Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

RDC: Plus de 25 000 enfants Congolais vivent et dorment dans les rue à  Kinshasa !

RDC: Plus de 25 000 enfants vivent et dorment dans les rue à  Kinshasa !

La course à  l'enrichissement illicite du régime illégitime actuel en République démocratique du Congo est criante. La pointe de l'Iceberg d'un vol organisé, pour piller et mettre à  genou, la Nation congolaise... 15 millions de dollars viennent de disparaître à  la présidence usurpée de Angwalima Félix Pétain Bizimungu Tshilombo, grand Fakwa devant l`Éternel et la Nation. Les inspecteurs des Finances de la République ont été séquestrés, molestés et menacés. L'Etat de droit et la démocratie annoncés avec pompe, par Monsieur 15% qui a bénéficié d'une nomination électorale après un odieux deal contre le peuple congolais, sont des slogans creux. Tshilombo, président Quado et nommé, est et demeure le grand voleur du destin de notre peuple. Il est entré dans l'histoire par la fenêtre, il en sortira par le toit de la maison. Son père, Etienne Tshisekedi wa Mulumba disait le "Peuple d'abord". L'imposteur et usurpateur Félix Pétain Bizimungu Tshilombo clame le "Ventre d'abord" ! Avec ses mafieux voyous, checkuleurs et gangsters, Tshilombo dirige par défi et condescendance, sans aucune légitimité. Depuis que Félix Pétain Bizimungu Tshilombo a été nommé, peut-il dire quel son salaire ? A-t-il fait la déclaration de son patrimoine ? Si Oui, il faut qu'il dise d'où provient ce patrimoine, puisqu'en Belgique, il vivait avec l'aide de l'Etat, le CPAS ! Avec ses 40 voyages inutiles pour le pays, sait-il qu'il y a plus de 25 000 enfants Congolais qui vivent et dorment dans les rues à  Kinshasa ?

Plus de 25 000 enfants vivent et dorment dans les rues de cette immense ville de Kinshasa. Si beaucoup sont descendus dans la rue à  cause de la misère familiale, d'autres viennent de familles en conflit ou encore ont été accusés de sorcellerie. Ces enfants ne sont-ils que de petits bandits, de petits voleurs, de petits sorciers à  rejeter ? Ou bien seulement des victimes du désordre social ?

Si certains garçons s`adonnent à  des petits travaux tels que le chargement de bus, le nettoyage des véhicules, d`autres, par contre, recourent même aux vols et extorsions, soutient-ils. Quant aux filles, a-t-il indiqué, la plupart se livrent à  la prostitution. Ce qui les expose aux infections sexuellement transmissibles et aux grossesses précoces et non désirées car elles sont à  la merci des violences sexuelles.

`` Ils sont estimés à  plus de vingt-cing mille dont 40% sont des filles, ces enfants subissent toutes sortes de traitements inhumains.

Depuis toujours, la présence des enfants dits `` enfants de la rue » a toujours inquiété la population de la ville de Kinshasa.

Ces enfants abandonnés, délaissés, isolés, des fois même éloignés involontairement de leur famille, par manque d`affection des parents, des souffrances qu`ils endurent, deviennent alors des hommes et femmes sans aucune éducation, des hors la loi.

La sorcellerie, principale croyance. Pourquoi un tel rejet des enfants ? Dans un pays ravagé par la misère, où des politicailleurs-ventriotes viennent à  la politique non pour servir mais plutà´t pour s'enrichir, la misère est une source pour régner sur les plus faibles. Il faut dire aussi que les croyances sont très ancrées dans les mentalités. On fuit le réel pour s'adonner au surnaturel. Les Binzambi Nzambi prà´nent prospérité et vérité. Une sorte d`échappatoire face à  la dure réalité. Les Églises de réveil sont très populaires et exerce une grande influence en République Démocratique du Congo. Dans chaque commune de la capitale, on compte 300 églises en moyenne, presque à  chaque coin de rue. Ces églises sont imprégnés de la culture liée à  la sorcellerie.

La parole des pasteurs, souvent autoproclamés, est très écoutée et peu remise en cause. Chaque malheur ou fait étrange est considéré comme résultant de la sorcellerie. à€ ce jeu là , les enfants sont les cibles privilégiées. Sans éducation, ils peuvent constituer un poids. Au moindre malheur familial, ils sont accusés d`être sorcier. à€ partir de ce moment, le jeune est condamné. Si la famille a les moyens, elle l`amène voir l`un de ses pasteurs (le plus souvent non formé à  la théologie) qui l`exorcise le temps d`un rituel.

L`enfant doit ensuite avouer qu`il est sorcier (un aveu fait sous pression) avant dans la plupart des cas, de se faire chasser de la maison familiale. Une fois dans la rue, il est exposé aux violences physiques, psychiques et sexuelles et se retrouve forcé à  la mendicité ou à  la prostitution (pour la majorité des filles) pour survivre.

Un pays doit penser à  son avenir. Chanter les enfants de rue dans les chansons "Chance Eloko Pamba" ne suffisent pas. M'zée Laurent-Désiré Kabila passer ses Noà«ls et fêtes de nouvel an avec eux, cela n'est pas suffisant non plus.

Kinshasa est le miroir de la République. Les enfants de rue sont présents dans toute la République démocratique du Congo. Voilà  un grand chantier de la République. Une Nation n'a pas pour vocation d'abandonner ses fils et filles au bord des routes. Il faut former et intégrer les enfants de rue dans la République.

Former et intégrer les enfants de rue, ne signifie en cas faire des déclarations tapageuses du type "Gratuité de l'enseignement" comme en a le secret Mabudincrate Félix Pétain Bizimungu Tshilombo: sans études préalables ni planifications. Oubliant que si l'école est gratuite, il faut mieux payer les enseignants et l'Etat doit subventionner les écoles privées.

La République intègre, elle n'exclut pas !

Partager sur : Partager

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.reveil-fm.com/index.php?trackback/6599

Fil des commentaires de ce billet