Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

dimanche 26 avril 2020

Muanda Nsemi est "Fou" pour Tshilombo, comme jadis Tshisekedi pour Mobutu!

Muanda Nsemi est "Fou" pour Tshilombo, comme jadis Tshisekedi pour Mobutu!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Les Bena Mpuka et Tribalo-ethniques qui soutiennent le vol du destin du peuple congolais par Tshilombo et passent leur temps à insulter des compatriotes sur les réseaux sociaux ne sont pas à plaindre. Ils ont pour exemple et précurseur Etienne Tshisekedi, qui passait son temps à insulter Mobutu. Bavures policières, fautes et failles: 8 morts, 36 blessés et 169 interpellés.

Freddy Mulongo-Mobutu 20AA.jpg, avr. 2020


Les Bena Mpuka et Tribalo-ethniques qui soutiennent le vol du destin du peuple congolais par Tshilombo et passent leur temps à insulter des compatriotes sur les réseaux sociaux ne sont pas à plaindre. Ils ont pour exemple et précurseur Etienne Tshisekedi, qui passait son temps à insulter Mobutu. 

Le Maréchal Mobutu n'a jamais été autant insulté que par  Etienne Tshisekedi wa Mulumba ! Mobutu-Tshisekedi, deux amis de trente ans. C'est Tshisekedi , le premier de Zaïrois qui insulta Mama Yemo, la mère de  Mobutu et son fils, le diable.  Et le Maréchal avec humour, n'hésitait pas à traiter son ex-ami  de "Fou".  Il faut dire que, sous la  défunte deuxième République, dictatoriale de Mobutu "Mula Nkuasa" aura tout connu: relégation à Kabeya kamuanga, village sans route, ni eau ni électricité; emprisonnement à Djugu  dans l'Ituri actuel et une inscription du MPR sur son dos !

Freddy Mulongo-Tshisekedi AZ.jpg, avr. 2020

Il faudra que les Bena Mpuka vociférateurs sur le Net puissent nous expliquer: Comment un docteur en droit, Etienne Tshisekedi a pu agir ainsi ? "La  deuxième nomination  d'Etienne Tshisekedi , comme Premier ministre, date du 30 septembre 1991 suite aux négociations du Palais de Marbre I. Un incident majeur a éclaté lors de la cérémonie de prestation du serment d’investiture le 16 octobre 1991. Avant d’apposer sa signature sur le procès-verbal, Etienne Tshisekedi a barré les mots «garant de la Nation», contestant ainsi cette qualité à Mobutu; il a biffé aussi l’expression «observer loyalement et fidèlement la Constitution», pour nier l’existence de la Constitution de 1967.
Par la suite, le 18 octobre 1991, un communiqué de la présidence de la République constata que le Premier Ministre, s’était mis par cette action «dans l’impossibilité légale d’exercer ses fonctions» et le 21 octobre une ordonnance présidentielle révoqua Etienne Tshisekedi et son gouvernement".

Honte au Général Sylvano Kasongo, commissaire divisionnaire adjoint et commandant  de la police nationale congolaise et à ses policiers pillards de la résidence de Muanda Nsémi. Dans un pays démocratique, le fameux ministre de l'intérieur, Gilbert Kankonde Malamba devrait démissionner pour l'opération foireuse, d'une arrestation. 8 morts, 36 blessés et 169 arrêtés !  Il  y a eu bavures policières, des fautes et failles.  Il faut sanctionner  des erreurs d'appréciation. Fallait-il toute une armada, pour des Makesa non armés ? Pourquoi la police a-telle utilisé des armes léthanes  contre des compatriotes non armés ? 

Aujourd'hui, c'est Tshilombo, le grand voleur du destin du peuple congolais, qui ose traiter Muanda Nsemi de Bundu Di Mayala de "Fou", comme jadis Mobutu qualifiait Etienne Tshisekedi "Mula Nkuasa". L'histoire est répétitif. Muanda Nsemi pour l'humilier, il est envoyé au Centre  Neuro Psycho Pathologique  (CNPP) de Kinshasa, comme jadis Etienne Tshisekedi. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager