Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Banque Privée du Congo

Fil des billets Fil des commentaires

mercredi 5 août 2020

RDC : Access Bank a acheté la Banque Privée du Congo (BPC) du Rwandais Tribert Rujugiro Ayabatwa, ex-financier de Paul Kagame !

RDC : Access Bank a acheté la Banque Privée du Congo (BPC) du Rwandais Tribert Rujugiro Ayabatwa, ex-financier de Paul Kagame !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Thibert.jpg, août 2020
La Banque Privée du Congo (BPC) est l'œuvre du Rwandais, Tribert Rujugiro Ayabatwa, qui a été, le plus grand financier de Paul Kagame, Hitler noir et bourreau du peuple Congolais, avant leur brouille. Il l'a soutenu depuis le maquis en Ouganda jusqu'à la prise de pouvoir après l'abattage de l'avion du président Juvenal Habyarimana en 1994, qui aura causé un génocide au Rwanda. Comment un sujet Rwandais pouvait-il s'autoriser d'appeler son institution financière "Banque Privée du Congo" (BPC) avec siège social à Goma, alors qu'il n'est pas Congolais ? Au fait, Paul Kagame qui considère l'est du Congo comme sa maison avait besoin, d'une banque pour financer des troupes armées à sa solde. Le RCD, CNDP, M23... Groupes criminels Rwandais ont été financés par la Banque Privée du Congo (BPC).
En clamant, avec mépris et condescendance devant la communauté internationale et des médias internationaux :" Le problème du Congo, c'est entre les Congolais", Kagame savait ce qu'il faisait.
La République démocratique du Congo, qui accepté d'ouvrir ses frontières, pour accueillir des frères Rwandais lors du génocide de 1994... S'est vue récompenser par une guerre d'agression invasion Ougando-Burundo-Rwandaise, maquillée en guerre de libération de 1997 pour chasser la dictature de Mobutu. Un vrai "Coup d'état contre le Zaïre".
Tribert Rujugiro Ayabatwa est parmi des pillards de ressources de la République démocratique du Congo. Le Rwanda et l'Ouganda ayant occupé l'Est de la République démocratique du Congo, la fameuse Banque Privée du Congo à Goma, à servi pour des transactions mafieuses pour donner un aval aux minerais de sang, fruit du pillage par la soldatesque Rwandaise et Ougandaise.
Coltan, Cobalt, or, diamants... de la République démocratique du Congo se sont retrouvés au Rwanda et en Ouganda, ces pays pillards et receleurs de minerais du Congo sont même cotés en bourse pour des minerais qui ne sont pas dans leur sous-sol.
Paul Kagame, Hitler noir et bourreau du peuple Congolais a utilisé la Banque Privée du Congo (BPC) de son ami Tribert Rujugiro Ayabatwa comme écran pour mieux piller les ressources de la RDC, tout en finançant des groupes armés qui pillent dans la région.
Après s'être bien engraisser, sentant le souffre venir, Tribert Rujugiro Ayabatwa s'est séparé de la Banque Privée du Congo (BPC) en la vendant à la mafieuse banque nigériane :Access Bank.
Il a également vendu ses deux autres banques : Bancor du Rwanda et FinBank du Burundi, au même Groupe Access Bank Plc.
Access Bank s'est nstallé Kinshasa en 2009. Jusqu'aujourd'hui, la banque nigériane est toujours locataire. Signalons que c'est en 2010, que la loi Dodd-Frank a été adoptée aux États-Unis, obligeant les sociétés cotées en bourse à divulguer si leurs produits contiennent des "Minerais de conflit" produits en République démocratique du Congo. Et c'est seulement en mars 2017, que le Parlement européen a voté une loi similaire, visant à stopper le financement de groupes armés.
Tribert Rujugiro Ayabatwa a trempé jusqu'au cou dans le malheur du peuple Congolais.
Depuis il s'est brouillé avec Paul Kagame, qu'il avait aidé à accéder au pouvoir au Rwanda, de la manière que l'on sait. Tribert Rujugiro Ayabatwa vit en Afrique du Sud, Kagame l'a déchu de sa nationalité rwandaise et confisqué ses biens.
Nous avons retrouvé une interview de nos confères de New Vision Ougandais qui l'a interrogé au téléphone (en mars 2019) sur les raisons pour lesquelles il s'est brouillé avec Paul Kagame et sur les allégations selon lesquelles il recrutait des rebelles.
Qui est Tribert Rujugiro Ayabatwa?
Ayabatwa est le nom de mon père, Rujugiro est mon deuxième prénom et Tribert est mon prénom chrétien. Dans ces années-là, il n'y avait pas de registraire des naissances et je ne me souviens plus de l'année exacte de ma naissance, mais on m'a dit que j'étais né au début des années 1940. J'ai grandi au Rwanda et à l'âge de 19 ans, j'ai fui au Burundi, à cause des bouleversements politiques et y ai vécu pendant 20 ans.
Lors d'un changement de régime après le renversement du colonel Jean-Baptiste Bagaza par le président Pierre Buyoya en 1987, j'ai passé trois ans en prison à Bujumbura. En 1990, j'ai fui vers l'Afrique du Sud et je suis retourné dans mon pays d'origine, le Rwanda en 1995. J'y ai vécu pendant 15 ans, jusqu'en 2010, quand je suis parti et je suis retourné en Afrique du Sud. Maintenant, je partage mon temps entre l'Afrique du Sud et Dubaï où je fais mes affaires.
Pourquoi as-tu fui le pays?
Quand j'étais réfugié pendant 20 ans au Burundi, j'ai aidé dans la lutte contre le régime du président Juvénal Habyarimana et en 1994, après l'avoir vaincu, j'ai fait de mon mieux pour aider les gens à s'installer en utilisant tous les moyens dont je disposais.
J'ai servi le Rwanda à différents titres en tant qu'entrepreneur social et homme d'affaires, mais il y a beaucoup de choses que je n'étais pas d'accord avec le président Paul Kagame. J'ai compris que j'avais affaire à quelqu'un qui ne comprenait pas son rôle. Son affirmation selon laquelle il n'est pas venu à la direction rwandaise sur le ticket de qui que ce soit m'a fait mal.
Si vous considérez combien de personnes sont mortes dans cette guerre, les sacrifices financiers consentis par toutes ces personnes et le soutien que nous avons reçu de la population ougandaise, puis il vous dit qu'il n'est venu avec personne.
J'ai senti que c'était un homme avec qui je ne pouvais rien faire et j'ai décidé de partir et de recommencer à gérer mes affaires.
Quel était votre rôle au Rwanda avant et après la lutte de 1994?
Ma contribution à la lutte a été immense, à la fois financièrement et physiquement. J'ai aidé à la logistique et à la collecte de fonds et j'ai sacrifié tout ce que j'avais, pour aider le Front patriotique rwandais (FPR) à gagner la guerre contre le gouvernement Habyarimana. À cette époque, tous mes avoirs au Burundi avaient été gelés par le Président Buyoya. Quand je suis rentré chez moi, j'ai créé des entreprises qui non seulement employaient les locaux, mais payaient des impôts au gouvernement. J'étais le plus grand homme d'affaires du Rwanda.
Qu'est-ce qui vous a fait tomber exactement avec Kagame?
Nous avions un protocole de parti que les gens suivaient pour régler leurs problèmes. Quand nous sommes arrivés au Rwanda après la guerre du génocide, Kagame a détourné le parti.
C'était maintenant un one-man show et je ne pouvais pas et je n'accepterai pas cela. Vous vous êtes brouillé avec Kagame en 2010.
Où êtes-vous allé?
Je suis allé en Afrique du Sud. Je suis retourné à mes affaires, que j'avais laissées à mon fils.
Depuis que vous vous êtes brouillé, Kagame a-t-il essayé de vous engager à rentrer chez vous?
Oui. Il m'a envoyé un message en avril 2010, par l'intermédiaire de sa femme, Jeannette qui m'a appelé directement et m'a dit de retourner au Rwanda pour une discussion. Je lui ai dit que j'avais un voyage à Bruxelles et que je viendrais la semaine suivante.
Quand j'ai réalisé que je ne pouvais pas y arriver, je l'ai appelée et lui ai dit que j'avais été retenue à l'hôpital et que je reviendrais un autre jour. Elle m'a alors demandé si je pensais avoir le droit de faire un programme pour le président. Si le président voulait me rencontrer, pourquoi ai-je changé de date? Elle m'a alors dit de venir quand je voulais et elle a raccroché le téléphone.
Depuis ce jour, elle ne m'a jamais appelé et je n'ai jamais rappelé. Plus tard, en 2012, Andrew Mwenda, un journaliste, est venu me voir en Afrique du Sud et m'a demandé d'écrire une lettre à Kagame et de demander pardon et de rentrer au Rwanda.
Je lui ai dit que je ne savais pas quel tort j'avais commis, donc je ne pouvais pas demander pardon. J'ai écrit une belle lettre à Kagame, lui disant que j'étais prêt à rentrer au Rwanda, mais je n'ai pas demandé pardon.
Quand j'ai remis la lettre à Mwenda, il m'a dit qu'il ne livrerait jamais une telle lettre. Alors je lui ai demandé quelle lettre il voulait que j'écrive et Mwenda a insisté pour que j'écrive une lettre demandant pardon.
Je lui ai dit que je ne pouvais pas écrire ce genre de lettre et que c'était la dernière fois qu'il y avait un engagement pour que je retourne au Rwanda.
Il y a des accusations de votre pays, par l'intermédiaire de l'ambassadeur général Frank Mugambage, qui ont récemment été transmises au président Yoweri Museveni selon lesquelles vous utilisez vos relations en Ouganda pour recruter des rebelles et financer le Congrès national rwandais, un groupe de dissidents combattant Kagame.
C'est totalement faux et le président Kagame le sait très bien. Je ne suis pas intéressé par la politique. Lorsque j'ai financé la guerre de 1990-1994, c'était parce que j'étais réfugié et que je n'avais pas de passeport de mon propre pays.
J'avais une raison. Quand j'ai vu mes frères et amis souffrir hors de leur propre pays, j'ai décidé d'aider. Cette fois, je n'ai aucune raison de m'impliquer en politique. J'ai mon entreprise et il sait très bien que je ne m'aventure pas en politique.
Kagame sait que si je décidais d'aider les rebelles à se battre contre lui, il me faudrait moins de six mois pour le vaincre.
Vous avez dit que vous opérez entre Dubaï et l'Afrique du Sud. Votre Président a récemment souligné un lien entre un groupe de dissidents rwandais en Afrique du Sud et ses problèmes avec l'Ouganda. Avez-vous eu des réunions là-bas avec ces groupes?
Pas un seul jour. Je vous assure que je ne suis pas du tout intéressé par la politique rwandaise. Il peut faire ce qu'il veut et je l'ai aidé à arriver là où il est.
Il y a des gens qui ne sont pas satisfaits de ce qu'il fait et je sais qu'ils traiteront avec lui à leur manière, pas avec moi.
Le Rwanda a également affirmé que vous êtes en contact avec des officiers de l'armée et du renseignement en Ouganda, qui vous aident à vous mobiliser pour combattre Kagame?
Laisse moi te poser une question? Pensez-vous vraiment que l'Ouganda peut aider à organiser des dissidents pour combattre le Rwanda? Si je vois ce que l'Ouganda a fait pour nous et où sont le Rwanda et Kagame, comment pouvez-vous penser qu'ils vont parrainer quelqu'un pour combattre le Rwanda? Qu'est-ce que l'Ouganda obtient du Rwanda? Rien.
Ils ont fermé la frontière et maintenant ce sont eux qui pleurent. Écoutez les radios. Les gens se plaignent de la faim. Affirmer que je travaille avec l'armée ougandaise pour déstabiliser le Rwanda est totalement faux et je suis sûr qu'aucun militaire ougandais n'a cette intention.
Lorsque vous avez quitté le Rwanda, vous aviez beaucoup investi dans les affaires et possédiez l'un des plus grands centres commerciaux de Kigali, entre autres. Que leur est-il arrivé?
En 2013, quand ils ont réalisé que je ne pouvais pas m'agenouiller devant eux, ils ont saisi le centre commercial en pensant que comme la construction coûtait beaucoup d'argent et que j'avais de bons revenus, j'y retournerais pour le sauver.
La seule condition pour sauver ce centre commercial était de retourner au Rwanda, mais je n'y suis pas retourné parce que tout ce que j'ai investi au Rwanda n'était pas dans le but de faire des profits, mais ma contribution à la société.
Comment avez-vous acquis le terrain sur lequel le centre commercial a été construit?
Cinquante réfugiés venus du Burundi sont allés à Kagame et ont demandé ce complot. Quand il a refusé, ils sont venus me voir et m'ont demandé de les aider à obtenir le complot. J'ai demandé à Kagame de les aider.
Il a dit qu'il pourrait les aider si j'étais l'un d'entre eux et que je m'engageais à construire quelque chose de gentil, qui pourrait égayer l'image du pays.
J'ai accepté de le faire et quand ces gens ont vu que l'investissement était supérieur à 10 millions de dollars, aucun d'entre eux n'avait la force financière et a décidé de vendre sa part et je les ai payés. C'est ainsi que j'ai construit ce centre commercial.
La plupart de mes projets au Rwanda avaient des liens sociaux.
Qu'en est-il de vos autres propriétés et entreprises? Tout a été pris, y compris mes maisons, qui m'ont coûté environ 2 millions de dollars. Ils ont affirmé qu'il s'agissait d'une propriété abandonnée. Ma femme avait une petite ferme d'environ 10 hectares. Cette terre a été prise en charge par le gouvernement, prétendant qu’elle avait été abandonnée.

Lire la suite...

Partager sur : Partager