Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

jeudi 28 mars 2019

Algérie: Non à  Abdelaziz Kabila !

Alger, des Algériens manifestent contre le 5ème mandat d' Abdelaziz Boutéflika

Nos frères Algériens sont clairs. Ils déclarent pour l'Algérie: "NON A ABDELAZIZ KABILA" ! Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi sait maintenant que les Algériens savent qu'il est un Président NOMMÉ. Il n'a jamais été élu. Il est Imposteur-Usurpateur.

L`entourage proche d`Abdelaziz Bouteflika n`a pas été associé à  la décision d`Ahmed Gaïd Salah s`agissant de l`annonce d`un plaidoyer en faveur de l`application de l`article 102, annonce le site Algérie Part considéré comme proche du clan présidentiel.

Saïd Bouteflika, le conseiller et frère d`Abdelaziz Bouteflika, n`a pas été consulté ni contacté par Ahmed Gaïd Salah autour de ce sujet. Pis encore, aucun canal de communication n`a été établi entre le clan de Zéralda, à  savoir l`entourage d`Abdelaziz Bouteflika, notamment son frère Saïd, et le chef d`Etat-Major de l`ANP sur une sortie de crise.

Les relations entre le patron de l`armée et le frère du président n`ont jamais été au beau fixe. Lorsque ce dernier, voici quelques mois, convoitait la succession du président, l`état major s`y est opposé catégoriquement. Le veto fut tout aussi net quand le clan présidentiel a imaginé, ces dernières semaines, une succession familiale via le deuxième frère, Nacer Bouteflika, dont le rà´le s`est affirmé ces dernières semaines.

Niet de l`armée à  l`état d`urgence. Plus récemment, l`opposition des militaires a été sans aucune ambiguité quand Said Bouteflika est venu plaider en faveur de l`instauration d`un état d`urgence pour sortir de l`impasse politique. Jusqu`à  présent portant, la figure tutélaire du chef de l`état, auquel Gaïd Salah vouait une loyauté totale, permettait que les proches de Bouteflika et les hauts gradés se parlent régulièrement et tranchent ensemble sur les initiatives à  prendre. Tel n`est plus le cas.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 4 mars 2019

Solidaire au peuple Algérien: Abdelaziz Bouteflika dégage !

Malade, Abdelaziz Bouteflika est candidat pour un 5 ème mandat présidentiel

Une république digne de ce nom devrait fonctionner selon le principe des élections transparentes. La fonction première des élections est de permettre aux citoyens de choisir leurs gouvernants, qui doivent conduire leur destinée et leurs représentants, qui rédigeront et voteront la loi en leur nom au Parlement. Ainsi, l`élection est une délégation de Souveraineté. Elle constitue, au sein d`une société organisée, une `` soupape de sécurité ». En effet, la possibilité pour les citoyens de pouvoir régulièrement exprimer une alternance ou, au contraire, de donner un nouveau mandat au pouvoir sortant évite que les désaccords politiques majeurs ne trouvent un autre terrain d`expression que la rue et d`autres modalités que la violence. Si en République démocratique du Congo, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est le masque d'Alias Kabila. Monsieur 16% qui n' a jamais l'élection présidentielle, du 30 décembre dernier, est nommé à  la présidence de la République, après un odieux deal avec celui qui l'a nommé Alias Kabila. Pseudo-président protocolaire alors que le peuple congolais n'aspire qu'au changement il n'est qu'un Illégitime. Tshilombo est putschiste, imposteur et usurpateur. En Algérie, on a opté pour le maintien d`une même équipe depuis deux décennies: un président fantà´mas, invisible à  cause de sa maladie brigue un 5 ème mandat, cela exaspère le peuple Algérien.

Abdelaziz Bouteflika, président fantà´mas

Tout africain doit avoir son regard rivé sur l'Algérie qui est le plus grand pays d'Afrique par sa superficie et un grand peuple. Congolais je me sens Algérien. Le président Abdelaziz Bouteflika a finalement déposé son dossier de candidature au Conseil constitutionnel quelques heures avant l`expiration du délai légal. Pas tout à  fait, puisque c`est son nouveau directeur de campagne, Abdelghani Zaà¢lane, muni d`une procuration, qui l`a fait à  sa place. Le dossier a été accepté par le Conseil et il n`y pas de doute qu`il sera validé. Sauf que la procédure est truffée d`incohérences et d`anomalies qui sautent aux yeux. Il y a d`abord l`absence du principal concerné. Abdelaziz Bouteflika malade est hospitalisé à  Genève, il n`a pas déposé son dossier en mains propres et c`est une première. La loi électorale, qui définit la procédure de confection et de dépà´t des dossiers de candidature pour l`élection présidentielle, n`exige certes pas explicitement la présence physique du candidat, mais ne fait aucunement référence à  la possibilité de dépà´t par procuration.

Alger, place Audin Maurice. Photo @khaleddrareni

Alger, place Audin Maurice. Photo @khaleddrareni

Plusieurs centaines de jeunes ont défilé ce dimanche 3 mars au soir dans le centre d'Alger et ailleurs en Algérie pour protester contre la candidature, officiellement déposée plus tà´t, d'Abdelaziz Bouteflika à  la présidentielle du 18 avril pour un 5e mandat. Confronté à  une contestation inédite depuis qu'il est arrivé à  la tête de l'État il y a 20 ans, Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, s'est engagé dimanche soir, s'il est réélu, à  engager des réformes, à  ne pas terminer son mandat et à  organiser une présidentielle anticipée à  laquelle il ne se représentera pas. Dans la soirée, le cortège semblait grossir à  mesure qu'il sillonnait le cœ“ur d'Alger, quadrillé ces derniers jours par un impressionnant dispositif sécuritaire, où de nombreux véhicules, voitures et scooters, circulaient en klaxonnant. Un important dispositif policier s'est progressivement déployé dans le centre de la capitale, survolé par un hélicoptère.

Freddy Mulongo à  l'aéroport Houari Boumediene à  Alger. Photo Réveil FM International

J'ai eu la chance d'aller en Algérie au cour de deux voyages officiels avec le Premier ministre Manuel Valls et son successeur Bernard Cazeneuve. On n'a parfois le sentiment que l'Algérie a tourné le dos à  l'Afrique. Et pourtant le sort de l'Afrique est lié à  celui de l'Algérie. Décédé 11 avril 2012 à  son domicile d'Alger, l'ex-président algérien Ahmed Ben Bella, 95 ans, est l'un des pionniers du déclenchement de la guerre d'indépendance de l'Algérie. Ce panafricaniste convaincu aura marqué d'une empreinte indélébile l'Histoire de l'Afrique. Militant anticolonialiste,il a échappé à  plusieurs tentatives d'assassinat perpétrées par les services secrets français. Mais Hélas, la plupart des africains semble ignorer tout de son histoire. La plupart des africains ignore le rà´le joué par Ben Bella et l'Algérie pour l'émancipation des peuples colonisés d'Afrique.

Amilcar Cabral, le père de l'indépendance de la Guinée Bissau et du Cap-Vert disait : `` Les chrétiens vont au Vatican, les musulmans à  la Mecque et les révolutionnaires à  Alger. »! Ben Bella a financé la majorité des mouvements de libération du continent africain.Agostinho Neto, Eduardo Mondlane, AthanasioNdong, Samora Machel, Joshua Nkomo, Nelson Mandela et tant d`autres leaders de mouvements de libération avaient guichet ouvert à  la présidence de la jeune République Algérienne. Ben Bella ne voulait pas s'enfermer dans une vision étroite et figée de ses frontières nationales.Pour lui,toute l'Afrique devait s'émanciper et s'unir. Et s'il le fallait : `` acceptons tous de mourir un peu, ou même de mourir tout à  fait, pour que l`unité africaine ne soit pas un mot creux ! »

Dès 1962, Ben Bella apportait déjà  son appui inconditionnel pour libérer les peuples qui croupissaient encore sous le joug du colonialisme.Pour cela,il accueillait, formait,armait et finançait les leaders des mouvements nationalistes africains : `` C'était un devoir pour nous d'aider tous nos amis africains qui aspiraient à  la liberté et à  l'autonomie. Pour nous, ce soutien était sacré » `` Je donnais de l`argent, beaucoup d`argent. Je donnais chaque fois qu`il en fallait, chaque fois que l`on m`en demandait. Et pour moi, c`était presqu`un devoir religieux. Sacré ! » , se remémorait Ben Bella, quelques mois avant sa mort, en feuilletant l`album de l`Histoire, avec Hervé Bourges, son conseiller, de 1962 à  1965.

Avec le Tanzanien Julius Nyerere, l'Egyptien Nasser, le Kenyan Jomo Kenyatta, le Guinéen Sékou Touré, le Malien Modibo Keita etc... Ils fondèrent le comité de libération de l'Afrique qui était présidé par un officier de l'armée algérienne.

Après l'assassinat du nationaliste camerounais Felix Moumié à  Genève, Ben Bella s'est chargé d'accueillir son épouse Marthe Moumié en Algérie où elle bénéficiait d'une pension de l'Etat Algérien.

C'est encore Ben Bella, qui affréta son avion personnel pour transporter le nationaliste Camerounais Abel Kingue au Caire en Egypte pour qu'il s'y soigne. En effet, En mission à  Alger, l`état de santé d'Abel Kingué empire brutalement, il est rapidement transporté au Caire par l`avion du président de la République Algérienne Ahmed Ben Bella. Le 16 avril 1964, il succombe et est inhumé sur place. En fin, n`oublions surtout pas que la guerre d'Algérie a eu une incidence considérable sur la décision de la France d'octroyer l`indépendance à  ses colonies d`Afrique, y compris celles qui n`en voulaient pas.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 13 avril 2017

Ordonné à  Lubumbashi, le Père Benoît Mwana Nyembo officie à  la basilique Notre Dame D'afrique à  Alger !

Père Benoît Mwana Nyembo à  la basilique Notre Dame D'Afrique d'Alger

Le Père Benoît Mwana Nyembo est congolais de la République démocratique du Congo. Originaire du Katanga, il a été ordonné, comme Père Blanc, le 25 Juillet 2009 à  Lubumbashi, par Mgr. Jean Pierre Tafunga. Le père Benoît Mwana Nyembo officie à  la basilique Notre Dame d'Afrique à  Alger en Algérie.

Le Père Benoît Mwana Nyembo a été ordonné, comme Père Blanc, le 25 Juillet 2009 à  Lubumbashi au Katanga, par Mgr. Jean Pierre Tafunga

Des Pères Blancs, on connait ceci...

Au moment historique, où les puissances coloniales européennes oppriment l`Afrique en y imposant une culture occidentale, en y volant les matières premières sans parler encore de l`esclavagisme qui s`y pratiquait, le cardinal Lavigerie fondait en 1868 à  Alger (Algérie) la Société des Missionnaires d`Afrique (Pères Blancs). Il insistait auprès de ses missionnaires qu`ils se mettent totalement au service de l`Afrique et des Africains. Il tenait à  ce qu`ils connaissent la langue et les coutumes des Africains et qu`ils montrent un respect profond pour leur culture et leurs convictions religieuses.

Aujourd`hui les Missionnaires d`Afrique donnent suite à  l`appel de leur fondateur par leur :

- mission qui trouve son origine en Jésus-Christ, afin de témoigner de la force libératrice de l`évangile et du Royaume de Dieu déjà  présent ;

- passion pour l`Afrique, le continent méconnu avec ses 700 millions d`habitants dans une riche diversité de pays, de peuples et de cultures ;

- voix prophétique dans leur engagement pour la paix et la justice, pour la solidarité internationale et l`intégrité de la création ;

- vie dans de petites communautés internationales et interculturelles au service de l`église africaine et de la société humaine ;

- foi dans la possibilité de construire, ensemble avec les Africains, un avenir meilleur, basé sur le respect réciproque pour les valeurs humaines, culturelles et spirituelles de chacun.

De 2007 à  2010, la basilique Notre Dame d'Afrique a connu des travaux de réfection. L'édifice qui menaçait de s'effondrer a été reconstruit grà¢ce au soutien d'entreprises françaises et aux dons recueillis par le diocèse d'Alger.

L'édifice construit sur un promontoire surplombant la Méditerranée, au milieu du XIXe siècle, menaçait de s'effondrer après le grand séisme de mai 2003. L'Église d'Algérie a lancé une opération de restauration, qui lui a permis de mesurer l'étendue de son réseau de soutien, dans le pays et en France : elle a bénéficié des contributions de mécènes, 1,3 million d'euros environ (parmi lesquels Gaz de France, Sonatrach Total ou Sonelgaz) ; des dons recueillis par l'Association diocésaine d'Algérie, 600 000 euros ; et sont venus s'ajouter des concours publics, français principalement, pour boucler les 5,1 millions d'euros nécessaires aux travaux.

C'est un appel d'offres conduit par la wilaya d'Alger , maître de l'ouvrage, qui a décidé du choix des entreprises qui ont réalisé ce travail. Mais ce sont des entreprises françaises qui ont restauré la basilique : A. Girard (Avignon) pour le gros oeuvre et l'Atelier du Vitrail Cassiopée (Marseille) pour les vitraux.

Freddy Mulongo à  la basilique Notre Dame d'Afrique

Lire la suite...

Partager sur : Partager