buffon, en présence du Premier ministre Edouard Philippe, la ministre de l'Enseignement supérieur, Frédérique Vidal, et son homologue à  l'Education, Jean-Michel Blanquer en remplacement du dispositif Admission post-bac (APB).

Pendant une semaine, les élèves sont invités à  se familiariser avec le site, qui se veut plus lisible, et consulter les offres de formation. Du 22 janvier au 13 mars,ils pourront formuler jusqu'à  10 vœ“ux, contre 24 auparavant, sans avoir à  y hiérarchiser. Pour chacun de ces choix, ils devront joindre une lettre de motivation, ainsi qu'un relevé avec leurs notes de première, de terminale, et l'avis du conseil de classe. Ils recevront ensuite des réponses au fur et à  mesure à  partir du 22 mai.

Pour les filières sélectives, celles dont les capacités d'accueil sont limitées, il n'y a pas de changement par rapport à  APB. Les bacheliers auront ainsi trois réponses possibles : "Oui", "Non" ou "Sur la liste d'attente", en attendant qu'un candidat retenu se désiste. Pour les autres filières, la réponse est "Non" a été remplacée par "Oui Si".

"La sélection n'est pas la solution"

Ce qui suscite surtout l'inquiétude des syndicats et des fédérations de parents d'élèves, c'est la possible sélection que pourrait introduire cette nouvelle plate-forme. `` Il n'y a pas une université qui définit les attendus de la même manière, s'emporte Jimmy Losfeld, président de la Fage, première organisation étudiante, qui a soutenu le plan du gouvernement. Les universités pensent que les attendus vont permettre de sélectionner. Cela n'a aucun sens. On perd totalement l'esprit du plan Etudiants, selon lequel la seule vocation des attendus était de déterminer les néobacheliers en difficulté pour leur proposer un parcours d'accompagnement personnalisé. »

Dans les universités, une pétition `` La sélection n'est pas la solution », a été lancée par l'association des sociologues enseignants du supérieur et soutenue par l'Unef.

Partager sur : Partager