Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

RDC: Ruberwa, Nkunda, Runiga, Gisaro...des faux pasteurs Rwandais de l'occupation !

RDC: Ruberwa, Runiga, Nkundabatware, Gisaro...des fameux pasteurs Rwandais de l'occupation !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

ruberwa (1).jpg, oct. 2021

Ils sont en mission Kagameuse en RDC, celle du pillage des ressources, recels et balkanisation. Azarias Ruberwa, Jean-Marie Runiga, Laurent Nkundabatware, Alexis Gisaro...ces Rwandais sanguinaires, criminels et génocidaires se sont autoproclamés pasteurs pour mieux endormir les Congolais et blanchir l'occupation. La Bible à la main gauche et mitraillette à la main droite.

ruberwa

Le Kongo est la chambre à coucher de Mvuluzi Kimbangu Diantungunua. Les églisettes ou Binzambi Nzambi contribuent à endormir notre peuple. Quel est ce pays où des hommes et femmes prient matin, midi et soir pour tuer le temps et sans changements dans leurs vies quotidiennes.  Alors qu'ils devraient kopelisa "Mwinda" Ya Kimbangu Diantungunua Po Ba Bima Na Nzamba Ya Bohumbu Pe Ba Miyeba !

La religion est le soupir de la créature opprimée, l'âme d'un monde sans cœur, de même qu'elle est l'esprit d'un état de choses sans esprit. Elle est l'opium du peuple. La misère religieuse est, d'une part, l'expression de la misère réelle, et, d'autre part, la protestation contre la misère réelle. l'homme fait la religion, la religion ne fait pas l'homme. 

tshilombo-tshintuntu-1

Ligablos, "COOPS" pour des pasteurs qui s'enrichissent au détriment des fidèles, en République démocratique du Congo, les églises dites de réveil se dénombrent par milliers, et leurs adeptes par millions. Chaque rue a ses églisettes. Conséquence, les Congolais prient sans que rien ne change.

Les envahisseurs et agresseurs Rwandais pour mieux asseoir l'occupation. Ils s'autoproclament tous des pasteurs. Ils ont des mitraillettes et Kalachnikovs, ils tuent, massacrent et commettent des crimes de sang, crimes de génocides, crimes contre l'humanité sur le sol congolais. Et ce sont les mêmes qui prennent la Bible et prêchent la non violence, de tendre l'autre joue. Ils éventrent des femmes enceintes, empalent des femmes comme des cabris, introduisent des choses invraisemblables dans le corps de la femme congolaise...mais le dimanche, ce sont ces criminels qui montent à la chaire et prêchent la Bible !

En 2018, le Rwanda a fermé 700 églises, personne n'a levé son petit doigt. Aucune protestation au niveau mondial. Et le même Paul Kagme, l'autocrate Rwandais, qui ne veut pas des pasteurs véreux chez lui au Rwanda, a envoyé ses ambassadeurs d'occupation en République démocratique du Congo. Azarias Ruberwa, Sultani Makenga, Jules Mutebushi, Jean-Marie Runiga, Alexis Gisaro...tous sont des pasteurs Rwandais autoproclamés.  Bible à la main gauche, ces faux pasteurs sanguinaires ont des mitraillettes à la main droite. 

Avec leurs mains ensanglantées font semblant de prêcher la Bible pour asseoir l'occupation rwandaise au Congo-démocratique.

jean-marie-runiga

Le pasteur Jean-Marie Runiga, pasteur qui a présidé depuis sa création, le mouvement rebelle pro-Rwandais  M23, qui s'était emparé de Goma, à l'Est du Congo. Infiltrés dans les Fardc, le M23 était composé principalement d'anciens militaires rwandais qui avaient fait défection pour protester contre le non-respect des accords du 23 mars 2009. Les soldats du M23 sont des déserteurs de Fardc, ils avaient quitté l'armée leurs armes à la main.

freddy-mulongo-laurent-nkundabatware

Le criminel Laurent Nkundabatwaré, est un pasteur adventiste qui se dit  profondément croyant. les causes d'une guerre motivée avant tout par la volonté de s'adjuger le contrôle des fabuleuses ressources minières du Nord-Kivu. Mais au Nord-Kivu, les quelque 250 000 déplacés qui, depuis que le général rebelle a lancé son offensive, errent sur les routes, dans les forêts touffues ou les camps boueux en cette saison des pluies, n'ont guère le temps de penser aux choses de l'esprit. Pasteur évangélique, Nkunda lit la Bible, écoute aussi de la musique religieuse et regarde sur un lecteur de DVD des pièces de théâtre congolaises.

Tout a commencé en janvier 2009. Au moment où se déroulent à Nairobi des pourparlers directs entre les représentants du Congrès national pour la défense du peuple (CNDP) et ceux du gouvernement congolais, le chef militaire du mouvement rebelle, Bosco Ntaganda, annonce, le 5 janvier, sa rupture avec Laurent Nkunda. Ce coup de théâtre n’est pas le fait du hasard : Ntaganda a été retourné à la suite de négociations secrètes entre Kinshasa et Kigali. 

freddy-mulongo-azarias

Le pasteur Azarias Ruberwa, le sournois et plus dangereux

Un pion important d'occupation rwandaise du Congo: Azarias Ruberwa ! La République démocratique du Congo est dirigée et contrôlée par Kigali à travers Azarias Ruberwa. Il exécute des ordres et des directives de Paul Kagame. Mais, Ruberwa n’est pas seul. Il est à la tête d’un réseau politico-militaire au sein duquel Bizima Karaha, Kundabatware et Obed Rwabasira sont des pions stratégiques aux ordres de Kagame et James kabarebe. Pays de mille Collines, pays de mille miracles, il n’y a qu’au Rwanda ou l’impossible peut s’accomplir. Dans ce minuscule et étrange pays, les parents sont rwandais, la progéniture est Congolaise. Tantôt Banyamulenge, tantôt Tutsi congolais ou rwandophone. Au gré d’une fantaisie qui prend à revers l’histoire, Papa Kagame féconde, maman Rwanda enfante, la servante Congo nourricière fait grandir, la Communauté internationale approuve, puis applaudit et l’ONU, identifie, accorde les extraits de naissance et l’humanité progresse. C’est suivant cette logique implacable qu’Azarias Ruberwa a été conçu et est né rwandais. Son interview en tant que demandeur d’asile politique auprès de Marcelin Epie, officier de protection du Haut-Commissariat aux Réfugiés au Katanga au début des années 80 en fait foi. A la question de savoir quel était son pays d’origine, Ruberwa avait répondu sans ambages qu’il venait du Rwanda où il avait fui la dictature ainsi que la répression d’Habyarimana.

fayulu-ruberwa

Aujourd’hui, l’homme se dit Congolais de naissance et avait siégé même au sommet de la République en tant que vice-président de la République démocratique du Congo.

En 1991, près de 10 ans après sa demande d’asile, Ruberwa ( et 6 de ses compagnons) s’adressent au Président de la Conférence Nationale Souveraine au nom de la tribu Banyamulenge. Il se dit katangais de Vryura et exige la reconnaissance de la nationalité Congolaise des Banyamulenge. 12 ans plus tard, le 17 juillet 2003, à la prestation de serment des vice-présidents au Palais du Peuple, il est Sud-Kivutien de Minembwe. La vérité est que Vryura n’est pas une localité du Katanga. C’est un espace vital accordé aux populations rwandaises par Mobutu sur le plateau de Kansimba entre Kalemie et Moba aux environs des années 1970. Spécialiste dans la falsification de l’histoire, les rwandais ont transformé leur site d’accueil en village auquel ils ont donné un nom rwandais. Si bien qu’au fil du temps Vryura s’est infiltré dans le vocabulaire katangais, puis Congolais.

L’expérience a été revue puis enrichie en 1976, lorsque pour la première fois le terme Banyamulenge a été créé comme champ politique opérationnel pour les sujets rwandais vivants au Congo. Grâce à ce nouveau concept, ces derniers ont liquidé, sans frais, leur passif identitaire, créant aussitôt une nouvelle comptabilité de leur existence sur le sol Congolais.

azarias-ruberwa-tshisekedi

A ce propos, le pasteur Théodore Ngoy, a révèlé que la dénomination Banyamulenge a été créée à partir d’un petit village Congolais, Mulenge, une localité du groupement Kigoma, dans la collectivité du groupement Kigoma, dans la collectivité chefferie de Bafulero, territoire d’Uvira, district du Sud-Kivu, province du Sud-Kivu. C’est en 1921, avant le découpage territorial que l’autorité coutumière de Bafulero avait installé en petits groupes d’éleveurs, des immigrants Tutsi originaires du rwanda, qui seront rejoints beaucoup plus tard, dans les années 40 et 50 par des émigrés tutsis en provenance du Rwanda. Depuis 1976 donc la dénomination Banyamulenge désigne les immigrés Tutsis, transplantés dans les territoires de Mwenge (sur les hauts plateaux de Minembwe et de Kamambo) ainsi que ceux d’Uvira (sur les hauts plateaux de Bafulero et de Bijombo). Une infime partie d’immigrés était installée sur les hauts plateaux de Muhizi, dans la zone rurale de Mwenga. Concept de tricherie et de magouille collectives, Banyamulenge est devenu un bien curieux passe-droit pour les Tutsis ceux de Kalehe, d’Idjwi, de Walungu et de Kabare, au Sud-Kivu, de Rutshuru, de Masisi et de Walikale au NordKivu, ainsi que ceux de Kalemie et de Moba au Katanga. Or, installés de la même manière dans ces territoires que ceux de Mulenge, l’honnêteté exige que l’on parle aussi des Banyakalene, Banyaidjwi, Banyawalungu, Banyakabare, Banyarutshuru, Banyamasisi, Banyawalikale, Banyakalémie et des Banyamoba.

Une comptabilité aussi exhaustive aurait mis a nu toute l’étendue de la supercherie rwandaise. Aussi fallait-il, après décompte final, imposer une marque déposée tutsie. Laquelle agit désormais comme une carte d’identité collective pour tous les tutsis : les immigrés, les transplantés et ceux du Rwanda.

vaches

Faisant fi de ces vérités historiques, Azarias Ruberwa le démiurge-stagiaire de Kagame bien entendu avait osé soutenir, dans sa lettre du 7 août 1991 adressée au président de la Conférence Nationale Souveraine que : « Nous, tribu Banyamulenge vivant sur le territoire zaïrois voici 4 siècles… ». Demandeur d’asile politique dans les années 80, mendiant la nationalité Congolaise en 1991, Ruberwa a malheureusement frappé à la mauvaise porte. Car, il y a 400 ans, la Conférence nationale souveraine n’existait pas. Elle n’était donc pas une tribune d’histoire pour plonger ses regards dans l’Afrique de la traite négrière. Mais, il y a plus de 400 ans les belges découvraient le Congo par Diego Cao. C’est eux qu’il faut impérativement interroger pour savoir qui était Congolais à la naissance de l’EIC en 1885 et qui ne l’était pas. Toute autre démarche relèverait de la pure distraction. A la question posée, le colonisateur a répondu sans équivoque, soutient le Pasteur Théodore Ngoy. Lorsqu’on parcours toutes les archives coloniales retraçant l’histoire du Congo de la préhistoire au Congo-Belge, nulle part, il n’est fait allusion à l’existence des populations rwandomorphes ou rwandophones.

Ainsi, lorsqu’on consulte la carte ethnographique du Congo-Belge dressée par le docteur Joseph Maes en 1800, d’après les documents du Musée du Congo-Belge et les résultats des expéditions de Thonner dans l’Ubangui, du Duc de Mecklembourg dans la Province Orientale, de Hutereau dans l’Itimibiri-Uele-Ubangui, de Torday dans le Kasaï-Sankuru et de Maes dans le Kasaï-Lufemi-Lac Léopold II et la Lubenie, tous les groupes ethniques du Congo sont répertoriés de l’Equateur au Katanga en passant par le Kivu et les deux Kasaï. Nulle part n’apparaissent les Banyamulenge.

À l'origine le Rwanda était découpé en 12 provinces, depuis le 1er janvier 2006, elles sont au nombre de cinq : la Province du Nord, la Province du Sud, la Province de l'Est, la Province de l'Ouest et la Ville de Kigali. Les principales villes du pays sont : Kigali (la capitale), Butare, Gitarama, Ruhengeri et Gisenyi. La République démocratique du Congo, avec Alias Kabila et avec la continuité sans changements voulus par le peuple congolais, est-elle la 6 ème province du Rwanda ? Pourquoi Felix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe doit faire rapport à Paul Kagamé ? Alors qu'il n'ose même rencontrer le peuple congolais pour son imposture et vol des voix.

La religion n'est pas seulement une, il y en a des centaines.

▪ La spiritualité est une.

▪ La religion est pour ceux qui dorment.

▪ La spiritualité est pour ceux qui sont éveillés.

▪ La religion est pour ceux qui ont besoin de quelqu'un pour leur dire quoi faire et qui veulent être guidés.

▪ La spiritualité est pour ceux qui prêtent attention à leur voix intérieure.

▪ La religion a un ensemble de règles dogmatiques.

▪ La spiritualité nous invite à raisonner sur tout, à tout remettre en question.

▪ La religion menace et fait peur.

▪ La spiritualité donne la paix intérieure.

▪ La religion parle de péché et de culpabilité.

▪ La spiritualité dit: «apprends de l'erreur».

▪ La religion réprime tout et dans certains cas c'est faux.

▪ La spiritualité transcende tout, elle vous rapproche de votre vérité!

▪ La religion parle d'un dieu; Ce n'est pas Dieu.

▪ La spiritualité est tout et, par conséquent, elle est en Dieu.

▪ La religion invente.

▪La spiritualité trouve.

▪ La religion ne tolère aucune question.

▪ La spiritualité questionne tout.

▪ La religion est humaine, c'est une organisation avec des règles masculines.

▪ La spiritualité est divine, sans règles humaines.

▪ La religion est la cause des divisions.

▪La spiritualité unit.

▪ La religion cherche à vous faire croire.

▪ La spiritualité, il faut la chercher pour la croire.

▪ La religion suit les préceptes d'un livre sacré.

▪ La spiritualité cherche le sacré dans tous les livres.

▪ La religion se nourrit de la peur.

▪ La spiritualité nourrit la confiance et la foi.

▪ La religion vit dans la pensée.

▪ La spiritualité vit dans la conscience.

▪ La religion s'occupe de faire.

▪ La spiritualité a à voir avec le soi.

▪ La religion nourrit l'ego.

▪ La spiritualité pousse à transcender.

▪ La religion nous fait renoncer au monde pour suivre un dieu.

▪ La spiritualité nous fait vivre en Dieu sans nous renier.

▪ La religion est un culte.

▪ La spiritualité est la méditation.

▪ La religion nous remplit de rêves de gloire au paradis.

▪ La spiritualité nous fait vivre la gloire et le paradis ici et maintenant.

▪ La religion vit dans le passé et dans le futur.

▪ La spiritualité vit dans le présent.

▪ La religion crée des cloîtres dans notre mémoire.

▪ La spiritualité libère notre conscience.

▪ La religion nous fait croire à la vie éternelle.

▪ La spiritualité nous rend conscients de la vie éternelle.

▪ La religion promet la vie après la mort.

▪ La spiritualité consiste à trouver Dieu dans notre intérieur pendant la vie et la mort.

-Nous ne sommes pas des êtres humains qui vivent une expérience spirituelle.

-Nous sommes des êtres spirituels et nous traversons une expérience humaine.-

En un mot, la religion est addictive et stressante alors que la spiritualité est la liberté de croire en Dieu sans aucune condition. Dr. Froylan Alvarado, Théologien et phylosophe français, il a construit avec sa pensée une vision intégrée de la science et du mysticisme; de l'évolution de l'esprit et de la pensée.

RDC: Ruberwa, Nkunda, Runiga, Gisaro...des faux pasteurs Rwandais de l'occupation !

Partager sur : Partager

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : https://www.reveil-fm.com/index.php?trackback/7445

Fil des commentaires de ce billet