Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

lundi 23 avril 2018

Loi Asile et Immigration: un texte dangereux pour la Cimade !

La Cimade s'insurge contre la loi Asile et Immigration adoptée

La France n'est pas submergée par des demandes d'asile, comme prétendent certains. Le pays des droits de l'homme n'a accepté que 81 950 demandes d'asile depuis 2015, soit 0,12 % de la population française, 10 fois moins que la Suède, 8 fois moins que l'Allemagne, 3 fois moins que le Danemark et la Belgique...

La Cimade déplore vivement l`adoption dans la nuit du 22 au 23 avril 2018 de la loi Asile et Immigration par la majorité présidentielle à  l`Assemblée nationale. Hormis de rares avancées à  la faveur de quelques amendements parlementaires retenus, cette loi reste essentiellement tournée vers la répression et la restriction des droits des personnes étrangères. Le doublement de la durée de rétention, le maintien de l`enfermement des enfants en rétention, les restrictions au droit d`asile, la généralisation du refoulement aux frontières, du bannissement, pour ne reprendre que ces dispositions, représentent un tour de vis supplémentaire contre les droits des personnes réfugiées et migrantes.

L`introduction d`une disposition sur le `` délit de solidarité » élargissant les possibilités d`immunités va dans le bon sens mais n`éteint pas le risque qu`une personne puisse être poursuivie si l`on considère son acte de solidarité lié à  un engagement militant ou citoyen. Seule l`absence de contrepartie lucrative doit suffire à  assurer l`immunité des personnes apportant une aide à  des personnes étrangères.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 21 décembre 2017

La Cimade: Entendez-nous Monsieur le Président !

Geneviève Jacques, Présidente de la Cimade

Alors que les associations sont `` consultées » sur les questions d`asile et de migrations ce 21 décembre 2017 après-midi par le Premier ministre, La Cimade a choisi d`interpeller le Président de la République sur l`une de ses promesses.

La fin de l`année approche, Geneviève Jacques, présidente de La Cimade, rappelle dans un message vidéo adressé au président Emmanuel Macron, que contrairement à  sa déclaration du 27 juillet à  Orléans, des personnes migrantes dorment encore dans les rues et dans les bois. Depuis, rien n'a été fait par le gouvernement pour proposer des solutions d`hébergement, notamment à  Paris ou à  Grande-Synthe où ces images ont été filmées ces derniers jours. Bien au contraire, deux circulaires ont été publiées, elles remettent en cause l`accueil inconditionnel des personnes dans les centres d`hébergement d`urgence, principe fondamental de l`action sociale. Elles engagent l'État dans le tri des personnes migrantes.

La Cimade invite le Gouvernement et le Président de la République à  respecter l`engagement pris en juillet dernier, et mettre un terme à  toutes les décisions en cours qui violent massivement les droits des personnes en migration et en quête de protection par la France. Une autre politique migratoire basée sur l`accueil, la solidarité et l`hospitalité est attendue.

Entendez-nous Monsieur le Président ! from La Cimade on Vimeo.

Verbatim du message adressé par Geneviève Jacques, présidente de La Cimade :

Monsieur le Président,

Le 27 juillet vous avez déclaré : `` Je ne veux plus avoir, d`ici la fin de l`année, des femmes et des hommes qui vivent dans les bois, dans les rues, perdus. C`est une question de dignité, c`est une question d`humanité et d`efficacité ».

Nous sommes à  la fin de l`année.

Regardez ces images : des centaines, des milliers d`exilés vivent et dorment encore dans les rues et dans les bois. Parce qu`il n`y a pas assez d`abris pour eux et aussi parce que les pouvoirs publics ne veulent pas les accueillir en France.

Où est la dignité ? Quand des exilés sont harcelés par les forces de l`ordre qui détruisent leurs abris et leurs couvertures, aggravant les situations de souffrance et d`errance.

Où est l`humanité ? Quand des centres d`hébergement d`urgence sont transformés en lieux de fichage et de triage entre ceux qui seraient `` accueillables » et ceux qui seraient `` jetables », c`est à  dire voués à  l`expulsion vers des pays qu`ils viennent de fuir.

Le refus des acteurs associatifs de coopérer à  des dispositifs qui lient l`hébergement à  l`éloignement forcé n`est pas une posture Monsieur le Président.

C`est l`expression d`un très sérieux malaise devant les conséquences inhumaines de la politique migratoire menée en votre nom.

Cessez de taxer d`angélisme ou de naïveté des associations ou des citoyens qui se mobilisent partout en France par solidarité et qui réclament une politique digne de ce nom, une politique d`accueil à  la hauteur des défis migratoires d`aujourd`hui.

Pour eux, pour nous, c`est une question de dignité, c`est une question d`humanité, c`est un enjeu de choix de société.

Entendez-nous Monsieur le Président !

Lire la suite...

Partager sur : Partager