Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

lundi 26 septembre 2022

BenaMpuka: PROVINCE DE L'ÉQUATEUR : MÉGALOMANE, ARROGANT, FARFELU ET MYTHOMANE, TONY CASIUS BOLAMBA AVAIT UN SALAIRE DE 10.000 DOLLARS ET SES MINISTRES 700 DOLLARS SANS FICHE DE PAIE !

BenaMpuka: PROVINCE DE L'ÉQUATEUR : MÉGALOMANE, ARROGANT, FARFELU ET MYTHOMANE, TONY CASIUS BOLAMBA AVAIT UN SALAIRE DE 10.000 DOLLARS ET SES MINISTRES 700 DOLLARS SANS FICHE DE PAIE !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

FB_IMG_1664179820454.jpg, sept. 2022

Journaliste engagé, libre et indépendant. Nous n'avons pas un fil attaché à la main !

Notre roquet qui aime mordre le mollet des imposteurs-usurpateurs, Fakwa, Checkuleurs, Frappeurs, Ballados... Sa patte n'est pas attachée non plus à un fil.

FB_IMG_1664179824742.jpg, sept. 2022

Tony Casius Bolamba est le dernier à avoir dirigé la grande province de l'Équateur. Il touchait 10.000 dollars par mois, tandis que ses 12 ministres provinciaux avaient un salaire modique de 7.00 dollars, sans fiche de paie. Ils étaient payés par le comptable du gouvernorat.

Sa gestion financière est décriée. Tony Casius Bolamba est maintes fois accusé de détournement des deniers publics. Il se serait tapé en peu de temps des appartements dans la Cité Oasis à Kinshasa. On lui impute la fermeture de la Bralima et l’obscurité à Mbandaka. Tony Casius Bolamba n'a jamais payé ses factures de l'éclairage public par panneaux solaires à Mbandaka, de la société SCI CRÉATIVE SOLUTIONS, comme Réveil FM International l'a révélé. Et l'individu Bolamba a beaucoup de dossiers sales au Parquet Général de la République…que la résistance patriotique KONGO compte dépoussiérer à la Libération. 

FB_IMG_1664179833751.jpg, sept. 2022

Arrogant, mégalomane, farfelu et Fakwa, Tony Casius Bolamba se comportait en gangster à l'Équateur.

Face à Jean-Claude Baende que la Majorité présidentielle tenait coûte que coûte retourner à la tête de la province, lui qui était limogé peu avant par Alias Kabila, les notables Équatoriens espéraient que Tony Casius Bolamba était le moindre mal.  S'était mal connaître le farfelu diasa-diasa.

FB_IMG_1664179837248.jpg, sept. 2022

Toutes les batteries ont été mises en marche pour empêcher l’élection de Baende. Les artisans de ce combat étaient les députés nationaux Henri-Thomas Lokondo et Bolenge Boponde, tous de la Majorité présidentielle, qui avaient juré : n’importe qui à la tête de l’Equateur, même un fou, sauf Baende. Voilà comment Tony Casius Bolamba a pris la commande de la province de l’Equateur, porté à bras-le-corps par ces deux notables.

"N’importe qui, même un fou" , Tony Casius Bolamba l’a démontré peu de temps seulement. Arrogant et mégalomane, la cohabitation avec ses ministres est malsaine. Plus de la moitié de son gouvernement démissionne en cascade. Ecart de langage même envers les parrains qui l’ont soutenu pour remporter la province de l'Équateur sur Jean-Claude Baende. 

Invité à Kinshasa depuis plus de deux mois, Tony Bolamba s’était vu empêcher de regagner sa province de l'Équateur. L'ordre émanait du VPM de  l’intérieur. Se voyant coincé par Emmanuel Shadary, le gouverneur Tony Bolamba de l'Équateur s'était  rapproché du directeur de cabinet d'Alias Kabila, Néhémie Mwilanya, à qui il avait fait très allégeance. Il lui versait fréquemment des « dîmes » pour bénéficier de sa protection. Et c'est Néhémie Mwilanya qu’émanait l’autorisation à Tony Bolamba de rentrer à Mbandaka ! 

Le vendredi 4 aout 2017,  très tôt matin, des manifestations ont été organisées à travers la ville de Mbandaka, chef-lieu de la province de l’Equateur. C’est l’initiative de la société civile appuyée par certains partis politiques, toutes tendances confondues. Les manifestants avaient brulé des pneus dans plusieurs carrefours, notamment aux croisements des avenues Munzi-Yasanyama et Mobutu-Révolution à Mbandaka I, Mobutu-Lumumba au quartier Air-Congo, Yasanyama-Itela à Mbandaka II et Motomba-Bonsomi au quartier Bongondjo.

Expression de leur désapprobation au retour annoncé le samedi 5 août 2017 du fameux Gouverneur de province Tony Casius Bolamba. Ce dernier séjournait à Kinshasa depuis deux mois. Pour se faire, le patron de la mauvaise gouvernance à l'Équateur était  perçu dans les terrasses de Kapela à Yolo où il se pavanait…Bon client pour les tenanciers de bar et les vendeuses de "Maboke Ya Ngulu".

Les calicots de la société civile aux marchés Lomata et de Mbandaka II donnaient un message sans équivoque : « On ne veut plus de Tony Bolamba comme gouverneur à l’Equateur ». Même les partis ADH de Jean-Claude Baende et UCL de Henri-Thomas Lokondo, pourtant ennemis, s'étaient coalisés pour la cause.

Les députés provinciaux de l’Equateur ont voté à l’unanimité jeudi 7 septembre  la motion de censure contre le gouvernement provincial dirigé par Tony Cassius Bolamba. Le vote s’est déroulé en l’absence du chef de l’exécutif provincial à l’hémicycle. L’assemblée provinciale affirme pourtant lui avoir déposé l’invitation depuis vendredi 1er septembre 2017.

Après la présentation de cette motion de censure par le député Willy Bokonga, vice-président de l'assemblée, tous les 21 députés provinciaux présents dans la salle ont approuvé la déchéance du gouvernement provincial.

 Les députés provinciaux affirment que par le vote de cette motion, ils ont fait la volonté du peuple qui les accusait de « fermer les yeux devant la mauvaise gouvernance de l'équipe de Tony Bolamba.»

L’initiateur de la motion accuse le gouvernement provincial de mauvaise gestion, d'incapacité de lutter contre l'insécurité, de mauvaise gouvernance marquée par l'opacité dans la gestion des deniers publics et par le détournement des fonds de rétrocession destinés aux entités décentralisées. 

Déjà au mois de novembre de l’année 2016, un groupe de députés provinciaux accusaient le gouverneur Tony Casius Bolamba d’enrichissement illicite avec des fonds destinés à la province et de «neutralisation des services de sécurité, dont il refusait toute collaboration».

Aujourd'hui, notre Mythomane nationale, Tony Casius Bolamba s'autorise à devenir donneur des leçons, lui qui a été chassé pour mauvaise gouvernance de l'Équateur.

Tony Casius Bolamba devrait se faire oublier. Il a déjà montré de quoi il est capable dans la gestion de la chose publique.

Demain, au KONGO DIA NTONTILA plus de place pour des individus nombrilistes comme le mafieux Tony Casius Bolamba qui trouvait normal de se taper un salaire de 10.000 dollars alors que ses ministres provinciaux n'avaient que 700 dollars sans fiche de paie.

Individu sans cœur, qui agit sans état d'âme, Tony Casius Bolamba fait partie de la diaspourrie, des FAKWA, Frappeurs, Checkuleurs et Ballados qui écument cette diaspora pillarde du KONGO. Elle va au pays pour s'enrichir sur le dos des paisibles citoyens au lieu de servir et participer au développement.

Freddy Mulongo Mukena

Réveil FM International

Lire la suite...

Partager sur : Partager