Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Agression

Fil des billets Fil des commentaires

samedi 24 septembre 2022

BenaMpuka : L'ennemi d'Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, c'est lui-même !

BenaMpuka : L'ennemi d'Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, c'est lui-même !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1663995890054.jpg, sept. 2022

A la 77ème Assemblée générale de l'ONU, Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba du haut de la tribune, l'imposteur-usurpateur a eu à dénoncer la mort de 8 casques bleus et l'hélicoptère de la Monusco. Mais l'impénitent n'a jamais dénoncé les morts KONGO, victime de la soldatesque rwandaise.

Peut-on être président sans défendre son peuple ? Exiger le respect de l'intégrité territoriale de son pays ?

A l'0NU, à part la Pologne aucun autre pays n'a pipé mot pour KONGO !

La lâcheté de Mabundi Fatshi l'empêche de savoir que sa diplomatie bidon et tarabiscottée, le Traître, Collabo et Maréchal Pétain s'agenouillera  devant Paul Kagame, Hitler Noir et bourreau du peuple KONGO.

Tshilombo Tshintuntu Tshifueba ne parle jamais des morts KONGO. Depuis son hold-up électoral, son deal pour sa nomination électorale, Tshilombo ne cesse d'humilier le KONGO et son peuple.

Le KONGO est agressé, envahi et occupé. Tshilombo doit changer son logiciel rhétorique ! 

Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 15 août 2022

Bena Mpuka : Gérard KAMANDA WA KAMANDA témoigne du complot et de l'invasion du Zaïre !

Bena Mpuka : Gérard KAMANDA Wa KAMANDA témoigne du complot et de l'invasion du Zaïre !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1660591641849.jpg, août 2022

Ancien S.G. adjoint  de l’OUA, Gérard KAMANDA Wa KAMANDA, ancien Vice-Premier Ministre et Ministre des Affaires Etrangères du Zaïre (RDC), devant la Commission parlementaire ;  dite Commission VANGU, le 29 février 1996, avait fait ces déclarations que nous mettons à la disposition de nos lecteurs, et nous en sommes, sûrs, qu’elles vont éclairer la lanterne de ceux, qui jusque là, considéraient la question rwandaise, comme entretenue par des jaloux, des extrémistes, ou par les anti-rwandais ; citons :

Extrait du rapport :

Ensuite, la réunion d’Addis-Abeba en Ethiopie où j’ai perçu de façon précise  deux choses :

L’exode des Réfugiés rwandais au Zaïre (RDC) est à  considérer comme la tête d’un Iceberg, car cette situation n’était pas accidentelle, mais plutôt  quelque chose de bien programmé dont seul le Zaïre (RDC) semblait ignorer les tenants et les aboutissants ;

Un puissant lobby anglo-saxon travaille sur ce dossier depuis des années avec des solides ramifications : au Bureau du Secrétaire Général de l’ONU ;

dans les structures mêmes de l’ONU ; en Allemagne ; au Congrès américain ;

 en Grande Bretagne ; au Bureau de l’O.U.A. 

A ce sujet, le S.G. de l’O.U.A ; avait même déjà initié un dossier fort avancé sur les causes profondes de l’instabilité des populations dans la région des Grands Lacs.

La solution de cette situation consiste à appliquer sur terrain une étude développée par le Professeur Kenyan de nom de MAZRUI, et qui consiste à revoir les tracés des frontières des Etats sur base des affinités ethniques pour aboutir à l’émergence de l’Empire Hima à l’Est du Continent Africain.

FB_IMG_1660591652427.jpg, août 2022

Le S.G. de l’O.N.U  le sait et soutient même le plan puisqu’il détient un exemplaire du rapport du Prof. MAZRUI.

Revenu d’Addis-Abeba, j’ai fait rapport au Gouvernement. C’est à cette époque que tout le monde parlait du rapport de la Commission VANGU au HCR-PT.

Je suis ensuite parti pour Genève, cette fois-ci avec les résolutions du HCR-PT sur les Réfugiés.

 A Genève, j’ai mené une intense activité diplomatique pour faire comprendre à Madame OGATA que la solution viable au Rwanda, pour éviter l’enlisement de la situation est le retour des réfugiés chez eux.

Le S.G. de l’ONU, par exemple, était contre cette thèse du Zaïre (RDC) et a même  quitté la salle de réunion. Il m’a fallu d’un aparté avec lui dans son bureau pour qu’enfin, il me comprenne. Je découvrirai que son Directeur de Cabinet-adjoint est un Rwandais ; particulièrement un Tutsi.

A ce propos, saviez-vous par exemple, que l’actuel Ambassadeur du Rwanda à l’O.N.U, était à peine hier fonctionnaire du Zaïre au PNUD ? C’est avec le quota du Zaïre et notre passeport que jusque là il travaille à l’O.N.U. Allez à la Cour Suprême de Justice ici, vous en trouverez aussi d’autres qui y travaillent comme Zaïrois.

Ma thèse ayant fait du chemin dans les esprits, certains pays, notamment la France, ont délié la langue sur cette affaire.

Lorsque je me suis vu avec le S.G. de l’O.N.U, Monsieur BOUTROS BOUTROS GHALI, je lui fis comprendre que pour le Zaïre, le schéma fiable  reste le rapatriement des réfugiés chez eux. Il me dira qu’il était parfaitement d’accord de notre avis.

Toute fois, des pays comme  le Zaïre et  la Tanzanie ayant beaucoup d’espaces, doivent penser à recevoir ce trop plein des Rwandais si pas maintenant mais dans l’avenir.

J’ai conféré ensuite avec le Secrétaire d’Etat Américain aux affaires africaines, Monsieur Moose pendant au moins 3 heures.

Sa première préoccupation a été de savoir ce que le S.G. de l’O.N.U m’avait dit. Je lui ai répondu que nous avions causé sur les problèmes des Grands Lacs.

Il me dira alors ceci : pour le moment on maintient la position du Zaïre, mais à long terme, le Zaïre et les Zaïrois doivent arrivés à absorber ces populations parce que le problème peut revenir demain.

Arrivé en Allemagne, il me sera tenu le même discours. J’ai alors compris que le puissant lobby pro-tutsi bien installé en Allemagne, était au courant de toute la machine diplomatique que je menais et voulait savoir le pourquoi de la position  du Zaïre.

C’est le même groupe (lobby) qui organisera la rencontre Mobutu-Museveni en Allemagne. Entrera ensuite en scène le Centre CARTER qui lui, voulait plutôt réunir les 5 Chefs d’Etat  de la région afin d’examiner les préalables du retour des réfugiées chez eux, mais puisque ce Centre voulait amener le débat au niveau régional, l’O.N.U. et l’O.U.A. vont se retirer.

D’où l’échec de ces assises. Fin de citation.

Gérard Kamanda wa Kamanda, né le 10 décembre 1940 à Kikwit et mort le 21 janvier 2016 à Kinshasa, est un homme politique congolais, considéré par beaucoup comme une figure de premier plan de la scène politique congolaise et africaine.

Lire la suite...

Partager sur : Partager