Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

mardi 31 décembre 2019

Négrophobie-Afrophobie Sud-africaine: Président de la CCRSA, Charlie Mingiedi agressé en décembre 2019 !

Charlie Mingiedi, président du CCRSA

Pendant que les uns et autres se préparent à  déboucher des bouteilles pour le réveillon de nouvel an 2020, Réveil FM International tient à  rappeler que Charlie Mingiedi, président de la Communauté Congolaise de l'Afrique du Sud (CCRSA) a été victime d'une agression qui aurait pu être dramatique. "C'était le jeudi 5 décembre 2019. J'ai été victime d'une agression par un groupe de bandits qui m'ont d'abord assommé et qui m'ont tout pris... à‡a s'est passé au centre-ville de Johannesburg à  19h. (...) L'un de nos membres était dans la difficulté et a demandé l'aide de la CCRSA et comme les autres membres du bureau n'étaient pas disponibles, j'étais obligé de faire cette démarche car il y avait une urgence. Arrivée en ville de Johannesburg, il n'y avait pas d'électricité. J'ai été donc obligé d'aller à  Sandton dans le Mall de Mandela Square où j'ai effectué la transaction sans problème. C'est en rentrant au centre-ville de Johannesburg que j' ai été attaquer par un groupe des inciviques non-identifiés. Attaqué au niveau de la nuque, je me suis retrouvé par terre. J'ai perdu connaissance durant quelques minutes. En tombant, je me suis mordu la langue qui a été perforée occasionnant une plaie béante. A mon réveil, j'étais par terre, à  même le sol... Il est impossible de dire si j'avais reçu au niveau de la nuque et du cou: des coups de poings, une planche, une barre de fer, un pot de fleur... Les urgentistes qui m'ont secouru se sont préoccupés surtout à  me rétablir dans ma santé. J'ai dà» passer un IRM et prendre des cachets pour mon rétablissement physique, psychologique et physiologique.

Qui en veut à  Charlie Mingiedi au point d'attenter à  sa vie ? "En tant que président du CCRSA, j'ai pris plusieurs positions pour soutenir, dans la légalité, les démarches de droit d'asile, de mes compatriotes et autres africains. Les exilés, réfugiés et demandeurs ont pour devoir de s'intégrer dans le pays d'accueil, en respectant les lois du pays qui les accueillent". (...) Avant mon agression, j'ai été victime des menaces pour le travail qu'abat la CCRSA abat pour le compte de la communauté. Les communiqués de la CCRSA font peur aux gens qui font souffrir les ressortissants congolais vivant en Afrique du sud, pas seulement les ressortissants congolais même aussi ceux de la diaspora africaine car la CCRSA défend tout ressortissant fait partie de la diaspora africaine dont la CCRSA est membre.

Le mandat de Charlie Mingiedi va jusqu'en avril 2020, agression et menaces le font-il peur ? "Je suis élu par la communauté. J'investis mon énergie pour défendre la communauté qui m'a élu. Je suis président de la CCRSA jusqu'à  la fin de mon mandat".

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 17 novembre 2019

Afrique du Sud: La CCRSA n'encourage jamais les incivilités des réfugiés et demandeurs d'asile !

Prétoria rien ne va plus pour des réfugiés et demandeurs d'asile qui demandent à  être délocalisés de l'Afrique du Sud. Craignant l'Afrophobie et la négrophobie des sud africains, certains qui faisaient le sit-in devant le bureau de HCR n'ont pas exister à  escalader les murs pour se retrouver dans l'enceinte même du HCR. Il y a deux semaines, Jephthé Charlie Mingiedi Mbala N'zeteke, président de la CCRSA s'était rendu à  Prétoria pour calmer les réfugiés, il a fallu se faire lyncher. Les autorités religieuses qui s'étaient rendu à  l'Eglise Méthodiste de Cap Town où logent des réfugiés et demandeurs d'asile ont été copieusement rossé. Ils ont refusé de porter plainte. Jephthé Charlie Mingiedi Mbala N'zeteke a répondu à  nos questions.

1. Réveil FM International: Pourquoi les réfugiés et demandeurs d'asile ont-ils escaladé le mur de HCR à  Prétoria ?

Jephthé Charlie Mingiedi Mbala N'zeteke: Sachant que la justice sud-africaine avait tranché en faveur des citoyens du quartier résidentiel de Brooklyn qui demandaient aux réfugiés et demandeurs d`asile de mettre fin à  leur campement devant le bureau de HCR à  cause de l`insalubrité qui avait élu domicile dans leur quartier et les odeurs nauséabondes. La police avait sommé les réfugiés et demandeurs d`asile de quitter cet endroit avec l`ordre du juge leur demandant de prendre leurs dispositions dans un délai de 3 jours. Malheureusement les choses ne sont pas passés comme convenu... les réfugiés et demandeurs d`asile vont préféré escalader le mur de HCR pour s`abriter dans l`enceinte en lieu et place de quitter comme la justice sud-africaine l`avait décidée.

2. Réveil FM International: Combien sont-ils à  faire le sit in devant le bureau de HCR à  Prétoria ?

Jephthé Charlie Mingiedi Mbala N'zeteke: Les réfugiés et demandeurs d`asile étaient estimés à  environ 500 y compris femmes et enfants. Ce sont les réfugiés des nationalités africaines et asiatiques (Bangladesh), qui viennent de différentes villes de la province de Gauteng et des provinces avoisinantes qui sont venus répondre à  l`appel des leaders de ce mouvement qui a élu domicile dans l`enceinte du bureau de HCR Pretoria.

3. Réveil FM International: Nous apprenons que certains demandeurs d'asile ont battu des chefs religieux qui étaient venus à  leur rencontre ?

Jephthé Charlie Mingiedi Mbala N'zeteke: C`est vraiment une triste nouvelle qui nous a bouleversé et affecté quand nous avions appris cela. Nous compatissons à  ce qui est arrivé aux dirigeants religieux qui n`ont pas hésité d`ouvrir grandement leurs portes pour leur offrir un abri alors qu`ils venaient d`être expulsés avec brutalité par la police devant le bureau de HCR Cape Town. Nous en appelons aux réfugiés et demandeurs d`asile d`avoir de la retenue et de se conformer aux normes du pays d`accueil, car les réfugiés ont non seulement pas des droits mais aussi des devoirs.

4. Réveil FM International: Quelle est la position de la CCRSA ? Encouragez-vous la violence des réfugiés et demandeurs d'asile ? Pourquoi les réfugiés et demandeurs d'asile à  Prétoria se comportent en inciviques ? Qu'est ce que qui justifie leurs violences ?

Jephthé Charlie Mingiedi Mbala N'zeteke: Notre position est celle de condamner ce comportement odieux... Jamais la CCRSA peut encourager ou cautionner toutes formes de violence car dans nos principes, la CCRSA ne favorise pas L`INCIVISME.

La CCRSA a élevé le ton quand elle a constaté avec amertume d`ailleurs, le débordement et la récupération de certaines personnes malveillantes dans cette démarche des réfugiés et demandeurs d`asile qui manifestaient pour leur protection contre les attaques xénophobes et afrophobes. Ce sont certains parmi les leaders de ce mouvement qui ont induit en erreur certains réfugiés et demandeurs d`asile... j`aime beaucoup cette maxime qui dit: `` il n`y a pas des mauvaises troupes il n`y a que des mauvais chefs ». Fin de citation. Nous condamnons ces leaders qui ont manipulé dans le mauvais sens certains réfugiés et demandeurs d`asile à  l`esprit faible. Voilà  ce que ça produit aujourd`hui. Nous déplorons ce rà´le néfaste joué par ces gens mal intentionnés qui ont voulu faire de la récupération dans cette affaire.

5. Réveil FM International: Pourquoi les réfugiés et demandeurs d'asile à  Prétoria se comportent en inciviques ? Qu'est ce que qui justifie leurs violences ?

Jephthé Charlie Mingiedi Mbala N'zeteke: Il n`y a rien qui puisse justifier l`incivisme mais ce qui explique ce manque de civisme est le traumatisme ou encore la frustration à  mon humble avis. Car ce sont des personnes qui venaient d`une situation chaotique, des terreurs, de la peur de la xénophobie et qui pensaient qu`elles allaient trouver une solution rapide et durable auprès de HCR. Alors qu`ils pensaient qu`en s`en adressant au HCR, elles trouveraient une solution satisfaisante à  leur problème. Arrivées là  aussi, il n`y en rien! Et le gouvernement sud-africain s`est mis aussi à  les traquer, à  les malmener, à  rajouter encore la souffrance sur celles qu`elles avaient déjà  ... Voilà  ce qui peut expliquer leur comportement mais l`incivisme reste injustifiable.

Jephthé Charlie Mingiedi Mbala N'zeteke, président de la CCRSA

Pour comprendre la démarche pacifique du président de la CCRSA, il faut se référer à  son allocution le jour de son élection. En effet, le dimanche 31 Mars 2019, dans la mégapole Johannesburg, est née une mégastructure, qui s`est donnée pour mission entre autre d`unir un maximum de Congolais vivant en Afrique du Sud en les réconciliant avec eux-mêmes, de valoriser la culture Congolaise et de favoriser l`intégration des Congolais en Afrique du Sud.

Les initiateurs de la CCRSA (la Communauté Congolaise de l`Afrique du Sud) ont eu à  constater que malgré une population croissante, la communauté Congolaise en Afrique du Sud n`est pas visible et elle est quasiment absente des médias sud-africains. Les nouvelles concernant la communauté ne sont même pas diffusées au sein de la communauté.

Sans oublier le fait que les Africains, et les Congolais pour le cas qui concerne la CCRSA, vivent actuellement des moments difficiles en Afrique du Sud, et une communauté Congolaise visible, unie, dynamique, intégrée et forte pourrait a coup sur être un refuge pour ses membres et aussi un bouclier de protection.

Ainsi, la CCRSA se propose d`être le trait d`union entre les Congolais de l`Afrique du Sud par des conférences, des activités de réseautages et l`implication des membres dans des causes qui tiennent à  cœ“ur les Congolais d`Afrique du Sud.

La communauté Congolaise d`Afrique du Sud souffre énormément de l`existence de nombreuses fractures dans son sein. Ces fractures sont un frein à  l`unité.

La CCRSA se veut donc être porteuse d`espoir de la capacité des Congolais à  prendre en main leur destin et à  dépasser, avec sagesse et pragmatisme, ses fractures pour construire une communauté harmonieuse et dotée d`un futur viable.

L`initiateur de ce projet et de ce défi est le compatriote Anderson Kongolo, un congolais qui réside à  Johannesburg. Pour commencer, cette structure s`est dotée d`un tout petit bureau avec comme président monsieur Charlie Jephté Mingiedi Mbala et comme vice-président monsieur Laurent Tutu.

Voici l'allocution du président de la CCRSA-31 mars 2019.

Mesdames et messieurs,

Distingués invités,

Chers compatriotes,

Je vous salue au nom de notre bureau provisoire et à  mon nom propre. C'est une chance pour moi, et je le fais avec beaucoup d'émotions, de pouvoir vous rencontrer à  l'occasion de cette réunion. En effet, je suis comme vous, un congolais à  l'étranger, ayant quitté notre pays pour trouver refuge dans ce pays qu'on appelle la nation Arc-en-ciel, en citoyen qui connait donc les problèmes auxquels vous êtes confrontés au quotidien, mais qui connait aussi cette chance qui est la và´tre de relever le défi et d'avoir fait un choix.

Vous avez fait un choix qui est l'Afrique du sud. Un pays qui a beaucoup d'opportunités. Un pays qui nous donne un exemple exceptionnel, qui a su opérer une réconciliation magistrale. Et cette réconciliation que nous voulons voir au sein des congolais, ici en Afrique du Sud. Plusieurs d'entre nous ne croient plus à  ce miracle, car disent-ils : " les congolais ne parviendront jamais à  vivre dans l'harmonie". Je m'en vais rendre hommage à  celui qui a fait en sorte que la commission vérité et pardon puisse aboutir, cet homme s'appelait Nelson Mandela Madiba.

Car sans la vérité et le pardon, on ne pourra jamais bà¢tir une nation.

Distingués invités, chers compatriotes!

Notre communauté a aussi grandement besoin de ces deux piliers pour exister et résister. Je salue tous ceux qui s'engagent au service d'idéaux sociaux. Notre communauté que nous voulons structurée, se veut être apolitique, pour éviter des tensions inutiles que nous avons observé dans le chef des congolais.

La communauté congolaise RSA se veut être la communauté des communautés de tous les congolais vivant en Afrique du Sud; Elle ne vient pas écraser les associations existantes, mais elle veut juste une synergie entre congolais.

Distingués invités,

Chers compatriotes !

Je sais que plusieurs d'entre vous diront que cette tà¢che ressemble aux 12 travaux d'Hercule, mais laissez moi dire qu'avec la volonté de tous, nous parviendrons à  faire comme les autres. Pourquoi pas plus que les autres? Vous êtes tous autant des ambassadeurs de notre pays, partout où vous avez élu domicile dans ce pays d'accueil.

Distingués invités , chers compatriotes !

Ne confondons pas la communauté au refuge, car toute personne est libre de choisir un pays pour créer un environnement paisible. Vous êtes réfugié, vous êtes expatrié, je vous prie de vous sentir à  l'aise dans cette structure communautaire.

Nous voulons travailler dans l'esprit des fourmis pour trouver les voies et moyens de sortir la tête haute dans ce pays d'accueil et surtout laver notre image terni...

Votre présence, votre engagement ici, en Afrique du Sud c'est véritablement une chance pour ceux qui viendront après vous ouvrir de nouveaux chemins.

C'est la raison pour laquelle, nous vous demandons de nous accepter et de nous donner la chance de travailler d'un commun d'accord pour le bien être du congolais.

Distingués invités, chers compatriotes !

La communauté congolaise RSA, ne vient pas favoriser la fainéantise ni l'incivisme mais elle vient pour consolider les compétences acquises pour l'intérêt individuel du congolais dans la grande communauté.

Les sud africains ont franchi des étapes extrêmement difficiles. Ils ont réussi dans la dignité et dans le rassemblement à  les franchir en préservant cet enthousiasme et cette volonté.

On n'invente plus la roue, alors faisons comme les autres pour réussir aussi.

Distingués invités , chers compatriotes!

Si, Israà«l est fort aujourd'hui, c'est par sa diaspora, nous sommes une grande diaspora, et nous pouvons faire plus pour notre pays, là  où nous avons élu domicile.

Nous voulons bà¢tir et non détruire notre communauté, je lance ici un appel à  toute personne qui a une pensée négative d'abandonner cette voie, et de nous rejoindre pour le bien commun de tous les congolais ici en Afrique du Sud.

Distingués invités, chers compatriotes !

Ce n'est pas le bureau provisoire qui restera définitif mais c'est vous, qui choisirez vos dirigeants par une élection transparente et apaisée. Nous vous demandons de nous faire confiance, en nous accordant un mandat de 6 mois renouvelable une fois, si et seulement si, il y a cas de force majeure.

Distingués invités, chers compatriotes !

Donc merci à  vous tous d'avoir répondu à  ce rendez vous, merci de rendre la RDC plus grande par sa diaspora, parce que Je sais que beaucoup d'entre vous sont engagés dans des actions humanitaires , dans les actions économiques et dans les actions sociales, et c'est ce qui est le socle de cette structure qui est le bien de tout congolais vivant ici. C'est vrai qu'un geste, une présence, une affection, un témoignage de solidarité, ça change le regard qu'on peut porter sur une telle structure.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 3 novembre 2019

Cap Town: La CCRSA s'insurge contre les bavures policières sur des réfugiés et demandeurs d'asile devant les locaux du HCR !

Qu'est-ce qui se pays au pays de Mandela? En Afrique du Sud, où l'afrophobie rime avec Négrophobie, la CCRSA (Communauté congolaise de la République Sud Africaine) qui s'occupe de trois catégories de nos compatriotes: les expatriés, exilés et sans-papiers, dénonce la énième bavure policière contre les réfugiés et demandeurs d'asile devant les locaux de Haut-Commissariat aux Réfugiés (HCR), le mercredi 30 octobre 2019, à  Cap Town en Afrique du Sud, dans un communiqué qui est parvenu à  la rédaction de Réveil FM International.

En effet, ayant fait irruption pour un déguerpissement forcé des réfugiés en sit in devant le siège du HCR-Cap Town depuis maintenant quelques semaines, la Police s'est illustrée par une brutalité inexplicable et injustifiable caractérisée par des coups et blessures, par un traitement inhumain et humiliant dont étaient victimes les hommes, mais aussi et surtout les femmes et les enfants traînés à  même le sol, pourtant considérés par plusieurs instruments juridiques internationaux comme étant des personnes vulnérables.

Eu égard à  ce qui précède, la CCRSA exige du gouvernement Sud africain ce qui suit :

1° Une enquête transparente afin que toute la lumière soit faite sur ces incidents malheureux et que les coupables soient déférés devant la justice pour qu ils répondent de leurs actes.

2° La prise en considération des revendications des réfugiés afin de ramener la paix au sein de cette communauté qui a fait de l Afrique du Sud sa seconde patrie.

D`abord honnie pour sa politique raciste, puis glorifiée en 1994 pour son rêve d`une nation multiraciale, l`Afrique du Sud est aujourd`hui une nation en crise. La fin officielle de l`apartheid n`a pas permis aux Noirs de trouver une place dans la société. Le pays est en proie à  tous les maux : chà´mage, violence, corruption. L`économie sud-africaine a beau se développer, l`immense majorité des 50 millions de Sud-Africains n`en perçoit pas les dividendes. Dans un pays où la moitié de la population a moins de 25 ans, le taux de chà´mage chez les jeunes est deux fois supérieur à  la moyenne nationale. Partagée entre rancœ“ur et désillusion, la génération post-apartheid se moque du prestige historique de l`ANC. Dans le parti longtemps incarné par Nelson Mandela, elle ne voit qu`une immense mafia…

Plus de 260 000 agressions graves par an, 25 000 meurtres, 60 000 viols officiellement déclarés, près de 5 millions d'armes pour près de 45 millions d'habitants: les chiffres de la criminalité en Afrique du Sud sont effrayants. Six ans après la fin du régime de l'apartheid, la violence de la rue, naguère légitimée par la violence d'Etat, n'a pas baissé d'un cran. Le chà´mage, les inégalités sociales, la disparité croissante des richesses font le lit de cette criminalité, urbaine ou communautaire. Longtemps identifiée au régime honni de l'apartheid, cette police se ``colorise» - et se féminise.

Les réfugiés et demandeurs d'asile qui s'étaient réfugiés dans les locaux de HCR à  Cap Town s'étaient pour se protéger des attaques négrophobes des sud africains. Faut-il prendre ce nouveau tract au sérieux? tract d'intimidation ou de préparation pour s'attaquer des nouveau aux étrangers ? La menace du 8 novembre 2019 est-elle réelle ou fictive ? Le récent tract des sud-africains qui menacent des étrangers est à  prendre au sérieux!

Attention, attention. Compagnons sud-africains. C`est un message important pour tous les citoyens concernés. Le 4 novembre 2019 est une fermeture nationale. Notre plaidoyer auprès du gouvernement étant tombé dans l'oreille d'un sourd, nous vous demandons à  chacun d'entre vous de prendre part à  cette campagne. nos emplois, nos droits, notre fierté. La principale raison à  cela est de faire en sorte que les ÉTRANGERS quittent notre espace dans l`industrie des transports. Le 3 novembre 2019, toutes les provinces organiseront des réunions et des opérations pour préparer le grand jour. Les camarades cette fermeture continueront jusqu'à  ce qu'il n'y ait ZERO étranger dans les camions sud-africains. Votre participation sera appréciée merci. Citoyens sud-africains concernés.

Quotidiennement, les étrangers sont confrontés à  une ``afrophobie» qui prend racine dans l`histoire du pays et que le gouvernement alimente. Au début de l'année, ce sont les chauffeurs de camion étrangers qui étaient visés au cours de plus de 60 attaques au cocktail Molotov. Ces violences ne sont pas les premières que connaît le pays et 62 étrangers avaient été tués en 2008. Mais pour la première fois, les dirigeants des pays africains, notamment du Nigeria et de la Zambie, se sont levés contre le gouvernement sud-africain, l'accusant de ne pas en faire assez pour protéger leurs compatriotes.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 15 octobre 2019

Afrophobie-Négrophobie Sud africaine: Charlie Mingiedi, le président de la Communauté Congolaise tire la sonnette d'alarme !

A cause de la dictature de Mobutu, de l'agression-invasion-occupation Ougando-Burundo-Rwandaise avec l'Afdl, le régime d'imposture d'Alias Kabila...En souffrance, le peuple congolais erre à  travers le monde, alors que la République démocratique du Congo par ses ressources est l'un des pays riches en Afrique. 300 000 Congolais vivent en Afrique du Sud, certains sont devenus des citoyens sud-africains. C`est la plus grande diaspora en Afrique du Sud. Etre demandeur d'asile, réfugié ou exil ne signifie pas être un mouton prêt à  aller à  l`abattoir. Les Congolais ont été victimes de l'afrophobie sud-africaine. Le ministre sud-africain des relations internationales et de la coopération, Dr Naledi Pandor, a attribué les causes des violences xénophobes aux préjugés à  l`encontre des ressortissants d`autres pays africains et mis les attaques sur le dos de l`afrophobie. La communauté congolaise qui devait comme les autres ressortissants africains, compter sur son ambassadeur. L'esbroufe Bene M`Poko, qui profite bien de son titre pompeux "doyen du corps diplomatique en Afrique du Sud", a fait une sortie médiatique pour doucher à  l'eau froide la communauté congolaise: `` jusque-là , la seule personne qui est décédée, c`est Bienvenu Mulenda. Il a été tué par des voyous qui l`ont trouvé dans une station de bus. Il a été plusieurs fois poignardé. Il a donc été victime du banditisme, de la criminalité et non de la xénophobie ».

On comprend vite que le fameux Bene M'Poko protège ses intérêts. Et Bené Mpoko compte bien sur la continuité du régime en RDC, est aphone, joue aux abonnés absents. Il n'aide pas la communauté congolaise. Les Congolais en Afrique du Sud ne comptent pas sur leur ambassade. La société civile est débout.

Charlie Mingiendi, président de la Communauté Congolaise en République Sud-Africaine (CCRSA)

Ce sont les pires émeutes xénophobes en Afrique du Sud depuis 2008 quand 62 personnes avaient été tuées dans des circonstances similaires. Ces événements ont entraîné de vives réactions dans de nombreux pays africains, dont le Nigeria qui a été le théà¢tre de violences contre les intérêts sud-africains, en représailles aux attaques xénophobes. Le propriétaire d'Air Peace Airlines, Chief Allen Onyema, a rapatrié ses compatriotes Nigérians. 600 citoyens Nigérians d`Afrique du Sud ont regagné leur pays.

Tout a commencer au mois d`aoà»t 2019 à  Pretoria après la mort d`un sud-africain au niveau de Taxi Rank de SunnySide. Les chauffeurs sud-africains vont manifester contre les vendeurs des drogues et la situation va se dégénérer et on va assisté au pillage dans les shops des étrangers... Il y a des victimes des coups et blessures. Après ces événements fà¢cheux , les sud-africains vont lancé des messages par le truchement des réseaux sociaux pour déclarer la guerre aux étrangers qui auront lieu le 2 et 3 septembre 2019. C`est comme ça que la communauté congolaise va perdre l`un de nous, un jeune homme qui venait de Musina ( ville de la province de Limpopo) où il était parti renouveler son permis des réfugiés, il s`appelait Bienvenu Mulenda. Il sera poignardé par les sud-africains au taxi Rank de BLOEMFONTEIN dans la province de Free State. C`est la première victime des attaques xénophobes dans la communauté congolaise. Après ces deux jours de tristesse mémoire, les sud-africains vont encore promettre des nouvelles attaques le 8 et 9 septembre, où la communauté congolaise va enregistrer plusieurs cas soit poignardé ou tabassé... Donc, il y aura des agressions physiques et des blessures enregistrées à  Pretoria, Durban, Cape Town, Western Cape et Johannesburg.

Voici la liste des congolais tués pendant les attaques xénophobes après celui de Bloemfontein:

Rajabu tabassé, poignardé et décédé à  Durban;

Erick Ndagora Kungula tabassé à  mort, il est décédé le 6 octobre 2019, à  l`hà´pital à  Western Cape

Bienvenu Mulenda a été poignardé par des Sud-africains au taxi Rank de Bloemfontein dans la province de Free State

Emani Mananga tué le 3 octobre 2019

Voici la liste des rescapés congolais:

Paul Ebondo attaqué et tabassé à  mort à  Turfontein-Joburg

Enoch attaqué et tabassé à  mort à  Cape Town

Léonard Mutombo poignardé, le 4 octobre 2019, à  Johannesburg

La fillette de Monsieur Jules Mukidi , poignardé le 7 octobre 2019, à  Cape Town

Guylain Pindi attaqué, tabassé et jeté hors d`un train en marche le 27 septembre 2019, à  Cape Town

La CCRSA, a écrit deux mémorandums au HCR et à  la ministre des relations internationales et coopérations pour dénoncer toutes ces atrocités et demander la réinstallation des réfugiés. Mais, elle a aussi demandé que le Home Affairs puisse créer un espace de dialogue permanent avec les responsables des communautés des pays étrangers, plus précisément la diaspora africaine. Et madame la ministre des relations internationales et coopérations a emboîté le pas en demandant à  son tour de créer une commission bipartite entre la DIRCO et la diaspora africaine au mois de septembre 2019 à  Pretoria. La CCRSA a condamné avec la dernière énergie cette énième tragédie contre ses ressortissants et aussi cette xénophobie institutionnelle qui bloque les étrangers à  vivre dans la légalité en Afrique du Sud. La CCRSA a demandé au gouvernement sud-africain de changer leur politique d`immigration et surtout de respecter la CONVENTION DE GENàˆVE. Les ressortissants congolais doivent savoir que la CCRSA n`est pas contre le sit-in des réfugiés devant les bureaux de HCR, qu`elle a d`ailleurs soutenu cette action mais à  cause des débordements et récupérations de la situation que nous avons levé le ton pour mettre en garde nos concitoyens.

La communauté a le devoir de protéger et de défendre toutes les 3 catégories des congolais qui sont: - Les Expatriés; - Les réfugiés; - Les sans-papiers. La CCRSA n`est pas là  pour prendre la place de notre ambassade mais elle est là  pour être un pont entre cette institution diplomatique et ses ressortissants. Il faut marteler que la CCRSA n`est pas au service d`un individu diplomatique mais elle travaille en collaboration avec l`ambassade et à  ce titre, elle mérite respect et considération comme une institution de facilitation, car elle s`occupe de toutes les 3 catégories des congolais qui demande beaucoup de sacrifices surtout tout se fait bénévolement par l`amour de la patrie. Nous demandons par contre à  nos concitoyens de faire confiance à  la CCRSA car elle n`appartient pas à  un individu ni à  un groupe d`individus mais elle appartient à  tous les congolais vivant en Afrique du Sud. Nous martelons encore une fois au sujet des associations congolaises que, la CCRSA ne vient pas écraser ou ignorer celles-ci qui ont existé avant sa création, mais elle est ouverte à  elles pour un travail commun avec comme seul intérêt: le bien-être du congolais. Tout en respectant sa propre devise: `` LA COMMUNAUTÉ CONGOLAISE EST UNE ET INDIVISIBLE ».

Lire la suite...

Partager sur : Partager