Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

lundi 4 mai 2020

Mushapata "Vieux Mush", un grand baobab parisien nous a quittés!

Mushapata "Vieux Mush", Un grand baobab parisien nous a quittés!

Freddy Mulongo, Réveil FM International 

Mushapata était un lion qui s'en va. Il était une véritable figure de proue de l'ancienne diaspora congolaise des années quatre-vingts. Avec ses airs de fou furieux, il était quelqu'un de franc et doté d'une grande gentillesse. Un grand baobab parisien nous a quitté. Amoureux du reggae, ancien boxeur, il était choisi avec d'autres personnes qui ont assuré la sécurité de Bob Marley, à Paris en 1983.

Freddy Mulongo-Mushapata 1.jpg, mai 2020

Mushapata était un lion qui s'en va. Il était une véritable figure de proue de l'ancienne diaspora congolaise des années quatre-vingts. Avec ses airs de fou furieux, il était quelqu'un de franc et doté d'une grande gentillesse. Un grand baobab parisien nous a quitté. Amoureux du reggae, ancien boxeur, il était choisi avec d'autres personnes qui ont assuré la sécurité de Bob Marley, à Paris en 1983.

freddy-mulongo-mushapata

Mushapata était un lion qui s'en va. Il était une véritable figure de proue de l'ancienne diaspora congolaise des années quatre-vingts. Avec ses airs de fou furieux, il était quelqu'un de franc et doté d'une grande gentillesse. Un grand baobab parisien nous a quitté. Amoureux du reggae, ancien boxeur, il était choisi avec d'autres personnes qui ont assuré  la sécurité de Bob Marley, le Reggae man,  lors de son premier concert en France en 1983 au Bourget.

 Il ne s'est jamais déraciné de son Congo profond. Croisé souvent à Châtelet-Les-Halles aux environs de la Fnac ou vers Château-Rouge à Paris, Mushapata était notre vieux à tous. Il me parlait en swahili, Mushapata son pays le Zaïre-Congo qu'il n'a plus mis pieds depuis des lustres. Il aimait fréquentait les Zaïro-Congolais. Toujours avec ses CD à proposer, les cassettes audio ayant disparues.

Nos sincères condoléances à sa famille. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 28 mars 2013

François Hollande, Président de la République devrait revisiter son discours du Bourget !

Dix mois après l'avoir emporté face à  Nicolas Sarkozy au second tour de l'élection présidentielle, François Hollande continue de s'effondrer dans les sondages. Le chef de l'Etat, qui s'exprimera longuement sur France 2 dans la soirée, est considéré comme un "mauvais président de la République" par 51 % des Français, et seuls 22 % d'entre eux estiment qu'il remplit correctement son rà´le de chef de l'Etat, selon un sondage CSA pour la chaîne BFMTV diffusé jeudi 28 mars. A noter que 27 % des personnes interrogées pour cette enquête n'ont pas souhaité se prononcer.

François Hollande, Président de la République

Lors de la campagne présidentielle 2012, Réveil FM International était accrédité pour suivre le candidat François Hollande. A Paris comme en provinces, nous avons couvert. De tous les discours entendus, celui du Bourget du 22 janvier 2012 était un vibrant discours programme fédérateur que le Président Hollande devrait revisiter pour garder son cap.

"Les cadres (63 % de jugements négatifs) et les personnes travaillant à  leur compte (59 %), ainsi que les retraités (55 %), sont particulièrement sévères", souligne l'institut. CSA observe également que le socialiste "est considéré comme un bon président de la République par 60 % de ses électeurs de premier tour, proportion qui n'est que de 48 % parmi ceux qui l'ont choisi au second".

Seules 29 % des personnes interrogées estiment que le chef de l'Etat est "compétent", 27 % qu'il "a l'esprit de décision", 22 % qu'il "tient ses promesses de campagne", 21 % qu'il est dynamique et 20 % qu'il est "rassembleur". Ils sont un peu plus nombreux à  le trouver "courageux" et "déterminé" (38 %), ainsi qu'"honnête" (43 %).

Sarkozy n'en profite pas

Toutefois, ces faibles taux de satisfaction du président Hollande ne bénéficient pas à  son prédécesseur. 54 % des personnes interrogées affirment ne pas regretter Nicolas Sarkozy (- 1 par rapport à  octobre 2012), contre 40 % qui le regrettent (- 4).

Ce sondage suit la même pente que l'enquête de l'IFOP publiée ce week-end par Le Journal du dimanche qui montrait une chute de popularité de 6 points du président par rapport au mois précédent. Selon l'institut, 68 % des personnes interrogées (contre 62 % en février) se déclaraient mécontentes de M. Hollande comme président de la République, contre 31 % se disant satisfaites, 1 % étant sans opinion.

Il s'agissait non seulement du plus mauvais résultat enregistré par le chef de l'Etat depuis son élection en mai 2012, mais aussi du plus mauvais résultat enregistré par un président français dix mois après sa prise de fonction, souligne l'enquête.

Lire la suite...

Partager sur : Partager