Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Etats-unis

Fil des billets Fil des commentaires

lundi 6 avril 2020

RDC: Michael A. Hammer, ambassadeur Américain ou Tintin au Congo ?

RDC: Michael A. Hammer, ambassadeur Américain ou Tintin au Congo ?

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Mike Hammer.jpg, avr. 2020

Pays des politicailleurs médiocres, tricheurs et fraudeurs qui se font appelés abusivement "Excellence", "Honorable". Michael A. Hammer est l'ambassadeur des Etats-Unis en RDC. Tintin au Congo est un petit reporter face au communicateur qui excelle dans sa communication sur le régime Tshilombo. les Etats-Unis ont sanctionné la CENI et la Cours Constitutionnelle, tout en encensant le tricheur Tshilombo!

Freddy Mulongo-Mike Hammer4.jpg, avr. 2020

Qu'est-ce qui se passe en République démocratique du Congo?  Il suffit après avoir consulté d'autres sources, de jeter un coup d’œil sur le compte twitter de Michael A.  Hammer. Omniprésent et très actif sur les réseaux sociaux, Michael A. Hammer, l'ambassadeur des Etats-Unis en République démocratique du Congo, est un homme de terrain. A-t-il le don d'ubiquité pour se retrouver sur plusieurs endroits en même temps ? Il s'est lui même donné le nom de "Nzita" en Kikongo et "Ntkemana" en Tshiluba "Espoir" ! Un ambassadeur soutient la politique de son pays.  Les Etats-Unis ont soutenu la Nomination Électorale d'Angwalima Tshilombo qui n'a obtenu que 15%. Les Etats-Unis ne sont pas empêcher de sanctionner la CENI  et la Cour Constitutionnelle qui ont fabriqué des faux résultats. Drôle de façon d'agir de la part de la superpuissance d'encenser le fraudeur et de sanctionner ceux qui ont contribué à la fraude. Au Congo, les Américains comme les occidentaux ont montré que la démocratie, l'élection et respect du choix du peuple ne sont pas des valeurs universelles. Les Congolais n'y ont pas droit.  

Freddy Mulongo-Mike Hammer 5.jpg, avr. 2020

"Corneille Nangaa, président de la Céni (Commission électorale nationale indépendante), son vice-président Norbert Basengezi et le Conseiller de la même institution, Marcellin Mukolo Basengezi, sont visés par de nouvelles sanctions américaines. Selon le Trésor américain, les trois personnalités sont accusées d'avoir "sapé le processus (électoral) ou les institutions démocratiques en RDC". "Tous les actifs des personnes désignées relevant de la juridiction des États-Unis sont bloqués et il est généralement interdit aux Américains d’effectuer des transactions avec elles," précise la décision de l’OFAC, le Bureau de contrôle des avoirs étrangers.

"Cette action fait suite à la corruption persistante de hauts responsables au sein de la Céni de la RDC et de l'ancien gouvernement de Joseph Kabila pour entraver et retarder les préparatifs en vue d'élections crédibles et inclusives "a déclaré Sigal Mandelker, sous-secrétaire au Trésor, chargé du terrorisme et du renseignement financier. Washington est "aux côtés du peuple congolais qui s'est rendu aux urnes le 30 décembre, mais reste préoccupé par un processus électoral défaillant dans lequel, après l'élection présidentielle, la CENI a continué à entraver le processus démocratique et n'a pas réussi à faire en sorte que le vote reflète la volonté du peuple congolais", a déclaré l’officiel américain.

Angwalima Tshilombo depuis sa Nomination Électorale a effectué 4 voyages officiels aux Etats-Unis, accompagné par Mike Hammer, l'ambassadeur américain. Aucun voyage d'Etat et il  n'a jamais été reçu à la Maison Blanche, par le président Américain , Donald Trump ! Cela ne remet pas en cause la politique ambiguë des Etats-Unis en République démocratique du Congo. On soutient un fraudeur-Tricheur et Voleur du destin de tout un peuple...on espère qu'il va opérer des miracles ?  Angwalima Tshilombo l'a toujours clamé sur le toit: Alias kabila est son partenaire. C'est grâce à son deal qu'il est bénéficiaire d'une Nomination Électorale. Après 18 ans d'une dictature féroce, et plusieurs milliers de centaines de morts Congolais, on fait comme si de rien n'était.

L'ambassadeur Michael A. Hammer se comporte de fois comme s'il était le chargé de communication  d'Angwalima Tshilombo. Je dirai plutôt son attaché presse. les Congolais ne sont pas dupes. L'accord FCC-CACH est un contrat sous seing privé, qui n'engage en rien la République. Angwalima Tshilombo a vendu le Congo aux ennemis du pays.  Voir le Congo  sombrer dans la misère à cause d'une classe politique ventriote et corrompue, soutenir quand même un politicailleur tricheur alors que l'amitié et solidarité américaine doivent aller au peuple congolais. Tintin au Congo  est un tout petit reporter. Michael A. Hammer, le dépasse et le surpasse avec photos, tweets, facebook...

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 4 avril 2019

Etats-Unis: Entre le marteau et l'enclume, Félix Tshilombo n'a pas rencontré Donald Trump !

Donald Trump, président des Etats-Unis a refusé de recevoir Félix Tshilombo Bizimungu, fils Tshisekedi

Les thuriféraires, Bena Mpuka, Zélotes Talibans et autres Tribalo-ethniques qui claironnent que l'imposteur-usurpateur Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est en visite officielle aux Etats-Unis ce qui prouve que l'aura de l'otage de la cité de l'union africaine est au Zénith! Ils se trompent. Comment Monsieur 16% de l`élection présidentielle du 30 décembre qui est tricheur-fraudeur, peut-il être en visite officielle sans rencontrer le président du pays hà´te en occurrence, Donald Trump, le président Américain ? Il s'agit d'une invitation "Briefing". Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi est un imposteur et usurpateur. Il n'a jamais gagné l'élection présidentielle en République démocratique du Congo. Il est donc illégitime. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi sait que les Américains savent qu'il a été nommé par Alias Kabila avec qui il a fait un deal. Le non élu mais nommé est entre le marteau et l'enclume. Le finaud Fils Tshisekedi a fait le deal contre le fauteuil présidentiel, il devenait le masque et le bouclier d'Alias Kabila pour les 18 ans de sa calamiteuse gouvernance, lui et ses apparatchiks.

Au pays de Chance Eloko Pamba, Tshilombo a cru gagner le jackpot. Match Ebeti Poto. Car le monde entier sait qu'il n'est qu'un pseudo-président protocolaire. Il n'a rien comme imperium. L'administration américaine est fà¢ché contre Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi qui a déjà  déçu et continue à  décevoir. Malgré la main tendue des Etats-Unis, il est demeuré incapacitaire, amorphe et écervelé. Tout en l'épargnant comme bénéficiaire des élections frauduleuses du 30 décembre 2018, les Etats-Unis lui ont tendu la main en sanctionnant à  deux reprises les corrompus qui ont entachés les élections en République démocratique du Congo. Le Gourou des Bena Mpuka, Zélotes Talibans, Tribalo-ethniques et Ethno-tribalistes ne réagit toujours pas: aucune interpellation et mise à  la disposition de la justice. Il faut dire que la corruption gangrène la société congolaise, la justice qui devrait être l'un des piliers de la démocratie, est en faillite. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi est le fruit de la corruption. Il s'est fait nommer par cette justice corrompue.

Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi et Mike Pompeo, le secrétaire d`état américain

Les Etats-Unis ont démontré que la Cour Constitutionnelle qui a confirmé la nomination de Félix Tshilombo par la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) a été corrompue par cette dernière. Les Etats-Unis ont sanctionné d'abord cinq responsables de la frauduleuse élection présidentielle qu`ils accusent de corruption, d`enrichissement personnel et de saper le processus démocratique. Dans un communiqué diffusé vendredi 22 février, le secrétariat d`Etat a annoncé donc leur interdiction du territoire américain. Et le jeudi 21 mars, les Américains ont remis une louche supplémentaire des sanctions. Déjà  interdit de visa aux Etats-Unis, Corneille Nangaa, le président de la Commission électorale congolaise, ainsi que deux sujets Rwandais de la CENI: Les Basengezi...Norbert, le père, qui est vice-président de Nangaa et son fils Marcelin Makolo, qui est conseiller ont surfacturé les élections en RDC et ont planqués $100 millions dans des banques américaines. Ils sont accusés par Washington d`actes de corruption répétés et de saper le processus démocratique en République démocratique du Congo. Pour le Trésor américain tous les actifs de Corneille Nangaa relevant de la juridiction américaine sont désormais bloqués. Il est également interdit à  tout Américain d`effectuer une transaction avec lui. Même sanction pour son vice-président, Norbert Basengezi, et son fils, Marcellin Mukolo Basengezi, un de ses conseillers.

Dans son "Briefing" avec Mike Pompeo, le secrétaire d`état américain et chef de la diplomatie américaine, FélixTshilombo Bizimungu wa kanambe, fils Tshisekedi doit retenir ceci:

Pour les Américains, c'est Martin Fayulu qui est le gagnant de l'élection présidentielle. Fayulu El Commandate est l'aiguillon. Puisqu'il est là  alors que le peuple congolais veut un dégagisme, Félix Tshilombo doit s'émanciper de son deal avec le FCC d'Alias Kabila. Il doit créer une rupture avec l`ancien régime, qui l'a nommé. Les violations graves perpétrés en République démocratique du Congo de 1997 à  2003 et surtout entre 2015 à  2018, ne doivent pas demeurer impuni.

La Suédoise d`origine chilienne Zaida Catalan et l`Américain Michael Sharp ont été tués le 12 mars 2017 près de Bunkonde dans le Kasaï, au centre de la République démocratique du Congo par les miliciens `` terroristes » Kamuina Nsapu, selon les autorités congolaises. Ils enquêtaient sur les violences dans le Kasaï pour le compte du Conseil de sécurité de l`ONU. Le régime d'Alias Kabila est impliqué dans ces deux meurtres. Le procès des assassins présumés de Michael Sharp et Zaida Catalan a déjà  connu 85 audiences, mais il en est toujours au stade de l'instruction. Félix Tshilombo doit lutter contre l'impunité et la corruption. Il doit se surpasser des accords qui le lient avec Joseph Kabila. Si jamais, il n`obtempérait pas, les Américains vont le considérer également comme un tricheur et corrompu au même titre qu'Alias Kabila, Nangaa, Basengezi père et fils, Benoit Lwamba et consorts...

En déclarant publiquement, avant sa nomination électorale, après son odieux deal pour contourner le peuple congolais qui a élu Martin Fayulu: "Joseph Kabila est notre partenaire et allié (...) Il doit assumer encore de grandes responsabilités dans notre pays " Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi n'avait pas mesuré la portée et les conséquences de sa déclaration alambiquée. Comme le clarifie si bien notre confrère Roger Bongos: "L`oncle Sam ne là¢che rien et demande instamment à  Félix Tshilombo de lutter contre la corruption, l`insécurité grandissante dans l`Est de la République démocratique du Congo, plus grave, pour un gage de confiance, il doit mettre le barbu rasé et fermier de Kingakati Out...Et surtout de former rapidement un gouvernement qui va ou pourra réconcilier tout le monde, en évitant la réapparition des anciens apparatchiks du pouvoir de Kabila, surtout pas Albert Yuma que la Maison Blanche a mis un terrible veto sur lui. Mais Kabila dit à  Félix le tricheur: c`est Yuma ou rien ! Voilà , la conséquence de trois mois sans gouvernement. Un autre caillou dans la chaussure de Félix, c`est le président élu Martin Fayulu que d`ailleurs, les américains savent qu`il avait remporté le dernier scrutin et nanti d`une grande popularité qui fait défaut à  celui qui a été placé à  la tête du pays. Ils exigent en outre que l`actuel locataire de la Cité de l`UA négocie avec ce dernier afin de trouver un terrain d`entente pour le bien de la nation congolaise".

Politicailleur ventriote, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi est un homme versatile, une girouette politique, qui ne se bat pas pour des valeurs et convictions. Il est prisonnier d'une minorité agressive, incivique et intolérante: les Bena Mpuka, Zélotes Talibans, Tribalo-ethniques et Ethno-tribalistes qui ont fait de ce voleur des voix, voleur des rêves et voleur d'espoirs du peuple congolais, un demi-dieu ! Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi d'Alias Kabila avec qui il a fait un deal pour sa nomination électorale. Et Alias Kabila en 18 ans sur le trà´ne du Congo a ses réseaux, ses affidés, ses apparatchiks et ses courtisans. Tshilombo arrivera-t-il à  déboulonner le système des dinosaures Mobutistes qui se sont mués en Mammouths Joséphistes ?

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 8 mars 2019

Etats-Unis: Félix Tshilombo imposteur-usurpateur a roulé dans la farine le Peuple congolais!

Gourou des Bena Mpuka et Talibans: Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe

La République démocratique du Congo est assis sur un volcan des colères, frustrations et inquiétudes. Les valeurs de la démocratie sont universelles. Les Congolais ne doiventpas en être privés. En République démocratique du Congo, les Etats-Unis jonglent-ils avec la démocratie ? Ils savent que Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, fils Tshisekedi n'a pas gagné l'élection présidentielle du 30 décembre dernier. Monsieur 16% est imposteur, usurpateur et illégitime. Et Alias Kabila que les Etats-Unis clament qu'il est parti, c'est lui qui va former le gouvernement d'après l'alliance FCC-UDPS-CACH, dont Jean-Marc Kabunda wa Kabunda a été l'informateur ! Qui dit élection, qui vérité des urnes qui donne la légitimité à  ceux qui doivent agir au nom du peuple. Comment alors que le peuple congolais s'est déplacé en masse, bravé la pluie, est allé voté pour un grand changement, pour tourner la page des 18 ans du Joséphisme, qu'un individu comme Félix Tshilombo ait négocié sa nomination par un odieux deal. Et les Etats-Unis déclarent que les élections se sont bien passées ? Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est imposteur, usurpateur et illégitime. L'individu a négocié sa nomination par un deal odieux avec Alias Kabila. Tshilombo n'a jamais été élu par le peuple congolais. Monsieur 16% est fraudeur et tricheur. Le vrai gagnant de l'élection du 30 décembre dernier, c'est Martin Fayulu élu avec 62%. Les Etats-Unis se sont démarqués et ont dénoncé pour cautionner la tricherie en République démocratique du Congo. Le peuple congolais a applaudi les Etats-Unis qui ont sanctionné pour corruption, fraude et tricherie: Corneille Nangaa, président de la commission Électorale Indépendante (CENI), Benoît Lwamba, président de la Cour Constitutionnelle et Aubin Minaku, président de l'Assemblée nationale qui ne sont que des petits couteaux d'un régime-système terroriste, corrompu et toxique. Comment comprendre les incohérences des Etats-Unis pour soutenir le bénéficiaire de la fraude électorale : Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe ?

Et pourtant la requête démocratique de Martin Fayulu était simple auprès de la corrompue Cour Constitutionnelle inféodée aux ordres d'Alias Kabila: Le recomptage des voix de la Commission Électorale Nationale Internationale (CENI). Pourquoi les Etats-Unis, grande puissance et pays démocratique, tout en sanctionnant la corrompue Cour Constitutionnelle n'ont pas appuyer cette démarche ? Personne n`a oublié l`élection de George Bush en 2000, marquée par un recomptage des voix en Floride, sous l`autorité de Jeb Brush, frère du candidat et gouverneur de cet État. Un contentieux a suivi, et l`élection a finalement été acquise par une décision de la Cour Suprême Bush v. Gore, par cinq voix contre quatre. Depuis cette élection particulièrement désastreuse pour l`image de la démocratie américaine, beaucoup de voix se sont fait entendre, pour demander une réforme électorale. Il est impossible d`envisager la modification d`un mode de scrutin indirect, qui impose l`élection d`un collège électoral, qui désignera ensuite le vainqueur de la consultation. Le Président peut donc être élu avec moins de suffrages populaires que son adversaire, s`il parvient à  réunir davantage de grands électeurs. Une évolution dans ce domaine supposerait une révision constitutionnelle, pratiquement impossible aux États-Unis. Seules l`inscription des électeurs et les modalités concrètes du vote peuvent être modifiées, même s`il convient de rappeler que l`organisation du droit de suffrage ne relève pas du droit fédéral mais de celui des États fédérés.

Les États-Unis comptent environ 327 millions d'habitants et constituent le troisième pays le plus peuplé du monde après la Chine et l'Inde. La superficie du pays est de 9,6 millions de km2, ce qui en fait le troisième ou quatrième pays le plus vaste du monde après la Russie, le Canada et la Chine. Pour les élections, les Etats-Unis peuvent-ils que les Américains de certains Etats soient privés de vote pour des raisons fallacieuses ? Comment accepter que les Congolais de Beni, Butembo et Yumbi aient été privés de vote par la fameuse Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI) cautionnée par la corrompue Cour Constitutionnelle.

Les incohérences de la diplomatie américaine sont légion sur la RDC.

Le Lundi 10 aoà»t 2009 à  Kinshasa, Hilary Clinton, la secrétaire d`Etat américaine face aux étudiants Congolais, elle était désemparée. Alors que la guerre bat son plein à  l'Est de la République démocratique du Congo avec Nkundabatwaré et que le viol est utilisé comme arme, un jeune étudiant congolais demande à  la secrétaire d'Etat, si elle était en RDC par pitié ? Hillary Clinton avec beaucoup de sérieux lui répond que la RDC était arrivée à  un moment assez décisif de son histoire. Que c`était aux congolais de faire de bons choix et que les États-unis, comme partenaire, sont surtout intéressés de participer à  construire l`espoir en RDC et d`écrire cette nouvelle page d`histoire avec le peuple congolais.

Dans ses mémoires publier chez Fayard sous le titre: "Le temps des décisions", Hillary Rodham Clinton secrétaire d'Etat Américain de 2008 à  2013 relate sur 720 pages, les enseignements qu'elle a pu tirer de ses 112 voyages à  travers le monde. A la page 328, elle parle de son voyage au Congo-Kinshasa en aoà»t 2009. Lors sa rencontre avec des élèves de l'institut Saint-Joseph de Kinshasa avec lesquels elle a pu échanger:"J'ai décelé de la résignation chez des jeunes de Kinshasa. Ajoutant: "Ils avaient de bonnes raisons de se sentir désespérés " ! Le Lundi 10 aoà»t 2009, Hilary Clinton, la secrétaire d`Etat américaine face aux étudiants Congolais, elle était désemparée. Alors que la guerre bat son plein à  l'Est de la République démocratique du Congo avec Nkundabatwaré et que le viol est utilisé comme arme, un jeune étudiant congolais demande à  la secrétaire d'Etat, si elle était en RDC par pitié ? Hillary Clinton avec beaucoup de sérieux lui répond que la RDC était arrivée à  un moment assez décisif de son histoire. Que c`était aux congolais de faire de bons choix et que les États-unis, comme partenaire, sont surtout intéressés de participer à  construire l`espoir en RDC et d`écrire cette nouvelle page d`histoire avec le peuple congolais.

Dans l'avion qui la ramenait de Goma, à  l'est de la République démocratique du Congo (RDC) où elle venait d'être confrontée, mardi 11 aoà»t, lors d'une étape de quelques heures, à  des témoignages de violences sexuelles, Hillary Clinton ne cachait pas son émotion. "Les atrocités que ces femmes ont subies, et cela vaut pour les atrocités que tant d'autres subissent, sont le produit du mal sous sa forme la plus ignoble", a déclaré la secrétaire d'Etat américaine aux journalistes qui l'accompagnent dans sa tournée de onze jours sur le continent, commencée le 5 aoà»t, et dont la RDC est la quatrième étape.

Pour les Congolais avertis, le fait de ne pas visiter le Rwanda et l`Ouganda était tactiquement dangereux pour la République démocratique du Congo. Selon ces derniers, Hillary Clinton dont on connait les liens d`intérêt avec le Rwanda et l`Ouganda, deux pays agresseurs,pilleurs et receleurs des ressources de la République démocratique du Congo, peut avoir voulu cacher aux yeux du monde l`implication du Rwanda et de l`Ouganda dans le génocide congolais. En demandant aux congolais de résoudre leurs problèmes eux-mêmes et de ne pas vivre dans le passé, Hillary Clinton peut avoir voulu dédouaner le Rwanda et l`Ouganda de leur responsabilité dans le génocide congolais. Pendant qu'Hillary Clinton était au Congo avec les journalistes, les officiers militaires américains visitaient le Rwanda. Tout un symbole si on sait que l'agression du Congo par le Rwanda et l'Ouganda est une entreprise militaire financée par les USA et l'Angleterre... Tant que le Congo sera faible militairement, l'agression continuera son chemin. Comme toujours, les Congolais de trois provinces martyres du génocide (à  l'époque) perpétré en République démocratique du Congo par le Rwanda et l`Ouganda, à  savoir, le Nord-Kivu, le Sud-Kivu, et la Province Orientale étaient les plus sceptiques vis-à -vis de la paix annoncée à  l`Est de la RDC après le passage d`Hillary Clinton ! Dans l`ensemble les congolais trouvaient que les vraies causes du génocide congolais n`avaient pas été abordées. La rencontre du Secrétaire d`Etat américain avec les étudiants, les malades, et les femmes violées est restée au niveau de l'émotion sans vraiment aborder les causes profondes et les coupables de la tragédie congolaise. Ainsi par exemple, Hillary Clinton attribue les viols des mamans congolaises aux seuls Fardc et aux milices sans dire que 90% des viols et mutilations des femmes est l'oeuvre des rwandais. Comment Hillary Clinton ferait-elle autrement si le gouvernement congolais n'a jamais été vocal sur les violations massives des droits humains de ses citoyens! Le mutisme et la complicité avérés du gouvernement congolais dans la crise congolaise ont ainsi bien servi Hillary Clinton qui pouvait égayer les masses congolaises sans entrer dans le fond du problème. En démocratie tout ne se vaut pas. Un démocrate et un voleur des du peuple? Une démocratie et une nomination électorale? Candidat lièvre sans projet pour donner l'illusion politique oligarchie ? Une démocratie et une dynastie à  la congolaise!

Sur la scène internationale, les États-Unis se présentent volontiers comme les champions d`une démocratie qu`ils perçoivent comme un bien d`exportation. Le caractère démocratique du régime américain constitue une sorte de dogme incontestable et incontesté. Tocqueville observait déjà  que le mouvement démocratique avait modelé la forme du gouvernement, des lois, et de l`organisation politique. Même s`il s`interrogeait sur les risques d`une éventuelle tyrannie de la majorité, il ne contestait pas que les États-Unis sont le fruit d`une impulsion démocratique. Cette affirmation est renforcée par l`amalgame traditionnellement réalisé entre l`État de droit et la démocratie. Dès lors que le système américain est un État de droit, il est nécessairement une démocratie, et il n`est pas nécessaire de s`interroger plus avant. Depuis deux siècles, l`idéologie libérale transatlantique s`est trouvé une nouvelle bible : les souvenirs de voyage d`un Français de 25 ans, Alexis de Tocqueville (De la démocratie en Amérique, 1835-1840). Cet ouvrage assène sans preuve que la République fédérale américaine est le modèle absolu de la démocratie représentative occidentale et le meilleur des mondes possible : imparfaite certes, mais perfectible, la première démocratie au monde à  pratiquer le suffrage universel (sauf les femmes, les esclaves noirs et les Indiens) contiendrait en elle-même les ressources suffisantes pour guérir ses propres maux. Tocqueville affirmait que `` l`égalité des conditions » était une donnée naturelle de la révolution américaine, parce que ses acteurs issus de l`immigration coloniale avaient de fait aboli la société féodale des privilèges de caste. D`un `` optimisme aveuglant », n`ayant vu pendant ses neuf mois de séjour qu`un `` petit nombre » de pauvres, le Français forge pour deux siècles le mythe de l`exceptionnalisme américain, soi-disant caractérisé par l`absence de `` haine de classe parce que le peuple est tout ». Brownson, fils de fermiers, insiste au contraire sur l`incapacité de la démocratie politique à  résoudre les inégalités, dont il constate qu`elles s`aggravent avec l`apparition du capitalisme et d`une nouvelle classe de producteurs qui ne possèdent pas leur outil de travail, les prolétaires. `` Le grand mal de toute société moderne, c`est la division de la communauté en deux classes, l`une propriétaire des biens et l`autre qui fournit le travail. » O. Brownson.

C'est le peuple souverain qui donne la légitimité. La souveraineté du peuple congolais est au dessus de la légalité de la Cour Constitutionnelle corrompue et inféodée. La légitimité du peuple congolais est au dessus des cours et tribunaux en République démocratique du Congo. Le peuple congolais congolais a élu Martin Fayulu, c'est lui le Président de la RDC. Le pantin et valet Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est illégitime. Monsieur 16% n'est pas légitime. Celui qui tire les bénéfices d`une opération mafieuse en étant conscient de ce que cela implique est un receleur, coupable à  même titre que les organisateurs de la tricherie. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est tricheur et fraudeur ! Il ne mérite pas d'être président de 80 millions des Congolais. Comment peut-on parler de l`universalité des élections pour la démocratie et accepter que nos compatriotes de Beni-Butembo et Yumbi ne puissent pas voter leur président de la République ? En quoi Félix Tshilombo Bizimungu wa kanambe président NOMMÉ, peut-il prétendre être président de nos compatriotes de Beni-Butembo-Yumbi ? Ces derniers l'ont clamé à  Martin Fayulu, le seul homme d'Etat qui s'est rendu dans ces contrées de la République avant et après les frauduleuses élections: Félix Tshilombo n'est pas nà´tre président. Il n'a jamais été élu par nous !

Lire la suite...

Partager sur : Partager