Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

mardi 24 mars 2020

RDC: Photos, décédé du Coronavirus Me Joseph Mukendi wa Mulumba déjà enterré!

RDC: Photos, décédé du Coronavirus Me Joseph Mukendi wa Mulumba déjà enterré!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Le Coronavirus est une drôle de maladie. L'enterrement se fait le même jour, sans la présence de la famille. Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba qui est décédé ce matin à 5h du matin a été enterré cet après-midi à Kinshasa. Personne ne connait l'endroit exacte de sa dernière demeure. Bizarre tout de même. Le jour du putsch électoral d'Angwalima Tshilombo, Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba s'était fait accompagner d'une cohorte d'avocats, une quarantaine,  à la Cour Constitutionnelle pour défendre la fraude électorale et la tricherie de son neveu Tshilombo, voleur de tout un destin du peuple congolais. Il aura été à toutes les négociations entre Udps et le régime dictatorial d'Alias Kabila: Ibiza, Venise, Paris, Bruxelles, Kinshasa. Pour avoir été avocat de deux famille Chebeya et Bazana, puis par après défenseur du régime Kabila sur le même dossier, cela jette un trouble dans l'esprit de plus d'un Congolais. 

Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph 1.jpg, mar. 2020Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph 3.jpg, mar. 2020

Lire la suite...

samedi 21 mars 2020

Fally Ipupa-Coronavirus: Dedié Bandubola, première victime du Covid-19 à Kinshasa !

Fally Ipupa-Coronavirus: Dedié Bandubola, première victime du Covid-19 à Kinshasa !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Dedie Bandubola.jpg, mar. 2020

L'hécatombe commence. Les pro-concerts Fally Ipupa à Paris Bercy, le 28 février dernier, qui étaient déterminés avec leurs lobbyistes de défier la diaspora congolaise avec la Fatwa Anti-Concerts, tombe un à un frappé du Covid-19.

Fally Ipupa-Coronavirus aura des morts sur sa conscience. Muana Mayele Ayokaka. Avec ces morts, qu'est-ce que son concert a-t-il apporté ? Rien ! Défier tout un peuple à cause des petits intérêts mercantiles, voici les premières conséquences. Que tes politicailleurs-ventriotes et lobbyistes ramènent à la vie ceux qui sont morts.

Freddy Mulongo-Jean Michel Denis.jpg, mar. 2020

Amoureux de musiques africaines, c'est le confrère Jean-Michel Denis, qui a introduit Fally Ipupa sur scène de Bercy le 28 février dernier. Il est décédé le 16 mars à Paris, emporté par le Coronavirus. Il a commencé à tousser juste après le concert de Fally Ipupa à Bercy, sa santé s’est dégradée et gâtée par la suite. Et le coronavirus l’a emporté.

Dedié Bandubola est la première victime du Coronavirus à Kinshasa en République démocratique du Congo. Lui aussi était au concert de Fally Ipupa à Bercy. Arrogant rabatteur qui avait trompeté pour Fally Ipupa en plein Paris venu de Kinshasa. Étaient-ils parmi ceux qui avaient garanti les paiement des casses et dégâts à la gare de Lyon ? Il était parmi ceux qui incitaient à aller à Bercy pour le concert de Fally Ipupa comme le montre cette vidéo. Son chauffeur est aussi décédé et 5 autres personnes sont contaminées.

https://www.facebook.com/DeniseDusauchoyOfficiel/videos/515442892699830/

Le cas de cet individu arrogant est plus problématique. Dedié Bandubola était le directeur adjoint au cabinet de sa sœur Acacia Bandubola Mbongo, Ministre de l'Economie nationale. Donc ce cabinet familial est-il au service du Congo ou de la famille Bandubola-Bena Mpuka ? Qu'est-ce qu'un pseudo- médecin connait de l'économie ? Comment une ministre peut avoir son frère comme Directeur Adjoint dans son cabinet ?

Le Congo est tombé si bas. Personne ne dénonce le clientélisme et népotisme au ministère de l'économie nationale.
La sœur nomme son frère directeur adjoint de cabinet, personne ne pipe mot. Parce que la fameuse ministre a des liens familiaux avec Angwalima Tshilombo avec sa présidence usurpée.

Aux thuriféraires-blablateurs de Kinshasa qui nous abreuvent sur les réseaux sociaux avec "Nos condoléances" faisant l' éloge funèbre et hommage funéraire à un certain Dedié Bandubola doivent se raviser.

Lire la suite...

dimanche 1 mars 2020

RDC: Le chanteur engagé Tiken Jah Fakoly a été refoulé de Kinshasa, amnésiques et écervelés Talibans-Tribalo-Ethniques n'ont jamais protesté...Fally Ipupa, artiste instrumentalisé du régime d'imposture et d'occupation !

RDC: Le chanteur engagé Tiken Jah Fakoly a été refoulé de Kinshasa, amnésiques et écervelés Talibans-Tribalo-Ethniques n'ont jamais protesté...Fally Ipupa, artiste instrumentalisé du régime d'imposture et d'occupation !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Tiken Jahfakoly.jpg, mar. 2020

Instrumentalisé par le régime d'imposture de Tshilombo, Fally Ipupa est perdant ! On ne défie pas tout un peuple pour des intérêts égoïstes. Ce n'est pas aujourd'hui qu'il se rendra compte mais dans les jours, mois et années qui viennent. Quant aux Talibans, Tribalo-ethniques et Wewaïstes qui crient au pseudo-victoire: "Fally Abeti na Bercy" ! "Il faut refouler les Congolais", alors même que ce sont des sbires de Paul Kagamé en accord avec Angwalima Tshilombo qui ont infiltré les Congolais et ont mis du feu à la gare de Lyon.

Pardieu, après le fameux concert de Fally qu'est-ce qui a changé dans leurs vies de tous les jours de ces tribalo-ethniques ? Rien ! Qu'est-ce qu'est ce concert a apporté au Congo ? Rien ! Ces amnésiques à la mémoire de poisson rouge envahissent les réseaux sociaux injurient et insultent.

C'est Réveil FM International qui a introduit les chansons engagées de Tiken Jah Fakoly à Kinshasa. Ces chansons étaient jouées matin, midi et soir sur notre antenne de 1999 à 2007. Nous étions rencontré pour la première fois à Bamako au Mali, depuis nous nous sommes vus et revus.

Freddy Mulongo-Tiken Jah Fakoly1.jpg, mar. 2020

Le chanteur de reggae ivoirien, Tiken Jah Fakoly a été refoulé à son entrée à Kinshasa, le 21 juin 2015, où il devait donner un concert dans le cadre du festival Jazz Kif 2015. Où étaient tous ces Talibans et Tribalo-Ethniques qui crient comme des veuves éplorées que Fally Ipupa doit vivre de sa musique ? Tiken Jah Fakoly n'est pas aussi un artiste qui doit vivre de sa musique ? Qui a levé son petit doigt à son refoulement ? Personne !

Freddy Mulongo-Tiken Jah Fakoly 2.jpg, mar. 2020

Habitué a dénoncer dans ses chansons les souffrances et l'injustice dont souffrent des millions d'Africains, Tiken Jah Fakoly avait donné un concert mi-février 2015 à Goma, dans l'Est de la RDC. Il avait alors mis en garde les dirigeants du continent africain qui tenteraient de s'accrocher au pouvoir, les appelant à entrer dans l'Histoire par «la grande porte» en cédant leur place démocratiquement à la fin de leur mandat, plutôt que de s'exposer au mécontentement d'une jeunesse «consciente» comme celle qui a chassé le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, en octobre 2014.

Il faut ajouter que le 12 juin 2015, le chanteur belge Stromae avait annulé le concert qu'il devait donner le lendemain au Théâtre de verdure, le même amphithéâtre en plein air d'environ 4.000 places où devait se produire Tiken Jah Fakoly. La veille de l'annulation, les promoteurs de l'événement à Kinshasa avaient indiqué alors que le chanteur était retenu à Brazzavile (en face de Kinshasa, sur l'autre rive du fleuve Congo) à cause d'un problème de visas concernant certains membres de son équipe.

Les Talibans, Tribalo-Ethniques et Wewaïstes Tshilomboïsés ne sont que hypocrites qui veulent que les rwandais dominent sur les Congolais, ces individus macabres sont les premiers à attendre que les Congolais les aident et soutiennent avec des Western union, alors qu'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" , voleur du destin de tout un peuple est là entrain de voler et d'enrichir sa propre famille. Bande des voyous et voleurs !

Lire la suite...

vendredi 24 janvier 2020

RDC: Dissolution du parlement, Tshilombo menace à  Londres, Mabunda répond à  Kinshasa !

!

Jeanine Mabunda, présidente de l'Assemblée nationale

Le Général De Gaulle parlait depuis Londres pour la résistance française. Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" à  Londres, au lieu de pousser les Congolais à  un sursaut patriotique, à  l'amour de la patrie et à  l'apport de la diaspora pour la construction du Grand Congo...Il a passé son temps à  invectiver et menacer, oubliant que c'est lui qui a déclaré qu'Alias Kabila était le père de la démocratie et qu'il était son partenaire.

Un président de la République légitime, élu par le peuple n'étale jamais ses divergences avec d'autres institutions républicaines lors qu'il est à  l'étranger.

A Londres, devant une salle de Bena Mpuka, Talibans et Tribalo-ethniques, tous acquis à  sa cause, 400 dollars par personne pour porter T-shirt et pagne à  l'effigie de Fatshi. L'imposteur-usurpateur, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba", le fameux et cupide fils de Tshisekedi s'est cru pousser des ailes. En deux minutes, Tshilombo, Monsieur 15% et gourou des Bena Mpuka a oublié qu'il n'est pas légitime, pas élu du peuple congolais, il a fait un deal pour sa nomination électorale et déclare pompeusement: "Nos détracteurs commencent déjà  à  murmurer et à  nous prêter des mauvaises intentions en disant qu`après une année, conformément à  la constitution, le président devrait dissoudre le parlement. Alors que moi personnellement, je ne rêve pas pour le moment de le dissoudre pour éviter une crise au pays. "Par contre", poursuit-il, "si vous me poussez ou me mettez dans une situation telle que je ne sois plus à  mesure de servir mon peuple comme il se doit et que j`estime la mission pour laquelle j`ai été porté à  la tête de l`Etat est étouffée, je n`aurai d`autre choix que de dissoudre le parlement", Menace voilée pour un incapacitaire habitué aux déclarations fracassantes sans effets sur terrain. N'est-ce pas le même individu qui avait déclarer qu'il allait "déboulonner" son partenaire Alias Kabila et son régime. Jusque là  rien !

Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" parle depuis Londres, pour accorder collectivement la nationalité aux Banyamulenge, une ethnie qui n'existe pas au Congo. Et pour faire plaisir à  ses affidés, courtisans et partisans va jusqu'à  menacer de dissoudre le parlement.

Jeanine Mabunda, la présidente de l'Assemblée nationale a expliqué aux journalistes réunis à  l`hà´tel Sultani à  Kinshasa que les responsables de deux chambres du parlement avaient rencontré Tshilombo le 13 janvier 2020. C'est-à -dire 6 jours avant son déplacement pour Londres.

`` J`ai le privilège de par ma fonction de ne pas avoir besoin d`attendre qu`il soit à  l`extérieur pour parler de certains sujets. Comme les veulent les pratiques institutionnelles, nous avons eu un long entretien avec le président de la République », a dit la présidente de l`Assemblée nationale.

L`entretien a duré 2H30. Ils ont échangé sur `` des sujets qui sont des pointes d`alerte, des sujets qui peuvent mettre le citoyen congolais mal à  l`aise, sur des sujets qui peuvent diviser ou qui ne peuvent pas faciliter la cohésion nationale », a révélé Jeanine Mabunda.

La thématique de dissolution de l`Assemblée nationale, la crise dans les provinces, les réformes institutionnelles étaient également au cœ“ur de ces échanges.

Jeanine Mabunda a aussi dit que c`était un entretien franc où `` chacun a ses convictions, son identité politique, son expérience institutionnelle ».

Jeanine Mabunda, présidente de l'Assemblée nationale et Alexis Thambwe Mwamba, président du Sénat, avaient rappelé à  Félix Tshisekedi `` la ratio legis de l`article 148 de la constitution. Il ne faut pas jeter les articles de la constitution en pà¢ture, à  des incompréhensions ou des malentendus », a dit Mabunda.

`` Le Congolais m`a confié une mission et je dois rendre compte à  ce peuple. Et celui qui ne va pas suivre mes instructions et qui s`attachera aux instructions de sa famille politique, il sera viré », a déclaré Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" le 19 janvier devant les congolais de Londres.

Jeanine Mabunda est montée au créneau, car elle préside l'Assemblée nationale, qui avec le sénat forment le "Parlement". C'est son institution qui est menacé sans raison valable. Qui serait mieux placé qu'elle-présidente de l'Assemblée nationale pour remettre l'étourdi de Kabeya kamuanga à  sa place ? Dans la bataille institution contre institution, les ripostes de Henri Mova Sankany, Emmanuel Shadary, Nehemie Mwilanya et autres cadres du FCC n'auraient pas d'impact,ces derniers n'étant ps des officiels. Quand ça bloque, c'est le FCC et quand ça marche, c'est Fatshi Béton. Bande des hypocrites !

C'est avec éloquence, que Jeanine Mabunda depuis Kinshasa a rappelé au Magellan congolais, le respect des textes constitutionnels. Pour dissoudre le Parlement, il faut un stylo rouge or celui de Tshilombo n'a même pas d'encre.

Lire la suite...

mercredi 15 janvier 2020

RDC: Pascal Bankole "Sans Rival" agressé à  Kinshasa !

Pascal Bankole "Sans Rival" tabassé à  Kinshasa !

Aucun journaliste fut-il un thuriféraire du régime ne mérite le tabassage à  cause de ses opinions. Pascal Bankole "Sans Rival", journaliste aux accointances de l'Udps, serait tabassé à  mort, dans la nuit du 12 janvier 2020, par des partisans de Vital Kamerhéon pour son émission vidéo contre "Papa Ba Cales" d'après des témoignages sur les réseaux sociaux.

Le journalisme demande de la hauteur. Voler comme un aigle pour ne pas attraper les baves du crapaud. On ne pas être journaliste et défendre la fraude électorale, mensonges et faussetés. Le hold-up électoral doit être considéré comme un crime contre l'humanité, car le voleur vol le destin de tout un peuple.

"Sans Rival" n'est pas le seul compatriote qui tombé dans le piège de la coterie tribale. Angwalima Tshilombo "Tshintuntu", Monsieur 15% n'a jamais gagné l'élection présidentielle au Congo. Le cupide fils Tshisekedi a fait un deal avec Alias Kabila pour bénéficier d'une Nomination Électorale. Tshilombo est devenu le masque et bouclier d'Alias Kabila. Par ricochet, "Tshintuntu" est le pantin et marionnette de Paul Kagame, Hitler Noir et bourreau du peuple congolais.

Angwalima Tshilombo Pétain Bizimungu n'a aucun pouvoir, il ne contrà´le et dirige rien. Tous ceux qui l'ont ignoré et par excès de zèle Luba-Kasaïen, ont cru en Tshilombo et l'ont défendu bec et ongles...ont quitté cette terre des hommes, sans que Tshilombo ne lève son petit doigt. Gilbert Mulenda, son conseiller principal a été sacrifié. Empoisonné à  Kinshasa, il est mort à  Nairobi dans une réunion. Les collaborateurs de la présidence usurpée sont morts dans le crash de l'Antonov A72, silence radio, pas de deuil même pas le drapeau mit en berne.

Pascal Bankole "Sans Rival" qui critiquait librement Alias Kabila depuis l'Afrique du sud, a cru que le pouvoir était devenu Luba-Kasaïen. Or la réalité est que Tshilombo, pour marcher sur tapis rouge, a vendu le Congo et le peuple congolais aux Tutsi-Power. Lorsqu'on n'a pas des dents, on ne provoque pas un lion dans la jungle...c'est très suicidaire !

En soutenant pour des accointances tribales, Tshilombo le plus grand traître et collabo que la RDC n'ait jamais connu "Sans Rival" n'a plus de cà´te auprès de la diaspora. Il a lui même trahi son combat. Mais Vital Kamerhéon n'a pas de faire tabasser un journaliste fut-il "Sans Rival" ! Précéder ne veut pas dire arrivée ! Pourquoi Tshilombo ne va-t-il pas rendre visite à  son fanatique de journaliste ? Aucune remontrance de Tshilombo à  Kamerhéon ? Le journalisme est le métier le plus libre au monde. Il a des règles à  respecter.

Lire la suite...

mardi 31 décembre 2019

RDC: 20 novembre 1999-20 novembre 2019, les 20 ans de Réveil FM !

Réveil FM sur le Boulevard du 30 Juin à  Kinshasa

L'expérience est une lanterne accrochée au dos qui n'éclaire que ceux qui viennent après. Incroyable de retrouver les archives de Réveil FM en France profonde pas à  Paris. Les européens ont la culture ds archives, pas nous Congolais. Le couple Français, anciens diplomates au Congo viennent de remettre les coupures de presse lors l'inauguration de Réveil FM à  Kinshasa. Je n'en reviens à  pas. J'ai des larmes de joie.

Je ne suis pas un fêtard. Mes amis me disent la fête se mérite. Moi qui oublie parfois de fêter le jour de mon anniversaire et de mes enfants. Et lorsqu'on a la tête sur le guidon, on ne compte pas ses heures et parfois on ne voit même pas le paysage qui défile. 20 ans de Réveil FM, je n'y crois pas ! Et bien oui. Qu'est-ce que le temps passe vite. Il nous file entre les doigts. Lorsqu'en 1999, je me présenta au Ministère des PTT, pour la fréquence pour Réveil FM, le directeur technique me riait au nez et appelant même ses collègues. Je revenais de l'Europe, donc un "Diasa-diasa" !

Pour la moi, la bonne information demeure celle de proximité. Celle qui donne la parole à  ceux qui vivent l'événement et non pas seulement ceux font l'événement. Deux ans avant mon retour au Congo, le magazine Fréquences libres, spécialisé en Radios FM avait publié mon article sur Réveil FM dans son numéro 67 de 1997. Mon projet existait de 1995. Deux ans auparavant, j'effectuais un voyage radiophonique visitant les radios de l'Afrique du l'Ouest: Mali et Burkina-faso. En arrivant à  Kinshasa, mon projet était boutiqué et fiscellé. Je savais ce que je voulais. Rien ne pourrait me dérouter de mon projet initial même s'il fallait des aménagements pour coller aux réalités congolaises.

Bien qu'ayant débuté mon expérience radiophonique à  Fréquence protestante à  Paris. Je n'ai jamais voulu voulu Réveil FM soit une radio confessionnelle mais plutà´t généraliste qui soit accessible à  tout le monde. Une radio de proximité sans étiquettes ni écussons pour des congolais: pousse-pousseurs, enseignants, fonctionnaires, étudiants, Mamans Bipupula... Plus de 250 jeunes (la radio étant une pépinière pour les autres médias qui nous piquaient nos jeunes) ont été formés à  Réveil FM dont certains font la fierté de la presse congolaise. La majorité d'entre-eux, c'est la première fois qu'ils découvraient une radio et son fonctionnement. Intelligents nos jeunes compatriotes évoluent vite. Ayant intégré notre ligne éditoriale: Radio de proximité, ils deviennent son défendeur !

Voici le dossier de presse de Réveil FM à  Kinshasa lors de son inauguration. La presse congolaise dans sa diversité en avait fait un large échos.

Lire la suite...

dimanche 29 décembre 2019

RDC: Jean-Pierre Bemba traître de l'année 2019 !

A Réveil FM international, nous avons soutenu et défendu à  plusieurs Jean-Pierre Bemba croyant qu'il allait se ressaisir pour revenir au camp de la patrie. Rien à  affaire, l'homme est seigneur de rébellion affairiste vendu au tutsi power et à  Yoweri Kanguta Museveni.

Nous avons toujours dénonce l'annulation lors de l'élection Louis Michel 2006 du débat démocratique, inscrit dans la Constitution de Transition qui devait opposer Jean-Pierre Bemba à  Alias Kabila. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, fourbe, roublard, grand requin, pion de tutsi power, et corrompu jusqu'à  la moelle épinière alors président de la fameuse Haute Autorité des Médias-HAM avait annulé le débat pour favoriser Alias Kabila.

Contre Jean-Pierre Bemba, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi avait utilisé les armes lourdes: muselant des journalistes, bà¢illonnant des médias et opposants. Une fois frauduleusement élu Alias Kabila fit nommer Modeste Mutinga Rapporteur au Sénat pour le récompenser du travail fourni contre son adversaire, des journalistes, médias et opposants.

Nous étions parmi les journalistes et médias invités par la Cour Pénale Internationale pour couvrir le procès Jean-Pierre Bemba à  La Haye. Maître Lyris Kwebe était extrêmement brillant.

Malgré ses gaffes et bêtises, Jean-Pierre Bemba a toujours été soutenu. Mais trop, c'est trop qu'il aille rejoindre Yoweri Museveni à  Kampala et laisse le Congo tranquille.

Les militaires "Fourmis rouges" qui l'avaient accompagné à  Kinshasa, sont morts tués par le régime d'occupation. Leurs épouses sont des veuves. Et les enfants ne sont pas scolarisés. Jean-Pierre Bemba soutient Paul Kagame, bourreau du peuple congolais et Hitler Africain contre le Congo. Il n'est plus digne d'être soutenu en tant que Traître.

Lire la suite...