Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Assemblée nationale: Jean-Luc Mélenchon tenait une conférence intitulée : "Institutions : le changement inévitable"!

Jean-Luc Mélenchon, chef de l'opposition de la Gauche française

Le jeudi 4 octobre 2018, jour du 60e anniversaire de la Constitution de la 5e République, Jean-Luc Mélenchon tenait à  l`Assemblée nationale une conférence intitulée : ``Institutions : le changement inévitable».

Le président du groupe ``La France insoumise» a expliqué comment la 5e République était devenue un outil de privation du peuple de sa souveraineté et comment l`exercice du pouvoir macroniste aggravait encore ce phénomène. Il a décrit comment le peuple était entré en ``grève civique» et s`abstenait de plus en plus aux élections législatives.

Face à  ce système vermoulu, il a appelé à  la mise en place d`une assemblée constituante pour redéfinir la règle du jeu politique et pour que le peuple se saisisse de ses institutions. Il a également expliqué qu`il faudrait introduire de nouveaux droits politiques et individuels dans la Constitution de la 6e République comme le référendum révocatoire (pour révoquer un élu en cours de mandat), le référendum propositionnel (pour proposer une loi), le référendum abrogatif (pour abroger une loi), le droit au suicide assisté, le droit à  l`IVG ou encore le droit de choisir son état civil.

Soixante ans après, la Ve République inspire des sentiments mitigés aux Français. La Vème République est-elle toujours valable ?

Elle a 60 ans aujourd'hui. La Ve République a-t-elle bien vieilli ? Qu' a-t-elle réussi ? Où a -t-elle échoué ? Est-elle encore valable alors qu'elle a été taillée sur mesure pour le Général de Gaulle ? Analyse de Guillaume Perrault (Figaro Vox)

SONDAGE - Selon une étude Odoxa pour Le Figaro, seuls 44 % des Français expriment un attachement au régime fondé par le général de Gaulle.

En soixante ans d'existence, la Ve République a pris du plomb dans l'aile. Adoptée par huit Français sur dix en 1958, elle ne provoque plus de transports d'enthousiasme dans le cœ“ur des Français. Seuls 44 % d'entre eux se disent attachés au régime fondé par le général de Gaulle, selon le sondage Odoxa Dentsu Consulting pour Le Figaro et France Info. Une désaffection déjà  notée dans un sondage Odoxa de 2014: 62 % des Français se disaient favorables au passage à  une VIe République.

Les sympathisants Les Républicains (LR), parti fils du gaullisme, sont les plus fidèles au régime actuel (68 %), devant les proches de La République en marche (LaREM, 66 %). Les socialistes, héritiers d'un président, François Mitterrand, longtemps hostile à  la Ve, se sont convertis: ils sont une majorité (56 %) à  exprimer leur affection vis-à -vis de la Constitution. Loin devant les sympathisants de Jean-Luc Mélenchon (40 %), partisan d'une VIe République.

Les moins attachés (27 %) à  la Ve République sont les sympathisants du Rassemblement national (RN, ex-FN). Une hostilité surprenante: même si Marine Le Pen propose une République référendaire avec des consultations plus fréquentes pour ``redonner la parole au peuple», elle n'a jamais proposé de changement de régime.

Outre leur opinion mitigée sur la Ve, les Français ne sont que 53 % à  se dire attachés à  l'élection du président par tous les Français. Une disposition pourtant largement adoptée en 1962, par 62,25 % des électeurs. ``Si cette procédure enchante ceux à  qui ce mode de scrutin a permis de gouverner (PS, LR, LaREM), elle désole profondément les autres (LFI, RN)», note le président d'Odoxa, Gaà«l Sliman.

Organisée tous les cinq ans depuis 2002, cette élection reste tout de même ``un moment démocratique particulièrement fort» pour 62 % des Français, mais ``rend un peu fous les politiques briguant l'élection présidentielle», selon 71 % d'entre eux. Les partisans de Jean-Luc Mélenchon, convaincu que les Français ont été ``intoxiqués, infestés de mentalité césarienne», sont 75 % à  le penser.

Aux yeux des Français, François Mitterrand et Jacques Chirac représentent les meilleurs présidents de ces quarante dernières années

Les critiques contre un pouvoir trop vertical datent des débuts du régime, cette ``synthèse entre la monarchie et la République» voulue par de Gaulle, mais elles sont toujours présentes dans l'esprit des Français. 62 % d'entre eux estiment que notre régime est plus susceptible de favoriser les dérives d'un pouvoir trop personnel, par rapport à  un régime parlementaire, comme en Italie, Allemagne ou Espagne.

Sans pour autant y gagner en stabilité: 59 % des sondés considèrent que notre système est moins efficace qu'un régime parlementaire. ``Il faut lire dans ces résultats une injonction forte à  revoir notre système pour le “parlementariser” davantage», décrypte Gaà«l Sliman. De fait, 66 % des Français considèrent que l'Assemblée est un acteur ``utile» de la Ve République. Ne partagent cette opinion que 42 % des sympathisants de Marine Le Pen, sous-représentés parmi les députés en raison du scrutin majoritaire.

Que reste-t-il de la Vème République ?

Pour ``que toutes les sensibilités soient justement représentées» à  l'Assemblée, Emmanuel Macron propose l'élection de 15 % des députés à  la proportionnelle. Une mesure approuvée par une imposante majorité des sondés (65 %), tout comme la réduction d'un tiers du nombre de parlementaires (84 %) et la limitation à  trois du nombre de mandats consécutifs pour un élu (84 %).

Enfin, aux yeux des Français, François Mitterrand et Jacques Chirac représentent les meilleurs présidents de ces quarante dernières années. Une prime à  l'ancienneté? Pas tout à  fait. Valéry Giscard d'Estaing figure à  la quatrième place. Derrière Nicolas Sarkozy.

Partager sur : Partager

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.reveil-fm.com/index.php?trackback/6202

Fil des commentaires de ce billet