Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

RDC: Vérités de Peter Schweizer dans Clinton Cash" !

RDC: Vérités de Peter Schweizer dans Clinton Cash" !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Bill Clinton cash 1.jpg, mar. 2020

En République Démocratique du Congo, les Congolaises et Congolais souffrent et meurent comme des mouches. Ils vivent dans un pays riche en ressources dont ils ne bénéficient pas. Il faut lire "Clinton cash", le chapitre 8 et à la page 119 pour mieux comprendre ce qui nous arrive.

La plupart des entreprises installées au Rwanda d'où elles pillent notre coltan et café du Kivu ont la propriété d'avoir leur siège social a Arkansas, la ville natale de Bill Clinton, ou d'avoir un PDG (Chef Exécutive Officier) proche de Bill Clinton.
Ce dernier était le principal artisan de l'agression contre le Zaïre du régime 1997 ayant abouti a une chute du régime Mobutu qui devait permettre aux multinationales d'etre désormais libres de piller nos richesses du sol et sous-sol.
Depuis lors, Bill Clinton est devenu Conseiller privé de Paul Kagame.

Clinton Cash: l'histoire inédite de comment et pourquoi les gouvernements et entreprises étrangers ont aidé à enrichir Bill et Hillary

En 2000, Bill et Hillary Clinton devaient des millions de dollars en dettes légales. Depuis lors, ils ont gagné plus de 130 millions de dollars. D'où vient l'argent? La plupart des gens supposent que les Clinton ont amassé leur richesse grâce à des offres de livres lucratives et à des frais élevés à six chiffres pour les concerts. Maintenant, Peter Schweizer montre qui est vraiment derrière ces énormes paiements.

Dans ses livres à succès Extortion et Throw Them All Out du New York Times, Schweizer a détaillé les schémas de corruption officielle à Washington qui ont conduit à des démissions du Congrès et à de nouvelles lois sur l'éthique. Dans Clinton Cash, il suit la piste de l'argent Clinton, révélant le lien entre leur fortune personnelle, leurs «amis personnels proches», la Fondation Clinton, les nations étrangères et certains des plus hauts rangs du gouvernement.

Schweizer révèle les transactions troublantes de Clinton au Kazakhstan, en Colombie, en Haïti et ailleurs à la frange du "Far West" de l'économie mondiale. Dans cet exposé à succès, Schweizer présente simplement les faits troublants qu'il a découverts. Méticuleusement recherchée et scrupuleusement approvisionnée, remplie de révélations faisant la une des journaux, Clinton Cash soulève de sérieuses questions de jugement, d'endettement possible envers un éventail d'intérêts étrangers, et, finalement, d'aptitude à une haute fonction publique.

Selon Hillary Clinton, quand elle et son mari ont quitté la Maison-Blanche, il y a quinze ans, ils étaient « sur la paille ». Aujourd’hui, ils possèdent plus de 150 millions de dollars.

Dans le nouveau documentaire « Clinton Cash », il apparaît on ne peut plus clairement que l’ancien couple présidentiel est passé de la pauvreté à une richesse obscène – mais oui, obscène.

Comme le montre le film, les Clinton sont des parrains de la politique qui passent à travers tout, si on les compare, par exemple, à un autre couple du microcosme de Washington, l’ancien gouverneur de la Virginie, Bob McDonnell et sa femme, Maureen.

Les McDonnell ont été condamnés pour avoir accepté plus de 150 000 dollars de cadeaux d’un homme d’affaires, quand le gouverneur était en poste. Les Clinton, quant à eux, ont engrangé 700 fois ce montant, soit 105 millions, alléguant qu’il s’agissait de rémunérations pour des conférences données à l’époque où Hillary occupait une fonction publique.

Pourtant il se pourrait bien que les McDonnell se retrouvent en prison alors que les Clinton, eux, sont de nouveau en route vers la Maison-Blanche.

Le documentaire s’inspire d’un livre de l’ancien membre de l’Association Hoover, Peter Schweizer, et il vient juste d’être présenté au Festival de Cannes. Il va être projeté dans les grandes villes américaines, y compris à Philadelphie, pendant la Convention du parti démocrate qui s’y déroule en juillet.

Le travail de Schweizer a résisté un an à l’examen pointilleux des critiques. Ce sont, en effet, des faits qui nous sont rapportés ici, ce n’est pas une fiction. Et ces faits sont éloquents.

Ce film vous emmène autour du monde, pour retracer la façon dont les Clinton ont personnellement empoché, pour des conférences, des sommes à six chiffres et amassé des milliards de dollars pour leur fondation familiale.

De quelle façon ? En mettant à profit le poste d’Hillary comme Secrétaire d’État et potentielle future présidente.

Elle et son ex-président de mari se sont vendus aux titans, aux dictateurs et à des personnages peu recommandables du Nigéria, du Congo, du Kazakhstan et des Emirats arabes unis, sans oublier Goldman Sachs et la TD Bank.

En chemin, les Clinton ont trahi les valeurs dont ils font tant de cas dans la campagne électorale comme les droits de l’homme, le respect de l’environnement et la démocratie.

C’est la raison pour laquelle Schweitzer va projeter ce documentaire à Philadelphie, il veut montrer aux militants sincères la façon dont, pour amasser leur fortune, les Clinton ont utilisé leurs principes progressistes et les ont bafoués.

Ils ont gagné la plus grande partie de leur argent en donnant des conférences. Rien de plus simple : les rémunérations de Bill se sont envolées quand Hillary a été nommée Secrétaire d’État en 2009. Cet élément suggère que les pays et les sociétés qui l’invitaient comptaient avoir plus qu’une conférence de Bill, ils s’attendaient aussi à obtenir ce que sa femme pouvait offrir.

Ainsi, le propriétaire d’un journal nigérien lié au Parti démocratique du peuple au pouvoir, parti qui n’a rien de démocratique d’ailleurs, a-t-il payé à Bill une somme faramineuse de 1,4 million de dollars pour deux conférences en 2011 et 2012. En encaissant leurs chèques, les Clinton ont, bien sûr, ignoré les violations des droits de l’homme commises par le président, Goodluck Jonathan.

La secrétaire Clinton a même fait une visite officielle au Nigeria en 2012 et a félicité Goodluck Jonathan pour ses « efforts de réforme », qui n’ont pas la moindre réalité. Ce pouvoir se voyait ainsi légitimé par les États-Unis à un prix défiant toute concurrence. Et en agissant ainsi, elle fait exactement le contraire de ce que le Comité des Droits de l’homme l’avait implorée de faire.

Encore un exemple des agissements douteux mais lucratifs de ce couple. Ainsi la TD Bank n’a jamais demandé à Bill Clinton de venir faire une conférence pendant les huit années après son départ de la Maison-Blanche. Mais, en 2009, quatre jours après la nomination de Hillary au poste de Secrétaire d’État, Bill a donné la première d’une série de conférences pour lesquelles TD Bank a payé plus de 2 millions de dollars. Une somme ahurissante.

Et vous savez quoi ? La TD Bank était l’actionnaire principal de l’oléoduc Keystone XL, pour lequel il fallait l’aval du Département d’État. Et voilà que Hillary Clinton décide de soutenir la construction de l’oléoduc, pourtant une hérésie pour les écologistes, et qu’elle retarde son rejet par l’administration Obama.

Coïncidence ? Il n’y a pas de preuves irréfutables que les conférences des Clinton soient rétribuées ainsi en échange de promesses. Cependant, selon Schweizer, on a la certitude que d’autres hommes politiques qui se conduiraient de cette façon devraient certainement en subir les fâcheuses conséquences. Certains sont d’ailleurs allés en prison pour bien moins.

Regardez les McDonnell. Leurs avocats soutiennent qu’ils sont innocents parce qu’ils se sont contentés d’ouvrir des portes. Ils n’ont jamais dit expressément : « Donnez-moi de l’argent et je ferai ce que vous voulez. »

Les McDonnell ont fait appel devant la Cour suprême où il se peut que leur condamnation soit cassée. Le président de cette cour, John Roberts, a suggéré, en effet, que les hommes politiques ne devraient pas être condamnés pour corruption à moins qu’on ne puisse fournir la preuve d’une contrepartie.

Cela peut être une bonne norme pour les tribunaux.

Les électeurs cependant sont à même de voir la corruption à l’œuvre dans cette politique d’octroi de marchés aux donateurs. C’est la raison pour laquelle, le jour de l’élection, ils doivent voter contre la Reine des corrompus, Hillary Clinton.

Betsy McCaughey est membre sénior au London Center for Policy Research.

Source : New York Post, le 17/05/2016

https://fr.euronews.com/2016/05/19/clinton-cash-documentaire-a-charge-contre-hillary-clinton?jwsource=cl&fbclid=IwAR0pwYoWqIhO5piXXGetZE-7HtRpmEYE9dTQMiT2HN1JJBDy4wIhE7nhfyU

Partager sur : Partager

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.reveil-fm.com/index.php?trackback/6833

Fil des commentaires de ce billet