Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

jeudi 14 octobre 2021

RDC: Au KONGO DIA NTOTILA plus question de RAM, VODACOM, ORANGE, AIRTEL...

RDC: Au KONGO DIA NTOTILA plus question de RAM, VODACOM, ORANGE, AFRITEL...

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Tshilombo-Kibassa.jpg, oct. 2021

L'affaire RAM, l'escroquerie du peuple congolais par Augustin Kibassa Maliba, ministre du PT-NIC prouve à dessein que la RDC n'est plus maître de sa souveraineté dans tous les domaines. Le serveur de communication de la RDC se trouve au Rwanda. Aucune société de télécommunication n'est congolaise: Vodacom, Orange, Airtel... A Mbanza Nzambi Kongo la télécommunication sera Kongo.

fb-img-1633602982309

Des Kulunas et Shégués de Kinshasa sont embarqués dans des avions cargos destination Kanyama Kasese  dans le Haut-Lomami pour des travaux forcés d'agriculture.

Des vrais Kulunas: Checkulards, Balados, Fakwa et Angwalima costumés avec en cravate et chaussure JM Weston, eux ne sont pas inquiétés. Ils se pavanent et se cancanent. Malgré l'escroquerie du ministre PT-NIC, Augustin Kibassa, Tshilombo Tshintuntu, Anthony Tshisekedi et Isabelle Kibassa  L'escroquerie du RAM contre des paisibles citoyens désargentés, paupérisés, précarisés ponctionnés cupidement par un Etat mafieux est sans commun mesure.  Des Fakwa, Balados, Checkulards, Angwalima ont pris en otage l'Etat congolais.  Mbanza Nzambi Kongo ou Kongo Dia Ntotila aura son propre serveur, en installant son propre data center ! La Télécommunication est régalienne et domaine ultra-sensible et sécuritaire. Il n'est question que le serveur qui gère tous les appels téléphoniques de la RDC soit géré par le Rwanda. Pour les provinces de l’Ituri, du Nord-Kivu, du Sud-Kivu et du Maniema, les trois réseaux Airtel, Vodacom et Orange se ressourcent au Rwanda !  Si vous êtes à Goma, essayez de taper www.google.fr ou .com ; une fois vous lancez la recherche vous remarquerez que le moteur de recherche a migré vers www.google.rw. Ça c’est vérifiable.  

Si nous devons passer par le Rwanda pour nous connecter, donc le Rwanda n’est pas seulement capable d’écouter nos appels Whatsapp, Messenger ou autres, mais peut également lire tous nos emails, toutes nos conversations et, grave encore, peut localiser en temps réel la position de plus ou moins 1m à la ronde les téléphones connectés à son réseau. En se connectant à un réseau, nous sommes identifiés par des adresses IP, et à cette adresse on peut infiltrer ton appareil, le bloquer au réseau, le faire suivre, le contrôler, lui créer un miroir, etc. C’est certainement de cette façon, et du fait que le Rwanda contrôle les données de la RDC, que l’on assiste à toutes ces fuites des documents ou des fichiers officiels dans les réseaux sociaux.

antenne-telecom-rdc

la RDC serait un livre largement ouvert et sans aucune intimité avec elle-même. La sonnette d'alarme a été tirée par un expert en numérique, Don de Dieu Kabu, en marge d'un Forum sur le plan national du numérique début septembre 2019 à Kinshasa. Les Fakwa ont balayé  par un revers de la main, cet abandon de la souveraineté du Congo. Le pays fait face à la mauvaise foi des sociétés des télécommunications qui, depuis toujours, refusent le contrôle. Le système fiscal congolais étant déclaratif, il a permis aux opérateurs du secteur de s’enrichir honteusement des années durant, en faisant de fausses déclarations de leurs vrais revenus. une société des télécommunications en RDC déclare toujours avoir enregistré 2, 3 ou 5 millions des minutes d’appels par mois /ou soit moins de 10 millions des minutes par mois alors qu’en réalité, elle arrive à des milliards des minutes mensuellement. Quel gâchis, quelle énorme perte pour l’État congolais ! Depuis des lustres, des présomptions sérieuses de fraude pèsent sur les sociétés des télécommunications. Aucune sincérité sur la déclaration de leurs revenus. Elles profitent de la faiblesse de l’État, de son manque d’équipements appropriés et d’expertise en matière de contrôle de leurs activités caractérisées par leur recours à une technologie actuelle et souvent sophistiquée. Il faut relancer l’épineuse problématique de lutte contre la fraude dans le secteur des télécoms, notamment le phénomène Sim Box occasionné par ces antennes VSAT. En effet, c’est un réseau mafieux qui consiste à transformer des appels venant de l’étranger en appels locaux, créant ainsi un important manque à gagner au Trésor public en termes de taxes.

Dans un audio, très largement diffusé et repris notamment sur Facebook mais aussi sur des pages Internet, Don de Dieu Kabu a affirmé que la Société congolaise des postes et télécommunications (SCPT) utilisait un serveur installé par Axiom Net Work, une société basée à Kigali (Rwanda). Résultat, d'après l'expert : le serveur du Rwanda peut contrôler "nos connexions entrantes et sortantes". "Le danger est que l'information passe d'abord par le serveur au Rwanda", avec un "risque élevé en terme de mise en écoute de nos informations et d'infiltration".

 BOLA Frédéric @bola2016 1. En plus des récurrents et exorbitants dépassements budgétaires non justifiés, la @Presidence_RDC se permet "d'escroquer" les pauvres Congolais en se tapant des millions de dollars échappant au Trésor. 2. L'IGF, juge et partie, se tait dans toutes les langues. 3. Bozangi mawa !

 Berry MUEKATONE @Bmueka. A.Kibassa est un lampion qui nous indique l'endroit où crèche les proxénètes de ce régime voyou. Le peuple est une proie pour cette famille de malfrats qui utilisent toutes les astuces pour faire les poches de ce pauvre peuple. Tout est "coop" pour cette pourriture.

 Berry MUEKATONE @Bmueka. Les frappeurs de la taxe RAM sont en train de ramer douloureusement dans des eaux troubles, ils vont finir par couler. Il suffit d'une RAM défectueuse pour que le système s'écroule. Un adage nous renseigne que : " Celui qui rame dans le sens du courant fait rire les crocodiles "

 BOLA Frédéric @bola2016 1. #RDC_RAM : Après le #Palissadegate, serait-ce encore un conciliabule partisan et complotiste destiné à appauvrir davantage le peuple ? 2. La kleptocratie et la démocrature auraient-elles fini par avoir raison de la jeunesse congolaise, censée être l'espoir d'un État failli ?

 Stanis Bujakera Tshiamala @StanysBujakera #RDC_RAM: La réunion députés USN et bureau assemblée nationale assisté par Sama Lukonde, Kibassa Maliba et Dg ARPTC s'est terminée peu après 23H

 Berry MUEKATONE @Bmueka. Il y a eu des scandales depuis l'accession de la RDC à l'indépendance, mais jamais au grand jamais, nous avions assisté à un tel pillage, du racket organisé, dilapidation de fonds publics, etc. Ali Baba et les 40 voleurs, c'était une fiction, mais là on est dans la réalité.

Image

Berry MUEKATONE @Bmueka Les traîtres à la nation n'ont jamais été condamnés, ils sont toujours là, bien en place en dépit de toute logique. La conséquence de cet état de fait est la décadence de la société congolaise, la montée en puissance du mur de l'argent et le développement de la filouterie.

 Berry MUEKATONE @Bmueka. L'incorrigible gambadeur se drape de ses oripeaux à l'extérieur, en cachant les loques d'un "président de nuit" car n'ayant pas les attributs d'un chef d'état. Malgré le tollé général, il poursuit ses divagations à travers le monde. Il est le reflet de sa propre caricature.

 Berry MUEKATONE @Bmueka. Le palisadisme érigé en système de corruption par le grabataire Mboso sous les roulettes du chef des incorrigibles se décline en : " Bouffes et tais-toi, roules et fermes ta gueule " Dans le palisadisme, le sadisme est prédominant. Une caste de roublards rompus à la duplicité.

 BOLA Frédéric @bola2016 *Des prédateurs et des corrompus jusqu'à la moelle *Des salaires faramineux à ne rien faire *Des roitelets pillards et vaniteux *Un peuple miséreux atteint du syndrome de Stockholm et qui sombre dans le désespoir, l'apathie, la résignation. *Un État failli, un État d'incertitude.

En République démocratique du Congo,  4 opérateurs télécoms ont réalisé un revenu global de 1,5 milliard de dollars américains en 2020.  Il s’agit de Vodacom, d’Airtel, d’Orange et d’Africell. Selon l’Observatoire du marché de la téléphonie mobile, structure de l’Autorité de régulation de la Poste et des télécommunications au Congo (ARPTC), Vodacom, leader du secteur de la téléphonie mobile, a réalisé un chiffre d’affaires de 558,159 millions USD en 2020. Elle est suivie d’Airtel avec un chiffre d’affaires de 450,234 millions de dollars américains. 

En troisième position se classe Orange dont le chiffre d’affaires est estimé à 382,423 millions de dollars américains. Africell, avec un chiffre d’affaires de 112,304 millions de dollars américains, arrive en quatrième position.

Ces quatre opérateurs ont enregistré un chiffre d’affaires d’environ 397,38 millions USD au premier trimestre de 2021. Ce volume de revenus a été généré par l’ensemble de segments d’activités de sociétés de téléphonie mobile à savoir les appels voix, les SMS, le data, le mobile money ainsi qu’autres services offerts par ces entreprises.

vodacom-logo1

1. Vodacom DRC a 51 % des parts des étrangers. Il revendique 11,8 millions d'abonnés 63 %. Vodacom se clame premier sur les quatre sociétés étrangères de la télécommunication en RDC. 

Vodacom est une entreprise de téléphonie basée en Afrique du sud et active en République démocratique du Congo, au Lesotho, au Mozambique et en Tanzanie. C’est une filiale détenue à 64,5 % par le groupe Vodafone. Elle détient en 2018 la première place en termes de part de marché de téléphonie mobile sur cinq pays africains dont l'Afrique du Sud et la RDC. 

orange-rdc-2

2. Orange RDC, anciennement Congo Chine Télécoms (CCT), est une entreprise  de télécommunications  en RDC, filiale du groupe français Orange. 

À l'origine issu de la collaboration entre la Chine  et la RDC, la compagnie Congo Chine Télécoms ouvre son réseau en décembre 2001. Les actionnaires de CCT étaient ZTE (51 %) entreprise chinoise fournissant du matériel de télécommunication , y compris pour CCT, et l'Etat congolais (49 %).

La compagnie est composée d’une centaine d’employés. Le réseau fonctionne en 900 et 1800 MHz. En 2007, CCT a lancé sur le marché le "Kit A12+", comportant un ensemble de versions de menu régionalisés dans les cinq des langues de la RDC - le Lingala, le Tshiluba, le Kikongo, le Swahili et le Français.

En octobre 2008, le nombre d'abonnés atteignait 1 million en RDC.

En 2009, un nouveau terrain est acquis pour l'établissement du futur siège ainsi que pour les installations techniques. Aussi le nombre d'abonnés atteindrait 1,8 million.

Le 20 octobre 2011, Stéphane Richard, PDG d'Orange, annonce l'acquisition de 100 % du groupe.

Le 5 décembre 2012, CCT devient officiellement Orange RDC.

logo-airtel

3. Airtel est leader du marché avec près de 7 millions de clients en RDC en fin juin 2012.

Airtel Africa plc est une société multinationale qui fournit  des  services de télécommunications et d'argent mobile dans 14 pays d'Afrique, principalement en Afrique orientale, centrale et occidentale. Airtel Africa est détenu majoritairement par la société indienne de services de communication Bharti Airtel. Airtel Africa propose des services mobiles voix et données ainsi que des services d'argent mobile aux niveaux national et international. Airtel Nigeria  est l'unité la plus rentable d'Airtel Africa, en raison de ses plans de données bon marché au Nigeria. En mars 2019, Airtel comptait plus de 99 millions d'abonnés sur le continent.  Il est coté à la Bourse de Londres. 

En mai 2008, il est apparu qu'Airtel étudiait la possibilité d'acheter le groupe MTN, une société de télécommunications basée en Afrique du Sud et présente dans 21 pays d'Afrique et du Moyen-Orient. Le Financial Times a  rapporté que Bharti envisageait d'offrir 45 milliards de dollars pour une participation de 100 % dans MTN, ce qui serait la plus grande acquisition à l'étranger jamais réalisée par une société indienne. Cependant, les deux parties ont souligné le caractère provisoire des pourparlers.

En mai 2009, Airtel a confirmé qu'elle était à nouveau en pourparlers avec MTN et les deux sociétés ont convenu de discuter de la transaction potentielle exclusivement avant le 31 juillet 2009.  Airtel a déclaré que « Bharti Airtel Ltd est heureuse d'annoncer qu'elle a renouvelé ses efforts pour une partenariat significatif avec MTN Group".  La période d'exclusivité a été prolongée deux fois jusqu'au 30 septembre 2009. Les pourparlers se sont finalement terminés sans accord. Une solution a été proposée où la nouvelle société serait cotée sur 2 bourses, une en Afrique du Sud et une en Inde. Cependant, la double cotation des sociétés n'est pas autorisée par la loi indienne.

logoafricell

 

4. Africell est un opérateur de réseau mobile appartenant au groupe Africell Holding. Présent en Gambie, en Sierra Leone, en République démocratique du Congo et en Ouganda, il totalise 12 millions d'abonnés actifs depuis fin 2014. 

Africell a démarré comme opérateur en 2001 en Gambie. En 2011, Africell cumule 2 millions d'abonnés sur les zones Gambie et Sierra Leone. Africell possède une licence 3G dans chacun des trois pays où la marque est déployée. Déjà opérationnelle en Gambie et en Sierra Leone depuis plusieurs années, la 3G  a été officiellement lancée en RDC depuis fin mars 2015. 

Africell obtient sa licence en République Démocratique du Congo en 2004, mais doit attendre avril 2010 pour se voir attribuer une fréquence, et juin 2012 pour se lancer officiellement sur un marché congolais comptant déjà cinq autres opérateurs. Africell s'est lancé en se positionnant sur une offre low-cost avec le slogan « Le Réseau du Peuple ».

Depuis 2012, Africell RDC détient une licence 2G (900/1800 Mhz) pour une durée de 20 ans, ainsi qu’une licence 3G, obtenue auprès de l'état congolais pour 15 millions de dollars.

Depuis fin 2014, Africell RDC compte 7 millions d'abonnés actifs, 2 ans après la date de son lancement, alors que l'opérateur ne couvre que les régions de Kinshasa, le Bas-Congo et les principales villes du Katanga.

Lire la suite...

Partager sur : Partager