Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Afrique du sud

Fil des billets Fil des commentaires

mardi 24 novembre 2020

Consultions Tshilombiennes: Le prophète Joseph Mukungubila enfariné par Tshilombo

Consultions Tshilombiennes: Le prophète Joseph Mukungubila enfariné par Tshilombo

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Mukungubila.jpg, nov. 2020















Le prophète Joseph Mukungila n'en revient pas. Il a été enfariné par les services de Tshilombo. On lui avait promis de participer aux fameuses consultations de Tshilombo. Il y a cru jusqu'à la dernière minute. En exil en Afrique du sud, avec un mandat international lancé contre lui par le régime Alias Kabila, le prophète doit comprendre que Tshilombo est égal à Alias Kabila.

freddy-mulongo-mukungubila

Ses tweets sont corrosifs. Enfariné par les service de Tshilombo qui usent et abusent de la malice, fourberie et roublardise, le prophète Joseph Mukungubila, homme de Dieu et acteur politique connu, on n'a pas tenu  compte de son statuts et sa respectabilité. Il  a attendu jusqu'à la dernière minute son invitation pour participer aux consultations organisées par le pseudo-président nommé au palais de la Nation. Au prophète Joseph Mukungubila, qui est en exil involontaire en Afrique du Sud,  doit prendre son mal en patience. Le régime Tshilombo-Alias kabila est issu d'un deal mafieux, contre le peuple congolais. Aujourd'hui Tshilombo lui a refusé de participer aux consultations, personne ne connait l'avenir de l'autre. 

Consultations folkloriques de Tshilombo tous les fanatiques ont été reçus: des troubadours, comiques, filles de joie de Paka Djuma, des journalistes "Quado", "Coupagistes" et Thuriféraires, les anciens candidats à l'élection présidentielle du 30 décembre 2018, les schégués ou enfants de rue...Tshilombo en a fait des tonnes pour passer du temps. Trois options s'offrent au voleur du destin du peuple congolais qui souffre de manque criant de légitimité:

1. Annoncer la fin de la coalition FCC-CACH. "Toutes les institutions sont issues de la farce électorale et du deal. Prétendre dissoudre L'A.N et rester en place est une illusion. C'est un jeu de domino, une pièce tombe et c'est tout le reste qui s'écroule. Qu'il démissionne et demande pardon au peuple pour sa félonie".

2. Revenir au pied de celui qui l'a nommé et fait bénéficier la nomination électorale: Alias Kabila. Monsieur 15, faussaire, imposteur et usurpateur n'a jamais gagné l'élection présidentielle. 

 3. Faire table rase en neutralisant celui qui l'a Nommé. Mission impossible voire risquer. Voler l'élection de tout un peuple est en soi une malédiction. Surtout s'y on a volé pour son propre ventre et celle des membres sa famille. Okokende Mosika Té !

 Joseph Mukungubila Mutombo @JosephMukungub1 Je suis amèrement surpris. Moi, Joseph Mukungubila, qui devais être consulté au premier rang pour avoir manifesté mon adhésion vu le chaos dans lequel le pays est plongé, je prends le peuple congolais à témoin en lui rappelant que le président @fatshi13

 Joseph Mukungubila Mutombo @JosephMukungub1 @fatshi13 avait consacré publiquement et officiellement le pays à l'Eternel Dieu. Et aujourd'hui il use de malice par ses services en faisant d'interminables promesses qu'il allait me recevoir après. Pendant ce temps ce sont les classes sociales et professionnelles.

 Joseph Mukungubila Mutombo @JosephMukungub1 jusqu'aux enfants de la rue qu'on est en train de recevoir. Où est la nécessité et l'importance spirituelle et politique de ces consultations ?! Mon Dieu prend acte et date. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 3 novembre 2019

Cap Town: La CCRSA s'insurge contre les bavures policières sur des réfugiés et demandeurs d'asile devant les locaux du HCR !

Qu'est-ce qui se pays au pays de Mandela? En Afrique du Sud, où l'afrophobie rime avec Négrophobie, la CCRSA (Communauté congolaise de la République Sud Africaine) qui s'occupe de trois catégories de nos compatriotes: les expatriés, exilés et sans-papiers, dénonce la énième bavure policière contre les réfugiés et demandeurs d'asile devant les locaux de Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR), le mercredi 30 octobre 2019, à  Cap Town en Afrique du Sud, dans un communiqué qui est parvenu à  la rédaction de Réveil FM International.

En effet, ayant fait irruption pour un déguerpissement forcé des réfugiés en sit in devant le siège du HCR-Cap Town depuis maintenant quelques semaines, la Police s'est illustrée par une brutalité inexplicable et injustifiable caractérisée par des coups et blessures, par un traitement inhumain et humiliant dont étaient victimes les hommes, mais aussi et surtout les femmes et les enfants traînés à  même le sol, pourtant considérés par plusieurs instruments juridiques internationaux comme étant des personnes vulnérables.

Eu égard à  ce qui précède, la CCRSA exige du gouvernement Sud africain ce qui suit :

1° Une enquête transparente afin que toute la lumière soit faite sur ces incidents malheureux et que les coupables soient déférés devant la justice pour qu ils répondent de leurs actes.

2° La prise en considération des revendications des réfugiés afin de ramener la paix au sein de cette communauté qui a fait de l Afrique du Sud sa seconde patrie.

D`abord honnie pour sa politique raciste, puis glorifiée en 1994 pour son rêve d`une nation multiraciale, l`Afrique du Sud est aujourd`hui une nation en crise. La fin officielle de l`apartheid n`a pas permis aux Noirs de trouver une place dans la société. Le pays est en proie à  tous les maux : chà´mage, violence, corruption. L`économie sud-africaine a beau se développer, l`immense majorité des 50 millions de Sud-Africains n`en perçoit pas les dividendes. Dans un pays où la moitié de la population a moins de 25 ans, le taux de chà´mage chez les jeunes est deux fois supérieur à  la moyenne nationale. Partagée entre rancœ“ur et désillusion, la génération post-apartheid se moque du prestige historique de l`ANC. Dans le parti longtemps incarné par Nelson Mandela, elle ne voit qu`une immense mafia…

Plus de 260 000 agressions graves par an, 25 000 meurtres, 60 000 viols officiellement déclarés, près de 5 millions d'armes pour près de 45 millions d'habitants: les chiffres de la criminalité en Afrique du Sud sont effrayants. Six ans après la fin du régime de l'apartheid, la violence de la rue, naguère légitimée par la violence d'Etat, n'a pas baissé d'un cran. Le chà´mage, les inégalités sociales, la disparité croissante des richesses font le lit de cette criminalité, urbaine ou communautaire. Longtemps identifiée au régime honni de l'apartheid, cette police se ``colorise» - et se féminise.

Les réfugiés et demandeurs d'asile qui s'étaient réfugiés dans les locaux de HCR à  Cap Town s'étaient pour se protéger des attaques négrophobes des sud africains. Faut-il prendre ce nouveau tract au sérieux? tract d'intimidation ou de préparation pour s'attaquer des nouveau aux étrangers ? La menace du 8 novembre 2019 est-elle réelle ou fictive ? Le récent tract des sud-africains qui menacent des étrangers est à  prendre au sérieux!

Attention, attention. Compagnons sud-africains. C`est un message important pour tous les citoyens concernés. Le 4 novembre 2019 est une fermeture nationale. Notre plaidoyer auprès du gouvernement étant tombé dans l'oreille d'un sourd, nous vous demandons à  chacun d'entre vous de prendre part à  cette campagne. nos emplois, nos droits, notre fierté. La principale raison à  cela est de faire en sorte que les ÉTRANGERS quittent notre espace dans l`industrie des transports. Le 3 novembre 2019, toutes les provinces organiseront des réunions et des opérations pour préparer le grand jour. Les camarades cette fermeture continueront jusqu'à  ce qu'il n'y ait ZERO étranger dans les camions sud-africains. Votre participation sera appréciée merci. Citoyens sud-africains concernés.

Quotidiennement, les étrangers sont confrontés à  une ``afrophobie» qui prend racine dans l`histoire du pays et que le gouvernement alimente. Au début de l'année, ce sont les chauffeurs de camion étrangers qui étaient visés au cours de plus de 60 attaques au cocktail Molotov. Ces violences ne sont pas les premières que connaît le pays et 62 étrangers avaient été tués en 2008. Mais pour la première fois, les dirigeants des pays africains, notamment du Nigeria et de la Zambie, se sont levés contre le gouvernement sud-africain, l'accusant de ne pas en faire assez pour protéger leurs compatriotes.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 15 octobre 2019

Afrophobie-Négrophobie Sud africaine: Charlie Mingiedi, le président de la Communauté Congolaise tire la sonnette d'alarme !

A cause de la dictature de Mobutu, de l'agression-invasion-occupation Ougando-Burundo-Rwandaise avec l'Afdl, le régime d'imposture d'Alias Kabila...En souffrance, le peuple congolais erre à  travers le monde, alors que la République démocratique du Congo par ses ressources est l'un des pays riches en Afrique. 300 000 Congolais vivent en Afrique du Sud, certains sont devenus des citoyens sud-africains. C`est la plus grande diaspora en Afrique du Sud. Etre demandeur d'asile, réfugié ou exil ne signifie pas être un mouton prêt à  aller à  l`abattoir. Les Congolais ont été victimes de l'afrophobie sud-africaine. Le ministre sud-africain des relations internationales et de la coopération, Dr Naledi Pandor, a attribué les causes des violences xénophobes aux préjugés à  l`encontre des ressortissants d`autres pays africains et mis les attaques sur le dos de l`afrophobie. La communauté congolaise qui devait comme les autres ressortissants africains, compter sur son ambassadeur. L'esbroufe Bene M`Poko, qui profite bien de son titre pompeux "doyen du corps diplomatique en Afrique du Sud", a fait une sortie médiatique pour doucher à  l'eau froide la communauté congolaise: `` jusque-là , la seule personne qui est décédée, c`est Bienvenu Mulenda. Il a été tué par des voyous qui l`ont trouvé dans une station de bus. Il a été plusieurs fois poignardé. Il a donc été victime du banditisme, de la criminalité et non de la xénophobie ».

On comprend vite que le fameux Bene M'Poko protège ses intérêts. Et Bené Mpoko compte bien sur la continuité du régime en RDC, est aphone, joue aux abonnés absents. Il n'aide pas la communauté congolaise. Les Congolais en Afrique du Sud ne comptent pas sur leur ambassade. La société civile est débout.

Charlie Mingiendi, président de la Communauté Congolaise en République Sud-Africaine (CCRSA)

Ce sont les pires émeutes xénophobes en Afrique du Sud depuis 2008 quand 62 personnes avaient été tuées dans des circonstances similaires. Ces événements ont entraîné de vives réactions dans de nombreux pays africains, dont le Nigeria qui a été le théà¢tre de violences contre les intérêts sud-africains, en représailles aux attaques xénophobes. Le propriétaire d'Air Peace Airlines, Chief Allen Onyema, a rapatrié ses compatriotes Nigérians. 600 citoyens Nigérians d`Afrique du Sud ont regagné leur pays.

Tout a commencer au mois d`aoà»t 2019 à  Pretoria après la mort d`un sud-africain au niveau de Taxi Rank de SunnySide. Les chauffeurs sud-africains vont manifester contre les vendeurs des drogues et la situation va se dégénérer et on va assisté au pillage dans les shops des étrangers... Il y a des victimes des coups et blessures. Après ces événements fà¢cheux , les sud-africains vont lancé des messages par le truchement des réseaux sociaux pour déclarer la guerre aux étrangers qui auront lieu le 2 et 3 septembre 2019. C`est comme ça que la communauté congolaise va perdre l`un de nous, un jeune homme qui venait de Musina ( ville de la province de Limpopo) où il était parti renouveler son permis des réfugiés, il s`appelait Bienvenu Mulenda. Il sera poignardé par les sud-africains au taxi Rank de BLOEMFONTEIN dans la province de Free State. C`est la première victime des attaques xénophobes dans la communauté congolaise. Après ces deux jours de tristesse mémoire, les sud-africains vont encore promettre des nouvelles attaques le 8 et 9 septembre, où la communauté congolaise va enregistrer plusieurs cas soit poignardé ou tabassé... Donc, il y aura des agressions physiques et des blessures enregistrées à  Pretoria, Durban, Cape Town, Western Cape et Johannesburg.

Voici la liste des congolais tués pendant les attaques xénophobes après celui de Bloemfontein:

Rajabu tabassé, poignardé et décédé à  Durban;

Erick Ndagora Kungula tabassé à  mort, il est décédé le 6 octobre 2019, à  l`hà´pital à  Western Cape

Bienvenu Mulenda a été poignardé par des Sud-africains au taxi Rank de Bloemfontein dans la province de Free State

Emani Mananga tué le 3 octobre 2019

Voici la liste des rescapés congolais:

Paul Ebondo attaqué et tabassé à  mort à  Turfontein-Joburg

Enoch attaqué et tabassé à  mort à  Cape Town

Léonard Mutombo poignardé, le 4 octobre 2019, à  Johannesburg

La fillette de Monsieur Jules Mukidi , poignardé le 7 octobre 2019, à  Cape Town

Guylain Pindi attaqué, tabassé et jeté hors d`un train en marche le 27 septembre 2019, à  Cape Town

La CCRSA, a écrit deux mémorandums au HCR et à  la ministre des relations internationales et coopérations pour dénoncer toutes ces atrocités et demander la réinstallation des réfugiés. Mais, elle a aussi demandé que le Home Affairs puisse créer un espace de dialogue permanent avec les responsables des communautés des pays étrangers, plus précisément la diaspora africaine. Et madame la ministre des relations internationales et coopérations a emboîté le pas en demandant à  son tour de créer une commission bipartite entre la DIRCO et la diaspora africaine au mois de septembre 2019 à  Pretoria. La CCRSA a condamné avec la dernière énergie cette énième tragédie contre ses ressortissants et aussi cette xénophobie institutionnelle qui bloque les étrangers à  vivre dans la légalité en Afrique du Sud. La CCRSA a demandé au gouvernement sud-africain de changer leur politique d`immigration et surtout de respecter la CONVENTION DE GENàˆVE. Les ressortissants congolais doivent savoir que la CCRSA n`est pas contre le sit-in des réfugiés devant les bureaux de HCR, qu`elle a d`ailleurs soutenu cette action mais à  cause des débordements et récupérations de la situation que nous avons levé le ton pour mettre en garde nos concitoyens.

La communauté a le devoir de protéger et de défendre toutes les 3 catégories des congolais qui sont: - Les Expatriés; - Les réfugiés; - Les sans-papiers. La CCRSA n`est pas là  pour prendre la place de notre ambassade mais elle est là  pour être un pont entre cette institution diplomatique et ses ressortissants. Il faut marteler que la CCRSA n`est pas au service d`un individu diplomatique mais elle travaille en collaboration avec l`ambassade et à  ce titre, elle mérite respect et considération comme une institution de facilitation, car elle s`occupe de toutes les 3 catégories des congolais qui demande beaucoup de sacrifices surtout tout se fait bénévolement par l`amour de la patrie. Nous demandons par contre à  nos concitoyens de faire confiance à  la CCRSA car elle n`appartient pas à  un individu ni à  un groupe d`individus mais elle appartient à  tous les congolais vivant en Afrique du Sud. Nous martelons encore une fois au sujet des associations congolaises que, la CCRSA ne vient pas écraser ou ignorer celles-ci qui ont existé avant sa création, mais elle est ouverte à  elles pour un travail commun avec comme seul intérêt: le bien-être du congolais. Tout en respectant sa propre devise: `` LA COMMUNAUTÉ CONGOLAISE EST UNE ET INDIVISIBLE ».

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 12 juin 2019

Cyril Ramaphosa, président Sud-africain à  l'OIT !

L`OIT compte 187 États membres et promeut le travail décent partout dans le monde, ainsi que le renforcement du dialogue social. Son directeur général actuel est le britannique Guy Ryder. L`Organisation a été saluée en 1969 par un prix Nobel de la paix. Elle a joué un certain rà´le dans la révolte des Polonais en 1980. L`OIT a en effet vigoureusement défendu la liberté syndicale et la demande des ouvriers de fonder Solidarité, premier syndicat indépendant. Cette organisation a été à  l`origine de la chute du régime communiste en Pologne.

Discours de Cyril Ramaphosa à  l'OIT

Lire la suite...

Partager sur : Partager