Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Kin kiey Mulumba

Fil des billets Fil des commentaires

vendredi 5 octobre 2018

RDC: Congolais amnésiques...Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" Président ?

Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE"

Chez ce clown politique et fieffé menteur, Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE", le ridicule et le grotesque n'ont jamais tué. Son arrogance et orgueil, ses fourberies, roublardises et flagorneries nous font rire à  gorge déployée à  Réveil FM International. A Masimanimba, son fief électoral: les écoles n'ont pas des toilettes, les mamans vendent au marché à  même le sol, pas d'électricité ni d'eau potable, les sans babouches se comptent à  la pelle...Des vaches rwandaises ont envahi le Kwilu avec des soldats rwandais transformés en bouviers, Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" n'a jamais levé son petit doigt pour dénoncer ?

Né le 4 septembre 1949 à  Kindembi dans le Kwilu ex-Bandundu, Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE", alias Debré Mpoko, a 69 ans. A cet à¢ge on est assagi. On est grand-père dans la majorité de cas, on évite les aventures magouilleuses. Kin kiey Mulumba "MOYIBICRATE" a déclaré publiquement sur RFI que "Le Congo n'avait pas des stocks de compétences comme sous d'autres cieux et que seul Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale était capable de diriger la République démocratique du Congo. Pourquoi se présente-t-il alors comme candidat à  l'élection présidentielle ?

En son temps défenseur acharné du maintien d'Alias Joseph Kabila au pouvoir "Kabila-Désir", "KinKiey-Désir" est candidat à  la présidentielle du 23 décembre en République démocratique du Congo. Dernier porte-parole du dictateur Mobutu Sese Seko, deux fois ministre d'Alias Joseph Kabila, Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" avait lancé en 2014 l'association "Kabila Désir" pour "fédérer" les corrompus Congolais autour du bilan présidentiel hypothétique et promouvoir un troisième mandat anti-constitutionnel. Al Capone, Angwalima, grand fakwa, Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" a trouvé un autre slogan: "Faire de nouveau rêver le Congo" ! N'est-ce pas un fantasme ? Priver tout un peuple de la fibre optique pour s'acheter un manoir et profiter seul, c'est ça rêver le Congo ? Les 18 ans de pillage des ressources, des crimes contre l'humanité, de la paupérisation à  outrance de notre peuple ne suffisent pas !

Arrogant, prétentieux et très orgueilleux, Kin-Kiey Mulumba alias `` Debré Mpoko » a fait des tintamarres à  Kinshasa pour traîner Freddy Mulongo et Réveil FM International en justice pour avoir révélé trois choses: son détournement de 450 millions de $ américains de la fibre optique, le placement de sa femme Madame Mireille Ngingi Kin Kiey à  la tête de son parti alimentaire, Parti pour l`Action (PA) et enfin, le remplacement de son fils Gasha Kin-Key Mulumba à  son siège de l`Assemblée nationale alors même qu` il a la nationalité belge et que la République démocratique du Congo n`autorise pas le double nationalité. Une gestion clanique du parti. Son fils, ancien fleuriste en Belgique, est le seul député de son parti !

Kin Key Mulumba "MOYIBICRATE" avait promis au régime de Kinshasa, qu'il avait les bras long et qu'il peut donner des ordres aux juges français pour faire condamner Freddy Mulongo, un journaliste libre et indépendant vivant en France. L'accusateur Debré Mpoko Kin Key Mulumba "MOYIBICRATE" a cru badiner avec la justice française. Le politicailleur enfarineur a voulu instrumentaliser et épater la justice française...Affaire Fibre Optique de la République démocratique du Congo, Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE", ex-ministre des Postes, Télécommunications et Nouvelles technologies de l`information et de la communication dans le gouvernement Matata I du 28 avril 2012 au 7 décembre 2014, a privé 75 millions de Congolais pour s'acheter un manoir au 7 Drève du Mérault, 1410 Warteloo en Belgique. Alors que tout le monde l'a dénoncé dans cette affaire. Se croyant, tout-puissant ministre d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, après nous avoir vilipendé dans des "Médias coupagistes" de Kinshasa, nous avoir traîné en justice à  Paris et réclamé 20 000 euros... il a été débouté, ridiculisé et humilié par la justice française.

C'est hallucinant ! Moto na Libandi ne cessera jamais de nous étonner ! Flagorneur, fayot et flatteur hors-pair, après nous avoir enfariné avec un slogan creux "Kabila-Désir"-"Kabila Tontondi Yo Nanu Té", Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE", candidat Président de la République démocratique du Congo ! Girouette politique, versatile comme pas deux, Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" est un Dinosaure Mobutiste qui s'est mué en Mammouth Joséphiste. "Masimanimba-Désir" adore les dictateurs et aura passé toute sa vie à  soutenir des dictatures en République démocratique du Congo.

Après son bref exil en Belgique, Debré Mpoko Kin Key Mulumba "MOYIBICRATE" est allé au RCD-Goma, mouvement rebelle criminel allié du Rwanda dont les crimes contre l'humanité et pillages des ressources de la RDC sont connus de tous. Les massacres de femmes congolaises à  Makobola, Kasika, Mwenga...dans le Kivu sont encore dans la mémoire collective des congolais. Jouisseur impénitent et profito-situationniste, Kin Key Mulumba "MOYIBICRATE" est un amoureux d'argent capable de vendre père, mère et enfants pour son aisance matérielle. Les massacres de Kivutiens ne l'émeuvent pas, et pourtant ce sont ses compatriotes. Si les massacrés Kivutiens étaient des Bandundois cela n' aurait pas non plus réveiller sa conscience bouchée par les billets verts. Fidèle adepte de Mammon, "Masimanimba désir" est prêt à  tout pour la mangeoire.

Depuis qu'Hippolyte Kanambé Kazembere alias Joseph Kabila l'a récupéré, Kin Key Mulumba "MOYIBICRATE" a oublié que depuis Kigali au Rwanda, il s'en prenait à  l'Incapacitaire de Kingakati. Candidat putatif, il roule pour Emmanuel Ramaani Shadary, le dauphin d'Alias Joseph Kabila. A se demander à  part son propre doigt sur les machines à  voter, qui d'autre va voter pour lui.

Pédants, la ligue des fétichistes, satanistes, occultistes, profito-situationnistes et opportunistes ont pris en otage la République démocratique du Congo. On se croirait dans un cinéma mais c'est bien la triste réalité: alias Joseph Kabila et ses 40 voleurs pillent la République démocratique du Congo. La mafia est comparable au terrorisme dans la mise à  terre d'un Etat déjà  failli. Picsous de la République, magouilleur et combinard Kin-Key Mulumba "MOYIBICRATE" est l'un des 40 pillards du Congo. Hautain, orgueilleux et parvenu, Kin-Key Mulumba "Debré Mpoko" est un Moyibicrate hors pair. Mis à  part son vol de l'argent de la fibre optique, son nom se retrouve sur toutes les listes de ceux qui pillent la nation congolaise.

L'esprit des vampires Mobutistes plane toujours, il est ancré dans le régime d'imposture et d'usurpation qui règne par défi au Congo-Kinshasa. Dominique Sakombi Inongo "Buka Lokuta" avait réussi à  faire croire aux Zaïrois que nous étions que Mobutu était un demi-dieu en le faisant apparaître sur les nuages. Cela durant 32 ans de dictature mobutienne. Le ventriote Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" fait encore très fort.

En l'écoutant sur RFI, nous pouvions fermer les yeux et remplacer le nom d'Alias Joseph Kabila par celui de Mobutu Sese Seko Kuku Ngbengu Waza Banga, c'était pareil. Ventripotent, mangeriste et opportuniste Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" fait partie des "Bakalaka Ba Sundola Mayele Pe Ba Zanga Soni". Tout flatteur vit au dépend de celui qui l'écoute. Avec le corrompu Kin Key Mulumba "MOYIBICRATE", c'est toujours du réchauffé ! Ce type de langage le ressortissant de Masimanimba dans le Bandundu l'avait tenu vers la fin du règne du Maréchal Mobutu. Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE", le dernier ministre de l'information de Mobutu lorsqu'il avait détalé en 1997 en traversant le fleuve Congo à  pieds, avait même oublié de dire au revoir au Maréchal. Aujourd'hui, l'aplaventriste opportuniste après avoir récidivé avec Alias Joseph Kabila, se déclare candidat à  la présidence de la République.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 13 décembre 2017

Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" doit 450.000$ au FPI!

Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" doit 450.000 au FPI, sans oublier des millions de la Fibre Optique !

Décidément, Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE", homme d'argent et ami de Mammon est poursuivi par le signe indien. Ses casseroles deviennent retentissantes: Il vient d'être débouté par la justice française dans sa plainte en diffamation contre le journaliste Freddy Mulongo. "Kabila Désir-Masimanimba-Désir" estimait que son honneur démesuré et sa dignité de baron, apparatchik, Dinosaure Mobutiste qui s'est mué en Mammouth et Tyrannosaure du régime d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, ont été bafoués par le journaliste Freddy Mulongo à  Paris. Kin Liey Mulumba "MOYIBICRATE", Picsous de la République s'est autorisé de réclamé 20.000 euros ! Le 1 euro symbolique, payable en plusieurs fois consentit au journaliste Freddy Mulongo, a courroucé le dernier ministre de l'information du dictateur Mobutu Sese Seko.

Kin Kiey Mulumba K.O debout face à  Freddy Mulongo

Les juges français de la Cour d'Appel de Paris en vérifiant tous les documents se sont rendus compte que la plainte n'avait même pas droit d'être et ils ont annulé le jugement du tribunal de la Grande Instance de Paris.

Debré Mpoko Kin Key Mulumba "MOYIBICRATE" à  "Masimanimba-Désir" dans le Kwilu

L'ex-Ministre Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" a donc été débouté ! Il doit 1000 euros au journaliste Freddy Mulongo d'après l'article 700 de la justice française. Le projet machiavélique du régime de Kinshasa, faire taire le journaliste Freddy Mulongo à  travers un procès. La justice française vient de déjouer ce projet ! Si Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" était un bon Ministre auprès du parlement et de surcroît "Professeur non autoproclamé", il aurait su qu'en France, les députés et sénateurs ont adopté le projet de loi tendant à  la suppression du régime de l'offense à  chef d'Etat étranger issu de l'article 36 de la loi du 29 juillet 1881:

Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" doit 450.000$ au FPI

"L'offense au chef de l'état constituait dans notre Ancien droit le crime de lèse-majesté. La loi sur la presse du 17 mai 1819 punissait ainsi, dans son article 9, les offenses publiques envers la personne du roi. Aujourd'hui, c'est l'article 26 de la loi du 29 juillet 1881 qui traduit cet héritage dans notre droit positif. Le législateur a entendu, dans l'article 36 de la même loi, associer les chefs d'Etat étrangers à  cette protection juridique. L'article 36 étant rédigé comme suit : "L'offense commise publiquement envers les chefs d'Etat étrangers, les chefs de gouvernements étrangers et les ministres des affaires étrangères d'un gouvernement étranger sera punie d'une amende de 300 000 F".

Cette protection particulière serait nécessaire dans une société démocratique pour préserver notamment l'ordre public et les droits ou la réputation des étrangers concernés. Le délit d'offense répondrait aussi au souci du législateur de faciliter les relations internationales de la France en accordant à  des hauts responsables politiques étrangers, une protection spécifique.

Or, ce régime de l'offense à  chef d'Etat étranger n'est pas acceptable en l'état actuel du monde. Une série de singularités juridiques viennent en effet réduire considérablement les capacités de défense de l'auteur de l'offense à  dignitaire étranger. Les auteurs de propos qualifiés d'offense peuvent ainsi être punis plus sévèrement que les auteurs de diffamations. En France et en matière de diffamation, qui correspond à  l'atteinte portée à  l'honneur et à  la dignité d'autrui, il est toujours, s'agissant de la vie publique, possible au prévenu d'opposer l'exceptio veritatis, c'est-à -dire de rapporter la preuve de la vérité des faits allégués, ce qui l'exonère de toute peine. D'autre part, et en matière d'offense à  chef d'Etat étranger, aucune réciprocité n'est nécessaire de telle manière que, même sans qu'il y ait réciprocité entre la France et le pays considéré, la poursuite est obligatoire à  la demande du dignitaire étranger.

On peut enfin s'interroger sur la compatibilité de l'article 36 de la loi de 1881 avec l'article 10 de la Convention européenne de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales relative à  la liberté d'expression. Où est cette liberté si l'on n'est pas recevable à  prouver que ce qu'on a dit est vrai ? Le même article paraît également contraire à  la Convention de sauvegarde prise en son article 6 qui exige un procès équitable.

Surtout, les chefs d'Etat étrangers ne doivent pas être protégés dans tous les cas. C'est évident à  une époque où la France vient de ratifier le traité instaurant un Tribunal Pénal International. Auraient-ils dà» être poursuivis et condamnés automatiquement en France, ceux qui à  juste titre ont tracé des portraits fidèles d'Hitler, Polpot, Pinochet, Milosevic et d'autres, alors que ceux-ci étaient en fonction ?

Le droit commun de la diffamation et de l'injure protège convenablement chacun y compris les dignitaires qu'ils soient français ou étrangers. Il est donc proposé de supprimer l'article 36 de la loi du 29 juillet 1881.

Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" doit 450.000 $ au Fonds de Promotion pour l'Industrie- FPI

La République démocratique du Congo a son Alibaba et ses 400 voleurs. Pilleurs et détourneurs des derniers publics se sont ligués pour mettre à  genou la République. En effet, le Fonds de Promotion pour l'industrie (FPI) est une société public d'Etat, qui est saigné à  blanc par des apparatchiks du régime. Le deal est simple et bien ouillé. Les barons du régime d'imposture et d'occupation empruntent des sommes colossales pour des projets inexistants. Et ils refusent de rembourser le FPI. Ils vont prévaloir leurs titres: Ministres, députés, sénateurs, gouverneurs...

Pour nos confrères du site du Le Monde Afrique, qui ont eu accès au rapport d'enquête du Fonds de Promotion pour l'Industrie (FPI) longtemps tenu au secret et pourtant débattu à  huis clos en juin 2016 devant l'Assemblée nationale présidée par Aubin Minaku, l'un des créanciers du FPI. Ce document de 66 pages, met à  mal l`ambition industrielle du pays et révèle, preuves à  l`appui, les pratiques corruptives de la classe politique congolaise. Ainsi, Tryphon Kin Kiey Mulumba, ministre des relations avec le Parlement de 2014 à  2016, se serait vu octroyer un prêt de 450 000 dollars pour équiper et pérenniser l`imprimerie de son groupe de presse. Sauf que, affirme toujours le média français, cette somme n`a pas servi à  contribuer à  l`industrialisation du pays. “Le ministre a plutà´t remboursé un précédent crédit contracté auprès d`une banque plus à  cheval sur les traites”.

Les enquêteurs concluent sans ambages : `` En clair, il y a détournement de fonds par les promoteurs des projets et laxisme du chef du FPI ». Selon le rapport d`enquête parlementaire, les pertes ou plutà´t les détournements s`élèvent à  138 838 100, 98 millions de dollars. Parmi les bénéficiaires se trouvent nombre de députés et sénateurs congolais - parmi les mieux payés de la planète. Des gouverneurs, des ministres en exercice… Il y a aussi d`anciens membres du gouvernement et leurs proches.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 5 décembre 2017

Kin Kiey Mulumba : Le procès de la honte du pouvoir joséphiste à  Paris !

Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale et Kin Key Mulumba "MOYIBICRATE"

Le patriarche de la résistance congolaise, Prof. Rév. Julien Kaseya-Ciakalou Ciakudia n'y va pas par quatre chemins. Kin Kiey Mulumba "MOYIBICRATE" qui vient d'être débouté par la justice française dans son accusation en diffamation contre le journaliste congolais Freddy Mulongo, était le cheval de Troie qui cachait le régime d'imposture et d'occupation dans un procès qui n'avait pas lieu d'être. Baladocrate, Zobacrate, Kin Kiey Mulumba aura passé toute sa vie à  servir les dictatures: Celle de Mobutu durant les 32 ans de son règne et celle d'Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale, 16 ans durant. Alors que le Maréchal-dictateur fuyait Kinshasa, son dernier ministre de l'information KIN KIEY MULUMBA déclarait devant la presse: Le président Mobutu est parti se reposer à  Gbadolite, il revient dans quatre jours.... Incroyable ! La scène se déroule le 16 mai 2017. Le porte-parole du gouvernement, KIN KIEY MULUMBA s`avance vers des micros pour lire le compte-rendu du conseil de ministres qui n'a jamais eu lieu annonçant le départ de Kinshasa du dictateur Mobutu. Le "MOYIBICRATE", fieffé menteur a lui-même annoncé le départ de Mobutu, inventant son texte, engageant ainsi toute une "Nation". Quel toupet ? Le "BALADOCRATE" s'en vante, alors même il a agi sans scrupules et sans honte, en ne pensant qu'à  sa petite personne. Il a débité des mensonges sur le départ de Mobutu, une heure avant que lui-même ne puisse fuir, le Zaïre, en traversant le fleuve Congo à  pied ! Avec son Kabila Désir-Masimanimba Désir, le flagorneur a redoublé d'ardeur en flatterie du régime sanguinaire de Kinshasa. Avec l'aplaventriste KIN KIEY MULUMBA, c'est toujours du réchauffé. Il suffit de remplacer le nom de Mobutu Sese Seko par celui de Alias Joseph Kabila pour comprendre que c'est le même logiciel rouillé, enrayé qui est servi à  tous les dictateurs qui trà´nent sur le Congo. Le caméléon politique prend toujours la couleur de son époque, il s'adepte. Membre influent du RCD-Goma, mouvement criminel pro-rwandais, Kin Kiey Mulumba n'a jamais dénoncé des crimes qui'ils ont commis en tuant des congolais, enterrant des femmes vivantes à  Mwenga et Makobola ! Avec son passeport rwandais, Kin Kiey Mulumba était au service de la communication de Paul Kagamé, Hitler Africain.

Picsous de la République, magouilleur et combinard Kin-Kiey Mulumba "Debré Mpoko" est l'un des 400 pillards du Congo. Hautain, orgueilleux et parvenu, Kin-Kiey Mulumba "Debré Mpoko" est un Moyibicrate hors pair. Mis à  part son vol de l'argent de la fibre optique, son nom se retrouve sur toutes les listes de ceux qui pillent la nation congolaise.

L'esprit des vampires Mobutistes plane toujours, il est ancré dans le régime d'imposture et d'usurpation qui règne par défi au Congo-Kinshasa. Dominique Sakombi Inongo "Buka Lokuta" avait réussi à  faire croire aux Zaïrois que Mobutu était un demi-dieu en le faisant apparaître sur les nuages. Ventripotent, mangeriste et opportuniste Tryphon Kin Key Mulumba fait partie des "Bakalaka Ba Sundola Mayele Pe Ba Zanga Soni".

Le patriarche Julien Kaseya-Ciakalou Ciakudia à  Londres

Tout flatteur vit au dépend de celui qui l'écoute. Le patriarche de la résistance congolaise, Prof. Rév. Julien Kaseya-Ciakalou Ciakudia revient ici sur Le procès de la honte du pouvoir joséphiste à  Paris !. Il fait une révélation que nous n'avions pas à  l'esprit. Au fait le procès à  Paris ne concernait pas KIN KIEY MULUMBA contre le journaliste FREDDY MULONGO. Le régime de Kinshasa a instrumentalisé le procès et s'était caché derrière KIN KEY MULUMBA pour bà¢illonner, museler, faire taire le journaliste FREDDY MULONGO de surcroît discréditer tous les journalistes et activistes congolais de la diaspora.

KIN KEY MULUMBA est la typologie caractéristique meme d'un véritable sous-homme Congolais: margoulin de naissance, traître, menteur, manipulateur, cupide, égoïste, aventurier, immoral, il est en fait la copie conforme du mobutuisme multi-face, doublé de seigneur de guerre et même de josephiste Kabila désir !

il fut tout d'abord chantre griot du parti unique Mouvement Populaire de la Révolution ( MPR) et le dernier ministre de l'information du dictateur Zaïrois Mobutu Sese Seko ( mai 1997). Mobutu désir ...

Comme un cameleion changeant sa peau au regard de son nouvel environnement , peu après le déclin du pouvoir dictatorial qui l'avait façonné, KIN KIEY MULUMBA se métamorphosa en 1998 par la suite en porte-parole du terroriste sanguinaire pilleur Tutsi Rwandais Paul Kagame avec son invention d'agression RCD-Goma, à  l'Est de la République démocratique du Congo.

Du mobutuisme our et dur jusqu'à  dernière seconde de la chute de Mobutu, sans honte aucune, le même Kin Kiey trouvera un après des nouveaux amis et partenaires de circonstance; tous des seigneurs de guerre jusque là  encore impunis par la justice nationale ou internationale pour des nombreux crimes de guerre, sexuels, humanitaires, économiques, génocide et autres graves crimes imprescriptibles : AZARIAS RUBERWA, JAMES KABAREBE, MOISE NYARUGABO, Alexis TAMBWE MWAMBA, MBUSA NYAMWISI, LAMBERT MENDE OMALANGA, JOSE ENDUNDU, ROGER LUMBALA, KALALA SHAMBUYI.....la liste est longue et se trouve contenue pour l'histoire dans les archives des Nations-Unies et des organisations internationales, en attendant le temps propice.

Je me souviens encore qu'en 1999, juste après le déclenchement de la guerre d'agression Rwando-Ougandaise, sur la demande du President Laurent-Desire Kabila, en ma qualité de prince de Bakwanga, j'ai du accepter la mission de guerre au risque incalculable et sans compensation aucune, d'ouvrir et diriger un bureau de représentation du Commissariat General de la Reinsertion de la Présidence de la République au Kasai-Oriental avec le siège à  Mbuyi-Mayi, avec comme objectif de contraindre ces Fils cupides égarés et leurs maîtres Tutsis rwandais qui voulaient s'emparer de la ville de Kabinda puis de Mbuyi-Mayi afin de mettre mains-bas sur la Minière de Bakawanga (MIBA) et ses diamants pour rapidement en finir avec le pouvoir de LD Kabila.

Une fois sur terrain à  Mbuyi-Mayi, avec mes deux collaborateurs de taille, le général de L' armée provincial MUFU VINDICIEN ( Ex- Gendarme Katangais-Shaba I et Shaba II ) et le général Zimbabwéen, nous avions pu repousser avec l'aide de nos camarades Hutus, toute cette bande des Fils égarés de l'ex-ZAIRE devenus subitement seigneurs de guerre et leurs maîtres Tutsis.

Juste après l'assassinat de Laurent-Désiré Kabila, C'est donc par le biais d'un faux dialogue dit Inter-Congolais, plus tard à  Sun city et Pretoria en Afrique du Sud que ces loups mobutuistes, une bande des traîtres et cupides appuyés par leurs nouveaux maîtres Tutsis Rwandais Museveni et Kagame .... une bande d'agresseurs et pilleurs, signèrent la capitulation du Congo avec leur gouvernement 1+4=0 de triste mémoire.

C'était donc un acte de grande traîtrise au sommet de l'Etat qui m'a poussé à  prendre volontairement le chemin de l'exil en 2003 pour combattre à  la De Gaule à  partir de Londres, cette monstruosité politique qui a élu domicile dans notre pays, une imposition de fait qui invite à  une résistance farouche des patriotes et des résistants afin de bouter dehors les occupants et leurs cohortes d'infiltrés et des collabos.

C'est donc avec la facilitation de leur infiltré tutsi rwandais devenu chef de l'Etat de la RDC après l'assassinat non encore élucidé en janvier 2001 de Laurent-Désiré Kabila avec la complicité de Hippolyte Kanambe Kazembere, fils Tutsi baptisé Joseph Kabila.

Aujourd'hui le faussaire se prénomme Joseph Kabila, pourtant le kadogo qui est arrivé au Congo avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière fut d'abord connu sous le nom de Commandant HYPPO, au déclenchement de la guerre de libération en 1996 contre Le dictateur Mobutu, alors qu'il était perçu évoluant au cà´té de son oncle général tutsi rwandais James Kabarebe et ce, pendant l'avancée de l'AFDL de l'Est à  l'Ouest de notre pays.

Un an après la prise de pouvoir de Laurent-Désiré Kabila, soit le 02 aoà»t 1998, des Tutsis décidèrent d'agresser la République démocratique du Congo. Ils se serviront pour cela des déchets mobutuistes.

C'est ainsi que KIN KIEY MULUMBA, deviendra seigneur de guerre RCD-Goma, profitant alors de cette situation pour se refaire une santé politique en occupant des postes ministériels; comme toujours en usant de ce qu'il sait mieux faire depuis sa grande école de Makanda Kabobi, du djalelo et de sakayonsa : la flatterie et l'extrême cupidité sans aucune considération des valeurs éthiques. Rapidement en bon mobutuiste expert en la matière, il ne tarda pas à  recommencer sa sale besogne de corruption et de détournement de fonds publiques.

Il a fallu la perspicacité d'un journaliste international et patriote, Freddy Mulongo du Réveil FM International, au départ de Paris pour mener des enquêtes et révéler par la suite au monde entier par sa plume patriotique, le grand détournement de fonds que Kin Kiey MULUMBA venait d'opérer dans le dossier fibre optique, au ministère de poste et télécommunication dont il avait la charge.

Et voilà  que par peur que ce journaliste international bien outillé ne puisse pas continuer à  révéler au monde entier le mécanisme même du fondement du pouvoir josephiste d'occupation et de pillage tutsi, et ce avant le rapport Mapping en 2010 et Panama Papers en 2016, ou même du groupe d'études de New York, il a fallu faire taire l'homme dans sa nouvelle résidence même à  Paris, d'où la plainte à  caractère d'intelligence politique voilée en diffamation.

Derrière la plainte de Kin Kiey MULUMBA se cachait toute la Kabilie Josephiste avec comme objectif, déposséder le journaliste Patriote Freddy MULONGO de sa plume qui dénonce, qui derrange et fait mal à  la fois .... pour ensuite le ridiculiser à  la face du monde comme un simple intru sans maîtrise de la déontologie de son métier journalistique .... et cela sans compter avec la capacité supérieure de ce dernier.

Et voilà  qu' au dernier degré non seulement la justice française a débouter le plaignant mais à  démanteler toute la manœ“uvre josephiste. Le dernier jugement à  non simplement ridiculiser KIN KIEY MULUMBA mais dévoilé la face caché de l'imposteur de Kingakati et son service d'intelligence ANR.

Lire la suite...

Partager sur : Partager