Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

samedi 14 novembre 2020

RDC: A force des trahisons contre le peuple congolais, bientôt Udps-Palu même destin!

RDC: A force des trahisons et traîtrises contre le peuple congolais, bientôt Udps-Palu même destin!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

Freddy Mulongo-Udps-Palu.jpg, nov. 2020

Des manifestations à Kinshasa, pour demander l'expulsion de Vincent Karega, ambassadeur Rwandais qui a nié le massacre de plus d’un millier de pCongolais à Kasika, dans la province du Sud-Kivu, le 24 août 1998, a été réprimé dans le sang avec des arrestations. Et Fayulu qui a organisé une marche pour Minembwe, le 14 octorbre dernier a vu ses pneus crevés par baïonnettes. Fiasco de l'Udps.

freddy-mulongo-udps-paluLa marche autorisé de l'Udps-Parti Etat pour soutenir la Kermesse tshilombienne est un multi-fiasco. Le régime Udps-FCC qui a toujours refusé des manifestations pacifiques pour l'intérêt général de la Nation congolaise: Manifestation pour l'expulsion de l'ambassadeur Rwanda Vincent Karega. Le fameux négationniste qui a nié le massacre de plus d'un millier de Congolais à Kasika, avec l'outrecuidance de réclamer les tombes  de victimes, a été réprimé dans le sang à Kinshasa , avec plusieurs arrestations des activistes. Le président élu, Martin Fayulu a organisé une marche pacifique pour Minembwe, le 14 octobre dernier, sa jeep Toyota a eu 3 pneus crevés avec des baïonnettes de policiers envoyés par Tshilombo.
freddy-mulongo-udps-palu-1Et l'Udps s'auto-octroi une autorisation de manifester que l'on refuse aux autres. Les Bena Mpuka, Talibans, Tribalo-Ethniques et Wewaïstes vont parler de l'Etat de droit. La centaine des Udpsiens qui ont marché, montre à l'opinion nationale et internationale, que les deux ans au pouvoir usurpé, l'Udps s'est grillé. Le vol par Tshilombo du destin du peuple congolais ne passe pas. Son deal avec Alias Kabila pour enfariner le souverain primaire, l'Udps le paye déjà et c'est ne que le début. L'Udps a le même destin que le Palu de Gizenga, qui est déjà dans la poubelle de l'histoire. 

 Kabund @kabund_jmkkrock Les manifestants de la marche d'aujourd'hui ont soutenu les consultations initiées par le PR. Ils ont tourné sept fois le palais du peuple. A l'instar du mur de Jerico...le message est clair. Donc, la dissolution reste une option irréversible si les lignes ne bougeaient pas.

 Freddy Mulongo @FreddyMulongo #BenaMpuka Mort de rire ! Ils étaient combien les Bena Mpuka, Talibans, Ethno-Tribalistes et Wewaïstes qui ont marché aujourd'hui et fait 7 tours du palais du peuple ? Lorsque @MartinFayulu le 14 octobre dernier a voulu marcher pour MINEMBWE, la police a crevé ses pneus.

 Youyou Muntu Mosi @MuntuMosi #RDC: Looool donc @Kabund_jmkkrock affirme avoir fait avec ses petits camarades 7 fois le tour du palais du peuple aujourd’hui, à l’instar du mur de #Jericho...et a t-il sonné de la trompette, le mur s’est effondré? #LibomaEzaVolonté

Image

 Ir Arnold Pombo Kayiba @ArnoldTechno Attendons un peu peut être la semaine prochaine

 Georges Fundji @GeorgesFundji Ça se fera peut-être la nuit. Attendons voir, lol

 Michael GUHANIKA @MichaelGuhanika

Image

 DIDO NDOKO @DidoNdoko C'est ça la procédure prescrite et les conditions requises par la constitution pour aboutir à la dissolution ? Je pense que vous devriez faire une relecture plus savante de l'article 148 de notre constitution.

 Fidji Kifufu @fidjikifufu Si les lignes ne bougeaient pas...J'aime bien la comédie de certains politiques congolais. je n'ai pas de passeport depuis six mois, et je souffre pour aider mes enfants au pays.

 Jean-Bedel Mande @bedelmande Laissez cette décision à la seule discrétion du président de la république après consultation avec avec les autres institutions du pays.

 Carrel N. @niacarrel L'orgueilleux, aveugle de @kabund_jmkkrock pour lui-même, ne voit les autres qu'avec des yeux chassieux.....@VitalKamerhe1 @Mag122006 @KamusakyJossar1 @ngoyikasanji1 @Bibishe6 @JacquelineMputu @Bmueka @YNdjoli @mahanguHM @tresortk1 @DieuWedi1 @Cartesien243 @PapyNP

 His Magesty Dieudonné AGOUMOUSSE NTAMBWE-NTAMBWE À l'occasion de cette journée soi-disant de soutenir le chaos organisé par Mr Tshilombo.Une des plus honteuses campagnes de soutiens jamais entreprises au Congo est lancée afin d'endormir la population à la gravité de situation.Le plus important ne devrait pas être le populisme

 Raymond Cadet Kienga @RKienga Pure distraction en vertu de quoi allez vous dissoudre le parlement vous jouez au feu.

 TUTU Ramazani Martin @ramsdetutu1 Tu te rends compte que les lignes ne vont pas bouger. Ahahahahah

 Bryan Sangara @LaurientB va te branler pauvre con ,32ans de lutte pour ça??? honte aux créateurs de L'UDPS. 3ans seulement vs videz toutes les caisse. qu'avez vs fait pour le peuple apart vos embrouilles avec le FCC . va te masturber nde musala oyebi connard

 Maxime Lokela @LokelaMaxime n'est plus le sauveur de l'udps ? Personne ne vous croit .

 Monga Joseph @MongaJoseph7 Tu rêve monsieur et vous aussi vous risquez de tout perdre

 Arnold diva @Arnold05914186 Dissolution oui Avez-vous Gagné les élections ?

 Manuella Tshiela @ManuellaTshiela Tala ndenge okondi oyindi likolo ya motema mabe. Fatshi ako dissoudre assemblée sur base de quelle loie?

Image

 Philippe W. Bosondjo @BosondjoW Il n'a plus la santé du 1er vice president

 Hervé Muluba Kazala @HerveMuluba Yo te mutu olobaki oyo ako loba mabe ya Fcc yebisa te aza "Ndoki"?... Ndoki

 Kibungusu @kibungusualvin Oza liboma

 Don_armateo @badianga Et les drogues durent que tu prends restent une solution tant que tu auras décidé de planer...

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 13 novembre 2020

Tripartite: Fayulu (Elu-Le Bon), Tshilombo (Nommé-Le Roublard) et JoKa (Le Truand)!

Tripartite: Fayulu (Elu-Le Bon), Tshilombo (Nommé-Le Roublard) et JoKa (Le Truand)!

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Mafa K.jpg, nov. 2020

Crise de légitimité clignote en rouge en RDC. Les évêques de la CENCO se sont entretenus avec Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba, voleur du destin du peuple congolais par fourberies et roublardises; Alias Kabila le truand et Martin Fayulu, président élu, victime de hold-up, le bon et pacifique. Une tripartite se prépare pour mettre sur la table:les deux brigands de la République et Fayulu.

freddy-mulongo-mafa-a

Tshilombo le voleur de destin du peuple congolais est le problème du Congo. Tshivube Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba avec ses fanatiques écervelés et lobomotisés veulent nous faire croire qu'il est là solution, alors que c'est lui  le problème et il est dangereux pour la République. Tshilombo doit dire à la Nation clairement si oui ou non il a signé ce fameux deal contre le peuple congolais avec pour parrains- témoins trois chefs d'Etat africains: Abdel Fattah Al Sissi, président de l'Egypte, Uhuru Kenyatta du Kenya et Cyril Ramaphosa de l'Afrique du sud. De deux, Tshilombo doit clairement dire  si oui ou non il veut rompre avec Alias Kabila. Il faut qu'il soit clair. 

Les consultations Tshilombiennes ressemblent de plus en plus  à une  kermesse des opportunistes et quémandeurs de postes politiques. Il risque de recevoir les Bambino de l'école maternelle voire même des filles de joie de Kinshasa. Tshilombo a du temps à perdre et il fait perdre du temps au pays. Ce faussaire-checkuleur n'a pas été préparé à des hautes fonctions, son Fufu Bukula Bwa Nseka lui suffit amplement. Ses neurones sont incapables de tenir 15 minutes de discussion soutenue. 

freddy-mulongo-mafa-k
freddy-mulongo-mafa-u

Une tripartite se prépare pour par la CENCO pour une rencontre entre : Trois présidents en République démocratique du Congo : Martin Fayulu (Président Élu-Le Bon et Victime du hold-up électoral), Tshilombo (Président Nommé-La Brute-Voleur de destin du peuple congolais et Bénéficiaire d'une Nomination Électorale) et Alias Kabila (Le Truand et Nominateur de Tshilombo en lieu et place de Martin Fayulu, vainqueur  de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018) !

Les consultations Tshilombiennes ressemblent à une kermesse des opportunistes quémandeurs de postes politiques. 

 Kongo Monene @KongoMonene Et cette fois-ci Messeigneurs @CencoRdc @CENCO__RDC @TataCardinal , revenons fermement vers nos fondamentaux catholiques. En effet, la vérité seule sauvera le pays, et du mal ne viendra pas le bien. Le nouveau théâtre de verdure du Mont Ngaliema ne produira rien pour le peuple.

 Rodriguez kabala @RodriguezKabala La légitimité est vidée de sa substance par la révision de la constitution en remettant l'élection du Président à un tour au lieu de 2 qui permettait que le Président soit élu avec plus de 50%. Cherchons d'autres arguments pour vivre politiquement.

  Jean-Marc KABUNDA @JeanmarcKabunda Le ciel socio politique de notre pays est très nuageux, la crise de légitimité est là, il est plus que temps de la résoudre. Le plan de sortie de crise est l’unique solution pour nous sortir de ce trou. Le changement aujourd’hui s’appelle Martin Fayulu dixit notre frère !

Image

 Jeune Pato @OnombePaul1960 Un dialogue autour d'un médiateur neutre, oui. Pas des bêtises qui se déroule au palais de la nation. Félix Tshisekedi est entrain de créer une diversion pour avoir un moyen de pression sur le fermier de Kingakati. L'union sacrée ne se fait pas autour d'un individu.

Image

 Justin Bidiaku @JBidiaku Tant que monsieur Felix ne se rendra pas compte de son implication et la conséquence de celle-ci dans l'actuelle crise, ces tralala ne vont rien résoudre.

 Ben Lumbwa @BenLumbwa Je valide le plan de sortie de crise est là avec le président ÉLU PAR DIEU ET PAR LES PEUPLES CONGOLAIS. Mettez ce plan en résolution pour engager la sortie de légitimité dans notre pays.

 Chikito incognito @incognitoch57 La vérité est têtue frérot et le temps est le meilleur allié de cette dernière.Quoi que vous fassiez,que vous ne reculiez ou pas,l’histoire ne retiendra qu’une chose que : Fasthi est un recéleur et un dealeur des élections.Deux ans après ! Rien ne fonctionne.

 Bob Mbemba Basaula @BobMbemba PRÉSIDENT élu, gardez Vtre posit° de fermeté car F. Tshisekedi souhaite avoir les béquilles alors il utilise la CENCO pr vs avoir à son environnement immédiat mais il ne pense pas loin, si pas vs prendre en OTAGE c-à-d prendre l'ensemble de l'opposit° en otage.

 Matondo Jonathan @MatondoJonatha4 C'est une bonne chose le problème qui bloque notre pays a se développer c'est le non respect des choix des électeurs d'où pr le résoudre ça il faut réparé ttes les voies qui ns amène là. 

Le 3 mars 2019, nous écrivions cet article qui reste d'actualité

Trois présidents en RDC: Fayulu (Le Bon), Tshilombo (La Brute) et Alias Kabila (Le Truand) !

Martin Fayulu, Président élu du peuple congolais

C'est un western que nous aimons regarder:"Le Bon, la Brute, le Truand". Le film de Sergio Leone est sorti sur les écrans le 23 décembre 1966. Clint Eastwood interprète Le Bon. Son personnage est désigné par le surnom Blondin. A aucun moment son vrai nom n'est prononcé. Lee Van Cleef interprète le rà´le de La Brute, un mercenaire insensible, n'a pas d'à¢me et sans pitié qui s'appelle dans les versions italienne et française Sentenza, nom devenu dans la version américaine Angel Eyes ("œ’il d'ange"). Eli Wallach interprète le rà´le de Tuco Benedicto Pacifico Juan Maria Ramirez, une créature toute instinctive, un bà¢tard et un vagabond." ! Dans le western, c'est souvent dans un cimetière que l'on retrouve le butin caché et le partage se fait à  coups de revolvers !

En République démocratique du Congo, un western se joue entre trois présidents sur fond de crise de légitimité post-électoral.

1. Martin Fayulu, Le Bon...Président élu du peuple congolais

C'est Martin Fayulu, qui a été élu avec 62% lors de l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Il est le véritable président de la République démocratique du Congo. Extrêmement populaire, plus populaire que Mobutu-Tshisekedi réunis et face à  une classe politique des corrompus toxiques, profito-situationnistes, mangeurs à  tous les rà¢teliers, mangercrates, politicailleurs ventriotes...Martin Fayulu sort du lot. Il est simple, constant, intègre et déterminé. Il ne là¢che rien d'où son surnom de "Soldat du peuple". Profondément chrétien, il refuse de faire couler le sang du peuple congolais pour arracher son imperium. Il se bat pacifiquement sans aucune violence !

L'homme le plus populaire de la RDC: Martin Fayulu

Martin Fayulu a catégoriquement refusé de négocier les résultats électoraux avec Hippolyte Kanambe Kazembere Mtwale Alias Joseph Kabila. La légitimité de Martin Fayulu provient du peuple congolais. Cette légitimité est au dessus de la fameuse cour constitutionnelle corrompue et inféodée d'Alias Kabila. La démocratie, c'est le respect des principes ! On ne peut pas crucifier la vérité. Martin Fayulu se bat pour la vérité des urnes. On ne peut pas parler de démocratie, de l'Etat de droit sans vérité des urnes. Pour parler et agir au nom du peuple, il faut avoir la LÉGITIMITÉ. Aucun candidat de l'élection présidentielle n'a eu cette élection sauf Martin Fayulu.

2. Félix Tshilombo, la Brute...pseudo-président nommé

Putschiste, Monsieur 15% est la malédiction pour la République démocratique du Congo. Roublard, fourbe, collabo, traître Félix Tshilombo Bizimungu wa kanambe a bradé le nom de Tshisekedi. L'imposteur et usurpateur, il est le pantin, vassal, marionnette et valet d'Alias Kabila. Illégitime, il a été nommé par ce dernier qui en a fait un petit pseudo-président étiquette et protocolaire. Dans un pays sous occupation, pour mieux piller ses ressources, on choisit soit d'être le Maréchal Pétain, collabo d'Adolphe Hitler, ancien chef du régime collaborationniste et antisémite de Vichy (juillet 1940-aoà»t 1944), ce maréchal condamné à  mort et frappé d`indignité nationale en mars 1945, puis détenu sur l`île d`Yeu ou d'être le Général De Gaulle qui fait le choix de la France Libre grà¢ce à  son appel à  la résistance du 18 juin 1940. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est le Maréchal Pétain Congolais. Le sans neurone, Félix Tshilombo a déjà  oublié les morts entre Lendu et Hema dans l'Ituri, les égorgés de Beni, Butembo, Lubero, les massacres dans les deux Kivu, les viols de nos femmes, mères et filles, le prix Nobel de la paix au Dr. Denis Mukwege est là  pour en témoigner. Tshilombo a déjà  oublié le massacre des adeptes de Bundu dia Kongo dans le Kongo-Central et du pasteur Joseph Mukungubila à  Kinshasa et Lubumbashi, il a oublié les membres de l'UDPS calcinés dans la permanence du parti à  Limeté, il a déjà  oublié le génocide du Kasaï cautionné et non dénoncé par les Kasaïens du régime d'Alias Kabila et les morts dans le rang des chrétiens à  Kinshasa pendant les marches des chrétiens. Avec plus de 12 millions des morts, des crimes de génocide, pillages des ressources...Gourou des Talibans, Fachos, Nazis, Ethnotribalistes et TribaloEthniques qui injurient tout le monde y compris des journalistes étrangers qui remettent en cause son imposture.

Félix Tshilombo a quémandé à  genou le pouvoir chez Alias Kabila

Après s'être agenouillé et pleuré de toutes ses larmes lorsqu'Alias Kabila lui a signifié qu'après mille réflexions, c'est à  lui qu'il a décidé de lui donner le pouvoir, Félix Tshilombo Bizimungu wa kanambe a signé un accord avec celui qui l'a nommé. Dans cet accord, d'après le journal zambien "Zambian Observer" qui a publié une partie de cet odieux accord. Félix Tshilombo s'est engagé de ne pas poursuivre ni Alias Kabila ni aucun apparatchik, baron, Mammouth Joséphiste qui ont dirigé et commis des crimes durant les 19 ans que le Kadogo a été catapulté sur le trà´ne du Congo par la mafia internationale. Or le peuple congolais est allé aux élections pour un dégagisme. Le peuple congolais exige la convocation d'un tribunal équivalent à  celui de Nuremberg pour des crimes sur son sol ! Félix Tshilombo en volant la victoire de Martin Fayulu par un deal honteux fait capoter le rêve et l'espoir du peuple congolais. Culotté, Tshilombo va chercher la légitimité à  l'extérieur du Congo. Il a honte de citer Martin Fayulu, qu'il appelle désormais "Opposant"! Dans ses mensonges éhontés, il a le toupet de déclarer qu'il a été élu alors que ce faussaire est un sujet nommé. La légitimité vient du peuple congolais. Voleur des voix du peuple, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est entré par la petite fenêtre de l'histoire. On s'imagine déjà  comment cette histoire va se terminer. Félix Tshilombo est le masque d'Alias Kabila

3. Alias Kabila, le Truand...le réel Président de la RDC

Victor Hugo:"Les penseurs sont plus utiles que les soldats ; par l'épée on discipline, mais par l'idée on civilise" ! Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe qui prend pour un Rangers Raptor adepte de l'esbroufe, de la tricherie, du mensonge et du vol des voix du peuple congolais risque d'être surpris par celui qui l'a nommé et fait de lui petit pseudo-président. Pousser par ses partisans Félix Tshilombo prend de plus en plus conscience qu'il doit dékabiliser pour devenir crédible même sans légitimité. Or Alias Kabila n'est pas un enfant de chœ“ur, il est un tueur froid ! Taiseux, les dix huit ans passés à  la tête de la RDC, l'homme en est sorti multi-milliardaire et pleins des réseaux mafieux. Sa force avoir récupéré tous les dinosaures Mobutistes et les avoir mués en Mammouths Joséphistes. Les Mobutistes sont prêts pour le pouvoir. Arrivée au Congo en 1997, sans un clou, avec une kalachnikov en bandoulière et des bottes de jardinier, le kadogo a de la bouteille ! En le nommant et signer un accord odieux à  Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, Alias Kabila espérait un gouvernement de coalition FCC-UDPS-CACH. A l'allure où vont les choses, c'est un gouvernement de cohabitation qui va arriver...! La guerre, c'est toujours la confrontation des volontés !

La vieille voiture du Maréchal Mobutu conduite par Alias Kabila pour terroriser Félix Tshilombo

Alias Kabila a quitté le "Pouvoir" sans avoir élucidé l'assassinat de M'zée Laurent-Désiré Kabila. Pendant 18 ans, le procès Eddy Kapend et les présumés assassins de LDK n'a pas abouti. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe devient un habitué de la parjure. Après avoir parjuré sa signature à  Genève, menti au peuple congolais que c'était sa base de l'Udps qui l'avait déconseillé, le faussaire n'a jamais dit à  sa base qu'il a été nommé après un accord avec Alias Kabila. Voler n'est pas bon ! A force de voler on finit toujours par se faire prendre.

sans légitimité, il est difficile, voire impossible de gouverner une République. Félix Tshilombo voleur des voix du peuple congolais croit bà¢tir l'Etat de droit après son vol. La vérité des urnes est l'étape consécutive de l'Etat de droit. Sans vérité des urnes pas de légitimité et pas de démocratie. Félix Tshilombo Bizimungu wa kanambe est illégitime. Il demeure un petit pseudo-président nommé.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 5 novembre 2020

Union Sacrée: JP Bemba et Moïse Katumbi, deux traîtres contre Lamuka peuple?

Union Sacrée: Bemba et Moïse Katumbi, deux traîtres contre Lamuka peuple?

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Lamuka 7.jpg, nov. 2020

Complotiste, balkanisateur et liquidateur du Congo, Tshilombo piège Jean-Pierre Bemba et Moïse Katumbi, deux politico-affairistes pour exploser Lamuka. Le complot de Tshilombo a déjà échoué car Lamuka, c'est le peuple congolais. En politique, seule la constance est victorieuse. Katumbi mobilise des gros moyens pour une consultation d'un président faussaire contre son allié Jo Ka...

freddy-mulongo-lamuka-7

Aux Etats-Unis, une grande et vielle démocratie, le comptage des voix entre le président Donald Trump et Joe Biden, son challenger, doit se faire bureau de vote par bureau de vote, pour départager les deux candidats. Les Républicains comme les Démocrates exigent la vérité des urnes. On ne peut pas parler de démocratie sans respect de la vérité des urnes. Les Américains ne sont pas prêts d'accepter un faussaire des urnes diriger les Etats-Unis. C'est un échec de penser, que Tshilombo, Monsieur 15% et voleur du destin du peuple congolais va exploser Lamuka. Corrompre des fameux leaders, ce n'est pas corrompre les Congolais et tous les Congolais. "Lamuka , c'est le peuple congolais. Lamuka", c’est l’esprit du peuple congolais qui veut être dirigé par  par des gens qui ont la légitimité du peuple. Le respect de la volonté du peuple est exigence politique. Le changement passe nécessairement par le respect de la vérité des urnes.   En République démocratique du Congo, la classe politique la plus médiocre de la planète, est inconstante, versatile, cupide, corrompue...Les politicailleurs, ventriotes et Mabumucrates ne se battent jamais pour des principes et valeurs républicaines. Ils sont des opportunistes. Qu'est-ce-que les consultations politiques de Tshilombo, le voleur du destin du peuple congolais changent-elles dans le quotidien du peuple congolais ? Pourquoi Moïse Katumbi doit-il mobiliser au tant des fonds et moyens pour uniquement revenir à Kinshasa et rencontrer Tshilombo, l'Enfarineur ? Que veut prouver Moïse Katumbi ? S'il est populaire c'est dans les urnes qu'il doit le prouver. Moïse Katumbi est un frère Katangais et Congolais que je respecte. Il est entrain de griller son avenir politique. Ce n'est pas en tendant la main à un faussaire, checkuleur, complotiste, balkanisteur et liquidateur du Congo, qu'il va s'en sortir. On ne peut avoir décrié la fraude électorale contre le peuple congolais et s'amuser contre le peuple avec des arrangements politico-politiciens. C'est triste pour Moïse Katumbi. S'il agit de son propre chef, c'est grave. S'il est influencé par ses conseillers, ils l'amènent dans un trou. Les conséquences de son défi contre le peuple congolais vont s'averer néfastes pour son image politique  hic et nunc. 

Moise Katumbi est entrain de piétiner plusieurs points de la déclaration finale Lamuka du 30 juillet 2019 à Lubumbashi, le jour de la passation du flambeau de commandement à Jean-Pierre Bemba représenté par Eve Bazaïba. Réveil FM International republie cette déclaration qui met à nu le complot Tshilombo-Katumbi contre Lamuka.

freddy-mulongo-lamuka-4
freddy-mulongo-lamuka-6
freddy-mulongo-lamuka-5

5. Lamuka réaffirme sa victoire aux élections du 30 décembre 2018 et continue à dénoncer la fabrication des résultats tels qu'annoncés par la CENI et entérinées par la Cour Constitutionnelle. Lamuka dénonce également l'invalidation injuste de ses députés par la Cour Constitutionnelle.  

6.Tous les membres du présidium réaffirment leur engagement à œuvrer dans la franche collaboration et de la cohésion au sein de la plate-forme, afin de poursuivre la noble lutte. Chacun des leaders s’emploiera à exhorter ses collaborateurs et son regroupement politique à demeurer unis, vigilants et mobilisés pour déraciner les antivaleurs qui handicapent le progrès de la société congolaise.

7. Le présidium appelle la population à rester vigilante et à être prête pour la défense de la Constitution, spécialement en ses articles intangibles.

11. Lamuka s’engage à mobiliser le peuple congolais pour la mise en place des réformes institutionnelles nécessaires notamment sur la Cour Constitutionnelle, la Commission électorale nationale indépendante (CENI), le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel et de la Communication (CSAC) et la Commission Nationale des Droits de l’Homme (CNDH). 

Jean-Pierre Bemba a quitté Mbandaka hier, il est venu à Kinshasa. Il a été reçu par Tshilombo. Ils ont parlé durant 30 minutes et il est rentré dans sa forêt. A-t-il eu peur de dormir encore sur une chaise à GB comme autrefois. A-t-il pris la décision de consulter les militants du MLC pour son agissement solitaire et anti-peuple ? C'est toujours facile d'accepter l'inacceptable. Il faut aussi savoir assumer. Les consultations ne sont pas un dialogue. La décision finale revient à un individu, qui de plus est lui-même le problème du pays. 

En politique, lorsque l'on s'engage et que l'on prend une position, on s'y tient. Contre vents et marrées on s'y accroche. Il est dangereux en politique de changer des positions matin, midi et soir. Est girouette, celui qui change des positions au gré de vent. Cela est regrettable et insupportable. Personne n'ignore, comment Alias Kabila, a pesé de tout son poids pour empêcher Moïse Katumbi et Jean-Pierre Bemba de postuler à l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Mais cela ne nous oblige pas à être complaisant à leurs égards. Nous avions déjà eu l'occasion de relever les 5 erreurs de Moïse Katumbi contre Lamuka. La popularité de Moïse Katumbi est en berne au sein de la diaspora congolaise. Un désamour s'y est installé. Sa  fameuse déclaration sur France 24, d'enjamber la vérité des urnes, pour se projeter déjà en 2023, avait déjà fait des remous. Ses accointances avec Félix Tshilombo, imposteur-usurpateur l'éloignent de plus en plus des objectifs de Lamuka.

Voici les 5 erreurs politiques de Moïse Katumbi contre Lamuka (Réveil FM International, 6 juin 2019):

1. Martin Fayulu est allé au front électoral. Il a battu campagne. Partout où il est passé, ce fut effervescence populaire. Martin Fayulu a gagé haut la main, l'élection présidentielle du 30 décembre 2018. Avec 62,8%, il est le président élu du peuple congolais. Il est légitime. Il est Notre président. Il mérite le respect de tous, y compris des acteurs politique de Lamuka. Félix  Tshilombo est un imposteur-usurpateur. Un grand mépris de notre peuple, il a fait un deal avec Alias Kabila, pour non changement dans la continuité. Agent de tutsi-Power et au service de la consolidation de l'occupation, Tshilombo est agent de l'impunité. Fayulu en homme intelligent a déposé son recours, à la Cour Constitutionnelle, des juges godillots aux mains gantées en blanc et aux ordres d'Alias Kabila pour récomptage des voix. Cette démarche n'a pas été approuvé par Moïse Katumbi. Et pourtant, c'est cette démarche de Fayulu qui a dévoilé au monde, la justice corrompue du Congo. Une Cour Constitutionnelle qui se réunit à l'heure de Nicodème, c'est-à-dire la nuit, pendant que le drapeau congolais n'est pas encore levé. Parodie de justice, au lieu que les juges disent la loi au nom de la RDC, les corrompus juges se sont discrédités eux-mêmes. Avec ses 16%, Félix Tshilombo a été proclamé frauduleusement vainqueur à 3h du matin. L'Udps avait 37 avocat pour défendre le Voleur des voix,  Tshilombo, parmi eux Me Mukendi wa Mulumba, ancien bâtonnier, il était à la cour sans gène pour défendre son Angwalima et Fakwa de neveu.

2. La vérité des urnes, du Président Elu, Martin Fayulu dépasse sa modeste personne. C'est la victoire du peuple congolais qui a été volé. Tous les Congolais qui réclament la vérité des urnes ne sont pas des membres de Lamuka. Refuser la vérité des urnes, c'est cautionner le troisième hold-up d'Alias Kabila. Or Moïse Katumbi qui a tout fait pour empêcher un troisième penalty d'Alias Kabila comment peut-il cautionner le troisième hold-up d'Alias Kabila? Félix  Tshilombo est un président Quado. Il est bénéficiaire d'une NOMINATION ÉLECTORALE. Il est pantin, masque-Kifwebe et bouclier d'Alias Kabila. Félix  Tshilombo n'a aucun pouvoir.

3. Dans son interview sur France 24, Moïse Katumbi a dit qu'il faut tourner la page de la vérité des urnes, puisque la Cour Constitutionnelle avait proclamé Félix Pétain Bizimungu Tshilombo. Or cette haute cour corrompue a été condamnée par les États-Unis. La vérité des urnes est le passage obligée pour l'installation de la démocratie en RDC. Vouloir enjamber, la vérité des urnes comme le fait Moïse Katumbi, est une grave erreur politique. Il ne faut jamais mépriser le peuple.

4. Martin Fayulu, Président Elu du peuple congolais est le politicien le plus populaire de la RDC. Sa popularité dépasse de loin celle de Mobutu et Etienne Tshisekedi réunis. Aucun politicailleur ventriote n'arrive à la cheville de Fayulu: homme droit et intègre. Il faut que les choses soient claires: Martin Fayulu n'est pas le garçon de course de Lamuka. Il n'est pas non plus l'homme à tout faire de Lamuka. Chaque Congolais a le devoir de le soutenir, jusqu'à la victoire de la vérité des urnes.

5. C'est Alias Kabila qui dirige encore et encore la République démocratique du Congo. Les accointances de Moïse Katumbi avec Félix  Tshilombo frise la trahison des aspirations de notre peuple. Il est dans la même ligne que Gabriel Kyungu qui a déclaré publiquement que Tshilombo est son fils. Résultat: A 81 ans, il vient d'être nommé à la SNCC. Etre avec le peuple, c'est accepter la CONSTANCE dans ses prises de positions politiques. Etre coordonnateur de Lamuka, avec le collectif "Ensemble" dont des Troubadours tel que Delly Sesanga et Claudel Lubaya attendent de pied ferme leur nomination ministériel, pose déjà problème. Moïse Katumbi est mal conseiller, qui lui rassure qu'en 2023, il sera candidat président de la République. Son propre conseiller spécial, Salomon SK Della, est privé de passeport biométrique, par son propre ami Félix  Tshilombo. Cela n'interpelle pas sa conscience ? Pourquoi ne tonne-t-il pas pour exiger le passeport ? Martin Fayulu est et demeure le Président Élu. Celui qui le méprise, sera méprisé.

Aujourd'hui, le fait de vouloir quitter Lubumbashi et venir à Kinshasa, usant et abusant de tous les moyens de communication, pour des consultations Tshilombiennes qui n'en valent pas la peine, Moïse Katumbi se grille. Pas facile de retrouver sa vraie  popularité d'antan. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 25 octobre 2020

Tshintuntugate: Tshilombo a insulté les Congolais de la diaspora "Combantaba"...

Tshintuntugate: Tshilombo a insulté les Congolais de la diaspora "Combantaba"...

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM InternationalFreddy Mulongo-Faussaire Tshilombo 66.jpg, oct. 2020

Un président de la République doit être un Fédérateur et Rassembleur. Il est président y compris de ceux qui ne l'aiment pas ou non pas voter pour lui. Tshilombo, Monsieur 15%, le bénéficiaire d'une nomination électorale après deal avec Alias Kabila, a injurié les Congolais de la diaspora: "Ba Nyangalakata" à Bruxelles, "Ba Ndoki" à Paris et "Ba Combantaba" à Londres. A quand ses excuses?

freddy-mulongo-bruxelles-tshilombo

Les paroles doivent être claires: "Mes frères et sœurs, je fais amende honorable. Je présentes mes excuses et demande pardon au peuple congolais. Je me détache du deal avec le FCC et rejoint le camp de la patrie. J'appelle mes frères Martin Fayulu, Moïse Katumbi, Jean-Pierre Bemba et tous les acteurs politiques à pouvoir rejoindre les démarches patriotiques afin de sauver notre pays..."  

Le petit discours de six minutes de Tshilombo laisse à désirer. On ne peut pas jouer indéfiniment à un peuple. Tshilombo a enfariné le peuple congolais avec ses 15%. Il a dribblé Martin Fayulu-Lamuka à Genève, il a dribblé Vital Kamerhe à Nairobi, maintenant il veut dribbler Alias Kabila-FCC. C'est toujours lui de manière unilatérale qui ne respecte pas sa parole et sa signature. Fourbe et roublard patenté. Quelles sont valeurs que prônent Tshilombo ? Le fils de Marthe Kasalu Jibikila veut un suicide collectif ! L'Union sacrée de Tshilombo avec qui ? Et pour quoi ? L'Union sacrée de Tshilombo existe déjà avec FCC et CACH. Pour six minutes de discours, il faut bloquer la République ?  Pas de conseil des ministres, le parlement est fermé, la Primature scellée...

Les Fatshistes-Bétonistes sont aux abois ! Tshilombo a méprisé tout le monde. Le plan Machiavélique de Tshilombo est alarmante ! 

Cette photo diffusée, du T-Shirt porté par des Bena Mpuka, Talibans et Ethno-tribalistes, le 17 septembre 2019, lors de la visite de Tshilombo à Bruxelles, n'est-il pas séparatiste et divisionniste: "Kasaï Power" ?

Croyant se prémunir contre son imposture et usurpation par son vol de  destin du peuple congolais, Tshilombo a lâché ses chiens pitbull sur des réseaux sociaux , injuriant les Congolais, qui'il est censé respecter et honorer par des insanités: "Libolo ya Maman Na Yo" !

Plus couramment, ses fanatiques n'y sont pas allés de mains mortes sur leurs claviers: Monseigneur Laurent Mosengwa Pansinya, le cardinal Honoraire de Kinshasa a été copieusement insulté, Honore Ngbanda de l'Apareco est insulté matins, midis et soirs,  Dr. Denis Mukwege, le prix Nobel de la paix n'en parlons même pas, le Congo ne l'a jamais soutenu; "Martin Fayulu" azali Camerounais. Martin Fayulu qui a été proche d'Etienne Tshisekedi qui a tout donné ? Moïse Katumbi azali Zambien ! Katumbi qui a payé les frais de tous les participants à Genval pour remettre Etienne Tshisekedi, réconcilier Baba Kyungu et Tshisekedi. Katumbi qui a payé des avocats américains pour enlever l'interdiction qui frappaient Tshilombo et Tshimanga de séjours aux Etats-Unis, pour y a commis un délit de vol au Wal Mart. Katumbi qui avait loué le jet qui a amené Etienne Tshisekedi aux soins à Bruxelles. Katumbi, Katumbi, Katumbi...Quant à Jean-Pierre Bemba, les Talibans l'ont toujours décrit comme "le mangeur des pygmées" ! En République démocratique du Congo : Facebook a supprimé 66 comptes, 63 pages, cinq groupes et 25 comptes Instagram, avec Honoré Mvula kabala, soutien de FATSHI, comme principal sanctionné. Tshilombo a sa présidence usurpée a engagé un cybercriminel patenté, Honoré Mvula Kabala, pour injurier des Congolais sur les réseaux sociaux. Bien que les gestionnaires et administrateurs des comptes Facebook et pages aient tenté de dissimuler leur identité et leur coordination, après investigation, Facebook a indiqué que la plupart des comptes, pages et groupes Facebook et Instaram supprimés appartenaient aux sympathisants de Force des patriotes. Un parti politique créé en 2019 par Honoré Mvula et dont l’objectif affiché est de soutenir et d’accompagner l’action du président de la République, Félix Antoine Tshilombo (FATSHI). Sur les 63 administrateurs des pages supprimées par Facebook, six jeunes hommes ont été identifiés comme opérateurs d’au moins 26 pages et cinq groupes dans le réseau, proches d’Honoré Mvula Kabala, homme de main de Tshilombo. Pas d'excuses de la part de ce fameux fils de Marthe Kasalu Jibikila. 

freddy-mulongo-marche-feminicide-1
freddy-mulongo-marche-feminicide


Tshilombo tend la main aux acteurs politiques vilipendés par ses Bena Mpuka, Talibans et Tribalo-Ethniques, après avoir pris les Congolais pour des cons. Les Congolais de la diaspora se sont sacrifiés: marches battant pavés dans des capitales occidentales, sit-in, marche Paris-Bruxelles 309 Km contre les viols en République démocratique du Congo... Tshilombo a volé des sacrifices et engagements  patriotiques de la diaspora congolaise. Nous sommes devenus la risée du monde entier. Tshilombo a pris des Checkuleurs et Frappeurs de l'Europe pour les amener au Congo pour mieux piller le pays.  Un gouvernement de 66 ministres et 723 conseillers tribaux. Et son troubadour André Mbata se prétend pour un constitutionnaliste pour raconter des bobards !     

On savait que Tshilombo était un nullard mais là... Zéro puissance Zéro ! Un bonimenteur, un lâche et une couille molle, comme certains disent chez nous : "aventrier" Mbwa copal. Tshilombo a invité Paul Kagame, Hitler Noir, bourreau du peuple congolais, pillard et receleur des ressources

Il va consulter ? Qui ? La bonne blague ! Après avoir insulté ses propres compatriotes des : "Combantaba", "Ba Ndoki", "Ba Nyangalaka" et ses fanatiques nous traitent constamment des jaloux, aigris, tribalistes, haineux, etc. Cette crapule ne respecte pas sa parole. Akosilisa yango ! Balobaki Na Biso " Bokomesana" mais Ye Alingi Komesana Te ? Akomi Neti Takinga, Akomi Kotelengana. Akomesana Pe Akosiliyango !

Les chercheurs des postes et positions iront, oubliant Genève, Kenya, Kingakati... A notre avis Tshilombo ne changera jamais. Tshilombo doit révéler au peuple congolais son deal avec les animateurs de FCC. Les Congolais ont aussi droit de savoir les vrais résultats de 2018.

Tshilombo ne respecte jamais ses engagements : à Genève,  il a dribblé ses amis pour ses intérêts personnels; il a dribblé Vital Kamerhe, il veut dribbler Alias Kabila. Qu'il se démerde seul avec ses injurieux Bena Mpuka, Talibans, Tribalo-Ethniques et Wewaïstes ! 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 24 décembre 2019

RDC: Martin Fayulu-Adolphe Muzito passent le réveillon de Noël à  Beni !

Paix à  Beni: Adolphe Muzito-Martin Fayulu dans l'avion en quittant Kinshasa

La symbolique patriotique est forte. Martin Fayulu et Adolphe Muzito passent le réveillon de Noà«l à  Beni, ville martyre de la RDC. Non pas pour booster le moral des troupes mais montrer sa solidarité avec des compatriotes victimes des tueries et massacres à  perpétuité. Dans la fabrication des résultats électoraux, la CENI sous Alias Kabila avait privé nos compatriotes de Beni-Butembo et Yumbi du droit de vote constitutionnel. Depuis la Nomination Electorale d'Angwalima Tshilombo après son odieux deal contre le peuple congolais avec Alias Kabila, c'est la continuité dans les tueries.

C'est l'Ouest qui veut sauver l'Est de la République démocratique du Congo. Adolphe Muzito, coordonnateur de Lamuka et ancien Premier Ministre, est entrain d'imposer une cadence politique au Congo. Il a tenu un discours martial contre le Rwanda, pays agresseur, pilleur et receleur du Congo, la veille de son départ à  Beni. En langage diplomatique on dira, Muzito a usé de la langue de scie et non de soie.

Fayulu à  Beni : "Tout ce qui se passe ici, c`est parce que nous n`avons pas des dirigeants légitimes". Le Président Martin Fayulu est à  Beni, tandis que l'imposteur-usurpateur, le Grand Fakwa lui festoie à  Kinshasa. Notre peuple n'est pas bête.

`` Nous ne sommes pas là  pour un meeting. Nous sommes là  pour vous prouver l`amour du Congo pour vous. Il n`y a pas de Congo sans Beni. Il n`y a pas de Congo sans un de ces territoires. Ceux qui veulent balkaniser le pays n`arriveront ps à  leur fin. Je suis triste d`apprendre qu`on tue ici. Chaque jour, je reçois des appels venant de vous », a-t-il déclaré.

Il a également résumé les condoléances recueillies depuis son arrivée ce matin à  Beni.

`` Mes frères, c`est triste. Les mamans d`ici m`ont demandé de transmettre ce message : les policiers et les militaires qui sont ici ne sont pas nos ennemis. Elles m`ont dit de transmettre ce message : la MONUSCO est ici, mais on continue de nous tuer. Mon message est le suivant : `` la paix à  Beni ». Nous ferons tout ce qui est à  notre pouvoir pour transmettre ce message. Nous considérons Beni comme symbole de ce qui se passe dans la partie Est du pays ».

"Une chose fera en sorte que la paix soit établie, il faut l`amour. Nous allons prier ce dimanche pour la paix. La paix, c`est aussi notre comportement. Comment un fils du Congo peut avoir l`intention de tuer un autre fils du Congo. Cela veut dire que ceux qui tuent ne sont pas les fils du Congo. Tout ce qui se passe ici, c`est parce que ne nous n`avons pas des dirigeants légitimes ", a-t-il ajouté.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 3 juillet 2019

RDC: Le patriarche Ciakudia monte au créneau, les propositions de Martin Fayulu sont sérieuses !

Londres, avril 2019, Martin Fayulu, Président Élu et le patriarche Julien Ciakudia

C'est depuis le mois d'avril que ces propositions, de Martin Fayulu, Président Élu, sont dans toutes les chancelleries et entre les mains de leaders de Lamuka. S'insurger aujourd'hui est manifestement fruit de mauvaise foi.

Etienne Tshisekedi qui se battait contre la dictature de Mobutu ne proposait jamais rien pour la sortie de crise. Et lorsque les ambassadeurs allaient le voir à  sa résidence de Limeté, il les abandonnait sous les arbres et " Mula Nkuasa" passait son temps à  dormir pendant que le pays brà»lait. En 2011, Etienne Tshisekedi a gagné l'élection présidentielle face à  Alias Kabila. Après avoir prêté serment sur un tapis rouge acheté au marché Somba Zigida, le Sphinx de Limeté a monnayé son élection contre espèces sonnantes et trébuchantes. " Bolala Pongi Ya Ba Bébé" recommandera-t-il au peuple ?

Félix Pétain Bizimungu Tshilombo est un imposteur-usurpateur. Collabo, traitre, Angwalima, Fakwa et Ballados, il n'a jamais gagné l'élection présidentielle. "Dauphin"du régime d'Alias Kabila, Monsieur 16% a fait un deal pour sa nomination électorale. Tshilombo est Alias Kabila Bis. Il est pantin, marionnette, sosie, clone, masque et bouclier d'Alias Kabila. Tshilombo a pà¢li l'aura de son père avec son "'coup d'État" de son deal pour contrer le peuple congolais.

Contrairement à  Etienne Tshisekedi qui baladait des diplomates. Martin Fayulu, Président Élu est un homme politique intelligent et concret. Il tient compte de l'intérêt du peuple. Déjà  à  Nairobi, le président Emmanuel Macron de France, reconnaissait que les élections étaient tripatouillées en RDC et que la proposition du Président Élu Martin Fayulu n'était pas tenable financièrement. Que le faussaire Tshilombo devrait parler avec Martin Fayulu pour d'autres propositions de sortie de crise. Le Président Élu a tenu compte de tout ce qui lui a été demandé lors de sa tournée euro-américaine. Et toutes les chancelleries occidentales ont ce document.

Pour le patriarche Julien Ciakudia, les propositions de Martin Fayulu, Président Élu, sont honnêtes et crédibles. Elles n'ont qu'un objectif "Nettoyer les Institutions de la pourriture" ! Pensez-vous que la nomination par Félix Pétain Bizimungu Tshilombo de Paul Nsapu ou Jean-Claude Katende à  la CENI à  la place du fraudeur Corneille Nangaa résoudrait la tricherie électorale qui gangrène le pays ? La RDC est à  son troisième hold-up électoral. Faut-il combien des hold-up électoraux pour arrêter l'hémorragie ?

Martin Fayulu est le Président Élu. Il a engagé cette proposition pour le pays pas pour lui. Le Président Élu n'est pas quémandeur d'emploi auprès de Tshilombo. En politique, il faut savoir sortir des crises pour l'intérêt de son peuple. Avec le paradigme de Nomination Électorale de Félix Pétain Bizimungu Tshilombo par Alias Kabila, la RDC a plus que besoin d'institutions fortes, démocratiques et transparentes.

Ceux qui crient sur Fayulu, Président Élu n'ont même pas lever le petit doigt pour Tshilombo qui a déjà  dépensé 97, 98% du budget de l'Etat sans gouvernement.

Le statut du Président Élu de Martin Fayulu dépasse le cadre de Lamuka. Il a été Élu par le peuple congolais, pas uniquement les membres de Lamuka.

A PROPOS DE LA PROPOSITION DE SORTIE DE CRISE DE MARTIN FAYULU A LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE

Une proposition de sortie de sortie de crise à  qui de droit n'est pas une négociation individuelle du Président Élu Martin Fayulu MADIDI.

Je suis bien informé de cette initiative depuis Avril a Londres lors de son dernier passage officiellement, ou nous avons eu à  en discuter lors d'une tête à  tête dans un Hà´tel de Londres. Comme l'ont été aussi tous ces chauve-souris de LAMUKA qui aujourd'hui disent le contraire de cette belle initiative dans le seul but mesquin de chercher à  noyé Fayulu dont ils détestent la popularité depuis Son élection présidentielle massive du 30.12.2018.

Felix Tshilombo est president de fait tandis que Martin Fayulu est le président de droit élu par notre peuple. C'est à  lui et lui seul Fayulu, en tant que Président Élu de faire des propositions pour n'est pas navigue à  vue et bloquer complètement le pays et scarifier tout un peuple. La RDC est un pays à  l'agonie sans institutions républicaines dignes. Martin Fayulu trouve bon par ces propositions d'aider à  nettoyer les institutions de la République tout en préparant des élections libres, crédibles et transparentes.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 19 juin 2019

RDC: La vérité des urnes de Martin Fayulu passage obligé de la Libération !

Martin Fayulu, Président ÉLU du peuple congolais !

En politique, il faut avoir des raisons pour se battre, sinon on brasse du vent. La vérité des urnes est au delà  de la personne de Martin Fayulu, Président élu, victime du putsch électoral. La vérité des urnes est le respect du peuple congolais qui est le souverain primaire. La dignité humaine, c'est le respect du choix du peuple congolais. La vérité des urnes est actuellement seule raison pour se battre pour libérer le Congo. Tous nos malheurs d'OCCUPATION: Pantins qui dirigent par défi, pillages de nos ressources, tueries et massacres de nos compatriotes, viols des femmes utilisés comme armes de guerre, une armée et des institutions inféodées, des Congolais Avatars qui n'ont rien de patriote, qui sont en intelligence avec des occupants, des Congolais vendus et ventriotes "Mabumucrates", qui pour des intérêts mesquins et médiocres ont oublié le destin commun...La Vérité des urnes dépasse de loin la modeste personne de Martin Fayulu, Président Elu. Elle est notre présent et devenir.

Voici les raisons pour se battre pour cette vérité des urnes:

1. La souveraineté du peuple congolais est au dessus des décisions alambiquées de la CENI et à  l'arrêt de la fameuse Cour Constitutionnelle, qui est en fait une Cour Corruptionnelle, Cour des Conquistadors. Jusqu'aujourd'hui, la CENI du mafieux Corneille n'a jamais publié les résultats ne fut-ce que dans les 26 provinces de la RDC. Le Congo a vécu des élections sans chiffres. Quant à  la Cour Corruptionnelle, après avoir invalidé 35 députés de l'opposition, elle s'engage à  faire du récomptage des voix. Ce même récomptage qu'elle a refusé au recours de Martin Fayulu, Président Elu.

2. La Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) et la Cour Constitutionnelle ont été sanctionnés pour corruption par un pays étranger: Les États-Unis ! Une vraie passe en or, que Félix Pétain Bizimungu Tshilombo président Quado, nommé, masque et bouclier d'Alias Kabila qu'il a nommé... aurait dà» grà¢ce aux sanctions américaines, nettoyer les écuries d'Augias. Sauf que Félix Pétain Bizimungu Tshilombo, IMPOSTEUR-USURPATION a été nommé par la frauduleuse CENI et confirmé par la corrompue et corruptible Cour Constitutionnelle. Tshilombo-CENI-COUR CONSTITUTIONNELLE sont liés dans le putsch électoral. Croyez-vous éradiquer la corruption avec des juges corrompus qui réclament 500.000 dollars à  chaque député pour éviter chaque invalidation ? Et pourtant chaque député est un élu du peuple. Et le Congolais vit avec -$1 jour ! Il est chosifié et clochardisé. En RDC, des loups lettrés, profito-situationnistes, magouilleurs patentés, politicailleurs-ventripotents-ventriotes tondent des moutons ignares.

3. Lors de l'élection Louis Michel 2006, Jean-Pierre Bemba a gagné mais c'est Alias Kabila qui a été proclamé vainqueur. Mais avant "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, président de la fameuse Haute Autorité des Médias (HAM) qui devait être une institution d'appui à  la démocratie, "Momo" l'a transformé en étouffoir des libertés. Modeste Mutinga Mutuishayi a muselé des journalistes, bà¢illonné des médias et opposants. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a annulé le débat démocratique instruit dans la Constitution de la Transition qui devait opposer les deux candidats en lice: Jean-Pierre Bemba et Alias Kabila. Après la nomination de ce dernier, par Malu Malu, abbé fraudeur de CEI, qui était monté dans un char de la Monuc avec casque et gilet pare-balles pour la RTNC...,"Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi a été récompensé. Il a été nommé Rapporteur au Sénat ! Et c'est même "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi qui a malicieusement pondu une loi sur les anciens Chefs d'Etat qui octroie à  Alias Kabila 680.000 dollars par moi. Ce grand fourbe, roublard et requin, après avoir servi Alias Kabila, par coterie tribale, soutient Félix Pétain Bizimungu Tshilombo et se clame d'Ensemble !

En 2011, les parlementaires godillots corrompus avaient déjà  voté que l'élection présidentielle passe de deux à  un tour. L'objectif premier est de contourner le choix du peuple. C'est Etienne Tshisekedi wa Mulumba a gagné l'élection présidentielle. Il a été courageux de prêter serment dans son petit jardin sur un tapis rouge acheté au marché de Somba Zigida. Mais c'est Alias Kabila qui a été proclamé vainqueur. Le malheur de Ya Tshitshi est d'avoir monnayé sa victoire en demandant au peuple congolais "Bolala Pongi Ya Ba Bébé". Et son fameux fils Félix Pétain Bizimungu Tshilombo qui a vu son père guerroyer le matin et aller récupérer des cartons de billets verts le soir, est entré dans la danse. Chekuleur, mafieux, Angwalima, Fakwa et Ballados , Tshilombo a commencé à  faire de la politique business. Ibiza, Venise, Rome, Bruxelles et Paris, Félix Pétain Bizimungu Tshilombo a négocié avec Kalev Mutond, en catimini au nom de l'Udps, sans consulter la base. Le régime d'imposture d'Alias Kabila sait que Tshilombo est cupide, cancre, écervelé et aime la vie facile. Il a laissé sciemment le corps de son défunt père à  la morgue pour négocier un poste politique.

Et si Alias Kabila et ses criminels apparatchiks ont fait appel à  Félix Pétain Bizimungu Tshilombo pour contourner le choix du peuple. Par sa NOMINATION ÉLECTORALE, le faux opposant Tshilombo était déjà  en mèche avec les occupants. Traître et Collabo, Félix Pétain Bizimungu Tshilombo est un IMPOSTEUR-USURPATEUR.Il a accepté d'etre le clone, masque et bouclier d'Alias Kabila. Son deal avec lui est sa perdition. Le faussaire joufflu n'a jamais gagné l'élection présidentielle, surtout pas avec ses 16%.

Martin Fayulu est le El Commandate. Président élu du peuple congolais, il est le porte étendard de la libération. Car la vérité des urnes est égale à  la Résistance contre le hold-up électoral. La vérité des urnes est le combat contre l'occupation de la RDC. La vérité des urnes veut dire aussi libération de toutes nos institutions inféodées par des occupations. La vérité des urnes n'a rien à  voir avec le slogan d'un Etat de droit tshilomboïste. La vérité des urnes, c'est véritablement l'Etat de droit pour tous les citoyens congolais. Pas uniquement des Bena Mpuka, Talibans et Tribalio-ethniques comme avec Félix Tshilombo allié et partenaire d'Alias Kabila.

Martin Fayulu a plusieurs qualités. Il est Fédérateur et Rassembleur. Il est intègre et patriote face à  une classe politique toxique, mafieuse et corrompue. Il est NOTRE PRÉSIDENT.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 9 mai 2019

RDC: Pour contrer MAFA, le régime Alias Kabila-Tshilombo Pétain sort Né Muanda Nsemi!

Martin Fayulu-MAFA, Président ÉLU du peuple congolais

La classe politique congolaise est la plus toxique et corrompue de l'Afrique. La popularité de Martin Fayulu, Président élu fait peur au régime d'imposture, d'occupation et d'esclavage du peuple congolais piloté par Alias Kabila-Félix Tshilombo Pétain Bizimungu, commandité par Paul Kagame et le Tutsi-Power.

Le rétropédalage de la police judiciaire sur la convocation de Martin Fayulu, Président Élu n'a pas suffit. Il a fallu que le ministre de justice et le procureur de la République s'invitent-sans être invités-au Faden House, sa résidence, pendant que l'Élu prenait son déjeuner et se préparait à  répondre à  cette mascarade de convocation, accompagnée de ses 62% d'électeurs. Cette diversion politique, de la part d'un pouvoir d'usurpation, est inacceptable.

Alors que Martin Fayulu, le Président ELU voulait se rendre à  la police judiciaire pour savoir de quoi il est accusé...Au cour d'une conférence de presse, Zacharie Badiengila "Ne Muanda Nsemi", chef de Bundu Dia Mayala apparaissait aux cà´tés de Joseph Olengankoy, le président du Conseil national de suivi de l`accord du 31 décembre (CNSA) !

Pendant ce temps, les "Ampicillines", "Bana Mura" de la garde prétorienne d'Alias Kabila ont barricadé des routes menant au casier judiciaire. Ils ont molesté des journalistes et ont ravi des portables et argents. Féroces, les "Bana Mura" sont cités dans le rapport de l'ONU sur des crimes commis au Kasaï, assassinats du chef Kamwina Nsapu, deux experts onusiens , 70 fosses communes et 150 villages brà»lés. L'imposteur-usurpateur et collabo, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu a-t-il donné l'ordre aux Bana Mura de barricader les routes ? N'est-ce pas le rà´le de la police nationale congolaise ?

L'apparition lors d'une conférence de presse, de Né Muanda Nsemi, porté disparu depuis son évasion de la prison de Makala, le 17 mai 2017, au cà´té du plus Kanambiste Joséphiste: Joseph Olengankoy, président du CNSA, institution qui n'a plus sa raison d'être et devrait disparaître depuis pose problème. Avec son nouveau look d'un chef d'entreprise, costume et cravate, où était Né Muanda Nsemi ? Est-il au service d'un régime des oppresseurs et esclagistes ? Est-il un agent de Tutsi-Power comme Félix Tshilombo Pétain Bizimungu ?

Jean-Claude Miyambo, l'envoyé de Félix Tshilombo Pétain Bizimungu à  Buxelles, a-t-il réussi sa mission de convaincre Moïse Katumbi de retourner au pays ? Tshilombo Dégage pourra-t-il assurer la protection de Katumbi ?

L'avenir du Congo est entre les mains de son peuple et Martin Fayulu, le Président Élu. Pour arriver vite, vite, vite à  l'application rapide de l'article 64 qui est constitutionnel:

1. Martin Fayulu doit corser son équipe des stratégies. L'équipe actuelle a fait son temps, il doit être renforcée.

2. Ce n'est pas de la Gombé que viendra l'application de l'article 64. Les Communes populaires sont Masina, Ndjili Kimbanseke...Le soleil se lève toujours à  l'Est. C'est de l'Est de la capitale viendra la libération ! Il faut y être de manière permanente et omniprésente.

3. Si durant 3 jours, Mabundi Airways ne décolle de Ndjili. Ceux qui atterrisent n'atteignent pas le centre ville...Le régime Alias Kabila-Félix Tshilombo Bizimungu aura du pain sur la planche. Et rendra l'élection volée du peuple.

Nous ne pouvons plus accepter que 58 1/2 ans après l'indépendance que la RDC soit au bas de l'échelle de toutes les Nations. Une NOMINATION ÉLECTORALE n'est pas une élection. Président Quado, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu a été NOMMÉ. Il est illégitime, imposteur et usurpateur. En étant, le masque, le clone et le masque d'Alias Kabila, Tshilombo Pétain n'est qu'un pantin. Il n 'a aucun pouvoir et ne décide sur rien. Le peuple congolais a le pouvoir de recouvrer son pouvoir et sa souveraineté.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

Mensonges d'Etat contre Martin Fayulu, Président Élu du peuple congolais!

Paris, Martin Fayulu, le Président ÉLU du peuple congolais

Dans la nuit du 1 et 2 juin 2010, le corps de notre compatriote, Floribert Chebeya, l'icone des droits de l'homme a été retrouvé vers Mitendi dans la commune de Mont-Ngafula. Et Fidèle Bazana, son beau-frère et chauffeur, son corps n'a jamais été retrouvé jusqu'aujourd'hui. Bientà´t neuf ans, que cette "Affaire d'État" n'a jamais été résolue. Floribert Chebeya fut assassiné à  Kin Mazière, quartier général de la police nationale congolaise. John Numbi est toujours là . Après un petit temps de suspension, il est aujourd'hui l'inspecteur général des Fardc. Et Alias Kabila le commanditaire est partenaire, allié et c'est lui avec qui Félix Tshilombo Pétain Bizimungu a fait le deal pour sa nomination électorale.

Avec 62, 8%, Martin Fayulu est le Président élu du peuple congolais, à  qui deux margoulins mafieux: Alias Kabila et Félix Tshilombo Bizimungu ont volé l'élection. Dans cette République bananière, tout est possible. En quête permanente de légitimité qu'il n'a pas le VOLEUR de destin de tout un peuple, Félix Tshilombo Pétain est aux abois. Il va des flops en flops, des bourdes en bourdes...Poursuivi par Merti, Merti, Merti, Merta, un signe indien Tshilombo Dégage n'en peux plus. Son dircab, Vital Kamerhéon, sort de sa poche un Kasaïen dénommé Jean-Claude Ngoy Lufuluabo, membre son parti UNC et fonctionnaire impayé depuis des lustres avecsa veste fatiguée "Esila Makila", fabrique des fallacieuses accusations "Incitation à  la haine tribale, massacre des Balubas, pillage, atteinte aux droits garantis, crime de génocide et crimes contre l'humanité" contre Le Président Élu: Martin Fayulu !

Des mensonges d'État contre le politicien le plus courageux, constant, intègre et infinement fin de la République démocratique du Congo. Avec une classe politique toxique et corrompue pris en otage par des Mabumucrates, politicailleurs ventriotes, profito-situationnistes, girouettes tournant au gré du vent, quêteurs de la Mangeoire et autres traverseurs de rue...Martin Fayulu apparaît comme un extra-terrestre. Pour chaque individu qui aspire à  la politique doit respecter les principes, valeurs et règles démocratiques.

Au Rwanda, le régime dictatorial mensonger des extrémistes, avec Paul Kagame, Hitler africain a réussi à  faire taire les Hutus (85%) le faisant passer pour des génocidaires. Même un hutu nourrisson est génocidaire. Le laboratoire des Tutsi-Power, qui a placé Félix Tshilombo Pétain Bizimungu à  la tête de la RDC pour mieux continuer l'occupation rwandaise, pillage de nos ressources et esclavage du peuple congolais veut sauver Tshilombo Dégage dans son VOL du destin du peuple congolais.

Martin Fayulu, Président Élu du peuple ne s'appartient plus. Il est le Premier des Congolais et sa diaspora. La vérité des urnes est le passage obligé et démocratique pour le peuple, souverain primaire. Le peuple mérite respect de son choix. Martin Fayulu MAFA est le choix du peuple congolais.

Ballados, Angwalima, Bouddha, Félix Tshilombo Pétain Bizimungu est au service des Tutsi-Power. Il a vendu la RDC pour son éphémère pouvoir qu'il n'a même pas. Voleur du destin, Voleur des voix, Voleur des rêves et Voleur d'espoirs de tout un peuple, pour être marionnette, pantin, président Quado comme le fameux Bizimungu Rwandais qui a mal fini, après avoir été utilisé par Paul Kagame.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 28 avril 2019

RDC: Les Kinois scandent: "To voter Fayulu Bango Baboyi, Ba Nommer Mutu Kisimbi"

Félix Tshilombo Pétain Bizimungu pantin d'Alias Kabila !

Son papa, Etienne Tshisekedi, était un juriste. Il a collaboré avec la dictature de Mobutu avant de devenir son opposant, de M'zée Laurent-Désiré Kabila et de son putatif, imposteur "fils Alias Kabila". Mulakuasa était légaliste et radical ! Comment peut-on être fils d'un opposant "historique" et entrer dans l'histoire de la République démocratique du Congo, par le toit de la maison en volant la victoire d'un autre candidat? 30 ans de vie en Belgique, une monarchie constitutionnelle et parlementaire, qui fonctionne sur le principe de la démocratie représentative. Au final, voler, l'élection de Martin Fayulu par un deal, il fallait y penser et le faire. Félix Tshilombo Pétain Bizimungu, voleur décomplexé, qui se clame fils d'Etienne Tshisekedi, est un individu trop faible et malléable à  souhait. Il adore la vie facile, un faiblard sans efforts. Il est ami de Mammon d'iniquité, faux dieu de ce monde. Il se surnomme "Rangers Raptor", homme des situations compliquées. Checkuleur patenté, il n'a aucune expérience politique, mais il aime la magouille et la mafia "Camorra". Et aux yeux de la population congolaise, il apparaît comme un Angwalima, Ballado, Collabo et Traître. Sans coup férir, sans effusion de sang, clament ses fanatiques de Bena Mpuka, uniquement avec des mensonges bidouillées, déclarent ses pourfendeurs, il a volé les rêves de tout un peuple, rassurant à  Alias Kabila, qu'il est l'homme de la situation pour lui sauver sa peau. Alors que le peuple congolais a voté pour un dégagisme contre le régime sanguinaire, corrompu et criminel, des Dinosaures Mobutistes mués en Mammouths Joséphistes, qui a sévit durant 18 ans de dictature. En faisant, un odieux deal pour sa nomination électorale, Monsieur 16%, dans sa fourberie et roublardise, a marchandé sa nomination présidentielle et a accepté d'être le pantin de son nominateur. Alias Kabila en a fait son pantin !

Félix Tshilombo Pétain Bizimungu a volé les rêves du peuple congolais

Le président élu du peuple congolais, c'est Martin Fayulu avec ses 62% des voix. Il est de retour à  Kinshasa, en République démocratique du Congo. Il a mis cinq heures, de l'aéroport international de Ndjili à  la place Sainte Thérèse, le plus grand terrain municipal de la capitale, toujours à  Ndjili. Deux à  trois millions de congolais étaient dans la rue pour accueillir Martin Fayulu et écouter son meeting. Les chants spontanés et patriotiques ont fusé durant la procession de Martin Fayulu, Président élu. "To voter Fayulu Bango Baboyi, Ba Nommer Mutu Kisimbi", "Zongisa Pouvoir Ya Peuple", "100 jours", "Basali Eloko Té", "Zoba Oyo Kabila Akosi Yo", "Zoba oyo...Eza biso Té, Eza Walesa", "Pesa Minduki" etc...Le message du président élu peut se résumer en ceci: Alias Kabila et Félix Tshilombo Pétain Bizimungu doivent déchirer les accords de leur deal. Ce sont des faussaires. Le peuple congolais à  l'instar du peuple algérien et soudanais doivent se mettre debout par un soulèvement populaire et bouter les falsificateurs dehors !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 20 mars 2019

Le marionnettiste Alias Kabila et son pantin Felix Tshilombo, la guerre de 100 ans !

Alias Kabila et son pantin Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe sont en guerre de 100 ans !

Ni respect ni considération encore moins une compassion pour Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, voleur des voix du peuple congolais, voleur d'espoir, des rêves d'un peuple meurtri et chosifié. En acceptant son odieux deal avec Alias Kabila pour se faire nommer pseudo-président et occuper le fauteuil président, alors que le peuple congolais a voté Martin Fayulu à  62%, Félix Tshilombo Monsieur 16% doit faire face à  la vérité des urnes. Il est un imposteur-usurpateur. Non élu, Tshilombo est illégitime.

Alias Kabila et son pantin Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe sont en guerre de 100 ans !

C'est une cohabitation musclée qui s'annonce ! ca va saigner, le sang va couler ! Le marionnettiste Alias Kabila et son pantin Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, deux mafieux complices se battent déjà  ! Leur mariage contre nature, sur le dos du peuple congolais va voler en éclat ! Les deux Angwalima et Balados se sont pacsés en catimini, sans témoins. Leur deal odieux pour se partager les pouvoirs, vendre le Congo aux multinationaux et continuer à  esclavager le peuple congolais est voué à  l'échec ! Monsieur 16% Félix Tshilombo ayant accepté un deal avec Alias Kabila qui l'a nommé, est la cause de la cause de cette crise post-électorale. Voleur politique, imposteur et usurpateur, Félix Tshilombo a accepté de s`asseoir sur le fauteuil présidentiel par nomination électorale et non par élection. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est le Maréchal Pétain Congolais, nommé président protocolaire, il croit combattre le mal par le mal alors que lui et son UDPS familial, parti des collabos et traîtres à  la Nation, sont parvenus au sommet de l'État par les mêmes maux de la corruption et vol, qui gangrènent la société Rdcienne. Mafieux, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est voleur des rêves, savoir, salaire, éducation, santé, force, sourire, etc.

Alias Kabila et son pantin Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe sont en guerre de 100 ans !

La guerre est déjà  déclarée entre le FCC et son allié et partenaire UDPS, une guerre de 100 ans dont on sait déjà  comment cela va se Aucune disposition constitutionnelle ou légale ne donne au Président le pouvoir de suspendre l`installation du Sénat ou de reporter une élection - en l`occurrence celle des Gouverneurs. Combattre la corruption doit se faire dans le respect des lois. C`est cela l`Etat de droit.

L`élection des gouverneurs est renvoyée à  une date ultérieure et l`installation des sénateurs élus est suspendue. Ces décisions prises à  l`issue de la réunion institutionnelle tenue, ce lundi, sous la présidence de Félix Tshisekedi sont rejetées par le Front Commun pour le Congo (FCC). La plateforme de Joseph Kabila rappelle que la réunion interinstitutionnelle n`est qu`un cadre de concertation. De ce fait, elle ne dispose d`aucun pouvoir de décision. En effet, les décisions de la réunion inter-institutionnelle sont:

1. Suspension installation des Sénateurs élus.

2. Suspension élection des Gouverneurs

3. Le PGR doit ouvrir des enquêtes pour aboutir à  la sanction des corrompus et corrupteurs.

La réponse de l'arroseur arrosé ne s'est pas fait attendre: "Si on veut bien l'annulation des élections sénatoriales qu'on commence par l'annulation du 30 décembre, car ce sont ces élections qui sont la suite logique des sénateurs et aussi des gouverneurs. La CENI doit publier les résultats bureau par bureau et circonscription par circonscription des élections du 30 décembre. C'est le point de départ ayant permis à  Kabila de s'arroger la majorité dans les assemblées sénatoriales et provinciales".

Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe est un homme seul. Il est "Gourou" des Bena Mpuka, Talibans, Ethnotribalistes et Tribaloethniques. Il a nommé 110 conseillers dont 95% sont ses frères de tribu. Cet individu aux joues joufflu affiche sans complaisance son tribalisme éhonté. Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe n'est pas avec le peuple congolais. Cupide, il veut s'enrichir rapidement et n'a aucune scrupule. Dans sa guerre de 100 ans qu'il vient de déclencher tout seul, il doit se battre avec seul contre le FCC. Le peuple congolais ne soutient pas son vol, ses décisions sont nulles.

Lundi 25 février, en marge d`une conférence organisée à  Bruxelles, l`archevêque émérite de Kinshasa, le cardinal Laurent Monsengwo, a affirmé que c`est Martin Fayulu qui a gagné l`élection présidentielle du 30 décembre 2018. Jusque-là , l`Église congolaise qui conteste les résultats publiés par la Céni, n`avait jamais explicitement cité le nom de Martin Fayulu comme vainqueur de l`élection. La conférence épiscopale nationale du Congo (Cenco) s`était contentée, par la voix de son secrétaire général, le père Donatien Nshole, de dire que les résultats publiés par la Commission électorale n`étaient pas conformes à  ceux détenus par les observateurs de l`Église. Elle avait ensuite sollicité l`arbitrage du Conseil de sécurité de l`ONU, lui demandant de faire en sorte que la Céni publie les procès-verbaux des bureaux de vote `` pour enlever les doutes ». Comme disent les Congolais, Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe Ako Silisa Yango !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 18 mars 2019

Article 64 "Soulèvement Populaire": Fayulu va user du clé boa contre Tshilombo, l'imposteur !

Martin Fayulu, le Roi du Congo à  Paris. Photo Réveil FM International

A Windhoek en Namibie face aux Congolais, le 26 février 2019, l'imposteur-usurpateur Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe a reconnu qu'il a fait un deal avec Alias Kabila pour sa nomination. Pire avec une arrogance inouïe et un mépris atavique, il a déclaré qu'il était élu alors qu'il n'est qu'un pseudo-président nommé, président étiquette et protocolaire. Et il a renchérit en disant que Martin Fayulu était "Un soi-disant opposant" alors c'est lui le vrai Président élu du peuple congolais. Martin Fayulu a gagné avec 62% alors que Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe n'a que 16% sans les compatriotes de Beni-Bitembo et Yumbi ! Nous sommes 80 millions plus les 10 millions de la diaspora dont la majorité ne croit pas en Tshilombo et réfute son vol des voix du peuple congolais.

A Paris, le samedi 16 mars 2019, sur la place de la République, Martin Fayulu devant des milliers de congolais et européens, accepte l'application de l'Article 64 de la Constitution congolaise qui stipule:Tout Congolais a le devoir de faire échec à  tout individu ou groupe d`individus qui prend le pouvoir par la force ou qui l`exerce en violation des dispositions de la présente Constitution.

Le peuple congolais est debout pour Martin Fayulu

C'est par étouffement que Martin Fayulu en fin politique va en finir avec celui qui lui a volé sa victoire: Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe qui a cru avec son vol des voix, il peut impunément continuer à  titiller El Commandate du Congo ! Le soulèvement populaire est une arme de destruction massive...Une tsunami qui risque de balayer Félix Tshilombo, son fameux Dircab Vital Kamerhéon "Bisengimana", ses 110 conseillers, Alias Kabila, ses apparatchiks, Corneille Nangaa et la CENI, Benoit Lwamba et la corrompue Cour Constitutionnelle. Avec des crises enchevêtrées dont sont victimes les Congolais, le soulèvement populaire est la solution idéale pour un nouveau départ, avec des nouveaux dirigeants légitimes qui seront au service du peuple.

A moins que Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe, l'homme de "Qui perd gagne" accepte les nouvelles élections où il ne sera pas candidat car tricheur et fraudeur. Avec plus des 12 millions des morts, pillages systémiques de ressources du pays, une jeunesse abandonnée à  elle-même, manque des hà´pitaux et centres de santé, le congolais vit avec $1 par jour...Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe accepte de couvrir Les Congolais de Paris restent mobilisés face au hold up électoral, putsch électoral et nomination électorale de Félix Tshilombo Bizimungu wa Kanambe par celui qui l'a nommé. Tshilombo est devenu le masque d'Alias Kabila, la résistance citoyenne est un devoir pour libérer le Congo de mains des imposteurs, usurpateurs et profito-situationnistes.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 20 janvier 2019

Charles Onana: Etienne Tshisekedi vivant serait-il aujourd'hui embarrassé, écoeuré ou fier?

Charles Onana, politicologue

Charles Onana est politicologue, l'un des meilleurs journalistes d'investigation qui fait la fierté de la corporation en France. Son analyse sur la nomination à  la tête du Congo de Félix Tshilombo, fils Tshisekedi est très pertinente.

Honte ou fierté avec ce qui vient de se produire dans l'un des pays les plus importants d'Afrique Centrale : celui du très honorable et respectable Patrice Lumumba ? La proclamation des résultats par la cour constitutionnelle de la RDC vient couronner la fraude et le manque total de respect envers les choix du peuple congolais depuis 2006. Ceux qui soutiennent à  cor et à  cri Félix Tshisekedi sont contents des résultats confirmés par la cour, peu importe qu'ils soient vrais ou faux. Peu importe qu'ils procèdent ou non de la fraude.

Etienne Tshisekedi Wa Mulumba "Mula Nkwasa"

Ceux qui soutiennent Martin Fayulu sont, de leur côté, abasourdis et se demandent si un jour le vote des Congolais sera respecté dans ce pays. Ils se demandent surtout de quel type de juristes est composée la cour constitutionnelle de la RDC. Sont-ce des personnalités qui œuvrent pour la démocratie, la paix, le progrès et la dignité de la RDC ou seraient-ce plutôt des individus qui se moquent de tout cela et jouent seulement pour leur carrière personnelle ? Comme on peut le constater, les juristes de la cour constitutionnelle n'ont pas brillé par leur imagination ni par leur originalité à  dire le droit. Ils ont suivi bille en tête les réquisitions du procureur et invalidé la requête de Martin Fayulu.

Il est vrai que beaucoup d'analystes doutaient déjà  du courage intellectuel et de l'impartialité de cette cour mais certains croyaient encore qu'elle était capable de trouver des ressources en son sein pour surprendre le monde en disant le droit, par exemple, en constatant que les fraudes sont avérées, que le travail de la CENI est ignominieux et que les Congolais méritent, en 2019, mieux qu'un bricolage électoral du type 2006 et 2011.

Eh bien non ! Cette cour a validé le travail pourri des clefs USB de la CENI et considéré les efforts réalisés par la CENCO comme inutiles. En clair, les juristes congolais ont préféré honorer le cadavre malodorant de la CENI qui empeste les élections présidentielles en RDC depuis 2006 plutôt que d'étonner les Congolais et l'Afrique par la rigueur de la science juridique. Pour sortir la RDC d'une humiliation électorale persistante par le haut -même en contestant l'Union Africaine et la communauté internationale- les juristes de cette cour n'ont-ils rien trouvé d'autre que le réquisitoire pré-rédigé du procureur désigné par Joseph Kabila ? Ce bout de papier sorti de la poche pendant les audiences et qui demandait l'invalidation de Martin Fayulu semble avoir été la seule pièce à  conviction des juristes de la cour constitutionnelle. Dans un moment aussi exceptionnel, on attendait un peu plus de panache ou un coup de génie des juristes de la cour pas une décision suspecte et prévisible.

Maintenant, après l'opération commando de Joseph Kabila plaçant Félix Tshisekedi à  la tête de la RDC comme il fut lui-même placé en 2001, 2006 et 2011, les Congolais sont à  nouveaux divisés, peu convaincus que leur vote a été respecté. Ils se sentent une fois de plus trahis et par la CENI et par la cour constitutionnelle, comme en 2006 et en 2011. C'est cette même trahison qu'Etienne Tshisekedi a longtemps dénoncé de son vivant. Lorsqu'il demandait à  ses partisans de ne pas voter le référendum sur la nouvelle constitution ou qu'il exigeait que des membres de l'UDPS participent au comité directeur de la CENI, c'est parce qu'il savait que les dés étaient pipés. Certains l'avaient critiqué pour sa `` rigidité » mais tout le monde savait qu'il avait raison et le résultat des élections de 2006 a prouvé que ce qu'il disait était fondé. La fraude avait gagné.

En 2011, Etienne Tshisekedi ne s'est pas découragé. Il a participé aux élections présidentielles et a remporté les élections comme Fayulu aujourd'hui. La CENCO avait, en son temps, dénoncé, comme aujourd'hui, le travail médiocre de la CENI. Les Congolais ont remué ciel et terre pour obtenir, comme aujourd'hui, la vérité des urnes. Rien n'a bougé. Dégoûté, Etienne Tshisekedi a refusé de saisir le Conseil constitutionnel tellement il le savait partial et corrompu. La déception fut grande chez les Congolais. On venait d'effacer leur choix à  la face du monde. Aujourd'hui, c'est la même chose mais les Congolais qui s'indignaient du vol de la victoire de Tshisekedi en 2011 et qui rejetaient Kabila et son système semblent accepter le vol de la victoire de Fayulu.

A quoi sert donc l'histoire ? Il est temps que les Africains réfléchissent à  leurs contradictions et à  leur attitude en général. En observant ces deux situations : celle de 2011 et de 2019, le même Kabila est à  la manœuvre et certains refusent de voir que rien n'a changé. Comment expliquer que Félix Tshisekedi, qui n'a jamais eu ni l'audience ni l'expérience de son père en RDC, gagne très facilement là  où son père a échoué avec un immense soutien populaire ? Pour comprendre le Congo, il faut avoir deux cerveaux dans la même boîte crânienne.

Etienne Tshisekedi, porté par tout un peuple qui voulait et espérait le changement, avait affirmé en 2011 que les résultats donnés par la cour constitutionnelle étaient "une véritable provocation", avant de conclure qu'il se considérait comme le président élu de la RDC . C'est aussi ce que pense en 2019 Martin Fayulu lorsqu'il déclare `` je me considère désormais comme le seul président légitime de la RDC. Au terme de cette petite réflexion, on peut se demander : qui de Martin Fayulu ou de Félix Tshisekedi est le vrai fils d'Etienne Tshisekedi ? Martin Fayulu et Etienne Tshisekedi partagent manifestement le même scepticisme sur la fiabilité et la crédibilité de la CENI et de la cour constitutionnelle au sujet des élections présidentielles en RDC. En saisissant la cour, Fayulu a testé jusqu'au bout cette crédibilité et il arrive à  la même conclusion qu'Etienne Tshisekedi en 2011 lorsque ce dernier jugeait cette institution indigne de recevoir la confiance des Congolais.

Aujourd'hui, si Etienne Tshisekedi était encore vivant, comment prendrait-il la "victoire de son fils" Félix proclamée par cette cour face à  Martin Fayulu ? Aurait-il été gêné, embarrassé, dégoûté ou enthousiaste ? Peut-être un peu tout cela car on aurait donné, en dépit de la vérité des urnes, à  son fils ce qu'on lui a refusé à  lui, malgré sa victoire incontestable.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 18 janvier 2019

RDC-UA: Martin Fayulu Président élu, victoire à  Addis-Abeba contre le Hold-up électoral de Kinshasa!

C'est une victoire pour le peuple congolais. C'est une victoire pour Martin Fayulu, Président Élu, victime d'un hold-up électoral orchestré à  Kinshasa par Alias Kabila, ses apparatchiks, Corneille Nangaa, Président de la CENI et leur aillé Félix Tshilombo-Fils Tshisekedi Alias Bizimungu Congolais, que l'Union Africaine à 'Addis-Abeba vient de couper l'herbe sous les pieds. En effet, l'Union africaine qui émet des doutes sur la conformité des résultats de la présidentielle en République Démocratique du Congo. Les chefs d`Etat et de gouvernements ayant participé à  la réunion consultative de `` haut niveau » organisée à  Addis-Abeba ce jeudi 17 janvier `` ont conclu à  des doutes sérieux quant à  la conformité des résultats provisoires, proclamés par la Commission électorale nationale indépendante, avec le verdict des urnes. En conséquence, les chefs d`État et de gouvernement ont appelé à  la suspension de la proclamation des résultats définitifs des élections ».

Communiqué de la réunion consultative de haut niveau des chefs d'État et de gouvernement sur la situation en République démocratique du Congo

à€ la suite de consultations entre le Président de l`Union africaine (UA) et le Président de la République rwandaise, SEM Paul Kagame, et les dirigeants de la Conférence internationale sur la région des Grands Lacs (CIRGL) et de la Communauté de développement de l`Afrique australe (SADC), réunion de consultation de haut niveau des chefs d'État et de gouvernement a eu lieu aujourd'hui 17 janvier 2019 au siège de l'UA à  Addis-Abeba, afin d'échanger des vues sur la situation en République démocratique du Congo (RDC) à  la suite de la élections législatives provinciales du 30 décembre 2018 et s`entendent sur la voie à  suivre.

Cette initiative s'inscrit dans le cadre des efforts menés par l'Afrique, dans un esprit de solidarité continentale, pour aider les acteurs politiques et le peuple de la RDC à  mener à  bien le processus électoral et à  préserver la paix et la stabilité dans leur pays.

La réunion était présidée par le président de l'UA et à  laquelle assistaient un certain nombre de chefs d'État et de gouvernement ou leurs représentants de la SADC, de la CIRGL, de la CEEAC, de la CEDEAO, de l'IGAD, de la CAE, des membres africains du Conseil de sécurité des Nations unies, de l'UA. troïka, ainsi que par le président de la Commission de l'UA.

La réunion a été informée du processus électoral en RDC et des développements ultérieurs du vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères de la RDC.

La réunion a également reçu des mises à  jour des Présidents de la CIRGL, de la SADC et de la Commission de l'UA, et a eu des échanges de vues approfondis par la suite.

Les chefs d`État et de gouvernement présents à  la réunion ont conclu à  des doutes sérieux quant à  la conformité des résultats provisoires proclamés par la Commission électorale nationale indépendante avec les suffrages exprimés.

En conséquence, les chefs d'État et de gouvernement ont appelé à  la suspension de la proclamation des résultats définitifs des élections.

Les chefs d'État et de gouvernement ont convenu d'envoyer de toute urgence en RDC une délégation de haut niveau comprenant le président de l'Union et d'autres chefs d'État et de gouvernement, ainsi que le président de la Commission de l'UA, pour dialoguer avec toutes les parties prenantes congolaises, avec en vue de parvenir à  un consensus sur le moyen de sortir de la crise post-électorale dans le pays. La réunion a exhorté tous les acteurs concernés en RDC à  interagir de manière positive avec la délégation africaine de haut niveau dans l'intérêt de leur pays et de ses habitants.

Les chefs d'État et de gouvernement ont réaffirmé la détermination de l'UA à  continuer d'accompagner le peuple de la RDC dans ce processus.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 1 décembre 2018

RDC: Arrogant et orgueilleux Corneille Nangaa risque de brûler le pays !

Corneille Nangaa, pyromane et chef des pompiers, bras séculier du régime d'Alias Kabila à  la CENI

Incapacitaire, Corneille Nangaa, le fameux président de la Commission Election Nationale Indépendante (CENI) va brà»ler la République démocratique du Congo, s'il ose publier des faux résultats. Les kinois ont dit à  Corneille Nangaa, lors de son élection au bureau de vote, que son mandat a pris fin avec des élections chaotiques qu'il a organisé. Qu'i n'ose même pas espérer que son mandat prendra fin en juin 2019 ! Le peuple congolais l'attend à  la publication des résultats, qu'ils soient réellement crédibles, sinon, le pays va brà»ler, car le peuple en a marre de tous ces apparatchiks, Mammouths Joséphistes ex-dinosaures Mobutistes !

`` Tout a été fait pour organiser une parodie d`élection, nous espérons qu`après [ces élections], le Congo ne va pas sombrer dans le chaos ». Les Congolais avait bien rendez-vous avec le chaos quelques jours plus tard, deux ans après l`échéance officielle de ces élections, et après trois reports de ce scrutin. En dépit de nombreuses irrégularités, les congolais ont voté pour le changement, la paix, la stabilité et la bonne gouvernance. Le peuple congolais s`oppose fermement à  toutes tentatives de fraude de la part du régime sortant. L`usurpation du pouvoir sera sanctionnée par le peuple.

1. Rassembleur et Fédérateur: Martin Fayulu élu Président de la République !

Il est le Héros de cette élection. D'après les informations à  notre possession. Martin Fayulu est élu avec 52% ! C'est lui le nouveau Président de la République démocratique du Congo. "Equateur: 87% Fayulu, Mongala: 89% Fayulu, Kisangani: 86 %, Haut-Lomami: 87%, Congo-Central: 87%, Kwilu: 90 %, Bandundu: 90 %, Katanga: 88%, Nord-Kivu: 56%, Sud-Kivu: 48 %, Maniema: 51%, Kinshasa: 76%, Kasaï 1: 17 %, Kasaï 2: 26 % ! Celui que les Troubadours Nairobistes avaient qualifié de l'homme sans base. Étonne tout le monde. De l'homme zéro, il s'est révélé être de l'Héros de cette campagne électorale. Martin Fayulu est le seul candidat dont la campagne a été entravée: le régime l'a empêché de battre campagne à  Kindu au Maniema, à  Lubumbashi au Haut-Katanga, il y a eu tentative du candidat et morts d'homme, à  Kalemie dans le Tanganyka, il y a eu également morts d'homme. On a refusé à  Fayulu d'aller à  Kolwezi dans le Lualaba. Dans le Kwilu, à  Masimanimba, le régime a usé du gaz lacrymogène contre les fanatiques de Fayulu. Le 13 décembre, Martin Fayulu a été séquestré à  son entrée à  Kinshasa et n'a pas pu faire son meeting à  Ndjili Sainte-Thérèse. Depuis son élection comme candidat commun de l'opposition congolaise à  la primaire à  Genève supervisé par la Fondation Koffi Annan, le 11 novembre dernier. Martin Fayulu a la baraka. Tout au long de sa campagne, il n'a fait que rassembler et fédérer le peuple congolais. Il a débuté sa campagne à  Beni-Butembo, deux contrées martyres du Nord-Kivu ! Martin Fayulu est le seul candidat à  s'y être rendu. Ni Emmanuel Shadary, candidat FCC ni Félix Tshilombo CACH n'ont mis leurs pieds à  Beni et Butembo. A l'Equateur, des jeunes l'ont porté en litière "Tshipoyi" par des jeunes Lamukistes déterminés. Même le tweet ravageur de nos jeune patriotes de la "Lucha" n'y fera rien. Fayulu est très populaire depuis le Maréchal Mobutu à  nos jours. Car l'adhésion, l'empathie à  sa personne est naturelle non conditionnée. Ni polo, ni argent mais l'amour du Congo et son peuple.

Félix Tshilombo a beaucoup perdu !

Félix Tshilombo est second, loin derrière Martin Fayulu avec 28 %. Il se croyait favori mais il a accumulé les erreurs. Le fait de renier et parjurer sur sa signature de Genève où Martin Fayulu a été élu comme Candidat Commun de l'opposition, moins de 12 heures seulement, a jeté un froid entre lui et le peuple congolais. Les oukases et ultimatums de Kabunda Wa Kabunda, SG de l'Udps, tonnant et grondant sur son Président, a révélé les limites de leadership de Félix Tshilombo. Avoir monté de toutes pièces une descente outrageuse de sa base au siège de l'Udps, pour dénoncer sa signature de Genève, est aussi une autre erreur. L'Alliance de circonstance et d'intérêt de Félix Tshilombo de l'Udps et Vital Kamerhéon de l'UNC, à  l'ambassade de la RDC Nairobi au Kenya, alors qu'ils se réclament opposants et sous l'encadrement des conseillers de Yoweri Museveni de l'Ouganda et de Paul Kagamé du Rwanda, deux dictateurs de deux pays agresseurs et receleurs des ressources du Congo, a éloigné plus d'un congolais. Félix Tshilombo est le seul acteur congolais qui a une milice des Bena Mpuka, Talibans, Fachos, Nazis et Tribalo-Ethniques. Ils ont pris d'assaut les réseaux sociaux injuriant et insultant tous les congolais critiquent y compris des journalistes de la diaspora. Félix Tshilombo s'est mis sur le dos 70 % de la population congolaise. C'est normal qu'il soit élu massivement dans le Grand Kasaï, son fief naturel. Le fait d'avoir accepté d'aller aux élections sans Beni, Butembo et Yumbi, Félix Tshilombo s'est cramé! Les habitants de Beni ont brà»lé le bureau de représentation de l'Udps et les grandes affichesLes Congolais avaient voté massivement pour Etienne Tshisekedi Wa Mulumba en 2011. La République démocratique du Congo n'étant pas un Royaume ou une Empire, il était difficile et compliqué de passer du père au fils. Félix Tshilombo, élu nuitamment président de l'Udps comme à  la Douma en Russie devrait rassembler les enfants de 13 parlementaires fondateurs de ce parti qui fut national. Ecoutez les aspirations de notre peuple. Félix Tshiombo vient de payer ses accointances avec le régime. Il a trahi le peuple congolais a plusieurs reprises. Raison pour laquelle, il s'est recroquevillé sur sa tribu et il vient de perdre. Il n'a jamais été rassembleur et fédérateur !

Emmanuel Shadary très impopulaire !

Catapulté comme dauphin d'Alias Joseph Joseph Kabila, qui l'a sorti en dernière minute, le candidat FCC est parti dans cette campagne avec plusieurs boulets. Le premier est les 17 ans de la dictature sanguinaire et d'un régime d'imposture, d'occupation et de prédation, bilan catastrophique qu'il est censé défendre. Et il devient le candidat de la continuité donc des pillages, massacres, vols et viols, de l'enrichissement rapide, de la clochardisation de la population... Si Alias Joseph Kabila est arrivé au Congo en 1997, avec des bottes de jardinier et un kalachnikov en bandoulière, Emmanuel Shadary, un ancien de l'Udps, est connu comme un faucon des Apparatchiks du régime. Il est impopulaire, originaire de la plus petite province de Maniema. Emmanuel Shadary, le Zigouilleur-Boucher du Kasaï n'est pas en odeur de sainteté avec la population congolaise. Il est cité dans l'assassinat de Zaida Catalan et Michael Sharp deux experts de l'ONU, en mars 2017 au Kasaï-Central, qui enquêtaient sur au mouvement insurrectionnel des adeptes du chef Kamuina Nsapu. Emmanuel Shadary est déjà  sanctionné par l'Union européenne. Sanctions maintenues que Louis Michel, député européen, Léopoldien et néo-esclavagiste Belge vient d'échouer dans son travail de lobbying pour les retirer. Le même Louis Michel est le parrain et mentor d'Alias Joseph Kabila. La campagne d'Emmanuel Shadary a été un fiasco monumental: On l'a vu debout sur son jeep, saluant des nuages et des poussins qui traversaient la rue. Les étudiants de l'université de Kisangani ont refusé les 20 milles dollars d'Emmanuel Shaadary, les polos jaunes à  son effigie ont été brà»lés. Malgré les moyens de l'Etat, Emmanuel Shadary candidat du Régime ne s'est pas rendu ni à  Beni ni à  Butembo. A Kananga, il y avait plus des policiers et militaires que la population pour Shadary. Il faut dire que Les Mammouths Joséphistes, ex-dinosaures Mobutistes n'ont pas fait la campagne d'Emmanuel Shadary. Étaient-ils conscients que tout était déjà  joué ? Emmanuel Shadary est élu avec 18% malgré le matraquage de la RTNC ! Les Congolais n'en veulent plus du régime qui les a chosifiés !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 23 novembre 2018

RDC: Félix Tshilombo et sa République des "Bena Mpuka", "Bana Munyere" !

Félix Tshilombo s'est vendu au régime d'Alias Joseph Kabila !

Rival du Maréchal Mobutu, de M'zée Laurent-Désiré Kabila et de l'imposteur Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, jusqu'au bout de sa vie, Etienne Tshisekedi wa Mulumba est une icà´ne de l'opposition congolaise. Était-il le Père de la démocratie congolaise ? Non, pour la simple raison que l'Udps se bat pour l'Etat de droit et la démocratie, il n'y a ni Etat droit ni démocratie en République démocratique du Congo. Le pari d'Etienne Tshisekedi doit se poursuivre car il n'a pas atteint son but !

Patrice Emery Lumumba est né le 2 juillet 1925, il a été assassiné le 17 janvier 1961. Il a vécu donc durant 36 ans ! Lumumba est extrêmement connu hors de nos frontières: plusieurs places, écoles, universités... portent son nom. En 36 ans d'existence, Patrice Emery Lumumba a appris aux Congolais le patriotisme, l'amour de la Nation et nous avons l'indépendance. Le Congo a un drapeau, une hymne nationale, ses frontières sont reconnues, il siège aux Nations Unies en tant que membre !

Félix Tshilombo est l`homme qui accompagne le régime en place. Il est compromis dans plusieurs affaires et il est lié à  l`imposteur Joseph Kabila. Les Talibans de l'Udps clament qu'ils ont 36 ans d'existence mais quel es le bilan de ce parti ? La lutte pour l'alternance politique au Congo laisse à  désirer: 36 ans d'inconstance, de radicalisme, de sophisme, de la désunion, de division, d'inexpérience...36 ans de fourberies et roublardises. La majorité des politicailleurs ventriotes qui ont trahi le peuple pour se retrouver à  la mangeoire, proviennent de l'Udps: "Momo" Modeste Mutinga, Freddy Mulumba, Samy Badibanga, Bruno Tshibala Nzenze et même Emmanuel Ramazani Shadary, le dauphin d'Alias Joseph Kabila et candidat FCC est un ancien de l'Udps. Les Talibans de l'Udps frondent contre Martin Fayulu et tous les Congolais qui ne pensent pas comme ce parti Nazi-famillio-ethno-tribaliste. Injures, insultes et menacent sont déversés sur des congolais patriotes.

Félix Tshilombo, président putatif de l'Udps, a qui son Secrétaire Général a usé des oukases et ultimantum pour son retrait de signature, est groggy. Les "Bena Mpuka" sont à  l'oeuvre. Extrêmement tribalistes, ils ont pris en otage l'Udps, qu'ils considèrent comme un royaume. C'est eux ou rien! C'est Félix Tshilombo Président ou rien ! Avec leurs casquettes gavroches, les "Bana Munyere" sont violents et veulent prendre en otage la République démocratique du Congo. Ils sont une minorité mais espèrent faire la loi. Ils ont en face d'eux, tous les congolais, amourent du Congo, qui ont pointés Martin Fayulu comme un homme intègre, qui a des valeurs et convictions républicaines, qui n'est pas clivant, qui ne divise pas le peuple congolais mais veut gagner à  la loyal pour mieux présider avec légitimité. La République, c'est la règle de la démocratie. La République démocratique du Congo doit rassembler le peuple congolais dans sa diversité.

Jean-Marc Kabunda Wa Kabunda, le Secrétaire Général de l'Udps a parlé du complot contre la République, puisque Félix Tshilombo son président a signé les 5 documents de la primaire de l'opposition congolaise à  Genève. Mais de quelle République a parlé Kabunda Wa Kabunda ? Depuis quand l'Udps est la République ? La République des "Bena Mpuka"n'est pas la République démocratique du Congo.

Les "Bena Mpuka" doivent se calmer. La République, c'est autre chose que sa tribu, son clan. La République, c'est la République, on se fout tous en respectant des règles communes imposables à  tous. Félix Tshilombo a un devoir sacré: d'enterre son défunt père Etienne Tshisekedi. De ne plus monnayer son rapatriement et de marchander un maroquin ministériel contre le retour et l'enterrement de son père au pays !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 21 novembre 2018

RDC: Fayulu Président ! Fayulu Candidat Commun (FCC) scandent des Kinois !

Martin Fayulu à  bord d'Ethiopian Airlines avant son atterrisage à  Kinshasa

Martin Fayulu au salon d'honneur de l'aéroport de Ndjili

Une fois au salon de l'aéroport international de N'djili, Martin Fayulu a enlevé sa veste et cravate pour une chemise blanche du candidat N°4 et un képi de Lamuka. C'est très symbolique l'acte posé par Martin Fayulu dès son arrivée à  Kinshasa, cela prouve à  dessein, le soldat est prêt à  mouiller sa chemise, il est déjà  au front. A l'aéroport international de N'djili, Martin Fayulu a clairement répondu aux confrères sur place: "Oui à  l'élection présidentielle sans machines à  voter !

Balozi banasikiya haya ! Sans doute à  Kinshasa, des joues et entres des aigris vont maigrir ! Fayulu n'a pas de base, Fayulu n'est pas connu , Fayulu n'est pas charismatique...des prophètes de Baal et oiseaux de mauvaises augures qui ont propagé des balivernes et niaiseries sur les réseaux sociaux sont confondus. Fayulu Candidat Commun (FCC) ont scandé des jeunes Kinois à  l'arrivée de celui qui porte désormais depuis le 11 novembre à  Genève, l'espoir de tout un peuple. Fayulu ko pesa mbongo tse, Ko pesa polo tse ... To ko voter yo na Nko ! (Fayulu ne nous donnes ni argent, ni polo ...nous allons te voter de notre bon vouloir !)

L'autre FCC non patriotique, le Front des Congolais Corrompus, sait qu'il a perdu d'avance. Félix Tshilombo doit se ressaisir et virer au plus vite les Trio Madjesi de l'Udps: Kabunda Wa Kabunda, Peter Kazadi et Augustin Kabuya. Ils l'ont entraîné vers la politique business de la corruption, avec leurs oukases et ultimatum ont fait voir au monde, qu'il n'était qu'un président de pacotille ! Un président qui a la main qui tremble, incapacitaire face aux défis, prêt à  fuir loin de la base pour un pneu brà»lé au siège du parti. Que l'Udps, le plus ancien parti politique n'était qu'un coquille vide, où des fachos, Kulunas, Talibans et Ethno-Tribalistes faisaient la loi !

Martin Fayulu est transfiguré car il est porté par le peuple congolais qui avait réclamé aux acteurs politiques de l'opposition de se choisir un candidat commun. La primaire de Genève a fait que c'est Martin Fayulu qui a été élu ! C'est lui l'espoir de tout un peuple ! Les deux "Judas", Felix Tshilombo de l'Udps et Vital Kamerheon de l'UNC qui ont retiré leurs signatures de Genève, savent maintenant à  quoi s'en tenir. Les deux Ventriotes, qui ont les mains et pieds liés par l'argent qu'ils reçoivent du régime d'Alias Joseph Kabila, savent qu'ils ont tout perdu. Ils n'ont plus aucune crédibilité pour parler à  l'opposition et en son nom. Les deux troubadours sont grillés !

Martin Fayulu remercie le peuple congolais pour son accueil

Lorsque le peuple tourne le dos à  un politicien-politicailleur, c'est comme l'esprit qui s'en va d'un corps. Chaque congolais dans son fort intérieur, trouve inadmissible qu'un pays aux multiples ressources, comme le nà´tre, la République démocratique du Congo soit classée parmi les derniers de pays les plus pauvres. Le Congolais est chosifié, clochardisé...il est misérable mais son pays est convoité par des prédateurs du monde entier. Et les politicailleurs ventriotes au lieu de porter haut les revendications et aspirations de notre peuple, ils sont dans des combines avec le régime d'oppression au profit de leur ventre ! Ils considèrent le peuple comme un marche-pied pour accéder à  la mangeoire !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 19 novembre 2018

Ecce Homo, Martin Fayulu, le soldat du peuple à  Kinshasa le 21 novembre !

Martin Fayulu, le soldat du peuple !

Face à  une classe politique toxique, nuisible, corrompue, infectée par des politicailleurs, mangéristes et ventriotes qui sont à  la mangeoire du régime d'imposture et se clament "Maboko Pembe" à  leurs bases fictives...Martin Fayulu est le candidat commun de l'opposition congolaise en République démocratique du Congo, désigné lors de la primaire du centenaire de l'Armistice du 11-Novembre à  Genève. Élu par ses pairs, celui qui va porter l'étendard de l'opposition congolaise. Martin Fayulu est attendu ce mercredi 21 novembre à  Kinshasa en République démocratique du Congo. Tout le peuple congolais est prié de l'accueillir en digne fils du pays. Humble et courageux, intègre et intransigeant sur les principes et convictions, le vaillant soldat du peuple, Martin Fayulu est porté par tous les Congolais, hormis les aigris Tribalo-ethniques, qui estiment que sans leur candidat corrompu point de salut. La base n'est pas le peuple congolais. L'Udps n'est ni le peuple congolais encore moins la République démocratique du Congo. Quant à  l'UNC de Vital Kamerheon, il n'a qu'à  officialiser son adhésion au FCC (Front des Congolais Corrompus). Les deux politicailleurs, ventriotes, troubadours et corrompus: Félix Tshilombo de l'Udps et Vital Kamerheon de l'UNC, qui ont retiré leurs signatures à  Genève moins de 12 après du primaire de l'opposition, deux inconscients politiques qui roulent pour le régime d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale au sein de l'opposition contre espèces sonnantes et trébuchantes, n'ont qu'assumer leurs turpitudes.

11-Novembre 2018, les leaders de l'opposition congolaise à  Genève avec la Fondation Koffi Annan

Rien n'est au hasard. Contrairement à  ce que pensent certains compatriotes, les projecteurs du monde étaient braqués à  Genève où la Fondation Koffi Annan joué au facilitateur pour la désignation du candidat commun de l'opposition. Le 11 novembre est une date historique pour plusieurs pays européens. En effet, l`armistice de 1918, signé le 11 novembre 1918 à  5 h 15, marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale (1914-1918), la victoire des Alliés et la défaite totale de l'Allemagne, mais il ne s'agit pas d'une capitulation au sens propre. Le cessez-le-feu est effectif à  11 heures, entraînant dans l'ensemble de la France des volées de cloches et des sonneries de clairons, et annonçant la fin d'une guerre qui a fait pour l'ensemble des belligérants plus de 18,6 millions de morts, d'invalides et de mutilés, dont 8 millions de civils. Les représentants allemands et alliés se réunissent dans un wagon-restaurant aménagé provenant du train d'état-major du maréchal Foch, dans la clairière de Rethondes, en forêt de Compiègne. Plus tard, le 28 juin 1919, à  Versailles, est signé le traité de paix, qui met réellement fin à  l'état de guerre.

Genève, 11-Novembre 2018, Martin Fayulu après sa désignation comme Candidat Commun de l'opposition

Pour la diaspora congolaise, qui est privée de son droit de vote, ce qui s'est passé à  Genève n'est pas rien. Que les opposants congolais passent par une primaire pour se choisir un candidat commun. Car tout le processus électoral est vicié en RDC: Le premier pays francophone d'Afrique, avec ses 80 millions d'habitants, vote son président à  un seul tour cela veut dire à  une majorité relative et une légitimé à  caution. De deux tours à  l'élection présidentielle Louis Michel 2006, la Constitution a été tripatouillé pour faire élire Alias Joseph Kabila à  un seul tour. Depuis qu'il trà´ne sur le Congo, l'imposteur de Kingakati est un spécialiste des hold-up électoraux. Il en a à  son compteur déjà  deux: 2006 et 2011.

Les congolais de la diaspora veulent que la République démocratique du Congo retrouve le chemin du concert des nations, devienne un pays réellement démocratique qui respecte les droits humains et toutes les conventions internationales. Les congolais de la diaspora vivent dans des pays démocratiques et savent comment cela fonctionne. L'Etat de droit n'est pas un slogan à  brandir, cela se vit ! Catapulté par la mafia internationale pour mieux piller ses ressources, voilà  17 ans qu'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale trà´ne sur le Congo. Emmanuel Ramazani Shadary, sorti de la poche de l'incapacitaire de Kingakati, n'a aucune assise, il provient de la plus petite province du Congo: le Maniema. Il profite des moyens de l'Etat. Mais la donne a changé.. Martin Fayulu est le leadership du Congo est porté par le peuple congolais qui a soif de changement ! Martin Fayulu, le Kinois a le soutient de Moïse Katumbi-Ensemble pour le Katanga, Jean-Pierre Bemba-Kinshasa-Equateur, Mbusa Nyamuisi-Nord-Kivu, Freddy Matungulu-Bandundu-Kongo Central...Et la diaspora congolaise, qui ne vote pas mais pèse car, c'est elle qui soutient des familles au pays.

Lire la suite...

Partager sur : Partager