Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Jean-Lous Remouit, le dogmatisme vert en France !

Jean-Lous Remouit, le dogmatisme vert en France !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Jean Louis Remouit.jpg, nov. 2020

Jean-Louis Remouit est un Gaulois qui ne s'en cache pas. Il aime la France et il la défend du mieux qu'il peut. Expert, méticuleux, rigoureux et passionné, Jean-Louis Remouit trouve des arguments et défaillances chez les pro-éoliens. Il produit des études fouillées pour dénoncer ces mastodontes en acier à vent qui défigure la France. Voici son étude sur le dogmatisme vert en France.

freddy-mulongo-jean-louis-remouitLES DESSOUS ORGANISES DE LA POLITIQUE VERTE-Jean-Louis REMOUIT, novembre 2019

Les Verts et l'€olien

Où l'on prend connaissance des réseaux de la nébuleuse écologique française et ses liens internationaux et où l'on découvre son fonctionnement.
Démocratie et Souveraineté de la France y sont des concepts ignorés. L'écologie y apparaît comme une façade destinée à faire valoir et poursuivre des buts où le Bien Commun est absent et les intérêts « communs » verts sont (très) bien compris.

L'éolien, un cancer que les villes installent à la campagne.

freddy-mulongo-eolienne

ETAT DES LIEUX DE L'IMPOSTURE VERTE

Après une période de doutes des scientifiques dotés de discernement, puis une période de sidération, quelques scientifiques et hauts-fonctionnaires relèvent la tête dans le déferlement médiatique de la transition énergétique acceptée, rapportent les journaux, par 80% de la population.
Les français commencent à comprendre qu'ils ont été trompés par l’État, ses diverses agences et les gouvernement successifs depuis le ministère Cochet qui a introduit le « vers » dans le fruit.
Les français ayant ce fameux discernement ont compris que :
-que les éoliennes associées à des centrales à gaz 75 % du temps contribuent par leur intermittence à recarboner la production électrique
-que les parcs éoliens s'installaient sans appel d'offre.
-que la France possède déjà une production électrique décarbonée.
-qu'on leur ponctionne sur leur facture d'électricité des sommes astronomiques pour financer le renouvelable, toutes sommes qui ne sont pas investies dans les économies de chauffage.
-qu'avec l'arrivée de la concurrence sur les marchés de l'électricité tant à la production qu'à la distribution, l'obligation de service public de l'électricité, étendard d'EDF, a disparu des écrans radar.
-que cette obligation de service public est d'ores et déjà remplacée par l'effacement volontaire ou provoqué du consommateur en cas de déséquilibre production-consommation.
-que les verts Allemands, à la manœuvre, imposent via l'OFATE, une même politique de transition adaptée à leur pays dont les centrales électriques sont à charbon alors que les centrales françaises sont nucléaires.
-que les initiatives du gouvernement aboutissent au démantèlement d'EDF, propriété collective des français.

freddy-mulongo-eolienne-22

HISTORIQUE DE LA POLITIQUE ENVIRONNEMENTALE DE L'ETAT

Si l'écologie a trouvé ses premiers pionniers avec M. René Dumont, professeur à l'Institut National d'Agronomie, elle a été relayée lors des revendications étudiantes de 1968 où les exigences de liberté s'étaient associées à la Nature. C'était une manière détournée pour les écologistes de s'incruster dans le débat politique alors que ce sujet n'était pas un objet de revendication sociale.
C'est de là que naquit cette tradition marxiste ou d'extrême gauche de l'écologie, qui devint un moyen transversal pour les pays de l'Est de déstabiliser l'Occident. Ainsi, le nucléaire vint se raccorder au débat qui visait à contester la puissance nucléaire et civile et peser sur les rapports Est-Ouest.

freddy-mulongo-eolienne-1Les Amis de la Terre

Source : Histoire des Amis de la Terre écrite en 1998 par Pierre Samuel et www.amisdelaterre.org

Fondée en 1970 par Alain Hervé en 1970, AT réuni un comité de soutien prestigieux : Claude Levi-Strauss, Théodore Monod, ou plus tard Marguerite Yourcenar.

Il dispose aussi du parrainage de l'association américaine Friends of the Earth (FOE).
En 1972, se joint Brice Lalonde qui apporte son savoir faire politique et son relationnel d'enseignants, de médecins, de journalistes, d'économistes, de sociologues, d'écrivains et d'artistes, tous post-soixante-huitards. L'extrême gauche dès lors investi le terrain.
Pierre Radanne, membre de l'AT, a été nommé Directeur de l'ADEME à sa création en 1992 jusqu'en 2002. Il est responsable de la commission énergie des Verts, et l'auteur du rapport Facteur 4 sur la réduction des gaz à effet de serre de la France (2005). C'est de lui que vint l'idée de remplacer
le nucléaire civil par les énergies renouvelables.
Aujourd'hui, les Amis de la Terre sont affiliés à une maison mère américaine FOEI www.foei.org qui fédère 72 organisations locales et plus de 1,5 millions de membres.
FOEI dispose d'un statut consultatif à l'ONU.
En France, l'AT se déclare associée au CRID, au Réseau 'Action Climat', au Réseau 'Sortir du Nucléaire', à 'Nature et Progrès' et au groupement d'intérêts citoyens 'Combat Monsanto'.
Ce groupement rassemble Greenpeace, Fondation Sciences Citoyennes, ATTAC et Sherpa.

freddy-mulongo-eolienne-2Les acteurs historiques de la politique de transition énergétique:

Brice Lalonde, Ministre de l'Environnement 1988-1992
Membre de l'UNEF
Membre des 'Amis de la Terre'
Membre de la famille Forbes
Crée l'ADEME (Agence du Développement et de la Maîtrise de l'Energie), noyau dogmatique vert de l’État devenu bureau d'étude de la transition écologique.
Ségolène Royal, Ministre de l'Environnement 1992-1993
Michel Barnier, Ministre de l'Environnement 1993-1995
Corinne Lepage, Ministre de l'Environnement 1995-1997
Dominique Voynet, Ministre de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement 1997-2001
Association belfortaine de protection de la nature contre le nucléaire
Animatrice de 'Radio Ondes Rouges'
Membre des 'Amis de la Terre'
Membre d'Amnesty International
Fondatrice des Verts

freddy-mulongo-dogmatisme-vert-page-004


Incrustateur du dogmatisme vert au sein de l’État, elle commande à Yves Cochet, les Verts, un mémoire sur la transition énergétique.

Inventeur de la CSPE : contribution aux « Charges de Service Public d’électricité », variable d'une année sur l'autre (et toujours à la hausse), instituée par la loi n°2000-108, pour financer, à l'origine, les charges dites de solidarité des territoires.
Décrète l'arrêt définitif de Superphénix (Creys-Malville), réacteur expérimental à neutrons rapides, le 30 décembre 1998.

Yves Cochet, Ministre de l'Aménagement du territoire et de l'Environnement 2001-2002,
mathématicien et collapsologiste
Ex Pt de l'UNEF Rennes
Membre des mouvements anti-nucléaires
Membre de l'association 'Les Amis de la terre'
Fondateur des Verts en 1984
Défenseur de la décroissance
Auteur de la loi et du décret de subvention des prix de l'électricité d'origine éolienne et
photovoltaïque, c'est à dire vendre le MWh renouvelable à EDF 82 € contre un prix de marché de 42 € .

Roselyne Bachelot, Ministre de l'Écologie et du Développement durable 2002-2004
Charte de l'environnement (option santé)
Serge Lepelletier, Ministre de l'Écologie et du Développement durable 2004-2005
Nelly Olin, Ministre de l'Écologie et du Développement durable 2005-2007
Création de l'OFATE : l'OFATE a été créé en 2006 à l'initiative du Ministère français délégué à
l'Industrie et du Ministère fédéral de l'Environnement allemand (BMUB) sous le nom de « Bureau
de coordination énergie éolienne ».
Pacte écologique de Nicolas Hulot en 2007
Alain Juppé!, Ministre de l'Écologie, du Développement et de l'Aménagement durables 2007-2007
Jean-Louis Borloo, Ministre de l'Écologie 2007-2010
Auteur des lois Grenelle 1 du 3 août 2009 et Grenelle 2 du 12 juillet 2010
Nathalie Kosciusko-Morizet, Ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement 2010-2012
Membre de la Fondation Concorde
Ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement
Promoteur du premier appel d'offres de l'éolien en mer
Auteur de 90% des décrets d'application de Grenelle 2
Promoteur de la loi n° 2010-1488 du 7 décembre 2010 portant l'ouverture à la concurrence, dite loi NOME (nouvelle organisation du marché de l'électricité).

Delphine Batho, Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie 2012-2013
Jeunesse militante à la FIDL et SOS Racisme
Loi autorisant l’État à se substituer à EDF, propriétaire, pour décider de fermer la centrale nucléaire de Fessenheim.
François Filon!, Ministre de l'Écologie, du Développement durable, des Transports et du Logement 2012-2012
Nicole Bricq, Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie 2012-2012
Delphine Batho, Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie 2012-2013
Membre de la FIDL
Vice-présidente de SOS racisme
Philippe Martin, Ministre de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie 2013-2014
Auteur du plan Taxe Carbone ou CCE (Contribution Climat Énergie)
Révision de la CSPE pour le financement des obligation de rachat par EDF de l'électricité produite
par les énergies renouvelables.
Consultance de Mme Gundula Hübner pour l'acceptabilité sociale de l'éolien avec l'OFATE
Ségolène Royal, Ministre de l’Environnement, de l’Énergie et de la Mer, chargée des Relations internationales sur le climat 2014-2017
Marylise Lebranchu, Ministre de la fonction publique et de la décentralisation et André Vallini, Secrétaire d’État à la réforme territoriale en 2015
Auteur de la loi NOTRe du 7 août 2015 sur la décentralisation qui ouvre la capacité légale (au sens de la hiérarchie des normes) des SRADDET.
Loi pour la transition énergétique pour la croissance verte (LTECV) : la loi du 17 août 2015 fixe les tarifs de rachat par EDF de l'électricité verte . Ce dispositif est transposé dans le décret du 28 mai 2016 et fixé dans les articles L. 314-1 et suivants du Code de l'énergie.

Nicolas Hulot, Ministre de la Transition écologique et solidaire 2017-2018
Directrice de Cabinet : Michèle Pappalardo, ex directrice de l'ADEME
Secrétaire d’État, Brune Poirson, ancienne responsable de projets environnementaux en Indes dans
lesquels Véolia a obtenu des contrats!
Secrétaire d’État, Sébastien Lecornu
Auteur du plan Climat Energie pour la neutralité carbone en 2050
Suppression des centrales à charbon en 2022
Fin des ventes de voitures neuves à essence en 2040
Arrêt de a production des hydrocarbures en 2040
Plan d'aide à la rénovation thermique des bâtiments
Décret 'Lecornu' sur la suppression des tribunaux civils pour le renouvelable

François Goullet de Rugy, Ministre de la Transition écologique et solidaire 2018-2019
Co-président du groupe écologiste à l'Assemblée nationale 2016

Membre successif de Génération écologie, des Verts et d'Europe Écologie Les Verts (EÉLV)
Rédacteur de la loi Climat Énergie et de la PPE
Exécuteur du décret Lecornu pour la suppression des Tribunaux civils pour l'éolien
Elizabeth Bornes, Ministre de la Transition écologique et solidaire 2019...
Emmanuelle Wargon, Dr de Cabinet Transports
Brune Poirson, Dr de Cabinet Transition écologique
Il résulte de cette liste plusieurs observations :
L'écologisme actif prend sa source dans l'association « Les Amis de la Terre » et le terreau marxiste de l'UNEF et des différents partis verts combattant, avec les pacifistes, l'industrie nucléaire pour des raisons militaires, les déchets n'en devenant un argument que tardivement.

Les écologistes, par leur participation aux syndicats universitaires de gauche, ont hérité des savoir-faire marxistes en matière d'infiltration, de manipulation des foules et d'agit-prop. Ces connaissances se retrouvent dans la manipulation des revendications pour le climat.
La durée de vie moyenne d'un ministre de l'environnement ne dépasse pas un an : cette situation se traduit par l'absence d'un tuilage organisé, permettant aux écologistes politiques d'incruster l'écologie technique dans les ministères en particulier dans l'ADEME.
Le côté international de l'écologie, sans racines, s'oppose aux partis de gauche traditionnels plutôt enracinés dans leurs terroirs. Les écologistes sont de centre-ville et mondialistes.

freddy-mulongo-eolienne-3LA NÉBULEUSE ÉCOLOGISTE EN 2019

Le dogmatisme vert en politique présente deux vitrines:
- L'activisme vert au sein des instances politiques gouvernementale et locales
- L'activisme vert pour orienter l'opinion publique à l'aide d'Université complaisantes, d'une
nébuleuse d'associations et de réseaux sociaux

A l'appui de ces deux vitrines se trouvent les partis politiques verts

1- Europe Écologie Les Verts (EELV), parti fondé en 1984 sous le nom Les Verts (de son nom
complet Les Verts, Confédération écologiste - Parti écologiste) qui a pris son nom actuel en 2010,
membre depuis 1993 des Verts mondiaux et du PVE.
2- Génération écologie, parti fondé en 1991.
3- Mouvement écologiste indépendant (MEI), parti fondé en 1994, d'une scission des Verts.
4- Alliance écologiste indépendante (AEI), parti fondé en 2009.
5- Le Rassemblement citoyen - Cap21, parti fondé en 2014 de la fusion de Cap21, créé en 1996, et
du Rassemblement citoyen.
6- Front démocrate, parti fondé en 2014.
7- Parti écologiste, parti fondé en 2015.
8- Union des démocrates et des écologistes, confédération créée en 2015 et formée du Parti écologiste et du Front démocrate.
9- Rassemblement des écologistes pour le vivant, mouvement fondé en 2018.
Ils ont leur journal numérique, reporterre, www.reporterre.net .
Le parti EELV possède deux liens internationaux actifs:
1- Les Verts Mondiaux ou Global Greens est un réseau international, fondé en 2001 à Canberra, par des partis verts adhérents de la charte des Verts Mondiaux. Leur attention est surtout tournée vers le climat et le contrôle du nucléaire.
2- Le Parti Vert Européen (en anglais EGP : European Green Party) est un parti politique européen créé le 22 février 2004 à Rome. Il est composé de 32 partis écologistes nationaux de 28 États d'Europe. Il forme un groupe au parlement européen.
Toute cette abondance de partis verts construits sur des divergences subies ou calculées sert de grain à moudre pour obtenir des postes. Telle personne se présente donc seule dans un petit village ou dans la liste de son parti et finit par obtenir une « valeur » électorale d'après les sondages préliminaires. Au vu des résultats de ces sondages, le (faux) candidat est alors en situation de se démettre au profit d'un parti éligible en négociant un poste. C'est ainsi que les écologistes ont pu gagner des situations administratives qui leur permettent alors d'appliquer leurs idées qui jusqu'à présent étaient de loin minoritaires.

La complicité des Universités allemandes
Le fer de lance de l'acceptabilité des éoliennes est la psychologue allemande Gundula Hübner, professeur de psychologie des foules à l'Université Martin Luther à Halle-Wittenberg, Halle (Saale).
Elle s'est spécialisée dans l'acceptabilité des parcs éoliens, vend des études à l'Europe entière et se produit dans les multiples congrès de ce sujet à la mode.
Exemple de contestations des jurassiens suisses :

https://www.stop-eole-auvergne.com/2014/05/contre-etude-des-citoyens-suisses-et-denonciation-des-collusions-evidentes-de-ses-auteurs-davec-le-lobby-eolien/

C'est sous le ministère de Philippe Martin puis de Ségolène Royal que l'OFATE, l'office franco-allemand pour la transition énergétique que les questions d'acceptabilité de l'éolien ont été mises en oeuvre en France sous la houlette de Madame Hübner.
Il s'agit de mettre en œuvre une intoxication de masse sur l'éolien.
Elle est également membre de la Wind Task 28 de l'IAE, agence internationale de l'énergie, lobby organisé par l'OCDE.

L'OFATE
C'est le bras armé des écologisme allemand au sein du gouvernement français.
Depuis sa création en 2006 et jusqu'en 2014, le siège de l’OFATE se trouvait au sein du Ministère fédéral allemand de l’Environnement (BMUB) à Berlin. Aujourd'hui, il se trouve au Ministère fédéral de l'Économie allemand (BMWi). Depuis 2013, l’organisation dispose également d’un bureau au Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES) à Paris.
Le bureau de l'OFATE de Berlin transmet donc directement ses plans allemands à son bureau de Paris hébergé au Ministère de la Transition Énergétique.


freddy-mulongo-dogmatisme-vert-page-010


Les activités de l’OFATE sont financées à hauteur de 50 % par les fonds publics mis à disposition par la France et l’Allemagne et à 50 % par les cotisations des adhérents.
Rapport d'activité

https://docplayer.fr/amp/59356953-Rapport-d-activite-exercice-office-franco-allemand-pour-la-transition-energetique-ofate-fevrier-energie-eolienne.html

Les adhérents
https://energie-fr-de.eu/fr/qui-sommes-nous/adherents.html
Les membres du comité en 2019 :
Ministères│Ministerien
 Bundesministerium für Wirtschaft und Energie (BMWi)
 Ministère de la Transition écologique et solidaire (MTES)

Universités et instituts de recherche│Hochschulen und Forschungseinrichtungen
 vacant, élections le 26 novembre 2019 | vakant, Wahl am 26. November 2019
 vacant, élections le 26 novembre 2019 | vakant, Wahl am 26. November 2019
 vacant, élections le 26 novembre 2019 | vakant, Wahl am 26. November 2019
 vacant, élections le 26 novembre 2019 | vakant, Wahl am 26. November 2019
 vacant, élections le 26 novembre 2019 | vakant, Wahl am 26. November 2019

Entreprises et organisations│Unternehmen und Organisationen
 Michel Béna, RTE
 Cécile Maisonneuve-Cado, ENERCON
 Anne-Catherine de Tourtier, NORDEX
 Frédéric Petit, SIEMENS
 Vincent Masureel, ENERTRAG
 Wolfram Vogel, EPEX SPOT
 Anouk Darcet-Felgen, BMH AVOCATS
 Philippe Etur, VALOREM
 Roy Mahfouz, H2AIR, germano-libanais
 H. Robert Conrad, P&T TECHNOLOGIE
 Reinhold Buttgereit, TRANSNET BW
 Olivier Lauras, SENVION
 Lars Quandel, HSH NORDBANK
 Matej Lednicky, KGAL INVESTMENT MANAGEMENT

L'activisme vert au sein des instances politiques gouvernementale et locales

L'article L141-1 et suivants du Code de l'Environnement mentionne la liste des organismes autorisés à être porte-paroles de l'écologie et de la protection de l'environnement auprès des pouvoirs publics.
Cela permet un entre-soi qui met hors-jeu les associations de défense des paysages même si certaines d'entre elles comme la SPPEF y figurent.
Art L141-1 : Les structures ou associations désireuses d'obtenir un agrément, sous conditions d'acceptabilité, doivent en faire la demande.
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?
cidTexte=LEGITEXT000006074220&idArticle=LEGIARTI000006832961&dateTexte=&categorie
Lien=cid
Art L141-2 : Les structures agréées sont tenues de participer à l'action des organismes publics concernant l'environnement.
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?
cidTexte=LEGITEXT000006074220&idArticle=LEGIARTI000033035286&dateTexte=&categorie
Lien=id
Art L141-3 : Les instances consultables par le gouvernement sont sélectionnées sur des critères complémentaires. La liste des instances consultatives ayant vocation à examiner les politiques d'environnement et de développement durable est établie par décret.
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do?
cidTexte=LEGITEXT000006074220&idArticle=LEGIARTI000022483154&dateTexte=&categorie
Lien=cid
C'est ainsi qu'on assiste aujourd'hui à un bal masqué écologique constitué entre les grandes administrations et/ou collectivités locales et les associations de la nébuleuse NEGAWATT comme le montre le tableau ci-après :


freddy-mulongo-dogmatisme-vert-page-013

Collectif Energie et Vérité : document de l'enquête parlementaire de juin 2019

On y aperçoit, à titre d'exemple, les relations incestueuses entre les institutions, les associations et les bureaux d'études qui constitue cet écolo-business qui échappe à la vigilance (volontaire) des journalistes.
Ces relations incestueuses se sont montées au fil des ans des sièges ministériels de l'environnement occupés par des Verts et des élections où se sont négocié les postes.
Extraits du site negawatt: https://negawatt.org/Anne-BRINGAULT
« Diplômée de Grenoble École de Management (précédemment école supérieure de commerce de Grenoble), Anne Bringault a travaillé pendant 11 ans dans un cabinet anglo-saxon de conseil en organisation et en systèmes d’information. Elle a ensuite dirigé pendant 6 ans une association nationale de protection de l’environnement, membre de l’un des plus grand réseaux internationaux. Elle travaille actuellement pour le CLER, Réseau pour la transition
énergétique, et pour le Réseau action climat sur les politiques nationales en lien avec la transition énergétique. Elle est également, à titre bénévole, présidente des Amis d’Enercoop. »
Mme Anne Bringault est par ailleurs membre du conseil d'administration de l'ADEME depuis 2018 :
https://www.ademe.fr/sites/default/files/assets/documents/liste_simplifiee_ca_ademe_14_fevrier_20
18_et_14_mars_2018_version_3.pdf

L'activisme vert dans les journaux et les réseaux sociaux : une manipulation de l'opinion publique à base d'acceptabilité sociale
Pour rendre crédibles leurs thèses sur l'énergie renouvelables, les Verts s'appuient sur l'opinion publique qu'ils retournent en leur faveur grâce aux travaux de Gundula Hübner et ses collaborateurs (Johannes Pohl et Christiane Hahn) sur leurs thèmes favoris :
le climat change, vérité qui se décline en de nombreux mensonges ou approximations

les énergies renouvelables sont propres le nucléaire produit du CO2
on produit trop de CO2, arrêtons de respirer
un mélange savant de vérités et de contre-vérités au point que 50% des français les approuvent.
A la manœuvre, on trouve donc les journaux sur internet type REPORTERRE, des réseaux sociaux y compris spécialisés (We Don't Have Time) et leurs guides et surtout les organiseurs de manifestations publiques que sont Greenpeace, Youth for Climate ( https://youthforclimate.fr ,
https://www.youthclimateleaders.org ) et leurs délégations locales, Agir pour le Climat.
Et récemment sont apparues plusieurs madones du Climat, Greta Thunberg, Zélie Guisset (Youth for Climate).
L'association « Youth for Climate » est une émanation des Nations Unies : www.unfccc.int qui organise les COPxx.
On organise donc des manifestations, des plateaux télé, au point qu'on a même réussi à faire défiler des enfants dans les rues en semaine (les Fridays for Future https://www.fridaysforfuture.org/ ), pendant les heures scolaires, sans que le Ministère ne trouve rien à redire et sans sanctions pour les
directeurs d'établissement qui ont laissé faire. Au Luxembourg, les élèves se sont fait porter absents par leurs parents afin de régulariser leur participation:

https://gouvernement.lu/fr/actualites/toutes_actualites/communiques/2019/09-septembre/19-youth-
strike-for-climate.html

Le 15 février à Paris, devant le ministère, la secrétaire d’État à la transition écologique et solidaire, Brune Poirson, est allée à la rencontre des jeunes, et a déclaré à l’aide d’un mégaphone «Je suis heureuse de votre mobilisation, ça veut dire que l’on a franchi un cap. »
Le 20 mars 2019, Brune Poirson, de nationalité franco-américaine, est élue vice-présidente de l'Assemblée des Nations unies pour l'environnement (ANUE), pour un mandat de deux ans.
L'ANUE est l'organe décisionnel le plus important au monde sur les questions environnementales.
Son bras armé est l'UNEP dont on reparlera.
En Allemagne, des centaines de milliers de participants se sont réunis dans plus de 575 villes et villages :

https://www.bild.de/politik/inland/politik-inland/klima-streik-kraftwerk-bei-hamburg-besetzt-alle-
fridays-for-future-demos-live-64813308.bild.html

Ces activités de manifestations publiques portent un nom : le Greenwashing.
Le coup - en France - est parti d’une chronique, «Le capitalisme vert utilise Greta Thunberg», publiée par Isabelle Attard, le 9 février dans Reporterre. Un texte dans lequel l’ancienne députée écologiste pointe du doigt la présence
d’un homme encombrant dans l’entourage de la Suédoise de 16 ans, qui mobilise depuis plusieurs mois les jeunes
Européens pour alerter sur le dérèglement climatique.
Il s’agit d’Ingmar Rentzhog, cofondateur de la start-up We Don’t Have Time, un futur réseau social dédié à la lutte contre le réchauffement climatique, et présenté par Attard comme un «petit génie suédois des "public relations"». Elle indique qu’il est aussi le président du conseil du think tank Global Utmaning, créé par Kristina Persson (ancienne ministre suédoise sociale-démocrate chargée du développement stratégique et de la coopération nordique, et héritière du milliardaire Sven Persson). Or ce think tank a des liens assumés avec Global Shapers, un programme du forum de Davos qui développe un réseau de jeunes engagés en faveur de la société. Une relation qu’Isabelle Attard voit d’un mauvais œil, comme elle l’explique à Libération : «Je me méfie de ce think tank, de la plateforme de Rentzhog et des liens qu’il a avec Davos.» Tout en précisant être «pour le combat de Greta», elle dit s’interroger sur le rôle de certains adultes autour de l’adolescente, et sur la manière dont elle a réussi à être propulsée auprès des puissants de ce monde.
L’ex-députée fait ainsi remarquer que la jeune femme a assuré la promotion de We Don’t Have Time lors d’une manifestation en brandissant une pancarte à son effigie, le réseau social ayant ensuite diffusé cette photo. Ne faisant pas confiance aux bonnes volontés écologistes de Rentzhog et de Global Shapers pour résoudre les questions liées au climat, Attard considère que, de fait, «ceux que dénoncent Greta, ce sont aussi ceux qui l’embauchent». C’est d’ailleurs ce qu’elle ajoute en post-scriptum de son article : «Je pense qu’il ne faut pas être dupe du rôle de certains adultes autour d’elle, spin doctor, mentor, spécialistes du greenwashing, de la croissance verte et du capitalisme. Pour lutter
efficacement, ne pas être dupe est une nécessité.»

Source: Libération: https://www.liberation.fr/planete/2019/03/08/la-militante-ecolo-greta-thunberg-
recuperee-par-un-pro-du-greenwashing_1713956

Bonux lavait plus blanc, maintenant Greta Thunberg lave les cerveaux plus vert.
L'essentiel du phénomène Greta Thundberg n'a donc plus grand-chose à voir avec le climat qui est devenu un écolo-business où l'argent fait le bon air.
Les associations vertes, profitant soit de leur situation mondiale, soit de leur situation interne à la gouvernance française, lancent un appel pour contrer le lobbying des « climato-sceptiques » se considérant comme non-lobbyer puisque faisant appel à l'opinion publique directement par les
réseaux sociaux :
Deux ONG, Transparency France et le WWF France, lancent une campagne, lundi 30 septembre 2019, pour "lever le voile sur les relations entre les lobbies et les responsables politiques".
Ainsi, WWF, organisation mondiale, veut sauver l'Amazone :
https://www.wwf.fr/?
gclid=EAIaIQobChMI4oPv4_X35AIVBoXVCh3bOQXXEAAYASAAEgJaUvD_BwE
Transparency France :
https://transparency-france.org
L'association « Friday for Climate » est maintenant européenne :
https://www.un.org/youthenvoy/2013/08/unv-and-youth/


freddy-mulongo-dogmatisme-vert-page-016

L'OCDE et les enjeux climatiques
Dans le concert climatique des Nations, l'OCDE est devenu un acteur avec la création en 2006 de l'Agence Internationale de l'Energie (EIA en anglais) dont la Wind Task Force 28 se consacre à l'éolien.
https://energie-fr-de.eu/fr/qui-sommes-nous/mission-services/gouvernance.html
L'EIA produit chaque année un rapport sur le climat intitulé WEO : World Energy Outlook
Depuis 2009, pour accompagner la transition énergétique, l'EIA a créé une filiale, l'IRENA, une nouvelle agence internationale pour les énergies renouvelables dont le siège est à ... Abou Dabi et le centre technologique à Bonn, en Allemagne. www.irena.org
Le lobby IRENA produit les rapports annuels Remap qui décrivent les scénario successifs de 85% de renouvelable en 2050 dont s'inspire aveuglément les infiltrés du gouvernement français et de l'ADEME.
https://www.irena.org/publications/2019/Apr/Global-energy-transformation-A-roadmap-to-2050-
2019Edition

L'ONU ET LES PERSPECTIVES D'UN GOUVERNEMENT MONDIAL VERT
source : http://www.unep.org/
Établi en 1972, le Programme des Nations Unies pour l’environnement (PNUE) est l’entité du système des Nations Unies désignée pour répondre aux problèmes environnementaux aux niveaux régional et national. Le PNUE promeut la mise en œuvre cohérente de la dimension environnementale du développement durable; il assure la défense de l'environnement mondial.

https://web.unep.org/environmentassembly/
L'ONU et le PNUE (UNEP en Anglais) pilotent et financent le GIEC https://www.ipcc.ch

https://www.unenvironment.org/fr/resources/rapport/rapport-special-du-giec-sur-le-changement-
climatique-et-les-terres-emergees

L'ONU et le PNUE pilotent et financent les COPxx

L'ONU et le PNUE pilotent et financent l'ACTION CLIMAT
https://www.un.org/fr/climatechange

La Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) confère aux Parties la responsabilité de mener des campagnes d’éducation et de sensibilisation du public sur les changements climatiques, d'œuvrer pour que le public participe aux programmes qui s’y rapportent et à ce qu'il ait accès aux informations relatives à cette question.

L'ONU et l'UNEP, une gouvernance mondiale non élue

Il faut lire, à ce propos, sur https://nofrakkingconsensus.com/2013/02/21/greenpeace-unep-cozy-
under-the-bedcovers/ le blog de Madame Donna Laframboise, journaliste canadienne sur

Greenpeace et le PNUE daté de 2013.
« Le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) publie un magazine intitulé Notre planète . L'édition
de février 2013 peut être téléchargée ici (http://www.unep.org/pdf/OP-FEB-EN-2013.pdf ) . Un article aux pages 16-17, écrit par Greenpeace, présente un intérêt particulier (http://nofrakkingconsensus.com/wp-
content/uploads/2013/02/greenpeaceunep_feb2013.pdf ).

Pour être précis, par Kumi Naidoo - le responsable de Greenpeace International - et par Daniel Mittler, dont le titre est, obtenez ceci: «Directeur politique de Greenpeace International».

Greenpeace sait non seulement, il l'admet pleinement, que l’environnementalisme est un mouvement politique . Les personnes qui travaillent pour Greenpeace défendent une vision du monde particulière.
Il n'y aurait rien de mal à cela si tout le monde était clair sur ce point. En effet, si les médias traitaient les militants écologistes avec le scepticisme que méritait tout lobbyiste politique, on rappelait au public que les lobbyistes de tous bords trompaient et exagéraient, si tout le monde comprenait que les verts veulent du pouvoir exactement comme les membres du Parti conservateur, Les partis démocrates, travaillistes, libéraux, républicains et conservateurs veulent le pouvoir, nous serions tous mieux lotis.
Au lieu de cela, quand nous regardons un activiste vert, nous sommes trop nombreux à voir encore un saint plutôt qu'un homme politique.
Quelle est donc la vision politique de Greenpeace? À en juger par cet article de magazine , il s’agit de renforcer la position du corps politique le plus inexplicable de la planète - les Nations Unies.
La plupart d'entre nous ne prêtons pas beaucoup d'attention à l'ONU. Mais quand vous vous arrêtez pour y penser, cela ressemble à une recette pour un désastre. Les électeurs ordinaires n'élisent pas les fonctionnaires de l'ONU. Nous ne sommes pas non plus en mesure de les renvoyer lorsqu'ils se comportent mal.
Rien de tel qu’un système démocratique d’équilibre des pouvoirs n’existe au niveau des Nations Unies. Au lieu de cela, les organisations des Nations Unies sont toutes composées d'élites qui ont réussi à se positionner au sommet de la pyramide politique mondiale en élaborant des vagues interminables de règles et de réglementations que nous devrions suivre.
Plutôt que de faire quelque chose de productif avec leur propre vie, ces corps immenses et interférents veulent diriger la vôtre. Et Greenpeace les encourage.
Selon cet article, Greenpeace estime avec ferveur que les gouvernements doivent apporter un "changement transformationnel" et une "action urgente" afin de "préserver l'avenir de notre planète". Mais depuis que des politiciens élus démocratiquement (qui ont réellement besoin de se soucier de l'opinion publique) n'ont pas suivi scénario au sommet Rio + 20 en juin dernier, Greenpeace est déterminée à se frayer un chemin par d'autres moyens.
Cela implique «le renforcement et la modernisation» du PNUE. En d'autres termes, en lui donnant plus d'argent et plus de pouvoir. Selon Greenpeace, le PNUE devrait être transformé en une autorité mondiale pour l'environnement, dotée de mécanismes de mise en œuvre, de conformité et d'application renforcés. Il devrait être donné les outils nécessaires pour surveiller efficacement la mise en œuvre des accords environnementaux multilatéraux - et pour imposer des sanctions à ceux qui enfreignent les règles.
Mais ce n'est pas tout. Greenpeace envisage:
«Règles mondiales qui modifient la dynamique du pouvoir et les incitations à l'investissement»
«règles globales sur la responsabilité des entreprises»
«Un instrument mondial contraignant qui garantit la pleine responsabilité de tout dommage social ou environnemental causé par les sociétés mondiales»
L'article de Greenpeace dénigre les marchés libres et affirme qu'appliquer des «contrôles forts» à de tels marchés fait «partie intégrante de la réforme nécessaire de la gouvernance mondiale». Mais cela n'a pas encore été fait. Selon l'article,

De nouveaux instruments fiscaux, tels que la taxe sur les transactions financières, doivent être adoptés pour freiner la spéculation néfaste et fournir les fonds indispensables au développement et à la protection de l'environnement. Un examen social et environnemental complet du système commercial mondial est également attendu depuis longtemps.
Juste au cas où nous aurions oublié les deux premières références de cet article à la gouvernance mondiale, le dernier paragraphe nous rappelle encore une fois que, selon Greenpeace,
Nous devons donc œuvrer pour une véritable transformation de la gouvernance mondiale ... [gras ajouté]
Lorsque vous donnez de l'argent à Greenpeace, vous financez des personnes qui défendent un système de gouvernance mondiale . Un système dans lequel les organismes des Nations Unies qui ne sont pas responsables ont "de réels pouvoirs" pour adopter de nouveaux règlements étendus, puis pour forcer les citoyens, les entreprises et les nations à se conformer.
Lorsque vous donnez de l'argent à Greenpeace, vous financez des personnes qui veulent de nouvelles taxes, qui veulent se mêler au système économique de multiples façons, qui croient que tout le «système commercial mondial» est leur jouet.
Ce qui manque dans cet article, c'est toute discussion sur la responsabilité, les contrôles et contrepoids, sur la nécessité de s'assurer qu'un PNUE renforcé et amélioré n'abusera de son pouvoir. Ce n'est même pas sur le radar.
Ce qui signifie que ces responsables de Greenpeace ne sont pas des adultes sérieux. Ils ne vivent pas dans le monde réel, où nous avons appris à nos dépens que les bonnes intentions conduisent souvent à des résultats horribles.
Au lieu de cela, ce sont des gauchers à l’ancienne, recyclant des analyses fastidieuses et sans précédent. Si seulement les sociétés étaient obligées de suivre plus de règles. Si seulement les marchés libres étaient rigoureusement contrôlés.
Pourquoi, le monde serait parfait.
La prochaine fois que vous parlez du PNUE dans le journal, rappelez-vous qu’elle-même et Greenpeace sont les compagnons de lit les plus cools - et que le monde que ces gens veulent créer diminuera votre voix et votre vote. »

L'UNESCO DANS LA BOUCLE DE L'ONU POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

source : http://www.unesco.org/new/en/natural-sciences/environment/ecological-sciences/

Le MAB
L'UNESCO conduit un programme climatique (MAB) depuis 1971.
Le programme MAB (Man And Biosphère) de l'UNESCO est un programme scientifique intergouvernemental visant à établir une base scientifique pour l'amélioration des relations entre les personnes et leur environnement.
Le MAB associe les sciences naturelles et sociales, l’économie et l’éducation pour améliorer les moyens de subsistance et le partage équitable des avantages, et pour préserver les écosystèmes naturels et gérés, favorisant ainsi des approches novatrices du développement économique, socialement et culturellement appropriées, et respectueuses de l’environnement.
Son réseau mondial de réserves de biosphère compte actuellement 701 sites dans 124 pays du monde entier, dont 21 sites transfrontaliers.

Le PNUE-WCMC
Le Centre mondial de surveillance continue de la conservation de la nature du PNUE (UNEP en anglais) gère la base de données sur les biens naturels du patrimoine mondial.
Source : https://whc.unesco.org/fr/faq/87
Les collaborations UNESCO PNUE liées au climat sont nombreuses.
La conscience du patrimoine passe par l'évaluation du climat :
Source : https://whc.unesco.org/fr/actualites/2038
L'UNESCO et la justice climatique : https://en.unesco.org/courier/2019-3
La protection de la biodiversité
https://whc.unesco.org/fr/actualites/1966
Le programme GOOS 2030

https://sdg.iisd.org/news/goos-2030-strategy-to-meet-ocean-data-for-sustainable-development-
needs/

L'OMM (WMO en anglais) DANS LA BOUCLE DE L'ONU POUR LE CHANGEMENT CLIMATIQUE

Cette relation fait l'objet d'un memorandum of understanding de 1998:
https://library.wmo.int/index.php?lvl=notice_display&id=19904#.XZRlxUYzaM8
entre le WMO, la Commission Océanographique Intergouvernementale
https://library.wmo.int/index.php?lvl=author_see&id=847
le Conseil International pour la Science https://library.wmo.int/index.php?lvl=author_see&id=103
et l'UNEP https://library.wmo.int/index.php?lvl=author_see&id=125 .
L’Organisation Météorologique Mondiale (OMM, WMO en anglais) travaille en collaboration étroite avec les présentateurs météo de télévision qui se consacrent à l’éducation et à la sensibilisation sur les changements climatiques et qui ont mis sur pied un nouveau réseau dénommé

Climat sans Frontières (Climate Without Borders) https://lematin.ma/journal/2017/l-rsquo-
organisation-laquo-climat-sans-frontieres-raquo-voit-le-jour-a-bruxelles/274398.html .

Ce nouveau groupe est soutenu par la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques, l’Organisation météorologique mondiale et le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat GIEC (IPCC en anglais) https://www.ipcc.ch/about/ .
À la veille du Sommet Action Climat organisé par l'UNEP de l’Onu, les principaux organismes climatologiques mondiaux lancent un cri d'alarme sans précédent. Selon eux, la situation sur notre planète s'est aggravée et a un impact beaucoup plus important sur le climat que prévu il y a 10 ans.
Les principaux organismes climatologiques mondiaux ont élaboré conjointement un rapport historique à la veille du Sommet Action Climat organisé par l'UNEP. Ils y soulignent l'écart flagrant entre les objectifs convenus pour lutter contre le réchauffement de la planète et la réalité.
Selon un rapport de synthèse intitulé «United in Science»
https://public.wmo.int/en/resources/united_in_science , une augmentation de la température moyenne de 1,1 degré par rapport au niveau de l'ère préindustrielle, une augmentation de 26% de l'acidité des océans et une augmentation de la concentration de gaz à effet de serre dans l'atmosphère d'au moins 20% résultent d'un impact humain sur l'environnement.
Le rapport, publié avant le Sommet Action Climat, qui a débuté ce lundi 23 septembre 2019 à New-York, est basé sur des preuves scientifiques fournies par l'Organisation météorologique mondiale (OMM), le Projet mondial sur le carbone (GCP), le Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE), le Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (GIEC), le Programme de recherche FutureEarth ( https://futureearth.org/ ), éditeur de la nouvelle revue Anthropocène.
Nous sommes devant le noyau dur du dogmatisme climatique mondial où l'OMM n'est qu'un faux nez de l'ONU.
Le WMO n'a pas de production scientifique propre, et ne fait que publier des rapports venus d'ailleurs ou de congrès « scientifiques » tels le dernier rapport sur le climat :
« This report has been compiled by the World Meteorological Organization under the auspices of the Science Advisory Group of the UN Climate Action Summit 2019, to bring together the latest climate science related updates from a group of key global partner organizations - The World
Meteorological Organization (WMO), UN Environment (UNEP), Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC), Global Carbon Project, Future Earth, Earth League and the Global Framework for Climate Services (GFCS).

The content of each chapter of this report is attributable to published information from the respective organizations. Overall content compilation of this material has been carried out by the World Meteorological Organization.
This report is available electronically, together with more extended background reports and
additional supporting material at: https://library.wmo.int/doc_num.php?explnum_id=9937 ».

A cette collaboration avec le WMO, s'ajoute celle avec l'Agence Européenne de l'Environnement https://www.eea.europa.eu/about-us
par exemple

http://web.unep.org/unepmap/unepmap-and-eea-reconfirm-their-continuous-collaboration-towards-sustainable-mediterranean

Conclusion : L'UNEP entretien un buzz d'agitation mondiale sur le climat avec des organisations qui font caisse de résonance. Aucune publication dans une revue à comité de lecture n'est rapportée.

ANNEXE
L'ALARMISME BIENTÔT A LA DÉRIVE
A en croire les alarmistes, on croirait que nous n'allons pas tarder à « bouillir ». De toute l'histoire de la terre cela n'est jamais arrivé.
De nombreux scientifiques élèvent maintenant leur voix. Ils sont qualifiés de « climatosceptiques », une dénomination qui trompe le sens de ce qu'ils expriment. Ils ne contestent naturellement pas le réchauffement climatique global mais précisent seulement que la température est le résultat de cycles conjoncturels REGULIERS que révèle l'analyse spectrale des séries de températures relevées dans les thermomètres installés à partir de 1750 ou des satellites depuis plus récemment mais aussi de l'analyse des bulles de gaz piégées dans les carottes glaciaires.
Ils nous disent que si l'arctique fond, l'antarctique se REFROIDIT.
Ils nous disent que lorsque l'arctique sera fondu (sans doute à partir de 2040), le courant Gulf Stream cessera de réchauffer localement les côtes de l'Europe du Nord-Ouest et que le climat local de l'ouest de la France deviendra celui du Golfe du saint-Laurent qui se trouve à la même latitude.
Ils nous disent que les oscillations historiques de température dues à la puissance des rayonnements solaires ont deux origines :
- une origine géodynamique parce que la terre ne tourne pas parfaitement de façon elliptique autour du soleil (influence attractive des planètes) ou sur elle-même (précession des équinoxe, variation saisonnière des heures).
- une origine solaire propre car le soleil émet son rayonnement de façon variable (en relation avec les taches solaires) et de façon déterminable (modification de la couronne solaire par les plus grosses planètes).
Ils nous disent également, au vu des carottes glaciaires (celles en particulier du dôme C en Antarctique), que les cycles géologiques de carbone dans l'atmosphère (le CO2) n'ont pas précédé les cycles de température mais les ont suivi. Ce n'est donc pas le carbone qui provoque l'augmentation de température mais l'inverse, l'augmentation de température (d'origine solaire) qui provoque l'augmentation de CO2.
- le CO2 n'est qu'un des composants gazeux provoquant un effet de serre, toutes les molécules de gaz ayant un nombre impair d'atomes le provoquent.

Les propos des écologistes pour le climat sont dorénavant devenu la bible d'une nouvelle religion, la gnose verte, rendant ceux des scientifiques inaudibles :

https://m.thebl.com/science/climate-change-narrative-resembles-religious-extremism-say-
scientists.html

Jean-Louis Remouit

Partager sur : Partager

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.reveil-fm.com/index.php?trackback/7149

Fil des commentaires de ce billet