Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Freddy Mulongo

Fil des billets Fil des commentaires

samedi 28 mars 2020

Présidence usurpée de Tshilombo infectée, Vidiye Tshimanga atteint du Covid19 !

RDC: La présidence usurpée de Tshilombo est infectée par le Coronavirus, Vidiye Tshimanga annonce qu'il est guérit du Covid-19 !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Vidiye Tshimanga 2.jpg, mar. 2020

Le Coronavirus-Covid 19 est un virus de destruction massive. Eh bien, un vide est entrain de se créer à la cour du "Roi Pétaud"de l' imposteur et usurpateur. Ils tombent comme des mouches et se ramassent à la pelle à la présidence usurpée d'Angwalima Tshilombo ! Vidiye Tshimanga est l'alter ego de Tshilombo. Ils ont fait les 400 coups ensemble à Bruxelles. L'homme qui parle à l'oreille de Tshilombo est un arriviste, hautain et arrogant: Vidiye Tshimanga se permet tout ! 

Freddy Mulongo-Vidiye Tshimanga 10.jpg, mar. 2020

A bon, quand est-ce que Vidiye Tshimanga, le checkuleur et homme qui souffle à l'oreille de Tshilombo était-il tombé malade?  N'est-ce pas le même Vidiye Tshimanga  qui avait influencé Angwalima  Tshilombo d'insulter la diaspora à Londres de "CombatNtaba". Quel toupet?  Vidiye Tshimanga a annoncé sur son compte twitter qu'il est guérit du Covid 19 ? Pourquoi vient -il nous annoncer sa guérison alors que personne ne savait qu'il était contaminé ? Quelle est la preuve qu'il est vraiment guérit ? S'agit-il d'un simulacre ? Où bien, c'est la trouille de voir le décès inopiné de Patrick Ilunga, un autre conseiller de Tshilombo ?Arriviste, arrogant et imbu de lui-même, Vidiye Tshimanga qui a vécu à Bruxelles de la manière dont on sait, quelle mouche l'a piqué pour insulter la diaspora de "CombatNtaba" ?
Nous voulons voir Tshimanga faire 100 pompes, faire le marathon et manger le Bukula Bwa Nseka seul comme un grand pour croire !

Déjà la Maman de Patrick Ilunga crie au scandale. Elle ne croit pas que son fils est mort du Covid 19 mais empoisonné à la présidence de Tshilombo.

Lire la suite...

Manu Dibango: Sa veuve Marie-Josée "Coco", 4 jeunes et un pasteur à ses obsèques !

Manu Dibango: Sa veuve Marie-Josée "Coco", 4 jeunes et un pasteur à ses obsèques !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Manu Dibango 5.jpg, mar. 2020

Freddy Mulongo-Manu Dibango 2.jpg, mar. 2020

A 86 ans, le grand saxophoniste Manu Dibango est décédé du coronavirus, le mardi 24 mars, à l'hôpital de Melun. Mais l'image de 6 personnes à ses obsèques fait pleurer plus d'un africain. La France est confinée. Restez-chez vous, clame le message du gouvernement. En temps normal, Manu Dibango méritait des obsèques avec foule dû à son rang, par sa musique 

avoir rapproché des hommes et femmes mais aussi plusieurs continents.

Il n'y a pas eu plus ambassadeur itinérant du Cameroun à travers le monde que Manu Dibango. Sur les réseaux sociaux, il est regrettable que certains Camerounais se déchaînent contre lui. Qu'a-t-il fait et laisser au Cameroun? Frères, l'oeuvre de l'esprit est immatériel, il dépasse de loin les matériels.


Lire la suite...

Me Wilkens Alhongo "Fally Ipupa est pénalement coupable et responsable pour les personnes décédées du Covid-19 après son concert de Bercy"!

Me Alhongo "Fally Ipupa est pénalement coupable et responsable pour les personnes décédées du Covid-19 après son concert de Bercy"!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Me Alhongo.jpg, mar. 2020

La France est touchée par le Coronavirus-Covid-19. 32 964 personnes sont contaminées et 1995 personnes décédées. Et parmi eux des personnes qui ont assisté au concert de Fally Ipupa le 28 février dernier à Bercy. La vague sanitaire qui fait des dégâts en France s'installe dans la durée.

Du jamais vu ! Alors que des manifestations ont été annulées à cette date, le concert politique, politisé et instrumentalisé de Fally Ipupa a été maintenu. Fally Ipupa a ramené du Congo en France, une quarantaine de personnes y compris des chroniqueurs musicaux. On sait aujourd'hui que Dedié

Me Wilkens Alhngo, grand patriote et résistant à Bruxelles, qui suit le dossier concert Fally Ipupa à Bercy depuis le départ, monte au créneau et sans ambages déclare: Fally Ipupa est coupable et responsable de personnes décédées à son concert de Bercy. Ceux qui croient que les patriotes-résistants-combattants Congolais s'amusent n'ont qu'à se raviser. Pour Me Wilkens Alhongo, le combat de libération du Congo est un combat de vie. La diaspora congolaise ne lâchera rien. "Kabila dégage" était une lutte contre un système, pas contre un individu. Or aujourd'hui, les ennemis du Congo ont fait un deal avec Alias Kabila pour une nomination électorale avec mépris du peuple congolais. Le combat de la diaspora congolaise est noble et légitime.

1. Réveil FM International : Me Wilkens Alhongo comment avez-vous passé la journée du 28 février dernier à Paris ?

Me Wilkens Alongo : Ce vendredi là 28 février 2020, j'étais à Paris. Et comme l'Avocat au barreau de Paris Me Tamba avait besoin d'éléments du combat pour finaliser sa requête, il s'est que je me suis rendu en son cabinet. J'étais accompagner du combattant Pitshou Shomongo. Nous avons rencontré Me Michel Tamba. Et de là je lui filé quelques astuces en rapport avec le risque très élevé de contamination par le Coronavirus si le concert de FALLY Ipupa se jouait. Donc il s'agirait d'un trouble de l'ordre public. Par l'insalubrité publique. Car beaucoup de rencontres importantes venaient d'être annulés en France comme en Suisse : annulation du salon automobile. Tout cela augurait la survenance d'un malheur éventuel. De son cabinet, nous sommes allés au tribunal administratif de Paris repondre à l'invitation à comparaître à l'audience en référé au palais de justice de Paris.

Me Tamba et moi même avons demandé à la Juge des référés Mme F.DEMURGER de pouvoir annuler ce concert à cause du risque de contamination au Coronavirus.Malheusement notre demande fut rejetée. Ce qui fait que FALLY Ipupa devait alors donner son concert. Au mépris du grand risque de contamination au Coronavirus que FALLY Ipupa n'ignorait pas. La perfidie était à son comble car il doit être tenu co responsable de la mort de ceux qui sont venus à ce concert et qui y sont contaminés. FALLY Ipupa doit avoir sur sa conscience la mort de nos frères et sœurs congolais, voire Africains venus à ce concert de FALLY Ipupa le 28 février 2020.
Il est tenu co responsable de tous les contaminés par le Coronavirus venus à ce concert.

2. Réveil FM International: Plusieurs événements prévus le 28 février dernier ont été annulés sauf le concert politique, politisé et instrumentalisé de Fally Ipupa pourquoi ?

Me Wilkens Alhongo: Effectivement le concert de Fally Ipupa était très politisé. Comment pouvait-on annulé d' autres événements français importants et le laisser jouer ? Tout cela prouve à suffisance qu' il avait bénéficié de l' appui des lobbyistes en France et même des occultistes qui avaient besoin de sacrifices humains et du sang humain. Selon certains recoupement, il a bénéficié du fort soutien du numéro 1 de l' Organisation Internationale de la Francophonie : Mme Louise Mushikiwabo, ancienne Ministre rwandaise des affaires extérieures proche du sanguinaire et agresseur de notre pays; l' actuel président du Rwanda: Paul Kagame, Hitler Noir, dictateur Rwandais et bourreau du peuple congolais avec plus de 12 millions de Congolais à sa conscience. Il est également pillard et receleur des ressources de la République démocratique du Congo. Le Rwanda est devenu le premier producteur du coltan, un minerai qui ne trouve pas dans son sous-sol.

L' agression de la République démocratique du Congo par le Rwanda et l'Ouganda, est un crime imprescriptible selon l' article 29 du statut de Rome du 17 Juillet 1998. Elle est défini à l'article 8 Bis du même statut de Rome puis définie par la Résolution de l' Assemblée générale des Nations Unies ; résolution 3314 du 14 décembre 1974: "L' agression est la violation de l' intégrité territoriale d' un État, la violation de son indépendance politique et de sa souveraineté nationale".

3. Réveil FM International: Par amour pour Fally Ipupa Vous avez tenté de le dissuader avec un proverbe Mongo lequel ?

Me Wilkens Alhongo : BON' ODJU TSIKA : Jeune homme laisse. BAKOKUMYA BAKOSAMANYA L' AALOKI: En t' applaudissant, on attire vers toi les sorciers et les malheurs.

4. Réveil FM International : Le Coronavirus frappe partout en France. Et déjà quelques pro-concert de Fally Ipupa sont parmi des victimes emportées. Le chansonnier Congolais est il pénalement coupable et responsable ?

Me Wilkens Alhongo : Oui, il est pénalement responsable et coupable pénalement pour complicité de crime de génocide et de mise en danger du risque de contamination au Coronavirus.
Article 6, C du statut de Rome dit : la soumission intentionnelle d' un groupe de gens à des conditions de vie devrant entraîner sa destruction physique totale ou partielle. C' est ce qu'il a favorisé par son concert du 28 février 2020 alors qu'il savait pertinemment bien le danger de contamination au Coronavirus lors de ce concert et qu' il y aurait des gens venus de différents pays voire de l' Italie ; un pays en ce 28 février 2020 déjà très frappé par le Coronavirus.Son appel à l'aide à la population congolaise pour le danger du Coronavirus constitue un aveu car il savait déjà avant son concert le danger de contamination au Coronavirus ce 28 février 2020 là à Accor Hôtel : ex Bercy à Paris en France. L' article 121-3 du code pénal français:". ..les personnes physiques qui n' ont pas causé directement le dommage, mais qui ont créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage ou qui n'ont pas pris les mesures permettant de l'éviter, sont responsables pénalement s' il est établi qu'elles ont soif violé de façon manifestement délibéré une obligation particulière de prudence ou de sécurité prévue par la loi ou le règlement, soit commis une faute caractérisée et qui exposait autrui à un risque d' une particulière gravité qu' elle ne pouvaient ignorer".

En outre l'article 121-7 dit : "Est complice d'un crime ou d' un délit la personne qui sciemment par aide ou assistance, en a facilité la préparation ou la consommation". C'est ce qu'a fait Fally Ipupa avant et ce 28 février 2020 par son concert à Paris Bercy.

5. Réveil FM International: Les chroniqueurs musicaux de Kinshasa ont clamé le retour des concerts en Europe avec Fally Ipupa. Est-ce que c'est la fin de la Fatwa Anti-Concerts ?

Me Wilkens Alhongo : Non ! Au contraire, il a encore fait durcir le ton. La FATWA ANTI-CONCERT reste et demeure renforcée de plus. La FATWA ANTI-CONCERT est la propriété de toute la diaspora congolaise au niveau mondial. Elle n'appartient à personne mais à tous. Pour lever la FATWA ANTI-CONCERTS, il faudra une assemblée générale mondiale, chaque congolais et congolaise de la diaspora aura son mot à dire. Il faudra la participation de nos compatriotes de contrées lointaines: Vanuatu, Samoa, Fidji, îles Salomon, île d'Efate...

Non, la FATWA ANTI-CONCERT EST CORSÉE. Elle se renforce davantage. Elle devient immuable, inaltérable et inviolable. Fally Ipupa a fermé toutes les portes aux artistes congolais en Occident.

6. Réveil FM International: Que doit faire la diaspora diaspora congolaise mondiale pour que le dossier concert Fally Ipupa aille jusqu'au bout ?

Me Wilkens Alhongo : La Diaspora congolaise doit maintenant beaucoup plus médiatiser son combat noble pour la libération effective du pays. Dénoncer devant les tribunaux toutes les machinations et complicité des artistes musiciens congolais ; liés à la sale politique anti peuple congolais à travers les médias : Grandes chaines de radio- TV et sur les réseaux sociaux. Demander et rencontrer les grands décideurs do monde politique international afin de mieux leur expliquer les vraies réalités et enjeux en RDCONGO. Leur faire savoir la situation macabre que traverse notre pays. Mieux leur expliquer les raisons valables de la FATWA ANTI-CONCERT des musiciens congolais pourtant Leaders d' opinions avec forte capacité d' influencer et responsabiliser le peuple congolais au lieu de l' entraîner dans la distraction.
Preuves actuellement qu' ils peuvent en tant que leaders d' opinions influencer et orienter la masse congolaise ; les messages de Koffi Olomide, de Fally Ipupa à l' endroit et pour le peuple congolais. Ces appels à l' aide et aux dons auraient vraiment de la valeur si ces musiciens dénonçaient la mauvaise politique anti peuple congolais pratiquée en RDCONGO par les dirigeants actuellement au pouvoir dans notre pays. Ces appels aux dons pour sauver la vie des millions de congolais dans cette crise de Coronavirus prouve à suffisance leurs capacités d' influencer le peuple congolais pour parvenir à un changement politique en RDC.

7. Réveil FM International: Fally Ipupa a-t-il péché par arrogance et cupidité ?

Me Wilkens Alhongo : Oui, il a péché par arrogance et par cupidité au lieu de penser à la souffrance des millions des congolais.Il devait plutôt être humble. Malheureusement, il n' a pensé qu' à sa poche et à son ventre au lieu de penser à la contamination des spectateurs venus de partout par le Coronavirus. C'est inhumain et égoïste.

Il aurait pu parler calmement à la Diaspora congolaise et avec les combattants qui mènent un combat noble. Il a préféré sacrifier ses frères et sœurs africains; surtout Congolais au profit de l' argent et le faux succès.

8. Réveil FM International: Le concert de Fally Ipupa est une hécatombe qui ne dit pas son nom. Quelles sont les leçons en tirées ?

Me Wilkens Alhongo : Les leçons à tirer sont les suivantes : Être dorénavant vrai patriote, se ranger du côté du peuple congolais et devenir un vrai Messager de la souffrance du Peuple Congolais. Devenir un véritable Leader d' opinion qui dénonce tout le mal fait sur le peuple congolais en RDC comme le firent Miriam Makeba sous l' apartheid dans son pays l' Afrique du Sud, Bob Marley , Peter Tosh ....en Jamaïque, Fela Kuti au Nigeria, Alpha Blondy...

Être humble et écouter aussi ses frères et sœurs combattants congolais de la Diaspora. Devenir ce musicien congolais véritablement Leader d'opinions dénonçant les massacres des congolais à Béni et partout, les viols massifs des femmes congolaises, l'agression du pays par Paul Kagame, Hitler Noir.

9. Réveil FM International: Fally Ipupa est soutenu par plusieurs lobbies pour casser la Fatwa Anti-Concerts instaurée dans la diaspora. Pourquoi cette Fatwa fait-elle tant de mal aux prédateurs et occupants du Congo ?

Me Wilkens Alhongo : C' est parce qu'ils veulent casser l' éveil patriotique congolaise ancré dans la Diaspora par la distraction liée au concert des musiciens congolais de la Diaspora.

Nos bruits et manifestation dérangent les spoliateurs de nos ressources naturelles qu' ils veulent continuer à puisser dans le silence total. Nos dénonciations suscitent des interrogations des citoyens et peuples des Pays occidentaux et prédateurs qui tiennent à spolier nos richesses dans le calme en sacrifiant les vies de nos peuples.

D' où il faut nous faire taire. Nous ramener dans les distractions des concert dans le but de détourner notre attention sur le sort de notre pays et ses vrais enjeux.

10. Réveil FM International: Le mot de la fin ?

Me Wilkens Alhongo : Je fais plutôt un appel à la PERSÉVÉRANCE DU PEUPLE Congolais dans cette lutte pour la libération effective de notre pays. Nous finirons par gagner ce combat qui est noble et juste.

Continuons à nous battre pour chasser l' incarnation du mal congolais : Hippolyte Kanambe alias Joseph Kabila ; lui et tout son système doivent dégager. KABILA DEGAGE ! Est toujours d' actualité !

Parvenir à tout prix à mettre fin à l' exploitation illégale de notre pays par des pilleurs venus d' ailleurs : du Rwanda, Ouganda, et de l' occident voire du monde entier profitant de l' absence de l' État de droit en RDCONGO.

Wilkens E. Alhongo, Juriste et Docteur en Droit/ Belgique.. Opposant politique au système en place en RDCONGO.Ancien de la Magistrature militaire en RDCONGO. Ancien Assistant du Secrétaire général administratif de l' Université de Kinshasa, Chargé de l'enseignement du Cours de Droit administratif à l'Institut Supérieur des Sciences du Travail : ISST /Kinshasa, RDC.

Ayant prêté le serment d'avocat au Barreau de Bruxelles le 03 décembre 2012, Combattant Résistant congolais de la Diaspora depuis plusieurs années, Président des associations de droit belge : Mouvement Indépendant pour la Reconnaissance Congolais : MIRGEC, et BEDEN human rights, President d' honneur de l' association de droit luxembourgeois: RACINE BONHEUR CONGO.

Lire la suite...

jeudi 26 mars 2020

"Coronavirus": Le Ghana de Kwame Nkrumah met 100 millions de dollars et des équipements, le Grand Congo de Patrice Lumumba met 1 million 800 mille dollars et demande l'aide internationale !

"Coronavirus": Le Ghana de Kwame Nkrumah met 100 millions de dollars et des équipements, le Grand Congo de Patrice Lumumba met 1 million 800 mille dollars et demande l'aide internationale !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Tshilombo Tshintuntu 4.jpg, mar. 2020


Le coronavirus révèle le fonctionnement de deux pays sur le même continent. Un pays qui fonctionne où l'Etat use de son pouvoir régalien pour protéger sa population: Le Ghana. Un autre pays, la République démocratique du Congo où des kuluna et chekuleurs cravatés ont pris en otage, une population exsangue par la misère, pauvreté, chômage, malnutrition, vols des deniers publics, corruption généralisée...

Kwame Nkrumah et Patrice Lumumba était des panafricanistes convaincus qui aiment chacun son pays. Qu'en est-il de leurs héritiers ?

Le Ghana met 100 millions de dollars et des équipements aux Ghanéens: les masques sont distribués, les rues sont nettoyés, des évêques, pasteurs et imams prient et jeûne ensembles pour leur pays. Le Ghana a 2 décès sur les 68 cas déclarés positifs.

La République démocratique du Congo est dans la mal gouvernance depuis plusieurs décennies et parmi ses fléaux qu'elle traîne comme un un boulet, il y a celui de la légitimité de ses dirigeants. La fraude électorale est devenue un sport national.

En République démocratique du Congo, c'est la bouillabaisse. Le régime Tshilombo décide le confinement d'une population qui vit avec -1 dollar par jour, au jour le jour. Des autorités dictent des mesurettes sans véritable prises en charges des populations. Le régime de Kinshasa ne connait même pas le nombre de sa population, le dernier recensement date de 1984.

Après avoir dépensé 80 millions de dollars pour des voyages inutiles d'Angwalima Tshilombo voleur du destin du peuple congolais, et dépensé 10 millions pour le mausolée d'Etienne Tshisekedi "Héros National" qui avait empêché en 1969, Joseph Kasa-Vubu, premier président du Congo d'aller se faire soigner en Belgique et lui avait coupé l'eau et l'électricité à sa résidence...Tshilombo met 1 million 800 mille dollars pour 80 millions de Congolais et tend la main à l'aide internationale.
Tshilombo met en place un Fonds national de solidarité contre le coronavirus" (FNSCC) sans y mettre un sou. Angwalima Tshilombo attend l'argent des autres. Inconscient, incapacitaire et médiocre, Tshilombo est une calmité pour et contre le Congo.

Freddy Mulongo-Ghana.jpg, mar. 2020

Le Ghana est passé par des moments difficiles mais il s'en sort mieux que la République démocratique du Congo. Le Ghana est le seul pays africain qui a eu un Secrétaire Général de l'ONU: Koffi Annan. Il y a eu aussi Jerry Rollins.

Freddy Mulongo-Ghana 10.jpg, mar. 2020

En juin 1979, Rawlings et plusieurs officiers subalternes organisent avec succès un coup d'État militaire. Avec le Conseil des forces révolutionnaires, il dirige le pays pendant 112 jours, au cours desquels plusieurs dirigeants, dont le général Ignatius Kutu Acheampong, sont jugés et exécutés. Rawlings cède alors le pouvoir à un président civil élu librement, Hilla Limann. Ce dernier renvoie rapidement le putschiste de l'aviation.

Freddy Mulongo-Ghana 2.jpg, mar. 2020

Rawlings n'en demeure pas moins une figure populaire. Face à l'incompétence du nouveau régime civil qui ne parvient pas à enrayer le déclin de l'économie nationale, il décide, le 31 décembre 1981, de renverser le gouvernement de Limann. Rawlings constitue un Conseil provisoire de la défense nationale pour remplacer le gouvernement et fait emprisonner Limann et quelque 200 hommes politiques.

Il crée des comités de défense populaire dans les quartiers, ainsi que des conseils de travailleurs destinés à contrôler la production des usines. Lorsque ces structures et diverses autres mesures populistes se révèlent un échec en 1983, Rawlings fait machine arrière et adopte une politique économique conservatrice éditée par le F.M.I. et la Banque mondiale. Il diminue ainsi les subventions et le contrôle des prix afin de réduire l'inflation, privatise de nombreuses entreprises publiques et dévalue la monnaie en vue de stimuler les exportations. Cette libéralisation dope l'économie ghanéenne, qui affiche au début des années 1990 l'un des taux de croissance les plus élevés d'Afrique.

Rawlings est élu président en 1992, et réélu en 1996. La Constitution lui interdisant de briguer un troisième mandat, il se retire au début de l'année 2001, cédant la présidence à John Kufuor. Il aura apporté la stabilité politique au Ghana tout en gérant l'économie d'une main de maître, mais en laissant se creuser le fossé entre les riches et les pauvres. À tout juste 71 ans, Jerry Rawlings reste une personnalité qui compte dans le paysage politique ghanéen et en Afrique de l’Ouest. Si l’ancien chef de l’État s’exprime moins souvent dans les médias, chacune de ses interventions est très attendue.

La pandémie de coronavirus “s’accélère”. L’OMS appelle l’Afrique à “se réveiller” et se préparer au “pire”.
Des mesures drastiques sont prises par certains pays sur le continent pour endiguer l‘épidémie de coronavirus.
Plus de 2 400 cas confirmés dans 46 pays pour 66 décès en Afrique.

Le Ghana est un pays démocratique que j'ai eu la grâce de visiter en novembre 2016 lors de la visite officielle du premier ministre français. J'ai été accrédité pour couvrir ce déplacement.

Lire la suite...

mercredi 25 mars 2020

RDC : un journaliste renversé à moto par des policiers pour sa couverture du confinement

RDC : un journaliste renversé à moto par des policiers pour sa couverture du confinement

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-RSFRDC.jpg, mar. 2020


Reporters sans frontières (RSF) dénonce vigoureusement l’agression d’un journaliste en reportage sur le respect des mesures de confinement liées au coronavirus en République démocratique du Congo (RDC). RSF appelle également les autorités congolaises à laisser les reporters faire leur travail dans le respect des règles d’hygiène dans cette période où la production d’informations fiables et indépendantes par des professionnels est plus que jamais essentielle.
 

Tholi Totali Glody, journaliste pour Alfajari TV, l’une des chaînes phares de Likasi, deuxième ville de la province du Haut-Katanga en RDC, a été violemment agressé par les forces de l’ordre alors qu’il circulait à moto, mardi 24 mars, dans le cadre d’ un reportage sur le respect des mesures de confinement imposées à la population. Les habitants de la région ont été placés en confinement le 22 mars sur décision du gouverneur à la suite de deux cas suspectés de coronavirus. 

D’après le directeur des programmes de la chaîne joint par RSF, le journaliste qui a d’abord tenté d’expliquer aux policiers qu’il était en reportage, a ensuite été pris en chasse par deux agents qui l’ont fait tomber de la moto-taxi qu’il utilisait. Il souffre de nombreuses blessures au visage, au bras et d’une fracture à la jambe.  

“Nous condamnons sans réserve l’extrême violence de cette agression sur un journaliste qui ne faisait qu’effectuer son travail, déclare Arnaud Froger, responsable du bureau Afrique de RSF. Parce qu’ils assurent une mission d’information absolument essentielle en cette période de pandémie mondiale, nous appelons les autorités congolaises, comme l’ont déjà fait de nombreux pays, à intégrer officiellement les journalistes dans la liste des personnes autorisées à circuler librement dans le cadre de l’exercice de leur métier et dans le respect des mesures élémentaires d’hygiène préconisées. S’attaquer aux professionnels de l’information dans ce contexte n’est pas seulement une violation de la liberté de la presse, c’est aussi saper les efforts de la riposte en cours. Il est impératif que les auteurs de ces violences soient identifiés et sanctionnés.” 

La RDC comptait mardi 24 mars 48 cas positifs et trois personnes décédées des suites du coronavirus. Le président de la république Félix Tshisekedi a décrété létat d’urgence et isolé Kinshasa du reste du pays en interdisant tous les voyages depuis et vers la capitale considérée comme le foyer de l’épidémie. 

Le pays se remet tout juste d’une autre épidémie, celle liée au virus Ebola qui a fait plus de 2200 morts dans l’est du pays. Un journaliste a été assassiné, plusieurs de ses confrères menacés et une radio incendiée pour avoir participé aux efforts de la riposte en organisant des émissions de sensibilisation décriées par une partie de la population et des groupes armés. Alertées par RSF, l’ONU, l’OMS et les autorités congolaises n’ont toujours pas donné suite aux demandes de soutien et de mesures de sécurité concernant ces journalistes et médias victimes collatérales de cette épidémie. 


Lire la suite...

RDC: "Coronavirus", Tshilombo lance un fonds de solidarité sans y mettre un seul sou !

RDC: "Coronavirus", Tshilombo lance un fonds de solidarité sans y mettre un seul dollar !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-335.jpg, mar. 2020


Angwalima Tshilombo est une calamité contre la République démocratique du Congo.

Hier, le 24 mars dans un discours à la nation, des nouvelles mesures de restriction susceptibles d’endiguer la pandémie de coronavirus en République démocratique du Congo. L'imposteur-usurpateur, Angwalima Tshilombo vient de créer un "Fonds national de solidarité contre le coronavirus" (FNSCC) auquel le président nommé invite particulièrement tous les opérateurs économiques à participer par devoir de "solidarité".

"Je lance un appel à la solidarité nationale de tous les opérateurs économiques ainsi que d’autres pays et organismes qui conduira à la mise en place d’un Fonds National de Solidarité Contre le Coronavirus (FNSCC) qui restera ouvert à tous les potentiels bienfaiteurs" !

L'incapacitaire bénéficiaire d'une Nomination Électorale, Angwalima Tshilombo lance un fonds de solidarité sans que lui même mette la main dans sa poche ? Au Congo-Kinshasa, c'est de l' escroquerie à ciel ouvert. Ceux qui sont affamés et n'ont rien doivent donner pour un Fonds de solidarité dont on ne connait ni la tête et la queue. Le Congolais vit avec -1 dollar par jour.

Le Ghana a mis 100 millions de dollars pour des Ghanéens . Au Kenya, le chef d'Etat réduit son salaire de 80% et les ministres consentent une réduction de 20% chacun. Au Burkina, pays sahélien de 20 millions d'habitants, un couvre-feu a été instauré de 19h00 à 5h00 du matin. Le Nigeria, pays le plus peuplé d'Afrique avec 200 millions d'habitants, a fortement durci ses mesures face à la pandémie, en imposant notamment la fermeture partielle de lieux publics et de deux aéroports internationaux. L'Ethiopie a reçu livraison d'1,1 million de kits de test, six millions de masques et 60.000 combinaisons de protection de la part du milliardaire chinois Jack Ma.

Angwalima Tshilombo a saigné les caisses de l'Etat, 85 millions uniquement pour ses voyages inutiles. Il s'est acheté un manoir à Waterloo en Belgique comme son ami Moyibicrate comme Kin Kiey Mulumba. Et pour le Coronavirus rien ?

Le 1,8 millions...des cacahuètes pour 80 millions d'habitants ! Ce budget de Tshilombo pour chaque Congolais pour lutter contre le Coronavirus est : $1,800,000 / 80,000,000 = $0.0225/Congolais ! Tshilombo n'a aucun souci pour le peuple congolais. Il a été nommé pour jouir ! Ce jouisseur Malewa, ancien pizzaïolo est plongé dans sa collaboration avec les ennemis du Congo: Traître et Collabo !

Lire la suite...

RDC: "Coronavirus", les prisonniers Congolais confinés et abandonnés à eux-mêmes !

RDC: "Coronavirus", les prisonniers Congolais confinés et abandonnés à eux-mêmes !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-prison de Makala 3.jpg, mar. 2020

La prison centrale de Makala est le plus grand centre pénitentiaire de Kinshasa. Construite en 1958, alors que la capitale ne dénombrait que 500 000 habitants contre 13 millions aujourd’hui, elle compte près de 9000 prisonniers dépassant très largement la capacité d’accueil de 1500 places .

Le centre de détention de Makala est tristement réputé pour son état de délabrement et sa surpopulation, qui en font un véritable "enfer sanitaire". La prison de Ndolo est réservée aux personnes poursuivies ou condamnées devant les tribunaux militaires.

Le Coronavirus tue et décime des populations. Que dire des populations carcérales en République démocratique du Congo ?

Freddy Mulongo-prison de Makala 1.jpg, mar. 2020

A l’origine de cette surpopulation, le recours excessif à la détention préventive. L’article 17 al 1 de la Constitution congolaise dispose que la liberté individuelle est la règle et la détention l’exception. Mais en réalité, 70 à 80 % des prisonniers sont des détenus préventifs. La plupart d’entre eux moisissent depuis des mois à Makala sans jamais avoir été présentés à un magistrat.

Freddy Mulongo-prison de Makala Mike-Mukebayi.jpg, mar. 2020

A Makala, la chaleur y est étouffante. Les corps en sueur sont allongés à même le sol et rares sont ceux qui peuvent s’offrir des matelas. Les détenus vivent dans la misère la plus sombre. Ils se retrouvent parfois à 500 dans une salle de 20 mètres sur 30 mètres. Ils dorment à même le sol et doivent se soulager dans des seaux. Leur nourriture se compose souvent d’un seul repas par jour à base de quelques haricots ou de feuilles de manioc. Certains se font apporter leur repas par leur famille, mais souvent les gardiens les gardent pour eux.

Tout se paie à la prison de Makala. La cellule, la sécurité, les téléphones portables ("pour pouvoir en posséder un, il faut payer au moins 200 dollars par trimestre aux policiers qui improvisent des fouilles") et même la possibilité d’avoir un peu de compagnie. La vie en détention y apparaît anarchique, sans policiers, directement encadrée par les prisonniers les plus âgés. Sans réelle surveillance ni contrôle, les évasions sont courantes. Les conditions sanitaires y sont catastrophiques: 150 personnes dans une salle de moins de 30m² par une rude chaleur.

Au cours de son allocution pour imposer le confinement aux populations congolaises affamées, sans soins ni infrastructures... pas un mot d'Angwalima Tshilombo, bénéficiaire de Nomination Électorale, pantin, marionnette et masque d'Alias Kabila...sur les prisonniers Congolais avec cette pandémie de Coronavirus. Grand Voleur du destin du peuple congolais avec son putsch électoral, Angwalima Tshilombo Félix Tshisekedi déclarait le 24 janvier 2019 vouloir " défendre la Constitution" et travailler à la construction d’un " Congo réconcilié".

Doivent-ils mourir parce qu'ils sont prisonniers ? Quelles sont les mesures prises pour les centres de détentions en RDC ? Rien ! Avec la pandémie du coronavirus, ce ne plus le désengorgement de prisons, qui est urgente mais c’est la réorganisation pénitentiaire de la République démocratique du Congo.

Partout en République démocratique du Congo, la situation des centres pénitentiaires est alarmante. Sur les quatre-vingt que compte le Congo: la malnutrition, les mauvaises conditions d’hygiène et le manque d’accès aux soins que subissent les détenus congolais sont monnaies courantes. A l’exception de la prison de Luzumu, située dans la province du Kongo central et dont la construction a été financée par l’Union européenne, les conditions de vie sont infernales. 

Lire la suite...

mardi 24 mars 2020

RDC: Photos, décédé du Coronavirus Me Joseph Mukendi wa Mulumba déjà enterré!

RDC: Photos, décédé du Coronavirus Me Joseph Mukendi wa Mulumba déjà enterré!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Le Coronavirus est une drôle de maladie. L'enterrement se fait le même jour, sans la présence de la famille. Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba qui est décédé ce matin à 5h du matin a été enterré cet après-midi à Kinshasa. Personne ne connait l'endroit exacte de sa dernière demeure. Bizarre tout de même. Le jour du putsch électoral d'Angwalima Tshilombo, Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba s'était fait accompagner d'une cohorte d'avocats, une quarantaine,  à la Cour Constitutionnelle pour défendre la fraude électorale et la tricherie de son neveu Tshilombo, voleur de tout un destin du peuple congolais. Il aura été à toutes les négociations entre Udps et le régime dictatorial d'Alias Kabila: Ibiza, Venise, Paris, Bruxelles, Kinshasa. Pour avoir été avocat de deux famille Chebeya et Bazana, puis par après défenseur du régime Kabila sur le même dossier, cela jette un trouble dans l'esprit de plus d'un Congolais. 

Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph 1.jpg, mar. 2020Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph 3.jpg, mar. 2020

Lire la suite...

RDC: Lutter contre le Coronavirus avec des masques en tissu africain "Made Jaynet kabila Panama papers" ?

RDC: Lutter contre le Coronavirus avec des masques en tissu africain "Made Jaynet kabila Panama papers" ?

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Masques 1.jpg, mar. 2020

Le Coronavirus est un virus qui tue et décime des populations. Il n'est pas à prendre à la légère. Le masque médical contre le Coronavirus n'est pas de la frime. La République démocratique du Congo gère à la légère cette pandémie du Covid-19.

Freddy Mulongo-Masques 2.jpg, mar. 2020

Un masque ne se fabrique pas avec des tissus de pagne. Un masque n’a pas comme utiliser de seulement couvrir la bouche et le nez. En portant un masque en tissus par exemple, une personne ne se protège ni elle-même ni les autres.

Pour lutter contre le Coronavirus. Il faut que le masque soit certifié EN 149 ou FFP2 pour être efficace. Les masque EN 149 peuvent être efficaces s’ils sont bien portés. Mais ils exposent aux fuites. Les Masques FFP2 filtre dans le sens de l’inhalation. Cela veut dire, ils protègent le soignant quand il consulte une personne malade ça empêche le virus de passer.

Freddy Mulongo-Masques.jpg, mar. 2020


Les masques FFP2 sont réservés au personnel médical en première ligne de la pandémie de coronavirus.

Pourquoi, c'est Jaynet kabila "Panama papers" qui présente ce projet au nom de la Fondation Mzée Laurent Désiré Kabila ? Il parait que cette initiative vise à répondre à la problématique de pénurie des masques de protection soulevée en RDC. Pourquoi Jaynet Kabila "Panama papers compte-t-elle vendre ses masques en tissu "accessible à toutes les bourses contrairement à ceux importés, qui sont vendus de plus en plus cher" alors que la Fondation Mzée Laurent-Désiré Kabila est à but non lucratif ? Et si les masques en tissu se fabriquaient au Rwanda, pays agresseur, criminel, pillard et receleur des ressources de la RDC, que deviendraient de Congolais ?

Le Coronavirus ne doit pas nous faire oublier que le Congo est sous occupation et que tous les moyens sont bons pour éliminer sa population. Le masque en tissu est-il la 5è langue nationale inexistante que l'on veut imposer à notre peuple sous-prétexte de lutter contre le coronavirus ?

Lire la suite...

lundi 23 mars 2020

Fally Ipupa-Coronavirus: Le chansonnier troubadour doit s’inquiéter et se préoccuper des morts de son concert de Bercy, au lieu d'avoir la prétention de nourrir le peuple congolais !

Fally Ipupa-Coronavirus: Le chansonnier troubadour doit s’inquiéter et se préoccuper des morts de son concert de Bercy, au lieu d'avoir la prétention de nourrir le peuple congolais !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Fally Ipupa 15.jpg, mar. 2020


Le Coronavirus existe et fait de dégâts. Mais le peuple congolais ne doit pas oublier que la République démocratique du Congo est sous occupation. Pantins, marionnettes, imposteurs et usurpateurs sont ceux qui ont contribué à mettre le pays sens dessous dessus.

Fally Ipupa n'est pas l'Etat congolais. Il ne doit pas avoir la prétention de le remplacer. La mal gouvernance de l'Etat congolais a donné lieu à plusieurs "Coronavirus" que le peuple congolais s'y est accommoder: coronavirus de la misère, pauvreté, chômage, vivre sans eau potable ni électricité, sans hôpitaux, infrastructures, manquer de tout...Pendant ce temps, des Kulunas cravatés, bandits patentés prennent les institutions républicaines en otage: ils volent et pillent les caisses de l'Etat. Certains ne s'offusquent même pas de les applaudir. La classe politique congolaise est la plus corrompue, médiocre et incapacitaire de l'Afrique. Jamais un pays aussi riche par sa population et ses ressources ne peut avoir un peuple le plus pauvre au monde.

L'Etat congolais a des devoirs envers le peuple congolais. C'est dans ses missions souveraines et régaliennes de nourrir, éduquer, informer, protéger le peuple congolais.

Fally Ipupa qui a des morts dans sa conscience, doit s’inquiéter d'abord de ses fanatiques qui tombent comme des mouches. Son fameux concert de Bercy ayant été le nid par excellence du Coronavirus. On ne sait pas le nombre exacte puisque les anonymes sont enterrés dans l'anonymat !

Fally Ipupa n'est pas un assistant social. Le peuple congolais n'en a cure. La RDC a besoin d'un pays qui fonctionne. Comment venir en aide à 80 millions de Congolais ? La générosité que veut faire montre Fally Ipupa après avoir défié et nargué des patriotes-résistants-combattants à Paris, consisterait en quoi ? Acheter des sacs de riz, maïs, manioc, des cartons de savons, huiles de cuisine pour donner au peuple ? Comment va-t-il procéder ? Chaque Congolais aura droit à un sac de riz, sac de maïs...ou un sakombi du riz et maïs ..? Cette distribution permettra à chaque Congolais de se nourrir durant combien des jours ou mois ? Car le confinement de la population va se durcir. Nous risquons d'aller jusqu'en juin ou juillet. Comment Fally Ipupa fera pour que chaque Congolais ait sa provision ?

Nourrir un peuple, c'est l'affaire de l'Etat et non des individus. Même les organisations humanitaires s'y cassent les dents. La vidéo de Fally Ipupa est pour détourner l'attention des Congolais. Le chansonnier Troubadour est au service des ennemis et prédateurs du Congo.

Déjà à Kinshasa, combien sont les bourgmestres de communes qui connaissent exactement le nombre de leurs habitants ? Est-que le bourgmestre de Kimbanseke, Kasa-Vubu, Mont-Ngafula, Nsele, Ndjili...connaissent-ils exactement qui habitent dans leurs communes ?

Angwalima Tshilombo et André kabanda, son ministre attaché à la présidence ont bouffé l'argent de la diaspora sur l'imperium d'Etienne Tshisekedi. Ils n'ont jamais présenté un rapport de l'argent récolté. Et Fally Ipupa veut inciter aux gens de nommer pour un peuple que le régime d'Angwalima Tshilombo affame volontairement. Tant que le Congo, n'aura pas des dirigeants légitimes. Tant que la RDC ne respectera pas les droits humains pour le peuple congolais. 

Lire la suite...

dimanche 22 mars 2020

RDC: Covid-19, les "Shégués" et "faseurs" de Kinshasa, premiers oubliés de Tshilombo!

RDC: Covid-19, les "Shégués" de Kinshasa, les enfants de la rue, et les adultes sans domicile fixe surnommés "faseurs", premiers oubliés de Tshilombo et son régime d'imposture !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Shégué-DominiqueViger.jpg, mar. 2020

Dans l'immense marché Gambela, les enfants des rues vivent de petits boulots, une condition pour que les commerçants les tolèrent ©Dominique Viger 

Mourir du Coronavirus et mourir de faim, c'est une double peine. Le peuple congolais est abandonné à lui-même. Les interdictions de rassemblements, les fermetures d'écoles, de bars, de restaurants, les restrictions dans les transports aériens notamment...ne vont pas empêcher le Coronavirus d'avancer.

La République démocratique du Congo n'existe que par le nom. Le Covid-19 dévoile la nudité du Grand Congo: sans infrastructures, hôpitaux, hygiènes, médecins, urgentistes, laboratoires de recherches ...Ventre affamé n'a point d'oreille, le peuple congolais doit aller chercher sa nourriture à la présidence de tshilombo. Il ne doit pas confiner les Congolais chez eux, sans nourriture, eau potable, électricité et soins contre le Coronavirus. Et lui va manger avec ses ventripotents collaborateurs à la présidence. Le Congo appartient à tous les Congolais. Pas uniquement aux imposteurs et usurpateurs en cols blancs.

Freddy Mulongo-Shégué-DominiqueViger4.jpg, mar. 2020

Les shégués, enfants des rues, enfants sorciers. Les garçons ont souvent sous leur coupe des filles qui se prostituent et tombent enceinte très jeunes ©Dominique Viger 

Monsieur 15%, Angwalima Tshilombo voleur du destin de tout un peuple, bénéficiaire d'une Nomination Électorale est un vrai incapacitaire patenté. Il s'est précipité à volé l'élection de Martin Fayulu alors que ce sans cerveau n'a pas des neurones. Il ne dirige et contrôle rien. Face à la pandémie, Tshilombo préconise des mesurettes pour lutter contre le Coronavirus. Pour les obsèques d'Etienne Tshisekedi, Tshilombo a fait décaisser 10 millions de dollars. Pour ses voyages touristiques comme Magellan national à bord de Mabundi Airways, Angwalima Tshilombo a dépensé 80 millions de dollars Et pour lutter contre le Coronavirus pour 80 millions d'habitants, Tshilombo débloque 1 million 800 mille dollars !

Freddy Mulongo-Shégué-DominiqueViger10.jpg, mar. 2020

Au marché Gambela, ce jeune garçon a nettoyé les étals du marché très tôt le matin pour gagner quelques francs congolais après une nuit passée dehors ©Dominique Viger 

La France s'occupe des Français, les Etats-Unis s'occupent des Américains, la Chine s'occupe des Chinois...La RDC abandonne sa population et Angwalima Tshilombo se pavane !

Classe politique irresponsable: Des criminels-bandits cravatés, politicailleurs, ventriotes, mangecrates inconscients qui n'ont fait que voler le peuple congolais, ils appellent au confinement d'un peuple qui n'a rien et vit au jour le jour!

Freddy Mulongo-Shégué-DominiqueViger5.jpg, mar. 2020

Au centre "ouvert" pour filles, elles s'endorment brusquement, épuisées par une journée rythmée par de petits boulots et les disputes avec les autres shégués, garçons et filles, pour sauvegarder ce qu'elles viennent de gagner et la prostitution ©Dominique Viger 

"Shégués" et "faseurs" vivent dehors, qui pensent à eux ? Que vont-ils devenir avec le Coronavirus ?

A Kinshasa, les Shégués, filles et garçons d’âges variables, peuplent nuit et jour les espaces de la mégapole. Chaque jour on peut voir des enfants de la rue qui traînent dans les vêtements élimés, souvent pieds nus, dans les rues où ils se débrouillent en mendiant. En groupe de 5 à12 personnes, ils passent des journées entières dans de grandes artères de la capitale, au quartier commercial et dans tous les petits marchés de Kinshasa.

Ils vendent de petits articles, cirent des souliers, gardent des voitures en stationnement devant les parkings. Parmi eux, on trouve des voleurs, et aussi des mendiants de longue expérience.

Au Congo, chaque enfant de rue a sa propre histoire ! Certains se retrouvent à la rue parce qu’ils sont orphelins, d’autres parce qu’ils sont dans une famille recomposée et qu’on ne veut plus d’eux. Il y a aussi tous ceux qui sont une charge économique trop lourde pour leurs parents.

Les jeunes constituent plus de la moitié la population congolaise. Le pays compte de nos jours plus de 70 000 enfants de la rue, dont environ 24 000 à Kinshasa.

La rue a ses codes, ses lois. Pendant des jours voire des semaines, les Yankees martyrisent les nouveaux venus « afin de les endurcir ». C’est un rite de passage, « le baptême », comme ils disent. « Ils les sodomisent et leur tailladent le corps avec des lames de rasoir avant d’uriner dessus »

La Convention internationale des droits de l’enfant, ou Convention relative aux droits de l’enfant, est un traité international adopté par l’Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies, le 20 novembre 1989 dans le but de reconnaître et protéger les droits spécifiques des enfants. la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE) a 31 ans d’existence. Elle repose sur quatre principes :
la non discrimination ;
l'intérêt supérieur de l'enfant (l'enfant devient un "sujet de droit" et n'est plus un "objet de droit") ;
le droit à la vie, à la survie et au développement ;
le respect des opinions de l'enfant sur toute question qui le concerne.
Elle contient un ensemble de droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels applicables aux enfants dont notamment :

le droit de vivre en famille, d’être entouré et aimé ;
le droit d’avoir un nom, une nationalité, une identité ;
le droit d’être soigné, protégé des maladies et de la malnutrition ;
le droit à l’éducation ;
le droit d’être protégé de la violence, de la maltraitance et de toute forme d’abus et d’exploitation ;
le droit à un niveau de vie suffisant ;
le droit de ne pas faire la guerre, ni de la subir ;
le droit d’avoir un refuge et d’être secouru ;
le droit de jouer et d’avoir des loisirs ;
le droit à la liberté d’expression et de pensée.
Elle est complétée par trois protocoles facultatifs :

sur l’implication d’enfants dans les conflits armés ;
sur la traite de la vente d’enfants, de la prostitution et de la pédopornographie ;
sur la procédure permettant à tout enfant de déposer une plainte directement auprès du Comité des droits de l’enfant des Nations unies, lorsque tous les recours ont été épuisés dans son pays.

Voués à eux-mêmes, les "Shégués" ne bénéficient d'aucune considération de la société et sont victimes de la marginalisation.

L’origine du terme shégué, que les jeunes n’utilisent pas entre eux, est incertaine. Certains disent que ce serait une abréviation de Che Guevara, en hommage au révolutionnaire cubain. D’autres, plus nombreux, que le mot viendrait du haoussa, une langue souvent parlée par les commerçants venus d’Afrique de l’Ouest et qui signifie « bâtard ».

Entre eux, les enfants ne disent pas qu’ils appartiennent à un groupe ou une bande, mais à une écurie. Ils survivent grâce à la mendicité, de petits larcins et, pour les filles, de la prostitution si elles ne sont pas rackettées. Pour tenir dans cet enfer, les enfants fument du chanvre ou prennent du “36 oiseaux” [de la poudre de tabac appelée aussi Tumbaco]. Ils sniffent de la colle et boivent du lotoko, un alcool artisanal.

Les shégués, qui ne sortent pas de la rue avant l’âge de 15 ou 16 ans, rejoignent parfois les Kulunas, ces gangs ultraviolents qui depuis une quinzaine d’années dictent leur loi à coups de machette dans plusieurs quartiers de la capitale. Ceux qui réintègrent leur famille ou restent dans les centres de réinsertion gardent une chance de se forger un avenir.

Le Coronavirus est un virus dangereux qui tue et décime des populations. Hier, l'Italie, pays plus historique et développé a incinéré 800 morts, que dire du Congo en cas de propagation de la pandémie ?

Lire la suite...

samedi 21 mars 2020

Fally Ipupa-Coronavirus: Dedié Bandubola, première victime du Covid-19 à Kinshasa !

Fally Ipupa-Coronavirus: Dedié Bandubola, première victime du Covid-19 à Kinshasa !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Dedie Bandubola.jpg, mar. 2020

L'hécatombe commence. Les pro-concerts Fally Ipupa à Paris Bercy, le 28 février dernier, qui étaient déterminés avec leurs lobbyistes de défier la diaspora congolaise avec la Fatwa Anti-Concerts, tombe un à un frappé du Covid-19.

Fally Ipupa-Coronavirus aura des morts sur sa conscience. Muana Mayele Ayokaka. Avec ces morts, qu'est-ce que son concert a-t-il apporté ? Rien ! Défier tout un peuple à cause des petits intérêts mercantiles, voici les premières conséquences. Que tes politicailleurs-ventriotes et lobbyistes ramènent à la vie ceux qui sont morts.

Freddy Mulongo-Jean Michel Denis.jpg, mar. 2020

Amoureux de musiques africaines, c'est le confrère Jean-Michel Denis, qui a introduit Fally Ipupa sur scène de Bercy le 28 février dernier. Il est décédé le 16 mars à Paris, emporté par le Coronavirus. Il a commencé à tousser juste après le concert de Fally Ipupa à Bercy, sa santé s’est dégradée et gâtée par la suite. Et le coronavirus l’a emporté.

Dedié Bandubola est la première victime du Coronavirus à Kinshasa en République démocratique du Congo. Lui aussi était au concert de Fally Ipupa à Bercy. Arrogant rabatteur qui avait trompeté pour Fally Ipupa en plein Paris venu de Kinshasa. Étaient-ils parmi ceux qui avaient garanti les paiement des casses et dégâts à la gare de Lyon ? Il était parmi ceux qui incitaient à aller à Bercy pour le concert de Fally Ipupa comme le montre cette vidéo. Son chauffeur est aussi décédé et 5 autres personnes sont contaminées.

https://www.facebook.com/DeniseDusauchoyOfficiel/videos/515442892699830/

Le cas de cet individu arrogant est plus problématique. Dedié Bandubola était le directeur adjoint au cabinet de sa sœur Acacia Bandubola Mbongo, Ministre de l'Economie nationale. Donc ce cabinet familial est-il au service du Congo ou de la famille Bandubola-Bena Mpuka ? Qu'est-ce qu'un pseudo- médecin connait de l'économie ? Comment une ministre peut avoir son frère comme Directeur Adjoint dans son cabinet ?

Le Congo est tombé si bas. Personne ne dénonce le clientélisme et népotisme au ministère de l'économie nationale.
La sœur nomme son frère directeur adjoint de cabinet, personne ne pipe mot. Parce que la fameuse ministre a des liens familiaux avec Angwalima Tshilombo avec sa présidence usurpée.

Aux thuriféraires-blablateurs de Kinshasa qui nous abreuvent sur les réseaux sociaux avec "Nos condoléances" faisant l' éloge funèbre et hommage funéraire à un certain Dedié Bandubola doivent se raviser.

Lire la suite...

vendredi 20 mars 2020

RDC: L'abbé Jean Léon Katshioko, fondateur de l’orphelinat "Bon Samaritain " à Kenge !

RDC: L'abbé Jean Léon Katshioko, fondateur de l’orphelinat "Bon Samaritain " à Kenge !

Freddy Mulongo, Réveil FM international

Freddy Mulongo-Jean Leon Katshioko.jpg, mar. 2020

L'abbé Jean-Léon Katshioko est prêtre et officie à Rome. Il est incontournable pour ceux de nos compatriotes qui passent par Rome, la deuxième ville de la chrétienté. En cette période de la pandémie du COVID-19, où l'Italie vient de dépasser la Chine en nombre de cas positif et morts, une pensée pieuse à notre aîné et berger.

"Il faut toujours savoir dire Merci à Dieu de ses bienfaits, de son amour miséricordieux, dire merci à ceux qui t'ont instruit et formé, sans oublier ceux qui te soutiennent. Le Pape Jean Paul II, Hier il était le Pape qui m' a ordonné prêtre, aujourd'hui, il est le saint de mon ministère sacerdotale. Son éminence le cardinal Angelo de Donatis, était mon père spirituel au grand séminaire, aujourd'hui, il est mon cardinal, son excellence Mgr. Gianrico Ruzza était mon vice recteur au grand séminaire, en ce jour, il est mon Évêque auxiliaire, le Pape François est mon Pasteur -guide. Tout est grâce. Un merci qui regarde vers mon jubilé" Abbé Jean Léon Katshioko

Freddy Mulongo-Jean Leon Katshioko 1.jpg, mar. 2020


Dix-huit ans déjà, que l'Abbé Jean-Léon Katshioko a initié la fondation "Bon Samaratin" pour venir en aide à ses compatriotes démunis, paupérisés, chosifiés et déshumanisés. En République démocratique du Congo, ils sont nombreux les enfants orphelins du VIH, de différentes guerres, victimes de la dislocation du tissu familiale...A plus de 500 km de Kinshasa, à 30 km de Kikwit à Kwenge dans le Kwilu à l'Ouest de la RDC, la Fondation Bon Samaritain de l'abbé Jean-Léon Katshioko s'occupe des enfants abandonnés, délaissés, chosifiés...pour leur rendre leur dignité humaine.

Freddy Mulongo-Jean Leon Katshioko 3.jpg, mar. 2020


Il a mis en place avec l'implication des villageois eux-mêmes, un système de bourses scolaires pour aider les écoliers les plus méritants. Certains élèves soutenus par la Fondation "Bon Samaritain" sont aujourd'hui universitaires. Des écoliers qui souffraient de la malnutrition puisque ne mangeant pas à leur faim, sont joufflus ils mangent à leur faim avant d'aller à l'école. Etre au village ne signifie plus être sale, mal habillé...des villageois sont propres et bien habillés grâce à la Fondation " Bon Samaritain".

Les écoles en chaume ont été remplacées par celles en parpaing avec fenêtres et bancs. Les villageois sont impliqués dans tous les projets de la Fondation "Bon Samaritain": Les femmes vont puiser de l'eau à la rivière, les hommes ramènent du sable et des pierres...Monsieur l'Abbé Jean-Léon Katshioko apporte des sacs de ciments, barre de fer, tôles, clous...On crée aussi des épiceries dans des villages pour éviter aux villageois de marcher des kilomètres pour acheter ne fut-ce que du sel de cuisine. Les albums photos de la Fondation "Bon Samaritain" sont impressionnants, à l'heure du numérique il suffit de jeter un coup d’œil sur leur site: www.fbsamaritain.org

Les enfants congolais sont les nôtres. Nous devons les aimer, les accompagner, les soutenir...Nous réfutons l'humanitaire pour nos propres enfants. A Kwenge à 30 km de Kikwit se trouve un orphelinat géré par la Fondation Bon Samaritain. Comme tous les enfants du monde, les enfants congolais ont droit à la vie, à l'éducation, à la nutrition. La République démocratique du Congo, notre pays est ravagé par les conflits armés. Les blessés de guerre n'y sont pas que physiques. Il y a aussi des blessés psychologiques, physiologiques et spirituels. de guerre.

En RDC, il n’est pas bon d’y être un enfant sans famille. si les enfants de barons et apparatchiks du régime n'ont pas de souci, la situation des autres enfants y est dramatique : malnutrition, violences sexuelles, enfants soldats, déplacements d’enfants…Nos enfants sont le présent mais ils préfigurent notre avenir et future. Attendre que les autres viennent s'occuper de nos propres enfants abandonnés, est absurde. Un Congo fort est un pays qui ne doit laisser aucun de ses enfants sur la route. Délaisser les enfants orphelins, c'est ignorer qu'un pays a besoin de tous ses enfants: petits et grands !

Il faut toujours encourager des compatriotes qui tentent sans aucun soutien, pour apporter du baume au cœur de nos plus petits. Les enfants, c'est toujours l'avenir pour notre pays. 

Lire la suite...

France: Le pasteur Gilbert Suku Molimo mérite la présidence de la pastorale des pasteurs Congolais de France et Europe!

France: Le pasteur Gilbert Suku Molimo mérite la présidence de la pastorale des pasteurs Congolais de France et Europe!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Gilbert Suku.jpg, mar. 2020


Arrivée en France en 1975, il n'avait que 29 ans, le pasteur Gilbert Suku Molimo Mangando est l'un des pionniers des Eglises Évangéliques de Réveil en France. Il est parmi ceux qui ont contribué à l'évangélisation de France par des pasteurs africains. Ils sont quelques uns à être sorti du lot: pasteur Mathieu Kayeye, pasteur Luzolo, pasteur Mayimona, pasteur Emmanuel Botolo, pasteur Gilbert Suku, pasteur Denis Ndelengo, Couple pastorale Moke, pasteur Bolamba..

Né dans une famille de dix enfants, dont cinq filles et cinq garçons. Dans ma famille élargie, il y a des prêtres, des évêques, et il y a eu un cardinal Frédéric Etshou, Archevêque Kinshasa, décédé le 6 janvier 2007.

Freddy Mulongo-Gilbert Suku 3.jpg, mar. 2020


Le pasteur Gilbert Suku Molimo est parmi ceux qui peuvent témoigner aujourd'hui, que son épouse Maman Emilie Suku, ses enfants et petits enfants sont engagés dans l'Eglise et servent le Seigneur. Même son jeune frère, le pasteur Charlemagne Suku prêche l’Évangile.

Pasteur responsable de l’Église « La Grâce de l’Eternel », dont à Nogent-sur-Oise, postule à la présidence de la pastorale des pasteurs Congolais de France et de l'Europe.

Freddy Mulongo-Gilbert Suku 4.jpg, mar. 2020


Le pasteur Gilbert Suku Molimo n'est un un OVNI venu de nulle part. La traçabilité de son ministère.

Il a vécu à Sarcelles. Ayant découvert la Bible, alors qu'il provient d'une famille catholique, il s'est formé pour devenir pasteur. Il est allé à l’école du pasteur Selvaraj Rajiah, "Parole de Foi et évangélisation mondiale" à La Courneuve. Il a été à l’institut biblique de Nogent-sur-Marne, et enfin, à la Faculté Évangélique de Vaux-sur-Seine.

Sa première et vraie formation aura été le travail de terrain. Évangélisation de rue et prédication dans des maisons.
L'Assemblée Évangélique le Rocher a commence dans une maison vers Marcadet-Poissonniers. L'appartement étant devenu trop étroite. L'Assemblée a demandé à l'Eglise Luthérienne de louer le dimanche après midi, l'église Saint-Paul située 90 boulevard Barbès, métro Marcadet Poissonniers, non loin de Château Rouge, dans le 18ᵉ arrondissement de Paris.

Or cette église luthérienne dépendait de Mission Mission intérieure luthérienne qui était personnifiée en la personne du pasteur Jacques Fischer. Il s'était investi pour que les Églises luthériennes accueillent les Églises africaines à Paris en région parisienne pour célébrer leurs cultes dans leur liturgie.

Plus tard, Jacques Fischer, avec d'autres pasteurs protestants progressistes, s'est investi pour que les Églises africaines, en majorité congolaises, adhérent à la Fédération Protestante de France. Jacques Fischer était un ami du Zaïre, il aimait le nom Zaïre plutôt que celui de République Démocratique du Congo.

Pour soutenir l'Église du Christ au Zaïre, c'est Jacques Fischer qui, après un séjour à Kinshasa, avait obtenu une bourse d'études, à notre regretté frère Charles Mombaya, pour ses études en musicologie à la Sorbonne.

Et lorsque la délégation de l'Église du Christ au Zaïre conduite par l’Évêque Jean Bokeleale est venue en 1995 invitée par la Fédération Protestante de France, Jacques Fischer était présent et avait plaidé pour le rapprochement de deux plus grandes fédérations d'Églises au niveau francophone, lors d'une réunion organisée au siège du Défap.

L'Eglise luthérienne étant devenue petite, l'Assemblée Évangélique le Rocher déménagea à dans la zone industrielle de Montreuil. Aux côtés du pasteur Emmanuel Botolo, le pasteur Gilbert s'y investi dans les travaux de la diaconie et de l'évangélisation. Il a quitté Sarcelles pour Nogent-sur-Oise. Mais tous les jours, il était à Paris pour enseigner, s'occuper des fidèles et organiser la chorale. Ce travail bénévole et pionnier a été bénéfique, car le pasteur Gilbert Suku Molimo Mangando met sa foi dans le Seigneur. Maman Emilie Suku a été d'un grand soutien pour son mari.

Petite anecdote, c'est à l'Assemblée Évangélique le Rocher à Montreuil, après la rencontre de la COF 5 à Bordeaux, 22 pasteurs Congolais vinrent à Paris. La majorité d'entre eux prêchèrent au Rocher.  Le témoignage de Frère Jacob Dominique Sakombi Inongo à l'Assemblée Évangélique le Rocher à Montreuil  dans la région parisienne est mémorable. C'était le 4 août 1993 ! A l'époque responsable de communication des Eglises Zaïroises en France (CEZAF) auprès de la Fédération Protestante de France, je l'avais interviewé  à Fréquence Protestante , rue Denis-Poisson, Métro Argentine, à proximité de l'aveneue des Grandes Armées dans le 16è arrondissement de Paris. A l'Assemblée Évangélique le Rocher, les pasteurs Emmanuel Botolo, Gilbert Suku Molimo-en veste blanche dans la vidéo qui arrange le micro de Dominique Sakombi Inongo-et moi, nous nous étions mis d'accord pour inviter le couple Sakombi mais surtout Dominique pour son témoignage. Frère Dominique Sakombi Inongo, ancien ministre de Mobutu a témoigné de sa libération par Jésus de l'occultisme. Témoignage époustouflant dont tout Paris s'en était emparé. Et c'est le frère Constant qui avait filmé.

https://www.youtube.com/watch?v=nhozICS75fo

De tous les hommes politiques de ce qui fut le Zaïre, Dominique Sakombi Inongo, mort le 28 septembre à Kinshasa à l’âge de 70 ans, constitue un cas à part. Ministre de l’Information à 30 ans (il dirigera cinq fois le ministère), il devient l’un des piliers du régime du maréchal Mobutu grâce à un bagout sans pareil, un sens de l’emphase poussé à l’extrême, un zèle débordant et un art parfait de la séduction – le propre des démagogues. Son parcours sera celui d’un enfant gâté qui peut tout se permettre, jusqu’à ce générique du journal télévisé où un Mobutu quasi déifié apparaît entouré de nuages.

En 1972, le Zaïre est en plein « recours à l’authenticité ». Sakombi Inongo est nommé secrétaire général du parti unique chargé de la Propagande, de la Presse et de l’Information. Un rôle sur mesure qui lui permet, pendant un an, de relayer la bonne nouvelle de la « révolution zaïroise authentique ». Et, surtout, de convaincre les militants de resserrer les rangs derrière le guide Mobutu. S’il n’est pas le seul dans ce cas, il se distingue des autres par un sens aigu de la communication. Revenu au gouvernement entre 1973 et 1975, on lui confie l’Orientation nationale. Il fait imprimer et graver sur microsillons le discours prononcé par Mobutu aux Nations unies en octobre 1973. Député, gouverneur de Kinshasa, secrétaire général de la jeunesse du parti, membre du bureau politique, du comité central, ambassadeur à Paris puis à Dakar… Sakombi Inongo aura tout été.

C’est au début des années 1990, marquées par la fin du parti unique et la tenue de la Conférence nationale, que Sakombi, ministre de l’Information depuis 1988, décide de rompre avec Mobutu. Il se découvre alors une vocation de prédicateur et demande pardon à ses compatriotes pour avoir contribué à leur appauvrissement. Mobutu devient le diable qui, à l’en croire, s’adonnait à des pratiques occultes. Il affirme même l’avoir trouvé un jour « en train de boire du sang humain ». Ses détracteurs y voient un délire du pasteur Sakombi, peu enclin à assumer son passé. D’autant qu’après la chute de Mobutu, l’homme se met au service du vainqueur, Laurent-Désiré Kabila. Que Dominique Sakombi ait fait son témoignage mémorable à Montreuil et pas ailleurs, cela reste dans les archives des églises africaines en mission en France.

Dès le début, le pasteur Gilbert Suku Molimo s'est toujours investi pour l'unité dans le respect de la diversité au sein des églises membres de la Communauté des Eglises Zaïroises en France (CEZAF) qui devint plus tard, la Communauté des Eglises Africaines de France (CEAF), qui est membre de la Fédération Protestante de France.

Lorsque le pasteur Gilbert Suku Molimo a commencé l'évangélisation en France, dans les années 1980, il n’y avait pas d’Eglises de Réveil comme aujourd’hui. Il n' y avait surtout que des Églises traditionnelles: Catholique, Réformée, Luthérienne, Méthodiste, Mennonite, Baptiste, Armée du salut…Les pasteurs Congolais sont pionniers dans l'implantation des Eglises de Réveil dans les cités en banlieue où les communautés musulmanes sont imposantes. On retrouve la fervente communauté chrétienne congolaise dans toutes les Eglises de France. Il n'est pas rare de retrouver dans un coin de France une chorale française qui chante les cantiques en lingala.

Son Eglise "La Grâce de l’Éternel " est d'abord une "Eglise évangélisatrice", chaque âme gagnée à christ doit gagner d'autres âmes selon l'expression consacrée. On voit l'effet multiplicateur. Le pasteur Gilbert Suku Molimo y tient "l'Eglise " la Grâce de l’Éternel" est cosmopolite l'on y retrouve plusieurs nationalités: angolaises, congolaises, françaises -de souche et des îles, coréennes, tchadiennes... Il faut prêcher l’Évangile à temps et contre temps ne cesse dedéclare le pasteur Gilbert Suku Molimo.

Rien ne peut remplacer le travail sur terrain. Le pasteur Gilbert Suku Molimo fait beaucoup de visites pastorales et cure d'âme pour ses fidèles. Ces derniers proviennent de Montataire, Pont saint Maxens, Chantilly,Compiègne etc. l'Eglise la Grâce de l’Éternel avait commencé dans la maison du Gilbert Suku à Saint-Paul dans l'Oise, aujourd'hui, il explose des kilométrages de sa voiture pour ses visites pastorales. Le dimanche, il cède sa voiture à un fidèle de son Eglise pour aller chercher les personnes âgées et ceux qui n'ont pas de moyen de transport pour le ramener au culte.

L'Eglise vit du Saint-Esprit. Dans la vie mondaine on dit "Miso Makasi Ndoki Té", l'Eglise n'est pas le monde même si elle est dans le monde. Dans une élection, il faut laisser le Saint-Esprit agir. Voyez le Congo aujourd'hui, il y a eu putsch électoral. Un voleur a volé le destin de toute une Nation. La RDC tourne en rond. Elle est dernière sur tous les plans malgré les nombreuses ressources qu'elle regorge.

La pastorale des pasteurs Congolais en france et l'Europe existe depuis une quinzaine d'années. Il faut laisser l'opportunité à ceux qui veulent servir de le faire. La candidature du pasteur Gilbert Suku Molimo est méritoire à plusieurs points de vue. Nous espérons que dieu guidera tous ces pasteurs Congolais à faire le bon choix.

Lire la suite...

RDC: Incrédule Seth Kikuni" rabroué par Dzimas Dzikondo, le patron du Forum de la Semaine au Togo !

RDC: "Il est incrédule c’est tout, ce Seth Kikuni" ! Rabroué par Dzimas Dzikondo, le patron du Forum de la Semaine au Togo !

Freddy Mulongo, Réveil FM International


Freddy Mulongo-Kumi.jpg, mar. 2020

Passé par la Turquie et l’Afrique du Sud, ce jeune entrepreneur de 38 ans, l'un des vingt un candidats à l'élection présidentielle du 30 décembre 2018, qui avait même déclaré: "Je suis la meilleure personne pour faire entrer la RDC dans le XXIe siècle", Seth Kikuni est-il un inconscient charlatan et incrédule ? Ses tweets font jaser sur les réseaux sociaux. Sans honte, Monsieur XXIe siècle a tweeté: "Merci Mr le président pour ce discours rassembleur et responsable. Si la désinformation continue, n'oubliez pas de couper aussi l'internet pour tout canaliser à travers la télévision et la radio. Ce sera une coupure justifiée". Couper l'internet à ses compatriotes, est-il sérieux Seth Kikuni ? N'est-ce pas un mépris à l'égard de notre peuple ?

Freddy Mulongo-Dzimas.jpg, mar. 2020


C'est son autre tweet qui a fait réagir notre confrère Dzimas Dzikodo patron de presse du Forum de la semaine au Togo. En 2015, lorsque dans le Hall de l'hôtel Sarakawa, ex-Mercure, devant un parterre des journalistes francophones Dzimas Dzikodo crie mon nom: Freddy Mulongo Mukena, c'est tout le monde qui se retourne. Et le Premier ministre togolais Komi Sélom Klassou et ses gardes ne sont pas très très loin.

Freddy Mulongo-Dzimas III.jpg, mar. 2020


En effet, il y a 14 ans, le gouvernement américain avait invité 13 journalistes africains francophones comme visiteurs internationaux des Etats-Unis: Tchad, Cameroun, Côte d'Ivoire, Sénégal, Guinée Equatoriale, République démocratique du Congo, Togo, Congo Brazzaville, Niger, Rwanda, République Centrafricaine, Mali et France pour un séjour d'un mois pour un programme sur le leadership. Nous avions été à Washington DC, La Tampa en Floride, Saint Peterbourg, San Antonio et Austin dans le Texas, Denver, Seattle...Depuis nous sommes frères et confrères avec Dzimas Dzikodo qui vient de m'écrire pour répondre au tweet de Seth Kikuni.

Freddy Mulongo-Dzimas I.jpg, mar. 2020


Salut mon frère,
Que Dieu te garde de même que tous ceux qui te sont chers, contre cette maudite pandémie !

*Il est incrédule c’est tout, ce Seth Kikuni !*

Il a oublié que ce sont les peuples qui disposent de ces infrastructures qu’il évoque ici qui ont déserté les rues et les bureaux pour se confiner chez eux, chassés par un petit être de rien du tout, invisible à l’œil nu ! Quoi? Veut-il nous faire croire que les occidentaux ont plusieurs églises c’est pourquoi ils sont impuissants face à cette pandémie ?

Pour le moment l’Afrique très religieuse, n’est pas la plus exposée hein! Même s’il y a des plans diaboliques et obscurs pour l’y plonger on verra une bataille de la science contre la foi ! Ça paraît ridicule mais c’est la vérité et ce n’est pas un hasard que l’Afrique qui a plutôt maintenu ses liaisons avec la Chine est relativement plus épargnée alors que l’Occident a montré une fébrilité sans précédent face à cette pandémie !

Dans l’ancien temps, dans de pareilles circonstances, les charlatans et prêtre traditionnels se réunissent pour invoquer les mânes des ancêtres afin de disséquer spirituellement le mal jusqu’à trouver des solutions idoines par le truchement des sacrifices appropriés ! À la fin des cérémonies chaque maison sort un bois du feu pour courir et jeter loin à une sortie du village. Et la population est protégée.

Aujourd’hui un incrédule ne peut pas imaginer la valeur spirituelle, physique et matérielle d’une église. Seul un croyant ayant le discernement spirituel peut l’entrevoir.

Quoi qu’il en soit, l’incrédulité n’empêche pas Dieu d’agir mais empêche simplement l’incrédule de voir la Main agissante de Dieu, le Créateur et Consommateur de toute chose, Celui qui tient sous Son souverain contrôle le visible et l’invisible et domine sur toutes les Nations et Principautés, visibles comme invisibles.

Qui pourrait croire qu’un petit être minuscule d’à peine 10 nano, invisible d’ailleurs, peut faire replier les chars et canons, les missiles tomahawk ainsi que des bombes atomiques et nucléaires pour chasser tout le monde des rues, puissants ou lambda, riches ou démunis, Chefs d’Etat, rois ou monarques, paralysant toute l’économie mondiale ? Qui aurait cru que les sous-marins stagneront et les avions de guerre et du commerce seront cloués au sol en un temps deux mouvements de ce petit être invisible qui rend une simple respiration ou éternuements de son voisin plus dangereux et plus épouvantables que des ghosts ou des armes de destruction massive ? Qui aurait cru qu’un être aussi puissant soit-il, pourrait être capable de chasser des rues les occidentaux, premières puissances militaires et scientifiques du monde?

Cette crise mondiale née de cette pandémie, loin de remettre en cause les églises, doit plutôt faire prendre conscience aux puissants devenus apostats par leurs insolentes richesses et leurs découvertes scientifiques sans précédent, à travers le monde entier, qu’ils doivent s’arrêter et savoir qu’il y a un Être suprême qui domine sur les nations et qui tient toutes choses sous Son contrôle et qui accomplit toute choses, pas pour plaire aux puissants et riches mais selon Sa Souveraine Volonté qui se révèle au seul croyant qui le cherche !

À Lui soit la Gloire aux siècles des siècles !
L’incrédulité ne nuit qu’à l’incrédule !!!

Lire la suite...

mercredi 18 mars 2020

RDC: Jean-Marc Kabunda wa Kabunda, Kasaïen et faux Katangais !

RDC: Kabunda wa Kabunda, Kasaïen et faux Katangais !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Kabunda wa Kabunda.jpg, mar. 2020

Il est renversant de suivre dans une vidéo où un professeur d'université déclare qu'il ne connaissait pas Jean-Marc Kabunda. C'est au tribunal de Matete qu'il appris qu'il était de Luiza, pas Katangais. Donc le juge n'aurait pas parlé, cet intellectuel n'aurait jamais su? Comment Kabunda wa Kabaunda a-t-il fait pour diriger l'Udps sans que les militants aient le backroung et la traçabilité de l'individu ? Même pour poster à un poste, on montre son CV ! Il n'y a pas du mal d'être Kasaïen ni Katangais. A quoi bon cacher et mentir sur ses origines alors que nous sommes tous Congolais ?

Les Baluba ne sont pas des tribalistes mais ceux de l'Udps sont extrêmement des Ethno-tribalistes patentés !
Plusieurs personnalités non Kasaiennes ont occupé le poste de Secrétaire Général de l'Udps: Valentin Mubake, Jacquemin Shabani, Remy Massamba, Albert Moleka...comme d'ailleurs ses prédécesseurs, le doyen Bruno Mavungu a été viré comme un mal propre de son poste de Secrétaire Général de l'Udps. Son remplaçant n'est autre que Kabunda Wa Kabunda né à Luiza dans le Kasaï-Occidental, aujourd’hui le Kasaï-Central.

Jean-Marc Kabunda wa Kabunda n'est pas un Katangais mais un Kasaïen de Luiza qui s'est fait passer pour un Katangais pour occuper le poste de Secrétaire général de l'Udps. Malade et faible, Etienne Tshisekedi s'est fait enfariner par son fameux fils Angwalima Tshilombo qui pensait déjà au patricide.

En effet, Fauchés comme des rats, Angwalima Tshilombo et Samy Badibanga, deux checkuleurs, lors d'une rencontre dans un grand hôtel parisien avaient vendu l'Udps auprès de Moïse Katumbi. C'est alors que le choix de Kabunda wa Kabunda, le président Fédéral de l'Udps de Kamina va être actée. il fallait tout faire pour l'avaliser auprès de Ya Tshitshi. Ce qui fut fait.

Au fait, Angwalima Tshilombo n'avait pas une ambition présidentielle, mais d'être nommé premier ministre. C'est d'ailleurs Moïse Katumbi qui a financé le premier congrès de l'Udps, après 36 ans de fonctionnement où Tshilombo fut voté nuitamment à main levée comme à la Douma !

Jean-Marc Kabunda wa Kabunda n'a rien d'un militant chevronné. Il avait une mission: faire élire coûte que coûte Tshilombo à la présidence de l'Udps. Âgé de 36 ans, il a commencé par s’engager à Kananga, dans le Kasaï-Occidental -aujourd’hui Kasaï-Central. Il a ensuite pris la présidence de la fédération provinciale de l’UDPS à Kamina et a été parachuté au Secrétariat Général de l'Udps.

L'Udps, parti familial des faussaires, malfaiteurs, Kulunas, inciviques, brigands et Wewas qui se comportent en hors-la-loi en toute impunité. Jean-Marc Kabunda wa Kabunda n'a pas formé ses militants. Un parti politique n'est pas seulement idéologique, c'est une école politique. Depuis la Nomination Électorale d'Angwalima Tshilombo où sont les cadres et élites de l'Udps ? Zéro ! Des faussaires qui défendent le putsch électoral ? Où des activistes des droits de l'homme qui se sont assis sur la neutralité pour défendre la fausseté ?

Jean-Marc Kabunda wa Kabunda doit avoir honte d'accepter d'être un président intériminaire de l'Udps. C'est-à-dire un individu qui accepte de chauffer le fauteuil pour Angwalima Tshilombo !

Un parti fonctionne avec des élections. Si Jean-Marc Kabunda wa kabunda veut être légitime il doit se faire élire et pas être nommé. Udps, le plus grand parti politique du Congo ? Mon œil ! Angwalima Tshilombo est là pour piller le Congo. L'ancien pizzaïolo veut se remplir les poches et partir comme il est venu. C'est le plus grand voleur que le Congo n'ait jamais connu. Voleur du destin de tout un peuple, pillard des caisses de l'Etat. Le peuple d'abord slogan creux s'est transformé en le ventre d'abord. Quelle honte !

Jean-Marc Kabunda wa Kabunda a lamentablement échoué.

Lire la suite...

mardi 17 mars 2020

Suisse: Positif au Covid-19 à son retour à Kinshasa, Jean-Pierre Kambila, l'ex-conseiller d'Alias Kabila, sa résidence à Lausanne et sa boutique exotique visitées par la police helvète !

Suisse: Positif au Covid-19 à son retour à Kinshasa, Jean-Pierre Kambila, l'ex-conseiller d'Alias Kabila, sa résidence à Lausanne et sa boutique exotique visitées par la police suisse

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Jean Pierre Kambila 4.jpg, mar. 2020

Né le 22 juillet 1950, Jean-Pierre Kambila kankwende wa Mpunga a 70 ans. Il est donc candidat à risque au Covid-19.

Mais Jean-Pierre Kambila Kankwende wa Mpunga n'est pas n'importe qui! Il est ancien Directeur de cabinet adjoint à la présidence de la république, sous Alias Kabila, l'homme de Kingakati et son régime d'imposture.

Il fait partie de la vague avec She Okitundu, Eddy Mabengi Angulu, Ghislain Demofike Kenda, José (dit-Mi-José) Mutombo Kadi et d'autres politicailleurs ventriotes qui en 1996 ont quitté la Suisse pour rejoindre l'AFDL, avant d'adhérer au PPRD, et à travers le PPRD au FCC d'Alias Joseph Kabila. Tous ces anciens de Suisse ont oublié que le pays de Guillaume Tell était démocratique.

Freddy Mulongo-Jean Pierre Kambila 1.jpg, mar. 2020

Jean-Pierre Kambila Kankwende wa Mpunga est parmi les 4 compatriotes qui ont le Coronavirus. Il a quitté Lausanne, où il s'était déjà acheté une résidence pour Kinshasa le 15 mars 2020 en transitant par Brazzaville.

Depuis que la Suisse a appris la nouvelle de la positivité de Jean Pierre Kambila Kankwende wa Mpunga au Coronavirus, sa résidence a été visitée à Lausanne par la police suisse et les services sanitaires, y compris la boutique exotique que gère son épouse à Genève, ironie du sort qui se trouve sur l'avenue Lausanne !

Freddy Mulongo-Jean Pierre Kambila 2.jpg, mar. 2020

Cadre du FCC, apparatchik Joséphiste, Jean Pierre Kambila Kankwende wa Mpunga est l'un des nombreux "Ambassadeurs" nommés, sur proposition de Léonard She Okitundu, par Alias Kabila, le 28 décembre 2018, soit le deux jours avant l'élection présidentielle.

Très actif sur twitter, Kambila est parmi ceux qui soutiennent la Nomination Électorale d'Angwalima Tshilombo et le maintien de l'alliance contre nature FCC-CACH !

Lire la suite...

Paris: Diffamations ? Imputations dommageables ? Kin Kiey Mulumba "Moyibicrate" et Noël Tshiani ont été déculottés et ont mordu la poussière au tribunal de Paris !

Paris: Diffamations ? Imputations dommageables ? Kin Kiey Mulumba "Moyibicrate" et Noël Tshiani ont été déculottés et ont mordu la poussière au tribunal de Paris !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Bongos.jpg, mar. 2020

S'attaquer aux journalistes par voie judiciaire est devenu un exercice favori de ceux sous couvert de diffamations et imputations dommageables veulent criminaliser des journalistes engagés pour la cause du Congo, au sein de la diaspora congolaise. Un journaliste n'est pas un criminel. Etre journaliste, c'est avoir des convictions et défendre les libertés. Les blablateurs et museleurs de tous poils croient que les journalistes sont des petits soldats à envoyer au front, selon leur bon vouloir. Un journaliste est d'abord un homme libre et indépendant dans ses analyses.

Cupides et faux-culs, ils n'hésitent pas à demander des sommes colossales, comme si imposteurs et profito-situationnistes qu'ils sont...ils méritent l'honneur. Faux-culs, ils sont comme un escargot qui bave quand tu es loin. Dès que tu t'approches, ça se planque lâchement dans sa coquille. Ils sont hypocrites comme les abeilles le miel à sa bouche et l'aiguillon caché.

Le premier à mordre la poussière est Kin Kiey Mulumba "Moyibicrate" dans l'Affaire Fibre Optique de la RDC contre Freddy Mulongo. Il se croyait Tout-Puissant, Ministre PTNT d'Alias Kabila, "Masimanimba Désir" kin Kiey Mulumba "Moyibicrate" a fondu comme un ballon de baudruche.

Voilà un individu, qui a volé l'argent de la Fibre Optique de la République démocratique du Congo. Il s'est acheté un manoir à Waterloo en Belgique, en privant 80 millions de la population congolaise de l'internet rapide. Dans sa conférence de presse à Kinshasa, il avait promis de traîner Freddy Mulongo -Réveil FM International en justice et me clouer le bec. Il a été terrassé à Paris: Sa plainte a été déboutée. Il n'a même pas eu droit à un euro symbolique. Cela n'a pas penché au Ventriote-Moyibicrate d'aller piquer l'argent de la FPI. Il a pris un prêt qu'il ne veut plus rembourser.

Depuis qu'Angwalima Tshilombo est bénéficiaire de la Nomination Électorale, Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" le soutient espérant le couvrir pour ne pas rembourser tout ce qu'il doit à l'Etat congolais. Girouette politique: le dernier ministre de l'information de Mobutu aura passé du Mobutisme, au mouvement criminel le RCD, il devint Mammouth Josephiste et il est aujourd'hui Tshilomboïste. Kin kiey Mulumba est un caméléon. A force de retourner sa veste, elle doit craquer de partout.

Toujours à Paris, Noël Tshiani, ancien de la Banque Mondiale et candidat malheureux de l'élection de décembre 2018, a traîné Bongos Roger au Tribunal de Paris. Ya Mukolo Bongos Roger l'avait bien farcie dans un article. Il est le premier à avoir découvert que l'homme de Ngandajika n'était plus à la Banque Mondiale. Que ses accointances avec le Rwanda, pays agresseur de la RDC étaient patentes. Les juges Français avaient considéré que imposteur, bras cassé, faussaire, collabo...n'étaient pas des insultes graves. Donc 99,999999% de la plainte de Noël Tshiani a été vidé de son contenu. Après ce procès farfelu de Tshiani, nous sommes allés manger dans un restaurant africain du bon poulet à la mwambe, oubliant les soubresauts d'un individu qui se présentait à la magistrature suprême de la RDC et n'hésitait pas à traîner un journaliste en justice. Ce qui voulait simplement dire si Noël Tshiani était élu, Bongos Roger
était candidat à l'échafaud.

Une leçon pour ceux qui croient que les journalistes Congolais de la diaspora doivent être à leurs bottes et services. Un journaliste n'a pas d'amis. Ceux qui posent de bons actes pour la communauté sont mis en exergue. Les hypocrites et fossoyeurs de la République sont bons pour la poubelle de l'histoire.

Lire la suite...

COVID-19: Emmanuel Macron "Nous sommes en guerre" !

COVID-19: Emmanuel Macron "Nous sommes en guerre" !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Macron Covid19.jpg, mar. 2020

La phrase est martiale et martelée pas moins de six fois. "Nous sommes en guerre" annonce Emmanuel Macron, visage sombre et ton grave. "L'ennemi est là, invisible, insaisissable, il progresse. Et cela requiert notre mobilisation générale".  6 633 cas de COVID-19 confirmés en France. 148 décès, cinq régions les plus touchées: Ile-de-France 1762; Grand-Est 1543; Auvergne-Rhône-Alpes 618; Hauts-de-France 585; Bourgogne-Franche-C 507. 

ALLOCUTION DU PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE

SUR LE CORONAVIRUS - COVID19

 

 

Françaises, Français,

Jeudi soir, je me suis adressé à vous pour évoquer la crise sanitaire que traverse notre pays. Jusqu'alors, l'épidémie était peut-être pour certains une idée lointaine, elle est devenue une réalité immédiate, pressante.

Le Gouvernement a pris, comme je vous l’avais annoncé, des dispositions fermes pour freiner la propagation du virus. Les crèches, les écoles, les collèges, les lycées, les universités sont fermées depuis ce jour. Samedi soir, les restaurants, tous les commerces non-essentiels à la vie de la Nation ont également clôt leurs portes. Les rassemblements de plus de 100 personnes ont été interdits. Jamais la France n'avait dû prendre de telles décisions - évidemment exceptionnelles, évidemment temporaires - en temps de Paix. Elles ont été prises avec ordre, préparation, sur la base de recommandations scientifiques avec un seul objectif : nous protéger face à la propagation du virus.

Dans la journée de jeudi, un consensus scientifique et politique s'est formé pour maintenir le premier tour des élections municipales et j'ai pris, avec le Premier ministre, la décision de maintenir le scrutin. Hier dimanche, les opérations de vote ont donc pu se tenir. Je veux ce soir remercier les services de l'Etat, les maires, l’ensemble des services des mairies, tous ceux qui ont tenu les bureaux de vote et qui ont donc permis l’organisation de ce scrutin. Je veux aussi saluer chaleureusement les Françaises et les Français qui, malgré le contexte, se sont rendus aux urnes, dans le strict respect des consignes sanitaires, des gestes barrières contre le virus. Je veux aussi ce soir adresser mes félicitations républicaines aux candidats élus au premier tour. Environ 30 000 communes sur 35 000 ont après ce premier tour un conseil municipal. Mais dans le même temps, alors même que les personnels soignants des services de réanimation alertaient sur la gravité de la situation, nous avons aussi vu du monde se rassembler dans les parcs, des marchés bondés, des restaurants, des bars qui n’ont pas respecté la consigne de fermeture. Comme si, au fond, la vie n’avait pas changé.

A tous ceux qui, adoptant ces comportements, ont bravé les consignes, je veux dire ce soir très clairement : non seulement vous ne vous protégez pas vous - et l’évolution récente a montré que personne n’est invulnérable y compris les plus jeunes - mais vous ne protégez pas les autres. Même si vous ne présentez aucun symptôme, vous pouvez transmettre le virus. Même si vous ne présentez aucun symptôme, vous risquez de contaminer vos amis, vos parents, vos grands-parents, de mettre en danger la santé de ceux qui vous sont chers.

Dans le Grand Est, dans les Hauts-de-France, en Île-de-France, nos soignants se battent pour sauver des vies, avec dévouement, avec force. Au moment où la situation sanitaire se dégrade fortement, où la pression sur nos hôpitaux et nos soignants s’accentue, tout notre engagement, toute notre énergie, toute notre force, doivent se concentrer sur un seul objectif : ralentir la progression du virus.

Je vous le redis avec force ce soir : respectons les gestes barrières, les consignes sanitaires. C'est le seul moyen de protéger les personnes vulnérables, d'avoir moins de concitoyens infectés et ainsi de réduire la pression sur les services de réanimation pour qu'ils puissent mieux accueillir, mieux soigner.

Sans signe grave, contactons notre médecin traitant. N’appelons le Samu et ne nous rendons à l’hôpital qu’en cas de forte fièvre, de difficulté à respirer, sans quoi, ils ne pourront faire face à la vague de cas graves qui déjà se profile dans certaines régions.

Faisons preuve au fond d’esprit solidaire et de sens des responsabilités. Chacun d’entre nous doit à tout prix limiter le nombre de personnes avec qui il est en contact chaque jour. Les scientifiques le disent, c’est la priorité absolue. C'est pourquoi, après avoir consulté, écouté les experts, le terrain et en conscience, j'ai décidé de renforcer encore les mesures pour réduire nos déplacements et nos contacts au strict nécessaire. Dès demain midi et pour 15 jours au moins, nos déplacements seront très fortement réduits.

Cela signifie que les regroupements extérieurs, les réunions familiales ou amicales ne seront plus permises. Se promener, retrouver ses amis dans le parc, dans la rue, ne sera plus possible. Il s'agit de limiter au maximum ces contacts au-delà du foyer. Partout sur le territoire français, en métropole comme Outre-mer, seuls doivent demeurer les trajets nécessaires, nécessaires pour aller faire ses courses avec de la discipline et en mettant les distances d'au moins un mètre, en ne serrant pas la main, en ne s'embrassant pas, les trajets nécessaires pour se soigner, évidemment, les trajets nécessaires pour aller travailler si le travail à distance n'est pas possible et les trajets nécessaires pour faire un peu d'activité physique mais sans retrouver, là encore, des amis ou des proches. Toutes les entreprises doivent s'organiser pour faciliter le travail à distance, et quand cela ne sera pas possible, elles devront adapter dès demain leur organisation pour faire respecter ces gestes barrières contre le virus, c'est à dire protéger leurs salariés, ou, quand il s'agit d'indépendants, se protéger eux-mêmes. Le Gouvernement précisera les modalités de ces nouvelles règles dès ce soir, après mon allocution. Toute infraction à ces règles sera sanctionnée. Je vous le dis avec beaucoup de solennité ce soir, écoutons les soignants, qui nous disent : si vous voulez nous aider, il faut rester chez vous et limiter les contacts. C'est le plus important. Evidemment, ce soir, je pose des règles nouvelles, nous posons des interdits, il y aura des contrôles. Mais la meilleure règle, c'est celle qu'en tant que citoyen, vous vous appliquez à vous-mêmes. Une fois encore, j'en appelle à votre sens des responsabilités et de la solidarité.

Dans ce contexte, après avoir consulté le Président du Sénat, le Président de l'Assemblée nationale mais également mes prédécesseurs, j'ai décidé que le second tour des élections municipales serait reporté. Le Premier ministre en a informé aujourd'hui même les chefs de parti représentés au Parlement. Cette décision a fait l'objet d'un accord unanime.

Mes chers compatriotes, je mesure l'impact de toutes ces décisions sur vos vies. Renoncer à voir ses proches, c'est un déchirement ; stopper ses activités quotidiennes, ses habitudes, c'est très difficile. Cela ne doit pas nous empêcher de garder le lien, d'appeler nos proches, de donner des nouvelles, d'organiser aussi les choses avec nos voisins, d'inventer de nouvelles solidarités entre générations, de rester, comme je vous l'ai dit jeudi dernier, profondément solidaires et d'innover là aussi sur ce point. Je sais que je vous demande de rester chez vous. Je vous demande aussi de garder le calme dans ce contexte. J'ai vu, ces dernières heures, des phénomènes de panique en tout sens. Nous devons tous avoir l'esprit de responsabilité. Il ne faut pas que les fausses informations circulent à tout va. En restant chez vous, occupez-vous des proches qui sont dans votre appartement, dans votre maison. Donnez des nouvelles, prenez des nouvelles. Lisez, retrouvez aussi ce sens de l'essentiel. Je pense que c'est important dans les moments que nous vivons. La culture, l'éducation, le sens des choses est important. Et évitez l'esprit de panique, de croire dans toutes les fausses rumeurs, les demi-experts ou les faux-sachants. La parole est claire, l'information est transparente et nous continuerons de la donner. Mais croyez-moi, cet effort que je vous demande, je sais qu'il est inédit mais les circonstances nous y obligent.

Nous sommes en guerre, en guerre sanitaire, certes : nous ne luttons ni contre une armée, ni contre une autre Nation. Mais l'ennemi est là, invisible, insaisissable, qui progresse. Et cela requiert notre mobilisation générale.

Nous sommes en guerre. Toute l'action du Gouvernement et du Parlement doit être désormais tournée vers le combat contre l'épidémie. De jour comme de nuit, rien ne doit nous en divertir. C'est pourquoi, j'ai décidé que toutes les réformes en cours seraient suspendues, à commencer par la réforme des retraites. Dès mardi, en Conseil des ministres, sera présenté un projet de loi permettant au gouvernement de répondre à l’urgence et, lorsque nécessaire, de légiférer par ordonnances dans les domaines relevant strictement de la gestion de crise. Ce projet sera soumis au Parlement dès jeudi.

J’ai vu tout à l’heure les présidents de l’Assemblée nationale et du Sénat afin que ces textes soient votés le plus rapidement possible, afin aussi que la vie démocratique et le contrôle du Parlement continue dans cette période. Je les en remercie et je remercie tous nos parlementaires en cet instant. 

Nous sommes en guerre. J’appelle tous les acteurs politiques, économiques, sociaux, associatifs, tous les Français à s’inscrire dans cette union nationale qui a permis à notre pays de surmonter tant de crises par le passé.

Nous sommes en guerre. La Nation soutiendra ses enfants qui, personnels soignants en ville, à l’hôpital, se trouvent en première ligne dans un combat qui va leur demander énergie, détermination, solidarité. Ils ont des droits sur nous. Nous leur devons évidemment les moyens, la protection. Nous serons là. Nous leur devons des masques, du gel, tout le matériel nécessaire et nous y veillons et veillerons. Nous avons décidé avec les scientifiques de réserver les masques en priorité pour l’hôpital et pour la médecine de ville et de campagne, en particulier les généralistes, les infirmières désormais en première ligne aussi dans la gestion de la crise. Des masques seront livrés dans les pharmacies dès demain soir dans les 25 départements les plus touchés. Mercredi pour le reste du territoire national. J'ai aussi entendu le message des spécialistes, en particulier des chirurgiens-dentistes et beaucoup d'autres. Des solutions seront trouvées avec le Ministre de la Santé dans les prochaines heures.

Nous devons aussi aux soignants la garde de leurs enfants : un service minimum de garde est en place depuis ce jour dans les crèches et dans les écoles. Nous leur devons aussi sérénité dans leurs déplacements et repos. C'est pourquoi j'ai décidé que, dès demain, les taxis et les hôtels pourront être mobilisés à leur profit. L'Etat paiera.

Nous sommes en guerre, oui. Le pays accompagnera dans cette période les régions les plus touchées aujourd'hui comme celles qui le seront demain. A ce titre, je veux assurer les habitants et les personnels soignants du Grand Est que nous serons au rendez-vous pour les appuyer face à l'afflux de patients et à la saturation des hôpitaux. Je sais ce qu'ils vivent depuis des jours et des jours, nous sommes avec eux. J'ai décidé pour cela qu'un hôpital de campagne du service de santé des armées serait déployé dans les jours à venir en Alsace. Les armées apporteront aussi leur concours pour déplacer les malades des régions les plus affectées et ainsi réduire la congestion des hôpitaux de certains territoires.

Nous sommes en guerre. Comme je vous l'ai dit jeudi, pour nous protéger et contenir la dissémination du virus mais aussi préserver nos systèmes de soins, nous avons pris ce matin entre Européens une décision commune. Dès demain midi, les frontières à l'entrée de l'Union européenne et de l'espace Schengen seront fermées. Concrètement, tous les voyages entre les pays non-européens et l'Union européenne seront suspendus pendant 30 jours. Les Françaises et les Français qui sont actuellement à l'étranger et souhaitent rentrer pourront bien entendu rejoindre leur pays.

Nous devons prendre cette décision parce que je vous demande ce soir d'importants efforts et que nous devons, dans la durée, nous protéger. Je veux dire à tous nos compatriotes qui vivent à l'étranger que là aussi, en bon ordre, ils doivent se rapprocher des ambassades et consulats et que nous organiserons, pour celles et ceux qui le souhaitent et là où c'est nécessaire, leur rapatriement. Vous l'aurez compris, vous le pressentiez, cette crise sanitaire sans précédent aura des conséquences humaines, sociales et économiques majeures. C’est aussi ce défi que nous devons mener.

Je vous demande des sacrifices pour ralentir l’épidémie. Jamais ils ne doivent mettre en cause l’aide aux plus fragiles, la pérennité d’une entreprise, les moyens de subsistance des salariés comme des indépendants. Pour les plus précaires, pour les plus démunis, pour les personnes isolées, nous ferons en sorte, avec les grandes associations, avec aussi les collectivités locales et leurs services, qu’ils puissent être nourris, protégés, que les services que nous leur devons soient assurés. 

Pour la vie économique, pour ce qui concerne la France, aucune entreprise, quelle que soit sa taille, ne sera livrée au risque de faillite. Aucune Française, aucun Français, ne sera laissé sans ressources.

S’agissant des entreprises, nous mettons en place un dispositif exceptionnel de report de charges fiscales et sociales, de soutien au report d’échéances bancaires et de garanties de l’Etat à hauteur de 300 milliards d’euros pour tous les prêts bancaires contractés auprès des banques. Pour les plus petites d’entre elles et tant que la situation durera, celles qui font face à des difficultés n’auront rien à débourser, ni pour les impôts, ni pour les cotisations sociales. Les factures d’eau, de gaz ou d’électricité ainsi que les loyers devront être suspendus. 

En outre, afin que personne ne soit laissé sans ressources, pour les salariés, le dispositif de chômage partiel sera massivement élargi, comme je vous l’avais annoncé jeudi dernier et comme le Gouvernement a commencé à le préciser. Pour les entrepreneurs, commerçants, artisans, un fonds de solidarité sera créé, abondé par l'Etat, et auquel le Premier ministre proposera aux régions aussi de contribuer. Le Gouvernement, dès demain, précisera toutes ces mesures. Elles seront en fonction des besoins, des réalités économiques, des nécessités secteur par secteur, évidemment adaptées. Nous serons au rendez-vous pour que notre économie soit préservée dans cette période si dure et pour que l'ensemble des travailleuses et des travailleurs puissent avoir cette sécurité aussi en termes de pouvoir d'achat, de continuité de leur vie. 

Mes chers compatriotes, la France vit un moment très difficile. Nul ne peut en prévoir précisément la durée. À mesure que les jours suivront les jours, que les problèmes succéderont aux problèmes, il faudra, en lien avec les éclairages donnés par les scientifiques, des expériences de terrain, il faudra nous adapter. Nous allons continuer aussi, pendant cette période, de travailler et de progresser sur les traitements.

Je sais le dévouement de plusieurs équipes partout sur notre territoire avec les premiers espoirs qui naissent, et nous continuerons aussi d'avancer sur le vaccin. Régulièrement, je m'adresserai à vous. Je vous dirai à chaque fois, comme je l'ai fait, comme le Gouvernement le fait, la vérité sur l'évolution de la situation.

J'ai une certitude : plus nous agirons ensemble et vite, plus nous surmonterons cette épreuve. Plus nous agirons en citoyens, plus nous ferons preuve de la même force d'âme, de la même abnégation patriote que démontrent aujourd'hui nos personnels soignants, nos sapeurs-pompiers, l'ensemble des acteurs de la sécurité civile, plus vite nous sortirons de cette vie au ralenti. Nous y arriverons, mes chers compatriotes, en étant unis, solidaires. Je vous demande d'être responsables tous ensemble et de ne céder à aucune panique, d'accepter ces contraintes, de les porter, de les expliquer, de vous les appliquer à vous-mêmes, nous nous les appliquerons tous, il n'y aura pas de passe-droit, mais, là aussi, de ne céder ni à la panique, ni au désordre. Nous gagnerons, mais cette période nous aura beaucoup appris. Beaucoup de certitudes, de convictions sont balayées, seront remises en cause. Beaucoup de choses que nous pensions impossibles adviennent. Ne nous laissons pas impressionner. Agissons avec force mais retenons cela : le jour d’après, quand nous aurons gagné, ce ne sera pas un retour au jour d’avant. Nous serons plus forts moralement, nous aurons appris et je saurai aussi avec vous en tirer toutes les conséquences, toutes les conséquences.

Lire la suite...

lundi 16 mars 2020

Hommage au Grand Patriarche Freddy Mulongo Mulunda Mukena aurait 81 ans ce mois !

Hommage au Grand Patriarche Freddy Mulongo Mulunda Mukena aurait 81 ans ce mois !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-FM.jpg, mar. 2020

"Toujours fier de t'avoir eu comme Père. Tu as vécu et prôné la simplicité dans la dignité et le respect. Tu aurais eu 81 balais ce jour, merci pour tout Papa et merci encore mon Génie. repose en Paix auprès du Père". Pathron Mulongo

Je ne sais pas si dans la famille Mulongo, nous aurions encore un homme orchestre aux multiples talents, un touche-à-tout que fut le grand Patriarche Freddy Mulongo.

Il était vraiment de son père le pasteur David Mulongo Wa Kumunwa Na Leza, premier administrateur à l'époque coloniale de Malemba Nkulu: Uta Ongompa Mungu, Uta eshimiya Muntu Ata Muongoka sasa Mungu " ! "Tu craindra Dieu, mais respectera l'homme" !

Freddy Mulongo-FM 1.jpg, mar. 2020

Il aimait son pays le Congo et ses compatriotes. Il n'a jamais été un tribaliste mais au contraire chaque Congolais qui avait du talent pouvait compter sur lui, au détriment parfois de sa propre famille. Le Grand Patriarche Freddy Mulongo était généreux et bon mais savait être ferme à ceux qui jouaient aux parvenus et arrivistes. Il ne se laissait pas impressionner par des profito-situationnistes. Et il ne se laissait pas marcher sur les pieds.

La bravitude du Grand Patriarche Freddy Mulongo était connu de tous. Il savait bravé la peur.

En 1979, au Zaïre de Mobutu, INTERPELLATION : "Demande d'explications adressée au gouvernement par un membre du Parlement en séance publique ", indique le Petit Robert. L' " interpellation " est devenue l'un des mots-clés du vocabulaire politique zaïrois. Pendant quelques semaines, cette procédure parlementaire a permis l'ouverture d'un débat retentissant. Une vague de critiques - presque toujours pertinentes - a déferlé sur les responsables de la gestion gouvernementale. Le président Mobutu, n'a pas été épargné par ces philippiques ?

00000000000freddymulongo-Freddy Mulongo24.jpg, mar. 2020


Le droit d'interpellation a été introduit en 1977 dans la Constitution, laquelle, en son article 84, " confère au conseil législatif le pouvoir de contrôle périodique sur le conseil exécutif ". Les deux cent soixante-huit membres du conseil législatif ont été élus au suffrage universel (avec pluralité de candidatures). Même s'ils sont tenus d'appartenir au Mouvement populaire pour la révolution, le parti unique, ils s'estiment, à bon droit, beaucoup plus représentatifs de la population qu'à l'époque où ils étaient choisis sur une liste unique arrêtée par les instances du parti.

Aussi les députés (commissaires du peuple) ont-ils profité de l'occasion offerte. Aucun n'a ménagé le gouvernement. Leur connaissance des dossiers a paru honorable. Quoique parfois houleux, les débats ont conservé une bonne tenue. Ils se sont étalés sur plusieurs semaines, entre le 16 novembre et la fin décembre 1979. Cinq ministres (commissaires d'État) ont été mis sur la sellette.

Freddy Mulongo-Mimoya.jpg, mar. 2020

Le premier commissaire d'État (chef du gouvernement), Mpinga Kasenda a été interpellé sur " l'insécurité, les vols et le banditisme ". Demandes d'explication ou procès du régime ? Face à la vivacité de ses interlocuteurs, le premier commissaire d'État a posé la question.

Le commissaire d'État aux affaires étrangères. Umba di Lutete, a été sommé de s'expliquer sur la prolifération des passeports diplomatiques et sur le non-usage d'une partie des crédits alloués par le Fonds européen de développement (FED) au Zaïre dans le cadre de la convention de Lomé. La réponse de M. Umba comme celle de M. Moloni, commissaire d'État au commerce, ont été jugées insuffisantes par les parlementaires. Ceux-ci ont notamment accusé d'incompétence les responsables chargés de préparer les dossiers à soumettre aux experts du FED. Citant Claude Cheysson, ils ont dénoncé la lenteur administrative zaïroise et l'absence d'harmonisation entre les ministères. Le Zaïre, ont-ils souligné, n'a pas pu profiter d'un crédit de 35 millions d'unités de compte pour la seule raison que ses dossiers étaient incomplets et mal présentés.les interpellations furent instaurées par des députés nationaux pour interpeller les mandataires publics.

Fraîchement nommé par Mobutu Sese Seko ministre Ministre à l'ONPTZ (Officie National des Postes et Télécommunication du Zaïre) le Général Molongia a mordu sa langue lors de son interpellation par le député du Katanga, l'ingénieur Freddy Mulongo. Désemparé par des questions, le Général Molongia originaire de l'Equateur comme Mobutu Sese Seko, Molongia, ira jusqu'à traité les parlementaires des gens "aux abascost fatigués. L'abacost, abréviation de « à bas le costume », est une doctrine vestimentaire imposée par Mobutu en vigueur au Zaïre entre 1972 et 1990. Afin d'affranchir la population de la culture coloniale, elle interdisait le port du costume et de la cravate, au profit d'un veston d'homme, lui-même appelé « abacost » sans col, taillé dans un tissu léger et généralement à manches courtes.

En tant que Général il pouvait les arrêter tous". C'est fut la fin de la carrière du Général Molongia...Il a été limogé en douce, même si la coterie Ngandi a continué à fulminer contre l'insolent député du Katanga, Freddy Mulongo.

Le Grand Patriarche Freddy Mulongo était généreux et bon mais savait être ferme à ceux qui jouaient aux parvenus et arrivistes. Il ne se laissait pas impressionner par des profito-situationnistes. Et il ne se laissait pas marcher sur les pieds.

Gouverneur de la province du Katanga, le général Eluki Monga Aundu survole la ville en hélicoptère et vois une belle villa dans le quartier résidentiel du golf. "Ndaku wana ya nani ? Ndaku ya Freddy Mulongo lui répond ses subalternes". Le général Eluki envoie ses militaires pour déloger la famille Mulongo. Le patriarche quitte la session parlementaire à Kinshasa et rentre précipitamment à Lubumbashi. En trouvant les militaires du Général Eluki chez lui sans autorisation, Freddy Mulongo demanda une feuille de papier arraché dans un cahier, après avoir griffonné quelques mots, sans enveloppe, il remit la feuille au galonné de la troupe tout en exigeant qu'il aille répéter au Général Eluki qu'un " Militaire n'a jamais été au dessus d'un civil" ! On ne saura jamais ce qu'il avait griffonné dans ce bout de feuille. Les militaires menaçants ne sont plus jamais revenus au quartier Golf à Lubumbashi.

Impossibles de relater sur cette page, tout ce que chacun de nous a reçu de vous.

Lire la suite...

- page 1 de 8