Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Alias kabila

Fil des billets Fil des commentaires

mardi 17 mars 2020

Suisse: Positif au Covid-19 à son retour à Kinshasa, Jean-Pierre Kambila, l'ex-conseiller d'Alias Kabila, sa résidence à Lausanne et sa boutique exotique visitées par la police helvète !

Suisse: Positif au Covid-19 à son retour à Kinshasa, Jean-Pierre Kambila, l'ex-conseiller d'Alias Kabila, sa résidence à Lausanne et sa boutique exotique visitées par la police suisse

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Jean Pierre Kambila 4.jpg, mar. 2020

Né le 22 juillet 1950, Jean-Pierre Kambila kankwende wa Mpunga a 70 ans. Il est donc candidat à risque au Covid-19.

Mais Jean-Pierre Kambila Kankwende wa Mpunga n'est pas n'importe qui! Il est ancien Directeur de cabinet adjoint à la présidence de la république, sous Alias Kabila, l'homme de Kingakati et son régime d'imposture.

Il fait partie de la vague avec She Okitundu, Eddy Mabengi Angulu, Ghislain Demofike Kenda, José (dit-Mi-José) Mutombo Kadi et d'autres politicailleurs ventriotes qui en 1996 ont quitté la Suisse pour rejoindre l'AFDL, avant d'adhérer au PPRD, et à travers le PPRD au FCC d'Alias Joseph Kabila. Tous ces anciens de Suisse ont oublié que le pays de Guillaume Tell était démocratique.

Freddy Mulongo-Jean Pierre Kambila 1.jpg, mar. 2020

Jean-Pierre Kambila Kankwende wa Mpunga est parmi les 4 compatriotes qui ont le Coronavirus. Il a quitté Lausanne, où il s'était déjà acheté une résidence pour Kinshasa le 15 mars 2020 en transitant par Brazzaville.

Depuis que la Suisse a appris la nouvelle de la positivité de Jean Pierre Kambila Kankwende wa Mpunga au Coronavirus, sa résidence a été visitée à Lausanne par la police suisse et les services sanitaires, y compris la boutique exotique que gère son épouse à Genève, ironie du sort qui se trouve sur l'avenue Lausanne !

Freddy Mulongo-Jean Pierre Kambila 2.jpg, mar. 2020

Cadre du FCC, apparatchik Joséphiste, Jean Pierre Kambila Kankwende wa Mpunga est l'un des nombreux "Ambassadeurs" nommés, sur proposition de Léonard She Okitundu, par Alias Kabila, le 28 décembre 2018, soit le deux jours avant l'élection présidentielle.

Très actif sur twitter, Kambila est parmi ceux qui soutiennent la Nomination Électorale d'Angwalima Tshilombo et le maintien de l'alliance contre nature FCC-CACH !

Lire la suite...

mercredi 4 mars 2020

Martin Fayulu, le Président Élu en transit à Paris avant les États-Unis !

Martin Fayulu, le Président Élu en transit à Paris avant les États-Unis !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Martin Fayulu.jpg, mar. 2020

Le Président Élu, Martin Fayulu est à Paris. L'homme le plus populaire de la République démocratique du Congo, Martin Fayulu est de passage à Paris avant de s'envoler pour les États-Unis. Président Élu avec 62,8 %, Martin Fayulu est en pèlerinage pour la " Vérité des urnes", passage obligé pour l'instauration de la démocratie et la paix en RDC.

Freddy Mulongo-Martin Fayulu 1.jpg, mar. 2020

Un an et deux mois après son putch électoral par deal et Nomination Électorale, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" peine à convaincre. Tshilombo, ses checkuleurs-frappeurs et sa famille ne sont que des pillards. Ils ont saigné la République. Avec Angwalima Tshilombo, c'est Ali Baba et les 400 voleurs Bena Mpuka !

La Conférence Épiscopale Nationale du Congo (CENCO) dans son synode a reconnu que le pouvoir sous seing privé Tshilombo-Alias Kabila est un pouvoir occulte.

Après l'élection Louis Michel 2006 où Jean-Pierre Bemba à été écarté au profit d'Alias Kabila, celle de novembre 2011 où Étienne Tshisekedi gagnant n'a jamais eu l'imprerium, nous voilà avec Martin Fayulu, président élu avec l'élection présidentielle du 30 décembre 2018, sa présidence est usurpée par Angwalima Tshilombo, l'homme de deal et cérémonie satanique nocturne avec Alias Kabila.

Martin Fayulu est le Président Élu du Congo. Il est incontournable, sa voix compte. La vérité demeure la vérité. Elle est immuable et éternelle.

Les générations précédentes et futures liront qu'Angwalima Tshilombo a volé le destin de tout un peuple pour assouvir ses intérêts personnels et égoïstes. L'incapacitaire s'est fait le chien couchant des Rwandais. Garçon de course, pantin et marionnette de Paul Kagame, Hitler Noir et bourreau du peuple congolais. Plus Collabo et Traître que Tshilombo tu meurs.

Martin Fayulu, le Président Élu s'est rendu à Beni pour comprendre ce qui s'y passe. Nos compatriotes de Béni, Butembo et Yumbi ont été privé de leur droit le plus élémentaire en tant que Congolais : Le droit de vote.

Aujourd'hui, c'est comme si il n'y a jamais eu d'élection le 30 décembre 2018: Le site de la CENI est vide. Pas de résultats bureau de vote par bureau de vote, aucun chiffre et aucune trace.

Acquiescer le hold-up électoral contre l'élection de Martin Fayulu, c'est accepter le risque d'un  boycott de toutes les élections "Boutiquées du Futur"!

Le vrai Président Élu de la RDC, c'est Martin Fayulu !

Lire la suite...

jeudi 27 février 2020

RDC: Pasteur Daniel Ngoyi Mulunda et Evêque Pascal Mukuna ne prenez pas en otage des Katangais et Kasaïens dans votre bataille des chiffonniers !

RDC: Pasteur Daniel Ngoyi Mulunda et Evêque Pascal Mukuna ne prenez pas en otage des Katangais et Kasaïens dans votre bataille des chiffonniers !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Mulunda 1.jpg, fév. 2020

Ce tweet de pasteur Daniel Ngoyi Mulunda m'a bouleversé. Si le compte est faux, il faut tout de suite le dénoncer. Mais s'il est vrai, c'est extrêmement grave.

Past. Mulunda-Nyanga
@PasteurMulunda
·
25 févr.
J’avertis Mukuna que s’il ose me toucher directement ou indirectement, il va compromettre la cohabitation entre Kasaiens et Katangais d’une part et entre les baluba du Kasai et du Katanga de l’autre. Ce feu va brûler nombreux. Katangais ouvrez les oreilles !

Quelles sont les leçons tirées de la chasse des Kasaïens au Katanga en 1992 sous la dictature de Mobutu ? Pourquoi vouloir refaire ce qui n'a jamais marché ? Pourquoi diviser un peuple qui est censé avoir un ancêtre commun: Ilunga Mbidi ? Ce sont les petits peuples qui subissent des décisions alambiquées prisent par des politiques inconscients.

Freddy Mulongo-Pascal Mukuna.jpg, fév. 2020

En Suisse, un grand Collabo et traître de la diaspora congolaise me traîne en justice. Bafwa Lwakale Mubengay, kasaïen, tribalo-ethnique patenté argue que je suis parmi les Katangais qui ont chassé les kasaîens au Katanga. Le Zobacrate le fait par haine, vengeance et par cupidité. Il a le même le culot de me réclamer 1 million de franc suisse parce que je suis journaliste katangais. Ce n'est pas Gabriel Kyungu wa Kumwanza, le fameux gouverneur de Mobutu et ami d'Angwalima Tshilombo, imposteur-usurpateur et voleur de destin de tout un peuple, qui l'a enfariné avec un une nomination bidon, qui est visé, mais moi, un Katangais qui n'a jamais occupé aucun poste politique au pays qui doit payer les erreurs des autres.

Le pasteur Daniel Ngoy Mulunda doit avoir honte de débiter les incongruités pareilles. Ancien président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), dans sa conscience devant Dieu et devant le miroir de l'histoire, Daniel Ngoy Mulunda doit dire la vérité des urnes de l'élection 2011. Qui a gagné ? C'est Etienne Tshisekedi wa Mulumba qui avait gagné mais lui a proclamé Alias Kabila !
Il a affirmé qu'il ne se reprochait de rien et qu'il écrivait un livre: "Les élections chaotiques de 2011, la vérité de Daniel Ngoy Mulunda" ! Avoir contribué au chaos dans un pays et ne se reprocher rien, quel toupet ?

Aucun Katangais ne vous délègue pour parler en son nom contre l’évêque Mukuna ou contre les kasaîens.

Après avoir soutenu le régime d'imposture d'Alias Kabila dans son imposture, soutenu Emmanuel Shadary, le faux dauphin du barbu de Kingakati, car le vrai dauphin était Angwalima Tshilombo, voilà que l'évêque Pascal Mukuna revient à la raison, demande pardon à la diaspora congolaise qui était en avance des informations d'après lui.

L'évêque Pascal Mukuna a lui au moins reconnu dans une repentance publique, le travail des Congolais de l'étranger, pour sauver le Congo, ce que le pasteur Daniel Ngoy Mulunda n'a jamais fait: reconnaître que lui s'était trompé.

Des vraies questions demeurent dans la démarche de l'évêque Pascal Mukuna: Comment peut-il dénoncer Alias Kabila, le père de la démocratie d'après Angwalima Tshilombo et ignorer qu'il est son partenaire et c'est Alias Kabila qui l'a nommé puisqu'il y a eu deal ? Angwalima Tshilombo, Monsieur 15%, n'a jamais gagné l'élection présidentielle de décembre 2018. On ne combat pas le mensonge avec des demi-vérités. Soutenir Tshilombo, c'est soutenir Alias Kabila ! Tshilombo est son masque, bouclier.

L'évêque Mukuna est président Citoyens pour l'éveil patriotique (CEP), son second Jean-Claude katende est kasaïen comme lui, cela ne pose aucun problème à ces deux tribalo-ethniques. Est-ce que l'éveil patriotique est uniquement une affaire des Baluba au Congo ? Il n'y a pas d'autres Congolais compétents et éveillés qui sont censés faire partie de l'équipe ?

Le pasteur Daniel Ngoy Mulunda a son parti politique "Espace démocratique pour la bonne gouvernance" (EDG), à mourir de rire ! Membre fondateur du Parti du peuple pour la reconstruction et la démocratie (PPRD), il a fait campagne pour Alias Kabila en 2006, se présentant comme son conseiller spirituel. Très vite cependant, il se détachera du PPRD pour se consacrer à son ONG, le Programme œcuménique de paix, transformation des conflits et réconciliation (Parec).

Controversée, cette ONG lance en 2005 un premier programme de récupération des armes dans le Nord-­Katanga. Elle offre alors des vélos et reçoit en échange environ 10 000 armes et matériels militaires divers. Mulunda récidive en 2009 à Kinshasa et, cette fois, c’est 100 dollars pour un fusil. Il revendique la récupération de 12 000 armes. L’opération suivante est lancée dans l’Est de la RDC en 2010, avec une récompense de 50 dollars. Où le pasteur Daniel Ngoy Mulunda trouve-t-il cet argent ?

D’abord dans la poche du ­président Kabila, qui lui a octroyé un don de 100 000 dollars. Les opérations du Parec, qui se déroulent en marge du programme national de désarmement, sont très médiatisées et suscitent de nombreuses critiques. Des soupçons pèsent sur les trafics qui permettraient à des militaires de vendre leurs armes contre 100 dollars puis de les récupérer ensuite.

Bref, l'évêque Pascal Mukuna et le pasteur Daniel Ngoyi Mukuna ne doivent pas prendre en otage Kasaïens et Katangais dans leur bataille des chiffonniers.

Les Congolais ont besoin des leaders réveillés, qui aiment le Congo et tous les Congolais, qui montrent le cap, qui ne sont ni tribalistes ni versatiles. Les éveilleurs de la 28è heure ne doivent pas penser effacer les efforts des éveilleurs de la 1ère heure qui continuent à s'époumoner sur l'instauration de la vraie démocratie au Congo.

L'évêque Pascal Mukuna doit clarifier sa position sur Tshilombo et être cohérent ! Quant au pasteur Daniel Ngoy Mulunda, il est grillé à vie...pas encore en enfer ! 

Lire la suite...

lundi 12 mars 2018

10 Questions à  Kutino Fernando, Archbishop et initiateur de "Sauvons le Congo"

Kinshasa, 2006, Archbishop Kutino Fernando

Destin brisé ? Non, tant que l'on vit, il y a de l'espoir. Avec son église "Mission Mondiale Message de vie", le pasteur Kutino Fernando était l'un des pasteurs en vue, sous la deuxième République de Mobutu Sese Seko. Avec le gouvernement 1+4=0, issu du dialogue intercongolais de Sun-City, où des seigneurs de guerre, criminels et bandits de grand chemin ont été brassés pour travailler ensemble. Dans l'histoire de la République démocratique du Congo a été une blanchisserie politique, l'impunité fut la règle. Étiqueté proche de Jean-Pierre Bemba, l'un des quatre vice-président de la Transition, à  peine de retour d`exil, l'Archibshop Kutino Fernando, le fondateur de l`Eglise l` ``Armée de victoire» a été arrêté et embarqué manu militari, le dimanche 14 mai 2006, par des barbouzes et sbires d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwalela au siège de son église, dans la commune de Kasa-Vubu.

Kutino Fernando revenait du stade Tata Raphaël où il avait prêché devant ses fidèles, venus nombreux l`écouter. Il a été accusé de détention illégale d`armes et des propos incitant à  la haine, pour avoir expliqué son mouvement "Sauvons le Congo"considéré comme une formation politique recrutant pour le compte du Mouvement de libération du Congo (MLC). L'Archbishop Kutino Fernando a été victime de son patriotisme, d'un complot et d'une cabale ourdis par le régime d'imposture, d'occupation et de prédation d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere et sa bande mafieuse des Joséphistes, en mal de légitimité et de légalité. Il a été abusivement condamné à  dix ans de prison. Bien que pasteur et civil, Kutino Fernando a été jugé par la Cour d'Ordre Militaire (COM) et par la Haute Cour Militaire (HCM).

Kinshasa, Jeudi 2 octobre 2008, la Cour d'Ordre Militaire (COM): Francis Lukeso Luembi, inspecteur de police et juge assesseur, Déa Kanyinda Beya, pilote, Lieutenant-Colonel et juge assesseur, Martin Kalala Kapuku, Lieutenant-Colonel et juge-président de la Cour d'Ordre Militaire de la Gombé, René Nsendula Kutumba, major et Jacques Bonyoma, Capitaine de Brigade et juge assesseur avec la présence aux débats l`Officier du ministère public représenté par le Major Magistrat Cyprien Muwawu, avocat général et la Major Lukunku Betenke greffière principale.

Kinshasa, 2008, la Haute Cour Militaire (HCM): Colonel Kalombo, le Général Bivegete, juge-président et le Colonel Buduga.

Un tableau comparatif dressé entre l'accusation et les preuves apportées à  l'appui de celle-ci, démontrerait le caractère fantaisiste de la partie demanderesse. Certains ont même parlé de procès téméraire et vexatoire, au vue de la complaisance de la plainte !

Les éléments à  l'appui des affirmations farfelues sont légion, mais on pourrait relever, entre autres :

1. "La détention illégale d'armes de guerre" a été balayée d'un revers de main par la Cour, car non plausible tant dans le fond que dans la forme;

2. Pour ce qui est de la tentative d'assassinat, même si elle devenait impossible par le fait de l'inexistence de l'association des malfaiteurs tant les "assaillants" du pasteur Ngalasi à  l'Archbishop Kutino et Bishop Bompere, la Cour l'a retenue pour condamner les deux hommes de Dieu à  des lourdes peines de prison. Mais que prétendait déjà  l'accusation ?

3. Que Maboso, la pièce maîtresse de l'affaire, est décédé avant même d`avoir été entendu par le magistrat instructeur ! Dans le dossier, nulle trace de l`existence et du décès de Mabosso (inexistence du certificat de décès, juste des affirmations verbales du directeur de la prison où il aurait été en détention).

4. Mabosso aurait été contacté par Freddy Mosamo prétendument garde du corps du Pasteur Kutino. Or, il n`a jamais existé quelqu`un répondant à  ce nom dans l`entourage de l`homme de Dieu ! Pièce à  conviction ? Une photo, où l`on voit une personne de dos, à  qui la partie civile colle le nom de Freddy Mosamo, sans plus !

5. La femme de Mabosso leur aurait fait des confidences tendant à  prouver la culpabilité des défendeurs. Lorsque celle-ci passe à  la barre et elle rejette tout en bloc, la partie civile Ngalasi prétend qu`il s`agissait plutôt de la deuxième femme de Mabosso ! Rien dans le dossier pour appuyer ces dires !

6. Le véhicule de la police venu appréhender les malfaiteurs se serait adressé au poste de police du coin toujours selon la partie civile. Où est le document administratif le prouvant ? Inexistant ! Il faut croire sur parole !

7. Les douilles des balles tirées par les malfaiteurs auraient été remises à  la police par la partie civile ! Où sont-elles ? Elles auraient été confiées à  un certain capitaine Mbenza ! Où est-il ? Décédé, sans avoir laissé les traces de la véracité de ces allégations !

8. Un pasteur nommé Khonde, habitant la Suisse, aurait été l`une des victimes des assaillants ! Quand la Cour demande que la partie civile fournisse son adresse pour l`envoi d`une commission rogatoire, c`est à  une rebuffade qu`elle a droit ! `` Non, il aurait déménagé et se trouverait quelque part en Italie !

La liste des éléments ci-dessus n`est pas exhaustive, loin s`en faut ! Et dire que c`est sur base de tout ceci que la Cour condamne les prévenus ! Un véritable procès de fantà´mes, où seuls les Pasteurs Kutino et Bompere, sont vrais ! Les autres protagonistes n`ont existé que dans la fertile imagination de la partie civile et de la justice militaire.

L'Archbishop Kutino Fernando a été un prisonnier politique personnel de l'imposteur de Kingakati qui l'a fait condamner à  dix ans de prison ! Kutino Fernando a passé huit ans derrière les barreaux au Centre pénitentiaire et de rééducation de Makala à  Kinshasa. Alors qu'il était en parfaite santé, il y a huit ans, lors de son emprisonnement, Kutino Fernando a quitté la prison, très malade. La dictature broie, brime et brise des vies. Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere, le Néron de Kingakati, tyran sanguinaire de surcroît, sous pressions énormes, va signer le dimanche 14 septembre 2014, la grà¢ce présidentielle en faveur de Kutino. Ce dernier avait déjà  purgé 80 % de sa peine et était frappé de l'accident vasculaire cérébral (AVC). En France, l'Archibishop Kutino Fernando fait beaucoup de Kiné, il a repris l'usage de sa parole, il est un miraculeux. Nous le remercions d'avoir répondu aux 10 Questions de Réveil FM International.

Kinshasa, Archbishop Kutino Fernando devant la Haute Cour Militaire

1. Réveil FM International: Archibishop Kutino Fernando, comment vous portez-vous ? Est-ce que la santé ça va, après une crise d`AVC ?

Archbishop Kutino Fernando: Monsieur Freddy Mulongo, comme vous pouvez le constater, je me porte mieux par rapport à  ma sortie de prison le 14 septembre 2014 à  Kinshasa en République Démocratique du Congo. Je suis en Europe depuis le 2 juin 2015, notamment en France, pour des soins appropriés qui se passent très bien avec la grà¢ce de Dieu. Le pouvoir fasciste et illégitime de Joseph Kabila avait juré sur ma mort en prison, mais Dieu qui veille sur ses serviteurs, ne leur a pas permis de m`éliminer physiquement. Si Dieu n`était pas avec moi, ils m`auraient éliminé comme ils l`ont fait avec Floribert CHebeya et récemment avec le jeune activiste Rossy Mukendi Tshimanga. Paix à  leur à¢me et à  celle de tous nos nombreux martyrs. Leur macabre scénario de détention des armes de guerre par Kutino Fernando procédait des schémas pour m`atteindre et m`assassiner. Il fallait tout faire pour me réduire au silence d`une manière ou d`une autre. M`isoler dans la prison de Makala était pour eux le schéma idéal. Je suis entré bien portant en prison.

Les fidèles de l'Archbishop Kutino Fernando à  Kinshasa

Cette prison est un camp de la mort forcée et planifiée de prisonniers notamment redoutés par le pouvoir criminel de Joseph Kabila. J`ai subi des tortures physiques et morales terribles en prison. La plupart ne peuvent être révélées pour des raisons de pudeur et de grave souillure de la dignité de Congolais. Ce sont des traitements barbares subis en prison qui sont à  la base de la dégradation de mon état de santé. Les êtres humains sont traités comme des animaux à  la prison de Makala.

Fanatiques et fidèles de l'Archbishop Kutino Fernando à  Kinshasa

Mon accident vasculaire cérébral (AVC) peut être considéré comme une chance parce qu`il m`a permis de sortir vivant de la prison. La Parole de Dieu nous dit : `` …toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. » (Romains 8 : 28). Le pouvoir était convaincu que j`allais succomber à  la suite de cette crise d`AVC à  l`hà´pital. Convaincu qu`il m`a déjà  détruit, Joseph Kabila a autorisé ma sortie de la prison, comme j`étais son prisonnier personnel. Je saisis cette occasion pour remercier de tout mon cœ“ur tous les serviteurs et servantes de Dieu qui prient jour et nuit pour moi, et en particulier les fidèles de l`Armée de la Victoire, car Dieu a exaucé leurs prières. Si je suis aujourd`hui debout devant vous, c`est vraiment une grà¢ce du Seigneur qui, par ses meurtrissures, veut que je sois guéri (1 Pierre 2 : 24 ; Esaïe 53 : 5).

2. Réveil FM International: Avec le mouvement `` Sauvons le Congo », vous êtes l'un des précurseurs dans la lutte contre le régime d`imposture, d`occupation et de prédation en République démocratique du Congo. Vous avez été arrêté, humilié…pouvez-vous revenir sur cette période ?

Archbishop Kutino Fernando: Merci beaucoup pour cette question pertinente. L'opération "Sauvons le Congo" a été lancée fin mai - début juin 2003, c'est-à -dire bien après la signature de l'Accord global et inclusif en Afrique du Sud et bien après la promulgation de la Constitution de transition. Le mouvement `` Sauvons le Congo » est venu donc comme une alerte pour dire que nous étions en train de prendre une mauvaise voie avec des alliances contre nature, de faux jeux, des appétits de prédation, l`insécurité persistante avec des Congolais toujours tués notamment à  l`est, des scènes d`escroquerie morale et de corruption qui mettaient en péril la transition de 1+4 qui commençait. Pour être humble, je peux dire que j`étais parmi les nombreuses voix qui dénonçaient le danger grave pour notre pays. Mais il est un fait que le mouvement `` Sauvons le Congo » a fait tà¢che d`huile et c`est la raison pour laquelle le régime criminel et dictatorial de Kabila tenait à  m`éliminer physiquement pour me faire taire définitivement. Revenir sur mon arrestation peut faire l`objet de tout un roman.

A peine que je revenais de mon exil, j`ai été arrêté dimanche 14 mai 2006 par la police congolaise au siège de notre église, dans la commune de Kasa-Vubu. J`ai été arrêté comme un voleur, un grand bandit, et mes biens et ceux de l`Eglise ont été pillés au vu et au su de tout le monde par la milice de Joseph Kabila. Même les fidèles ont été aussi pillés. C`était après la grande rencontre de stade Tata Raphaà«l où j`avais prêché devant une foule de plus de 100.000 fidèles, venus nombreux m`écouter. Le message était basé sur Néhémie qui dit : `` Levons-nous et bà¢tissons ». Un procès politique et inique a été organisé contre moi, avec comme motif : détention illégale d`armes, tenue des propos incitant à  la haine. Il m`a été scandaleusement attribué une rocambolesque affaire de tentative d`assassinat du Pasteur Ngalasi, mon voisin de l`Eglise `` La louange » à  Kinshasa. Ridicule et sans argument, la Haute Cour Militaire a dà» abandonner sans honte par la suite des poursuites pour détention d`armes de guerre. C`est le même scénario idiot qu`ils veulent encore tenter avec l`Eglise Catholique et le Cardinal Laurent Monsengwo. J`ai été donc condamné injustement à  20 ans de servitude pénale principale avec 10 ans de durée minimale de sà»reté incompressible le 16 juin 2006 par la Haute Cour Militaire, notamment le Tribunal Militaire de la Garnison de Kinshasa/Gombe, siégeant en matière répressive.

Mon collaborateur immédiat et interprète, le Pasteur Bompere, lui a écopé d`une peine de 10 ans de servitude pénale principale avec 5 ans de durée minimale de sà»reté incompressible. C`est très grave de condamner injustement des innocents. Je suis convaincu que Dieu va nous rendre la justice que nous méritons avec mon collaborateur, le Pasteur Bompere. C`est ainsi que nous étions emprisonnés dans des conditions infrahumaines à  la prison de Makala. Torturé comme dans le camp de concentration Nazi. La prison de Makala est un mouroir et un lieu d`extermination des êtres humains par le régime de Kabila. Si je suis en vie, c`est un miracle de Dieu. Dieu rendra aussi justice à  tous les Martyrs Congolais.

Kinshasa, Jean-Pierre Bemba, vice-président de la République sous le gouvernement 1+4=0

3. Réveil FM International: Nous étions à  Kinshasa, lors de votre arrestation après un meeting au Stade Tata Raphaà«l. A l`époque on disait que vous étiez l`homme de Jean-Pierre Bemba, qui était Vice-Président de l`Ecofin lors de la transition 1+4=0. Vous n`êtes jamais sorti de la prison, pourquoi ?

Archbishop Kutino Fernando: C`est vrai beaucoup de gens se posent toujours cette question : Pourquoi Jean-Pierre Bemba avec qui j`avais de bonnes relations n`a rien fait pour que je sorte immédiatement ? Il faut le souligner d`abord que `` Sauvons le Congo » n`était pas un mouvement d`appui ou de campagne de Bemba, mais un mouvement patriotique pour tous les Congolais. A la sortie du stade, le pouvoir avait remis une arme à  un schégué pour m`abattre. Ce schégué a été surpris par un militant de l`UDPS quand il tentait de sortir son arme pour tirer. Les combattants de l`UDPS étaient nombreux à  mon meeting et m`ont protégé, car ils ont senti qu`il y avait quelque chose de dangereux. Après Olenga Nkoy, me sentant en danger, est venu me demander d`entrer dans sa voiture pour des raisons de sécurité. Jean Pierre Bemba avait envoyé aussi ses militaires pour me protéger. Quand on a arraché l`arme des mains du schégué, les commandos du pouvoir nous ont suivis jusqu`à  l`église. C`est moi qui ai dit aux soldats de Bemba de partir pour éviter des affrontements qui allaient faire beaucoup de morts y compris moi-même. Après, une véritable troupe bien armée avait encerclé l`Eglise. Les commandos du pouvoir sont entrés à  l`Eglise, m`ont d`abord menacé de mort et j`ai résisté, étant un sportif, notamment un judoka. Ils ont fait appel au renfort qui était dehors. Ils m`ont attaqué et m`ont enlevé de force comme un brigand, voire un vrai criminel. Ils sont partis avec moi avec un nombre impressionnant de jeeps. Comme je l`ai souligné plus haut, ces commandos du pouvoir criminel n`étaient pas seulement venus avec la mission de m`arrêter, mais de détruire totalement ma vie, celle de ma famille et de toute l`Eglise. C`est ainsi que ces commandos se sont mis à  piller tous mes biens, ceux de fidèles et de l`Eglise, en particulier tous les équipements de la Radio et Télévision Message de Vie, première chaîne de télévision privée d`évangélisation en République Démocratique du Congo. Grà¢ce soit rendue à  Dieu, car je devais déjà  mourir ce même jour, car Joseph Kabila et toute sa bande avaient peur de ma popularité.

Au travers ma personne, il y avait déjà  aussi une guerre engagée entre Joseph Kabila et Jean-Pierre Bemba. Vu ma popularité, mon éventuel soutien à  Jean-Pierre Bemba aux élections faisait une peur noire à  Kabila, un Président qui travaille au noir au Congo, pour ne pas dire au black. Etant mis en prison, un jour, Jean-Pierre Bemba s`est rendu vraiment compte que j`ai été injustement condamné et est venu me voir en prison pour me faire sortir de force. Il pleurait et tremblait de colère. Il était déterminé ce jour-là  et quelque chose de grave pouvait se passer. Il est entré de force avec sa voiture et ses gardes en prison. Le gardien de la prison et les policiers et militaires qui surveillaient la prison ont pris fuite. Il m`a demandé de monter dans sa voiture pour me faire sortir de la prison. J`ai refusé, car je tenais à  ce que mon innocence soit reconnue. Et je ne voulais pas abandonner aussi les personnes que j`avais laissées dans ma cellule. En prison, les combattants emprisonnés du MLC veillaient aussi à  ma sécurité pour que je ne sois pas éliminé. Si j`avais accepté de sortir avec Jean-Pierre Bemba, il y aurait eu de véritables émeutes avec des centaines de morts par la suite et la prison pouvait se vider dangereusement. Ce qui allait donner l`occasion au pouvoir d`abattre tous les prisonniers gênants. J`ai pris une décision responsable. A la suite de cet incident qui a occasionné la fuite des responsables et des gardiens, le Directeur de prison a été révoqué avec d`autres responsables.

Archibishop Kutino Fernando à  Paris

4. Réveil FM International: `` Sauvons le Congo » est-il un slogan ? Un mouvement ? Une conviction ? Ou une simple vision d`esprit ?

Archbishop Kutino Fernando: `` Sauvons le Congo » est le tout à  la fois. Un slogan de combat pour mobiliser, un mouvement qui réunit des centaines de milliers de Congolais et beaucoup de soutiens étrangers, une conviction de mon combat pour un Congo nouveau et une vision d`un Congo sauvé. C`est une grande vision pour la libération et la construction d`un nouveau Congo. Ce mouvement porte une vision pour notre société. Ici, je suis l`exemple de personnalités comme Dr Martin Luther King aux Etats-Unis d`Amérique et Monseigneur Desmond Tutu en Afrique du Sud.

En tant que fils du pays et Serviteur de Dieu, donc serviteur du peuple, j`ai le droit de chercher le bonheur de ce dernier maintenu injustement sous le joug des politiciens mal intentionnés, corrompus, criminels, pilleurs et mafieux. Notre pays a grandement besoin de Serviteurs de Dieu engagés comme Elie qui disait au Roi : `` Pourquoi troubles-tu Israà«l ? », ou comme Jean - Baptiste qui reprochait au Roi ses mœ“urs immorales indignes pour un leader politique. Notre pays a aussi besoin des leaders comme Martin Luther King qui organisait de grandes manifestations politiques aux USA, ou encore comme Desmond Tutu qui s'est courageusement élevé contre la politique scandaleuse de l'apartheid en Afrique du sud. Certains Hommes de Dieu Congolais ne veulent pas jouer leur rà´le de protecteur des faibles en ne remplissant que leur mission christologique de sauver les à¢mes. Mais les serviteurs de Dieu que j'ai cités avaient conscience que cette mission devait être dédoublée d'une autre, à  savoir la mission prophétique qui consiste à  surveiller, reprendre, censurer les injustices et dérapages provenant principalement des gouvernants ou dirigeants.

`` Sauvons le Congo » est pour moi comme un grand engagement de ma vie. Tout m'a été proposé pour que j'arrête le mouvement `` Sauvons Le Congo », à  savoir : des sommes faramineuses d'argent, des villas de rêve, des habits de star, des voitures de luxe insolent, des documents de résidence perpétuelle dans l'espace Schengen, etc. Mais la voie de Dieu est la plus sà»re. J`insiste sur le fait que mon combat s`inscrit dans la ligne droite de la voie tracée par notre Seigneur et Sauveur Jésus-Christ, Lui qui a donné Sa Vie pour le bonheur intégral de l`homme ou de l`être humain.

`` Sauvons le Congo » a pris sans cesse de l`importance avec les menaces graves de balkanisation du Congo, le pillage diabolique de ses ressources, la mort de plus de 8.000.000 de Congolais, le viol de plus de 1.000.000 de femmes, filles et enfants, la dispersion de plus de 4.600.000 de Congolais devenus des réfugiés abandonnés sur le sol de leurs ancêtres, le projet d`assassinat ciblé de tous les patriotes congolais et l`occupation étrangère. `` Sauvons le Congo » est devenu un symbole fort aujourd`hui et un hymne de résistance de nous tous contre les agresseurs, les criminels et les pilleurs de la République Démocratique du Congo. Je suis très content que l`Eglise Catholique se mobilise dans ce sens. Il n`est pas un secret : Le Chrétien doit s`intéresser à  la politique, apprendre à  gouverner, à  bien gérer la Cité ou la chose publique. La Bible nous recommande de rechercher le bien du pays dans lequel nous vivons, car notre bonheur en dépend (Jérémie 29 : 7).

Archibishop Kutino Fernando à  Paris

5. Réveil FM International: Le régime d`Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale a brisé votre vie par une arrestation arbitraire. Vous étiez en bonne santé et vous êtes sorti de là  malade. Que pensez-vous de ce régime ?

Archbishop Kutino Fernando: Je manque de mot pour qualifier ce régime incompétent, criminel, pilleur et très dangereux pour l`avenir de notre peuple et de notre pays. Ce régime est pire qu`un régime Nazi. La République Démocratique du Congo a la mal chance d`être dirigé par un Président comme Joseph Kabila. C`est quelqu`un qui ne décide de rien, sauf quand il s`agit de tuer une personne. C`est un Président sans position et qui ne respecte jamais sa parole, sauf si c`est une parole pour faire du mal. Son pouvoir se nourrit du sang. Il a versé beaucoup du sang et bientà´t il va rendre compte, car ce sang crie très fort justice auprès de Dieu. La justice aura lieu incessamment. Kabila n`est pas seul, car il est entouré d`une cour remplie de personnes sans valeur ni dignité qui ne sont là  que pour remplir leur ventre. C`est vraiment la honte pour notre pays. On me reçoit dans beaucoup de bureaux étrangers où je suis dans la honte et la tristesse quand on parle des dirigeants de mon pays. Je pense que le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya a tout dit quand il déclare que `` les médiocres doivent dégager ». Les médiocres ne sont pas seulement dans la majorité illégitime, il y en a aussi dans l`opposition remplie de faux opposants. La place de vrais opposants comme les Kutino, Eugène Diomi, Franck Diongo, Jean-Claude Muyambo et les autres se trouvent en prison. Nous devons nous mobiliser tous pour mettre fin à  ce régime qui est le grand scandale même de l`Afrique.

Pasteurs collabos-ventriotes, corrompus et Anti-Kutino au service d'Alias Joseph Kabila

6. Réveil FM International: Les pasteurs des églises de Réveil : Pascal Mukuna, Sony Kafuta, Kankienza et d`autres sont en porte à  faux avec la diaspora congolaise. Ils sont accusés d`être des collabos et à  la mangeoire du régime d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale. Les pasteurs des églises ont-ils trahi l'évangile en étant des alliés du régime de l`imposteur et incapacitaire de Kingakati ?

Archbishop Kutino Fernando: Avant toute chose, je voudrai vous dire que je soutiens la mobilisation du Comité Laïc de Coordination de l`Eglise Catholique et de Son Éminence le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya. Leurs marches rejoignent la préoccupation de Sauvons le Congo pour l`avènement d`un vrai Etat de droit au Congo. J`adresse mes condoléances aux familles éprouvées et à  l`Eglise Catholique. Chacun de nous répondra seul un jour devant sa conscience. L`Eglise ne peut pas être neutre devant la souffrance de son peuple. L`Eglise doit être du cà´té des opprimés. Je vous ai cité mes modèles Dr Martin Luther King et Monseigneur Desmond Tutu. Je suis un militant de la théologie de la libération. D`ailleurs pour votre information, je vais publier bientà´t mon livre intitulé `` Sauvons le Congo jusqu`à  l`accomplissement de la promesse de Dieu. Levons-nous et bà¢tissons ».Moi, j`agis comme le Prophète Michée qui ne fait pas des compromis avec le Roi, mais lui dit toujours la vérité. J`ai été aussi mis en prison parce que j`avais refusé énergiquement l`argent que Kabila voulait me donner pour me corrompre. C`est Mr Myra Ndjoku, qui est venu avec cette valise d`argent.

La plupart des Pasteurs évangéliques sont devenus de simples mangeurs du régime Kabila parce qu`ils ont peur des représailles. Ils n`ont pas le courage de dire la vérité à  Kabila comme un Kutino. Ils sont incapables d`affirmer tout haut ce qu`ils pensent tout bas. C`est la là¢cheté. Tout ce qui n`est pas le produit d`une conviction est péché (Romains 14 : 23). La peur est l`arme de faibles. Un serviteur de Dieu ne peut pas être un peureux. Dieu ne nous a pas donné un esprit de timidité (2 Timothée 1 :7 ; Romains 8 :15). Le Seigneur Jésus-Christ s`est occupé du bonheur intégral de l`homme ou de l`être humain, tant du point de vue spirituel que physique. Faire un pacte avec le mal est un péché. A titre d`exemples, quand le Président Kabila avait reçu un groupe de leaders des Eglises évangéliques, il m`a dit : Kutino, moi je n`ai rien contre vous, ce sont vos collègues Pasteurs qui viennent vous accuser toujours chez moi. Moi j`ai saisi aussi cette occasion pour lui que Dieu lui avait fait grà¢ce de diriger un grand pays comme la République démocratique du Congo et qu`il était temps qu`il rende le tablier. Il m`a regardé ébahi.

7. Réveil FM International : Les méchants prospèrent. Ceux qui vous ont arrêté, brimé, humilié…sont encore et toujours là . Est-ce que l`idée de la vengeance vous traverse parfois l`esprit ?

Archbishop Kutino Fernando: Pas du tout, car je suis un vrai serviteur de l`Eternel qui suit les traces de son Seigneur. Dès que je suis sorti de la prison, ma première phrase était celle du pardon. J`ai du coup pardonné à  tous mes bourreaux et comploteurs. C`est le pardon qui libère. Notre Dieu dit à  lui la vengeance (Deutéronome 32 :35 ; Romains 12 :19 ; Esaïe 35 :4). Il ne faut jamais envier les méchants, car les méchants prospèrent pour être fauchés à  jamais par la suite (Psaume 92 : 8). Mes ennemis ont tout fait pour m`éliminer, mais ils ont échoué. Moi je vivrai la fin du pouvoir illégitime et criminel de Joseph Kabila. Le pouvoir criminel et sanguinaire de ce dernier est en train de vivre difficilement ses derniers jours, car les carottes sont déjà  cuites après le cadeau inutile d`un an qu`il a reçu par l`Accord de la Saint-Sylvestre. Mr Kabila n`a jamais respecté sa parole et ne respectera jamais de son vivant cet Accord. Il n`a même pas respecté les résolutions de ses propres concertations nationales. J`ai une confiance totale en mon Dieu qui sait bien rendre justice à  ses enfants persécutés par les méchants.

8. Réveil FM International : Le Rwanda vient de fermer des Eglises trop bouillantes. Dans une ville comme Kinshasa où chaque rue possède 4 à  6 églisettes, une décision comme celle du Rwanda ne serait-elle pas salutaire ?

Archbishop Kutino Fernando: Chaque pays vit une situation particulière par rapport à  ses lois, us et coutumes. L`Etat Congolais doit multiplier des contrà´les pour s`assurer que toutes les églises fonctionnent suivant les règles établies et ne contribuent pas à  créer le désordre social. Il faut être honnête pour reconnaître qu`il y aussi beaucoup de dérives dans la prolifération des églises dans notre pays. Ce mouvement n`est pas bien suivi et surtout pas du tout encadré. Les églises tendent à  devenir comme des lieux de commerce où les Pasteurs doivent accroître leurs chiffres d`affaires. Il y a aussi beaucoup d`antivaleurs au sein des églises, d`où il faut un encadrement approprié. Qui peut accepter le phénomène des enfants sorciers qui ont mis beaucoup d`enfants dans la rue ? La prière est une bonne chose, mais elle ne peut pas se faire n`importe comment et dans n`importe quelle condition. Quand des responsables des églises fuient leurs responsabilités sociales, il n`est pas étonnant que le peuple soit abandonné à  son propre sort. Il faudra revoir le cadre global de fonctionnement des églises dans notre pays.

9. Réveil FM International : Quelles mesures prioritaires pour la République Démocratique du Congo ?

Archbishop Kutino Fernando: Le pays est sous occupation étrangère. Avec l`appui de Grandes Puissances et de multinationales, la République Démocratique du Congo est occupée, notamment à  l`est et dans le nord-est par le Rwanda et l`Ouganda pour tenter de balkaniser notre pays. L`armée, la police et les services des renseignements et d`immigration sont totalement infiltrés par des étrangers à  la solde du pouvoir illégitime de Kabila. La crise congolaise est très grave, car nos ennemis sont mieux organisés que nous. Nous devons vite nous ré-saisir. Nos ennemis sont sans pitié et prêts à  tout. On massacre les Congolais au vu et au su de tout le monde. Certains se posent même la question de savoir où est la Cour Pénale Internationale (CPI). On tire sur des chrétiens qui marchent pacifiquement devant la barbe de la communauté internationale. Entretemps, ce qui intéresse le Président c`est de recevoir les responsables des entreprises minières pour des négociations sans assises où le pays est toujours bafoué et où tous les intérêts vont dans la poche de bourreaux du régime. Il faut d`abord libérer d`urgence le pays et mettre en place une transition juste sans Mr Joseph Kabila qui est complice de cette occupation. Après le combat pour la libération du pays, il faut mener d`urgence une série d`actions :

- Mettre en place un gouvernement de transition avec de nouvelles figures sans les médiocres ;

- rétablir l`autorité de l`Etat et assurer la sécurité des personnes et des biens;

- lutter contre l`extrême pauvreté de la population;

- mettre en place de nouvelles institutions.

Lire la suite...