Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

dimanche 17 mai 2020

Tshibombo est comme Jacob, voleur de bénédiction et Évêque Mukuna, Saul de Tarse!

Tshibombo est comme Jacob, voleur de bénédictions et Évêque Mukuna, Saul de Tarse!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Faussaire Tshilombo 450.jpg, mai 2020

On aura tout entendu chez les Bena Mpuka, Talibans et Tribalo-Ethniques dans la justification de la présidence usurpée de Tshilombo, qui n'a pas volé un orange dans une supérette mais le destin du peuple congolais.Il paraîtrait d'après un pasteur tribalo-Ethnique, Tshilombo est voleur de bénédiction comme Jacob qui devint Israël. Et L’Évêque Mukuna est Paul de Tarse.

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-45

La République démocratique du Congo est le seul bien qui appartient à tous les Congolais. Au risque de perdre le pays, les Congolais non plus droit de laisser à la place aux imposteurs, usurpateurs, bonimenteurs de tous poils prendre en otage le Grand Congo. Non élu, mais bénéficiaire d'une Nomination Électorale, Tshilombo a fait un deal avec Alias Kabila, contre le peuple congolais. Que les choses soient claires, Tshilombo n'a pas volé un orange dans une supérette du coin, il est voleur du destin du peuple congolais. Pour preuves, il ne contrôle et dirige rien. Pantin-marionnette, il n'est qu'un petit président d'opérette. En 37 ans d'opposition, l'Udps ne s'était jamais préparé à accéder au pouvoir. En un an et cinq mois de sa présidence usurpée, Tshilombo est une calamité pour le grand Congo. Nous risquons de ne plus avoir de pays avec ce énergumène et ses conseillers tribaux chekuleurs. 

freddy-mulongo-felixkamerheon-8

Voilà qu'un pasteur Congolais en Suisse, du haut de la chaire, prêche que Tshilombo est un voleur de bénédiction comme Jacob qui deviendra Israël. Le vol du destin de tout peuple par Angwalima Tshilombo est dans le volonté de Dieu et qu'il faut soutenir ce grand voleur qui apportera de changements au Congo-démocratique. On croit rêver. Le peuple congolais mérite respect. Il n'a pas besoin d'une vielle femme à la peau décapée et aux perruques teintes, une vraie "Rébecca" qui encourage son fils Fakwa d'aller nuitamment faire un deal avec le Barbu de Kingakati, avec des cérémonies sataniques, pour bénéficier d'une nomination électorale, une bénédiction volée, au grand mépris du peuple congolais. 

freddy-mulongo-faussaire-tshilombo-48

Nous ne savons si le fameux pasteur des Bena Mpuka est formé théologiquement, a-t-il une vraie expertise de l’exégèse biblique pour justifier un vol politique avec une histoire biblique ? Angwalima Tshilombo est et demeure un voleur du destin de notre peuple. Il est entré dans l'histoire du Congo par la fenêtre, il risque d'y sortir par le tôt de la maison.  

Genèse 27:1-46 "Isaac devenait vieux, et ses yeux s'étaient affaiblis au point qu'il ne voyait plus. Alors il appela Ésaü, son fils
aîné, et lui dit : Mon fils ! Il lui répondit : Me voici ! Isaac reprit : Je suis vieux, je ne connais pas le jour de ma mort. Prends donc maintenant tes armes, ton carquois et ton arc, va dans la campagne et chasse-moi du gibier. Fais-moi un régal comme je l'aime et apporte-le moi à manger, afin que je te bénisse moi-même avant de mourir. Rébecca écoutait tandis qu'Isaac parlait à son fils Ésaü. Ésaü s'en alla dans la campagne, pour chasser du gibier et pour le rapporter. Alors Rébecca dit à son fils Jacob : Voilà ce que j'ai entendu. Ton père parlait à ton frère Ésaü et disait : Apporte-moi du gibier et fais-moi un régal que je mangerai, et je te bénirai devant l'Éternel avant ma mort. Maintenant, mon fils, écoute ma voix (et fais) ce que je te commande. Va me prendre au troupeau deux bons chevreaux ; j'en ferai pour ton père un régal comme il (l') aime. Tu (le) porteras à manger à ton père, afin qu'il te bénisse avant sa mort. Jacob répondit à sa
mère Rébecca : Oui, mais mon frère Ésaü est velu, tandis que moi je ne le suis pas. Peut-être mon père me tâtera-t-il, et je passerai à ses yeux pour un trompeur ; je ferai alors venir sur moi la malédiction et non la bénédiction. Sa mère lui dit : Que cette malédiction, mon fils, (retombe) sur moi ! Écoute seulement ma voix et va me prendre (les chevreaux) . Il alla les prendre et les apporta à sa mère, qui fit un régal comme son père l'aimait. 15Ensuite Rébecca prit les vêtements d'Ésaü, son fils aîné, les plus beaux qui se trouvaient à sa portée dans la maison, et les fit mettre à Jacob, son fils cadet. Elle couvrit de la peau des chevreaux ses mains ainsi que son cou qui était glabre. Puis elle mit le régal et le pain qu'elle avait préparés dans les mains de son fils Jacob. Celui-ci vint vers son père et dit : Mon père ! Isaac dit : Me voici ! qui es-tu, mon fils ? Jacob répondit à son père : Je suis Ésaü, ton fils aîné ; j'ai fait ce que tu m'as dit. Lève-toi, je te prie, assieds-toi et mange de mon gibier, afin que tu me bénisses toi-même. Isaac dit à son fils : Comme tu as vite fait d'en trouver, mon fils ! Jacob répondit : C'est que l'Éternel, ton Dieu, a fait venir le gibier vers moi. Isaac dit à Jacob : Approche donc, et que je te tâte, mon fils, (pour savoir) si oui ou non tu es bien mon fils Ésaü. Jacob s'approcha de son père Isaac, qui tâta et dit : La voix est la voix de Jacob, mais les mains sont
les mains d'Ésaü. Il ne le reconnut pas, parce que ses mains étaient velues, comme celles de son frère Ésaü, et il le bénit. Il dit : C'est bien toi mon fils Ésaü ? Il répondit : Oui. Isaac dit : Sers-moi, et que je mange du gibier de mon fils, afin que je te bénisse moi-même. Jacob le servit, et Isaac mangea ; il lui apporta aussi du vin, et il but. Alors son père Isaac lui dit : Approche donc et donne-moi un baiser, mon
fils. Il s'approcha et lui donna un baiser. Isaac sentit l'odeur de ses vêtements ; puis il le bénit en ces termes : Oui, l'odeur de mon fils Est comme l'odeur d'un champ que l'Éternel a béni. Que Dieu te donne de la rosée du ciel Et des ressources de la terre, Du blé et du vin nouveau en abondance ! Que des peuples te soient asservis, Et que des nations se prosternent devant toi ! Sois le maître de tes frères, Et
que les fils de ta mère se prosternent devant toi ! Maudit soit celui qui te maudit, Béni soit celui que te bénit. Isaac finissait de bénir Jacob, et Jacob avait à peine quitté son père Isaac, que son frère Ésaü revint de la chasse. Il fit aussi un régal qu'il porta à son père. Il dit à son père : Que mon père se lève et mange du gibier de son fils, afin que tu me bénisses toi-même. Son père Isaac lui dit : Qui es-tu ? Il répondit : Je suis ton fils premier-né, Ésaü. Isaac fut saisi d'un grand trouble, d'un trouble extrême, et dit : Qui est donc celui qui a chassé du gibier et me l'a apporté ? J'ai mangé de tout avant que tu viennes, et je l'ai béni. Aussi sera-t-il béni. Lorsqu'Ésaü entendit les paroles de son père, il poussa un grand cri, extrêmement amer, et dit à son père : Moi aussi bénis-moi, mon père. Isaac répondit : Ton frère est venu avec ruse et il a pris ta bénédiction. Ésaü dit : Est-ce parce qu'on lui a donné le nom de Jacob qu'il m'a supplanté deux fois ? Il avait (déjà) pris mon droit d'aînesse, et maintenant il a pris ma bénédiction. Il ajouta : N'as-tu pas de bénédiction en réserve pour moi ? Isaac répondit à Ésaü : Voilà, je l'ai établi ton maître, je lui ai donné tous ses frères pour serviteurs, et je l'ai pourvu de blé et de vin nouveau : que puis-je donc faire pour toi, mon fils ? Ésaü dit à son père : Tu n'as donc que cette seule bénédiction, mon père ? Moi aussi, bénis-moi mon père ! Ésaü se mit à sangloter. Son père Isaac lui répondit : Voici ! Ta demeure sera (privée) des ressources de la terre Et de la rosée du ciel, d'en haut. Tu vivras de ton épée, Et tu seras asservi à ton frère; Mais en errant librement çà et là Tu briseras son joug de dessus ton cou. Ésaü prit Jacob en aversion, à cause de la bénédiction dont son père l'avait béni. Ésaü disait en son cœur : Les jours du deuil de mon père  approchent, et je tuerai mon frère Jacob. On rapporta à Rébecca les paroles d'Ésaü, son fils aîné. Elle fit alors appeler Jacob, son fils cadet, et lui dit : Voici que ton frère Ésaü veut tirer vengeance de toi, en te tuant. Maintenant, mon fils, écoute ma voix ! Lève-toi, va te réfugier chez mon frère Laban, à Harân. Tu resteras auprès de lui quelque temps, jusqu'à ce que la fureur de ton frère soit calmée. Quand la colère de ton frère se sera détournée de toi, et qu'il aura oublié ce que tu lui as fait, alors je te ferai revenir. Pourquoi serais-je privée de vous deux le même jour ? Rébecca dit à Isaac : Je suis dégoûtée de la vie, à cause des filles de Heth. Si Jacob épouse une Hittite, une des filles du pays comme celles-là, à quoi me sert la vie ?

Et le pasteur congolais de conclure sa prédication , que l’Évêque Mukuna est Saul de tarse qui devint Paul. S'en est trop. Notre fin limier a quitté l'Eglise et n'y mettra plus jamais pieds. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager