Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

jeudi 18 octobre 2018

Erevan: Avec Alias Joseph Kabila sans Kanambe Kazembere Mtwale !

C'est un butin de guerre que nous ramenons d'Erevan en Arménie. Alors que comme à  l'accoutumée, le barbu et incapacitaire de Kingakati a brillé par l`absentéisme au XVIIè Sommet de la Francophonie, l'Udpsien Bruno Tshibala Nzenze n'a même toussé et sa bande des vadrouilleurs grouillaient de partout pour des emplettes. Ce sont des journalistes venus de la République démocratique du Congo qui ont ramené les deux ouvrages sur Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale. Ces thuriféraires ne se sont jamais gênés de se transformer en propagandistes, d'un imposteur-usurpateur qui trà´ne par défi en République démocratique du Congo. Entre journalistes, on se partage des infos, on s'échange de cartes de visite...on distribue pas deux ouvrages qui avec des fautes historiques. Dans Alias "Kabila" s'exprime...nous apprenons que le Maréchal Mobutu Sese Seko a quitté le pouvoir en 1990. Qui a donc dirigé le Zaïre de cette année à  1997 ? Il y a-t-il une volonté de falsifier l'histoire de notre pays ? Une imposture de plus.

Arrivée avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière, Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, qui a contribué à  l'assassinat de son père putatif M'zée Laurent-Désiré Kabila, a été catapulté sur le trà´ne du Congo, par la mafia internationale, pour mieux piller ses ressources. 17 ans de crimes contre l`humanité, de pillages des ressources, des atteintes massives de droits humains, le sosie de Léopold II est aphone. Il s'enrichit comme Crésus, lui n'arrivait même pas à  s'acheter une cigarette, il peut jouer au Nintendo avec acharnement.

La République démocratique du Congo est tombé très bas. Des journalistes thuriféraires-propagandistes ont distribué les ouvrages de l'imposteur, sans gène. Ils sont incapables de parler des tueries à  Beni et en Ituri. Mais ils veulent nous faire croire que le barbu a travaillé et travaille avec ses 5 chantiers et la Révolution de la Modernité bidon !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 17 octobre 2018

Erevan: Discours de Macron à  la Maison Charles Aznavour !

Emmanuel Macron, Président de la République signant le livre d'or

Charles Aznavour, qui s`est éteint il y a quelques jours, devait fouler les terres de ses parents, à  Erevan, pour l`inauguration de la Maison Charles Aznavour, chargée de la promotion de la langue française. Le Président de la République a rendu un nouvel hommage à  Charles Aznavour à  Erevan. Dans son discours, le Président Emmanuel Macron a insisté d`ailleurs sur ce ``trait d`union qu`était l`artiste ``totalement arménien et totalement français. ``Il incarnait une forme du “en même temps qui m`est cher… sourit-il, visiblement content de s`extraire, durant ces deux jours en Arménie, des contingences parisiennes.

Charles Aznavour avait trois pays: La France, l'Arménie et la langue française. Le chanteur le plus connu de la diaspora arménienne n'a jamais renié ses origines. Tout au long de sa carrière, ce fils d'immigrés a défendu la cause de ce petit pays du Caucase tant sur le plan humanitaire que diplomatique. "Je suis 100 % français, 100 % arménien", se plaisait-il à  dire. " Les deux sont inséparables comme le lait et le café". Il était un géant de la chanson française.

Nicolas Aznavour et Emmanuel Macron, Président de la République

Tout au long de ses 70 ans de carrière, le chanteur aura marqué des générations. La carrière de l`artiste franco-arménien débute dans les années 1950.

Ses textes sont d`abord interprétés par les plus grands, comme Édith Piaf, Juliette Gréco ou Gilbert Bécaud. Il faut attendre les années 1960 pour que le chanteur se retrouve lui-même "en haut de l`affiche" grâce au titre J`me voyais déjà .

C'est en 1975 que l'auteur revendique son "arménité" dans ses chansons. Il écrit et interprète "Ils sont tombés" pour évoquer le génocide arménien ("Ils sont tombés/Sans trop savoir pourquoi/Hommes, femmes et enfants/Qui ne voulaient que vivre/Avec des gestes lourds comme des hommes ivres/Mutilés, massacrés, les yeux ouverts parfois"). La musique était signée par son beau-frère Georges Garvarentz (fils du poète Kevork Garvarentz, auteur de l'hymne national révolutionnaire arménien). Ce titre est enregistré à  Londres dans la nuit du 23 au 24 avril 1975, soit exactement soixante ans après la rafle des intellectuels arméniens du 24 avril 1915 à  Constantinople.

Depuis, les chiffres donnent le vertige : 180 millions de disques vendus, plus de 1 200 chansons et un nombre inchiffrable de concerts donnés dans le monde entier. Dans son discours, le chef de l`Etat insiste d`ailleurs sur ce trait d`union qu`était l`artiste totalement arménien et totalement français. Vues du mont Ararat, connu pour être le refuge de l`arche de Noé, les turpitudes du remaniement ministériel paraissent lointaines.

Le Premier ministre arménien Nikol Pachinien et le Président Emmanuel Macron devant le cercueil de Charles Aznavour

Paris, 5 octobre Cour des Invalides. Empreint d`émotion, le Premier ministre Arménien Nikol Pachinian a dit toute son admiration pour Charles Aznavour dans son éloge funèbre. `` Je n`ai pas eu le temps personnellement de connaître le grand maître Charles Aznavour mais chacun le considère comme un proche parent, a-t-il souligné. Il a porté le nom des Arméniens sur le toit du monde et donné un nouvel élan à  la fierté arménienne. Je m`incline devant vous, grand Français, grand Arménien, grand artiste, grand humaniste. Repose en paix cher maître. »

"Charles Aznavour est devenu naturellement, unanimement un des visages de la France", a déclaré le président Macron, dans son éloge funèbre. "On devient aussi Français par la langue. C'est par là  qu'Aznavour devint si français et même disait-il Parisien, ancrant par les mots son imaginaire dans une identité qui n'était pas celle de ses parents, prenant pied dans la longue tradition des conteurs, des poètes", a-t-il souligné, saluant celui dont les "chansons furent pour des millions de personnes un baume, un remède, un réconfort".

Un hommage littéraire du Président Emmanuel Macron. `` En France, les poètes ne meurent jamais. » Emmanuel Macron a, lui, souligné toute la force des mots dans les chansons de Charles Aznavour. `` Les chansons d`Aznavour sont d`abord des paroles. Leurs titres ou leurs refrains sont rentrés dans le patrimoine commun. C`est là  que se vérifie le génie d`un artiste. » Devant la famille, les amis du chanteur, le chef de l`État a souligné que `` Charles Aznavour est devenu unanimement un des visages de la France. Au fil des années, cette présence, cette voix, cette intonation reconnaissable entre toutes s`est installée dans nos vies, quelle que soit notre condition, quel que soit notre à¢ge ». Ses chansons `` ne furent jamais ces rengaines d`un été qui nous amusent et qu`on oublie » et sont même devenues des `` remèdes ».

Selon lui, `` certains héros chez nous deviennent français par le sang versé. Mais on devient aussi français par la langue parlée, la langue aimée, travaillée, ouvragée, célébrée. Aussi français que Kessel et Gary, qu`Apollinaire et Ionesco, aussi Français qu`Aznavour ». Dans son discours, Emmanuel Macron n`a pas non plus oublié les Arméniens qui ont fui leur pays pour rejoindre la France : `` Il ne s`agit pas de diversité. Il s`agit de destins croisés, entremêlés, et pour finir, il s`agit de grandeur. »

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 16 octobre 2018

Erevan: Roger Bongos et Freddy Mulongo au mémorial du génocide arménien !

Une pointe de granite de 44 mètres de haut représente la renaissance de la nation arménienne

Contrairement au Rwanda où les crà¢nes sont entassés pour faire peur alors que la tradition africaine, quelque soit la mort on enterre la victime. Le régime dictatorial de Paul Kagamé fait du génocide rwandais un fonds de commerce pour se dédouaner du respect des droits humains. Paul Kagamé a génocidé plus de 10 millions de Congolais pour mieux piller les ressources de la République démocratique du Congo. Le mémorial du génocide arménien est situé en bordure d'une grande esplanade à  20 km à  l`ouest d`Erevan. Du 24 avril 1915 à  1923, les Jeunes Turcs éliminent les Arméniens de l`Empire Ottoman. On compte environ 1.5 millions de victimes.

Roger Bongos se recueille au mémorial du génocide arménien

Rarement au cours de son Histoire un pays n`aura été autant éprouvé par les guerres, les invasions et les massacres. Maintes fois morcelée et partagée à  la suite des conquêtes dont elle fut l`enjeu, l`Arménie a trop souvent été réduite au rang d`entité provinciale par les États qui ont exercé une domination sur elle.

Freddy Mulongo se recueille au mémorial du génocide arménien

Le premier génocide du XXe siècle, perpétré par la Turquie en 1915, demeure toujours aussi vivace dans l`esprit des Arméniens. Entre 1 200 000 et 1 500 000 personnes ont été tuées sur place ou sont mortes au cours de leur déportation, soit les deux tiers de la population.

Le Monument du Génocide, impressionnant de solennité, à  Erevan, la capitale, témoigne de cette Histoire douloureuse. Malgré tous ces événements tragiques, malgré des conditions de vie difficile - étés très chauds, hivers polaires - le peuple arménien reste solidement attaché à  sa terre. Mieux il a su conserver intacte sa culture, sa langue et sa foi. On ne peut que s`en féliciter.

Erevan, nichée dans l`ombre des pics majestueux du Mont Ararat (5 156 m, géographiquement en Turquie, mais symbole national en Arménie), compte aujourd`hui 1,2 million d`habitants et constitue la plus grande ville du pays. Cette cité, étagée entre 950 et 1 200 m d`altitude, de longues avenues débouchant sur de grandes places cernées de constructions monumentales, telle la place de la République, lieu de toutes les réjouissances - si ce n`est ses nombreuses fontaines situées au cœ“ur d`espaces verts. L`originalité vaut également par le tuf, pierre d`origine volcanique rose et ocre qui recouvre les façades des maisons, leur donnant ce cachet si particulier.

Tsitsernakaberd est un mémorial dédié aux victimes du génocide arménien perpétré par le gouvernement Jeunes-Turcs entre 1915 et 1916, situé sur une des collines de la capitale arménienne, Erevan. Tsitsernakaberd signifie `` fort aux hirondelles » en arménien (tsitsernak, `` hirondelle », et berd, `` fort »).

Une pointe de granite de 44 mètres de haut représente la renaissance de la nation arménienne. Cette pointe est divisée en deux parties, l'une couvrant l'autre, qui symbolisent les deux Arménies orientale et occidentale ;

Douze stèles de granite sont disposées en cercle ; elles sont souvent et à  tort considérées comme symbolisant les 12 provinces perdues, aujourd'hui turques, d'Arménie occidentale. Au milieu, à  1,5 m de profondeur, la flamme éternelle est le lieu de recueillement. Tous les 24 avril, des milliers de personnes y déposent une fleur ;

Le long de l'allée menant à  la stèle et à  la pointe, un mur long de cent mètres porte les inscriptions des principaux villages arméniens de l'Empire ottoman dans lesquels ont eu lieu les massacres ;

Plus récemment, depuis 1995, les personnalités politiques (au sens large) du monde entier plantent un arbre et signent leurs quelques mots sur une plaque dorée de l'autre cà´té de l'allée ;

En 1995 s'est également ouvert un musée circulaire souterrain. On y trouve des clichés de photographes allemands (l'Allemagne était l'alliée de la Turquie pendant la Première Guerre mondiale) et plusieurs publications relatant les événements de l'époque. Un monument rappelle les paroles de grands hommes européens, comme Charles Péguy, Jean Jaurès, Georges Clemenceau, Anatole France, qui ont appuyé la cause arménienne.

Roger Bongos et Blaise Mengue Menna du journal La Nation (Gabon)

Freddy Mulongo et Blaise Mengue Menna du journal La Nation (Gabon)

L`Arménie, on le sait rarement, est le premier pays au monde à  avoir officiellement adopté le christianisme, en l`an 301. Repoussant les envahisseurs jusqu`à  se tailler de vastes domaines, ses rois ont très tà´t favorisé la construction d`édifices religieux. Certaines minuscules églises, encore debout, affichent ainsi un à¢ge canonique !

Vers l`an 1000, des monastères furent bà¢tis dans les coins les plus reculés de ce pays de montagnes. Trois siècles plus tard ils connurent un bref à¢ge d`or qui vit foisonner l`activité culturelle et artistique. Les omniprésents khatchkars (croix) y ornent chaque mur, chaque paroi. Et les entrelacs courent sur la pierre sculptée, leurs motifs éternellement renouvelés.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

Erevan: Je suis Congolais, Arménien de cœur et Francophone!

Freddy Mulongo au XVIIè Sommet de la Francophonie à  Erevan en Arménie

Lorsqu'un journaliste débarque dans un pays qu'il ne connait pas, il prend souvent un taxi parle avec le taximan ou il va vers un agent de l'ordre pour demander des renseignements. A partir d'eux, on peut déjà  apprendre beaucoup du pays. Chapeau bas aux Arméniens qui sont ouverts et accueillants. L'hospitalité et le partage sont des valeurs omniprésentes et toutes naturelles pour eux. Depuis des siècles, l`Arménie est connue pour son hospitalité. Peuple paisible, il est impossible d`éviter une vraie régalade lorsque vous êtes chez un Arménien. Outre l`étiquette d`hospitalité naturelle, c`est une question d`honneur pour lui ! L'Arménie, ce pays d'Asie centrale, ancienne république soviétique, a conquis notre cœ“ur en moins d'une semaine de séjour. Erevan est une ville un peu tristounet mais très propre, la gentillesse des habitants donne la chaleur au cœ“ur et vous attache au pays. Le cœ“ur n'est pas un genou pour qu'on le plie, certes on ne commande pas à  ses sentiments, le cœ“ur ne parle qu'au cœ“ur mais la bouche ne parle qu'à  l'oreille dit-on. Un pays, c'est aussi des visages qui s`incrustent dans notre mémoire.

1. Aznive Aslikian, Komitas Action Suisse-Arménie

Aznive Aslikian et Freddy Mulongo au HCR-Arménie

Je suis personnellement retourné à  l'aéroport international de zvartnots à  Erevan et je suis reparti sans ma valisette. Aznive Aslikian parle arménien, anglais et Français. Elle est souriante, brave et dynamique. Alors que ma valisette était restée à  Moscou. Elle a mis en marche ses réseaux, coups de fil au service des bagages à  l'aéroport et coups de fil par par là ...ma valisette a été retrouvée, une limousine est allé le chercher à  l'hà´tel Mariott d'Erevan où il était déposée par erreur. Ma valisette est parvenue scellée comme valise diplomatique au Multi Rest House à  Tsaghkadzor. Grand Merci à  Aznive Aslikian pour sa bravoure !

2. Satiné Mlirzoyan du Multi Rest House à  Tsaghkadzor.

Jeune et belle, Satiné Mlirzoyan est réceptionniste au Multi Rest House à  Tsaghkadzor. Disponible, avenante à  l'égard des clients. L'hà´tel "Multi Rest House", fondé en 2007, est situé dans la ville de Tsakhkadzor et est entouré d'une forêt dense. C'est un endroit idéal pour ceux qui apprécient la beauté et le tourisme de qualité. "Multi Rest House" est situé à  1 km du téléphérique. Hotel qui donne dans le luxueux : marbres et fer forgé. Il est confortable : grandes chambres et un bon buffet pour le petit déjeuner. Grande réception, grands salons, chambre convenable, de belle taille, Le service est attentionné. Cet hà´tel offre des chambres très spacieuses à  la déco très kitch mais il semblerait que c'est la norme dans ce pays. La propreté y est irréprochable, l'accueil y est correct et la literie convenable. L'hà´tel est comme dans un chà¢teau. Situé dans la station de ski de Tsaghkadzor, le Multi Rest House est équipé d'un court de tennis et d'un terrain de volley-ball. Il propose une salle de cinéma, un centre médical et des chambres dotées d'une connexion Wi-Fi gratuite.

L'hà´tel "Multi Rest House" est également un lieu idéal pour des vacances en famille. Il propose non seulement des cottages ou des chambres d'hà´tel confortables sur deux et trois étages, mais également des appartements familiaux. Toutes les conditions nécessaires aux loisirs pour les enfants sont réunies: aire de jeux pour enfants, mini-club, etc. Le personnel amical sert ses clients conformément aux normes internationales et a une approche individuelle pour chaque client.

Décorées dans un style classique, toutes les chambres du Multi Rest House disposent d'un réfrigérateur. Leur salle de bains est munie de peignoirs et de chaussons. Les remontées mécaniques vous attendent à  2 km du Multi Rest House, tandis que la ville d'Erevan est à  55 km. L'aéroport Zvartnots se situe quant à  lui à  67 km. Cet établissement a également été bien noté pour son excellent emplacement à  Tsaghkadzor ! Les clients en sont plus satisfaits en comparaison avec d'autres établissements dans cette ville.

3. Des jeunes bénévoles pour le Sommet de la Francophonie

Freddy Mulongo et des jeunes bénévoles Arméniens: Ghevondyan Arevik, Barseghyan Gor, Sargsyan Diana devant le centre de presse.

Ils étaient 1000 jeunes filles et garçons, reconnaissables à  leur T-Shirt bleu, sur le dos le logo de la Francophonie à  Erevan avec en grand "Vivre Ensemble" ! La majorité d'entre eux sont des jeunes étudiants. à€ l'occasion du XVIIè sommet de la Francophonie à  Erevan en Arménie, des bénévoles francophones ont aidé l'organisation.

Ghevondyan Arevik, Alexanyan Erik, Barseghyan Gor et Sargsyan Diana

L`Organisation internationale de la Francophonie (OIF) est une institution qui a été fondée principalement sur le partage d`une langue commune, le français. Il y a 274 millions de locuteurs francophones dans le monde et ce chiffre pourrait atteindre les 700 millions dans les prochaines décennies. Une augmentation portée par la croissance démographique du continent qui comptera 8 francophones sur 10 d`ici à  2060.

Le jeune bénévole Erik Alexanyan a 19 ans. Il est étudiant à  l'université français, à  la faculté de finance à  Erevan en Arménie. Il a l'à¢ge de mon fils, je lui ai prêté mon appareil photo Sony alpha 99 pour faire des photos à  ma place. Il m'a accompagné sur le site du Sommet de la Francophonie en portant le pied de la caméra et m'a beaucoup aidé. Comme quoi on s'attacher à  quelqu'un que l'on jamais vu de sa vie. Erik Alexanyan est devenu mon jeune frère que je n'oublierai jamais.

L`Organisation internationale de la Francophonie ne cesse de grandir et regroupe aujourd`hui 84 Etats et gouvernements dont 54 membres actifs, la plupart en Afrique. Créée pour promouvoir la langue française et diffuser les cultures de ses membres, la Francophonie a pris au fil des ans une dimension politique avec pour objectifs affichés ``l`instauration et le développement de la démocratie» et ``le soutien à  l`Etat de droit et aux droits de l`Homme».

4. Des policiers au service des citoyens

Dans certaines capitales africaines qui dit policier dit tracasseries ! Pas à  Erevan où les policiers sont polis et jouent la proximité avec la population. Pour le XVIIè Sommet de la Francophonie, la police a été mise à  contribution : un manuel de conversation a été publié pour les forces de l`ordre qui seront en service dans les rues d`Erevan. `` Ce sont des phrases simples qui seront utiles aux policiers si des touristes viennent leur parler en français. Nous pourrons montrer les rues, les hà´tels que cherchent les invités ou leur souhaiter un bon séjour », détaille le capitaine Iouri Ohanian, 32 ans. `` En entendant des mots en français, nos invités se sentiront à  l`aise et en sécurité. En plus de ce petit manuel, des cours de français de trois mois ont été organisés pour des groupes de policiers », ajoute-t-il.

Dans certaines capitales africaines qui dit policier dit tracasseries ! Pas à  Erevan où les policiers sont polis et jouent la proximité avec la population.

Après trente années comme taxi, Armen Darbinian a vécu nombre d'événements internationaux. Mais pour le sommet de la Francophonie qui débute jeudi à  Erevan, il s`est préparé comme jamais : il s`est procuré un dictionnaire et, entre deux courses, apprend le français. `` Ils disent qu`il y aura beaucoup de touristes et d`invités. Alors j`apprends les mots les plus utiles, des mots simples comme : comment ça va ? Ou : où allez-vous ? », raconte ce chauffeur de taxi de 62 ans. `` J`aimerais en connaître plus pour leur dire que nous sommes contents de les accueillir, parler de notre histoire, d`Erevan... Mais c`est une langue très difficile », poursuit-il avec un ton désolé. à€ Erevan, qui résonne depuis la semaine dernière des chansons de Charles Aznavour, décédé à  94 ans et qui était souvent qualifié de `` fils du peuple » arménien, tout le monde, des serveurs des cafés aux vendeurs des magasins, semble s`être mis au français.

Marquée par des hauts-plateaux et de paysages montagneux, l'Arménie culmine souvent à  1000 mètres voire plus. A proximité d'Erevan,la capitale, on peut partir explorer le mont Ararat où Noé, lors du Déluge, s'échouera : il s'élève à  5160 mètres et domine la vallée où Noé donnera naissance à  l'Humanité. Quant au mont Aragats, il est moins élevé puisqu'il ne dépasse pas les 4090 mètres.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 15 octobre 2018

Erevan: Bruno Tshibala Nzenze, aphone et sa bande des vadrouilleurs !

A quoi sert d'être le plus grand pays francophone au monde et de n'avoir aucun congolais dans les institutions internationales ? Pire de soutenir la candidature du Rwanda, un pays agresseur, criminel, pillard et receleur des ressources de la République démocratique du Congo. Que faisait donc Bruno Tshibala Nzenze au XVIIè Sommet de la Francophonie à  Erevan en Arménie ? L'ancien opposant de l'Udps, qui n'a mieux trouvé que de traverser la rue et devenir Premier ministre d'un gouvernement d'imposture-occupation, a été aphone tout au long du Sommet de la Francophonie. Bruno Tshibala Nzenze n'a même pas toussé dans la salle du Sommet où étaient présents des chefs d'Etat et membres de gouvernements. Représenter un grand pays comme la République démocratique du Congo, être silencieux et suiviste est honteux. La voix de la République démocratique du Congo a été aphone au XVIIè Sommet de la Francophonie à  Erevan en Arménie. Bruno Tshibala Nzenze ne doit pas se targuer d'avoir été un opposant. Les anciens de l'Udps qui sont devenus des Traîtres et Collabos à  la Nation se ramassent à  la pelle. Bruno Tshibala Nzenze sait qu'il n'entrera jamais dans l'histoire du Congo. Il est bon pour la poubelle de la République.

Avec Alias sans Kabila à  Erevan ? Bruno Tshibala, le ventriote, inconstant et girouette politique s'est affiché à  Erevan sans charisme, comme chef de la délégation composée de bras cassés, vadrouilleurs et troubadours de la République démocratique du Congo, en remplaçant celui qui brille par son absence éternelle, Alias "Joseph Kabila", le barbu et incapacitaire de Kingakati. Devenu "Millionnaire" du dimanche, avec des millions cachés, Bruno Tshibala Nzenze, le repu de la République avait hà¢te que le Sommet se clà´ture pour passer à  Dubaï et faire des emplettes.

Amener des vadrouilleurs-troubadours à  un Sommet stratégique où l'avenir de la RDC en dépend, est un non-sens. Que pense Bruno Tshibala Nzenze de la désignation de la rwandaise Louis Mushikiwabo au Secrétariat Général de l'OIF ? Pourquoi la RDC n'a pas postulé ? Quelles sont les raisons ? Il n'y a donc aucun congolais capable d'occuper ce poste ? Pourquoi la RDC ne s'est pas abstenue de voter pour Louise Mushikiwabo ? Avec tous les crimes contre l'humanité que la soldatesque rwandaise a commise sur le sol congolais, le pillage des ressources congolais et le recel de mêmes ressources la RDC donne sa voix au Rwanda ? Mais quel genre de politicailleur est Bruno Tshibala Nzenze ? Porter des lunettes noires en plein jour ne suffit plus.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

Erevan: Emmanuel Macron au mémorial du génocide arménien de Tsitsernakaberd

Emmanuel Macron, Président de la République au mémorial du génocide arménien

Avant de participer jeudi 11 octobre 2018 au sommet de la Francophonie en Arménie, Emmanuel Macron a fait une étape mémorielle. Accompagné de son épouse Brigitte, le président de la République s`est rendu au mémorial du génocide arménien de Tsitsernakaberd. Il s`est recueilli devant la flamme éternelle et le couple présidentiel a planté un sapin, comme des dizaines d`autres personnalités internationales.

La France "s`incline" devant les victimes du génocide arménien et "n`oubliera jamais" ce qu`ils ont enduré. Geste fort de la part du Président Macron. au mémorial du génocide commémorant les massacres d`au moins un million d`Arméniens de l`Empire ottoman entre 1915 et 1917. Une immense flèche qui se dresse vers le ciel, sur une colline d`Erevan, avec dans une crypte une flamme éternelle.

`` La France n`oubliera jamais et portera le combat pour la vérité et de la reconnaissance » de ce génocide que Paris a reconnu en 2001, a écrit Emmanuel Macron dans le livre d`or du musée.

Après sa visite au mémorial, Emmanuel Macron a participé au sommet de la Francophonie, Emmanuel Macron a appelé à  `` réinventer » la francophonie, qui n`est `` pas un club convenu, un espace fatigué mais un lieu de reconquête » des valeurs comme les droits de l`homme. S`adressant à  une quarantaine de dirigeants au premier jour du XVIIe Sommet de l`Organisation internationale de la Francophonie (OIF), le président français a souligné les reproches parfois faits à  une Francophonie `` trop institutionnelle ».

Lire la suite...

Partager sur : Partager

Erevan: Michaëlle Jean est partie la tête haute du Sommet de la Francophonie !

Avoir le dictateur-autocrate Paul Kagamé dans son soutient gorge ne suffira pas à  Louise Mushikiwabo, elle doit prouver qu'elle tient aux idéaux et valeurs démocratiques de la Francophonie. Si elle croit qu'être catapultée sur le poste de Secrétaire Général, elle pourra prendre en otage l'OIF et tout se permettre, elle se trompe lourdement. Le Rwanda criminel, pillard et receleur des ressources de la République démocratique du Congo, n'est pas un pays démocratique. A Erevan, pour ses adieux à  l'OIF, Michaà«lle Jean s'est habillée en blanc, signe de pureté et zénitude. Et pourtant, lors de son dernier discours aux Chefs d'Etat et membres des gouvernements, le 11 octobre 2018, elle était habillée en noire, signe de deuil et colère. Elle est brave, courageuse, emphatique, dynamique...mais Michaà«lle Jean aura appris à  travers ce qui lui est arrivée pour le XVIIè Sommet de la Francophonie à  Erevan, que "Les États n'ont pas d'amis, ils n'ont que des intérêts" ! Elle qui était soutenu mordicus par le Canada et le Québec a vu ses soutiens s'étioler. Il ne dépend que de vous que ce XVIIè Sommet de la Francophonie à  Erevan en 2018, tenu sur cette terre de mémoire, d`espoir et de renaissance, devienne le symbole lumineux de l`avenir que nous voulons pour et avec les jeunes générations. (...) Et disons-nous bien que l`immobilisme, l`atermoiement et les compromis sont déjà  une forme de régression, car une organisation qui ruse avec les valeurs et les principes est déjà  une organisation moribonde !

Bizarre, c'est Paul Kagamé, le dictateur-autocrate rwandais qui répond en anglais sur France 24, une télévision française pour défendre son ministre Kagamiste Louise Mushikiwabo et dégommer Michaà«lle Jean: ``Il y a un consensus africain autour de Louise Mushikiwabo, et d`autres pays aussi… voir Michaà«lle Jean leur dire que c`est la mauvaise personne qui vient du mauvais pays, c`est triste (…) Ce n`est pas seulement le fait qu`elle ait tenu ces propos, c`est surtout la façon dont elle l`a fait… on pouvait voir qu`elle est amère, qu`elle est frustrée (…) Ce n`est pas à  moi de décrire le caractère d`une personne, de présumer de ce (…) qui l`influence, ce n`est pas de mes affaires (mais) dire aux gens qui ont fait un choix (…) qu`ils ont tort, que ce devrait être elle et personne d`autre… en ce sens, je pense que ça montre le problème» ! La reconduction de Michaà«lle Jean semblait gravement compromise depuis qu`au printemps dernier sa rivale avait obtenu le soutien de la France et de l`Organisation des États africains. Mais elle est devenue impossible il y a quelques jours alors qu`après des échanges entre Ottawa et Paris, le Canada et le Québec lui ont retiré leur appui. Dans le grand complexe sportif Karen Demirdjian, son discours d`adieu a néanmoins été chaudement applaudi.

à€ l`issue du Sommet de l`Organisation internationale de la francophonie vendredi à  Erevan, en Arménie, c`est la Rwandaise Louise Mushikiwabo que les membres de l`Organisation ont désigné pour succéder à  Michaà«lle Jean au grand dam de cette dernière. Visiblement déçue, l`ancienne gouverneure du Canada a dénoncé de `` petits arrangements entre États. »

`` Sommes-nous prêts à  accepter que la `` démocratie », les `` droits » et les `` libertés » soient réduits à  de simples mots que l`on vide de leur sens au nom de la real politique, de petits arrangements entre États, ou d`intérêts particuliers alors que cette aspiration légitime à  plus de liberté, plus de justice, plus de dignité, plus d`égalité est une aspiration universelle, portée toujours plus énergiquement par les jeunes et par les femmes ? », s`est interrogée Michaà«lle Jean comme pour dénoncer les arrangements diplomatiques et géopolitiques entre la France, le Canada et le Rwanda contre elle.

`` Sommes-nous prêts à  accepter que les organisations internationales soient utilisées à  des fins partisanes, alors que nous avons besoin, comme jamais, de nous unir dans un multilateralisme rénové et volontaire pour trouver des réponses et des solutions transnationales à  des menaces et des défis désormais transnationaux ? », a-t-elle fulminé dans son discours.

`` C`est sous votre impulsion que la francophonie a élargi ses missions, qu`elle s`est affirmée comme une francophonie politique et diplomatique », a-t-elle lancé à  l`adresse des 84 chefs d`État et de gouvernements présents au 17e Sommet de l`OIF. `` Les valeurs valent pour tous les temps, pour tous les peuples et toutes les nations », mais `` nous voyons métastaser le désenchantement de la démocratie », a-t-elle affirmé.

Pour défendre son bilan de quatre ans à  la tête de l`OIF, Michaà«lle Jean estime que ses réalisations sont aussi celles de tous les membres de la francophonie. ``…le bilan de mon mandat, que je vous présenterai, est aussi votre bilan, la somme de tout ce que nous avons porté et construit, ensemble, durant ces quatre années, dans le droit fil de ce que mes illustres prédécesseurs avaient engagé aussi, et ce grà¢ce à  la mobilisation constante et à  l`expertise de tous les acteurs et de tous les réseaux de la francophonie. »

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 14 octobre 2018

Francophonie: Le premier couac, Louise Mushikiwabo désignée ou élue à  Erevan ?

Louise Mushikiwabo, "désignée" ou "élue" à  l'OIF ?

On ne peut pas enfariner tous les journalistes. Jacques Kabalé, ambassadeur du Rwanda en France, a tenté vainement de me convaincre que Louise Mushikiwabo était la candidate de l'Union africaine (UA) et que 29 pays avaient voté pour elle. Ce que Jacques Kabalé a oublié de dire est que l'Union africaine, ce syndicat des dictateurs-autocrates et Dinosaures africains est présidé par le Rwandais Paul Kagamé, Hitler Africain. Le fameux ambassadeur rwandais a oublié aussi dire que lors du sommet de l'Union africaine à  à  Nouakchott, en République Islamique de Mauritanie, le lundi 2 juillet 2018, c'est Louise Mushikiwabo, ministre rwandaise des Affaires étrangères, qui a placé sa candidature à  l'OIF à  l'ordre du jour et a exigé que l'Afrique parle d'une seule et même voix sur sa candidature pour remplacer Michaà«lle Jean. Mentez, mentez, mentez...il en reste toujours quelque chose !

Nous sommes plusieurs journalistes qui quittons le Centre de presse du XVIIè Sommet de la Francophone pour la salle de presse pour la conférence de presse commune. Et nous étions tous convaincus de la présence du Président Emmanuel Macron et son homologue Arménien à  cette conférence de presse.

Et Louise Mushikiwabo, la nouvelle Secrétaire Générale " désignée" de l'OIF devait être aussi présente, à  cà´té du Président Tunisien. La Tunisie étant le pays hà´te du prochain Sommet de la Francophonie en 2020. Le président français Emmanuel Macron a appelé lors d'un discours prononcé jeudi 11 octobre 2018 à  l'ouverture du 17ème sommet de la Francophonie à  Erevan en Arménie, les pays membres à  soutenir le président Béji Caïd Essebsi. "Je veux ici souligner le courage du président Essebsi, qui, alors que nous vivons la montée des obscurantismes et de celles et ceux qui voudraient enfermer tout un continent dans une lecture déformée d`une religion, s`est dressé et a appuyé des textes fondamentaux pour le droit d`être libre, les droits des femmes, le droit dans le mariage, le droit dans l`héritage… Alors que tous les autres avaient peur, alors que les obscurantistes disaient de ne pas le faire, le président Essebsi l`a fait et nous devons le soutenir dans ce combat. Nous serons là , Président. Ne cédez rien, ne cédez rien dans ce combat… Vous venez d'un pays où l`indépendance a été faite par un grand Président, qui a éduqué les femmes et les hommes, les petites filles et les garçons.. Vous venez d`un pays qui a été un exemple dans la francophonie et dans la conquête de l`Afrique. Vous venez d`un pays qui nous rend fiers et nous a rendu fiers. Alors nous continuerons à  être là  ! Et pour ce combat pour le droit des femmes". Il a également rendu hommage à  Bourguiba "le libérateur de la femme".

Le président français a salué l`apport important de la Tunisie en tant que pays fondateur de l`Organisation internationale de la Francophonie, qui `` a fortement contribué aux succès enregistrés par cette institution, notamment dans la consécration des principes de la coexistence pacifique et de la coopération entre les pays ayant le français en partage ». Il s`est aussi félicité de l`organisation, par la Tunisie, du prochain Sommet de la Francophonie, en 2020, se déclarant confiant en la capacité de la Tunisie, cette démocratie naissante, à  faire réussir cette importante manifestation francophone qui coïncide avec la célébration du 50e anniversaire de l`Organisation internationale de la Francophonie.

Le Président Tunisien Béji Caïd Essebsi qui ne restera pas longtemps sur la tribune, Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'Etat Français auprès du Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères et Louise Mushikiwabo avec son chevalet: "Secrétaire Générale "Désignée" ! Photo Réveil FM International

Le Président Tunisien Béji Caïd Essebsi qui ne restera pas longtemps sur la tribune, Jean-Baptiste Lemoyne, Secrétaire d'Etat Français auprès du Ministre de l'Europe et des Affaires étrangères et Louise Mushikiwabo..eh hop le chevalet est changé: "Secrétaire Générale "Élue" !. Photo Réveil FM International

Les journalistes ont attendu plusieurs heures d'une heure, avant que la valse de chevalets porte-noms. Le drapeau de la France a été enlevé à  deux reprises puis remis en dernière minute. Le chevalet de la Secrétaire Générale "désignée" y est demeurée tout le temps sans que le service de protocole ne s'en rende compte. Il y a une différence lexicale entre être désigné et être élue. Et cela implique la légitimité. Louise Mushikiwabo a été désignée comme Secrétaire Générale de l'OIF, sa légitimité se limité aux Chefs d'Etat et membres des gouvernements qui l'ont choisi. Louise Mushikiwabo n'a aucune légitimité des peuples francophones. La Francophonie institutionnelle se fourvoie avec la désignation d'un francophobe à  la tête de son organisation, elle devra assumer.

La légitimité est un concept qui trouve ses origines dans le terme latin lex-legis, racine des mots légal, légitime, mais aussi loyal. Étymologiquement, la légitimité est le caractère de ce qui est fondé en droit et/ou en justice (Laufer et Burlaud, 1980). Le concept de légitimité renvoie donc aussi bien à  la loi, au droit, au juste et à  la fidélité (Boddewyn, 1995) et évoque le fondement du pouvoir et la justification de l`obéissance qui lui est due. la légitimité est `` une condition ou un statut qui existe quand le système de valeurs d`une entité est congruent avec le système de valeurs porté par le plus grand système social auquel l`entité appartient » (Dowling et Pfeffer, 1975, p.122).

Louise Mushikiwabo, la plus Kagamiste des ministres rwandais doit se légitimer à  l'OIF, par des actions qui respectent la charte de ce dernier. Agir en dictatrice en pagne à  l'OIF serait une aberration que personne ne saurait tolérer.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

Erevan: Un "Modérateur-Museleur" qui bâillonne pour Louise Mushikiwabo !

Arménien Modérateur-Museleur des journalistes à  Erevan

Le rà´le d'un journaliste est de poser des questions. Le maxime d`Albert Londres résume l`idéal de ce professionnel de l`information qui reste une référence pour de nombreux journalistes francophone dans le monde : "Je demeure convaincu qu`un journaliste n`est pas un enfant de chœ“ur et que son rà´le ne consiste pas à  précéder les processions, la main plongée dans une corbeille de pétales de roses. Notre métier n`est pas de faire plaisir, non plus de faire du tort, il est de porter la plume dans la plaie" ! . Pour le XVIIè Sommet de la Francophonie à  Erevan en Arménie, pas moins de 500 à  600 journalistes étaient présents. Dans une conférence de presse, c'est le premier qui lève le doigt à  qui on donne la parole: il se présente, indique son média et pose sa question. Ce n'est pas au modérateur de commencer à  chercher à  qui donner la parole. Et bien, à  Erevan au XVIIè Sommet de la Francophonie, nous avons eu affaire à  un "Modérateur-Museleur".

Arménien Modérateur-Museleur des journalistes à  Erevan

Il n'a donné la parole qu'aux journalistes blancs ! Pas un journaliste noir de l'Afrique Francophone n'a été autorisé à  poser de question. Fallait-il protéger Louise Mushikiwabo jusqu'à  ce point ? Le Modérateur-Museleur a même donné la parole à  un journaliste Rwandais qui a accompagné Louise Mushikiwabo pour une question qui n'en était pas une à  part le cà´té dithyrambique, courbette, félicitations...Pourquoi avoir muselé des journalistes noirs ? N'ont-ils pas eux-aussi droit à  poser des questions à  Louise Mushikiwabo, Secrétaire Général de la Francophonie ?

Arménien Modérateur-Museleur des journalistes à  Erevan

J'étais au second rang, derrière Monsieur Jacques Kabalé, ambassadeur du Rwanda en France, en face de la tribune. J'étais le premier à  lever mon doigt pour poser ma question à  Louise Mushikiwabo. Le Modérateur-Museleur m'a fait signe de la tête, mais il a fait passer le micro à  un journaliste qui lisait sa question écrite sur un bout de papier. Je me suis levé donc, le Modérateur-Museleur" a fait passer le micro à  l'extrême droite pour notre consœ“ur de France 24. Toujours débout, il a donné la parole à  une journaliste qui était derrière moi.

A la fin de la conférence de presse, je l'ai retrouvé au centre de presse dans un bureau. Face ma protestation, me prenant pour un nigaud, le fameux "Modérateur-Museleur", qui avait reçu pour instruction de ne pas donner la parole aux journalistes noirs, car parmi eux il y a ceux de la République démocratique du Congo vivant en France, m'explique qu'il n'avait que 40 minutes et il était prêt de me donner son mail pour que j'écrive ma question qu'il va transmettre. Quelle outrecuidance ? Quelle petitesse d'esprit ?

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 12 octobre 2018

Erevan: Le dernier discours de Michaëlle Jean, "La Francophonie au milieu du village" !

Michaëlle Jean ne rempile pas au poste de Secrétaire Général de l'OIF

Durant son mandat de Secrétaire Général de l'OIF, Michaëlle Jean n'aura été reçu qu'une seule fois à  l'Elysée pour 45 minutes. Il y a 4 ans, la Canadienne d'origine haïtienne avait été élue, le dimanche 30 novembre 2014, à  Dakar, pour prendre la tête de l`Organisation internationale de la Francophonie. Ce jour là , certains Chefs d'Etat avaient quitté la salle, pour signe de protestation, dont Alassane Ouattara de la Cà´te d'Ivoire, suivi de Denis Sassou Nguesso du Congo-Brazzaville, qui avait son candidat Henry Lopez, écrivain et son ambassadeur à  Paris depuis des années. Michaà«lle Jean avait succédé à  Abdou Diouf avec ses 12 ans de pantouflage. Elle était une femme de l'Amérique du Nord, pas une africaine. Or les dinosaures, Mammouths, dictateurs africains considèrent que le Secrétariat Général de l'OIF, revient à  l'Afrique. C'est un deal qu'ils avaient conclu avec Jacques Chirac au Sommet de la Francophonie d'Hanoï en 1997! Donc depuis le départ d'Abdou Diouf, rare sont les Chefs d'Etat africains qui sont passés au 19-21 avenue Bosquet, dans le 7è arrondissement de Paris.

Avec sa voix qui porte, une larme au coin de l`œ“il, habillée en noire comme si elle faisait déjà  son deuil, avec des signes de mérite sur sa poitrine gauche, Michaà«lle Jean a tenu rappeler aux Chefs d'Etat et membres de gouvernements présents au XVIIè Sommet de la Francophonie à  Erevan que son bilan était le leur. Qu'elle s'était battu pour remettre la Francophonie au milieu du village, que son bilan étant défendable, car elle n'a fait qu'appliquer et respecter la Charte de la Francophonie. Quant à  Louise Mushikiwabo, la plus Kagamiste des ministres rwandais, la fidèle parmi les fidèles du dictateur-autocrate-sanguinaire Paul Kagame, elle serait l`une des rares à  bénéficier de sa totale confiance, parait-il. D'après sa propre déclaration lors de la conférence de presse à  Erevan à  l'issue de sa désignation comme Secrétaire Général de l'OIF, Louise Mushikiwabo ne vient pas faire un miracle à  la Francophonie ni inventer une roue ! Mais que vient donc faire cette anglophone dans la Francophonie ? Ses idées ne sont pas claires, elle ne sait pas ce qu'elle veut apporter à  la Francophonie, elle a été catapulté pour des intérêts politiques. Etre ministre des Affaires étrangères d'un petit pays le Rwanda, pillard et receleur des ressources de la République démocratique du Congo, ne signifie en rien que la vision belliqueuse et belliciste, apporteront un plus à  la Francophonie.

Rapport de la Secrétaire générale au XVIIe Sommet de la Francophonie

Messieurs les Chefs d`État et de Gouvernement,

Mesdames et Messieurs les Chefs de délégation,

Mesdames et Messieurs,

J`ai à  cœ“ur de rappeler ici, devant vous, l`article premier de la Charte de la Francophonie adoptée en 2005 :

`` La Francophonie, consciente des liens que crée entre ses membres le partage de la langue française et des valeurs universelles, et souhaitant les utiliser au service de la paix, de la coopération, de la solidarité et du développement durable, a pour objectifs d`aider à  l`instauration et au développement de la démocratie, à  la prévention, à  la gestion et au règlement des conflits, et au soutien à  l`État de droit et aux droits de l`Homme ; à  l`intensification du dialogue des cultures et des civilisations ; au rapprochement des peuples par leur connaissance mutuelle ; au renforcement de leur solidarité par des actions de coopération multilatérale en vue de favoriser l`essor de leurs économies ; à  la promotion de l`éducation et de la formation. 

Et s`il le faut encore, je vous rappelle les mots de Léopold Sédar Senghor, qui, dans le même esprit, dit la raison d`être de notre Organisation commune, c`était à  quelques mois du premier Sommet des Chefs d`État et de gouvernement tenu à  Versailles en 1986 :  Notre Francophonie n`est ni une tour ni une cathédrale. Elle s`enfonce dans la chair ardente de notre temps et ses exigences. 

Et c`est bien ainsi que nous engageons ensemble, d`un Sommet à  l`autre, la Francophonie, au rythme du monde et partant  des exigences de notre temps .

La Francophonie au rythme du monde, tel a été le fil conducteur du mandat que vous m`avez confié en 2014, au XVe Sommet, à  Dakar, et j`en ai fait le titre du rapport d`activités que j`ai eu l`honneur de vous faire parvenir le mois dernier.

Mettre résolument la Francophonie institutionnelle au diapason des grands défis de notre temps, accompagner nos pays afin qu`ils puissent mieux répondre à  ces enjeux inédits, proposer à  nos populations des réponses concrètes, cohérentes et concertées, adaptées à  la diversité des situations, telle a été la feuille de route que vous m`avez dictée à  Dakar, et de nouveau, au XVIe Sommet, à  Antananarivo, en 2016.

Fidèle à  l`esprit et à  la lettre de notre Charte, fidèle aussi, aux feuilles de route des Sommets, j`ai eu à  cœ“ur de décliner les quatre missions du Cadre stratégique 2015-2022, en adaptant les actions de notre Organisation aux exigences d`un monde de plus en plus complexe et en perpétuel mouvement.

Notre Organisation, je l`ai dit hier, est tout sauf fatiguée. Nous sommes debout et à  pied d`œuvre, chaque jour et à  votre demande.

C`est sous votre impulsion que la Francophonie , au fil de ces quelque cinquante ans, a renforcé ou élargi ses missions, pour répondre au plus près, oui des besoins et des aspirations nouvelles des populations, notamment des femmes et des jeunes, en matière d`éducation et de formation, en matière de développement durable, d`innovation technologique, d`entrepreneuriat.

C`est sous votre impulsion, que la Francophonie s`est affirmée comme une Francophonie politique et diplomatique, toujours plus sollicitée par ses pays membres, mais aussi toujours plus entendue et attendue par ses partenaires internationaux.

C`est sous votre impulsion, aussi, que nous nous sommes dotés de textes normatifs et de référence exigeants sur la pratique de la démocratie, des droits et des libertés dans l`espace francophone ainsi que sur la prévention des conflits et la sécurité humaine, tout en les revisitant à  la lumière des menaces nouvelles.

C`est en cela que le bilan de mon mandat, que je vous présente, est aussi votre bilan, la somme de tout ce que nous avons porté et construit, ensemble, durant ces quatre années, dans le droit fil de ce que mes illustres prédécesseurs avaient engagé aussi, et ce, grâce à  la mobilisation constante et à l`expertise de tous les acteurs et de tous les réseaux de la Francophonie.

Et nous ne nous sommes pas contentés de nous adapter aux défis du monde, nous avons su aussi être à  l`avant-garde quand il le fallait, démontrant que les principes et les valeurs au fondement de notre projet et de notre idéal valent pour tous les temps, tous les peuples et toutes les nations.

L`édition 2018 du rapport La langue française dans le monde, dont nous vous avons fourni les chiffres et les tendances, montre un irrésistible mouvement ascendant du nombre de francophones.

Nous sommes désormais 300 millions, en progression de 10% depuis 2014, grâce notamment à  la vitalité démographique du continent africain qui regroupe désormais 59% des francophones.

La langue française, ce formidable levier de toute notre action, a certes un bel avenir devant elle, mais il faut pour cela qu`elle soit bien enseignée, il faut des dizaines de milliers de professeurs de plus et que tous les maîtres soient bien formés.

Il faut aussi que la langue française constitue pour tous ces jeunes, notamment africains, un facteur de réussite, qu`elle soit considérée par tous, comme un inestimable atout professionnel.

La Francophonie, qui a toujours été active pour l`éducation, la formation, l`enseignement supérieur et la recherche, connaît une montée en puissance dans ces domaines, et j`en suis fière, grâce à  la création de l`Institut de la Francophonie pour l`Éducation et la Formation (l`IFEF), pleinement opérationnel depuis 2017 à  Dakar, et qui est une réalisation forte du mandat.

Cet Institut rassemble les meilleurs contenus, tout ce qui se pense, se crée et s`accomplit de mieux dans l`espace francophone et dans le monde.

Devant l`importance du défi, l`urgence de la demande et l`ampleur de la tâche, il fallait fédérer toutes nos expertises : celles de nos Opérateurs directs, notamment l`Agence universitaire de la Francophonie (AUF) et l`Université Senghor d`Alexandrie, ainsi que les Conférences ministérielles permanentes de l`Éducation, de la Jeunesse et des Sports (la CONFEMEN et la CONFEJES) ; celles des partenaires internationaux, la Banque mondiale, le Partenariat mondial pour l`Éducation (PME) ou l`UNESCO, qui siègent d`ores et déjà  au comité de pilotage de l`IFEF ; celles, surtout, des Ministères de l`Éducation de tous nos pays avec lesquels nous travaillons.

L`IFEF intervient aussi bien dans l`accompagnement de nos États et gouvernements membres pour la conception et la mise en œ“uvre de politiques éducatives cohérentes et novatrices, que dans la modernisation des approches, méthodes et outils pédagogiques, dans la formation des enseignantes et des enseignants. Rien qu`en Côte d`Ivoire, par exemple, nous en formons plus de 20 000 en ce moment.

L`objectif pour les prochaines années est de faire passer à  une plus grande échelle les dispositifs IFADEM (Initiative pour la formation à  distance des maîtres) et ELAN (École et langues nationales), pour lesquels nous sommes reconnus, parce que nous les avons déployés avec succès, respectivement dans 15 et 12 pays, afin d`augmenter par milliers les effectifs de professeurs, de formateurs et de cadres, sur des barèmes d`excellence.

L`enjeu est crucial pour l`avenir de la langue française, comme pour les perspectives de développement de nos pays.

En prenant appui sur la feuille de route d`Antananarivo qui plaidait `` pour une croissance partagée et un développement responsable », l`OIF, a résolument mis l`accent sur la formation professionnelle, technique et technologique des jeunes. Et il y a une vraie urgence à  lutter contre le chômage chronique des jeunes.

L`IFEF est désormais en mesure de concevoir des formations en adéquation avec les besoins en main d`œuvre qualifiée des secteurs prioritaires de l`économie. En à  peine deux ans, 10 pays bénéficient déjà  de cette expertise.

Je vous remercie, Monsieur le Président du Sénégal, d`avoir mis tout un immeuble à  disposition des équipes de l`IFEF qui sont à  pied d`œuvre.

Je salue votre engagement en faveur du financement de l`éducation, ainsi que le vôtre, Monsieur le Président de la République française. J`ai moi-même porté le plaidoyer fort de la Francophonie dès 2015, au Forum mondial sur l`Éducation organisé par l`UNESCO à  Incheon, en République de Corée, et lors de l`édition suivante, à  l`ONU en 2017, où vous avez accepté d`être les co-champions de cette cause.

La troisième `` Conférence de reconstitution des fonds du Partenariat Mondial pour l`Éducation » (PME) que vous avez organisée à  Dakar en février de cette année a su rassembler de nombreux autres chefs d`État africains ici présents, que je félicite.

Cette mobilisation a permis d`encourager les efforts de quelque 50 pays en développement qui consacrent parfois jusqu`à  20%, voire 30%, de leurs dépenses publiques à  l`éducation, et de convaincre les décideurs mondiaux de refinancer substantiellement ce secteur.

Cela était d`autant plus essentiel que près de la moitié des 67 pays bénéficiaires des programmes du PME sont membres de notre Organisation qui a désormais le statut d`observateur au Conseil d`Administration de ce Partenariat.

Il s`agit là  d`une vraie reconnaissance de l`OIF par les grands partenaires internationaux du domaine de l`éducation, et d`une nouvelle preuve, s`il en fallait, de notre rà´le de plus en plus actif sur l`échiquier multilatéral où nous menons un vigoureux plaidoyer politique afin de faire émerger une mondialisation, plus équitable et plus responsable.

C`est vers cette mondialisation nouvelle, que la Stratégie économique pour la Francophonie que vous avez adoptée en 2014, nous demande de tendre. Nous l`avons couplée à  la Stratégie numérique adoptée en 2012 au Sommet de Kinshasa. Cette Stratégie économique et numérique fait d`ailleurs de la formation et de l`emploi des jeunes, des femmes aussi, qui sont trop souvent les laissés-pour-compte de la croissance, l`une de ses principales priorités.

Et tous nous donnent raison, le FMI, la Banque mondiale, l`OCDE, et pas seulement. Investir dans les initiatives économiques portées par les jeunes et les femmes a un impact direct sur le PIB et la croissance.

La question de l`emploi constitue assurément un enjeu politique majeur. Sans perspective d`emploi, il ne peut y avoir de stabilité, ni même de sécurité pour quelque pays que ce soit.

C`est à  partir de ce constat qu`a été déployée la programmation de l`OIF dans le domaine économique, et en particulier, ce programme phare de soutien à  l`emploi par l`entrepreneuriat que j`ai tenu à  mettre immédiatement en route dès 2015, en vous lançant à  tous un appel à  contribution, qui a bien été entendu, d`abord, généreusement, par le Canada, suivi du Sénégal et du Niger. Soyez-en tous remerciés.

Nous avons souhaité commencer dans 13 pays d`Afrique subsaharienne et de l`océan Indien.

Nous avons privilégié la démarche de co-construction avec les autorités nationales, les forces économiques locales, les collectivités, les partenaires institutionnels et académiques, - pensons à  l`Observatoire de la Francophonie économique mis sur pied en 2017, à  Montréal, l`OIF et l`AUF ensemble. Pensons aux chercheurs, à  tous ces experts mobilisés !

Autant de synergies qui ont su produire des résultats encourageants dans les pays ciblés !

En trois ans d`efforts collectifs, nous voici aux cà´tés d`une centaine de structures nationales et de dispositifs d`accompagnement, d`espaces collaboratifs, d`incubateurs, d`accélérateurs de très petites, petites et moyennes entreprises et industries, ces TPME TPMI qui sont des moteurs de croissance qu`on ne peut négliger.

Plus de 20 500 femmes et jeunes entrepreneurs, dans des filières innovantes et porteuses, bénéficient déjà  de notre appui, pour le renforcement de leurs capacités, leurs performances, leurs plans d`affaires.

Nous les voyons générer à  leur tour quantité d`emplois et impulser des chaînes de valeurs plus solides et qualitatives. Quant à  ces centaines de jeunes femmes et de jeunes gens dont nous accompagnons la maîtrise des nouvelles technologies et du numérique, nous soutenons leur exceptionnelle créativité en déployant partout `` hackathons » et `` innovathons », en appuyant aussi leurs capacités.

Quel bonheur de les voir produire des applications, des dispositifs d`utilité publique, des solutions adaptés à  leurs communautés, leurs pays et au-delà  ! Et ces jeunes que nous accompagnons ainsi, se sentent utiles, mis à  contribution, reconnus, et ce sont des candidats en moins pour les passeurs, ceux qui poussent à  la radicalisation, l`embrigadement, la pulsion de mort. C`est une course contre la montre, face à  ceux qui cherchent à  les convaincre de réussir leur mort, notre devoir c`est d`aider les jeunes à  réussir leur vie.

Il nous faudra, sur cette lancée, capitaliser, consolider et pérenniser ! Je voudrais que vous soyez encore davantage de la partie.

Nous sommes un laboratoire de succès : c`est cela, la `` Francophonie des solutions » !

à€ cette action de terrain, nous jumelons une action structurante et faisons aussi entendre avec force les voix, les perspectives et les attentes de nos pays, notamment à  travers les Réseaux de ministres que nous accompagnons dans les enceintes économiques internationales : le Réseau des ministres du Commerce, très actif lors des réunions de l`OMC, celui des ministres des Finances des pays à  faibles revenus que nous aidons à  construire et à  défendre leurs positions lors des assemblées du Fonds monétaire international (FMI) et de la Banque mondiale, ce Réseau, enfin, des ministres chargés de l`Économie numérique que nous avons lancé, à  votre initiative, Monsieur le Président de la République du Bénin, il y a deux jours, ici, au Forum économique d`Erevan.

Je veux vous remercier, Monsieur le Premier ministre d`Arménie, pour votre soutien à  ce Réseau. Et je me réjouis que votre pays ait placé le Forum économique d`avant hier, sous le signe du numérique et de l`innovation, dont le Centre Tumo est un cœ“ur battant, un modèle que vous voudrez, que nous voudrons voir disséminé dans tout l`espace francophone.

A travers ces Réseaux, nous aidons nos pays à  anticiper les prochaines transformations radicales de l`économie mondiale, celle du financement du développement et de l`émergence, comme celle, vertigineuse, et à  très court terme, de l`intelligence artificielle, de l`automatisation massive qui en découle, des transactions par chaîne de blocs, des cybermonnaies…

Ces mutations recèlent des risques majeurs d`exclusion qui demandent que nous nous saisissions résolument des enjeux, que nous ne soyons pas à  la traîne face à  ces multinationales, américaines ou chinoises qui sont les maîtresses du jeu.

Face à  tous ces défis, nous voyons la nécessité, pour les États, de se concerter, pour les populations, de se rencontrer, pour les entreprises, de tisser des partenariats plus audacieux.

Nous avons donc créé pour les entrepreneurs de l`espace francophone des plateformes de réseautage qui facilitent ces partenariats, maillages, échanges de bonnes pratiques et d`expériences concluantes.

La plus récente étant celle des Femmes entrepreneures, élaborée dans le sillage de la Conférence des femmes de la Francophonie tenue à  Bucarest, en novembre 2017. Je remercie la Roumanie qui s`est pleinement investie à  nos cà´tés pour la réussite de ce grand rendez-vous où elles sont venues très nombreuses et de tous nos horizons. Parmi elles, 700 femmes entrepreneures ont répondu à  l`appel, grà¢ce aussi à  la Suisse qui a contribué, à  ma demande, pour en faire venir un bon nombre du Sud !

Excellences, `` Femmes et jeunes en Francophonie, vecteurs de paix, acteurs de développement », tel était le thème du Sommet de Dakar. C`est fidèle à  cette feuille de route, que je suis si fière de soumettre à  votre approbation une solide `` Stratégie pour la promotion de l`égalité entre les femmes et les hommes, des droits et de l`autonomisation des femmes et des filles », qui se retrouvera de manière transversale, appliquée à  l`ensemble de nos missions.

Car l`égalité entre les femmes et les hommes est un préalable essentiel pour l`atteinte des objectifs internationaux en matière de développement durable, comme de paix et de sécurité.

La contribution effective des femmes à  la vie démocratique, leur prise en compte dans la prévention et la gestion des crises, sont essentielles.

Nous avons d`ailleurs déjà  soutenu bon nombre d`initiatives visant à  accompagner les femmes engagées dans la vie publique, notamment les candidates aux élections.

Cette mobilisation pour les droits des femmes participe d`un engagement plus large en faveur des droits et des libertés, du soutien indéfectible à  l`État de droit et à  la démocratie dans nos pays, d`une action déterminée pour la paix et la sécurité internationales.

J`en viens à  la Francophonie politique édifiée en 30 ans d`efforts continus. Et si nous avons été toujours plus actifs dans ce domaine ces dernières années, c`est parce que tout nous donne raison.

La philosophie du projet porté par les pères fondateurs de la Francophonie, les valeurs et principes qui nous rassemblent et qui sont énoncés dans notre Charte, ainsi que l`esprit de solidarité qui nous caractérise : tout cela exige que nous allions toujours plus loin dans nos actions de coopération et d`assistance technique structurelle à  nos pays les plus fragilisés et déstabilisés. Notre expertise est bien reconnue.

Nos textes normatifs et de référence que sont la Déclaration de Bamako pour le respect des pratiques de la démocratie, des droits et des libertés, et la Déclaration de Saint-Boniface sur la prévention des conflits et la sécurité humaine, constituent des outils précieux que nous valorisons et continuerons d`utiliser encore mieux, après avoir engagé ces deux dernières années une réflexion approfondie sur leur mise en œ“uvre.

Et ce qui justifie, avant tout, la vigueur de cette action politique, ce sont les urgences du moment.

Depuis ma prise de fonctions en janvier 2015, notre espace a connu un nombre record d`élections, principalement en Afrique. En 3 ans, nous aurons déployé, dans une trentaine de pays, plus d`une centaine de missions d`appui technique aux scrutins et aux institutions, fichiers électoraux à  constituer, audits à  réaliser, contentieux à  régler, formation d`observateurs nationaux, et des médias…, d`accompagnement politique également, pour un processus transparent, inclusif et, nous l`espérons toujours, apaisé.

L`OIF, pour tout cela, sait rassembler les expertises adaptées aux besoins de chaque pays. Nous connaissons le terrain. Là  réside notre plus-value. Vous le savez, vous qui faites appel à  nous à  ces moments cruciaux des échéances électorales.

La toute dernière aura été chez vous, Monsieur le Président de la République du Mali, et nous avons aussi apporté notre appui en amont de la présidentielle qui s`est tenue dimanche au Cameroun où j`ai dépêché, pour conduire notre mission, mon envoyé spécial, l`ancien Premier Ministre du Burkina Faso, M. Kadré Désiré Ouédraogo, l`actuel président de la Commission de la Communauté Économique des États d`Afrique de l`Ouest (CEDEAO).

Tout ce travail est bien adossé aux expertises de nos équipes, de mes envoyés spéciaux qui sont des personnalités émérites, et de nos 16 réseaux institutionnels qui regroupent plus de 600 institutions issues de 60 pays de notre espace.

Nous le portons aussi de manière concertée et coordonnée avec notre assemblée consultative, l`Assemblée parlementaire de la Francophonie, et - j`y tiens beaucoup - avec les Organisations partenaires : au premier chef, l`ONU, l`Union africaine et l`Union européenne.

Mais la tà¢che est souvent rude, en raison des circonstances de violentes tensions, et nous aurons eu à  déployer plus d`une cinquantaine d`autres missions de facilitation et de médiation.

Oui, nous affrontons des temps de fortes crispations : toutes ces menaces transnationales inédites que sont le terrorisme, l`extrémisme, la radicalisation violente, la criminalité organisée, tous ces trafics qui favorisent la corruption, fragilisent l`État de droit, exacerbent les fractures sociales, minent les structures économiques, et mettent à  mal tant d`efforts consacrés au développement humain !

Dans ce contexte, l`OIF a pris une part de plus en plus active et très appréciée de l`ONU, à  la mission universelle de construction de la paix et de la sécurité. Et dans le cadre de l`Initiative du Secrétaire général Guterres, `` Action en faveur du maintien de la paix », je viens de signer un accord-cadre de coopération avec le Bureau d`appui à  la consolidation de la paix.

C`est que nous jouons un rà´le légitime depuis près de 15 ans dans les Opérations de maintien de la paix (OMP) dont près de la moitié sont déployées dans des théà¢tres francophones et mobilisent près des deux tiers de personnels de terrain.

Pouvoir interagir dans la langue de ces pays et disposer d`une connaissance de leur culture institutionnelle et politique est essentiel pour la mise en œ“uvre efficace des mandats confiés par le Conseil de sécurité. Et là , justement, réside notre plus-value.

Nous nous sommes investis durablement dans les domaines de la formation et du développement de l`expertise civile dans les missions de paix, avec notamment la mise en réseau et le développement des programmes des Centres de formation au maintien de la paix établis dans les pays francophones.

Nous nous sommes attachés à  produire, en partenariat avec la France, et au bénéfice des pays contributeurs non francophones, une méthode d`apprentissage du français sur objectifs militaires, la Méthode `` En Avant ! » dont plus de 23 500 exemplaires ont été diffusés dans le monde pour ces formations déployées.

Nous avons aussi largement publicisé et rendu compréhensibles les procédures de recrutement. Et je veux vous dire ma satisfaction de voir progresser de manière significative la contribution en personnels francophones aux missions de paix des Nations unies.

Mais beaucoup reste à  faire…

C`est pourquoi, la Francophonie s`est dotée, en mars 2017, sur une initiative française soutenue par le Canada et la Belgique, d`un dispositif novateur, l`Observatoire Boutros-Ghali du maintien de la paix, afin de mieux préparer les États francophones qui participent à  ces missions. L`Égypte, le Cambodge et le Maroc ont récemment rejoint cette initiative.

La Conférence internationale sur la lutte contre le terrorisme et la prévention de la radicalisation violente que nous avons organisée à  Paris, en juin 2016, et à  votre demande pressante, notamment du Président Beji Caid Essebsi de Tunisie, tant nous étions de toutes parts, et nous le sommes encore, frappés par des attaques terroristes. Cette conférence a rassemblé un nombre saisissant des principaux acteurs nationaux et internationaux concernés, politiques comme de la société civile.

Il nous fallait engager une dynamique de mutualisation de nos forces, de nos moyens, de nos renseignements, de nos stratégies et l`OIF, par une action fédératrice de tous les acteurs, aide à  produire des outils, à  déployer des expertises et à  mobiliser des ressources. Et dans une résolution du Sommet de Dakar, vous avez souhaité que l`OIF joue ce rà´le de facilitation.

C`est dans cet esprit que nous avons lancé, en septembre dernier, le Réseau francophone de prévention de la radicalisation et de l`extrémisme violents pouvant conduire au terrorisme (FrancoPREV), ce dispositif unique de veille, d`intervention et de prospective. Je veux remercier la Fédération Wallonie-Bruxelles, ainsi que le gouvernement du Québec.

Déjà  l`Alliance du G5 Sahel qui réunit le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad, demande que FrancoPREV lui vienne en aide. Ce renfort viendra s`ajouter à  l`importante expertise que nous apportons déjà  aux pays du G5 Sahel pour la mise en place d`un dispositif de liaison et de coordination entre leurs Centres d`études stratégiques, de veille, de collecte de données, de renseignements, et d`alerte précoce.

Cet appui contribuera à  rendre plus efficace la lutte contre les organisations criminelles, terroristes qui déstabilisent cette région et exposent les populations à  tous les dangers.

Je n`ai eu de cesse d`interpeller, comme vous me l`avez demandé, Monsieur le Président de la République du Tchad, cher Idriss Déby Itno, la communauté internationale sur l`urgence de venir en renfort à  la Force multinationale mixte des pays du bassin du Lac Tchad dans la lutte ardue contre Boko Aram, tout comme pour le financement de la Force de lutte contre le terrorisme du G5 Sahel : nous avons tenu à  l`ONU une concertation ministérielle de haut niveau, l`an dernier sur le sujet, à  laquelle les 84 États et gouvernements membres de l`OIF ont participé. J`ai porté le sujet de la mobilisation nécessaire jusqu`au Conseil de sécurité, à  l`invitation du Sénégal.

La Francophonie, Excellences, Mesdames et Messieurs, est désormais au cœ“ur de l`agenda international.

J`en veux pour preuve l`exceptionnelle mobilisation que nous avons orchestrée pour l`adoption à  l`ONU, en 2015, des objectifs de développement durable, ou encore, le soutien que nous avons apporté à  vos États lors de chacune des Conférences sur le climat.

C`est l`Institut de la Francophonie pour le Développement Durable (IFDD), basé à  Québec, qui porte cette action si appréciée depuis 30 ans de nos pays et de nos partenaires.

L`IFDD a pris toute sa part dans l`organisation de la Conférence internationale sur la désertification et l`économie verte qui, à  notre initiative conjointe, Monsieur le Président de la République du Niger, a réuni, les 26 et 27 juillet dernier, à  Niamey, 21 pays de la région et au-delà , dont 17 membres de l`OIF.

Comme vous, Monsieur le Président, Je formule le vœ“u que l``` Appel de Niamey » issu de cette Conférence soit validé par les Chefs d`État lors de la réunion qui se tiendra en novembre 2018 dans votre capitale, car cet Appel insufflera, j`en suis persuadée, une nouvelle dynamique à  la lutte contre les effets dévastateurs du réchauffement climatique dans ces pays, tout particulièrement dans ceux qui sont le plus exposés aux problèmes d`insécurité et de remontée des groupes terroristes.

Je me félicite que la Francophonie soit toujours plus active sur le terrain, aux cà´tés des populations.

Car notre force est celle de tous les peuples que nous rassemblons sur les cinq continents d`Afrique et d`Europe, d`Asie et du Pacifique, des Amériques et de l`océan Indien, du Proche et du Moyen Orient. Notre Organisation tire, plus que jamais, son énergie des collectivités territoriales et locales, du génie et des forces vives du terrain, acteurs économiques, associations citoyennes, de femmes, de jeunes, d`hommes, d`action et de volonté, avec lesquels nous avons rénové notre partenariat lors de la 11è Conférence des OINGs qui a eu lieu ici-même à  Erevan le mois dernier.

Les organisations de la société civile sont des vigies de la protection des droits et des libertés, ces principes inaliénables qui nous gouvernent et que nous ne devons d`aucune façon mettre en veilleuse.

Elles sont aussi des sources d`inspiration et des forces de proposition pour notre Organisation comme pour nos États et gouvernements.

Elles nous apportent cette vivifiante bouffée d`oxygène dont nous avons tant besoin pour répondre toujours plus efficacement aux attentes.

C`est pour mieux répondre aux aspirations des peuples que l`OIF a renforcé le mandat de ses six bureaux régionaux à  Antananarivo, Bucarest, Hanoï, Libreville, Lomé et Port-au-Prince, et que vos Ministres ont décidé avant-hier de l`ouverture d`un nouveau Bureau en Tunisie, dès 2019, Monsieur le Président, suivi d`un autre au Liban en 2020 ou 2021, Monsieur le Président.

La force de notre Francophonie, c`est aussi celle d`une jeunesse qui représente dans beaucoup de pays plus de 70% de la population. Jamais les jeunes n`ont été aussi nombreux dans l`histoire de l`humanité. Jamais ils n`ont été à  tel point désireux de prendre part à  la construction d`une société plus juste, d`un développement plus humain, plus inclusif. Jamais ils n`ont autant aspiré à  `` Vivre ensemble », pour reprendre le thème que vous avez choisi pour ce Sommet, Monsieur le Premier ministre, cher Nikol Pachinian. Ils nous l`ont dit hier, au cours de la cérémonie inaugurale, et ils nous l`ont montré en contribuant massivement à  la préparation de `` l`Appel francophone d`Erevan pour le vivre ensemble » qui est soumis à  votre approbation aujourd`hui.

Jamais l`OIF n`a su mobiliser, ni rejoindre les jeunes en aussi grand nombre. Nous avons lancé avec eux l`initiative Libres ensemble, et nous avons touché plus de 2 millions de jeunes de l`espace francophone grà¢ce à  une plateforme et à  une campagne vigoureuse sur Internet. Libres ensemble est désormais un mouvement d`actions portées par les jeunes sur le terrain, dans tout l`espace francophone, des pays comme le Bénin, le Président Talon peut en témoigner, en ont fait un élément phare de leur politique jeunesse. La Bulgarie témoignait hier de la portée de libres ensemble dans la région. L`ONU, l`UE, le SEGIB, la CPLP… tous se sont associés à  notre Stratégie jeunesse, la qualifiant d`innovante et d`avant-garde.

Lire la suite...

Partager sur : Partager