Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Bayaka Yanzi

Fil des billets Fil des commentaires

mardi 20 septembre 2022

BenaMpuka : Après Kwamouth où des Rwandais ont joué au ballon avec des têtes de chefs coutumiers, c'est dans le Kwilu que des faux Bayaka et Yanzi sèment la terreur, d'après Dieudonné Kwebe-Kimpele !

BenaMpuka : Après Kwamouth où des Rwandais ont joué au ballon avec des têtes de chefs coutumiers, c'est dans le Kwilu que des faux Bayaka et Yanzi sèment la terreur, d'après Dieudonné Kwebe-Kimpele ! 

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1663664504241.jpg, sept. 2022

-Chères toutes et chers tous ;

- Aux administrateurs et aux abonnés des sites Internet ciblant la province de Bandundu . 

Le manque d’intelligence et de sagesse , ( à moins qu’il ne s’agisse de cécité mentale et même de complicité camouflée avec l’occupant tutsi)   semble   être l’un des attributs  premiers  et majeurs des administrateurs de vos plateformes respectives .

 En voici la preuve . 

La maison incendiée dans la nuit de mardi à mercredi dernier à Bulungu, il y a moins de 48 heures , appartenait à Eyuma Na Assaa , fils et héritier de feu Eyuma Sa Ombaa , lui aussi un grand opérateur économique dans la contrée .  Le ci-devant Eyuma Na Assaa est un député et un homme d’affaires bien connu dans cette cité plantée au bord de la rivière Kwilu, sur sa rive gauche menacée par les érosions . Il se fait que la victime, Eyuma Naassa, comme je le pressentais dans mon posting ( j’y ai employé l’expression « semble -t-il » assortie donc d’un doute ) est un yansi, originaire du village Lukori sur la rive droite de la même rivière Kwilu.

La personne qui me critique sottement en me portant  la contradiction ne possède pas non plus la moindre intuition , en plus des autres lacunes que j’ai dénoncées de prime abord dans la présente réplique. Autrement , elle aurait compris que la cible , à savoir la maison de l’un des habitants le plus en vue et le plus fortuné de Bulungu, notable respecté connu pour sa générosité, n’a pas été choisie de manière fortuite. Il s’agit d’un acte criminel délibéré , signé et dirigé. Ses auteurs ont agi en connaissance de cause, n’en déplaise aux sirènes qui tentent d’endormir la population. 

C’est la première fois, dans les annales de cette bourgade paisible où les Bambala et les Bayansi cohabitaient en paix et en parfaite intelligence jusqu’à présent , qu’on déplore un tel sinistre. L’acte, je le répète, est signé, de toute évidence. Une main noire cherche à jeter les uns contre les autres les Bayansi et les Bambala en recourant à la même stratégie qu’à Kwamouth où depuis des semaines, les Bateke et les Bayaka s’étripent en commettant des horreurs sans précédent, à en croire les annales des crimes perpétrés dans toute l’histoire du Congo. C’est ainsi que les têtes de certains chefs coutumiers décapités ont servi de ballons pour des parties de football livrées par des individus s’exprimant en mauvais dialecte local. On y aurait aussi aperçu des silhouettes élancées , facilement reconnaissables et très communes chez les Tutsis. Il s’agit de tueurs , ayant suivi un cycle d’apprentissage en dialectes bantous dans un centre spécialisé ouvert et fonctionnant discrètement chez Joseph Kabila à Kingakati.

 En effet, pendant des mois, cette année, l’année dernière et celle d’avant , des avions Air  Bus 320 de la Rwanda Air ont déversé à l’aéroport de N’djili, à Kinshasa,  des milliers  de passagers aux allures suspectes. Il s’agissait en réalité d’agents et d’officiers tutsis dépêchés depuis Kigali pour opérer au Congo, en exécution de la stratégie de balkanisation de notre pays  et du génocide des Bantous congolais.

Dans le même temps, des centaines de vaches zébu en provenance du Rwanda et menées par des bouviers aux apparences innocentes ont été aperçues, sorties on ne sait d’où er arrivées là Dieu seul sait comment , depuis l’année dernière dans de nombreux villages de la province de Bandundu. Les deux faits sont liés. Les passagers rwandais débarqués des avions rwandais aussi bien que  que les gardiens des vaches de race rwandaise œuvrent pour la même cause. Dès leur arrivée sur le sol congolais, ils se sont aussitôt fondus dans la population . Personne ne s’est inquiété d’eux . Erreur fatale !  Après avoir pris la température des lieux , étudié les milieux , appris les dialectes locaux et noué des complicités locales , ces bandes d’assassins tutsis viennent de passer à l’action à Kwamouth d’abord , depuis la nuit de mardi à mercredi dernier  à Bulungu mais aussi, semble-t-il, à Luozi dans le Bas-Congo. A moins de posséder le cerveau d’un poisson rouge , il est impossible de penser un seul instant qu’autant  d’actions simultanées et même synchronisées, utilisant en outre les mêmes méthodes et les mêmes armes, plus précisément les machettes , puissent être attribuées à un simple  hasard !

Il convient de rappeler ici que les tueurs tutsis bénéficiant de la naïveté et de l’assistance suspecte des autorités  du Congo- Brazzaville se sont vus céder un vaste domaine sur la rive droite du fleuve Congo, juste en face de Maluku, où ils peuvent s’entraîner en toute discrétion et remonter , ni vus , ni connus, le cours du fleuve Congo jusqu’à Kwamouth, bourgade fluviale jusqu’à présent paisible et sans histoire .

Les massacres perpétrés à Yumbi, là aussi parmi les populations de Bantous congolais vivant  au bord du fleuve Congo, plus précisément chez les membres de l’ethnie Banunu-Bobangi procèdent de la même stratégie consistant à opposer les ethnies congolaises entre elles . Les Tutsis sont passés maîtres dans ce procédé criminel qu’ils ont pris le temps d’expérimenter et d’en démontrer la redoutable efficacité contre les Hutus durant le génocide perpétré d’avril à juillet 1994 au Rwanda.

Depuis longtemps, des nuages noirs , menaçants , chargés de tous les dangers s’accumulent dans le ciel au-dessus du Congo . Des périls majeurs , sans précédent dans la chronique des événements et des tragédies traversés par le Congo et les Bantous congolais depuis des décennies et des siècles frappent aux portes de notre pays . Il se trouve cependant des énergumènes qui ne s’aperçoivent de rien , qui n’entendent rien et qui , en même temps , prononcent des fatwa contre les lanceurs d’alerte comme moi; tout

en émettant des critiques stupides contre tous ceux qui voient venir le danger de loin et attirent l’attention des Congolais sur les futures et imminentes abominations  qui approchent et risquent de les submerger dans un bain de sang .

Il faudrait rapidement identifier ces individus et les « scanner » pour connaître leurs véritables origines et savoir  ainsi pour qui ils roulent , qui les paie et quelle  cause ils servent . Ce n’est, assurément, pas par hasard si la création de certains sites Internet récemment mis en ligne et focalisés sur la seule province de Bandundu a coïncidé avec l’irruption d’atrocités et d’actes absurdes , d’une extrême barbarie dans la même entité provinciale.

Dans le même temps et alors que la même province de Bandundu saigne , que ses chefs coutumiers, personnages emblématiques, gardiens des coutumes , protecteurs des terres , garants des us et des lois indigènes , notables vénérés et piliers des sociétés rurales sont massacrés, leurs cadavres émasculés, profanés , mutilés et exposés, nus , aux yeux des populations épouvantée; il se trouve des administrateurs de certains fora ( pluriel de forum) qui prétendent s’intéresser exclusivement à des projets de développement et ne veulent surtout pas y aborder les sujets liés de près ou de loin à l’insécurité ! Dans le

même temps , ils  tiennent des propos soporifiques pour distraire et endormir la population.

Par leur comportement, ils se signalent comme étant les complices volontaires ou inconscients des Tutsis, les agents patentés ou bénévoles œuvrant pour la déstabilisation du Congo et les opérateurs collaborationnistes agissant sous couvert de questions économiques pour distraire les Bantous congolais et semer la zizanie parmi eux.

Les événements tragiques déplorés naguère à Yumbi , actuellement à Kwamouth et dont on vient de noter les prémices à Bulungu dans la nuit de mardi à mercredi dernier ne sont pas les fruits du hasard . Ils procèdent , de toute évidence , d’une même volonté criminelle, d’une même stratégie de balkanisation du Congo et du génocide des Bantous congolais . Comment peut-on  créer un site hypocritement dénommé « L’amour  pour Bandundu » et demeurer impassible, indifférent et insensible aux horreurs qui sont perpétrées dans la

même entité provinciale qu’on prétend aimer ?

Comment peut -on publier sur la même plateforme des textes qui tentent maladroitement d’intimider toute personne publiant des informations et des mises en garde sur l’insécurité qui s’est abattue sur une province et sur sa population jusqu’alors paisibles , connues pour leur sens de l’hospitalité et leur coexistence pacifique avec toutes les ethnies . Seule la culture du mensonge, l’abominable « ubwenge » tant prisée par les Tutsis peut expliquer ce genre de félonie, de perfide et de scélératesse.

En plus d’être sous développée, la république démocratique du Congo avec ses 2.345.000 km carrés est aussi un pays sous peuplé . Par conséquent , les conflits portant sur la propriété des terres comme ceux qui sont invoqués à Kwamouth ne devraient pas avoir droit de cité . Il y a en effet de la place pour tout le monde et plus encore . D’où , la certitude d’une main noire et invisible , venue depuis le Rwanda pour installer l’enfer au Congo . Mais , bientôt , très  bientôt , cette main sera tranchée à la hauteur du poignet, avec un couteau rouillé . 

Dieudonné Kwebe-Kimpele, 15 septembre 2022

Lire la suite...

Partager sur : Partager