Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Hommage au Grand Patriarche Freddy Mulongo Mulunda Mukena aurait 81 ans ce mois !

Hommage au Grand Patriarche Freddy Mulongo Mulunda Mukena aurait 81 ans ce mois !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-FM.jpg, mar. 2020

"Toujours fier de t'avoir eu comme Père. Tu as vécu et prôné la simplicité dans la dignité et le respect. Tu aurais eu 81 balais ce jour, merci pour tout Papa et merci encore mon Génie. repose en Paix auprès du Père". Pathron Mulongo

Je ne sais pas si dans la famille Mulongo, nous aurions encore un homme orchestre aux multiples talents, un touche-à-tout que fut le grand Patriarche Freddy Mulongo.

Il était vraiment de son père le pasteur David Mulongo Wa Kumunwa Na Leza, premier administrateur à l'époque coloniale de Malemba Nkulu: Uta Ongompa Mungu, Uta eshimiya Muntu Ata Muongoka sasa Mungu " ! "Tu craindra Dieu, mais respectera l'homme" !

Freddy Mulongo-FM 1.jpg, mar. 2020

Il aimait son pays le Congo et ses compatriotes. Il n'a jamais été un tribaliste mais au contraire chaque Congolais qui avait du talent pouvait compter sur lui, au détriment parfois de sa propre famille. Le Grand Patriarche Freddy Mulongo était généreux et bon mais savait être ferme à ceux qui jouaient aux parvenus et arrivistes. Il ne se laissait pas impressionner par des profito-situationnistes. Et il ne se laissait pas marcher sur les pieds.

La bravitude du Grand Patriarche Freddy Mulongo était connu de tous. Il savait bravé la peur.

En 1979, au Zaïre de Mobutu, INTERPELLATION : "Demande d'explications adressée au gouvernement par un membre du Parlement en séance publique ", indique le Petit Robert. L' " interpellation " est devenue l'un des mots-clés du vocabulaire politique zaïrois. Pendant quelques semaines, cette procédure parlementaire a permis l'ouverture d'un débat retentissant. Une vague de critiques - presque toujours pertinentes - a déferlé sur les responsables de la gestion gouvernementale. Le président Mobutu, n'a pas été épargné par ces philippiques ?

00000000000freddymulongo-Freddy Mulongo24.jpg, mar. 2020


Le droit d'interpellation a été introduit en 1977 dans la Constitution, laquelle, en son article 84, " confère au conseil législatif le pouvoir de contrôle périodique sur le conseil exécutif ". Les deux cent soixante-huit membres du conseil législatif ont été élus au suffrage universel (avec pluralité de candidatures). Même s'ils sont tenus d'appartenir au Mouvement populaire pour la révolution, le parti unique, ils s'estiment, à bon droit, beaucoup plus représentatifs de la population qu'à l'époque où ils étaient choisis sur une liste unique arrêtée par les instances du parti.

Aussi les députés (commissaires du peuple) ont-ils profité de l'occasion offerte. Aucun n'a ménagé le gouvernement. Leur connaissance des dossiers a paru honorable. Quoique parfois houleux, les débats ont conservé une bonne tenue. Ils se sont étalés sur plusieurs semaines, entre le 16 novembre et la fin décembre 1979. Cinq ministres (commissaires d'État) ont été mis sur la sellette.

Freddy Mulongo-Mimoya.jpg, mar. 2020

Le premier commissaire d'État (chef du gouvernement), Mpinga Kasenda a été interpellé sur " l'insécurité, les vols et le banditisme ". Demandes d'explication ou procès du régime ? Face à la vivacité de ses interlocuteurs, le premier commissaire d'État a posé la question.

Le commissaire d'État aux affaires étrangères. Umba di Lutete, a été sommé de s'expliquer sur la prolifération des passeports diplomatiques et sur le non-usage d'une partie des crédits alloués par le Fonds européen de développement (FED) au Zaïre dans le cadre de la convention de Lomé. La réponse de M. Umba comme celle de M. Moloni, commissaire d'État au commerce, ont été jugées insuffisantes par les parlementaires. Ceux-ci ont notamment accusé d'incompétence les responsables chargés de préparer les dossiers à soumettre aux experts du FED. Citant Claude Cheysson, ils ont dénoncé la lenteur administrative zaïroise et l'absence d'harmonisation entre les ministères. Le Zaïre, ont-ils souligné, n'a pas pu profiter d'un crédit de 35 millions d'unités de compte pour la seule raison que ses dossiers étaient incomplets et mal présentés.les interpellations furent instaurées par des députés nationaux pour interpeller les mandataires publics.

Fraîchement nommé par Mobutu Sese Seko ministre Ministre à l'ONPTZ (Officie National des Postes et Télécommunication du Zaïre) le Général Molongia a mordu sa langue lors de son interpellation par le député du Katanga, l'ingénieur Freddy Mulongo. Désemparé par des questions, le Général Molongia originaire de l'Equateur comme Mobutu Sese Seko, Molongia, ira jusqu'à traité les parlementaires des gens "aux abascost fatigués. L'abacost, abréviation de « à bas le costume », est une doctrine vestimentaire imposée par Mobutu en vigueur au Zaïre entre 1972 et 1990. Afin d'affranchir la population de la culture coloniale, elle interdisait le port du costume et de la cravate, au profit d'un veston d'homme, lui-même appelé « abacost » sans col, taillé dans un tissu léger et généralement à manches courtes.

En tant que Général il pouvait les arrêter tous". C'est fut la fin de la carrière du Général Molongia...Il a été limogé en douce, même si la coterie Ngandi a continué à fulminer contre l'insolent député du Katanga, Freddy Mulongo.

Le Grand Patriarche Freddy Mulongo était généreux et bon mais savait être ferme à ceux qui jouaient aux parvenus et arrivistes. Il ne se laissait pas impressionner par des profito-situationnistes. Et il ne se laissait pas marcher sur les pieds.

Gouverneur de la province du Katanga, le général Eluki Monga Aundu survole la ville en hélicoptère et vois une belle villa dans le quartier résidentiel du golf. "Ndaku wana ya nani ? Ndaku ya Freddy Mulongo lui répond ses subalternes". Le général Eluki envoie ses militaires pour déloger la famille Mulongo. Le patriarche quitte la session parlementaire à Kinshasa et rentre précipitamment à Lubumbashi. En trouvant les militaires du Général Eluki chez lui sans autorisation, Freddy Mulongo demanda une feuille de papier arraché dans un cahier, après avoir griffonné quelques mots, sans enveloppe, il remit la feuille au galonné de la troupe tout en exigeant qu'il aille répéter au Général Eluki qu'un " Militaire n'a jamais été au dessus d'un civil" ! On ne saura jamais ce qu'il avait griffonné dans ce bout de feuille. Les militaires menaçants ne sont plus jamais revenus au quartier Golf à Lubumbashi.

Impossibles de relater sur cette page, tout ce que chacun de nous a reçu de vous.

Mi Moya, fut grand et excellent dans plusieurs domaine. Repose en paix papa !

Partager sur : Partager

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.reveil-fm.com/index.php?trackback/6847

Fil des commentaires de ce billet