Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Tshilombocratie: Justine M'poyo Kasa-Vubu répond à Réveil FM International!

Tshilombocratie: Justine Kasa-Vubu répond à Réveil FM International!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Justine M'poyo Kasa-Vubu, est la présidente de la diaspora congolaise. Elle a gagné sans postuler ! Femme de poigne, Justine M'poyo kasa-Vubu ne fait pas dans la dentelle. La fille du premier président de la RDC, soutient Muanda Nsemi et désapprouve les humiliations contre sa femme. Justine M'poyo Kasa-Vubu vient de publier son sixième ouvrage: "Kasa-Vubu" Biographie d’une Indépendance.

Freddy Mulongo-Justine Kasa-Vubu 1.jpg, avr. 2020

freddy-mulongo-justine-kasa-vubu-1-1

Le sixième ouvrages  de Justine M'poyo Kasa-Vubu a pour titre: Kasa-Vubu Biographie d'une indépendance. 352 pages, pour rappeler l'engagement de Joseph Kasa-Vubu, qui avait l'habitude de prendre des notes, de tout écrire dans ses cahiers. Justine M'poyo Kasa-Vubu est une femme de poigne, qui ne mâche pas mots. La présidente de la diaspora congolaise, élue sans  postuler, n'a pas que des amis. Pour des machistes,  ils pensent à elle en disant soit femme et tais-toi ! pour d'autres, le temps de Kasa-Vubu est révolue. Il faut compter avec Justine M'poyo Kasa-Vubu.  La Belgique est une Monarchie constitutionnelle parlementaire héréditaire. Les Libéraux au pouvoir dont certains ont des carrés miniers au Congo, ont tout fait pour casser le moral de Justine M'poyo Kasa-Vubu. Ils ont allé jusqu'à la priver la sécurité sociale. Il a fallu se battre pour qu'elle recouvre ses droits, elle qui est résidente depuis des lustres en Belgique,  avec son mari et ses enfants. Tapis rouge pour Tshilombo, alors que les mêmes Belges ont publié son faux diplôme dans leurs médias. 

freddy-mulongo-justine-kasa-vubu-2

Tout engagement équivaut à un renoncement.  Tout engagement entraîne un ou des risques. Justine M'poyo Kasa-Vubu a tenu et tient encore. Les ennemis du Congo misent souvent l'âge de ceux qui s'engagent pour mieux les écarter.  Justine M'poyo Kasa-Vubu est une vaillante combattante. Je me souviens encore comme si cela était hier. Lorsqu'elle soulevait la question de la "Congolité", c'était l'élection Louis Michel 2006.  Le fourbe, roublard, grand requin et corrompu, qui jouait le rôle de bouledogue de la Haute Autorité des Médias (HAM) , "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi de sa cage. Justine M'poyo Kasa-Vubu a été bâillonnée par "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi. Femme politique congolaise, candidate à la présidence de la République, elle ne pouvait plus passer sur aucun média pendant un mois, en pleine campagne électorale. Pour avoir muselé des journalistes, fermer des médias et bâillonner des opposants, "Momo" Mutinga Mutuishayi  a été récompensé. Il a été nommé Rapporteur au Sénat. Et c'est le même "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a écrit la loi des anciens chefs d'Etat, qui donne un émolument de 680 000 dollars par mois et à vie...à Alias Kabila ! Justine M'poyo Kasa-Vubu est en Belgique, elle se bat pour le Congo et les Congolais. Le corrompu-jouisseur "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, après avoir travaillé pour le régime d'Alias Kabila est maintenant au service de Tshilombo!

 

Security Check Required © CODE 243

Le peuple mérite ses dirigeant cela revient à dire chaque dirigeant est le reflet de sa société par ailleurs sous d'autres cieux ces sont les meilleurs parmi les enfants qui sont en gestation pour assumé les charges de l'État et non des parvenus car on est fait pas le stage au sommet de l'État ainsi le constat est là on brille par une incompétence notoire pour n'est pas dire l'amateurisme donc notre classe politique toute tendance confondue n'est qu'un conglomérat des aventuriers ...

freddy-mulongo-mwanda-nsemi-1

Muanda Nsemi: Justine M'poyo Kasa-Vubu réprouve son arrestation comme un va nu pied, alors qu'il est un député honoraire. Pourquoi avoir tué 8 de ses adeptes ? Pourquoi avoir pillé sa résidence par des policiers ? Qu'a-fait la femme de Muanda Nsemi pour mériter de telles humiliations ? Amener Muanda Nsemi au Centre Neuro Psycho Pathologique de l'Université de Kinshasa (CNPP/UNIKIN), c'est agir comme sous la dictature Mobutu, puis qu'Etienne Tshisekedi protestait on l'amenait au CPP pour faire croire qu'il était "Fou" ! Dans une dictature, on obéit ! On ne proteste pas, on ne dénonce pas. On est un mouton. Or Muanda Nsemi n'est pas un mouton. C'est un intellectuel et un leader Né Kongo. Il mérite respect et considération. 

freddy-mulongo-femme-de-muanda-nsemi-1
freddy-mulongo-femme-de-muanda-nsemi

Jean-Pierre Bemba a été emprisonné à la Cour pénale International (CPI) durant dix ans. Le régime de Kinshasa a toujours le moyen de lui payer ses émoluments. Muanda Nsemi qui est député honoraire, qui réclame deux ans de ses émoluments, est embastillé, pillé et traité comme un "Fou".  Muanda Nsemi et Justine M'poyo Kasa-Vubu sont des combattants pour la terre.  L'érosion menace le site de Singini là où  se trouve le mausolée de Joseph Kasa-Vubu où repose le Père de la Nation…

Le Kongo-Central risque d'être hypothéquer par des profito-situationnistes !

L'"emphytéose" ou " bail emphytéotique" est un type de bail fait pour une durée de plus de dix-huit ans minimum et de quatre-vingt-dix-neuf ans maximum. L'emphytéose constitue un droit réel immobilier. Le bail emphytéotique de biens immeubles confère au preneur un droit réel susceptible d'hypothèque, ce droit peut être cédé et saisi dans les formes prescrites pour la saisie immobilière.

 "Qu'il soit dit n'importe quoi sur les Bakongo, mais leur conception d'appropriation collective et clanique de la terre kongo, il n'arrivera jamais à un Mukongo non lobotomisé par la « voyoucratie » ambiante qui régit les mentalités et mœurs de certains compatriotes actuels dans notre pays, de vendre la terre qui ne lui appartiendrait pas individuellement, c'est-à-dire, ni celle de son village , ni celle de son clan, ni celle d'une quelconque province de la RDC, par exemple le Kasai ou le Bandundu et, forcément ni celle de la RDC.

Les Occidentaux, pas si bêtes, connaissent parfaitement cette conception kongo de la terre. C'est ainsi qu'un projet comme celui d'Emphytéose-Moanda ou celui, rebelote, de l'Ile de Mateba du "Traité de Nice" ne peut être conçu que par des voyous occidentaux "sans foi ni loi". Et ils ne peuvent intéresser à un tel projet que des compatriotes, congolais, "sans foi ni loi". Et si, dans les assises de Nice, pour voler « l'Ile de de Mateba », ils ont évité d'associer les Bakongo, c'est en connaissance de cause.

Oui, ils éviteront toujours les Bakongo ces "empêcheurs de brader en rond" la terre héritée des ancêtres. Ils le savent. Ils le savent à un tel point que même en Angola, au Congo-Brazza, au Gabon, laisser les Bakongo à la tête de ces Etats ruineraient leur projet de l'accaparement actuel du Golfe de Guinée richissime potentiellement et donneraient le feu vert au développement spectaculaire du centre de l'Afrique voire de l'Afrique toute entière. Bien entendu tout progrès en Afrique est vécu chez certains en Occident comme un moins pour l'Occident. L'on aura donc compris. 

Certains de nos compatriotes le savent aussi, mais avec leur philosophie de "sans foi, ni loi" renforcée par la « voyoucratie » s'exprimant dans des maximes genre "Miso Makasi Ndoki te", ils se disent pouvoir déposséder de tout, ces Bakongo calmes, pacifiques et pacifistes, incapables de se lancer même dans de petites guerres "tribalistes" entre eux. "Bakosala eloko te, mukongo zoba" ! Regardez-les, ils ne sont même pas capables de creuser frauduleusement des mines que regorgerait le sous-sol de leur province. Regardez-le même leur frère ancien Président de la République, il n'avait pas été capable d'acheter ne serait-ce qu'un studio à Bruxelles ou à Paris...

Les Bakongo, le 11 novembre 2011 votent massivement Etienne Tshisekedi. Le 17 janvier 2012, à Nice, un proche collaborateur d'Etienne Tshisekdi , le fameux "Mpuila" apporte sa signature à un Traité dit de Nice et qui dépouille les Bakongo de leur terre ancestrale de l'Ile de Mateba. Calmes, pacifiques et pacifistes, les Bakongo, peut-être oui, mais pas idiots, pas "zoba" du tout, pas "zoba" du tout.

SIX SIECLES durant, depuis 1482 que le premier Européen, le Portugais Diego Cao a mis pieds sur la terre des Bakongo, christianisme, esclavagisme, colonialisme, neutralisations de la terre de Mpumbu (Kinsasa) et ses environs, certes, les Bakongo ont beaucoup perdu, mais ils n'ont jamais effacé en eux, la haute idée qu'ils se font de la terre léguée par leurs ancêtres.

Et le maintien en eux durant ces siècles d'une conscience politique (Mama Kimpa Vita, Mama Mafuta, Kimbangu, Panda, Bamba, Nzeza N'landu, Kasa-Vubu, Nkanza...etc) jusqu'au XXème siècle, précisément jusqu' au 30 juin 1960, pour ce qui concerne la partie de la RDC. Mieux, à partir de cette haute idée, hypothétiquement, les Bakongo reconnaissent à chacune des autres ethnies de la RDC un droit inaliénable même non écrit à ses terres léguées par ses ancêtres. Cette conception loin de pénaliser la terre de la RDC en la morcellant, elle la consolide dans chacune de ses provinces. Les Bakongo ont perdu Kinshasa qui est la terre du territoire de Kasangulu et donc du Kongo central une des parties de l'ancien Royaume du Kongo. Ce faisant, à partir de ses revers, on croirait comme si certains de leurs compatriotes se sont fait une philosophie de déposséder leurs compatriotes Bakongo de tout ce qu'ils peuvent prétendre leur appartenir.

Ceux qui ont échoué à s'accaparer du Bas-Fleuve pour le subtiliser du Kongo central et donc de la RDC, avec leur projet délirant "d'Emphytéose-Moanda" avec en collimateur un projet ultime de rendre le reste du Kongo Central ri-ki-ki et donc bon neutraliser toute la province du Kongo Central la partie restante de Kasangulu à Matadi, seraient-ils donc revenus à la charge afin de s'accaparer de l'Ile de Mateba ?

Pour en faire quoi, au juste, un nouveau Hong Kong, un Paradis fiscal pour blanchir l'argent sale ?

L'Ile de Mateba, à l'herbe tendre pour pâturages qui avaient fait du Bas-Congo (avec les Plantations et Elevages de Kitona (PEK) ainsi que les Plantations et Elevages de Kolo-Fuma de Jules Va Lancker (JVL) sans que les Bakongo soient dépossédés de leurs terres) la partie de l'ex-province de Léopoldville où la viande de la boucherie était vendue sur tous les marchés de Kasangulu à Moanda et de façon ambulante dans tous les villages du Bas-Congo. Agriculteurs traditionnels, c'est depuis longtemps que les Bakongo ne vivent pas de la cueillette ou de ramassage non saisonniers tels que creuser des pierres précieuses frauduleusement.

Et ainsi, cette pratique de l'agriculture et de l'élevage sur les exploitations laissées par les colons belges, bien qu'elle avait enregistré une baisse d'activité, continua avec les Bakongo travaillant dans ces plantations et élevages comme la famille DISU à Boko (Madimba).

 Élèves à l'internat de la Colonie Scolaire de Boma, nous connaissions la viande bovine dans nos assiettes en morceau, en hachée et en boulettes en provenance de l'Ile Mateba. Eh oui, nous mangions dans cet internat de Boma les tomates pochées à la viande hachée et gratinées au four. Et cette viande bovine provenait de "l'Ile Mateba" et, bien que les Belges ex-colonisateurs furent déjà loin.

Hélas, aujourd'hui, par la maléfique magie de la zaïrianisation, l'on ne saurait à qui appartiendrait toutes ces entreprises... ?

Eh oui, avec la Constitution de Luluabourg, les fondateurs du Kongo Central ont toujours eu en tête dès sa création l'idée du Ministre Sully d'Henri IV de faire du "labourage et du pâturage les deux mamelles" de leur province. 

Les minerais comme le barrage d'Inga d'ailleurs n'avaient jamais intéressé les Bakongo que pour le lointain futur,exploitables et réalisables avec les technologies bien maîtrisées par des ingénieurs congolais et les travaux financés par les économies congolaises. Voilà pourquoi Joseph Kasa-Vubu ne gaspillait pas l'argent de la République.


Cela écrit, bien que la zaïrianisation avait désarticulé de nombreuses unités de production du Kongo 
Central, force est de reconnaître que durant la IIème République, le Bas-Zaïre avait été préservé des « creuseurs » frauduleux d'éventuelles mines se trouvant dans son sous-sol. 

De là à imaginer que  c'est cela qui aurait privé les ressortissants du Kongo Central d'être comptés parmi des riches diamantaires de la RDC, il n'y a que la rivière Inkisi à traverser !

Chers compatriotes,

Vous venez donc de prendre connaissance de la conception que se font les Bakongo de la terre Kongo en particulier et, par ricochet de la terre de la RDC en général ainsi que de ce que l'Ile de Mateba présente pour le Kongo Central, pour les Bakongo, et ce qu'elle doit présenter pour la RDC et forcément pour tous les Congolais.  
L'Ile de Mateba n'est ni à donner, n'est ni à vendre"-Professeur Albert Kisukidi

Le Traité de Nice !

En effet au mois de janvier 2012, alors que tout Kongolais de la diaspora était concentre' à cotiser de l'argent sous la demande du président élu du peuple Tshisekedi wa Mulumba pour lui permettre a acquérir son imperium, un groupe de Kongolais qui se dénomme Conseil
 Kongolais de Transition ( CNC) s’était réuni en toute cachette et dans un très grand secret à Nice en France du 14 au 17 janvier 2012 sous l'initiative des partenaires étrangers afin des trouver des voies et moyens de solution pour sortir le Kongo de cette crise qui n'a que trop 
dure'. A l'issue de ce congre' cabalistique dont tout le monde ignorent les modalités , la  conditionalité de participation mais surtout le mandat ; un traiter avait été signe', ce dernier est connu aujourd'hui sous le fameux nom DU TRAITE DE NICE .

Bien que ce traité était signé au mois de janvier 2012 , ce n'est qu'une année plus tard,  avec les révélations de l'APARECO que ceci fera 
un scandale

Les bradages des terres ancestrales kongolaises sans a avoir consulte' au préalable les ayant droit , au profit des promesses d'un pouvoir sans réserve que cette confrérie des Hospitaliers inhospitalières avait fait signer au CNC. Cette disposition devint la cordes qui devrait tuer le kongolais a coup sure . Ce traite' devient une bombe a retardement , la corde comme la corde au coup que le loup avait jadis refuse' d'accepter en échange avec la viande juteuse que le fermier était prêt a lui garantir une fois a son service . Souvenez vous de la fable de Jean de la fontaine du loup et le chien. Alors que cette élite hypothétique sans mandat , voyez dans ces propositions un rapport de WIN , WIN (gageant gageant ) , tout kongolais sérieux après avoir lu ce traite n'y voit qu'un rapport LOOSE and DIED ( perd et meurt) ou encore LOOSE AND BECOME MY SLAVE c'est-à-dire perd et devient mon esclave . Voila, comme un rat pourri dans la maison surtout
un PUKU MUNI l'odeur terrifiante a atteint les confins les plus inimaginables de la diaspora kongolaise et provoque comme une bombe nucléaire une grande explosion a grand bruit.

Rappelons ici que le  fameux Traité de Nice est un document d’au moins 31 pages contenant une série de d’agréments (9 au total) signé entre le 17 janvier 2012 et le 27 octobre 2012( jour aniversaire de la Zairianisation de Mobutu de 1971)  entre d’une part le CNC, y présenté comme la seule autorité légitime pour parler au nom du peuple congolais, et la Confrérie des Hospitaliers de Saint Jean de Jérusalem, représentée ici par le Collège Hospitalier, qu’on présente comme une “fondation humanitaire indépendante”.

Dans la convention le CNC s’est engagé à reconnaître “dès à présent”
1 Au Collège Hospitalier la pleine propriété, le pouvoir exclusif et absolu et la juridiction souveraine sur la Cité de Mateba ainsi constituée avec toutes ses dépendances.

2.Il s’engage par ailleurs à faire inscrire cette cession dans la nouvelle constitution de l’Etat congolais et à rendre l’île de Mateba libre de toute servitude et de ses occupants éventuels en faveur du Collège Hospitalier. Outre le territoire de l’île, passent aussi sous souveraineté et juridiction exclusive du Collège Hospitalier toutes les personnes ayant une résidence stable dans l’île. Etat dans un Etat, le Collège Hospitalier voit les choses en grand et n’entend nullement se faire impressionner par l’Etat congolais.

Et pour que cela soit une fois pour toute clair, le CNC le traduit ainsi dans l’article 4 du Traité: « la souveraineté et la juridiction exclusive que le CNC reconnaît au Collège Hospitalier sur la Cité de Mateba implique qu’aucune ingérence de la part de l’Etat congolais ne pourra s’y manifester et qu’il n’y aura pas là d’autre autorité que celle du Collège Hospitalier et que cela sera inscrit dans la nouvelle Constitution de l’Etat Congolais ».

En échange de cet abandon de souveraineté sur une portion du territoire congolais, le CNC s’est vu reconnaître par le Collège Hospitalier comme la seule entité incarnant la souveraineté du peuple congolais.
Aussi, tirant profit de cette qualité qu’il lui a lui-même décerné et sans doute avant qu’il ne soit trop tard, le Collège Hospitalier a vite fait d’amener le CNC à signer avec lui l’Acte de ratification du Traité de Nice constituant la Cité de Mateba. Dans cet Acte, il est stipulé ce qui suit et qui en dit long sur les conséquences juridiques et politiques des initiatives entreprises par nos compatriotes du CNC: “Le Traité de Nice tel que signé le 18 janvier 2012 et ainsi ratifié par le Grand Commandeur de la Confrérie des Hospitaliers, sera transmis avec ses instruments de ratification au Secrétaire général des Nations Unies pour être enregistrés en application de la Charte des Nations Unies”.

Les autres instruments auxquels ce “Grand Commandeur” fait allusion sont notamment (i) le décret du 21 septembre 2012 portant “intégration du Traité de Nice dans ses termes fondamentaux à la nouvelle constitution du Congo pour faire valoir ce que de droit”, (II) l’Acte 001/CNS (sic) du 19 octobre 2012 portant dissolution des institutions étatiques en République Démocratique du Congo-Kinshasa et la déchéance de leurs animateurs, (III) le décret du 21 septembre 2012 portant sur les Traités et Accords Internationaux sur l’Exploitation des Ressources Naturelles de la République Démocratique du Congo-Kinshasa et (IV) une Convention du 28 septembre 2012 pour l’Etablissement de l’Union des Ressources Congolaises entre le CNC et le Collège Hospitalier et enfin (V) le Pacte pour le Congo conclu entre le CNC, le Collège Hospitalier et un troisième larron appelé l’Union Fédérale Financière et Industrielle pour la Réalisation des Programmes Présidentiels de la Fédération de Russie.

Comme si ce malheur on dirait  mieux cette malédiction était insuffisante , le collège des hospitalier se réclamer  une  main basse sur une portion du territoire congolais et les populations s’y trouvant ainsi que plusieurs zones franches de grands intérêts économiques et stratégiques sous la co-gestion avec le CNC (notamment l’aéroport de Gbadolite et une zone exempte' d’impôt et taxes de 5 km2 de part et d’autre de cet aéroport, 10.000 km2 au Katanga au nord de Dilolo entre la rivière Kasaï et la Route Nationale 39) le Collège Hospitalier s’est adjugé le contrôle total des ressources naturelles et énergétiques de la RDC. 

Il s’agit notamment des gisements de fer de la province Orientale, un équivalent en énergie électrique de 14 milliards de barils de pétrole pendant 30 ans d’exploitation (ce qui représente, selon l’indice actuel à la bourse de Londres l’équivalent de 1.400. milliards de USD, à 100$ le baril), 3 milliards de tonnes (soit 225 milliards d’Euros a 75 euros la tonne à la Bourse de Paris) de fer de Atlantic line pour 30 ans d’exploitation, etc.

Partager sur : Partager

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.reveil-fm.com/index.php?trackback/6943

Fil des commentaires de ce billet