Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

lundi 3 mai 2021

La journaliste Paulette Kimuntu victime de la horde Tribalo-Ethnique pro-Tshilombo

La journaliste Paulette Kimuntu victime de la horde Tribalo-Ethnique pro-Tshilombo

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

Freddy Mulongo-Paulette 2.jpg, mai 2021

3 mai -Journée Mondiale de la liberté de la presse. Faut-il vraiment se taire ? Qu'a fait Paulette Kimuntu Kimpiob pour mériter le flot et torrent d'injures contre elle ? Tshilombo Tshintuntu Muana Mboka Ya Moyibi, a lâché ses Bena Mpuka, Talibans, Tribalo-Ethniques sur les réseaux sociaux pour injurier tout le monde. "Ba Nyangalakata, Ba Ndoki, Ba CombatNtaba" injures de Tshilombo à la diaspora.

freddy-mulongo-paulette-2

En ce 3 mai 2021-Journée mondiale de la liberté de la presse. Qu'a fait Paulette Kimuntu Kimpiobi pour mériter le torrent d'insultes de la part des Bena Mpuka, Talibans, Tribalo-Ethniques, Wewacrates ? Paulette Kimuntu Kimpiobi est victime d’un déferlement d’insultes trop vulgaires pour être reproduites ici et gravement sexistes, de la part des intolérants Tshilomboïstes. Son tort ? Avoir demandé à Tshilombo Tshintuntu le Léopoldien  de respecter sa promesse, d'aller à Beni dans le Nord Kivu. Le dimanche 25 avril dans la soirée, commentant sur la mort du Maréchal-Président-Dictateur Deby et la promesse farfelue et non encore réalisée pour des gueux, de Tshilombo, Monsieur Distributeur Automatique des Promesses (DAP) de s’installer à l’Est à du Congo pour y installer son Quartier Général, la présentatrice d’info7 avait déclaré : « Même si Tshisekedi reçoit une balle à la tête à Beni, le Congo ne s’arrêtera pas, rien de grave va se passer, c’est arrivé au Président tchadien et à Mzee ». La journaliste explique qu’elle voulait juste dire que "Mzée Laurent-Désiré Kabila est mort la vie a continué en RDC, Idriss Déby est mort, le Tchad n’est pas parti avec lui et la vie continue. Également Felix peut succomber aujourd’hui, la vie continuera et la RDC ne s’arrêtera pas. Bref la mort de Félix ou de n’importe quel dirigeant dans ce monde, ne peut arrêter le temps".

fb-img-1620034911393

Les Checkuleurs, Frappeurs, faussaires Tshilomboïstes sont arrivés au pouvoir, de la manière dont chacun sait: ils menacent, invectivent, injurient, insultes, rabaissent la République. Tshilombo est voleur de destin du peuple congolais, il a enjambé la clôture du palais présidentiel, il a fait un deal pour bénéficier d'une nomination électorale.   Gagner 2.070.000$ par mois, à vadrouiller sans vision, programme, cap, quel veinard ce Tshilombo ?  A ParisOù sont les Ongs des droits de l'homme pour prendre sa défense ?  Autre temps, autre mœurs ! 

Extrait du discours de Martin Luther King donné en mars 1965 à Selma en Alabama: "Un homme meurt quand il refuse d'agir pour ce qui est juste. Un homme meurt quand il refuse de se battre pour la justice. Un homme meurt quand il refuse de se battre pour ce qui est vrai...".

L'HONORABLE YVES KISOMBE EN COLERE, INSULTANT UN JOURNALISTE.

 

1. Le 3 août 2011. Eugénie Ntumba, rédactrice en chef de la Radio Télévision Satellitaire 1 (RTVS1), avait appelé Yves Kisombe, député à l’Assemblée nationale de la RDC, pour recueillir sa réaction par rapport à une lettre ouverte des partis d’opposition demandant au président Joseph Kabila d’assurer la transparence des élections présidentielles prévues en novembre prochain. Dans l’enregistrement sonore, Yves Kisombe a accusé la journaliste de ne pas avoir précisé l’objet de son appel avant de lui poser une question. « Quel est le nom de cette pute? Quel est le nom de cette chienne qui a osé me manquer de respect? » a-t-il crié dans l’enregistrement sonore où il a également menacé de prendre d’assaut la RTVS 1, basée à Kinshasa, si on ne lui donnait pas l’identité de la journaliste qui lui aurait raccroché au nez. 

"Tu sais qui je suis ?", "Je m'appelle Kisombe"...Etre Kisombe et puis quoi encore ? Les Kisombe légitimes n`en font pas autant et ne sont ni grossiers, prétentieux, vantards et cire-bottes comme l'est Yves Kisombe, l'homme qui a insulté la journaliste à  Kinshasa. Le mal-élevé,Yves Kisombe  a oublié qu'être député c'est d'abord être le représentant du peuple et non pas une autorité d'une institution quelconque.

COMMUNIQUE DE PRESSE

L`Union Nationale de la presse du Congo (UNPC) ;Journaliste en danger (JED) ; L`Observatoire des Médias Congolais (OMEC) ; L`Association Nationale des Editeurs des journaux du Congo (ANECO) ;

Remercient vivement tous les journalistes, les hommes et femmes des médias ainsi que les étudiants qui ont participé massivement à  la grande marche de colère organisée, vendredi 26 août 2011, contre le député Yves Kisombe, en protestation contre les attaques, menaces et agressions des journalistes dans l`exercice de leur métier, et pour exiger le respect du choix de la profession dans la désignation des membres du Conseil Supérieur de l`Audiovisuel et de la Communication.

Les organisations professionnelles des médias demandent à  tous de maintenir la chaîne de solidarité autour de notre consœur Eugénie Ntumba et de respecter scrupuleusement le mot d`ordre de boycott décrété contre M. Yves Kisombe.

Les organisations professionnelles des médias rappellent que l`obligation de solidarité est un devoir éthique et déontologique pour tout journaliste.

En conséquence, tout médias ou tout journaliste qui brise la chaîne de solidarité s`expose à  des sanctions pouvant aller jusqu`à  l`exclusion de la profession.

La Commission de discipline de l`UNPC a été chargée particulièrement de veiller au respect de l`embargo décrété contre M. Kisombe, et de faire rapport aux réunions périodiques d`évaluation.

Ainsi fait à  Kinshasa, le 28 août 2011

freddy-mulongo-paulette-3

2. Pourquoi pour  Paul Kimuntu Kimpiob avec le tollé que cela fait sur les réseaux sociaux, aucune des organisations professionnelles de la presse ne lève son petit doigt ? Sont-elles aussi toutes encartées Udps ? Ou ont-elles toutes traversées la rue pour l'Union sacrée, sucrée, salée de Tshilombo ? En 2011, c'était Alias Kabila qui était au pouvoir.  Aujourd'hui, c'est Tshilombo Tshintuntu Tshifueba qui règne par défi, On se tait et on ne dit rien. Pourquoi deux traitements différents pour deux femmes journalistes. En 2011, Eugénie Ntumba n'est pas superbement connue. Tout le monde s'est mis en branle.  En 2021, Paul Kimuntu Kimpiob est une vedette de la télévision congolaise. Silence Télé et Radio. Heureusement les Bena Mpuka, Talibans ne sont pas possesseurs de réseaux sociaux.

 Même si Paulette Kimuntu Kimpiob a déjà une double peine. Elle est viré du CongoWebTV et reçoit un flot d'injures. Son tweet du 30 avril est sans équivoque:  « La haute hiérarchie de Congowebtv a décidé de suspendre ma présentation d’info7, suite à une faute professionnelle ! Donc, à partir d’aujourd’hui je ne fais plus partie de Congowebtv. Merci à Gabriel Shabani pour ses 10 ans passés à Congo WebTV. Le meilleur reste à venir » ! Fort heureusement, la majorité des grands journalistes ne font plus partie des médias traditionnels. Ils ont eux-mêmes leur propre média. Avec les réseaux sociaux, Paulette Kimuntu Kimpiob a une autoroute devant elle. 

Tshilombo Tshintuntu Tshifueba qui a insulté ses compatriotes de la diaspora  à Bruxelles, Paris, Londres de: "Ba Nyangalakata, Ba Ndoki, Ba CombatNtaba" continue de vadrouiller et sévir. Le fieffé menteur de Tshilombo avait eu l'outrecuidance de mentir devant les caméras de TV5 Monde que les Balubas Kasaïens étaient tués à Kikwit parce que lui était Muluba. Le joufflu n'a jamais présenté des excuses à cause de ses mensonges éhontés. 

En ce 3 mai 2021, journée mondiale de la liberté de presse, chaque journalistes peut se donner aux genres journalistes qu'il préfère: les éditos aux éditorialistes, les caricatures aux caricaturistes, les reportages aux reporters etc.  La liberté de presse s'arrache ! Bukalume I Kwipa Bo !

Bonne fête à tous !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 3 mai 2020

3 mai: #JournéeDeLaLibertéDeLaPresse par l'Unesco

3mai:#JournéeDeLaLibertéDeLaPresse par l'Unesco

Freddy Mulongo-Liberté de presse 17.jpg, mai 2020
freddy-mulongo-liberte-de-presse-17

La date du 3 mai sert de rappel aux gouvernements sur la nécessité de respecter leurs engagements en faveur de la liberté de la presse, de moment de réflexion pour les médias professionnels sur les questions relatives à la liberté de la presse et à la déontologie. Tout aussi important, la Journée mondiale de la liberté de la presse est un jour de soutien aux médias qui sont des cibles pour la restriction ou l'abolition de la liberté de la presse. C’est également une journée du souvenir pour les journalistes qui ont perdu leur vie dans l’exercice de leur profession.

Tous les ans, la Journée mondiale de la liberté de la presse permet de célébrer les principes fondamentaux de la liberté de la presse, d’évaluer la liberté de la presse à travers le monde, de défendre l’indépendance des médias et de rendre hommage aux journalistes qui ont perdu la vie dans l’exercice de leur profession. Le 3 mai a été proclamé Journée mondiale de la liberté de la presse par l’Assemblée générale des Nations Unies en 1993, suivant la recommandation adoptée lors de la vingt-sixième session de la Conférence générale de l’UNESCO en 1991. Ce fut également une réponse à l’appel de journalistes africains qui, en 1991, ont proclamé la Déclaration de Windhoek(link is external) sur le pluralisme et l’indépendance des médias.

L'UNESCO a au coeur de son mandat la liberté de la presse ainsi que la liberté d'expression. L'UNESCO pense que ces libertés permettent une compréhension mutuelle pour construire une paix durable. 

La Journée permet d’informer les citoyens sur les atteintes portées à la liberté de la presse. Dans des dizaines de pays à travers le monde, des publications sont censurées, condamnées, suspendues ou tout simplement n’ont plus le droit de paraître, alors que des journalistes, des rédacteurs en chef et des éditeurs sont harcelés, attaqués, détenus ou même tués.

Lire la suite...

Partager sur : Partager