Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

LE CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME SE PENCHE SUR L’IMPACT DE LA PANDÉMIE DE COVID-19 SUR LES DROITS DES FEMMES

LE CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME SE PENCHE SUR L’IMPACT DE LA PANDÉMIE DE COVID-19 SUR LES DROITS DES FEMMES


Freddy Mulongo-Conseil des droits de l'homme 160.jpg, juil. 2020

 

 

Il engage par ailleurs son dialogue avec la Commission d’enquête sur le Burundi

 

 

Le Conseil des droits de l’homme a tenu, ce matin, la deuxième partie de sa journée annuelle de discussion sur les droits des femmes, qui était plus spécifiquement consacrée à l’impact de la COVID-19 sur ces droits.  Il a ensuite engagé son dialogue avec la Commission d’enquête sur le Burundi, dont le Président, M. Doudou Diène, a présenté une mise à jour.

 

Dans une déclaration d’introduction du débat sur la COVID-19 et les droits des femmes, Mme Peggy Hicks, Directrice des activités thématiques, des procédures spéciales et du droit au développement au Haut-Commissariat aux droits de l’homme, a montré en quoi la pandémie de COVID-19 avait des répercussions plus graves pour les femmes et les filles.  Elle a en particulier souligné que la crise actuelle s’accompagne d'une recrudescence de la violence à l’égard des femmes, au point que l’on peut parler de « pandémie dans la pandémie ».

 

Mme Hicks a également attiré l’attention sur le fait que les restrictions de déplacement et la surcharge des systèmes de santé rendent les services de santé sexuelle et procréative moins accessibles et sur le fait que les femmes subissent plus durement les effets de la crise économique car elles accèdent plus difficilement aux ressources financières et occupent souvent des emplois précaires dans le secteur informel.  Enfin, les femmes sont généralement exclues de la prise de décision, notamment parce qu'elles sont sous-représentées dans les équipes nationales de direction de la riposte à la COVID-19, a fait observer Mme Hicks.

 

Mme Arancha González Laya, Ministre des affaires étrangères, de l’Union européenne et de la coopération de l’Espagne, a indiqué que son pays, depuis le début de la pandémie, travaillait pour défendre au niveau multilatéral une riposte coordonnée et efficace qui garantira une reprise durable et transformatrice après la COVID-19.  Pour cela, a-t-elle recommandé, il faut placer les droits humains au cœur des plans et politiques.  Les femmes doivent être effectivement associées à toutes les phases de la planification et de la prise de décision concernant la réponse à la COVID-19, a-t-elle notamment souligné.

 

Ont ensuite présenté des exposés les panélistes suivants : Mme Editar Adhiambo Ochieng, fondatrice du Feminist for Peace Rights and Justice Centre et défenseuse des droits des femmes à Kibera (un habitat informel au Kenya), qui a rendu compte des nombreux problèmes rencontrés tous les jours pendant la pandémie par les femmes de Kibera ; Mme Natalia Kanem, Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), qui a souligné qu’il faut vigoureusement défendre les droits à la santé sexuelle et génésique des femmes pendant la pandémie de COVID19 et qu’il faut également faire face à l'augmentation alarmante des niveaux de violence sexiste ; Mme Jayati Ghosh, Professeure d'économie à l’Université Jawaharlal Nehru en Inde, qui - avant de proposer un «New Deal mondial» - a notamment souligné que la pandémie et les mesures de confinement y associées ont, du point de vue des moyens de subsistance, eu un impact encore plus grave pour les femmes que pour les hommes ; et Mme Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive de l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU Femmes), qui a en particulier rappelé que partout, les femmes continuent de faire face à des obstacles pour être présentes au niveau du leadership politique. 

 

Mme Åsa Regnér, Directrice exécutive adjointe d’ONU Femmes, ainsi que de très nombreuses délégations* ont ensuite pris part au débat.

 

Présentant sa mise à jour orale, le Président de la Commission d’enquête sur le Burundi a indiqué que le processus électoral dans le pays a été jusqu’à présent caractérisé par une intolérance politique et entaché d’incidents violents et de multiples violations des droits de l’homme.  M. Diène a précisé que ces actes ont été commis principalement par des Imbonerakure et des responsables administratifs locaux agissant généralement avec l’appui de policiers ou d’agents du Service national de renseignements. 

 

Si la communauté internationale est réellement soucieuse de voir la situation des droits de l’homme évoluer positivement au Burundi au cours des prochains mois et années, elle doit rester vigilante car le système de gouvernance mis en place au profit du parti CNDD-FDD reste en place, a déclaré M. Diène.  La communauté internationale ne devrait pas se contenter de tourner la page comme si l’entière et exclusive responsabilité [de tout cela] reposait sur feu le Président Nkurunziza et lui seul et comme si une élection et une transition politique pouvaient suffire à garantir automatiquement que la situation des droits de l’homme va désormais s’améliorer, a souligné le Président de la Commission d’enquête. 

 

Intervenant à l’issue de cette présentation en tant que pays concerné, le Burundi a déclaré que le mandat de la Commission d’enquête mérite simplement d’être rejeté et a réitéré son refus de coopérer avec une telle Commission.

 

Outre Mme Françoise Hampson, membre de la Commission d’enquête, un grand nombre de délégations** ont ensuite pris part au dialogue qui s’est noué. 

 

 

Cet après-midi, à 15 heures, le Conseil doit poursuivre son dialogue avec le Rapporteur spécial sur la situation des droits de l’homme au Myanmar, avant d’entamer un dialogue avec la Commission d’enquête sur la Syrie. 

 

Les séances de la quarante-quatrième session du Conseil sont retransmises sur le site UN Web TV.

 

 

Débat annuel d’une journée sur les droits humains des femmes, deuxième partie : la COVID-19 et les droits des femmes

 

Déclarations liminaires

 

M. NASIR AHMAD ANDISHA, Vice-Président du Conseil des droits de l’homme, a ouvert la discussion. 

 

MME PEGGY HICKS, Directrice des activités thématiques, des procédures spéciales et du droit au développement au Haut-Commissariat aux droits de l’homme, a d’abord montré en quoi la pandémie de COVID-19 avait des répercussions plus graves pour les femmes et les filles.  D’abord, la crise actuelle s’accompagne d'une recrudescence de la violence à l’égard des femmes, au point que l’on peut parler de « pandémie dans la pandémie ».  Ensuite, les restrictions de déplacement et la surcharge des systèmes de santé rendent les services de santé sexuelle et procréative moins accessibles – ce qui, a mis en garde Mme Hicks, entraînera une augmentation de la mortalité maternelle et infantile, ainsi que davantage d'avortements à risque et d'infections sexuellement transmissibles.

 

De même, les femmes subissent plus durement les effets de la crise économique car elles accèdent plus difficilement aux ressources financières et occupent souvent des emplois précaires dans le secteur informel, a poursuivi Mme Hicks.  Enfin, les femmes sont généralement exclues de la prise de décision, notamment parce qu'elles sont sous-représentées dans les équipes nationales de direction de la riposte à la COVID-19.

 

Pour mieux reconstruire après la COVID-19, il faudra tirer parti des possibilités offertes par la pandémie.  En effet, la crise a mis en évidence la charge disproportionnée des soins assumée par les femmes et les filles, ce qui pourrait accélérer les efforts pour valoriser ce travail et le redistribuer, a indiqué Mme Hicks.  Autre opportunité : certains États s'efforcent d'élargir l'accès aux services de santé sexuelle et procréative, ce qui pourrait avoir un effet durable sur l'exercice du droit des femmes et des filles à la santé.  Enfin, la crise a montré la capacité de leadership des femmes, car là où elles sont aux commandes, la riposte à la COVID-19 s’est révélée plus efficace, a souligné Mme Hicks.

 

MME ARANCHA GONZÁLEZ LAYA, Ministre des affaires étrangères, de l’Union européenne et de la coopération de l’Espagne, a indiqué que son pays, depuis le début de la pandémie, travaillait pour défendre au niveau multilatéral une riposte coordonnée et efficace qui garantira une reprise durable et transformatrice après la COVID-19. 

 

Pour cela, a recommandé la Ministre, il faut placer les droits humains au cœur des plans et politiques.  D’abord, les femmes doivent être effectivement associées à toutes les phases de la planification et de la prise de décision concernant la réponse à la COVID-19.  Il convient aussi de soutenir les organisations qui travaillent pour garantir l'accès des femmes et des filles aux services de base et protéger leurs droits dans la crise actuelle.

 

Ensuite, face à une violence sexiste avérée et en progression, les services de protection doivent être considérés comme essentiels et des données désagrégées et transparentes collectées pour rendre visible la réalité de cette violence.  Il s’agira aussi de renforcer les services de prévention, les lignes d'assistance téléphonique et l'accès à des informations fiables. 

 

Enfin, la manière dont nous réagissons aujourd'hui déterminera l'avenir de nos sociétés, a affirmé Mme González Laya.  La reconnaissance du travail de soin non rémunéré effectué par les femmes, la réduction de l'écart salarial entre les sexes, ainsi que des politiques fiscales et de protection sociale adaptées peuvent favoriser une véritable autonomisation économique des femmes et ainsi éviter une nouvelle féminisation de la pauvreté. 

 

Exposés des panélistes

 

MME EDITAR ADHIAMBO OCHIENG, fondatrice du Feminist for Peace Rights and Justice Centre et défenseuse des droits des femmes à Kibera (un habitat informel au Kenya), a rendu compte des nombreux problèmes rencontrés tous les jours pendant la pandémie par les femmes de Kibera.  Elle a d’abord cité la violence sexuelle et sexiste ainsi que la violence domestique.  Elle a expliqué que son organisation aide les femmes et les jeunes filles victimes à dénoncer les faits aux autorités, notamment à la police, et à prendre soin de leur santé.  L’organisation apporte également aux femmes un soutien matériel et psychosocial pendant la pandémie, a-t-elle ajouté.  La violence domestique a progressé du fait des conditions économiques difficiles et du fait que de nombreuses femmes ont perdu leur emploi de domestique, alors même que ce sont souvent elles qui assurent la subsistance de la famille. 

 

Autre sujet de préoccupation : les grossesses forcées d’adolescentes, résultant de viols et du manque d'informations relatives à la santé sexuelle et procréative.  L’ONG aborde les questions de violence sexuelle et sexiste et s’occupe des questions de santé procréative en fournissant des préservatifs, a indiqué la panéliste.  Enfin, il s’avère difficile de sensibiliser la communauté : certaines personnes pensent que le coronavirus n’existe pas.  Il a donc fallu les sensibiliser au lavage des mains avec de l'eau et du savon – savon fourni par l’organisation, a expliqué Mme Ochieng.

 

MME NATALIA KANEM, Directrice exécutive du Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP), a mis en exergue le message qu’elle entend faire passer, à savoir qu’il faut vigoureusement défendre les droits à la santé sexuelle et génésique des femmes pendant la pandémie de COVID19 et qu’il faut également faire face à l'augmentation alarmante des niveaux de violence sexiste – et même de féminicides – dont le monde est actuellement témoin.  Cette situation est urgente et affecte tous les pays, a insisté Mme Kanem.

 

D'innombrables femmes ont expliqué au FNUAP que leur expérience de la violence domestique a empiré sous les restrictions de mouvement liées à la COVID-19 et au confinement.  Beaucoup restent prises au piège des agresseurs, coupées de tout soutien.  En outre, la peur de contracter la COVID-19 ou les pertes de revenus du ménage peuvent conduire les femmes enceintes à retarder ou renoncer aux soins prénatals, a poursuivi Mme Kanem.  L'inégalité entre les sexes imprègne le système de santé, a-t-elle ajouté.  Alors qu’au niveau mondial, les femmes représentent environ 70% du total des personnels de santé, les besoins spécifiques des femmes, y compris sur les lignes de front de la COVID-19, ne sont pas suffisamment pris en compte, a fait observer Mme Kanem.

 

Alors que la communauté mondiale se rassemble pour lutter contre la COVID-19, il faut que le monde œuvre à apporter la paix dans les foyers et à défendre les droits des femmes et des filles.  Ainsi, nous jetterons les bases d'un avenir plus égal, sain, heureux et prospère pour tous, a conclu Mme Kanem.

 

MME JAYATI GHOSHProfesseure d'économie à l’Université Jawaharlal Nehru en Inde, a rappelé que la crise de COVID-19 a touché les femmes et a affecté leurs droits humains de multiples façons.  Elle a touché les femmes en tant que travailleuses et ce, à la fois en tant que travailleuses rémunérées et en tant que travailleuses non rémunérées.  Elle a également touché les femmes migrantes, en situation de déplacement à l’échelle nationale ou internationale. 

 

La pandémie et les mesures de confinement y associées telles que les fermetures ont, du point de vue des moyens de subsistance, eu un impact encore plus grave pour les femmes que pour les hommes.  Pendant la période de confinement, dans la plupart des pays, les travailleuses sont davantage susceptibles que les hommes de perdre leur emploi ou de voir leurs revenus baisser.  L'une des principales raisons de l'impact disproportionné sur les travailleuses est que les femmes, en particulier dans les pays en développement, sont davantage susceptibles d'être des travailleuses informelles, sans protection juridique ni sociale.  Cette situation a alors été particulièrement préjudiciable pour elles pendant les périodes de confinement qui ont limité tant l'activité économique que leur accès aux soins.

 

Pour relever ce défi, Mme Ghosh a proposé de réalisé un «New Deal mondial» qui prenne en compte les dimensions environnementales, qui mette l’accent sur le financement des soins de santé et qui lutte contre les inégalités.  Il faut une coopération mondiale pour mettre en œuvre ce «New Deal», a insisté la panéliste. 

 

MME PHUMZILE MLAMBO-NGCUKADirectrice exécutive de l’Entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes (ONU Femmes), a regretté que partout, les femmes continuent de faire face à des obstacles pour être présentes au niveau du leadership politique.  Ainsi, les femmes ne détiennent qu’un quart des sièges dans les chambres parlementaires ; seuls 7,2% des chefs d'État et 6,2% des chefs de gouvernement sont des femmes ; moins du quart des ministres de la santé du monde sont des femmes – et ce, bien que les femmes représentent 70% des agents de santé de première ligne ; et pour trois hommes cités dans les médias à propos de la COVID-19, une seule femme est citée.  En même temps, les femmes leaders ont été saluées pour leur implication dans la réponse à la pandémie, a relevé Mme Mlambo-Ngcuka. 


Par ailleurs, la crise a aggravé les inégalités de genre, a poursuivi la Directrice exécutive d’ONU Femmes : la violence basée sur le genre augmente au domicilie et en ligne, l'accès à la justice et aux tribunaux est souvent compromis, et la capacité d’avoir accès à la santé sexuelle et génésique est réduite.  Les gouvernements ont la responsabilité de placer les femmes au centre de la réponse à la pandémie, en assurant notamment l'équilibre entre les sexes au sein des organes de stratégie et de prise de décision en rapport avec la COVID-19 et en intégrant les questions de genre dans les plans et les budgets relatifs au plan de lutte contre la maladie. 

 

La participation des femmes est cruciale à toutes les étapes des processus de décision législative, politique et budgétaire, a insisté Mme Mlambo-Ngcuka.  Une poignée de femmes chefs d'État et de gouvernement montrent au monde comment trouver des solutions durables à la pandémie : il faut suivre leur exemple et veiller à ce que davantage de femmes puissent se joindre à elles en tant que leaders et modèles, pendant et au-delà de la pandémie, a conclu la Directrice exécutive.

 

Aperçu du débat

 

Pendant le débat, les délégations ont largement partagé les constats des panélistes s’agissant du fait que les conséquences de la COVID-19 touchent de manière disproportionnée les femmes et les filles, notamment parce qu’elles sont plus exposées en tant que principales responsables des soins au foyer et en tant qu'agents de santé en première ligne. 

 

Dans ce contexte, a-t-il été avancé, il est essentiel que les femmes et les filles soient associées aux processus décisionnels afin que les réponses soient adaptées à leurs besoins et n'entraînent pas de nouvelles discriminations ou exclusions.  Il est également essentiel que l'accès aux services essentiels de santé sexuelle et procréative se poursuive pendant et après la crise ; à ce propos, une ONG a demandé aux États membres et à la société civile de contrer les positions extrémistes qui cherchent à empêcher les femmes et les filles d’accéder aux droits sexuels et procréatifs.

 

D’autre part, a-t-il été souligné, la pandémie a mis en évidence la nécessité de faire respecter le principe «à travail égal, salaire égal» et de s'attaquer au problème du travail non rémunéré des femmes.  L'autonomisation des femmes et des filles dans le contexte de la COVID-19 est d’ailleurs l'une des clefs pour minimiser les conséquences sociales et économiques de cette pandémie, a estimé une délégation.  D’une manière générale, a ajouté un autre intervenant, la priorité devrait être accordée aux femmes occupant des emplois peu rémunérés dans les secteurs économiques informels, qui constituent l'épine dorsale de l'économie de la plupart des pays en développement. 

 

Plusieurs délégations ont décrit les mesures concrètes prises par leur pays, pendant la période de confinement, pour prévenir la violence domestique et protéger les femmes et les filles qui en sont victimes.  Une ONG a déploré que des États profitent de la crise pour faire adopter des lois homophobes et transphobes.

 

Vingt-cinq ans après la Conférence mondiale sur les femmes de Beijing, il faut redoubler d’efforts pour faire respecter les droits des femmes, ont insisté plusieurs délégations. 

 

Certains intervenants ont condamné l’imposition de mesures coercitives unilatérales et illégales contre les pays du Sud, mesures qui compliquent la gestion de la pandémie et viennent saper les droits humains des femmes et des filles, notamment leur droit à la santé. 

 

Les panélistes ont été priés de dire comment tirer parti de l’expérience acquise au cours de cette crise sanitaire pour améliorer la prévention des violences domestiques et de la discrimination.  L’importance de l’accès à l’information en temps de pandémie a été soulignée.

 

Réponses et conclusions des panélistes

 

Une représentante du Feminist for Peace Rights and Justice Centre a remercié les organisations internationales qui viennent en aide aux femmes de Kibera.  Elle a regretté que les mesures visant à prévenir la violence envers les femmes ne soient pas appliquées au Kenya. 

 

MME KANEM a recommandé aux États de se doter de services plus complets en faveur des femmes victimes de violence, qu’il s’agisse de refuges (centres d’accueil) ou de services de police dûment formés.  Elle a aussi insisté sur l’importance d’atténuer dès maintenant les effets socioéconomiques de la pandémie préjudiciables aux femmes, faute de quoi le coût pourrait être beaucoup plus élevé à l’avenir. 

 

MME ÅSA REGNÉR, Directrice exécutive adjointe d’ONU Femmes, a fait observer que de nombreuses femmes se trouvent actuellement dans une position paradoxale, dans la mesure où elles sauvent la vie du reste de la population en exerçant des fonctions vitales dans les secteurs alimentaire et sanitaire, tout en occupant des emplois mal ou pas payés, dévalorisés et invisibles.  La crise doit être l’occasion de changer la logique et la mentalité qui président encore à la gestion des affaires, a conclu la Directrice exécutive adjointe d’ONU Femmes.

 

*Liste des intervenants : Union européenne, Norvège (au nom d’un groupe de pays), Liechtenstein, Danemark (au nom d’un groupe de 56 pays), Chili (au nom d’un groupe de pays d’Amérique du Sud), Monaco, Équateur, Qatar, Angola, Chine, Asian-Pacific Resource and Research Centre for Women (ARROW), Ligue internationale des femmes pour la paix et la liberté, Fédération internationale pour la planification familiale, Belgique, Venezuela, Tunisie, Inde, Syrie, Iran, Cuba, Brésil, Botswana, Afrique du Sud, Pays-Bas, Grèce, Soudan, Association lesbienne et gay internationale - Europe, Action Canada pour la population et le développement et Plan International

 

Dialogue avec la Commission d’enquête sur le Burundi

 

Mise à jour orale de la Commission d’enquête

 

M. DOUDOU DIÈNEPrésident de la Commission d’enquête sur le Burundi, a déclaré que le Burundi a été un des seuls pays au monde où, malgré la présence de cas avérés de COVID-19, n’ont été ni règlementé l’accès aux lieux de réunion tels que les églises, les bars et les restaurants, ni interdits les grands rassemblements sportifs et politiques.  Le 12 mai, le Gouvernement a même déclaré persona non grata le Représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) dans le pays et trois de ses experts.

 

Au-delà des droits à la vie et à la santé mis en danger par une telle crise sanitaire, la crise économique à l’échelle mondiale qui en découle a des effets négatifs sur la jouissance de quasiment tous les droits de l’homme, notamment ceux des femmes et des personnes vivant dans une grande pauvreté.  Et le Burundi n’est pas épargné, a souligné M. Diène. 

 

L’élection présidentielle et les élections législatives et communales se sont déroulées le 20 mai comme prévu par le calendrier électoral, sans présence d’observateurs internationaux, a poursuivi le Président de la Commission d’enquête.  Cette période a été marquée par le décès du Président Pierre Nkurunziza, le 8 juin dernier.  La Commission prend note de la participation relativement forte des femmes dans le processus électoral, y compris le nombre de candidates élues, malgré des discriminations à leur égard et de nombreux obstacles matériels et culturels liés aux préjugés négatifs sur l’engagement des femmes en politique, a indiqué M. Diène. 

 

Le processus électoral – toujours en cours en ce qui concerne les élections sénatoriales et collinaires, prévues respectivement le 23 juillet et le 24 août - a été jusqu’à présent caractérisé par une intolérance politique et entaché d’incidents violents et de multiples violations des droits de l’homme, a fait observer le Président de la Commission d’enquête.  Ces actes ont été commis principalement par des Imbonerakure et des responsables administratifs locaux agissant généralement avec l’appui de policiers ou d’agents du Service national de renseignements, a-t-il indiqué.  Des messages de haine et d’hostilité particulièrement virulents à l’encontre des opposants politiques ont circulé largement sur les réseaux sociaux sans faire l’objet de dénonciation, de condamnation ou de sanction de la part des autorités, a-t-il déploré.  Le système judiciaire reste marqué par son manque d’indépendance et d’impartialité, a souligné M. Diène. 

 

Si la communauté internationale est réellement soucieuse de voir la situation des droits de l’homme évoluer positivement au Burundi au cours des prochains mois et années, elle doit rester vigilante car le système de gouvernance mis en place au profit du parti CNDD-FDD reste en place, a déclaré M. Diène.  La communauté internationale ne devrait pas se contenter de tourner la page comme si l’entière et exclusive responsabilité [de tout cela] reposait sur feu le Président Nkurunziza et lui seul et comme si une élection et une transition politique pouvaient suffire à garantir automatiquement que la situation des droits de l’homme va désormais s’améliorer.  Cette transition politique pourrait devenir une telle opportunité si – et uniquement si – la communauté internationale reste vigilante et mobilisée pour encourager la prise de mesures propres à remédier aux causes profondes des violations que la Commission d’enquête a mandat de documenter, a expliqué M. Diène. 

 

Pays concerné   

 

Le Burundi a déclaré que la mise à jour orale présentée ce matin est un rapport qui vient enfin clarifier le véritable mandat de cette Commission [d’enquête] et qui mérite simplement d’être rejeté.  Le mandat de cette Commission est de tout faire pour faire changer le système de gouvernance au Burundi, et tout le monde comprend ce que cela signifie, a affirmé la délégation burundaise.  Le Burundi a toujours clamé haut et fort que cette Commission n’est pas un mécanisme d’enquête à caractère onusien et objectif doté d’un mandat temporaire, mais plutôt un mécanisme sui generis ayant un ordre du jour géopolitique minutieusement préparé au profit notamment de l’opposition politique burundaise, a insisté la délégation.  Le contenu des rapports de cette Commission n’offre ni l’odeur, ni la qualité d’une expertise onusienne neutre et c’est pourquoi le Burundi réaffirme son refus de coopérer avec une telle Commission, a indiqué la délégation.

 

Les scénarios apocalyptiques de violations massives de droits de l’homme, présentés par cette Commission dans ses précédents rapports et basés sur de prétendus facteurs de risque à l’occasion des élections de 2020, ont été balayés d’un revers de main par le peuple burundais qui a plutôt défié cette Commission et témoigné de sa maturité à prendre en main sa propre destinée, a affirmé la délégation. 

 

Aperçu du dialogue

 

Plusieurs délégations se sont dites préoccupées par les graves violations des droits de l’homme commises notamment par les Imbonerakure et documentées dans le rapport de la Commission d’enquête.  Ont maintes fois été dénoncées les violences à l’encontre des membres de l’opposition. 

 

Il a été demandé au Burundi de prendre des mesures pour mettre fin aux violations des droits de l’homme, y compris en ce qui concerne les exécutions sommaires, les disparitions forcées, les actes de torture et les violences sexuelles.  La lutte contre l’impunité des responsables de ces violations est un élément fondamental pour consolider le climat de confiance au lendemain des élections et garantir ainsi une sortie de crise durable, a estimé une délégation.  Le Burundi a également été invité à reprendre la coopération avec les mécanismes internationaux et régionaux des droits de l’homme. 

 

L’élection du Président Ndayishimiye à l’issue d’un processus électoral globalement pacifique doit être l’occasion de sortir définitivement de la crise qui persiste depuis 2015 au Burundi, a estimé une délégation.  Le transfert pacifique du pouvoir est une opportunité historique pour le Burundi et pour les Burundais, pour s’engager fermement sur la voie d’un changement et d’une réforme qui seraient fondés sur le respect des droits de l’homme, des libertés fondamentales, des principes démocratiques et de l’état de droit, a déclaré une délégation.  Les autorités doivent prendre les mesures nécessaires pour consolider le climat de confiance au lendemain des élections et garantir une sortie de crise durable, a plaidé une autre. 

 

Plusieurs délégations ont estimé que la communauté internationale ne devait pas s’ingérer dans les affaires internes du Burundi et ont appelé à l’arrêt [des activités] de la Commission d’enquête. 

 

**Liste des intervenants : Union européenne, Norvège (au nom des pays nordiques), Chine, France, Fédération de Russie, Venezuela, Australie, Espagne, Luxembourg, Pays-Bas, Irlande, Suisse, Myanmar, Royaume-Uni, Union of Northwest Human Rights OrganisationEast and Horn of Africa Human Rights Defenders Project, CIVICUS – Alliance mondiale pour la participation des citoyens, Amnesty International, et United Nations Watch.

 

Remarques de conclusion

 

MME FRANÇOISE HAMPSON, membre de la Commission d’enquête, a déclaré que les violations des droits de l’homme se poursuivaient après les élections présidentielles – élections qui ont elles-mêmes été marquées par de nombreuses violations.  L’église catholique a elle-même communiqué sur ces violations, a-t-elle fait observer.  S’il n’y a pas eu de violences de masse, cela ne signifie pas qu’il n’y a pas eu de violations ou que ces élections répondent aux normes internationales, a souligné Mme Hampson.

 

L’entière responsabilité des violations des droits de l’homme ne repose pas sur le seul ancien Président décédé le mois dernier, a poursuivi Mme Hampson, déplorant que le nouveau Président ait nommé dans son Gouvernement cinq anciens ministres dont plusieurs sont interdits de visite par plusieurs pays en raison de leur responsabilité dans les graves violations des droits de l’homme. 

 

M. DIÈNE a insisté sur le tournant historique dans lequel se trouve le Burundi et qui est porteur d’espoirs de changements profonds.  La communauté internationale a un rôle historique de vigilance à jouer pour assister cette transformation du Burundi et faire en sorte que les droits de l’homme de toute la population du pays soient respectés. 

Partager sur : Partager

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.reveil-fm.com/index.php?trackback/7043

Fil des commentaires de ce billet