Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Charlie Mingiedi

Fil des billets Fil des commentaires

mardi 31 décembre 2019

Négrophobie-Afrophobie Sud-africaine: Président de la CCRSA, Charlie Mingiedi agressé en décembre 2019 !

Charlie Mingiedi, président du CCRSA

Pendant que les uns et autres se préparent à  déboucher des bouteilles pour le réveillon de nouvel an 2020, Réveil FM International tient à  rappeler que Charlie Mingiedi, président de la Communauté Congolaise de l'Afrique du Sud (CCRSA) a été victime d'une agression qui aurait pu être dramatique. "C'était le jeudi 5 décembre 2019. J'ai été victime d'une agression par un groupe de bandits qui m'ont d'abord assommé et qui m'ont tout pris... à‡a s'est passé au centre-ville de Johannesburg à  19h. (...) L'un de nos membres était dans la difficulté et a demandé l'aide de la CCRSA et comme les autres membres du bureau n'étaient pas disponibles, j'étais obligé de faire cette démarche car il y avait une urgence. Arrivée en ville de Johannesburg, il n'y avait pas d'électricité. J'ai été donc obligé d'aller à  Sandton dans le Mall de Mandela Square où j'ai effectué la transaction sans problème. C'est en rentrant au centre-ville de Johannesburg que j' ai été attaquer par un groupe des inciviques non-identifiés. Attaqué au niveau de la nuque, je me suis retrouvé par terre. J'ai perdu connaissance durant quelques minutes. En tombant, je me suis mordu la langue qui a été perforée occasionnant une plaie béante. A mon réveil, j'étais par terre, à  même le sol... Il est impossible de dire si j'avais reçu au niveau de la nuque et du cou: des coups de poings, une planche, une barre de fer, un pot de fleur... Les urgentistes qui m'ont secouru se sont préoccupés surtout à  me rétablir dans ma santé. J'ai dà» passer un IRM et prendre des cachets pour mon rétablissement physique, psychologique et physiologique.

Qui en veut à  Charlie Mingiedi au point d'attenter à  sa vie ? "En tant que président du CCRSA, j'ai pris plusieurs positions pour soutenir, dans la légalité, les démarches de droit d'asile, de mes compatriotes et autres africains. Les exilés, réfugiés et demandeurs ont pour devoir de s'intégrer dans le pays d'accueil, en respectant les lois du pays qui les accueillent". (...) Avant mon agression, j'ai été victime des menaces pour le travail qu'abat la CCRSA abat pour le compte de la communauté. Les communiqués de la CCRSA font peur aux gens qui font souffrir les ressortissants congolais vivant en Afrique du sud, pas seulement les ressortissants congolais même aussi ceux de la diaspora africaine car la CCRSA défend tout ressortissant fait partie de la diaspora africaine dont la CCRSA est membre.

Le mandat de Charlie Mingiedi va jusqu'en avril 2020, agression et menaces le font-il peur ? "Je suis élu par la communauté. J'investis mon énergie pour défendre la communauté qui m'a élu. Je suis président de la CCRSA jusqu'à  la fin de mon mandat".

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 12 mars 2019

Hommage à  Pierre-Jacques Chalupa !

Election Louis Michel 2006, une affiche du candidat Chalupa placardée sur un arbre le long du boulevard du 30 juin à  Kinshasa. Photo Réveil FM International, archives

Réveil FM International rend un vibrant hommage au prisonnier politique personnel de l'imposteur Alias Kabila. L`opposant congolais Pierre-Jacques Chalupa, un amoureux du Congo, a tiré sa révérence. Il est décédé dans la nuit lundi 11 mars soir à  l`hà´pital du Cinquantenaire de Kinshasa. Il est mort à  la suite d`un cancer qui s'ést déclaré en 2012 à  la prison de Makala, le régime d'Alias Kabila a toujours refusé qu'il aille aux soins. Son passeport biométrique a été confisqué, restitué quelques mois avant son décès, il s'est même rendu en Europe pour des soins appropriés mais le cancer s'était déjà  métastasé. Un pays normal ne sacrifie pas ses fils et filles de cette manière. Chalupa est l'une des principales victimes du régime d'imposture d'Alias Kabila `` Je suis profondément attristé par la disparition de mon frère et compagnon de lutte Jacques Chalupa. Jacques était un homme de convictions, un oiseau rare dans l`espace politique congolais. La démocratie a perdu un champion. Mes sincères condoléances à  sa famille et ses proches », a déclaré Martin Fayulu.

C'était une première en République démocratique du Congo ! Lors de l'élection Louis Michel 2006, les Congolais avaient découvert Pierre-Jacques Chalupa, ce congolais à  la peau blanche à  travers ses affiches placardées sur les arbres du Boulevard du 30 juin, à  Kinshasa avec une inscription simple: Votre candidat Chalupa, député national, pourquoi pas ? Né en 1948 à  Uvira, dans la province du Sud-Kivu, à  l'époque du Congo-Belge, son père était né en 1927 à  Matadi et sa grande-mère était née en 1899 à  Boma. C`est depuis 71 ans donc que Pierre-Jacques Chalupa a vécu en République Démocratique du Congo, sous le statut de Congolais. C`est du reste en qualité de Congolais, conformément à  la Constitution et à  la Loi Électorale, qu`il s`était porté candidat député et avait été élu en 2006. Incroyable mais vrai, alors que le Grand Congo avait un Kadogo "Sans-papiers", qui est arrivé avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière, qui a été catapulté sur le trà´ne du Congo par la mafia internationale, comme imposteur président de la République en la personne d'Alias Kabila, ce dernier se soit permis d'inculper le député provincial de Pierre-Jacques Chalupa pour usurpation de la nationalité congolaise, on croit rêver ! Le prisonnier politique personnel d'Alias Kabila, l'ancien député Pierre-Jacques Chalupa a croupi en prison durant 4 ans.

Eric Kikunda, Eugène Diomi Ndongala, Pierre-Jacques Chalupa et Gabriel Mokia à  la prison de Makala. Le député provincial de la ville de Kinshasa et candidat Pierre-Jacques Chalupa a été arrêté mardi 31 janvier 2012 par les barbouzes de Joseph Kabila sous l'inculpation d'usurpation de la nationalité congolaise. Photo Réveil FM International, archives

Qu'ont Azarias Ruberwa, Bizima Karahamwetu, Moïse Nyarugabo...des Congolais qu'on ne connait ni d'Adam ni d'Eve, qui sont infiltrés dans les institutions républicaines congolaises, qu'ont de plus que Pierre Jacques Chalupa ? La République démocratique du Congo, une dictature totalitaire où toutes les institutions sont prises en otage pour servir un individu, Joseph Kabila, l'imposteur-usurpateur qui a usé et abusé de la justice pour mieux asseoir son terrorisme sur des paisibles citoyens. Candidat à  la députation nationale dans la circonscription de la Lukunga (Kinshasa I) pour la fameuse législature du 28 novembre 2011, où Daniel Ngoyi Mulunda et ses acolytes de la CENI ont nommé des députés pour la parti de Joseph Kabila, l'iculpation arbitraire de Chalupa pose la question sur: Qui est Congolais? Et qui ne l'est pas ? Le dernier recensement en République démocratique du Congo date de 1984, et les Congolais n'ont plus de carte d'identité depuis 1997. Et Joseph Kabila a trà´né frauduleusement et abusivement durant 18 ans à  la tête de notre pays !

Il est étonnant que ceux qui sont arrivés avec des bottes de jardiniers, qui ne parlent pas ni le Lingala qui balbutient la langue de Voltaire alors que la RDC est le plus grand pays francophone, qui ne sont pas nés en République démocratique du Congo, qui ont des parents congolais putatifs, des fossoyeurs, tricheurs et faussaires se déclarent plus Congolais que les Congolais eux-mêmes, natifs du Congo ! Pierre-André Chalupa a toujours vécu ven République démocratique du Congo, marié à  une Congolaise, il laisse 4 enfants. Cet homme d'affaires s'était présenté aux élections de 2006 comme indépendant et il avait récolté 13% d'intentions de vote sur 1,7 millions d'électeurs, dans sa circonscription de Lukunga. Opposant politique notoirement connu à  Kinshasa, Chalupa s`était allié, dans le cadre du processus électoral de 2011, aux partis soutenant l'opposant Etienne Tshisekedi de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). Il était en première ligne chaque fois que l'opposition organisait des manifestations de protestations contre l'opacité du processus électoral par Daniel Ngoyi Mulunda, le fameux président de la CENI, qui a fait gagner Joseph Kabila par un hold-up électoral. Le dossier de sa nationalité congolaise n'a jamais posé problème au niveau de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) ni ailleurs. Ce n'est pas du racisme dont a été victime, Pierre-Jacques Chalupa mais d'une injustice car la justice au Congo n'est pas un pilier de la démocratie mais elle caporalisée, politisée, pour servir la dictature de Joseph Kabila.

Lire la suite...

Partager sur : Partager