Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Alias Kabila

Fil des billets Fil des commentaires

dimanche 18 avril 2021

RDC: "Momo" Modeste Mutinga, le dinosaure du gouvernement Titanic Sama Lukombe!

RDC: "Momo" Modeste Mutinga, le dinosaure du gouvernement Titanic Sama Lukombe!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

00masoko-11.jpg, avr. 2021

Où va le Congo ? L'amnésie est-elle générale et généralisée ? Quelle nouveauté dans le gouvernement Titanic de Sama Lukombo. Mais "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi , 74 ans, est-il un nouveau ? Nommé à la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM), il étouffa les libertés. Nommé Rapporteur au Sénat, il fît la Loi des anciens chefs d'Etat: Tshilombo a 2 millions $/mois, Alias Kabila 680 mille$/mois.

freddy-mulongo-momo-modeste-mutinga-1

Avec plus de 700 partis politiques et 25 regroupements politiques, la RDC ne s'en sortira pas. Il faut changer la donne. Des partis politiques oui mais pas une foultitude. 3 ou 4 grands ensembles politiques sont suffisants. La politique étant devenue un business, conséquence ? Des dinosaures et Mammouths politiques ont du mal à raccrocher. Pour se servir, ils doivent être au gouvernement. Nulle part au monde, un pays n'a eu droit à un gouvernement de 700 ministres. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi participe avec d'autres à l'enterrement de la RDC, comme Etat-Nation !

Pourquoi "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi , 74 ans, fossoyeur de la République et manipulateur impénitent, est-il le dinosaure Joséphiste patenté, nommé aux Affaires sociales dans le gouvernement Titanic Sama Lukombe ? Des handicapés, enfants de rue, personnes invulnérables...risquent d'en pâtir avec un corrompu sataniste à la tête de ce ministère ! Des naïfs parlent de la nouveauté dans ce gouvernement Titanic , qui est déjà menacé par des députés révolutionnaires dans son  investiture ? "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi est un ennemi de la République. Il est un politicailleur ventriote qui ne vit que de son ventre. Ce sataniste et obscurantiste assumé est corrompu jusqu'à la moelle épinière. Quoiqu’il en soit, Alias Kabila qu'il a servi durant 18 ans, n’a jamais gagné les élections au Congo. Modeste Mutinga est l’un des fossoyeurs  de la III ème République. 

freddy-mulongo-momo

Février 2006, à l'institut Congolais de l'Audiovisuel (ICA) dans l'enceinte de la RTNC lors de la formation financée par l'Ambassade de France sur le traitement impartial de l'information en période électorale par notre aîné Jean-Karim Fall +de RFI pour les médias congolais. Freddy Mulongo, Réveil FM et président des radios au Congo (1er à gauche), "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi (4è), Président de la HAM, avec sa main dans sa poche?

L'élection présidentielle aura lieu le 30 juillet 2006. Pour avoir muselé des journalistes, bâillonné des médias et opposants, la Belgique a décerné à "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi  une médaille de commandeur du Roi Albert II. La Belgique a placé Alias Kabila à la tête du Congo. Deux institutions d'appui à la démocratie l'ont aidé: la CEI, avec l'abbé Apollinaire Malu Malu et la HAM avec "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi.  
 

Fourbe, roublard, requin et mangeur à tous les râteliers, "Momo" Modeste  Mutinga Mutuishayi est un dangereux personnage pour la République. 

Après le dialogue intercongolais  de Sun-City, avec l'installation du gouvernement 1+4=0, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a été nommé,  par Alias Kabila,  à la présidence de la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM). De 2002 à 2007, le salopiot a dirigé cette institution d'appui à la démocratie en autocrate. La HAM avec "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi fut un étouffoir des libertés. Il musela des journalistes,  en bâillonnant  des médias et acteurs politiques de l'opposition.

Contre espèces sonnantes et trébuchantes,  encouragé par Louis Michel et le gouvernement belge, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi priva la RDC, d'un débat démocratique inscrit dans la Constitution de la Transition, qui devrait opposer Jean-Pierre Bemba et Alias Kabila , les deux candidats arrivés en lice, lors de l'élection Louis Michel 2006. Les Congolais n'ont jamais eu droit à un débat entre deux candidats à la présidentielle pour faire son choix. Après l'élection frauduleux d'Alias Kabila, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi  a été nommé comme Rapporteur au Sénat, par Alias Kabila. L'individu a été récompensé pour avoir muselé des journalistes, bâillonné des médias et opposants. 

freddy-mulongo-modeste-mutinga-momo-1

Modeste Mutinga Mutuishayi qui par son autoritarisme désabusé avait transformé la Haute Autorité des Médias (HAM) en étouffoir des libertés contre des journalistes, médias et acteurs politiques de l'opposition à son médaille de l'Ordre Couronne par Sa Majesté le roi Albert II de Belgique.

Créée de toute pièce par ses maîtres coloniaux et colonialistes, la "Congolité", un terme chipé chez nos frères Ivoiriens sur l’ivoirité, en l’important dans le débat présidentiel pour faire passer la pupille aux Congolais sur l’hypothétique  Congolité de « Joseph KABILA » que ses origines ne plus à prouver, fut l'arme de destruction massive que le pitbull Modeste Mutinga Mutuishayi appliqua contre le peuple congolais en mordant sur la liberté de presse et d'expression au Congo. Contre espèces sonnantes et trébuchantes, Modeste Mutinga Mutuishayi priva 65 millions de Congolais d'un débat démocratique inscrit dans la Constitution de la Transition entre les deux candidats arrivés en lice du premier tour, en occurrence Joseph Kabila-Jean-Pierre Bemba.

Après les élections comme une grenouille qui saute d'un nénuphar à un autre, Modeste Mutinga Mutuishayi, sauta de la Haute Autorité des Médias (HAM) au Sénat, il devint Rapporteur pour le compte de l'AMP de Joseph Kabila. On comprend aujourd'hui, pourquoi les néocoloniaux jouissent de l'impunité au Congo.

Les Congolais sont des amnésiques. Le porte drapeau d’une dictature caractérisée par le musellement de la presse, l’enfermement des journalistes et le mépris journalistique, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi , en juin 2005 ordonna  à l’ANR, la Gestapo , d’aller saccager et saisir les matériels  de tous les médias à Kinshasa , qui diffusaient en direct la manifestation organisée par UDPS  et Christian Badibangi, qui avait pour slogan, tout s’arrête le 30 juin 2005 à minuit (la transition) ! 

Propriétaire du journal le Poltentiel, "Momo" Modeste Mutinga, sénateur pour l'AMP, parti-Etat  Joséphiste dans l’âme mais continuait à signer « ses articles » dans son journal, qui par déclinaison était devenu véritablement une  caisse de résonance du pouvoir en place par conséquent, "la voix de son Maître".  Il est à noter aussi que ces fameux articles viendraient d’un nègre de service qui assiste sa plume hésitante et médiocre.

Les Congolais sont des amnésiques. La loi des anciens chefs d'Etat qui octroi à Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba , voleur de destin du peuple congolais 2 .070.000$ par mois et Alias Kabila 680.000$ par mois, n'est-ce pas la loi Mutinga ? 

Nommé par Alias Kabila comme Rapporteur au Sénat, après sa présidence calamiteuse de la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM) devenue "Étouffoir des libertés", "Momo" Modeste Mutinga dans ses fourberies et roublardises légendaires a concocté une loi pour rendre l'ascenseur à son bienfaiteur. Alias Kabila a 680 000 dollars par mois de "pension spéciale" et "autres avantages et il jouit d'une impunité pénale hors paire.

 LUCHA  @luchaRDC. 4 mars 2019 680.000 $ c’est 8.500 fois le salaire mensuel d’un policier Congolais... quand il lui arrive d’être payé. Pour Joseph Kabila, ce n’est qu’un petit bonus de fin du mois... pour services rendus à la Nation (massacres, viols, pillages, détournements, humiliations, impunité). #RDC

Image

 ECiDé RDC @ECiDeRDC. 5 mars 2019. Ca fait sûrement parti du “deal”.

 Gaylord Diasivi @DiasiviGaylord 5 mars 2019. C'est honteux pour notre pays, finalement être président de la République dans ce pays est comme si on devient un dieu. Un pays pauvre qui récompense gracieusement ces dirigeants. Kabila est franchement l'homme le plus chanceux du monde.

 Bambino Mutale @Mutsbambino 6 mars 2019. How foolish are we! Current U.S. President Donald Trump makes $400,000 a year in salary, according to Title 3 of the U.S. Code, with an additional expense allowance of $50,000. That yearly salary became official in January of 2001, Bush Obama made the same.

 Nzembe Fabrice @NzembeF 5 mars 2019. C'est révoltant mes frères nous ne sommes pas des dupes qu'est ce qu'il a fait et qu'avons -nous fait pour vivre des choses pareilles? jusqu'a aujourd'hui je sens l'odeur de la continuité de la kabilie en forme et en fond dans la gestion du nouveau président trop c'est trop. 

C'est très grave de parler d'un gouvernement des guerriers, alors qu'il est voué à l'échec.  Plus qu'un fossoyeur "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi est un ennemi de la République. 

Grande consolation pour nous, dans 100 ans, en République démocratique du Congo, on parlera encore et toujours de Kimpa Vita, Mvulunsi  Kimbangu et Patrice Emery Lumumba.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 22 mars 2021

RDC: Abolir la loi "Momo" Modeste Mutinga qui donne 2 millions/mois à Tshilombo !

RDC: Abolir la loi "Momo" Modeste Mutinga qui donne 2 millions/mois à Tshilombo !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Momo Modeste Mutinga 1.jpg, mar. 2021

Il ne suffit pas d'avoir les manettes du pouvoir. La question est comment exerce-t-on le pouvoir ? Dans ses fourberies et roublardises, "Momo" Modeste Mutinga a conctocté une loi d'enrichissement et d'impunité à Alias Kabila. Le combe est que Tshilombo, le salopiaud du "Peuple d'Abord" n'a jamais remis en cause la fameuse loi des anciens chefs d'Etat. Il gagne 2 millions par mois.

freddy-mulongo-momo-modeste-mutinga-1

Primacuria-Néo-esclavagiste, corrompu jusqu'à la moelle épinière, occultiste patenté, mafieux et mangeur à tous les râteliers "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi est requin, fourbe et roublard. Après avoir travaillé pour Alias Kabila, voilà "Momo" Modeste Mutinga aux cotés de Tshilombo , comme conseiller occulte. Son torchon de loi pour les anciens chefs d'Etat est un prime à la mafia. Un ancien chef d'Etat à tout pour lui et rien pour le peuple. Un ancien chef d'Etat n'a même pas droit de répondre de ses crimes. Avec son esprit corrompu, tordu, "Momo" Modeste Mutinga préconise même une impunité hors norme, car la justice nationale est au dessus de celle internationale.  "Momo" Modeste Mutinga, le sataniste de la primacuria est un ennemi du Congo. Il a volé pour son ventre. Nous osons croire qu'il gardera toute la fortune amassée avec Alias Kabila. Ce Libumucrate girouette oeuvre maintenant aux côtés de Tshilombo, son frère de tribu.

Votée 6 mois avant les élections de 2018, la  loi  "Momo" Modeste Mutinga est une blanchisserie et prime contre l'impunité pour Alias Kabila. Le barbu de Kingakati bénéficie des émoluments de 680 000 dollars par moi à vie ! Alias Kabila  bénéficie des plusieurs sécurités - pénale - physique et financière qu'aucun autre Congolais n'a bénéficié. Combien coûte la retraite du président Français, Américains, Chinois ? Même la Chancelière Allemande n'arrive pas à cette somme. Alias Kabila a 680 mille dollars par mois et à vie, alors que le Congolais vit avec -1 par jour. Et Tshilombo, président nommé, Monsieur 15% reçoit 2 millions d'émoluments par mois, puis qu'Alias Kabila  ne perçoit que 1/3 de celui qu'il a catapulté sur le trône du Congo. 

Les Sénateurs godillots et corrompus comme "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi qui ont voté les articles de loi scélérate n'ont que faire des intérêts du peuple congolais. C'est la première loi à abolir à la "Libération". Chaque Président de la République de la RDC devra répondre de ses actes pendant son mandat.

LOI N°18/021 DU 26 JUILLET 2018 PORTANT STATUT DES ANCIENS PRÉSIDENTS DE LA RÉPUBLIQUE ELUS ET FIXANT LES AVANTAGES ACCORDES AUX ANCIENS CHEFS DE CORPS CONSTITUES EXPOSE DES MOTIFS

Depuis son accession à l’indépendance le 30 juin 1960, en dépit de son aspiration démocratique, la République Démocratique du Congo n’a
jamais expérimenté l’alternance démocratique.
Cette aspiration est souvent entravée par des crises politiques et rébellions à répétition. De manière générale, ces crises tirent leur origine dans l’insécurité éprouvée par des anciens animateurs des institutions et de corps constitués de la République.
C’est pourquoi, par la Constitution du 18 février 2006 telle que modifiée à ce jour, le peuple congolais, toujours épris de l’idéal démocratique, s’est engagé dans un projet de société démocratique assis notamment sur les fondements ci-après:
(i) la dévolution du pouvoir par la voie des urnes dans le respect de la Constitution ;
(ii) l’élection du Président de la République au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans renouvelable une fois;
(iii) la prohibition aussi bien de la conquête et de la conservation du pouvoir par la force que du renversement de tout régime
constitutionnel.


Dans la même perspective, l’article 104 alinéa 7 de la Constitution fixe le sort des anciens Présidents de la République élus.
Cependant, force est de constater à ce jour que ces mécanismes s’avèrent insuffisants pour garantir l’alternance démocratique, ainsi que la stabilité et la pérennité des institutions de la République pour la consolidation de la démocratie.
À cet égard, outre le fait que, sur pied des articles 70, 104 alinéa 7et 122 points 6 et 14 de la Constitution, la présente loi fixe le statut des anciens Présidents de la République élus, elle entend consolider la démocratie, en l’occurrence par le mécanisme de l’alternance démocratique. Elle détermine également les droits et devoirs reconnus aux anciens chefs de Corps constitués, compte tenu de l’importance du rôle qu’ils jouent au sein de l’appareil de l’Etat et de leur grande influence sur la vie politique nationale.


En effet, la République est un tout composé de plusieurs institutions fonctionnant en synergie. Par conséquent, toute démarche tendant à
marginaliser certaines institutions ne saurait contribuer à atteindre l’idéal démocratique auquel le peuple congolais aspire tant depuis l’accession de la République démocratique du Congo à la souveraineté internationale.Contenant vingt-quatre articles, la présente loi est subdivisée en cinq chapitres ainsi intitulés :

Chapitre 1er: Des dispositions générales;
Chapitre II :: Des droits et des devoirs des anciens Présidents de la République élus;
Chapitre III : Des avantages et devoirs reconnus aux anciens Présidents des deux Chambres du Parlement;
Chapitre IV: Des avantages et devoirs reconnus aux anciens Premiers Ministres, anciens Présidents du Conseil Supérieur de la Magistrature, anciens Procureurs généraux près la Cour constitutionnelle, anciens Premiers Présidents de la Cour suprême de justice, de la Cour de
cassation, du Conseil d’Etat, de la Haute Cour militaire, anciens Procureurs généraux de la République, Procureurs généraux et Auditeurs
généraux près ces juridictions, anciens Présidents du Conseil Economique et Social, de la Commission Électorale Nationale Indépendante, du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication, de la Commission Nationale des Droits de l’Homme, anciens Chefs d’Etat-major général des Forces Armées et des anciens Commissaires généraux de la Police Nationale Congolaise, anciens Administrateurs généraux de l’Agence Nationale de Renseignements et Anciens Directeurs généraux de  Migration et aux anciens Chefs d’Etat-major des Forces terrestre, aérienne et navale ;

Chapitre V: Des dispositions finales.
,
Telle est l’économie de la présente loi,

LOI

L’Assemblée nationale et le Sénat ont délibéré;
L’Assemblée nationale a statué définitivement;
Le Président de la République promulgue la Loi dont la teneur suit:

CHAPITRE 1er : DES DISPOSITIONS GENERALES
Article 1er
La présente loi fixe le statut des anciens Présidents de la République élus. Elle détermine les règles spécifiques concernant leurs droits et devoirs, le régime de leurs incompatibilités, leur statut pénal ainsi que les avantages leur reconnus.
Elle détermine également les avantages et devoirs accordés aux anciens Chefs de Corps constitués.

Article 2
Au sens de la présente loi, on entend par :
1. ancien Président de la République élu: tout citoyen congolais qui a accédé par élection aux fonctions de Président de la République, les a
exercées et les a aquittées conformément à la Constitution;
2. anciens Chefs de Corps constitués: anciens Présidents de l’Assemblée nationale, anciens Présidents du Sénat, anciens Premiers
Ministres, anciens Présidents du Conseil Supérieur de la Magistrature, anciens Procureurs  généraux près la Cour constitutionnelle, anciens
Premiers Présidents de la Cour suprême de justice, de la Cour de cassation, du Conseil d’Etat, de la Haute Cour militaire, anciens Procureurs généraux de la République, Procureurs généraux et Auditeurs généraux prés ces juridictions, anciens Présidents du Conseil Economique et Social, de la Commission Électorale Nationale Indépendante, du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication, de la Commission Nationale des Droits de l’Homme, anciens Chefs d’Etat-major général des Forces Armées et des anciens Commissaires généraux de la Police Nationale Congolaise, anciens Administrateurs généraux de l’Agence Nationale de Renseignements et Anciens Directeurs généraux de Migration et aux anciens Chefs d’Etat-major des Forces terrestre, aérienne et navale ;
3. sécurité: ensemble de mesures et de dispositions spécifiques assurant la protection de la personne des anciens Présidents de la
République élus, de leurs familles et de leurs patrimoines et des anciens Chefs de Corps constitués;
4. secret d’Etat: toute information portant sur des affaires, des dossiers ou des documents de l’Etat, réputée confidentielle dont la
divulgation porterait préjudice à la sécurité de l’Etat.

CHAPITRE Il : DES DROITS ET DEVOIRS DES ANCIENS PRÉSIDENTS DE LA RÉPUBLIQUE ÉLUS

Section 1ère : Des droits

Article 3
Tout ancien Président de la République élu jouit des droits spécifiques ci-après:
1. droit à des mesures et à des dispositions particulières en matière de sécurité pour la protection de sa personne, de sa famille et de ses biens;
2. droit à l’honneur, à la dignité et à la considération dus à tout ancien Président de la République élu;
3. droit à la protection sociale de l’Etat dans les cas et les conditions définis par la présente loi ;
4. droit de porter le titre de « Président de la République honoraire» ;
5. droit aux avantages spécifiques tels que définis par la présente loi.
Un décret du Premier ministre délibéré en Conseil des ministres détermine les conditions dans lesquelles des honneurs officiels peuvent être rendus à un ancien Président de la République élu.

Section 2 : Des devoirs

Article 4
Tout ancien Président de la République élu est soumis aux devoirs incombant à tout citoyen en vertu de la Constitution, en particulier
les articles 62 à 67, sauf ceux auxquels il est expressément astreint ou soustrait par la loi.
Aucune soustraction. ni exonération aux devoirs prévus par la Constitution et par la loi ne peut être accordée au préjudice des intérêts de l’Etat congolais, de ses institutions ou de son peuple.
..
Article 5

Tout ancien Président de la République élu est soumis à une obligation générale de réserve, de dignité, de patriotisme et de loyauté envers l’Etat.
L’obligation de réserve implique notamment l’interdiction formelle de divulguer ou de révéler des secrets d’Etat ou des informations qui, en
raison de leur nature et/ou de leurs conséquences, ne peuvent être connues que des seules autorités nationales.
L’obligation de dignité consiste à adopter un comportement ou des attitudes qui ne violent pas la loi, ni ne portent atteinte à l’ordre public et aux bonnes mœurs.
L’obligation de patriotisme et de loyauté envers l’Etat implique une disponibilité permanente à faire montre d’une fidélité sans faille envers la Nation, le peuple congolais et les Institutions de l’Etat.

Section 3 : Des incompatibilités et du statut pénal
Paragraphe 1er : Des incompatibilités

Article 6
En sa qualité de sénateur à vie, tout ancien Président de la République élu est soumis à toutes les incompatibilités prévues par l’article 108 de la Constitution.
Toutefois, il peut exercer des fonctions rémunérées conférées par un organisme international dont la République Démocratique du Congo est
membre.

Paragraphe 2 : Du statut pénal

Article 7

Tout ancien Président de la République élu jouit de l’immunité des poursuites pénales pour les actes posés dans l’exercice de ses
fonctions.

Article 8

Pour les actes posés en dehors de l’exercice de ses fonctions, les poursuites contre tout ancien Président de la République élu sont
soumises au vote à la majorité des deux tiers des membres des deux Chambres du Parlement réunies en Congrès suivant la procédure prévue
par son Règlement intérieur.
Aucun fait nouveau ne peut être retenu à charge de l’ancien Président de la République élu.

Article 9

En matière de crimes contre la paix et la sécurité de l’humanité commis par tout ancien Président de la République élu, les juridictions nationales ont priorité sur toute juridiction internationale ou étrangère.

Section 4 : Des avantages

Article 10
Les avantages accordés à tout ancien Président de la République élu comprennent :
1. la pension spéciale ;
2. l’allocation annuelle pour services rendus ;
3. les soins de santé, la rente de survie et la rente d’orphelin;
4. les avantages complémentaires.

Paragraphe 1er : De la pension spéciale

Article 11

Tout ancien Président de la République élu bénéficie mensuellementd’une pension Spéciale.
Le montant de la pension spéciale est déterminé annuellement par le Parlement lors du vote de la loi de finances, sur proposition du
Gouvernement. Elle ne se cumule avec aucune autre pension à charge du Trésor public.

Article 12

Le droit à la pension spéciale prend effet à l’installation effective du ‘ nouveau Président de la République élu.

Paragraphe 2 : De l’allocation annuelle pour services rendus.


Article 13

Tout ancien Président de la République élu bénéficie d’une allocation annuelle pour services rendus.
Le montant de l’allocation annuelle pour services rendus est déterminé par le Parlement lors du vote de la loi de finances sur proposition du Gouvernement.

Article 14

Le droit à l’allocation annuelle pour services rendus prend effet à l’installation effective du nouveau Président de la République élu.

Paragraphe 3: Des soins de santé, de la rente de survie et de la rente d’orphelin

Article 15

Tout ancien Président de la République élu bénéficie, pour lui-même, son conjoint et ses enfants mineurs, des soins de santé à charge du
Trésor public, au pays ou éventuellement à l’étranger.
En cas de décès d’un ancien Président de la République élu, les soins de santé sont acquis au conjoint survivant non remarié et à ses orphelins mineurs.
Cette obligation peut être acquittée au moyen d’une assurance-maladie souscrite au profit des intéressés.

Article 16

En cas de décès d’un ancien Président de la République élu, son conjoint survivant non remarié et ses enfants mineurs bénéficient
respectivement d’une rente de survie et d’une rente d’orphelin.
Le montant de la rente de survie et celui de la rente d’orphelin sont déterminés annuellement par le Parlement lors du vote de la loi de
finances, sur proposition du Gouvernement. La rente de survie et la rente d’orphelin sont dues mensuellement.

Article 17

Le conjoint survivant non remarié et les orphelins de moins de vingt-cinq ans encore aux études bénéficient, au décès d’un ancien Président de la République élu, d’une allocation forfaitaire dont le montant et les modalités de payement sont fixés par décret du Premier ministre délibéré en Conseil des ministres.

Paragraphe 4 : Des avantages complémentaires

Article 18

Tout ancien Président de la République élu bénéficie des avantages complémentaires ci-après :
1. une habitation décente fournie par l’Etat ou une indemnité de logement ;
2. un passeport diplomatique pour lui-même, son conjoint et ses enfants mineurs;
3. un titre de voyage en business class pour lui-même, son conjoint et ses enfants mineurs ;
4. cinq Véhicules pour la fonction et pour usage domestique, après cinq ans deux fois renouvelables;
5. un service de sécurité doté de moyens logistiques conséquents comprenant au moins deux gardes du corps, trois éléments de sa suite
et une section chargée de la garde de sa résidence;
6.      un personnel domestique dont le nombre ne peut dépasser dix personnes ;
7. des locaux faisant office de bureaux pour lui-même et pour son secrétariat dont le nombre ne peut dépasser six personnes ;
8. une dotation mensuelle en carburant;
9. une indemnité mensuelle pour les frais de consommation d’eau, d’électricité et de téléphone.
Les modalités .d’exécution des dispositions de l’alinéa précédent sont fixées par décret du Premier ministre délibéré en Conseil des
ministres.

CHAPITRE III : DES AVANTAGES ET DEVOIRS RECONNUS AUX ANCIENS
PRÉSIDENTS DES DEUX CHAMBRES DU PARLEMENT

Article 19
Sans préjudice des dispositions des Règlements intérieurs des deux Chambres du Parlement, il est reconnu à tout ancien Président de
l’Assemblée nationale ou du Sénat, les avantages ci-après:
1. une indemnité mensuelle;
2. une indemnité de logement ;
3. une garde sécuritaire de six policiers;
4. un passeport diplomatique pour lui-même, son conjoint et ses enfants mineurs;
5. un titre de voyage par an, en business class, sur le réseau international, pour lui-même, son conjoint et ses enfants mineurs ;
6. des soins de santé à charge du Trésor public pour lui-même, son conjoint et ses enfants mineurs, au pays ou éventuellement à l’étranger;
7. deux véhicules après cinq ans, une fois renouvelable.
« Le montant des avantages indiqués à l’alinéa précédent est déterminé annuellement par le Parlement lors du vote de la loi de
finances, sur proposition du Gouvernement.

Article 20
Les avantages énumérés à l’article 19 sont dus à la cessation effective des fonctions. Ils ne sont pas dus en cas de décès ou de condamnation irrévocable à une peine de servitude pénale principale pour infraction intentionnelle.

CHAPITRE IV : DES AVANTAGES ET DEVOIRS RECONNUS AUX ANCIENS PREMIERS MINISTRES, ANCIENS PRÉSIDENTS DU CONSEIL SUPÉRIEUR DE LA MAGISTRATURE, ANCIENS PROCUREURS -GÉNÉRAUX PRÈS LA COUR CONSTITUTIONNELLE, ANCIENS PREMIERS PRÉSIDENTS DE LA COUR SUPRÊME DE JUSTICE, DE LA COUR DE CASSATION, DU CONSEIL D’ETAT, DE LA HAUTE COUR MILITAIRE, ANCIENS PROCUREURS GÉNÉRAUX DE LA RÉPUBLIQUE, PROCUREURS GÉNÉRAUX ET AUDITEURS GÉNÉRAUX PRES CES JURIDICTIONS, ANCIENS PRÉSIDENTS DU CONSEIL ECONOMIQUE ET SOCIAL, DE LA COMMISSION ÉLECTORALE NATIONALE INDÉPENDANTE, .DU CONSEIL SUPÉRIEUR DE L’AUDIOVISUEL ET DE LA
COMMUNICATION ET DE LA COMMISSION NATIONALE DES DROITS DE L’HOMME, ANCIENS CHEFS D’ETAT•MAJOR GÉNÉRAL DES FORCES ARMÉES ET ANCIENS COMMISSAIRES GÉNÉRAUX DE LA POLICE NATIONALE CONGOLAISE, ANCIENS
ADMINISTRATEURS GENERAUX DE L’AGENCE NATIONALE DE RENSEIGNEMENTS ET ANCIENS DIRECTEURS GÉNÉRAUX DE MIGRATION ET AUX ANCIENS CHEFS D’ETAT MAJOR DES FORCES TERRESTRE, AÉRIENNE ET NAVALE.

Article 21
Sans préjudice des textes particuliers qui régissent les Corps constitués autres que les anciens Présidents des deux Chambres du Parlement, il est reconnu des avantages et devoirs aux anciens Chefs de Corps constitués.
Les avantages leur accordés ne sont pas dus sur toute période pendant laquelle Ils exercent une quelconque fonction publique, sauf la
fonction d’enseignant.
Ils ne font pas non plus l’objet de cumul lorsque ces anciens Chefs
de Corps constitués ont exercé plusieurs fonctions qui y donnent
droit, la fonction dont les droits et avantages sont les plus élevés
devant être préférée.

Article 22
Les dispositions des articles 4 et 5 du Chapitre Il de la présente loi s’appliquent mutatis mutandis aux anciens Chefs de Corps
constitués visés par les chapitre; III et IV ci-dessus. ‘
Dans un délai de trois mois à dater de la publication de la présente loi au Journal officiel, un décret du Premier ministre délibéré en Conseil des ministres détermine les avantages et devoirs visés à l’article 21 de la présente loi, précise les conditions de jouissance et les causes d’exclusion, et en fixe les modalités d’application.

CHAPITRE V : DES DISPOSITIONS FINALES

Article 23
Les droits et avantages mentionnés dans la présente loi n’ont pas d’effet rétroactif.

Article 24
La présente loi entre en vigueur trente jours après sa publication au Journal officiel.


Fait à Kinshasa, le 26 Juillet:2018
Joseph KABILA KABANGE

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 7 mars 2021

RDC: Où sont passés les Bena Mpuka de la Radio Talibane de Limeté 10è rue?

RDC: Où sont passés les Bena Mpuka de la Radio Talibane de Limeté 10è rue?

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

Où sont passés des troubadours Bena Mpuka, Tribalo-Ethniques et Wewacrates qui ont joué aux thuriféraires de Tshilombo Muana Mboka Ya Moyibi, peendant les deux semaines d'absence d'Alias Kabila du Congo ? Ils ont dit qu'il est parti en exil...Alias Kabila est revenu à Lubumbasi. Les Bena Mpuka sont devenus des aphones. La Radio Talibane de Limeté 10è rue n'émet plus !

alias-kabila-3

Le deal entre Alias Kabila et Tshilombo, pour faire bénéficier ce dernier d'une nomination électorale, est toujours en vigueur. C'est le plus court exil au monde. Alias Kabila a été en exil de deux semaines, d'après les thuriféraires écervelés de l'Udps. Les Bena Mpuka, Talibans, Tribalo-Ethniques et  Wewacrates ont excellé dans des histoires à dormir debout. Les fanatiques de Tshilombo sont des bonimenteurs, comme lui-même est un fieffé menteur. 

Le chauve et troubadour des Etats-Unis a même inventé qu'Alias Kabila était interrogé à Riad par des officiers américains. Vendredi 5 mars,  Alias  Kabila, est rentré à Lubumbashi après un court séjour à l’étranger. L'autorité morale du Front commun pour le Congo est rentré au pays à bord d’un jet privé.

Une fois sur le tarmac de la Loano, il a pris le volant de sa jeep Toyota direction sa ferme de Kashimata à proximité de Lubumbashi. Le retour d'Alias Kabila met fin aux rumeurs sur les réseaux sociaux sur un probable exil pour des raisons politiques. Alias Kabila est-il le pire cauchemar des Tshilombo, Bena Mpuka, Tribalo-Ethnique et Talibans ? Des agités sulfureux comme Jean-Claude Mubenga, Zacharie Bababaswe,  Muyambo ...avaient jubilé du départ en exile d'Alias Kabila, se sont-ils confondus eux-mêmes ?  Augustin Kabuya, le secrétaire général de l'Udps, parti familial des faussaires et checkuleurs n'avait-il pas  juré que si  Alias Kabila rentrait au pays, qu'on le traite de menteur? 

JOSEPH KABILA DE RETOUR À LUBUMBASHI © LE CONGO EST A NOUS

Coup de massue, la Radio Talibane de Limeté 10è rue n'émet plus. Les trufiréraires, écervelés, Djaleloïstes et autres Mbambula fanatiques ont disparus des ondes. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de MediapartRDC: Où sont passés les Bena Mpuka de la Radio Talibane de Limeté 10è rue?

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

alias-kabila-3

Le deal entre Alias Kabila et Tshilombo, pour faire bénéficier ce dernier d'une nomination électorale, est toujours en vigueur. C'est le plus court exil au monde. Alias Kabila a été en exil de deux semaines, d'après les thuriféraires écervelés de l'Udps. Les Bena Mpuka, Talibans, Tribalo-Ethniques et  Wewacrates ont excellé dans des histoires à dormir debout. Les fanatiques de Tshilombo sont des bonimenteurs, comme lui-même est un fieffé menteur. 

Le chauve et troubadour des Etats-Unis a même inventé qu'Alias Kabila était interrogé à Riad par des officiers américains. Vendredi 5 mars,  Alias  Kabila, est rentré à Lubumbashi après un court séjour à l’étranger. L'autorité morale du Front commun pour le Congo est rentré au pays à bord d’un jet privé.

Une fois sur le tarmac de la Loano, il a pris le volant de sa jeep Toyota direction sa ferme de Kashimata à proximité de Lubumbashi. Le retour d'Alias Kabila met fin aux rumeurs sur les réseaux sociaux sur un probable exil pour des raisons politiques. Alias Kabila est-il le pire cauchemar des Tshilombo, Bena Mpuka, Tribalo-Ethnique et Talibans ? Des agités sulfureux comme Jean-Claude Mubenga, Zacharie Bababaswe,  Muyambo ...avaient jubilé du départ en exile d'Alias Kabila, se sont-ils confondus eux-mêmes ?  Augustin Kabuya, le secrétaire général de l'Udps, parti familial des faussaires et checkuleurs n'avait-il pas  juré que si  Alias Kabila rentrait au pays, qu'on le traite de menteur? 

JOSEPH KABILA DE RETOUR À LUBUMBASHI © LE CONGO EST A NOUS

Coup de massue, la Radio Talibane de Limeté 10è rue n'émet plus. Les trufiréraires, écervelés, Djaleloïstes et autres Mbambula fanatiques ont disparus des ondes. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 28 janvier 2021

RDC : Haute-Cour girouette et inféodée au régime d'imposture de Tshilombo!

RDC : Haute-Cour girouette et inféodée au régime d'imposture de Tshilombo!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Hauts-Magistrats.jpg, janv. 2021








Justice indépendante est l'un des quatre piliers de la démocratie. En République démocratique du Congo, la justice est inféodée au régime en place. Les magistrats jouent au yoyo avec des textes de lois pour justifier des décisions politiques alambiquées. La Haute-Cour qui avait justifié le glissement d'Alias Kabila en 2016, c'est la même qui sert Tshilombo. Un bureau d'âge peut destituer un PM.

freddy-mulongo-hauts-magistrats

 Aux ordres de politiques, des Hauts-Magistrats Congolais, souvent corrompus et inconscients de la République, tordent des textes juridiques pour plaire à chaque régime d'imposture et d'usurpation au Congo. Tshilombo est un président nommé. Monsieur 15% n'a jamais gagné l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. L'imposteur et usurpateur fait main basse sur la justice congolaise. Ils nomment ses juges tribaux, tribalistes et tribalisés. Tshilombo fait du Alias Kabila sans ce dernier. La justice congolaise est inféodée. Elle n'est justice que de nom. Elle joue au yoyo avec des lois pour accompagner la dictature au Congo.

En 2016 : Arrêt Haute Cour : "Kabila reste au pouvoir jusqu’à l’organisation des nouvelles élections " ! Tshilombo et ses Bena Mpuka, Talibans, Tribalo-Ethniques, Wewacrates et Extrémistes de l'Udps avaient crié au scandale. Alias Kabila a glissé de deux ans. L'Upds et le régime d'imposture d'Alias Kabila sont allés à Ibiza, Vénise, Paris, Bruxelles pour des rencontres secrètes. Le chef de délégation de l'Udps n'était autre que Me Mukendi, qui voyageait avec un passeport de l'ANR. C'est comme ça que Tshilombo a été choisi comme vrai dauphin d'Alias Kabila. Entre temps, avec le glissement d'Alias Kabila, des Congolais sont morts. 

En  2020: Arrêt Haute Cour : "le bureau d’âge de l'Assemblée nationale peut démettre le gouvernement et en installer un autre" l’installer" ! Les Bena Mpuka, Talibans , Tribalo-Ethniques , Wewacrates et Extrémistes Udpsiens applaudissent ! 

Au fait, en RDC la loi est faite à la tête du client. Le régime Tshilombo est un monstre qui crache du feu. La liberté d'expression est foulé aux pieds. Pour avoir dit "Akolia Mbuma", Barnabé Milinganyo Wimana, président national du Rassemblement des leaders congolais, est condamné à 3 ans de servitude pénale, 2 millions des Francs Congolais et 10.000 dollars de dommages-intérêts. La Cour tribale, rien que les juges Kasaïens , l'ont jugé nuitamment en flagrance avant de le condamner. Tshilombo est sorti de la cuisse de Jupiter. Alors que tout le monde le connait comme un ancien pizzaïolo à Bruxelles. Individu qui écumait tous les Nganda de Matongé- Ixelles. Le Fakwa et grand voleur de destin du peuple congolais ne peut être objet des critiques, puisque l'imposteur, usurpateur, traître et collabo a été catapulté sur le trône du Congo.

A Réveil FM International, nous n'avons soutenu le pasteur Daniel Ngoy Mulunda. Faut-il le juger pour des propos sécessionniste alors que ni Azarias Ruberwa ni Moïse Nyarungabo n'ont jamais été arrêtés pour des propos menaçant contre la République pour Minembwe ? Faut-il cautionner que le pasteur Daniel Ngoy Mulunda ait été condamné nuitamment à trois ans de prison ferme, sans la présence de ses avocats ? Le verdict  de la condamnation de Daniel Ngoy Mulunda, ancien président de la CENI, a été rendu le mardi 26 janvier, tard dans la soirée, en l’absence des avocats de l’accusé. Sa condamnation est assorti au paiement d’une amende de 500 000 franc congolais pour « incitation à la haine tribale, propagation de faux bruits et atteinte à la sûreté intérieure de l’État ». Même en Afghanistan, on ne condamne pas les gens tard dans la nuit sans avocats. Vous parlez d'un Etat de droit avec Tshilombo ? 

La situation de RDC est déplorable. C'est comme si Al Capone ou les Daltons, des  bandits de grand chemin, s'occupaient de la justice et faisaient des lois pour que des Américains se conforment. La justice du Checkuleur et Faussaire Tshilombo a ses limites.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 5 décembre 2020

RDC: AngwalimaSalt va déboulonner, dissoudre et anéantir Alias Kabila, son allié!

RDC: AngwalimaSalt va déboulonner, dissoudre et anéantir Alias Kabila, son allié!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Angwalima Faussaire.jpg, déc. 2020



Les "Mbuma" vont se manger. Les "Mbuma" vont parler. Après avoir enfariné le peuple congolais avec son fameux deal, Tshilombo , Monsieur 15% est bénéficiaire d'une nomination électorale. Président de fait puisque non élu, putschiste, imposteur et usurpateur, Tshilombo n'est pas légitime. Le dealer se comporte en dictateur, il veut déboulonner Alias Kabila qui l'a nommé.

fb-img-1607098597144

Combat de deux coqs enfarineurs ? Tshilombo et Alias Kabila sont deux chiffonniers, ils se battent pour leur accord mafieux, pas pour le peuple congolais qui broie du noir. Nommé, Tshilombo est peut-être président de fait, il n'est pas légitime. Etre président de fait, veut-il dire être légitime ?  Non ! La légitimité vient du peuple souverain, pas d'un accord secret signé nuitamment dans l'obscurité et de manière satanique sur le dos du peuple. Après consultations alambiquées et folkloriques, compilation élastique et bidon...Tshilombo traîne à parler !  Comme une femme enceinte finit toujours par accoucher, il doit parler. Tshilombo ne peut plus se dérober en prenant le peuple congolais pour des idiots, prenant le pays en otage à cause de son vol. Il a volé le destin du peuple congolais, qu'il s'assume donc. Son discours de rupture est attendu pour demain à 14h30. On verra ce qu'on verra. On entendra ce que l'on entendra. Ses fanatiques écervelés et lobotomisés claironnent qu'il va déboulonner, dissoudre l'Assemblée nationale et Sénat, mieux il va anéantir Alias Kabila, le "Barbu de Kingakati", avec qui il a fait un deal pour bénéficier d'une nomination électorale avec 15%.  Ses Bena Mpuka, Talibans, Tribalo-Ethniques et Extrémistes radicaux trompettent que la rupture FCC-CACH est à l'ordre du jour, l'arrestation immédiate d'Alias Kabila pour la Cour Pénale Internationale (CPI) est imminente...

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-109
freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-113
freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-114

Combat de deux coqs enfarineurs ? Tshilombo et Alias Kabila sont deux chiffonniers, ils se battent pour leur accord mafieux, pas pour le peuple congolais qui broie du noir. La misère des Congolais est sans commune mesure avec d'autres peuples. Après avoir volé le destin du peuple congolais, les deux chiffonniers s'extirpent les chinons.  Deux ans, après un odieux deal contre le peuple congolais, avec une nomination électorale en lieu et place de la proclamation des vrais résultats avec Martin Fayulu comme vainqueur avec 62,8%, c'est la guerre larvée.

Alias Kabila ne s'est pas rendu à Lubumbashi. Les Udpsiens disent qu'il a été empêché  de s'y rendre. Les Joséphistes répliquent qu'il n'a pas fait le test du Covid-19. 

 Berry MUEKATONE @Bmueka La nuit des longs couteaux ! Ils ne doivent pas compter sur le peuple qu'ils ont martyrisé, volé. Que leurs partisans s'étripent ou servent de chair à canon. "Le temps tue l'erreur et fait vivre la vérité" ou "Quand les voleurs se brouillent, les vols se découvrent" Ebeba kaka !

 Berry MUEKATONE @Bmueka Ils ont rabâché pendant des jours et des jours la dissolution de l'AN, la rupture avec le fcc et le retrait de la signature de Kingakati. Tout autre message sera une capitulation, une reddition. Il n'y a pas de marche arrière possible, sinon nous allons tirer sur l'ambulance.

 Berry MUEKATONE @Bmueka Quand il parlera du statu quo, certains vont se terrer et d'autres auront le choix de la corde ou de sauter dans le vide. "Aucun cas de figure" Il demande un peu plus d'espace à son partenaire pour faire semblant d'être un chef d'état, sinon il se soumettra ou il se démettra !

 Michael GUHANIKA @MichaelGuhanika Les Talibans bétonisés sous un manguier à Limete ne l'ont pas encore compris ! Ce dimanche, ils comprendront qui détient en réalité l'effectivité du pouvoir. L'autre n'étant que protocolaire.

Image

 Jean-Paul SINGA @JPSTUK Tshilombo met du sel avant de bien manger son MBUMA

Image

 Berry MUEKATONE @Bmueka On accompagne un homme politique pour partager sa vision, mais certains en arrivant au sommet se muent en voleur, criminel, etc. Pour la première fois un escroc arrive au pouvoir en escaladant le mur du palais. Les dégâts sont là, incalculables. La revanche d'un soiffard !

 Berry MUEKATONE @Bmueka On ne peut pas respecter un individu sans scrupules et avide de pouvoir qui a piétiné la volonté du peuple en dealant, le peuple congolais doit prendre conscience que le pays est un bien commun et non un jouet aux mains des imposteurs. Il faut arrêter d'applaudir les margoulins.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 2 décembre 2020

RDC: Tshilombo a "KabeyaKamuangisé" le Congo pour mieux enfariner les Congolais!

RDC: Tshilombo a "KabeyaKamuangisé" le Congo pour mieux enfariner les Congolais!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

freddy-mulongo-alias-joka-9.jpg, déc. 2020





















Tshilombo et ses conseillers tribaux checkuleurs se moquent de nous. La RDC ne doit pas disparaître à cause de sa cupidité, corruption, son inconscience et manque de patriotisme. La "KabeyaKamuangasisation" de la justice congolaise pour mieux intimider et faire les voix discordante, est un recul pour le pays. Tshilombo est un dealer qui a dealé son pouvoir contre le peuple congolais.

freddy-mulongo-alias-joka-9

Depuis 2011 à 2018, un travail patriotique profond  a été fait par le peuple congolais et sa diaspora. Le report des élections de 2016 à 2018 par Alias Kabila pour mieux se présenter à un troisième mandat usurpé a aiguisé la résistance contre  son régime d'imposture. Cuit Alias Kabila au pied du mur, prêt à prendre ses jambes à son cou...il était fini. Le 30 décembre 2018, le peuple congolais est allé aux élections: présidentielle et législatives. Le peuple congolais a voté massivement pour une alternance politique démocratique réelle et porteuse de changement. Le peuple congolais a élu 62,8% Martin Fayulu. Cupide, corrompu et checkuleur, Angwalima Tshilombo Tshintu Tshifueba, le fameux fils d'Etienne Tshiseledi n'a obtenu que 15%. L'inconscient de la République, Tshilombo est allé nuitamment à Kingakati pour bénéficier d'une nomination électorale. Deux brigands ont  fait deal contre le peuple congolais. C'est un faussaire checkuleur , Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba , qui a été nommé président de la République. Alias Kabila a imposé le statut quo en nommant un imposteur-usurpateur à la tête de notre pays. 

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-260

Le pantin-marionnette s'est révélé  être le plus grand tribaliste de la République. Angwalima Tshilombo a plus de 722 conseillers, tous des Bena Mpuka, Talibans et Tribalo-Ethniques. Conseillers de Tshilombo, des Luba Kasaïens, Tribaux, Tribalistes et Tribalisés. Tshilombo a fait venir à Kinshasa, Paul Kagamé, Hitler Noir et bourreau du peuple congolais. Lors des obsèques d'Etienne Tshisekedi, Tshilombo a fait acclamé Kagmé au stade des Martyrs. Du jamais vu, les Bena Mpuka , Talibans et Tribalo-Ethniques ont même scandé le slogan: "BOKOMESANA". Après quelques semaines, Tshilombo a autorisé Rwandair a survolé le ciel congolais. Mieux, il est allé s'incliner au mémorial du génocide rwandais. Tshilombo, le Grand Voleur de destin du peuple congolais, a écrit dans le livre d'or que les Congolais étaient morts par effets collatéraux. 15 millions de Congolais qui ne demandaient qu'à vivre se sont fait Hari Kiri, puisqu'ils avaient l'esprit suicidaire. Tshilombo a donc dédouané Paul Kagamé de ses crimes au Congo.

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-1

   

Tshilombo avec son vol de la souveraineté du peuple congolais fait beaucoup du mal à notre peuple.  Ce Fakwa de destin du peuple congolais, Tshilombo est un incapacitaire et incompétent. Au pouvoir après hold-up de depuis deux ans, Tshilombo pantin-marrionnette a accepté d'être au pouvoir de coalition. Il a culot  de se victimiser . Le FCC bloque !  MataMata qui est arrivé au pouvoir par deal et nomination électorale devrait savoir qu'il n'exercerait pas le plein pouvoir. Tshilombo est un pseudo-président nommé. Il s'est engagé de chauffer le fauteuil présidentiel et le restituer en 2023. Ses manœuvres dilatoires et victimaires n'ont aucun effet. 

freddy-mulongo-felixkamerheon-8

Puisqu'il a tout échoué, Angwalima Tshilombo doit revenir à son premier métier de pizzaïolo à Bruxelles. Il fout la honte à tout un peuple. On ne dirige pas un pays uniquement en gonflant ses joues, c'est par le travail. Consultations folkloriques ontpris un mois, les compilations prendront combien de temps. Dans l'entrete temps, plus de conseils des ministres. Dépuis sa nomination en janvier Tshilombo et Kamerhe ont dirigé seuls le Congo. Les magouilleurs se sont mis pleines les poches. La RDC est une République pas un ligablo. Nous n'allons pas attendre que les neurones de Tshilombo, l'incapacitaire se mettent à fonctionner pour faire avancer le pays. En deux ans  de pouvoir, le sans neurones a montré ses limites. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 23 novembre 2020

Lokutalogie: Deal Tshilombo-Alias Kabila ressemble à Mikombe et le démon!

Lokutalogie: Deal Tshilombo-Alias Kabila ressemble à Mikombe et le démon!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

Freddy Mulongo-Alias Joka -Tshilombo.jpg, nov. 2020

freddy-mulongo-alias-joka-tshilombo

Le Deal odieux contre le peuple congolais de Tshilombo et Alias Kabila est un casse tête. Le pantin s'oppose à celui qui l'a nommé, ils deviennent des rivaux que faire ? Une affaire négociée sous seing privé, ils en font une affaire d'Etat et de la République. 80 millions de Congolais sont pris en otage par ce maudit deal. La solution est peut-être dans l'histoire ancienne de Mikombe et le démon.

En Afrique subsaharienne, la politique est égale à Lokutalogie. Il homme politique doit être un homme de Lokuta Monene. Mentir le peuple, l'enfariner, le dribbler...Fourberies et roublardises sont les deux jambes qui portent l'homme politique. C'est une première sur le continent, qu'un homme politique, sans envergure, vision et programme, qui a lamentablement échoué  et qui n'a pour seul bagage que le nom de son père Tshisekedi, qu'il n'a jamais porté dans ses aventures Bruxelloises..va hypothéquer  le destin de tout un peuple pour bénéficier d'une NOMINATION ÉLECTORALE. Le peuple congolais, souverain primaire est chosifié et clochardisé. Les partis politiques n'ont pas des militants mais des fanatiques écervelés et lobotomisés. Le peuple manque de tout. Les coquilles et médiocres s'autoproclament politicailleurs rusés qui piétinent ce peuple qui n'a rien. 60 ans l'indépendance du Congo, c'est la classe politique la plus corrompue et pourrie. La politique est devenue la voie royale pour un enrichissement rapide et illicite. Tout le monde parle du peuple, mais personne ne s'en occupe. Le peuple congolais est la marche pied pour des médiocres de médiocres. 

Le peuple congolais mérite un grand respect. Il est  allé aux élections. Tshilombo, Monsieur 15 % , avec une piètre campagne, est allé à Kingakati pour négocier avec Alias Kabila pour être bénéficiaire de la nomination électorale. Deux ans, les deux dealers se chamaillent et sont prêts à s’entre tuer, prenant en otage 80 millions de Congolais. Deal privé entre deux ventriotes roublards, qui n'engage pas la République. Voila que par fourberies, Tshilombo organise des consultations folkloriques et bidon, pour enfumer le peuple enfariné. L'impénitent parle même de l'union sacrée pour soutenir son grand vol de destin du peuple congolais.  Les profito-situationnistes, quémandeurs d'emploi et mangeurs à tous les râteliers mordent à l’hameçon.  Tshilombo avait promis de faire la déclaration de ses conclusions. Dans l'entre-temps, il a envoyé ses émissaires à Kigali, Caire, Pretoria, Nairobi...foulant aux pieds, la souveraineté du peuple congolais. En situation difficile, il faut se référer parfois à une histoire populaire. Le deal Tshilombo et Alias Kabila doit se résoudre entre les deux individus, alliées et partenaires. Ce ne sont pas des pays étrangers qui doivent le résoudre. Lorsque Tshilombo est parti nuitamment chercher une nomination électorale, il n'en a jamais parlé à personne. Il a fait son "Coop". Qu'il assume donc. 

mikombe-et-le-demon-bd

MIKOMBE ET LE DEMON

Dans un village, vivait un certain Mikombe. 
Un jour qu’il se rendait en brousse pour y chasser, il rencontra un démon. 
« Qui êtes-vous? demanda Mikombe. 
— Je suis un grand chasseur de la forêt, répondit l’inconnu. Je parcours tout le pays, suis les pistes du gibier et creuse des pièges pour l’attraper. 
— C’est également mon métier,  dit Mikombe. Ne désirez-vous pas que nous travaillions ensemble? 
— D’accord! La forêt n’a pas de secret pour moi, et je connais tous les endroits par où passent les animaux. » 
Mikombe et le démon continuèrent donc leur route ensemble. Après quelque temps, ils s’arrêtèrent pour creuser quelques pièges. Le premier jour, ils en creusèrent cinq, le jour suivant encore cinq, puis le surlendemain trois. Ils s’en tinrent là.


Ces travaux une fois terminés, le démon dit à son compagnon: 
« Ecoute, Mikombe. De tous ces animaux qui seront pris dans nos pièges, les mâles seront pour toi, les femelles pour moi.» 
Mikombe marqua son accord et chacun rentra chez soi avide déjà de voir le gibier qui, le lendemain, serait tombé dans les pièges. 
De grand matin, ils se retrouvèrent à un endroit convenu et, de là, partirent vers les pièges. A la grande déception du démon, il ne s’y trouvait que des animaux mâles. La même chose se reproduisit plusieurs jours de suite. 
Mais un soir, Mikombe ne trouva plus sa femme à la maison. Il la chercha, mais en vain. Des voisins lui dirent enfin qu’ils avaient vu la femme se diriger vers la forêt pour voir où son mari chassait. Mikombe était plein d’appréhension; il ne put dormir de toute la nuit. 
Le matin, il fit encore le tour des pièges, accompagné du démon comme les autres jours. Comme il fallait s’y attendre, il trouva sa femme dans un des trous.


« Quelle chance ! s’écria le démon. Selon nos conventions, elle m’appartient. 
— Ah non, repartit Mikombe. C’est ma femme et non pas un animal. Ce que nous avions décidé ne valait que pour le gibier. » 
Ils discutèrent ainsi longtemps. Le démon prétendait que leurs conventions valaient également pour cette femme qui, d’ailleurs, n’était pour lui qu’un animal. Mikombe défendait énergiquement le contraire.


A un moment donné, le démon se décida à la faire sortir du trou pour l’amener. Mais l’homme ne se tenait pas pour battu et, décidé à défendre énergiquement sa femme, il engagea avec le démon une lutte terrible. 
Tout à coup, neuf autres démons surgirent de la forêt Les deux adversaires leur expliquèrent la palabre.


Bien entendu, les démons soutinrent la cause de leur frère. « Si Mikombe fait encore des difficultés, dirent-ils, nous le tuons sur le champ et le mangeons. Les conventions doivent être respectées. Qu’il fasse sortir immédiatement cette femme du trou et nous la livre. » 
Heureusement, il fallait une corde pour tirer la femme du piège qui était profond. Mikombe demanda aux démons d’attendre quelques instants, juste le temps d’aller chercher une corde au village. En fait, il revint avec une troupe de gens bien décidés à défendre la cause de leur ami. Lorsqu’ils arrivèrent à proximité, ils purent voir la bande de démons danser autour du trou où se tenait la malheureuse victime. 
Une nouvelle discussion s’engagea alors entre les hommes et les démons. Voyant que les choses n’avançaient pas, un démon se jeta dans le trou pour en faire sortir la femme et terminer ainsi la palabre.


Mais les villageois intervinrent. 
« Entendu, vous voulez prendre la femme de Mikombe comme votre gibier. C’est bien, mais alors nous prenons votre frère, pour le nôtre. Dites-nous si vous êtes d’accord.» 
Les démons sentirent le danger. Ils hésitèrent, voulurent discuter. Ce fut en vain. 
Alors l’aîné des gens du village éleva la voix: 
« Vous, démons, vous ne voulez pas que votre frère aille chez Mikombe. De notre côté, nous refusons que la femme de notre frère aille chez vous. Rendez-la nous; nous vous rendrons également celui-ci. Ensuite, nous rentrerons tous chez nous.» 
Ainsi dit, ainsi fait. 
Tout heureux d’avoir pu délivrer sa femme, Mikombe rentra avec elle au village, en chantant et en dansant.

 

Dans un village, vivait un certain Mikombe. Un jour qu’il se rendait en brousse pour y chasser, il rencontra un démon. « Qui êtes-vous? demanda Mikombe. — Je suis un grand chasseur de la forêt, répondit l’inconnu. Je parcours tout le pays, suis les pistes

Mikombe, Jeune chasseur, rencontre dans la brousse un démon qu’il ne reconnait pas tout de suite comme tel, et avec qui il fait alliance. Roublard, le démon, se montre intransigeant sur les clauses de l’accord conclut, si bien que la femme de Mikombe se retrouve prisonnière dans l’un des pièges aux gibiers creusés par son mari et son associé. ce dernier la réclame en rappelant: “selon nos convictions, elle m’appartient”.

L’infortuné Mikombe tente en vain de défendre la cause de sa femme en faisant remarquer que l’accord convenu ne concernait que le gibier et qu’elle n’en était pas un. ce qu’il ignorait, c’est que le démon, qu’il s’agisse de chair humaine ou animale, ce n’est que de la chair…

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 13 novembre 2020

Tripartite: Fayulu (Elu-Le Bon), Tshilombo (Nommé-Le Roublard) et JoKa (Le Truand)!

Tripartite: Fayulu (Elu-Le Bon), Tshilombo (Nommé-Le Roublard) et JoKa (Le Truand)!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Mafa K.jpg, nov. 2020

Crise de légitimité clignote en rouge en RDC. Les évêques de la CENCO se sont entretenus avec Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, voleur du destin du peuple congolais par fourberies et roublardises; Alias Kabila le truand et Martin Fayulu, président élu, victime de hold-up, le bon et pacifique. Une tripartite se prépare pour mettre sur la table:les deux brigands de la République et Fayulu.

freddy-mulongo-mafa-a

Tshilombo le voleur de destin du peuple congolais est le problème du Congo. Tshivube Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba avec ses fanatiques écervelés et lobomotisés veulent nous faire croire qu'il est là solution, alors que c'est lui  le problème et il est dangereux pour la République. Tshilombo doit dire à la Nation clairement si oui ou non il a signé ce fameux deal contre le peuple congolais avec pour parrains- témoins trois chefs d'Etat africains: Abdel Fattah Al Sissi, président de l'Egypte, Uhuru Kenyatta du Kenya et Cyril Ramaphosa de l'Afrique du sud. De deux, Tshilombo doit clairement dire  si oui ou non il veut rompre avec Alias Kabila. Il faut qu'il soit clair. 

Les consultations Tshilombiennes ressemblent de plus en plus  à une  kermesse des opportunistes et quémandeurs de postes politiques. Il risque de recevoir les Bambino de l'école maternelle voire même des filles de joie de Kinshasa. Tshilombo a du temps à perdre et il fait perdre du temps au pays. Ce faussaire-checkuleur n'a pas été préparé à des hautes fonctions, son Fufu Bukula Bwa Nseka lui suffit amplement. Ses neurones sont incapables de tenir 15 minutes de discussion soutenue. 

freddy-mulongo-mafa-k
freddy-mulongo-mafa-u

Une tripartite se prépare pour par la CENCO pour une rencontre entre : Trois présidents en République démocratique du Congo : Martin Fayulu (Président Élu-Le Bon et Victime du hold-up électoral), Tshilombo (Président Nommé-La Brute-Voleur de destin du peuple congolais et Bénéficiaire d'une Nomination Électorale) et Alias Kabila (Le Truand et Nominateur de Tshilombo en lieu et place de Martin Fayulu, vainqueur  de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018) !

Les consultations Tshilombiennes ressemblent à une kermesse des opportunistes quémandeurs de postes politiques. 

 Kongo Monene @KongoMonene Et cette fois-ci Messeigneurs @CencoRdc @CENCO__RDC @TataCardinal , revenons fermement vers nos fondamentaux catholiques. En effet, la vérité seule sauvera le pays, et du mal ne viendra pas le bien. Le nouveau théâtre de verdure du Mont Ngaliema ne produira rien pour le peuple.

 Rodriguez kabala @RodriguezKabala La légitimité est vidée de sa substance par la révision de la constitution en remettant l'élection du Président à un tour au lieu de 2 qui permettait que le Président soit élu avec plus de 50%. Cherchons d'autres arguments pour vivre politiquement.

  Jean-Marc KABUNDA @JeanmarcKabunda Le ciel socio politique de notre pays est très nuageux, la crise de légitimité est là, il est plus que temps de la résoudre. Le plan de sortie de crise est l’unique solution pour nous sortir de ce trou. Le changement aujourd’hui s’appelle Martin Fayulu dixit notre frère !

Image

 Jeune Pato @OnombePaul1960 Un dialogue autour d'un médiateur neutre, oui. Pas des bêtises qui se déroule au palais de la nation. Félix Tshisekedi est entrain de créer une diversion pour avoir un moyen de pression sur le fermier de Kingakati. L'union sacrée ne se fait pas autour d'un individu.

Image

 Justin Bidiaku @JBidiaku Tant que monsieur Felix ne se rendra pas compte de son implication et la conséquence de celle-ci dans l'actuelle crise, ces tralala ne vont rien résoudre.

 Ben Lumbwa @BenLumbwa Je valide le plan de sortie de crise est là avec le président ÉLU PAR DIEU ET PAR LES PEUPLES CONGOLAIS. Mettez ce plan en résolution pour engager la sortie de légitimité dans notre pays.

 Chikito incognito @incognitoch57 La vérité est têtue frérot et le temps est le meilleur allié de cette dernière.Quoi que vous fassiez,que vous ne reculiez ou pas,l’histoire ne retiendra qu’une chose que : Fasthi est un recéleur et un dealeur des élections.Deux ans après ! Rien ne fonctionne.

 Bob Mbemba Basaula @BobMbemba PRÉSIDENT élu, gardez Vtre posit° de fermeté car F. Tshisekedi souhaite avoir les béquilles alors il utilise la CENCO pr vs avoir à son environnement immédiat mais il ne pense pas loin, si pas vs prendre en OTAGE c-à-d prendre l'ensemble de l'opposit° en otage.

 Matondo Jonathan @MatondoJonatha4 C'est une bonne chose le problème qui bloque notre pays a se développer c'est le non respect des choix des électeurs d'où pr le résoudre ça il faut réparé ttes les voies qui ns amène là. 

Le 3 mars 2019, nous écrivions cet article qui reste d'actualité

Trois présidents en RDC: Fayulu (Le Bon), Tshilombo (La Brute) et Alias Kabila (Le Truand) !

Martin Fayulu, Président élu du peuple congolais

C'est un western que nous aimons regarder:"Le Bon, la Brute, le Truand". Le film de Sergio Leone est sorti sur les écrans le 23 décembre 1966. Clint Eastwood interprète Le Bon. Son personnage est désigné par le surnom Blondin. A aucun moment son vrai nom n'est prononcé. Lee Van Cleef interprète le rà´le de La Brute, un mercenaire insensible, n'a pas d'à¢me et sans pitié qui s'appelle dans les versions italienne et française Sentenza, nom devenu dans la version américaine Angel Eyes ("œ’il d'ange"). Eli Wallach interprète le rà´le de Tuco Benedicto Pacifico Juan Maria Ramirez, une créature toute instinctive, un bà¢tard et un vagabond." ! Dans le western, c'est souvent dans un cimetière que l'on retrouve le butin caché et le partage se fait à  coups de revolvers !

En République démocratique du Congo, un western se joue entre trois présidents sur fond de crise de légitimité post-électoral.

1. Martin Fayulu, Le Bon...Président élu du peuple congolais

C'est Martin Fayulu, qui a été élu avec 62% lors de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Il est le véritable président de la République démocratique du Congo. Extrêmement populaire, plus populaire que Mobutu-Tshisekedi réunis et face à  une classe politique des corrompus toxiques, profito-situationnistes, mangeurs à  tous les rà¢teliers, mangercrates, politicailleurs ventriotes...Martin Fayulu sort du lot. Il est simple, constant, intègre et déterminé. Il ne là¢che rien d'où son surnom de "Soldat du peuple". Profondément chrétien, il refuse de faire couler le sang du peuple congolais pour arracher son imperium. Il se bat pacifiquement sans aucune violence !

L'homme le plus populaire de la RDC: Martin Fayulu

Martin Fayulu a catégoriquement refusé de négocier les résultats électoraux avec Hippolyte Kanambe Kazembere Mtwale Alias Joseph Kabila. La légitimité de Martin Fayulu provient du peuple congolais. Cette légitimité est au dessus de la fameuse cour constitutionnelle corrompue et inféodée d'Alias Kabila. La démocratie, c'est le respect des principes ! On ne peut pas crucifier la vérité. Martin Fayulu se bat pour la vérité des urnes. On ne peut pas parler de démocratie, de l'Etat de droit sans vérité des urnes. Pour parler et agir au nom du peuple, il faut avoir la LÉGITIMITÉ. Aucun candidat de l'élection présidentielle n'a eu cette élection sauf Martin Fayulu.

2. Félix Tshilombo, la Brute...pseudo-président nommé

Putschiste, Monsieur 15% est la malédiction pour la République démocratique du Congo. Roublard, fourbe, collabo, traître Félix Tshilombo Bizimungu wa kanambe a bradé le nom de Tshisekedi. L'imposteur et usurpateur, il est le pantin, vassal, marionnette et valet d'Alias Kabila. Illégitime, il a été nommé par ce dernier qui en a fait un petit pseudo-président étiquette et protocolaire. Dans un pays sous occupation, pour mieux piller ses ressources, on choisit soit d'être le Maréchal Pétain, collabo d'Adolphe Hitler, ancien chef du régime collaborationniste et antisémite de Vichy (juillet 1940-aoà»t 1944), ce maréchal condamné à  mort et frappé d`indignité nationale en mars 1945, puis détenu sur l`île d`Yeu ou d'être le Général De Gaulle qui fait le choix de la France Libre grà¢ce à  son appel à  la résistance du 18 juin 1940. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est le Maréchal Pétain Congolais. Le sans neurone, Félix Tshilombo a déjà  oublié les morts entre Lendu et Hema dans l'Ituri, les égorgés de Beni, Butembo, Lubero, les massacres dans les deux Kivu, les viols de nos femmes, mères et filles, le prix Nobel de la paix au Dr. Denis Mukwege est là  pour en témoigner. Tshilombo a déjà  oublié le massacre des adeptes de Bundu dia Kongo dans le Kongo-Central et du pasteur Joseph Mukungubila à  Kinshasa et Lubumbashi, il a oublié les membres de l'UDPS calcinés dans la permanence du parti à  Limeté, il a déjà  oublié le génocide du Kasaï cautionné et non dénoncé par les Kasaïens du régime d'Alias Kabila et les morts dans le rang des chrétiens à  Kinshasa pendant les marches des chrétiens. Avec plus de 12 millions des morts, des crimes de génocide, pillages des ressources...Gourou des Talibans, Fachos, Nazis, Ethnotribalistes et TribaloEthniques qui injurient tout le monde y compris des journalistes étrangers qui remettent en cause son imposture.

Félix Tshilombo a quémandé à  genou le pouvoir chez Alias Kabila

Après s'être agenouillé et pleuré de toutes ses larmes lorsqu'Alias Kabila lui a signifié qu'après mille réflexions, c'est à  lui qu'il a décidé de lui donner le pouvoir, Félix Tshilombo Bizimungu wa kanambe a signé un accord avec celui qui l'a nommé. Dans cet accord, d'après le journal zambien "Zambian Observer" qui a publié une partie de cet odieux accord. Félix Tshilombo s'est engagé de ne pas poursuivre ni Alias Kabila ni aucun apparatchik, baron, Mammouth Joséphiste qui ont dirigé et commis des crimes durant les 19 ans que le Kadogo a été catapulté sur le trà´ne du Congo par la mafia internationale. Or le peuple congolais est allé aux élections pour un dégagisme. Le peuple congolais exige la convocation d'un tribunal équivalent à  celui de Nuremberg pour des crimes sur son sol ! Félix Tshilombo en volant la victoire de Martin Fayulu par un deal honteux fait capoter le rêve et l'espoir du peuple congolais. Culotté, Tshilombo va chercher la légitimité à  l'extérieur du Congo. Il a honte de citer Martin Fayulu, qu'il appelle désormais "Opposant"! Dans ses mensonges éhontés, il a le toupet de déclarer qu'il a été élu alors que ce faussaire est un sujet nommé. La légitimité vient du peuple congolais. Voleur des voix du peuple, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est entré par la petite fenêtre de l'histoire. On s'imagine déjà  comment cette histoire va se terminer. Félix Tshilombo est le masque d'Alias Kabila

3. Alias Kabila, le Truand...le réel Président de la RDC

Victor Hugo:"Les penseurs sont plus utiles que les soldats ; par l'épée on discipline, mais par l'idée on civilise" ! Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe qui prend pour un Rangers Raptor adepte de l'esbroufe, de la tricherie, du mensonge et du vol des voix du peuple congolais risque d'être surpris par celui qui l'a nommé et fait de lui petit pseudo-président. Pousser par ses partisans Félix Tshilombo prend de plus en plus conscience qu'il doit dékabiliser pour devenir crédible même sans légitimité. Or Alias Kabila n'est pas un enfant de chœ“ur, il est un tueur froid ! Taiseux, les dix huit ans passés à  la tête de la RDC, l'homme en est sorti multi-milliardaire et pleins des réseaux mafieux. Sa force avoir récupéré tous les dinosaures Mobutistes et les avoir mués en Mammouths Joséphistes. Les Mobutistes sont prêts pour le pouvoir. Arrivée au Congo en 1997, sans un clou, avec une kalachnikov en bandoulière et des bottes de jardinier, le kadogo a de la bouteille ! En le nommant et signer un accord odieux à  Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, Alias Kabila espérait un gouvernement de coalition FCC-UDPS-CACH. A l'allure où vont les choses, c'est un gouvernement de cohabitation qui va arriver...! La guerre, c'est toujours la confrontation des volontés !

La vieille voiture du Maréchal Mobutu conduite par Alias Kabila pour terroriser Félix Tshilombo

Alias Kabila a quitté le "Pouvoir" sans avoir élucidé l'assassinat de M'zée Laurent-Désiré Kabila. Pendant 18 ans, le procès Eddy Kapend et les présumés assassins de LDK n'a pas abouti. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe devient un habitué de la parjure. Après avoir parjuré sa signature à  Genève, menti au peuple congolais que c'était sa base de l'Udps qui l'avait déconseillé, le faussaire n'a jamais dit à  sa base qu'il a été nommé après un accord avec Alias Kabila. Voler n'est pas bon ! A force de voler on finit toujours par se faire prendre.

sans légitimité, il est difficile, voire impossible de gouverner une République. Félix Tshilombo voleur des voix du peuple congolais croit bà¢tir l'Etat de droit après son vol. La vérité des urnes est l'étape consécutive de l'Etat de droit. Sans vérité des urnes pas de légitimité et pas de démocratie. Félix Tshilombo Bizimungu wa kanambe est illégitime. Il demeure un petit pseudo-président nommé.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 12 novembre 2020

Martin Fayulu, Grand Homme d'Etat avec "Vérité des urnes" et "Plan sortie de crise"!

Martin Fayulu, Grand Homme d'Etat avec "Vérité des urnes" et "Plan sortie de crise"

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Martin Fayulu C.jpg, nov. 2020

Populaire et incontournable, Martin Fayulu Madidi apparaît de plus en plus, comme un Gand Homme d'Etat Congolais, par son amour de la patrie et sa proximité avec le peuple congolais. Victime d'un hold-up électoral, le président élu à 62,8% tout en réclamant la vérité des urnes a proposé un plan de sortie de crise pour le présent et l'avenir du Congo. Tshilombo souffre d'une crise de légitimité ! 

freddy-mulongo-martin-fayulu

Les Congolais qui criaient "Tshilombo aza Muana Mboka ata ayibi élection ya peuple" malgré son hold-up électoral, n'ont que leurs yeux pour pleurer. Eux qui ont encouragé le vol de destin de tout un peuple par un deal, ne savent plus à quel Saint se vouer. Le pays va très mal. Qui soutient Tshilombo soutient par ricochet Alias Kabila qui l'a nommé.  La République démocratique du Congo souffre de plusieurs crises enchevêtrées dont la plus récurrente est la crise de légitimité des dirigeants. Tshilombo, l'imposteur et usurpateur qui trône n'échappe pas à cette tare. Il est président nommé. Tshilombo est bénéficiaire d'une nomination électorale, grâce à son allié et partenaire Alias Kabila, qui l'a choisi et nommé avec ses 15%. Martin Fayulu Madidi 62,8% a vu son élection volée. Pacifique, intègre et patriote, Martin Fayulu Madidi est pour le moment le GRAND HOMME ÉTAT en République démocratique du Congo. Il ne se  bat pour son ventre mais pour son pays et son peuple. Paupérisé et chosifié à dessein, pour mieux le manipuler. 

freddy-mulongo-martin-fayulu-z

Nombreux ont oublié que c'est Martin Fayulu Madidi qui avait proposé un plan de 100 jours, pendant la campagne électorale. MaFa est un ancien Haut-cadre du privé qui a fait ses preuves, avant de faire de la politique. Il ne court pas vers un enrichissement personnel et il n'est pas pauvre.  "J’étais chez Mobil, qui est devenu Exxon Mobil. Je suis rentré au pays et j'ai investi dans le business pour me permettre de vivre décemment et de faire de la politique sans être corrompu, parce que l’intégrité pour moi est une valeur cardinale sur laquelle on ne peut pas transiger","En 100 jours, les choses seront mises en place, on doit décréter une urgence agricole" (...) Lutter contre la faim, c’est la première clé, arrêter la corruption, c’est la seconde la clé. Et l’éducation, la troisième et les infrastructures, la dernière. Ces quatre priorités pour nous, pour lancer le vaste programme "

freddy-mulongo-martin-fayulu-j

Tshilombo allié et partenaire d'Alias Kabila (FCC) n'avait ni vision ni programme. L'Enfarineur Tshilombo avait même fui le débat entre les candidats que réclamait Martin Fayulu.  Voler l'élection et le destin de tout un peuple, cette prouesse n'aura duré que deux ans. Tshilombo et Alias Kabila, qui l'a fait bénéficier d'une nomination électorale se chamaillent. Les Congolais découvrent que l'odieux deal entre Tshilombo et Alias, qui a piétiné la souveraineté du peuple congolais, a été cautionné par trois chef d'Etat africains: Abdel Fattah Sissi de l'Egypte, Uhuru Kenyatta du Kenya et Cyril Ramaphosa de l'Afrique du sud. Quelle humiliation pour un peuple ! 

freddy-mulongo-martin-fayulu-r

La vérité des urnes de Martin Fayulu Madidi est le passage obligé pour que le Congo prenne l'autoroute de la démocratie. Victime d'un hold-up électoral, Martin Fayulu a proposé un plan de sortie de crise, avec des proposition de réformes institutionnelles. Imbu de lui-même, autosuffisant, Tshivube Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba lui avait ri au nez, ironisant et lui recommandant d'aller le déposer à l'Assemblée nationale.  

freddy-mulongo-martin-fayulu-c

De tous les Troubadours, girouettes politiques, politicailleurs, ventriotes-ventripotents qui écument la fameuse classe politique congolaise. Pour le moment, Martin Fayulu Madidi fait la différence et se démarque. Non seulement, il est en pôle position. Il est loin devant, les autres sont dans une carambolage pas possible. Les élections anticipées, proposition de Martin Fayulu est réclamé par le FCC d'Alias Kabila, n'est-ce pas le monde à l'envers ? Aux Etats-Unis, grande puissance et vielle démocratie, a tablé sur le comptage bureau de vote par bureau de vote pour départager Donald Trump-Joe Biden. N'oublions pas que le Sénat américain avait dénoncé la fraude électorale au Congo.

 

© Martin Fayulu

8:38 AM · 9 nov. 2020·Twitter for iPhone

Incontournable et populaire, dans cette crise de légitimité qui colle comme un sparadrap Tshilombo et son allié, partenaire Alias Kabila, qui l'a nommé et fait bénéficier d'une nomination électorale avec un odieux deal, en roulant dans la farine le peuple congolais...Martin Fayulu Madidi est plus qu'un recours. Il est l'homme-Ecce Homo ! Élu avec 62,8% par le peuple congolais à l'élection présidentielle du 30 décembre 2018, Martin Fayulu Madidi s'est vu voler son élection par Tshilombo, Monsieur 15% nommé par Alias Kabila. Masque, rempart, pantin et marionnette durant 2 ans, Tshilombo l'Enfarineur, se réveille toujours dans son costume boutonné d'un fraudeur et tricheur, appelle à l'Union Sacrée contre son allié et partenaire Alias Kabila, avec qui il avait concocté une messe noire contre le peuple congolais. L'union sacrée de Tshilombo ressemble à un carnaval où troubadours, comiques, chroniqueurs thuriféraires, ambassadeurs, filles de Paka Djuma, débauchés de Lamuka, girouettes politiques, politicailleurs ventriotes viennent à la consultation auprès de l'individu problème du Congo: Tshilombo !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 11 novembre 2020

Union sacrée: Tshilombo poignarde Katumbi avec l’agrément de "Ensemble" par Kankonde!

Union sacrée: Tshilombo poignarde Katumbi avec l’agrément de "Ensemble" par Kankonde!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Katumbi 3.jpg, nov. 2020

Faux ami, Tshilombo l'est sans aucun doute pour son bienfaiteur Moïse Katumbi. 48 heures après, sa participation aux consultations Made Tshilombo, Moïse Katumbi ancien Tout puissant Gouverneur du Katanga, reçoit l'agrément de sa plateforme politique "Ensemble". Tshilombo poignarde Katumbi dans le dos. Aux yeux de Congolais, la politique tshilombienne=Donnant Donnant !

freddy-mulongo-katumbi-3Tshilombo qui est allié et partenaire d'Alias Kabila vient de poignarder Moïse Katumbi . L'ancien Tout-Puissant Gouverneur du Katanga est grillé par Tshilombo, son fameux frère,  auprès de la population congolaise pour l'élection présidentielle de 2023. 48 heures après, son arrivée tonitruante et en fanfare à Kinshasa, la capitale, Moïse Katumbi a vu l’agrément de sa plate forme "Ensemble" accordé par le ministre de l'intérieur Udps, Gilbert kankonde. Aux yeux des populations congolaises, cet agrément est un "coop" entre politicards-politicailleurs. Entre Tshilombo et Katumbi, c'est du "donnant-donnant", "gagnant-gagnant" au détriment des aspirations du peuple congolais, chosifié et paupérisé à l'extrême. "Tu viens me soutenir pour mes consultations mascarades de Troubadours, comiques, chroniqueurs thuriféraires et en contre partie, je te donnes ton agrément". C'est catastrophique comme image subliminale que Tshilombo fait passer dans la tête et l'esprit des Congolais. Moïse Katumbi se fait griller pour 2023 par le faussaire et enfarineur Tshilombo, qu'il a pris l'habitude d'appeler son frère. Combien des partis politiques et associations attendent leur agrément du ministère de l'Intérieur ? Il y en a qui ont remplis toutes les conditions mais n'ont été agrées depuis dix ans ? Pourquoi Gilbert Kaknonde s'empresse-t-il d'accorder cet agrément à Moïse Katumbi, 48 heures seulement! L'arrêté du ministre de l'intérieur Udps est un cadeau empoisonné. Le parti Ensemble pour la République de Moïse Katumbi est enregistré officiellement par l’arrêté du ministère de l’Intérieur qui confère aux partis la personnalité juridique, hier mardi 10 novembre 2020.
freddy-mulongo-katumbi-5
freddy-mulongo-katumbi-4Pourtant la fête était belle ! Panneaux publicitaires, plusieurs directs de chaines de télévisions, des Wewas mobilisés, l'Udps qui ne voulait pas de la présence de Moïse Katumbi aux obsèques d'Etienne Tshisekedi se sont mobilisés pour l’accueillir à l'aéroport international de N'djili, foulant aux pieds de gestes barrières, sans masques pour se protéger du Covid-19. Cinq ans après, Moïse Katumbi a foulé encore le sol de la capitale. Les Udpsiens ont même chanté l'hymne de l'Udps pour Moïse Katumbi, qualifiait pas si longtemps de "Zambien-Italien-Israélien". Un revirement à 800° qui a fait sourire tous les analyses politiques non partisans ni thuriféraires. Pour nous à Réveil FM International, seul le Congo et les Congolais comptent. Nous ne sommes derrière aucun acteur politique. Nous soutenons la vérité des urnes du peuple congolais. Un pays se construit pas par des fourberies et roublardises mais par des principes et valeurs républicaines. Il faut respecter le peuple mais surtout sa volonté.
freddy-mulongo-katumbi-1
freddy-mulongo-katumbi-2Tshilombo vient de savonner le chemin de Moïse Katumbi, l'agrément du plate forme "Ensemble" par Gilbert Kankonde, ministre de l'intérieur Udps, devient son boulet. A chaque fois, il devra se justifier pour quoi son parti et pas d'autres ont eu l'agrément si facilement. Les atermoiements, bévues, casseroles et bêtises contre la République de Tshilombo risquent de coller à la peau de Katumbi. Lorsqu'on vise la magistrature suprême, on doit tout analyser. Sans doute, les troubadours et girouettes politiques qui le suivent, n'ont pas vuce coup venir. Tshilombo qui a volé le destin du peuple congolais est entrain d'embrouiller la République. Monsieur 15% n'a pas gagné l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. L'individu est allé nuitamment à Kingakati faire un deal pour bénéficier d'une nomination électorale. Il est le masque pantin-marionnette et rempart d'Alias Kabila. Ce voleur appelle à l'"Union Sacrée. Or cette "Union Sacrée", il devrait le faire lors du hold-up électoral de l'élection de Martin Fayulu élu à 62,8% par le peuple congolais pour barrer la route à Alias Kabila. Tshilombo a préféré volé l'élection de Fayulu et aujourd'hui, il ose appeler à l'"Union Sacrée" ? Tout ça risque de mal finir. 

Tshilombo, l'Enfarineur n'a jamais respecté ni sa parole ni sa signature. Après avoir éliminé Vital Kamerhe son partenaire et directeur de cabinet CACH, de l'élection présidentielle de 2023. Il se tripatouille pour revenir sur l'accord qu'il a signé à Kingakati pour chauffer le fauteuil présidentiel jusqu'en 2023, pour permettre à Alias Kabila, qu'il a nommé de revenir au pouvoir. Voilà par une pichenette, il vient de savonner avec beaucoup de mousses, le chemin de Moïse Katumbi pour l'élection présidentielle de 2023.  

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 1 novembre 2020

Haute trahison: Deal Tshilombo-Alias Kabila, témoins trois chefs d'Etat africains!

Haute trahison: Deal Tshilombo-Alias Kabila a pour témoins trois chefs d'Etat africains!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Faussaire Tshilombo 79.jpg, nov. 2020

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-79

C'est gravissime ! 48 heures avant la proclamation des faux résultats électoraux par Corneille Nangaa, président la CENI, Tshilombo et son allié Alias Kabila ont signé le 8 janvier 2019, un deal intitulé "Accord pour la stabilité et la paix au Congo"! On croit rêver.  La Cour constitutionnelle a validé la fraude électorale. Tshilombo, le fameux fils de Marthe Kasalu Jibikila n'a jamais gagné l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. C'est Martin Fayulu avec plus de 62%, qui a été élu. C'est lui le véritable président élu de la RDC. Le peuple a été bafoué dans sa souveraineté. Un accord sous seing privé a été placé au dessus de la Constitution et de la souveraineté de tout un peuple. C'est la Haute trahison. Tshilombo et son allié Alias Kabila, sont deux brigands politiques, qui ne doivent plus parler au nom du peuple congolais. Ils sont tous les deux: imposteurs et usurpateurs. Ils doivent répondre de la Haute trahison. "Accord de stabilité et la paix au Congo ?" foutaise de quelle stabilité a besoin le Congo ?  De quelle paix ? La République démocratique du Congo n'est en guerre déclarée avec aucun paix du monde. La RDC est victime des agressions et invasions pour mieux piller ses ressources. Des mafieux multinationaux et véreux personnages s'arrangent pour placer à la tête de notre, au grand mépris du peuple congolais, des individus cupides pour mieux piller des ressources du Grand Congo.  

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-46

Le plus gravissime est que cet accord a été cautionné par trois chefs d'Etat africains: Uhuru Kenyanta, président de la République du Kenya, Al Sissi, président de la République arabe d'Egypte et Cyrille Ramaphosa, président de la République sud-africaine. A travers cet accord mafieux entre deux politicailleurs ventriotes, c'est le mépris du peuple congolais et sa souveraineté, qui s'étalent au grand jour.    Ils doivent être poursuivis pour Haute trahison. Les consultations politiques de Tshilombo sont une pantalonnade. L'enfarineur est habitué à enfariner le peuple congolais. 

felix-antoine-tshisekedi-et-abdel-fattah-al-sissi-a-londres-678x381
tshisekedi-et-kenyatta
freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-82

L'Egyptien, Abdel Fattah Al Sissi, qui devrait prendre le bâton de commandement de l'Union africain, le 11 février 2019, après le Rwandais, Paul Kagamé, Hitler Noir, bourreau du peuple congolais, pillard et receleur des ressources de la RDC, a cautionné un accord au détriment de la souveraineté d'un peuple.  

Le Sud-africain, Cyril Ramaphosa a quitté la présidence de la SADC, lors du 38e Sommet ordinaire des Chefs d'État et de gouvernement de la Communauté
de développement de l'Afrique australe (SADC), qui s'est tenu au Centre de conférence de l’hôtel Safari Court, à Windhoek (République de Namibie) les 17 et 18 août 2018. C'est au cours de ce sommet, qu'Alias Kabila aavait déclaré à ses homologues : "Je ne vous dis pas Adieu mais au revoir"! Les Congolais doivent comprendre que depuis le dialogue intercongolais tenu à Sun-City en Afrique du Sud, qui nous a produit un monstre, un gouvernement 1+4=0, l'Afrique se prévaut d'avoir une main mise sur notre devenir politique, il faut couper ce cordon ombilical. C'est de notre souveraineté dont il est question. 

Le Kenyan, Uhuru Kenyatta, qui est le seul chef d'Etat africain à avoir assister à la prestation de serment de Tshilombo, le 24 janvier 2019. Après avoir renié leur signature à Genève, où Martin Fayulu a été élu, comme candidat commun de l'opposition, Tshilombo et Kamerhe avait fait une tournée à Kigali au Rwanda et à Kampala en Ouganda, avant de chuter à Nairobi au Kenya où ils ont crée Cach, le camp pour le changement. 

La question est pourquoi tous ces trois chefs d'Etat africains, qui ne peuvent jamais accepter que la RDC se mêle de leur élection présidentielle, se permettent-ils de se mêler du Congo et fouler aux pieds, la souveraineté du peuple congolais ?

Nous avons affaire à des politicailleurs, ventriotes et ventripotents, qui ne pensent que du pouvoir pour le pouvoir, dont la soif du pouvoir est uniquement d'assouvir des intérêts égoïstes.  Ils se vendent et sont prêts à vendre le destin de tout un peuple pour marcher sur tapis et se faire abusivement appeler "Président". Tshilombo et Alias deux faussaires et fraudeurs, qui ont trahi le peuple congolais. Ils ne méritent ni respects ni considérations. Ils ont volé le destin du peuple congolais avec leur deal. Tout politicailleur, qui soutient la démarche alambiquée des consultations politiques, est un ennemi du peuple congolais. 

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-361
Félix parle en langue © Change in Congo

La République démocratique du Congo a besoin d'une Transition sans Tshilombo ni Alias Kabila. Réformer urgemment la CENI et la Cour constitutionnelle pour des élections libres, démocratiques et transparentes. Proclamer les vrais résultats. Martin Fayulu, président élu, le plus populaire de tous les candidats va retrouver son imperium en les battant tous. Il est le seul légitime. Le peuple congolais n'est plus amnésique. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 24 octobre 2020

Coup de massue de Fayulu contre la théâtralisation politique Tshilombo-Alias Kabila!

Coup de massue de Fayulu contre la théâtralisation politique Tshilombo-Alias Kabila!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Fayulu K.jpg, oct. 2020

Mariage hideux! Mariage incestueux! Mariage contre nature! Des chiffonniers FCC-UDPS se crêpent les chignons en prenant le pays en otage. Martin Fayulu Madidi est le seul acteur politique congolais dont la voix porte. Il est le porte étendard de la situation politique du Congo. Prestation de serment de 3 juges tribaux, l’hymne de l'UDPS en pleine salle du congrès du palais du peuple, raillerie...

freddy-mulongo-fayulu-k

Mariage hideux! Mariage incestueux! Mariage contre nature! Des chiffonniers FCC-UDPS se crêpent les chignons en prenant le pays en otage. Martin Fayulu Madidi est le seul acteur politique congolais dont la voix porte. Il est le porte étendard de la situation politique du Congo. Prestation de serment de 3 juges tribaux, l’hymne de l'UDPS en pleine salle du congrès du palais du peuple, raillerie...

 Martin Fayulu, président Élu, contre le hold-up électoral de Tshilombo, par son deal avec Alias Kabila pour bénéficier d'une nomination électorale. Le mariage hideux, incestueux et contre contre nature FCC-UDPS tend-t-il vers la fin? Le Congo est pris en otage par des bagarres de deux alliés coalisés contre le peuple congolais. Les FCC-UDPS se battent pour leur ventre, pas pour le peuple congolais. C'est le ton du discours de Martin Fayulu. Avec son bilan médiocre de deux ans et ses casseroles retentissantes de l’enrichissement personnel, le fameux fils de Marthe Kasalu Jibikila, Angwalima Tshilombo se bat pour avoir la Cour Constitutionnelle et la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) sous son ventre. Comme ça, il pourra tricher tranquillement en 2023.  C'est ce grand voleur du destin du peuple congolais qui était allé nuitamment négocier un deal pour sa nomination. Le Congo se meurt, menacé par la balkanisation, avec une classe politique la plus corrompue au monde. Quant aux fanatiques lobotomisés et écervelés qui applaudissent faussaires, écervelés et frappeurs patentés, quelle honte ! Transformé la salle de congrès du palais du peuple en stade où au lieu de l'hymne national , on y chante le chant de l'UDPS, est-ce que c'est raisonnable ? Le discours de Martin Fayulu est bien calibré et profond.

© Martin Fayulu
freddy-mulongo-fayulu-discours
MESSAGE DU PRÉSIDENT ÉLU, MARTIN FAYULU, AU PEUPLE CONGOLAIS DU 21 OCTOBRE 2020 © PRESSE MAFA

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 14 mai 2020

RDC: La loi "Momo" Modeste Mutinga, une loi de l'impunité pour Alias Kabila !

RDC: La loi "Momo" Modeste Mutinga, une loi de l'impunité pour Alias Kabila !

Freddy Mulongo, Réveil FM International 

00masoko-1.jpg, mai 2020

Nommé par Alias Kabila comme Rapporteur au Sénat, après son sa présidence calamiteuse de la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM) devenue "Étouffoir des libertés", "Momo" Modeste Mutinga dans ses fourberies et roublardises légendaires à concocter une loi qui porte rendre l'ascenseur à son bienfaiteur. Alias kabila à 680 000 dollars par moi et jouit d'une impunité pénale hors paire.

 

00masoko-1

Nous avons connu "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, habitant à la frontière de la Commune de Ngaba-Makala dans la parcelle familiale. Habitué aux "Mayi Ya Mabulu", vivant dans une crasse qui ne disait pas son nom...Lui qui n'avait rien reçu du Maréchal Mobutu et sous M'zée laurent-Désiré Kabila, Lady Luya du Palmarès n'avait pas hésité de l'enfermer dans le coffre de sa voiture à cause de l'Affaire Casprom...C'est un "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi calculateur qui sniffe sa chance avec Alias Kabila. Un Kadogo venu au Congo en 1997, avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière. Ma résidence à la Gombe était voisine du bureau du facilitateur du dialogue Inter-Congolais: Ketumile Masiré, l'ancien président du Botswana. En tant fondateur de Réveil FM, j'ai eu mon invitation pour le dialogue Intercongolais de Sun -City sans faire la demande. je n'y suis jamais allé. Par contre, je suis parmi les les 5 journalistes ont écrit la lettre de recommandation pour "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi afin qu'il obtienne son invitation. C'était dans le cadre de Fopromédia. 

Une fois nommé président de la Haute Autorité des Médias (HAM), après le dialogue Intercongolais de Sun-City, le premier média à Kinshasa, que "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a suspendu à Kinshasa, c'est Réveil FM 105. 4 Mhz. Au départ j'ai rigolé et par après j'ai compris la dangerosité cet individu au passé sombre, gendarme de Mobutu, un mouton noir dans la presse congolaise qui n'a été qu'un profito-situationniste. Il sait ma réaction et ce que je lui ai fait. 

"Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a muselé des journalistes, bâillonné des médias et opposants lors de l'élection Louis Michel 2006. Il s'est même permis d'annuler un débat démocratique inscrite dans la Constitution de la transition qui devait opposer , deux candidats en lice: Jean-Pierre Bemba et Alias Kabila. 

Nommé Rapporteur au Sénat, le grand requin "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi n'a fait que rendre l'ascenseur à celui qui avait fait de faire de lui quelqu'un. Il roulait carrosse, s'est acheté des villas et a même une station d'essence vers N'sele. 

Votée 6 mois avant les élections de 2018, la  loi  "Momo" Modeste Mutinga est une blanchisserie et prime contre l'impunité pour Alias Kabila. Le barbu de Kingakati bénéficie des émoluments de 680 000 dollars par moi à vie ! Alias Kabila  bénéficie des plusieurs sécurités - pénale - physique et financière qu'aucun autre Congolais n'a bénéficié. Combien coûte la retraite du président Français, Américains, Chinois ? Même la Chancelière Allemande n'arrive pas à cette somme. Alias Kabila a 680 mille dollars par mois et à vie, alors que le Congolais vit avec -1 par jour. 

Les Sénateurs godillots et corrompus comme "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi qui ont voté les articles de loi scélérate n'ont que faire des intérêts du peuple congolais. C'est la première loi à abolir à la "Libération". Chaque Président de la République de la RDC devra répondre de ses actes pendant son mandat.

Que "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi soit devenu le conseiller occulte d'Angwalima Tshilombo par coterie tribale, cela ne nous étonne pas. Mutinga est une girouette qui tourne au gré du vent. Homme des coups bas, il est versatile comme un tourniquet du métro. 

Il est bizarre, souvent ce sont des personnes qui ont galéré dans leurs vies de chien, qui soutiennent des atroces dictatures. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 8 mai 2020

RDC: Évêque Mukuna, incohérences et erreurs face à Alias Kabila!

RDC: Évêque Mukuna, incohérences et erreurs face à Alias Kabila!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Eveque Mukuna.jpg, mai 2020

Une dénonciation n'est pas une plainte ! L'Evêque Mukuna doit rester la souveraineté de la République démocratique du Congo. Comment après avoir déposé sa dénonciation contre Alias Kabila peut-il demander aux Etats-Unis et l'Union Européenne d'appuyer sa démarche. Cela montre qu'il n'est pas un homme libre qui s'engage. Il y a une main blanche derrière. Cela discrédite sa démarche.freddy-mulongo-eveque-mukuna

Une dénonciation des crimes contre Alias Kabila n'est pas une plainte contre lui. Celle-ci est étayée en arguments et preuves. Ce n'est pas avec quatre feuillets, en citant uniquement des noms de disparus que l'on y arrive.

 

freddy-mulongo-mukuna-3
freddy-mulongo-mukuna-1

Son frère Kasaïen, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a tout "Boutiqué" pour Alias Kabila. A la Haute Autorité des Médias (HAM) de 2002-2007, Mutinga a muselé des journalistes et bâillonné des médias et opposants politiques lors de l'élection présidentielle Louis Michel 2006. C'est "Momo" Modeste Mutinga Mutinga qui a annulé le débat démocratique inscrite dans la Constitution de la Transition qui devait opposer  Jean-Pierre Bemba et Alias Kabila, deux candidats en lice. Corrompu jusqu'à la moelle épinière, "Momo" Modeste Mutinga Mutuisahyi a été récompensé en espèces sonnantes et trébuchantes mais aussi il a été nommé Rapporteur au Sénat par Alias Kabila. C'est lui qui a proposé la loi sur les anciens chefs d'Etat, qui donne comme émoluments: 680.000 dollars par mois et à vie à Alias Kabila et lui offre l'immunité à vie.  Dans la loi Mutinga , l'article 7 de la loi 18/021 du 26 juillet 2018 portant statut des anciens Présidents de la République stipule: "Tout ancien Président de la République élu jouit de l'immunité des poursuites pénales pour les actes commis dans l'exercice de ses fonctions".  Alias Kabila comme Angwalima Tshilombo, sont deux acteurs des hold-up électoraux au Congo. Ils n'ont jamais été élu, mais grâce à la loi Mutinga, Alias Kabila bénéficie d'une immunité absolue. L'article 7 de cette loi scélérate est un certificat de décès des crimes commis durant 18 ans par Alias Kabila et son régime sanguinaire, cruel et d'imposture au Congo. La Loi Mutinga qui consacre l'impunité aux dirigeants véreux, sanguinaires et pillards de la RDC, sera ipso facto aboli à la libération du Congo. Les dirigeants ne doivent plus être protégés par des lois scélérates. Ils sont en responsabilités donc  responsables de leurs actes. Si un dirigeant vole et pille, il répondra. Si un dirigeant tue et assassine, il répondra 

 

freddy-mulongo-eveque-mukuna-1

Les incohérences et erreurs de l’Évêque Mukuna dans sa théâtralisation politique : 

1. A Réveil FM International, nous avons librement décidé de ne pas revenir sur la sextape de l’Évêque Mukuna diffusée à travers les réseaux sociaux qui défraie la chronique actuellement au Congo et dans la diaspora. 

2. Pour la majorité de Congolais de la diaspora, l’Évêque Mukuna est un ouvrier de la 26è heure dans le combat pour la libération du Congo. Tous ceux qui soit-disant ont quitté Alias Kabila pour rejoindre l'opposition ou la résistance se sont révélés des infiltrés et traîtres au service de l'imposture. Hier, il a été avec Alias Kabila, il a soutenu son régime sanguinaire, cruel et d'imposture. L'Evêque Mukuna n'a jamais défendu l'Archibishop Kutino Fernando, avec son "Sauvons le Congo".  Le controversé Évêque Mukuna s'en est pris à l'abbé Donatien Shole de la CENCO en défendant le régime d'Alias Kabila. Mukuna a clamé partout que l'Eglise n'a pas à faire de la politique. Lui en fait aujourd'hui. 

Le vrai problème de l’Évêque Mukuna , c'est son inconstance, sa versatilité. En République démocratique du Congo a besoin des hommes et femmes constants et convaincus. Les girouettes politiques et ecclésiastiques n'aident pas le pays. 

3. Comment l'Evêque Mukuna peut-il s'attaquer à Alias Kabila et protéger Angwalima Tshilombo bénéficiaire d'une Nomination Électorale. Tshilombo est allé nuitamment à Kingakati faire un odieux deal avec Alias Kabila  qui l'a nommé. Angwalima Tshilombo n'a jamais été élu par le peuple congolais. Il est le fruit satanique du deal. Que répond l’Évêque Mukuna à ceux qui disent qu'il est le conseiller de Tshilombo et qu'il est payé par lui ? Quelle est la réponse de l’Évêque Mukuna à ceux qui disent qu'il vise d'être nommé à la CENI pour préparer la fraude électorale pour Tshilombo ? L'objectif de Réveil FM International n'est pas d'accabler l’Évêque Mukuna mais de clarifier sa vision.

4. Le comité de l'Eveil Patriotique est rempli des Bena Mpuka ! Jean-Claude Katende, son vice-président est leader de l'Asadho qui a cautionné le putsch électoral de Tshilombo. L'Asadho a fait le mort, lors du deal Alias Kabila et Tshilombo contre le peuple congolais. L'Eveil Patriotique doit être national et non tribal. 

5. L'Evêque Mukuna doit rester la souveraineté de la République démocratique du Congo. Comment après avoir déposé sa dénonciation contre Alias Kabila peut-il demander aux Etats-Unis et l'Union Européenne d'appuyer sa démarche. Cela montre qu'il n'est pas un homme libre qui s'engage. Il y a une main blanche derrière. Cela discrédite sa démarche. A-t-il déjà vu la CPI s'occuper d'un ancien chef de l'Etat à cause d'une dénonciation d'un individu ? Qui sont les conseillers de l’Évêque Mukuna ?

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 4 mai 2020

Angwalimacratie: Tshilombo ressuscite Alias Kabila "Shina Rambo"!

Angwalimacratie: Tshilombo ressuscite Alias Kabila "Shina Rambo"!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Faussaire Tshilombo 260.jpg, mai 2020 

Calamité, catastrophe, désastre, sinistre...Tshilombo depuis sa Nomination Électorale avec ses 15% est tout ça. Le 28 avril dernier, le cortège d'Alias Kabila a été vivement acclamée au niveau de N'Djili à Kinshasa. S'agit-il d'un syndrome de Stockholm ? Oyo peuple ya denge nini ? La réponse est dans le braquage de la République, le népotisme, la mal gouvernance, le tribaliste exacerbé...

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-260

Toloba Toloba Té ! La présidence usurpée de Tshilombo est une calamité pour la République démocratique. Bénéficiaire d'une Nomination Électorale avec ses 15%, sans les voix de nos compatriotes de Beni-Butembo-Yumbi, un an et quatre mois après, les Kinois qui avaient vomi Alias Kabila se mettent à acclamer le cortège du barbu de Kingakati au niveau de N'Djili ?  N'est-ce pas un cuisant échec pour le fameux fils Tshisekedi, qui a volé le destin de tout un peuple et usurpé la place qui ne lui appartient pas ? 

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-46

En un an et quatre mois de sa présidence usurpée on retient:

1. Le braquage de la République: Vital Kamerhe, son allié de Camp pour le changement (Cach) et son directeur de cabinet croupit à la prison de Makala. Le braqueur a pillé 370 millions de dollars à la République. Son procès s'ouvre le 11 mai prochain. Le directeur de cabinet de prison veut un procès publique retransmis en direct sur la Radio Télévision Nationale Congolaise (RTNC). Mieux, Vital Kamerhe, le faiseur de Roi, a dit à ses avocats, qu'il ne parlerai pas sans la président de Tshilombo. Puisqu'en tant que Directeur de cabinet, il n'a pas agit seul. Tous les courriers pour sortir de l'argent ont été  écrits au nom du président de la République. Il n'a rien écrit en son  nom personnel. En bon stratège, Kamerhe veut Tshilombo à la barre avec lui. Le procès de Vital Kamerhe, c'est paroles contre paroles avec preuves à l'appui.

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-142

 2. La mauvaise gouvernance et gabegie financière: Le checkuleur de Bruxelles n'agit qu'en "Coop", "Rétro-commissions", "Magouilles". Depuis sa Nomination Électorale, Tshilombo est un petit président qui n'a aucune vision politique. Il apparaît comme un profito-situationniste qui n'avait qu'un seul objectif mettre la main sur la caisse de l'Etat pour compenser ses années de galère en Belgique, de Checkuleur et Mutu Ya Ba "Coop" ! Tshilombo qui n'avait jamais voyagé, une fois nommé, en a profité pour jouer au Magellan voyageant à tous vents. Pour quels résultats ? Nul ! La diplomatie tshilombienne consiste à faire allégeance aux ennemis du Congo, au risque de la Haute-Trahison. 85 millions pour des voyages bidon. Nous apprenons que les 180 millions pour la construction du nouvel palais présidentiel à Kinshasa s'est volatilisé. Le régime Tshilombo est un ramassis des Kuluna, checkuleurs et bandits qui ont échoué partout ailleurs et ils ont entrain de couler la République. Que fait la famille Tshilombo dans le carré minier dans le Katanga ? 

freddy-mulongo-kamerhe-8

3. Le Népotisme outrancière: Tshilombo est le plus grand "Tribaliste" du Congo. Ce tribaliste décomplexé sape le fondement de notre République. Il foule aux pieds  tout ce qui a construit pour sauvegarder notre Etat-Nation. Il a 192 conseillers tribaux, tous des Kasaïens Bena Mpuka. Il ne s'offusque même pas. Ses talibans criaillent "C'est notre tour" ! Comme dans la République, il y avait un tour pour chacun et chaque tribu. Nommer son oncle paternel Mgr. Gérard Mulumba -décédé du Covid 19-à la Maison Civile, n'a posé une question de conscience pour l'ancien pizzaïolo et habitué des Mingonzo à Bruxelles. Ses conseillers qui meurent un à un, ils tombent comme des mouches à sa présidence usurpée, sont tous des Baluba-Kasaïens ! 

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-38

Pantin-Marionnette qui ne décide rien, Tshilombo par sa cupidité fait revenir Alias Kabila en scelle. Jamais nous aurons pensé vivre ça. Alias Kabila n'est jamais parti. Il est le Chef de l'Etat et Tshilombo est un pseudo-président république.

No comment : Le cortège du sénateur Joseph kabila sous applaudissements à Kinshasa le 28 Avril 2020 © Raïs Info du Monde 24

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 30 avril 2020

Tshilombocratie: Après Paul Kagamé, c'est Alias Kabila choucouté par des Kinois!

Tshilombocratie: Après Paul Kagamé, c'est Alias Kabila choucouté par des Kinois!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Oyo Peuple Ya Denge Nini ? Après avoir acclamé Paul Kagamé, bourreau du peuple congolais, au stade des Martyrs, à Kinshasa, voilà que les Kinois récidivent en ovationnant Alias Kabila vers N'djili. C'est le monde à l'envers. Voilà ce que Tshilombo avec son odieux deal apporte au peuple congolais.

Freddy Mulongo-Alias JoKa 8.jpg, avr. 2020

freddy-mulongo-alias-joka-6

Jamais on avait pensé vivre ça de nos yeux ! Alias Kabila ovationné par des Kinois ! Tout ça la faute à Tshilombo, pour son ventre, en foireux politicailleur, est allé nuitamment pour négocier sa nomination électorale. Monsieur 15% a été finalement proclamé président.  Et c'est le même Tshilombo qui avait fait applaudi , Paul Kagame, bourreau du peuple congolais, au stade des Martyrs à Kinshasa. 

© epolengha

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 23 avril 2020

RDC: Tshilombo "président Nommé" a reçu Alias kabila, Chef de l'Etat!

RDC: Tshilombo "président Nommé" a reçu Alias kabila, Chef de l'Etat!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

A N'sele, durant quatre heures, un tête-à-tête entre Tshilombo, président nommé et Alias Kabila, Chef de l'Etat. Le barbu de Kingakati a intimé l'ordre à sa marionnette de libérer Vital Kamerhe, au risque voir leur coalition vaciller. Kamerhe doit sortir comme malade, avant de et de s'envoler en Afrique du Sud pour repos. Tshilombo doit peser de tout son poids contre des juges justiciers.

Freddy Mulongo-Alias JoKa 4.jpg, avr. 2020

 

En France, François Hollande est parti de puis 2007, c'est Emmanuel Macron qui est Président de la République. Il dirige la France. Sa politique est passé aux peignes fins: oppositions, syndicats, journalistes, société civile...Macron reçoit-il les ordres de François Hollande,  tous les quatre matins, pour diriger la France ? C'est Emmanuel Macron qui est comptable devant le peuple Français. Que cela marche ou non. Et les Français n'ont pas une mémoire courte. Ils ont le pouvoir: le bulletin de vote !

Freddy Mulongo-Alias JoKa 3.jpg, avr. 2020

En République démocratique du Congo, Tshilombo n'est qu'un "petit président nommé" puisqu'il est bénéficiaire d'une nomination électorale.  Monsieur 15% n'a jamais gagné l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Il a fait un deal. 

Le mardi, 21 avril 2020, dans l'après-midi, à N'sele dans la périphérie de la capitale Kinshasa, Tshilombo "petit président nommé" a reçu en audience, en tête à tête, durant quatre heures, Alias Kabila, Chef de l'Etat. Ce dernier qui est venu rencontrer, l'homme avec qui il a fait un odieux deal contre le peuple congolais, n'est allé sur le dos de la cuillère. Selon certaines indiscrétions le dossier vital Kamerhe a été le seul point à l’ordre du jour. Tshilombo, le nommé,  doit peser de tout son poids pour faire pression sur la justice  et relâcher Vital Kamerhe. Le président nommé doit atténuer les  ardeurs des magistrats et juges justiciers sur l'emprisonnement de Vital Kamerhe, son directeur de cabinet et allié. La coalition CACH -FCC  et le gouvernement risquent d'être fragilisés et mis en cause, étant donné que plusieurs membres de leurs bandes de vautours et apparatchiks sont directement concernés.

Vital Kamerhe doit vite se retrouver dehors. Il doit quitter rapidement la prison de Makala. Tshilombo doit faire pressions sur des juges devenus justiciers, qui doivent relâcher Kamerhe. La raison de santé doit être mis en avant. Et une fois sorti de Makala, Kamerhe irait en soins en Afrique du Sud, pour se refaire la santé. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 25 janvier 2020

RDC: Toussaint Tshilombo Senda, fossoyeur de la République, raconte Lumumba !

Toussaint Tshilombo Senda, fossoyeur de la République et prédateur de la liberté de la presse

En République démocratique du Congo, porter le nom de "Tshilombo" n'est pas une sinécure. Ce nom est extrêmement négative et populaire. Pour la majorité de Congolais "Tshilombo" rime avec fourberies et roublardises surtout en politique. Et C'est Toussaint Tshilombo Senda, alors ministre de l'information, d'Alias Kabila, dans le gouvernement Gizenga qui ferma Réveil FM, la première radio associative et communautaire de Kinshasa, en aoà»t 2007. Exigeant la présence physique de Freddy Mulongo, fondateur de la station de radio. Fossoyeur de la République et prédateur de la liberté de la presse, l`éphémère ministre de l'information, nommé pour accomplir une tà¢che spécifique, puis viré, Toussaint Tshilombo Senda est un apparatchik et Mammouth Joséphiste qui est demeuré dans les sérails du régime d'imposture et d'occupation.

En bon parvenu et arriviste, Toussaint Tshilombo Senda, après avoir servi un régime le plus atroce, il s'est reconverti en guide touristique racontant: "La vie et mort de patrice Emery Lumumba". Pardieu, sans fonction, Tshilombo Senda devient un Lumumbiste ? Il montre l'avion qui avait amené Lumumba, Okito et Mpolo à  Lubumbashi, leurs trois tombes...il parle du dernier chef coutumier du village où ils sont enterrés...Sur son compte twitter, le nouveau reporter touristique repu, Toussaint Tshilombo Senda raconte les périphéries de l'homme qui aura marqué de manière indélébile l'histoire du Congo. Patrice Emery Lumumba, premier Premier ministre du Congo est héros national. L'homme avait des convictions politiques différentes et opposées au pavaneur de Tshilombo: opportuniste, politicailleur, ventriote et Libumucrate. Un vrai profito-situationniste !

"Elle ne cherche pas à  s`acheter les bijoux et autres artifices. Achetons auprès de ces femmes qui ne cherchent qu`à  nourrir leurs familles". C'est de la tromperie compassionnelle. Rien qu'avec l'argent du sang de congolais et pillages qu'à  amasser Toussaint Tshilombo au cours de 18 ans du régime d'Alias Kabila, il peut payer tous ses fruits que vende cette maman congolaise, paupérisée et victime de la pauvreté orchestrée par le régime soutenu par les dignitaires Joséphistes dont TTS !

Parler de Lumumba sans avoir une once de son courage, de manière tardive et intéressée, qu'est-ce qui se cache dans la démarche de celui qui a soutenu la dictature joséphiste toute sa vie ? à€ tous les charlots comme Toussaint Tshilombo Senda qui prennent les Congolais pour des idiots, qui malgré leurs crimes pensent continuer à  régner sur les Congolais sans légitimité et en toute impunité, doivent savoir que la recréation a assez duré. L'heure est aux patriotes, pas aux Mabumucrates écervelés comme Toussaint Tshilombo Senda !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 21 janvier 2020

RDC: Tshilombo, le grand charlatan de la fourberie, fanfaronnade et esbroufe !

Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" est le plus grand tribaliste et divisionniste que la République démocratique du Congo n'ait jamais connu. Ni Joseph Kasa-Vubu ni Mobutu Sese Seko ni M'Zée Laurent-Désiré Kabila n'ont jamais monté les Congolais les uns contre les autres. Aucun de ses prédécesseurs n'a jamais insulté ses compatriotes publiquement. Depuis que le fameux et cupide fils Tshisekedi a fait un odieux deal avec Alias Kabila, contre le peuple congolais, Tshilombo est dans une logique de "Kosa-Leka" ! Le 19 septembre 2019, à  Bruxelles, devant les caméras de TV5 Monde, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" sans rire, a déclaré devant les journalistes qui l'interviewé qu'à  Kikwit dans le Bandundu, des Luba-Kasaîens étaient tués parce que lui était élu. C'est ce jour que nous avons pris conscience que nous avons un menteur professionnel et mythomane placé à  la tête du pays. Il n'ya jamais eu des massacres de kasaïens à  Kikwit à  cause du hold-up électoral de Tshilombo, masque-bouclier d'Alias Kabila et pantin-marionnette de paul kagamé, Hitler noir et bourreau du peuple congolais.

Mabundi-Matama se croit tout permis. Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" a pris la mauvaise habitude d'injurier publiquement des compatriotes qui ne sont pas d'accord avec son deal et sa présidence usrpée. L'amateur de Tshibelabela n'est ni rassembleur ni fédérateur. Le gourou des Talibans, Bena Mpuka et Tribalo ethniques fonctionne par clivages. Tshilombo est un politicailleur-ventriote clivant! Maintenant qu'à  Londres, le dimanche 19 janvier, les Luba-Kasaïens dans la salle l'ont hué et désavoué, Tshilombo a réussi à  cliver son propre clan, ses courtisans et affidés. Or même nommé, sans légitimité, le rà´le d'un président est d'unir le peuple et non de diviser.

Même le Maréchal Mobutu, dictateur n'a jamais diviser son peuple. Avec lui, un Mukongo a appris à  manger le kankotwé du Katanga, un Mongo a épousé une kikwitoise, une Luba du Kasaï est allé vivre à  Oïcha dans le Nord-Est du Congo...Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" commence à  payer des congolais pour venir l'écouter lors de ses déplacements à  l'étranger. Il exige que l'on porte des T-Shirt et pagne à  son effigie. On croit rêver. Le petit bonhomme de Tshilombo n'aura appris de Mobutu que de la propagande du MPR-Parti-Etat ? Dire que le fils Tshisekedi a vécu 30 ans en Belgique, une `` Monarchie constitutionnelle parlementaire héréditaire" . Donc Tshilombo en Belgique n'est jamais allé dans un meeting d'un parti politique ? Il ne sait même pas comment fonctionne ce pays ?

Fiéffé menteur, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" passe son temps à  faire des promesses irréalisables, à  parler comme s'il a été élu alors qu'il n'est qu'un imposteur-usurpateur, à  s'allier avec les ennemis du Congo, ceux qui font qu'on a 12 millions de morts Congolais, 5 millions de femmes Congolaises violées, qui pillent nos ressources et recèlent nos richesses. Pourquoi Tshilombo a-t-il volé l'élection de Martin Mayulu, le président élu ? Est-ce que c'est pour étaler à  la face du monde, que la République démocratique du Congo a comme président un pantin et marionnette, qui n'a aucun pouvoir, ne décide et ne contrà´le rien ?

Ce n'est pas à  un président de dire qu'il attend des critiques constructives ! Lorsqu'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" est allé nuitamment, aux heures de Nicodème, faire son deal avec Alias Kabila à  Kingakati, alors que le peuple congolais a massivement voté Martin Fayulu, à  qui a-t-il demandé conseil ? Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" est un voleur du destin du peuple congolais. Il a usé de fourberie et roublardise. Monsieur 15% n'a jamais été élu. Par deal, Tshilombo a été catapulté sur le trà´ne du Congo. Il ne mérite ni respects ni considérations. Une critique est une critique point barre ! A quoi servent les 720 conseillers tribaux Bena Mpuka qui œ“uvrent à  sa présidence usurpée ?

Nous savions qu'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" était un infiltré au sein de l'opposition pour le compte du régime d'imposture d'Alias Kabila. Les rencontres Udps-RégimeAlias Kabila à  Ibiza, Venise, Paris, Bruxelles, Kinshasa ne sont un secret pour personne. Nous savions aussi que c'est moïse Katumbi qui avait tout payé pour que l'interdiction de séjours de Tshilombo aux Etats-Unis soit levé. C'est Moïse Katumbi qui a financé le premier congrès de l'udps, où Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" fut élu président comme à  la Douma. Ce que nous ignorions, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" a poingnardé Katumbi dans le dos. Il a soutenu, contribué et empêché pour que la candidature de Moïse Katumbi à  l'élection présidentielle de 2018 ne soit jamais déposé à  la CENI. Nous comprenons beaucoup mieux, l'acharnement que Tshilombo a usé et abusé contre Salomon Della Kalonda, le conseiller principal de Moïse Katumbi pour recouvrer son passeport congolais, alors même que toute la famille Tshisekedi a la nationalité belge y compris sa mère Marthe Kasalu Mukaji Wa Mulufwila ! Moïse katumbi, c'est mon frère ! C'était donc du grand bluff de la part de Tshilombo !

Cette lettre de traîtrise d'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" à  l'égard de Moîse katumbi est très grave et montre la noirceur de l'à¢me du grand voleur du destin du peuple congolais. Il est faux et a tout faux !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 8 janvier 2020

RDC: Qui est derrière Ne Muanda Nsemi, l'autoproclamé "Président" ?

Floribert Chebeya, l'icône des droits de l'homme au Congo fut assassiné par le régime Alias Kabila à  cause du dossier Bundu Dia Kongo, cela fait 10 ans ! En aucun jour, Ne Muanda Nsemi n'a jamais levé sa voix pour réclamer justice pour Chebeya !

Lorsqu'il fut député, Ne Muanda Nsemi n'a pas eu honte de demander le partage de pouvoir avec Alias Kabila. C'est parce qu'il a été enfariné par le barbu de Kingakati qu' il est entré en rébellion avec ses Ndika !

Son évasion spectaculaire de la prison de Makala et sa disparition nécessitent des questions: Qui l'ont aidé à  s'évader ? Où était-il caché ? Bizarrement, il n'a refait surface, sans avoir participé aux élections frauduleuses organisées par Corneille Nangaa du 30 décembre 2018, qu'auprès de Joseph Olengankoy après la Nomination Électorale d'Angwalima Tshilombo " Tshintuntu" masque et bouclier d'Alias Kabila.

Voilà  que Ne Muanda Nsemi sort de son silence imposé et s'autoproclame Président de la République Fédérale du Congo.

Le Grand prophète papa Simon Kimbangu a été un homme de paix. Et son message rassemble tous les Congolais et Africains.

Ne Muanda Nsemi s'autoproclame Président avec une épée à  la main ! L'ex-député évadé de Makala est un chiffon rouge que brandit le barbu de Kingakati qui est derrière ce cirque. Pour faire peur à  qui ? A Angwalima Tshilombo "Tshintuntu", voleur du destin du peuple congolais pour son ventre et ses Bena Mpuka-Talibans-Tribalo-Ethniques.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

- page 1 de 2