Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

mardi 24 mars 2020

RDC: Photos, décédé du Coronavirus Me Joseph Mukendi wa Mulumba déjà enterré!

RDC: Photos, décédé du Coronavirus Me Joseph Mukendi wa Mulumba déjà enterré!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Le Coronavirus est une drôle de maladie. L'enterrement se fait le même jour, sans la présence de la famille. Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba qui est décédé ce matin à 5h du matin a été enterré cet après-midi à Kinshasa. Personne ne connait l'endroit exacte de sa dernière demeure. Bizarre tout de même. Le jour du putsch électoral d'Angwalima Tshilombo, Me Jean Joseph Mukendi wa Mulumba s'était fait accompagner d'une cohorte d'avocats, une quarantaine,  à la Cour Constitutionnelle pour défendre la fraude électorale et la tricherie de son neveu Tshilombo, voleur de tout un destin du peuple congolais. Il aura été à toutes les négociations entre Udps et le régime dictatorial d'Alias Kabila: Ibiza, Venise, Paris, Bruxelles, Kinshasa. Pour avoir été avocat de deux famille Chebeya et Bazana, puis par après défenseur du régime Kabila sur le même dossier, cela jette un trouble dans l'esprit de plus d'un Congolais. 

Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph 1.jpg, mar. 2020Freddy Mulongo-Me Mukendi jean Joseph 3.jpg, mar. 2020

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 21 mars 2020

Fally Ipupa-Coronavirus: Dedié Bandubola, première victime du Covid-19 à Kinshasa !

Fally Ipupa-Coronavirus: Dedié Bandubola, première victime du Covid-19 à Kinshasa !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Dedie Bandubola.jpg, mar. 2020

L'hécatombe commence. Les pro-concerts Fally Ipupa à Paris Bercy, le 28 février dernier, qui étaient déterminés avec leurs lobbyistes de défier la diaspora congolaise avec la Fatwa Anti-Concerts, tombe un à un frappé du Covid-19.

Fally Ipupa-Coronavirus aura des morts sur sa conscience. Muana Mayele Ayokaka. Avec ces morts, qu'est-ce que son concert a-t-il apporté ? Rien ! Défier tout un peuple à cause des petits intérêts mercantiles, voici les premières conséquences. Que tes politicailleurs-ventriotes et lobbyistes ramènent à la vie ceux qui sont morts.

Freddy Mulongo-Jean Michel Denis.jpg, mar. 2020

Amoureux de musiques africaines, c'est le confrère Jean-Michel Denis, qui a introduit Fally Ipupa sur scène de Bercy le 28 février dernier. Il est décédé le 16 mars à Paris, emporté par le Coronavirus. Il a commencé à tousser juste après le concert de Fally Ipupa à Bercy, sa santé s’est dégradée et gâtée par la suite. Et le coronavirus l’a emporté.

Dedié Bandubola est la première victime du Coronavirus à Kinshasa en République démocratique du Congo. Lui aussi était au concert de Fally Ipupa à Bercy. Arrogant rabatteur qui avait trompeté pour Fally Ipupa en plein Paris venu de Kinshasa. Étaient-ils parmi ceux qui avaient garanti les paiement des casses et dégâts à la gare de Lyon ? Il était parmi ceux qui incitaient à aller à Bercy pour le concert de Fally Ipupa comme le montre cette vidéo. Son chauffeur est aussi décédé et 5 autres personnes sont contaminées.

https://www.facebook.com/DeniseDusauchoyOfficiel/videos/515442892699830/

Le cas de cet individu arrogant est plus problématique. Dedié Bandubola était le directeur adjoint au cabinet de sa sœur Acacia Bandubola Mbongo, Ministre de l'Economie nationale. Donc ce cabinet familial est-il au service du Congo ou de la famille Bandubola-Bena Mpuka ? Qu'est-ce qu'un pseudo- médecin connait de l'économie ? Comment une ministre peut avoir son frère comme Directeur Adjoint dans son cabinet ?

Le Congo est tombé si bas. Personne ne dénonce le clientélisme et népotisme au ministère de l'économie nationale.
La sœur nomme son frère directeur adjoint de cabinet, personne ne pipe mot. Parce que la fameuse ministre a des liens familiaux avec Angwalima Tshilombo avec sa présidence usurpée.

Aux thuriféraires-blablateurs de Kinshasa qui nous abreuvent sur les réseaux sociaux avec "Nos condoléances" faisant l' éloge funèbre et hommage funéraire à un certain Dedié Bandubola doivent se raviser.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 1 mars 2020

RDC: Le chanteur engagé Tiken Jah Fakoly a été refoulé de Kinshasa, amnésiques et écervelés Talibans-Tribalo-Ethniques n'ont jamais protesté...Fally Ipupa, artiste instrumentalisé du régime d'imposture et d'occupation !

RDC: Le chanteur engagé Tiken Jah Fakoly a été refoulé de Kinshasa, amnésiques et écervelés Talibans-Tribalo-Ethniques n'ont jamais protesté...Fally Ipupa, artiste instrumentalisé du régime d'imposture et d'occupation !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

Freddy Mulongo-Tiken Jahfakoly.jpg, mar. 2020

Instrumentalisé par le régime d'imposture de Tshilombo, Fally Ipupa est perdant ! On ne défie pas tout un peuple pour des intérêts égoïstes. Ce n'est pas aujourd'hui qu'il se rendra compte mais dans les jours, mois et années qui viennent. Quant aux Talibans, Tribalo-ethniques et Wewaïstes qui crient au pseudo-victoire: "Fally Abeti na Bercy" ! "Il faut refouler les Congolais", alors même que ce sont des sbires de Paul Kagamé en accord avec Angwalima Tshilombo qui ont infiltré les Congolais et ont mis du feu à la gare de Lyon.

Pardieu, après le fameux concert de Fally qu'est-ce qui a changé dans leurs vies de tous les jours de ces tribalo-ethniques ? Rien ! Qu'est-ce qu'est ce concert a apporté au Congo ? Rien ! Ces amnésiques à la mémoire de poisson rouge envahissent les réseaux sociaux injurient et insultent.

C'est Réveil FM International qui a introduit les chansons engagées de Tiken Jah Fakoly à Kinshasa. Ces chansons étaient jouées matin, midi et soir sur notre antenne de 1999 à 2007. Nous étions rencontré pour la première fois à Bamako au Mali, depuis nous nous sommes vus et revus.

Freddy Mulongo-Tiken Jah Fakoly1.jpg, mar. 2020

Le chanteur de reggae ivoirien, Tiken Jah Fakoly a été refoulé à son entrée à Kinshasa, le 21 juin 2015, où il devait donner un concert dans le cadre du festival Jazz Kif 2015. Où étaient tous ces Talibans et Tribalo-Ethniques qui crient comme des veuves éplorées que Fally Ipupa doit vivre de sa musique ? Tiken Jah Fakoly n'est pas aussi un artiste qui doit vivre de sa musique ? Qui a levé son petit doigt à son refoulement ? Personne !

Freddy Mulongo-Tiken Jah Fakoly 2.jpg, mar. 2020

Habitué a dénoncer dans ses chansons les souffrances et l'injustice dont souffrent des millions d'Africains, Tiken Jah Fakoly avait donné un concert mi-février 2015 à Goma, dans l'Est de la RDC. Il avait alors mis en garde les dirigeants du continent africain qui tenteraient de s'accrocher au pouvoir, les appelant à entrer dans l'Histoire par «la grande porte» en cédant leur place démocratiquement à la fin de leur mandat, plutôt que de s'exposer au mécontentement d'une jeunesse «consciente» comme celle qui a chassé le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, en octobre 2014.

Il faut ajouter que le 12 juin 2015, le chanteur belge Stromae avait annulé le concert qu'il devait donner le lendemain au Théâtre de verdure, le même amphithéâtre en plein air d'environ 4.000 places où devait se produire Tiken Jah Fakoly. La veille de l'annulation, les promoteurs de l'événement à Kinshasa avaient indiqué alors que le chanteur était retenu à Brazzavile (en face de Kinshasa, sur l'autre rive du fleuve Congo) à cause d'un problème de visas concernant certains membres de son équipe.

Les Talibans, Tribalo-Ethniques et Wewaïstes Tshilomboïsés ne sont que hypocrites qui veulent que les rwandais dominent sur les Congolais, ces individus macabres sont les premiers à attendre que les Congolais les aident et soutiennent avec des Western union, alors qu'Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" , voleur du destin de tout un peuple est là entrain de voler et d'enrichir sa propre famille. Bande des voyous et voleurs !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

vendredi 24 janvier 2020

RDC: Dissolution du parlement, Tshilombo menace à  Londres, Mabunda répond à  Kinshasa !

!

Jeanine Mabunda, présidente de l'Assemblée nationale

Le Général De Gaulle parlait depuis Londres pour la résistance française. Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" à  Londres, au lieu de pousser les Congolais à  un sursaut patriotique, à  l'amour de la patrie et à  l'apport de la diaspora pour la construction du Grand Congo...Il a passé son temps à  invectiver et menacer, oubliant que c'est lui qui a déclaré qu'Alias Kabila était le père de la démocratie et qu'il était son partenaire.

Un président de la République légitime, élu par le peuple n'étale jamais ses divergences avec d'autres institutions républicaines lors qu'il est à  l'étranger.

A Londres, devant une salle de Bena Mpuka, Talibans et Tribalo-ethniques, tous acquis à  sa cause, 400 dollars par personne pour porter T-shirt et pagne à  l'effigie de Fatshi. L'imposteur-usurpateur, Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba", le fameux et cupide fils de Tshisekedi s'est cru pousser des ailes. En deux minutes, Tshilombo, Monsieur 15% et gourou des Bena Mpuka a oublié qu'il n'est pas légitime, pas élu du peuple congolais, il a fait un deal pour sa nomination électorale et déclare pompeusement: "Nos détracteurs commencent déjà  à  murmurer et à  nous prêter des mauvaises intentions en disant qu`après une année, conformément à  la constitution, le président devrait dissoudre le parlement. Alors que moi personnellement, je ne rêve pas pour le moment de le dissoudre pour éviter une crise au pays. "Par contre", poursuit-il, "si vous me poussez ou me mettez dans une situation telle que je ne sois plus à  mesure de servir mon peuple comme il se doit et que j`estime la mission pour laquelle j`ai été porté à  la tête de l`Etat est étouffée, je n`aurai d`autre choix que de dissoudre le parlement", Menace voilée pour un incapacitaire habitué aux déclarations fracassantes sans effets sur terrain. N'est-ce pas le même individu qui avait déclarer qu'il allait "déboulonner" son partenaire Alias Kabila et son régime. Jusque là  rien !

Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" parle depuis Londres, pour accorder collectivement la nationalité aux Banyamulenge, une ethnie qui n'existe pas au Congo. Et pour faire plaisir à  ses affidés, courtisans et partisans va jusqu'à  menacer de dissoudre le parlement.

Jeanine Mabunda, la présidente de l'Assemblée nationale a expliqué aux journalistes réunis à  l`hà´tel Sultani à  Kinshasa que les responsables de deux chambres du parlement avaient rencontré Tshilombo le 13 janvier 2020. C'est-à -dire 6 jours avant son déplacement pour Londres.

`` J`ai le privilège de par ma fonction de ne pas avoir besoin d`attendre qu`il soit à  l`extérieur pour parler de certains sujets. Comme les veulent les pratiques institutionnelles, nous avons eu un long entretien avec le président de la République », a dit la présidente de l`Assemblée nationale.

L`entretien a duré 2H30. Ils ont échangé sur `` des sujets qui sont des pointes d`alerte, des sujets qui peuvent mettre le citoyen congolais mal à  l`aise, sur des sujets qui peuvent diviser ou qui ne peuvent pas faciliter la cohésion nationale », a révélé Jeanine Mabunda.

La thématique de dissolution de l`Assemblée nationale, la crise dans les provinces, les réformes institutionnelles étaient également au cœ“ur de ces échanges.

Jeanine Mabunda a aussi dit que c`était un entretien franc où `` chacun a ses convictions, son identité politique, son expérience institutionnelle ».

Jeanine Mabunda, présidente de l'Assemblée nationale et Alexis Thambwe Mwamba, président du Sénat, avaient rappelé à  Félix Tshisekedi `` la ratio legis de l`article 148 de la constitution. Il ne faut pas jeter les articles de la constitution en pà¢ture, à  des incompréhensions ou des malentendus », a dit Mabunda.

`` Le Congolais m`a confié une mission et je dois rendre compte à  ce peuple. Et celui qui ne va pas suivre mes instructions et qui s`attachera aux instructions de sa famille politique, il sera viré », a déclaré Angwalima Tshilombo "Tshintuntu-Tshifueba" le 19 janvier devant les congolais de Londres.

Jeanine Mabunda est montée au créneau, car elle préside l'Assemblée nationale, qui avec le sénat forment le "Parlement". C'est son institution qui est menacé sans raison valable. Qui serait mieux placé qu'elle-présidente de l'Assemblée nationale pour remettre l'étourdi de Kabeya kamuanga à  sa place ? Dans la bataille institution contre institution, les ripostes de Henri Mova Sankany, Emmanuel Shadary, Nehemie Mwilanya et autres cadres du FCC n'auraient pas d'impact,ces derniers n'étant ps des officiels. Quand ça bloque, c'est le FCC et quand ça marche, c'est Fatshi Béton. Bande des hypocrites !

C'est avec éloquence, que Jeanine Mabunda depuis Kinshasa a rappelé au Magellan congolais, le respect des textes constitutionnels. Pour dissoudre le Parlement, il faut un stylo rouge or celui de Tshilombo n'a même pas d'encre.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 15 janvier 2020

RDC: Pascal Bankole "Sans Rival" agressé à  Kinshasa !

Pascal Bankole "Sans Rival" tabassé à  Kinshasa !

Aucun journaliste fut-il un thuriféraire du régime ne mérite le tabassage à  cause de ses opinions. Pascal Bankole "Sans Rival", journaliste aux accointances de l'Udps, serait tabassé à  mort, dans la nuit du 12 janvier 2020, par des partisans de Vital Kamerhéon pour son émission vidéo contre "Papa Ba Cales" d'après des témoignages sur les réseaux sociaux.

Le journalisme demande de la hauteur. Voler comme un aigle pour ne pas attraper les baves du crapaud. On ne pas être journaliste et défendre la fraude électorale, mensonges et faussetés. Le hold-up électoral doit être considéré comme un crime contre l'humanité, car le voleur vol le destin de tout un peuple.

"Sans Rival" n'est pas le seul compatriote qui tombé dans le piège de la coterie tribale. Angwalima Tshilombo "Tshintuntu", Monsieur 15% n'a jamais gagné l'élection présidentielle au Congo. Le cupide fils Tshisekedi a fait un deal avec Alias Kabila pour bénéficier d'une Nomination Électorale. Tshilombo est devenu le masque et bouclier d'Alias Kabila. Par ricochet, "Tshintuntu" est le pantin et marionnette de Paul Kagame, Hitler Noir et bourreau du peuple congolais.

Angwalima Tshilombo Pétain Bizimungu n'a aucun pouvoir, il ne contrà´le et dirige rien. Tous ceux qui l'ont ignoré et par excès de zèle Luba-Kasaïen, ont cru en Tshilombo et l'ont défendu bec et ongles...ont quitté cette terre des hommes, sans que Tshilombo ne lève son petit doigt. Gilbert Mulenda, son conseiller principal a été sacrifié. Empoisonné à  Kinshasa, il est mort à  Nairobi dans une réunion. Les collaborateurs de la présidence usurpée sont morts dans le crash de l'Antonov A72, silence radio, pas de deuil même pas le drapeau mit en berne.

Pascal Bankole "Sans Rival" qui critiquait librement Alias Kabila depuis l'Afrique du sud, a cru que le pouvoir était devenu Luba-Kasaïen. Or la réalité est que Tshilombo, pour marcher sur tapis rouge, a vendu le Congo et le peuple congolais aux Tutsi-Power. Lorsqu'on n'a pas des dents, on ne provoque pas un lion dans la jungle...c'est très suicidaire !

En soutenant pour des accointances tribales, Tshilombo le plus grand traître et collabo que la RDC n'ait jamais connu "Sans Rival" n'a plus de cà´te auprès de la diaspora. Il a lui même trahi son combat. Mais Vital Kamerhéon n'a pas de faire tabasser un journaliste fut-il "Sans Rival" ! Précéder ne veut pas dire arrivée ! Pourquoi Tshilombo ne va-t-il pas rendre visite à  son fanatique de journaliste ? Aucune remontrance de Tshilombo à  Kamerhéon ? Le journalisme est le métier le plus libre au monde. Il a des règles à  respecter.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 31 décembre 2019

RDC: 20 novembre 1999-20 novembre 2019, les 20 ans de Réveil FM !

Réveil FM sur le Boulevard du 30 Juin à  Kinshasa

L'expérience est une lanterne accrochée au dos qui n'éclaire que ceux qui viennent après. Incroyable de retrouver les archives de Réveil FM en France profonde pas à  Paris. Les européens ont la culture ds archives, pas nous Congolais. Le couple Français, anciens diplomates au Congo viennent de remettre les coupures de presse lors l'inauguration de Réveil FM à  Kinshasa. Je n'en reviens à  pas. J'ai des larmes de joie.

Je ne suis pas un fêtard. Mes amis me disent la fête se mérite. Moi qui oublie parfois de fêter le jour de mon anniversaire et de mes enfants. Et lorsqu'on a la tête sur le guidon, on ne compte pas ses heures et parfois on ne voit même pas le paysage qui défile. 20 ans de Réveil FM, je n'y crois pas ! Et bien oui. Qu'est-ce que le temps passe vite. Il nous file entre les doigts. Lorsqu'en 1999, je me présenta au Ministère des PTT, pour la fréquence pour Réveil FM, le directeur technique me riait au nez et appelant même ses collègues. Je revenais de l'Europe, donc un "Diasa-diasa" !

Pour la moi, la bonne information demeure celle de proximité. Celle qui donne la parole à  ceux qui vivent l'événement et non pas seulement ceux font l'événement. Deux ans avant mon retour au Congo, le magazine Fréquences libres, spécialisé en Radios FM avait publié mon article sur Réveil FM dans son numéro 67 de 1997. Mon projet existait de 1995. Deux ans auparavant, j'effectuais un voyage radiophonique visitant les radios de l'Afrique du l'Ouest: Mali et Burkina-faso. En arrivant à  Kinshasa, mon projet était boutiqué et fiscellé. Je savais ce que je voulais. Rien ne pourrait me dérouter de mon projet initial même s'il fallait des aménagements pour coller aux réalités congolaises.

Bien qu'ayant débuté mon expérience radiophonique à  Fréquence protestante à  Paris. Je n'ai jamais voulu voulu Réveil FM soit une radio confessionnelle mais plutà´t généraliste qui soit accessible à  tout le monde. Une radio de proximité sans étiquettes ni écussons pour des congolais: pousse-pousseurs, enseignants, fonctionnaires, étudiants, Mamans Bipupula... Plus de 250 jeunes (la radio étant une pépinière pour les autres médias qui nous piquaient nos jeunes) ont été formés à  Réveil FM dont certains font la fierté de la presse congolaise. La majorité d'entre-eux, c'est la première fois qu'ils découvraient une radio et son fonctionnement. Intelligents nos jeunes compatriotes évoluent vite. Ayant intégré notre ligne éditoriale: Radio de proximité, ils deviennent son défendeur !

Voici le dossier de presse de Réveil FM à  Kinshasa lors de son inauguration. La presse congolaise dans sa diversité en avait fait un large échos.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 29 décembre 2019

RDC: Jean-Pierre Bemba traître de l'année 2019 !

A Réveil FM international, nous avons soutenu et défendu à  plusieurs Jean-Pierre Bemba croyant qu'il allait se ressaisir pour revenir au camp de la patrie. Rien à  affaire, l'homme est seigneur de rébellion affairiste vendu au tutsi power et à  Yoweri Kanguta Museveni.

Nous avons toujours dénonce l'annulation lors de l'élection Louis Michel 2006 du débat démocratique, inscrit dans la Constitution de Transition qui devait opposer Jean-Pierre Bemba à  Alias Kabila. "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi, fourbe, roublard, grand requin, pion de tutsi power, et corrompu jusqu'à  la moelle épinière alors président de la fameuse Haute Autorité des Médias-HAM avait annulé le débat pour favoriser Alias Kabila.

Contre Jean-Pierre Bemba, "Momo" Modeste Mutinga Mutuishayi avait utilisé les armes lourdes: muselant des journalistes, bà¢illonnant des médias et opposants. Une fois frauduleusement élu Alias Kabila fit nommer Modeste Mutinga Rapporteur au Sénat pour le récompenser du travail fourni contre son adversaire, des journalistes, médias et opposants.

Nous étions parmi les journalistes et médias invités par la Cour Pénale Internationale pour couvrir le procès Jean-Pierre Bemba à  La Haye. Maître Lyris Kwebe était extrêmement brillant.

Malgré ses gaffes et bêtises, Jean-Pierre Bemba a toujours été soutenu. Mais trop, c'est trop qu'il aille rejoindre Yoweri Museveni à  Kampala et laisse le Congo tranquille.

Les militaires "Fourmis rouges" qui l'avaient accompagné à  Kinshasa, sont morts tués par le régime d'occupation. Leurs épouses sont des veuves. Et les enfants ne sont pas scolarisés. Jean-Pierre Bemba soutient Paul Kagame, bourreau du peuple congolais et Hitler Africain contre le Congo. Il n'est plus digne d'être soutenu en tant que Traître.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

lundi 24 juin 2019

ONU: Ouverture de la 41è session du Conseil des droits de l'homme !

Michelle Bachelet, Haute-commissaire aux droits de l'homme de l'ONU

Le Conseil entend une mise à  jour de la Haute-Commissaire aux droits de l`homme et plusieurs allocutions de hauts dignitaires

Le Conseil des droits de l`homme a ouvert, ce matin, les travaux de sa quarante et unième session en adoptant son programme de travail et en entendant une déclaration de la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l`homme, Mme Michelle Bachelet, qui l`a informé des activités du Haut-Commissariat aux droits de l`homme depuis la précédente session du Conseil, tenue en mars dernier.

Les délégations dialogueront demain matin avec la Haute-Commissaire au sujet de sa mise à  jour.

Le Conseil a ensuite entendu les allocutions prononcées par M. Rumen Radev, Président de la République de Bulgarie ; Mme Hilda C. Heine, Présidente de la République des àŽles Marshall ; M. Zohrab Mnatsakanyan, Ministre des affaires étrangères de l`Arménie ; Mme Deqa Yasin, Ministre de la condition féminine et de la promotion des droits de l`homme de la Somalie ; Mme Yoka Brandt, Ministre adjointe des affaires étrangères des Pays-Bas ; Mme Tatiana Molcean, Secrétaire d`État auprès du Ministre des affaires étrangères et de l`intégration européenne de la République de Moldova ; et M. Ankel Jakobsen, Ministre adjoint au développement au Ministère des affaires étrangères de la Norvège.

Le Président du Conseil, l`Ambassadeur Coly Seck du Sénégal, a souhaité la bienvenue à  la Haute-Commissaire, ainsi qu`au Directeur général de l`Office des Nations Unies à  Genève, M. Michael Mà¸ller - qu`il a remercié pour avoir, depuis sa nomination en 2013, contribué à  accroître la sensibilisation du public aux travaux des Nations Unies à  Genève. M. Seck a en outre rappelé que c`est grà¢ce au soutien du Fonds d`affectation spéciale pour l`assistance technique à  l`appui de la participation des pays les moins avancés et des petits Etats insulaires en développement qu`une quinzaine de délégués de ces pays participent pour la première fois à  une session régulière du Conseil.

Ce matin, le Conseil poursuit ses travaux par un dialogue groupé avec l`Expert indépendant sur la protection contre la violence et la discrimination en raison de l'orientation sexuelle et de l'identité de genre, M. Victor Madrigal-Borloz, et avec le Rapporteur spécial sur l`indépendance des juges et avocats, M. Diego Garcà­a-Sayà¡n.

Mise à  jour par la Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l`homme

MME MICHELLE BACHELET, Haute-Commissaire des Nations Unies aux droits de l`homme, a d`emblée évoqué le sort de quelque 55 000 combattants allégués de l`État islamique et de leurs familles détenus en Syrie et en Iraq, la majorité de ces personnes étant de nationalité syrienne ou iraquienne. Des combattants étrangers originaires d`une cinquantaine de pays figurent parmi ces personnes. Il est clair que toutes les personnes soupçonnées d`avoir commis des crimes, indépendamment de leur pays d`origine et de la nature de leur crime, doivent faire l`objet d`une enquête et de poursuites, dans le respect des garanties procédurales, a souligné la Haute-Commissaire. L`obligation redditionnelle, avec des procès équitables, protège les sociétés contre de futures radicalisations et violences, a poursuivi Mme Bachelet, avant d`ajouter que le mépris de la justice, les procès inéquitables et les conditions de détention inhumaines ne peuvent qu`alimenter les griefs et le désir de vengeance.

Mme Bachelet a insisté sur le fait que les États ont d`importantes responsabilités s`agissant de leurs propres ressortissants. Si des citoyens sont soupçonnés d`avoir commis des crimes graves dans un autre pays, l`État d`origine doit tout faire pour garantir que ces personnes seront traitées conformément au droit international. Les enfants, en particulier, ont subi de graves violations de leurs droits - y compris les enfants endoctrinés ou recrutés par l`État islamique pour perpétrer des actes violents. Quelques pays ont fait des efforts pour rapatrier certains de leurs ressortissants, notamment des enfants, s`est félicitée Mme Bachelet, avant d`appeler les États à  apporter des réponses fondées sur les droits de l`homme à  la situation des combattants étrangers et de leurs familles et à  assumer leur responsabilité envers leurs ressortissants.

S`agissant ensuite de la Syrie, Mme Bachelet s`est dite très préoccupée par l`escalade militaire récente dans ce pays, à  Idlib et dans Alep-ouest, le Haut-Commissariat ayant été informé de centaines de décès de civils et de la destruction d`infrastructures civiles. Plus de 200 000 personnes ont été déplacées. Mme Bachelet a appelé toutes les parties à  relà¢cher les milliers de Syriens détenus dans de très mauvaises conditions et qui sont exposés à  un risque élevé de torture. Elle a demandé aux belligérants de prendre toutes les mesures pour protéger les civils.

Mme Bachelet a par ailleurs regretté que l`Arabie saoudite ait rejeté le rapport de la Rapporteuse spéciale sur les exécutions extrajudiciaires, sommaires ou arbitraires ; la Haute-Commissaire a condamné l`exécution de masse de 37 hommes, dont certains étaient des enfants au moment de la commission de leur crime, dans ce pays en avril dernier. Elle s`est aussi dite scandalisée par l`exécution en Iran de deux mineurs, également en avril. Mme Bachelet a rappelé que 2019 marquait le trentième anniversaire du deuxième Protocole facultatif se rapportant au Pacte international relatif aux droits civils et politiques, qui vise l`abolition de la peine de mort.

D`autre part, la Haute-Commissaire a souligné que le cadre des droits de l`homme jouera un rà´le essentiel pour faire en sorte que les entreprises technologiques et les gouvernements répondent de manière efficace aux défis que constituent, notamment, la sécurité des défenseurs des droits de l`homme, des journalistes et des autres personnes qui dépendent du cryptage et de l`anonymat en ligne ; le respect de la liberté d`expression et d`association en ligne ; la lutte contre la promotion du terrorisme en ligne ; et les menaces croissantes des cyberattaques et de la cybercriminalité. Ces prochains mois, le Haut-Commissariat se lancera dans la rédaction d`orientations sur l`application aux technologues numériques des Principes directeurs des Nations Unies relatifs aux entreprises et aux droits de l`homme, a indiqué Mme Bachelet.

Mme Bachelet a ensuite cité la Tunisie en exemple pour son action dans le domaine des réformes constitutionnelles et législatives, ainsi qu`en matière de justice transitionnelle.

Préoccupée par la violence et l`incitation à  la violence sur la base de la religion, Mme Bachelet s`est dite troublée par les agressions contre des musulmans à  Sri Lanka, soulignant que les attaques contre les minorités religieuses nous affectent tous.

Évoquant sa visite au Cameroun, Mme Bachelet a appelé les autorités de ce pays à  respecter le droit à  la liberté d`expression et le droit de réunion pacifique, de même qu`à  considérer l`opposition comme un partenaire dans le dialogue inclusif qui sera indispensable pour jeter les bases d`une paix durable au Cameroun ; elle les a également appelées à  enquêter sur toutes les allégations de violations des droits de l`homme par les forces de sécurité.

S`agissant du Soudan, Mme Bachelet a regretté que le Gouvernement n`ait pas répondu à  la demande d`accès du Haut-Commissariat pour y mener des enquêtes sur les violations graves des droits de l`homme qui auraient été commises par les forces de sécurité pendant la répression du soulèvement populaire pacifique pour la gouvernance démocratique et la justice.

Au Myanmar, a poursuivi la Haute-Commissaire, les preuves indiquent que la persécution des Rohingya qui vivent encore dans l`État rakhine se poursuit, avec pas ou peu d`efforts de la part des autorités pour créer les conditions propices au retour volontaire et sà»r des réfugiés.

La Haute-Commissaire a par ailleurs salué la sage décision des autorités de Hong-Kong de retarder l`adoption de la loi sur l`extradition, en réaction à  la démonstration massive d`esprit civique par une grande partie de la population. Elle a ajouté continuer de porter bilatéralement à  l`attention du Gouvernement chinois certains problèmes liés au Xinjiang ainsi que d`autres questions et a indiqué que des discussions concernant un accès inconditionnel du Haut-Commissariat dans cette province étaient en cours.

Observant d`autre part que les violations des droits de l`homme sont alimentées par l`impunité, Mme Bachelet a fait part de sa satisfaction que le Panama et le Mexique aient pris des mesures importantes en faveur de la vérité et de l`admission de dures réalités s`agissant des violations des droits de l`homme. Elle a regretté en revanche que le Nicaragua ait adopté, au début du mois, une loi d`amnistie, et que des démarches similaires aient eu lieu au Guatemala et à  El Salvador.

D`autre part, le Haut-Commissariat suit de près la situation des droits de l`homme aux Philippines, où persistent un nombre extraordinairement élevé de morts et les informations faisant état d`exécutions extrajudiciaires dans le contexte de campagnes antidrogues. Même le nombre officiel de décès - 5425 - serait préoccupant pour n`importe quel pays, a souligné Mme Bachelet. Elle a ensuite indiqué avoir assisté au Portugal à  un congrès sur les politiques liées aux stupéfiants et la réduction des risques et méfaits. La Haute-Commissaire a en outre salué la politique migratoire ouverte et avant-gardiste du Portugal, qui vise à  offrir aux migrants un accès aisé à  l`aide sociale et juridique et encourage leur accès au marché du travail. Insistant sur le fait que l`intégration des migrants est bénéfique pour les sociétés d`accueil - y compris en termes de contribution financière nette -, la Haute-Commissaire a invité les États à  considérer l`exemple du Portugal et a déploré la tendance à  la criminalisation de la compassion humaine à  l`égard des migrants en Europe et aux États-Unis.

Mme Bachelet a ensuite demandé à  la communauté internationale de s`unir pour soutenir le cheminement vers le retour à  une paix durable en Libye. Elle s`est enfin dite heureuse d`avoir pu informer le Conseil de sécurité, à  New York, de la situation en Haïti, où, a souligné la Haute-Commissaire, l`obligation redditionnelle pour les violations des droits de l`homme, de même que les mesures pour garantir la plus grande participation possible aux décisions, sont essentielles pour construire la confiance, prévenir de nouvelles violations des droits de l`homme et assurer un avenir durable. Déclarations de hauts dignitaires

M. RUMEN RADEV, Président de la Bulgarie, a déclaré que plus de 70 ans après la création des Nations Unies, la coopération internationale en matière de protection et de promotion des droits de l`homme reste une des valeurs clés des Nations Unies. La Bulgarie apporte un soutien ferme aux efforts des Nations Unies visant à  renforcer le multilatéralisme, a-t-il indiqué, avant de préciser qu`il y a deux semaines, cette question avait été portée par la Bulgarie devant le Secrétaire général des Nations Unies. La coopération avec les organes des Nations Unies doit être renforcée, a insisté M. Radev. Le changement climatique est l`un des défis les plus sérieux de l`époque contemporaine, a poursuivi le Président bulgare. Ce changement empêche la jouissance des droits de l`homme dans de nombreux pays. En vertu de l`Accord de Paris, la Bulgarie a adopté un plan d`action national afin de diminuer les gaz à  effet de serre. La Bulgarie a en outre entamé une réflexion autour de l`impact des nouvelles technologies, notamment l`intelligence artificielle, sur les droits de l`homme.

C`est la première fois que la Bulgarie est membre du Conseil des droits de l`homme et elle veille à  renforcer ce mécanisme, a poursuivi M. Radev. Le pays s`efforce de contribuer au renforcement de l`intégrité et de l`indépendance du Haut-Commissariat, du Conseil des droits de l`homme et de ses procédures spéciales, a-t-il insisté. La Bulgarie reconnaît par ailleurs le succès de l`Examen périodique universel (EPU), ce processus ayant renforcé l`idée que la question des droits de l`homme n`est pas une question interne aux États mais qu`elle doit faire l`objet d`un examen international. Malheureusement, l`antisémitisme continue de montrer son visage dans de nombreux pays, a ensuite déploré le Président bulgare. Il a par ailleurs indiqué que la Bulgarie avait lancé une stratégie pour développer une école inclusive à  l`intention des enfants vivant avec un handicap. La Bulgarie a aussi beaucoup progressé s`agissant de l`autonomisation des femmes et le pays occupe la première place de l`Union européenne dans le domaine de la place des femmes dans le secteur des nouvelles technologies. Le pays défend en outre fermement une implication plus profonde des jeunes dans la mise en œ“uvre du Programme de développement durable à  l`horizon 2030, a ajouté M. Radev.

MME HILDA C. HEINE, Présidente des àŽles Marshall, a plaidé pour une approche multilatérale partagée dans le domaine des droits de l`homme. Il faut garantir l`obligation redditionnelle pour ne pas détourner le regard et l`attention du Conseil du sort des communautés vulnérables. Il faut mettre un terme aux essais nucléaires aux abords des àŽles Marshall, a ajouté la Présidente de l`archipel.

Il faut garantir que personne ne soit laissé pour compte, a poursuivi Mme Heine. Beaucoup reste à  faire pour défendre la diversité plutà´t que d`en faire un obstacle,a-t-elle en outre souligné. Par ailleurs, il faut arrêter d`empêcher le Conseil d`enquêter sur certaines situations, afin de prévenir certains conflits. La Présidente des àŽles Marshall a d`autre part déploré que certains États recourent aux représailles envers ceux qui coopèrent avec le Conseil. La Présidente a ensuite évoqué l`engagement régional visant à  garantir que le secteur de la pêche internationale respecte les droits de l`homme. Les àŽles Marshall ont lancé leur candidature pour être membre du Conseil des droits de l`homme en 2020, a-t-elle par ailleurs indiqué. Le changement climatique représente un risque pour l`avenir ; les menaces qui, dans ce domaine, étaient théoriques, donnent désormais lieu à  des décisions politiques, avec 5% du budget du pays octroyés à  la lutte contre la montée des eaux, a-t-elle précisé. La Présidente a affirmé qu`il fallait renforcer le Conseil et a indiqué que la nouvelle mission des àŽles Marshall auprès des Nations Unies à  Genève a été inaugurée la semaine dernière.

M. ZOHRAB MNATSAKANYAN, Ministre des affaires étrangères de l`Arménie, a rappelé que le peuple arménien avait témoigné de son attachement aux valeurs démocratiques à  l`occasion des dernières élections générales tenues dans le pays. Le Gouvernement s`est vu confier un mandat important de consolidation de la démocratie et des droits de l`homme et il a entamé la réforme du pouvoir judiciaire, qui est aujourd`hui une priorité du pays, a précisé le Ministre. Le succès de la révolution de velours en Arménie a pu bénéficier d`une véritable implication des femmes, a-t-il poursuivi ; elles jouent un rà´le déterminant dans la vie sociale et politique du pays, raison pour laquelle l`Arménie veut ériger en priorité l`égalité entre hommes et femmes. Des mesures ont été prises afin d`assurer une meilleure représentation des femmes au Parlement et au début du mois de février dernier, le Gouvernement a adopté un plan d`action sur les femmes et la sécurité, qui a notamment pour but d`accélérer l`autonomisation des femmes dans l`objectif de prévenir les conflits, a précisé le Ministre arménien des affaires étrangères.

Le Ministre a ensuite déclaré que l`Arménie condamnait les politiques de déni du génocide arménien et des victimes, notamment de la part des autorités turques. Le Conseil et ses procédures spéciales doivent jouer le rà´le de chef de file afin de prévenir le crime de génocide. D`autres mesures doivent être prises pour assurer un mécanisme d`alerte précoce face à  des situations susceptibles de sombrer dans un véritable génocide. L`Arménie appuie la stratégie lancée par le Secrétaire général des Nations Unies contre le discours de haine. Imposer des limitations aux populations vivant dans des zones en conflit est contraire au droit humanitaire international. Dans le Haut-Karabagh, plus de 150 000 personnes voient leurs droits de l`homme violés, notamment leur droit de déterminer elles-mêmes leur développement socioéconomique et culturel. Dans ce contexte, le droit à  la vie est menacé. Pour régler la situation, il faut reconnaître les droits de la population du Haut-Karabagh. L`Arménie a présenté sa candidature au Conseil pour 2020, a en outre indiqué le Ministre.

MME DEQA YASIN, Ministre de la condition féminine et de la promotion des droits de l`homme de la Somalie, a plaidé pour une meilleure coordination, au sein des Nations Unies, des activités menées dans le domaine des droits de l`homme. Une telle coordination permettra de soutenir l`élan vers la réalisation des objectifs fixés en 1993 dans la Déclaration et le Programme d`action de Vienne. Mme Yasin a indiqué que son pays, en tant que nouveau membre du Conseil, était déterminé à  s`engager sur cette voie de manière positive afin de traiter les situations de droits de l`homme dont il est saisi. Les leçons et contributions de la Somalie - pays qui émerge d`un long conflit - seront utiles, a-t-elle insisté.

Saluant ensuite le travail exemplaire du Conseil des droits de l`homme, Mme Yasin a fait observer que cette institution doit tenir les États pour redevables de leurs obligations en matière de droits de l`homme et les inciter à  les appliquer afin de changer concrètement la situation sur le terrain. La Ministre a par ailleurs décrit les mesures prises par son pays pour respecter les principes et normes en matière de droits de l`homme. Elle a notamment fait état de l`adoption d`une charte des droits des femmes et d`une charte des personnes handicapées, tandis que la nouvelle loi sur l`enfance est en cours de rédaction. Quant à  la nouvelle commission nationale des droits de l`homme, qui a été créée récemment, le processus de sélection de ses membres est en cours, a indiqué Mme Yasin.

MME YOKA BRANDT, Ministre adjointe des affaires étrangères des Pays-Bas, a rappelé que chacun, riche ou pauvre, était titulaire des droits de l`homme et a souligné que les Pays-Bas appuient sans réserve tous les droits de l`homme. Chaque individu a le droit de vivre librement ; la liberté est à  la base du développement inclusif, a poursuivi Mme Brandt. Les pays n`arriveront pas à  réaliser le Programme de développement durable à  l`horizon 2030 sans promouvoir et protéger les droits de l`homme, a-t-elle souligné, ajoutant que le Conseil des droits de l`homme joue un rà´le primordial dans ce domaine, lui qui permet notamment aux États et aux représentations de la société civile de dialoguer. Dans le contexte actuel, il faut renforcer le rà´le du Conseil, a souligné la Ministre adjointe, rappelant que les membres du Conseil doivent se montrer irréprochables en matière de droits de l`homme. Il est aussi essentiel de veiller à  ce que le travail des Nations Unies dans le domaine des droits de l`homme soit suffisamment financé. Les Pays-Bas ont mis à  disposition davantage de fonds pour promouvoir les droits de l`homme et vont augmenter leur contribution à  l`attention du Haut-Commissariat aux droits de l`homme, a indiqué Mme Brandt.

Les Pays-Bas ont pris des mesures pour protéger les journalistes et les personnes LGBTI, notamment, a poursuivi la Ministre adjointe. Le pays promeut aussi le travail des défenseurs des droits de l`homme partout dans le monde ; il décerne la `` Tulipe des droits de l`homme » à  un homme ou une organisation qui promeut les droits de l`homme de manière novatrice dans le monde. Les Pays-Bas estiment que le Conseil est le lieu idoine pour échanger les bonnes pratiques ; il est aussi une opportunité de rassembler et de rappeler à  chacun la base de notre humanité commune, à  savoir la dignité humaine.

MME TATIANA MOLCEAN, Secrétaire d`État auprès du Ministre des affaires étrangères et de l`intégration européenne de la République de Moldova, a recommandé que l`on n`oublie pas le conflit gelé au sein des frontières constitutionnelles de son pays et les souffrances de la population vivant dans cette région. La République de Moldova assure qu`elle continuera à  prendre des mesures actives pour protéger les droits de l`homme et les libertés fondamentales des personnes vivant dans la région de Transnistrie de la République de Moldova, a précisé la Secrétaire d`État. De même, au niveau international, la République de Moldova continuera de promouvoir la protection des droits de l`homme dans les conflits non résolus, en donnant la priorité aux besoins des personnes affectées, au-delà  de toute divergence politique et sans que cela ne porte préjudice aux formats existants de règlement de ces conflits, a précisé Mme Molcean.

La Secrétaire d`État a ensuite indiqué que le plan d`intégration à  l`Europe et le plan d`action pour les droits de l`homme adoptés par son pays reflétaient la vision de la manière dont la République de Moldova entendait se développer dans les prochaines années, à  savoir comme un pays où les droits de l`homme sont au cœ“ur du système de valeurs et constituent le fondement des politiques publiques. Elle a assuré que son pays, en tant que futur membre du Conseil, s`engageait à  appliquer les normes les plus élevées de promotion et de protection des droits de l`homme.

M. AKSEL JAKOBSEN, Ministre adjoint au développement au Ministère des affaires étrangères de la Norvège, a déclaré que le développement durable pour tous dépend de la réalisation des droits de l`homme. Le Programme de développement durable à  l`horizon 2030 est ancré dans la droit international des droits de l`homme et offre un cadre international pour créer un monde de respect universel de l`égalité et de la non-discrimination. Il faut faire une réalité du message visant à  `` ne laisser personne pour compte », ce qui n`est pas le cas aujourd`hui. Durant la décennie écoulée, l`aide au développement de la Norvège s`est maintenue à  1% du PIB, un niveau parmi les plus élevés au monde, a rappelé le Ministre adjoint.

Les droits de l`homme et l`égalité sont deux priorités en matière de coopération internationale, a poursuivi M. Jakobsen, avant de déplorer la pression sur les droits de l`homme qui persiste un peu partout dans le monde. C`est pourquoi la Norvège a développé une approche du développement axée sur les droits de l`homme. Le Ministre adjoint a par ailleurs rappelé que de nombreuses personnes handicapées vivaient dans l`exclusion et que l`esclavage persistait dans le monde. Il a ajouté que de nombreuses personnes vivaient dans la peur en raison de leur conviction religieuse. L`espace accordé à  la société civile se restreint dans le monde, a-t-il poursuivi. La Norvège soutient les défenseurs des droits environnementaux, dans le domaine de la lutte contre les changements climatiques, a-t-il en outre souligné. L`égalité de genre permet de développer le plein potentiel d`un pays, a d`autre part indiqué M. Jakobsen, avant d`insister sur l`importance des droits sexuels et génésiques et de rappeler que l`éducation et les services de santé doivent avoir un impact positif pour les filles.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 12 mars 2019

Hommage à  Pierre-Jacques Chalupa !

Election Louis Michel 2006, une affiche du candidat Chalupa placardée sur un arbre le long du boulevard du 30 juin à  Kinshasa. Photo Réveil FM International, archives

Réveil FM International rend un vibrant hommage au prisonnier politique personnel de l'imposteur Alias Kabila. L`opposant congolais Pierre-Jacques Chalupa, un amoureux du Congo, a tiré sa révérence. Il est décédé dans la nuit lundi 11 mars soir à  l`hà´pital du Cinquantenaire de Kinshasa. Il est mort à  la suite d`un cancer qui s'ést déclaré en 2012 à  la prison de Makala, le régime d'Alias Kabila a toujours refusé qu'il aille aux soins. Son passeport biométrique a été confisqué, restitué quelques mois avant son décès, il s'est même rendu en Europe pour des soins appropriés mais le cancer s'était déjà  métastasé. Un pays normal ne sacrifie pas ses fils et filles de cette manière. Chalupa est l'une des principales victimes du régime d'imposture d'Alias Kabila `` Je suis profondément attristé par la disparition de mon frère et compagnon de lutte Jacques Chalupa. Jacques était un homme de convictions, un oiseau rare dans l`espace politique congolais. La démocratie a perdu un champion. Mes sincères condoléances à  sa famille et ses proches », a déclaré Martin Fayulu.

C'était une première en République démocratique du Congo ! Lors de l'élection Louis Michel 2006, les Congolais avaient découvert Pierre-Jacques Chalupa, ce congolais à  la peau blanche à  travers ses affiches placardées sur les arbres du Boulevard du 30 juin, à  Kinshasa avec une inscription simple: Votre candidat Chalupa, député national, pourquoi pas ? Né en 1948 à  Uvira, dans la province du Sud-Kivu, à  l'époque du Congo-Belge, son père était né en 1927 à  Matadi et sa grande-mère était née en 1899 à  Boma. C`est depuis 71 ans donc que Pierre-Jacques Chalupa a vécu en République Démocratique du Congo, sous le statut de Congolais. C`est du reste en qualité de Congolais, conformément à  la Constitution et à  la Loi Électorale, qu`il s`était porté candidat député et avait été élu en 2006. Incroyable mais vrai, alors que le Grand Congo avait un Kadogo "Sans-papiers", qui est arrivé avec des bottes de jardinier et une kalachnikov en bandoulière, qui a été catapulté sur le trà´ne du Congo par la mafia internationale, comme imposteur président de la République en la personne d'Alias Kabila, ce dernier se soit permis d'inculper le député provincial de Pierre-Jacques Chalupa pour usurpation de la nationalité congolaise, on croit rêver ! Le prisonnier politique personnel d'Alias Kabila, l'ancien député Pierre-Jacques Chalupa a croupi en prison durant 4 ans.

Eric Kikunda, Eugène Diomi Ndongala, Pierre-Jacques Chalupa et Gabriel Mokia à  la prison de Makala. Le député provincial de la ville de Kinshasa et candidat Pierre-Jacques Chalupa a été arrêté mardi 31 janvier 2012 par les barbouzes de Joseph Kabila sous l'inculpation d'usurpation de la nationalité congolaise. Photo Réveil FM International, archives

Qu'ont Azarias Ruberwa, Bizima Karahamwetu, Moïse Nyarugabo...des Congolais qu'on ne connait ni d'Adam ni d'Eve, qui sont infiltrés dans les institutions républicaines congolaises, qu'ont de plus que Pierre Jacques Chalupa ? La République démocratique du Congo, une dictature totalitaire où toutes les institutions sont prises en otage pour servir un individu, Joseph Kabila, l'imposteur-usurpateur qui a usé et abusé de la justice pour mieux asseoir son terrorisme sur des paisibles citoyens. Candidat à  la députation nationale dans la circonscription de la Lukunga (Kinshasa I) pour la fameuse législature du 28 novembre 2011, où Daniel Ngoyi Mulunda et ses acolytes de la CENI ont nommé des députés pour la parti de Joseph Kabila, l'iculpation arbitraire de Chalupa pose la question sur: Qui est Congolais? Et qui ne l'est pas ? Le dernier recensement en République démocratique du Congo date de 1984, et les Congolais n'ont plus de carte d'identité depuis 1997. Et Joseph Kabila a trà´né frauduleusement et abusivement durant 18 ans à  la tête de notre pays !

Il est étonnant que ceux qui sont arrivés avec des bottes de jardiniers, qui ne parlent pas ni le Lingala qui balbutient la langue de Voltaire alors que la RDC est le plus grand pays francophone, qui ne sont pas nés en République démocratique du Congo, qui ont des parents congolais putatifs, des fossoyeurs, tricheurs et faussaires se déclarent plus Congolais que les Congolais eux-mêmes, natifs du Congo ! Pierre-André Chalupa a toujours vécu ven République démocratique du Congo, marié à  une Congolaise, il laisse 4 enfants. Cet homme d'affaires s'était présenté aux élections de 2006 comme indépendant et il avait récolté 13% d'intentions de vote sur 1,7 millions d'électeurs, dans sa circonscription de Lukunga. Opposant politique notoirement connu à  Kinshasa, Chalupa s`était allié, dans le cadre du processus électoral de 2011, aux partis soutenant l'opposant Etienne Tshisekedi de l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS). Il était en première ligne chaque fois que l'opposition organisait des manifestations de protestations contre l'opacité du processus électoral par Daniel Ngoyi Mulunda, le fameux président de la CENI, qui a fait gagner Joseph Kabila par un hold-up électoral. Le dossier de sa nationalité congolaise n'a jamais posé problème au niveau de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI) ni ailleurs. Ce n'est pas du racisme dont a été victime, Pierre-Jacques Chalupa mais d'une injustice car la justice au Congo n'est pas un pilier de la démocratie mais elle caporalisée, politisée, pour servir la dictature de Joseph Kabila.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 27 février 2019

RDC: Radio Okapi va fermer ses portes à  Kisangani et Lubumbashi!

Une journaliste de la Radio Okapi

Quel avenir pour la radio Okapi ? Ce qui est sà»re, elle ne sera plus la puissante qu'elle a été durant ses 17 ans d'existence, bénéficiant d'appui logistique de la MONUSCO. C'est déjà  acté au niveau du Conseil de sécurité de l'ONU. Les Nations Unies se désengagent de la Radio Okapi. Le budget de la MONUSCO a été sensiblement réduit, conséquence ses effectifs sont réduits en République démocratique du Congo n'en peux rien. Considérée comme la radio de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en République démocratique du Congo (MONUSCO), Radio Okapi a commencé ses émissions en février 2002. Dans le cadre d`un partenariat avec les Nations Unies, la Fondation Hirondelle a contribué à  sa création, au développement de ses programmes et à  la formation de ses équipes, de 2002 à  2014. Ce partenariat a pris fin en 2014 et Radio Okapi a poursuivi depuis ses émissions dans le cadre du mandat de la MONUSCO. Malgré ses 17 ans d'existence, Radio Okapi est contraint de fermer ses portes à  Lubumbashi et Kisangani, la deuxième et troisième, grandes villes de la RDC.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 16 janvier 2019

RDC: Président Martin Fayulu, c'est quoi un bon gouvernement ?

Martin Fayulu, Président du peuple congolais !

La victoire écrasante de Martin Fayulu, Président de la République ÉLU est incommensurable, sur Félix Tshilombo Bizimungu, le petit président choisi et NOMMÉ par le régime d'imposture, d'occupation et de prédation d'Alias Kabila et ses apparatchiks corrompus, ainsi que sur Emmanuel Ramazany Shadary qui depuis son échec est aphone. Le fauteuil présidentiel du palais de la Nation revient à  Martin Fayulu, pas à  un imposteur et vrai "dauphin" de la dictature sanguinaire qui sévit au Congo-Kinshasa. Votre présidence volée sera défendue par plus d'un Congolais qui a pris conscience : Qui vole un œ“uf, vole un bœ“uf ! Voler l'élection présidentielle, c'est voler le rêve et l'espoir de tout un peuple. Et personne en toute conscience n'accepte cela. Vous le soldat du peuple, sachez que votre armée est constituée de 80 millions de Congolais et 10 millions de la diaspora congolaise à  travers le monde ! Ceux qui soutiennent l'imposture qui s'organisent contre votre élection, sont minimes ! Vous n'avez pas un mot d'ordre à  donner, pour défendre la vérité des urnes, le peuple est debout !

Monsieur le Président Martin Fayulu, Gouverner est un art pour lequel il faut, au départ, une vocation et, ensuite du talent. Mais qui est habilité à  reconnaître cette vocation et ce talent à  l'homme politique, où à  les lui dénier ? Constatons, qu'après de millénaires de vie en société, il n'y a toujours pas "d'exercice illégal de la politique", de sorte que c'est l'un des métiers où l'on peut continuer à  sévir sans vocation, sans talent et sans avoir appris. On finit par être expulsé, mais après avoir occasionné de considérables dégà¢ts. Bien gouverner est donc terriblement difficile. Ce qu'il est nettement moins, c'est de dire ce qu'est un bon gouvernement, celui que la majorité des citoyens Congolais, une fois au palais de la Nation à  Kinshasa.

1. Un bon gouvernement, plus exactement un bon système de gouvernement est celui qui, sur le plan extérieur, vise-et obtient-que le pays dont il a la charge soit le moins dépendant possible des autres, et, en tout cas, à  bonne distance des grandes puissances, hors du tourbillon de leurs rivalités pour ne pas en être le jouet. Le contrat léonin chinois du régime d'Alias Kabila (2008) pour soit disant réaliser les 5 chantiers invisibles. L`accord-prêt signé entre la République Populaire de Chine et la République Démocratique du Congo, sa nature particulière et son ampleur (quelques 8.5 milliards de dollars), minerais pour la Chine contre infrastructures pour la RDC, est une escroquerie. Où sont des autoroutes promises par des Chinois ? Où sont des rails de trains ? L'exploitation des ressources naturelles congolaises ne doivent en aucun cas hypothéquer l'avenir de toute une nation. Le bien être des congolais ( salaire équitable, soins de santé , sécurité sociale, éducation des enfants, paiement décent des fonctionnaires... sont autant de défis que les fameuses autoroutes chinoises invisibles sur le sol congolais. En plus, le besoin du peuple congolais n'est pas d'abord que militaire. Le peuple congolais veut vivre en paix dans son pays. Vendre l'uranium congolais aux pays indexés par l'ONU: Iran, Corée du Nord,... comme l'a fait le régime de Kinshasa qui sévit en toute illégitimité ne peut qu'apporter des ennuis au pays. Donc, ayant préservé autant que faire se peut sa liberté d'action, ce qui requiert une sage politique économique, condition de l'indépendance financière, ce bon gouvernement veillera à  vivre en bon terme avec ses voisins et s`intégrera dans les organisations de sa région et du monde qui partagent les valeurs de la paix, de la démocratie et qui respectent les valeurs ancestrales et historiques de chaque pays. Pour survivre la République démocratique du Congo qui ne changera pas d'adresse tous les quatre matins, placé au cœ“ur de l'Afrique, elle est contrainte de vivre en bon terme avec ses neuf voisins, tout en faisant respecter son peuple et ses frontières. La situation actuelle où deux dictateurs Rwandais et Ougandais: Paul Kagamé et Youweri Museveni donnent des instructions au petit barbu de Kingakati est inacceptable et inadmissible.

2. Sur le plan intérieur, le plus important, un bon gouvernement se reconnait à  deux signes principaux:

a. Combien de prisonniers politiques ? Depuis combien de temps ? Ayant peu de cadres, un bon gouvernement ne les met pas en prison; il ne les force pas à  l'exil, ni intérieur ni extérieur. Il les utilise tous le mieux possible, selon leur compétence, sans trop tenir compte de leur appartenance ethnique ou de leur couleur politique. Dès lors que, à  l'inverse, un régime paralyse, emprisonne ou exile une partie des cadres de son pays, c'est un mauvais pouvoir et il va à  l'échec. Si, dans un pays, les prisonniers politiques se comptent par dizaines ou centaines, s'ils sont maintenus en prison de manière durable (le cas d'Eugène Diomi Ndongala, Eddy Kapend et tous les prévenus de l'assassinat de M'zée Laurent-Désiré Kabila, les ex-Faz de Mobutu...sont symptomatiques), quelles que soient les circonstances ou les excuses, le régime est mauvais. D'autant que, immanquablement, s'y ajoutent l'assassinat politique et la torture, l'hypertrophie des services spéciaux et secrets, celle de toutes les formes de police qui s'arrogent progressivement des pouvoirs exorbitants. Au détriment des citoyens, de la justice, de tout débat d'idées, sans parler de la démocratie.

b. Qui est au service de qui ? Le second critère qui, permet de classer sans grande difficulté un gouvernement et le système qu'il a mis en place parmi les bons ou dans les mauvais, est bien connu des diplomates et des journalistes. Lorsque les uns ou les autres arrivent dans un pays, et avant d'approfondir l'investigation, ils observent les gens qui ont un pouvoir politique, économique ou même administratif, grand, petit ou moyen. Cela va du ministre à  son chauffeur, en passant par le chef de service, le douanier, le policier...: leur a-t-on inculqué qu'ils servent le citoyen et s'assure-t-on qu'ils sont toujours dans cet état d'esprit ? Ou bien sont-ils portés à  se servir et à  opprimer, sans d'ailleurs en être bien conscients ? Dans le premier cas seulement, le gouvernement qu'ils servent est bon ou assez bon.

3. Au-delà  du constatable et de l'instantané, le gouvernement est celui qui prenant la mesure du retard accumulé, fait le choix stratégique de "réveiller" la communauté dont il a la charge, et de la conduire à  la modernité et le progrès. Mais il le fait avec précaution, c'est-à -dire : De manière progressive, sans brusquerie ni brutalité, " en laissant au temps le temps " et aux gens, la possibilité de s'adapter.

Par le changement des conditions de vie-santé (30% des congolais souffrent de la malnutrition), nourriture, logement - et des mentalités par l'éducation, l'incitation au travail et à  la productivité (80% des congolais sont chà´meurs !). Il faut former les Congolais à  travailler pour le pays, avec des mesures incitatives, vous qui avez l'expertise d'une grande entreprise américaine, vous y arriverez.

Le bon gouvernement est facile à  dire, mais bien difficile à  faire. C'est pourquoi tant d'opportunistes et des prévaricateurs souvent sans talent prétendent gouverner la République Démocratique du Congo et c'est pourquoi peu d'entre eux sont dignes du label de professionnels du pouvoir, de bons gouvernants.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 28 novembre 2018

RDC: Noel Tshiani incapable de s'occuper de 25 policiers à  sa garde !

Noà«l Tshiani et Louis Mushikiwabo à  Kigali

Ils sont nombreux des candidats putatifs à  l'élection présidentielle en République démocratique du Congo. Certains sont candidats uniquement pour gonfler leur CV. Ancien fonctionnaire à  la Banque Mondiale, Noà«l Tshiani, qui a perdu son procès en diffamation à  Paris contre Roger Bongos-Afrique Rédaction, est dans le pétrin.

Candidat président de la République, Noà«l Tshiani qui a payé les 100.000 dollars de caution à  la CENI, qui a réclamé des policiers pour sa protection. L'Etat congolais qui est généreux, lui a remis 25 policiers sauf qu'ils sont à  charge. "Les 25 policiers mis à  ma protection n`ont ni véhicule, ni ration alimentaire. Ils me demandent tout: à  manger, à  boire, même à  fumer. Je ne comprends pas comment nous devons aller aux élections dans de telles conditions."

Noà«l Tshiani est incapable de s'occuper de 25 policiers pour un mois. Alors qu'il suffit de 10 sacs de riz, 10 cartons de poissons chinchards, 5 cartons de poulets, 3 sacs de haricots, 4 carton de morue, 3 bidons de 10 litres d'huile, 1 sac de sel, 25 paquets de cigarettes...les 25 policiers et leurs familles constituent la base de Noà«l Tshiani, un illustre inconnu, un candidat sans parti politique connu. Ses accointances avec le régime d'imposture de Kinshasa sont connus. Noà«l Tshiani rejoint vite le FCC avant qu'il ne soit trop tard. Avec son "fameux plan Marshall", irréel et irréalisable de 800 milliards de dollars, Noà«l Tshiani est toujours dans la victimisation. Pour payer la caution de 100.000 dollars américains, il fallait que la CENI menace. Pour s'occuper de 25 policiers mis gracieusement à  sa disposition pour sa propre sécurité.

Emmanuel Ramazani Shadary se marre de l'attitude de Noà«l Tshiani. Tous les membres du gouvernement d'Alias Joseph Kabila se moquent de celui qui s'est toujours présenté comme fonctionnaire de la Banque Mondiale et qui est fauché comme un trou.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mercredi 21 novembre 2018

RDC: Fayulu Président ! Fayulu Candidat Commun (FCC) scandent des Kinois !

Martin Fayulu à  bord d'Ethiopian Airlines avant son atterrisage à  Kinshasa

Martin Fayulu au salon d'honneur de l'aéroport de Ndjili

Une fois au salon de l'aéroport international de N'djili, Martin Fayulu a enlevé sa veste et cravate pour une chemise blanche du candidat N°4 et un képi de Lamuka. C'est très symbolique l'acte posé par Martin Fayulu dès son arrivée à  Kinshasa, cela prouve à  dessein, le soldat est prêt à  mouiller sa chemise, il est déjà  au front. A l'aéroport international de N'djili, Martin Fayulu a clairement répondu aux confrères sur place: "Oui à  l'élection présidentielle sans machines à  voter !

Balozi banasikiya haya ! Sans doute à  Kinshasa, des joues et entres des aigris vont maigrir ! Fayulu n'a pas de base, Fayulu n'est pas connu , Fayulu n'est pas charismatique...des prophètes de Baal et oiseaux de mauvaises augures qui ont propagé des balivernes et niaiseries sur les réseaux sociaux sont confondus. Fayulu Candidat Commun (FCC) ont scandé des jeunes Kinois à  l'arrivée de celui qui porte désormais depuis le 11 novembre à  Genève, l'espoir de tout un peuple. Fayulu ko pesa mbongo tse, Ko pesa polo tse ... To ko voter yo na Nko ! (Fayulu ne nous donnes ni argent, ni polo ...nous allons te voter de notre bon vouloir !)

L'autre FCC non patriotique, le Front des Congolais Corrompus, sait qu'il a perdu d'avance. Félix Tshilombo doit se ressaisir et virer au plus vite les Trio Madjesi de l'Udps: Kabunda Wa Kabunda, Peter Kazadi et Augustin Kabuya. Ils l'ont entraîné vers la politique business de la corruption, avec leurs oukases et ultimatum ont fait voir au monde, qu'il n'était qu'un président de pacotille ! Un président qui a la main qui tremble, incapacitaire face aux défis, prêt à  fuir loin de la base pour un pneu brà»lé au siège du parti. Que l'Udps, le plus ancien parti politique n'était qu'un coquille vide, où des fachos, Kulunas, Talibans et Ethno-Tribalistes faisaient la loi !

Martin Fayulu est transfiguré car il est porté par le peuple congolais qui avait réclamé aux acteurs politiques de l'opposition de se choisir un candidat commun. La primaire de Genève a fait que c'est Martin Fayulu qui a été élu ! C'est lui l'espoir de tout un peuple ! Les deux "Judas", Felix Tshilombo de l'Udps et Vital Kamerheon de l'UNC qui ont retiré leurs signatures de Genève, savent maintenant à  quoi s'en tenir. Les deux Ventriotes, qui ont les mains et pieds liés par l'argent qu'ils reçoivent du régime d'Alias Joseph Kabila, savent qu'ils ont tout perdu. Ils n'ont plus aucune crédibilité pour parler à  l'opposition et en son nom. Les deux troubadours sont grillés !

Martin Fayulu remercie le peuple congolais pour son accueil

Lorsque le peuple tourne le dos à  un politicien-politicailleur, c'est comme l'esprit qui s'en va d'un corps. Chaque congolais dans son fort intérieur, trouve inadmissible qu'un pays aux multiples ressources, comme le nà´tre, la République démocratique du Congo soit classée parmi les derniers de pays les plus pauvres. Le Congolais est chosifié, clochardisé...il est misérable mais son pays est convoité par des prédateurs du monde entier. Et les politicailleurs ventriotes au lieu de porter haut les revendications et aspirations de notre peuple, ils sont dans des combines avec le régime d'oppression au profit de leur ventre ! Ils considèrent le peuple comme un marche-pied pour accéder à  la mangeoire !

Lire la suite...

Partager sur : Partager

samedi 4 août 2018

RDC: Des godillots accueillent Bemba au Sénat !

Jean-Pierre Bemba sénateur d'Alias Joseph Kabila

En République démocratique du Congo aucune institution n'est légitime: La Présidence, le parlement (sénat et Assemblée nationale), le gouvernement...Après onze ans d'absence dont dix à  la prison de la CPI, Jean-Pierre Bemba a été accueilli par des godillots-applaudisseurs du Sénat. C'est-à -dire qu'il a retrouvé au Sénat, les mêmes individus qui avaient corrompus des députés provinciaux pour se faire élire Sénateurs lors de l'élection Louis Michel 2006. D'ailleurs certains doivent encore des groupes électrogènes, vélos, motos promissent à  cette époque là .

Jean-Pierre Bemba sénateur d'Alias Joseph Kabila

Dans la salle de sommeil et de ronflement, Jean-Pierre Bemba a eu droit à  son écharpe de sénateur et il a salué ceux qui étaient là , parmi eux Edouard Mokolo Wa Pombo, barbouze et dinosaure Mobutiste devenu depuis un Mammouth Joséphiste pur sucre ! Que fait donc le fameux Lisanga ya Bonganga, le politicailleur-ventriote le plus versatile, une girouette qui tourne au gré du vent...auprès de Jean-Pierre Bemba ? Est-il revenu au MLC ?

Les Sénateurs sont tous des Apparatchiks et Mammouths Joséphistes. Un sénat qui a cessé d'être légitime depuis février 2012. "Toutous" d'Alias Joseph Kanambe Kazembere Mtwale, l'imposteur-usurpateur qui dirige par défi, les sénateurs repus sont payés aux frais de la République, à  dormir et ronfler au Palais du Peuple ne rien faire. Et Jean-Pierre Bemba va siéger dans ce sénat illégitime ?

Les Congolais attendent de Jean-Pierre Bemba qu'il se comporte en légaliste qui respecte la Constitution et les institutions. Or le Sénat où il veut siéger est illégitime. A moins qu'il soit fauché et veille renflouer ses poches ! Siéger au Sénat des Djaleloïstes dormeurs, qui en douze ans n'ont jamais voté une seule loi en faveur de notre peuple, cela confirmerait que le MLC est partenaire de la Majorité Présidentielle dixit Eve Bazaïba, secrétaire générale du MLC.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

dimanche 17 décembre 2017

Alias Joseph Kabila décide-t-il la guerre contre le Nigéria en occupant deux parcelles de son ambassade à  Kinshasa?

Son Excellence Muhammadu Buhari, le Président de la République Fédérale du Nigéria

Quelle mouche a piqué Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale pour choisir l'affront contre le Nigéria ? La République démocratique du Congo, qui n'a qu'une armée des soudards, mercenaires, criminels infiltrés au nom de "Fardc", peut-elle avoir l'audace téméraire d'affronter le Nigéria, qui a une puissance de feu ? En installant illégalement ses militaires et policiers, dans les parcelles à  Kinshasa-Gombe, de l'ambassade de la République Fédérale du Nigéria, Alias Joseph Kabila cherche-t-il d'en découdre avec plus puissant que lui ? Qu'est-ce qui se cache derrière cet affront au Nigéria ? Comme dit un proverbe: Lorsqu'un poussin remplit la marmite ce que sa mère poule est dedans ! Sous-pressions internes et externes, Alias Joseph Kabila passe à  la vitesse supérieure en occupant deux parcelles de l'ambassade du Nigéria à  Kinshasa.

L'ambassade du Nigéria à  Kinshasa

Le Nigéria est un pays démocratique où l'alternance politique fonctionne. Élu avec 54 % des suffrages, la cérémonie de l'investiture de Buari s'était déroulée vendredi 29 mai 2015, dans la matinée à  Abuja, la capitale fédérale. "Moi, Muhammadu Buhari, je fais le serment de faire de mon mieux pour préserver et défendre la Constitution de la République fédérale du Nigeria".Il s'était présenté comme le Président de tous les Nigérians: "Je voudrais remercier les millions de militants qui nous ont soutenu. Je salue également tous les autres citoyens, ces hommes et ces femmes qui n'ont pas voté pour nous mais qui ont contribué à  ancrer notre culture de la démocratie dans un esprit de compétition. Je fais le serment de servir tous les Nigérians".

Nikki Haley, ambassadrice des Etats-Unis avec Alias Joseph Kabila à  Kinshasa

Alias Joseph Kabila n'a aucune légitimité, il gouverne par défi. Il a à  son compteur deux hold-up électoraux-2006 et 2011! L'accord de la Saint-Sylvestre l'a sauvé en lui accordant un an de plus. Il continue dans les arrestations arbitraires, pillages et crimes. En juin dernier, le président sénégalais Macky Sall avait exhorté Alias Joseph Kabila. L`ancien opposant d`Abdoulade Wade avait rappelé que l`Afrique n` pas besoin de sang pour se développer mais de la paix et la démocratie tout en précisant que ce n`est pas dans le devoir de Joseph Kabila de promettre les élections. Par contre son mandat a déjà  pris fin le 19 décembre 2016 et c`est l`ACCORD du 31 décembre 2016 qui lui a donné la chance de rester encore une année au pouvoir.

Quelle diplomatie entre Paul Kagame et son pro-consul Alias Joseph Kabila catapulté à  la tête du Congo ?

La République démocratique du Congo est sous occupation, c'est plus que la dictature ! Alias Joseph Kabila Kanambe Kazembere Mtwale et sa bande ne respectent rien ni les lois internationales, ni les droits de l'homme, encore moins la convention de Vienne. L'Etat qui n'arrive pas à  protéger ses citoyens ni son territoire, le voilà  qui pousse le bouchon trop loin...La République démocratique du Congo occupe illégalement deux parcelles de l'ambassade du Nigéria à  Kinshasa. Elle y a placé des militaires et policiers ! Comment la RDC, qui a ratifié la convention de Vienne sur les relations diplomatiques, qui est un traité international réglant les rapports diplomatiques entre États, l'immunité du personnel diplomatique et l'inviolabilité des ambassades, complétée par la convention de Vienne sur les relations consulaires, peut agir comme un Etat voyou ?

La presse coupagiste kinoise tait l'information. Pourtant, le communiqué de presse N°208/FBCP/CEI/2017 du 16 décembre, de la Fondation Bill Clinton pour la Paix (FBCP), une organisation de promotion et de défense des droits de l`Homme, de la culture de la paix et de l`éducation démocratique à  travers le monde, particulièrement en Afrique Centrale, est sans appel: "Elle conteste énergiquement contre l`occupation illégale des maisons appartenant à  l`Ambassade du Nigeria en RDC, situées respectivement au N° 36 de l`Avenue Pumbu occupée par des militaires et au N° 23 de l`Avenue Roi Baudouin, occupée par des policiers, toutes dans la Commune de la Gombe. La FBCP condamne ces occupations illégales et les actes de vandalismes et pillage susceptibles de mettre en péril les relations diplomatiques entre la RDC et la République Fédérale du Nigeria. Nous demandons aux ministres des Affaires Étrangères, de la Défense Nationale et de l`Intérieur de tout faire pour prendre des mesures qui s`imposent en vue de la libération de ces espaces diplomatiques dans un bref délai. Enfin ; la FBCP demande à  l`Auditorat Militaire de s`occuper des militaires et policiers inciviques ayant élu domicile les deux parcelles de l`Ambassade du Nigeria en RDC et leurs complices.

Londres, le Président Nigérian Muhammadu Buhari et le patriarche Julien Ciakudia Sr

La colère du patriarche Julien Ciakudia Sr

Pour le patriarche de la résistance congolaise, Julien Ciakudia qui a l'habitude d'appeler Son Excellence Muhammadu Buhari, le Président de la République Fédérale du Nigéria, "Son grand frère" ne décolère pas depuis Londres. Il dénonce le comportement provocateur de Kinshasa face à  Abuja ! L'histoire ne doit pas se répéter clame Ciakudia qui étaye avec deux exemples historiques. La provocation malicieuse n'a jamais payé en diplomatie.

L'ambassade de la France à  Kinshasa

On ne badine pas avec la diplomatie qui est un pan important de la politique internationale. Le 29 janvier 1993, l'ambassadeur de France au Zaïre, Philippe Bernard, à¢gé de soixante et un ans, avait été tué, par une balle perdue dans la capitale zaïroise, où des groupes de militaires armés sillonnaient les rues en tirant des coups de feu. La confusion était totale à  Kinshasa, où des groupes de militaires parcouraient à  vive allure les avenues du centre ville dans des véhicules militaires et civils, tirant des coups de feu et rançonnant tout ce qui se trouvait sur leur passage. 4 ans, plus tard, le Maréchal-Président Mobutu Sese Seko, qui avait autorisé ses militaires de piller le centre ville de Kinshasa, qui n'avait pas pu protéger l'ambassadeur de France, prenait la poudre d'escampette, la France, qui vivait la cohabitation Chirac-Jospin, lui ayant refusé le visa, il est mort dans un dénouement au Maroc. Et il a été enterré devant moins de dix personnes.

Idi Amin Dada

La provocation audacieuse d'un dictateur à  l'égard d'un autre pays africain rime souvent avec la riposte foudroyante. Qui a oublié la fuite piteuse de l'ogre de Kampala en 1979 ? Son Excellence le conquérant de l'Empire britannique, le maréchal-docteur Idi Amin Dada, "plus grand chef d'Etat du monde" et "dernier roi d'Ecosse" autoproclamé, président à  vie de la république d'Ouganda, commandant en chef des forces armées, président du conseil de la police et des prisons, etc. Malgré sa dictature, son zèle, ce colosse - molosse ? - de 120 kilos pour 1,90 mètre n'avait pas dépassé pas le grade de sergent-chef, le plus élevé décerné à  un indigène par l'armée britannique. Faute d'opérations militaires, le tirailleur s'entraîne sur les rings, où il excelle. Il est neuf fois champion de son pays dans la catégorie poids lourds. La situation de l'Ouganda ne cesse de se détériorer, entre pénurie et exécutions. En octobre 1978, le tyran joue son va-tout en lançant un raid en Tanzanie, pour reprendre la Kagera, un lopin de terre confisqué lors de la décolonisation et du tracé des frontières. L'armée de son ennemi juré, Mwalimu Julius Nyerere - le seul dirigeant africain qui le traite de "fasciste noir" -, lance une contre-offensive victorieuse. Le 11 avril 1979, l'ogre de Kampala prend la fuite. Après une escale à  Tripoli, il est finalement accueilli, nourri et blanchi par l'Arabie saoudite jusqu'à  son décès à  Djeddah, le 16 aoà»t 2003 en 2003.

Le patriarche Julien Ciakudia Sr à  Londres

Pour Julien Ciakudia Sr, "La République démocratique du Congo et la République Fédérale du Nigéria sont deux géants de l'Afrique qui doivent cheminer ensemble. Chacun avec ses potentialités mais en sauvegardant la vision panafricaniste du continent".

Si la République démocratique du Congo est un géant aux pieds d'argile, un géant qui s'ignore, qui se laisse piétiner par des criminels, opportunistes, extrémistes qui l'ont pris en otage, sans oublier une classe politique pourrie, corrompue et toxique...La RDC est devenu un pays en chute libre avec une volatilité macroéconomique sévère: 660 Millions$ de réserve d`échange, 54% taux d`inflation, 70% de dépréciation du FC 1575 contre $ 1, 2.2% du PIB taux d`investissements direct étrangers. Le petrol du lac Albert qu`exploite Fleurette Group 85% et 15% pour la République démocratique du Congo a été négocié par Alias Joseph Kabila et Jacob Zuma qui y plaça son neveu `` khulubuse Zuma » à  la tête de Caprikat Ltd. Un véritable outil de pillage des ressources du Congo par Alias Joseph Kabila et Zuma.

Avec plus de 190 millions d'habitants en 2017, le Nigeria est le pays le plus peuplé d' Afrique et le septième pays du monde par son nombre d'habitants. La République fédérale du Nigeria est la première puissance économique du continent africain en 2016, et la 27e au niveau mondial (PIB) selon la Banque mondial. Cela fait 9 ans que le groupe terroriste Boko Haram sème la terreur au Nigéria. Le groupe terroriste est affaibli grà¢ce à  la coalition régionale, surtout à  l'intervention tchadienne. Il continue tout de même d'opérer de semer la terreur au nord-est du pays et à  ralentir l'économie nigériane. Le Président Buhari est décidé d'en finir avec le groupe djihadiste en annonçant le déblocage de 1 milliard de dollars au profit de la lutte contre le terrorisme. Le rapport HWR a dévoilé un secret, le régime de Kinshasa fait porter aux mercenaires du M23 la tenue de la police nationale congolaise afin de tirer à  balle réelle sur des manifestants.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 23 août 2007

Les infos de proximité diffusées sur Réveil FM

Radio citoyenne de proximité, Réveil FM a pour slogan " La Radio qui vous écoute !". Implantée à  Kinshasa depuis 1999, elle donne la parole à  tous ceux qui ne peuvent s'exprimer ailleurs. Elle privilégie ceux qui vivent et subissent les événements non pas seulement ceux qui sont les acteurs. Ces informations que nous vous proposons ont été diffusée sur la première radio associative et communautaire de kinshasa le lundi 20 août 2007. Les infos de proximité ont été supervisée par Jean Paul Ilopi Bokanga sous la coordination de Ricky Mapama dont les rédacteurs sont : Fiston Kazadi, Patrice Moyi et Dibril Yongo.

Kinshasa, la capitale congolaise, a vibré les jours passés au rythme de la campagne pour le changement des mentalités. Mais comment les choses se passent-elles réellement sur terrain ? Certains indices montrent qu`en dépit de quelques résistances ataviques, elles commencent réellement à  bouger.

Au lieu de se donner les coups de coude comme à  l`accoutumée, certains Kinois commencent à  faire la file pour monter dans le bus.

En matière de la réglementation des transports en commun, certains faits démontrent que de nouvelles habitudes commencent à  élire domicile dans la mentalité kinoise. Tenez ! ce matin par exemple, en dépit de la pénurie du transport en commun, les passagers devant prendre place à  bord des bus de l`Hôtel de Ville se sont alignés en file indienne selon l`ordre d`arrivée, au niveau du rond point Super Lemba, pour aller au centre ville. Si on en juge par l`étonnement des communs des mortels devant ce spectacle inhabituel à  Kinshasa, où se donner des coups de coude et grimper par la fenêtre sont la règle pour monter dans un autobus aux heures de pointe, le comportement de ces passagers impassibles qui, au lieu de prendre d`assaut le bus, préfèrent attendre avec dignité leur tour était un signe évident que petit à  petit, les choses commencent à  aller dans le sens de l`aiguille d`une montre, surtout que le même comportement était observé chaque soir au niveau de la gare centrale pour le mouvement contraire.

Un mini-bus mal stationné arraisonné par la patrouille de Police Spéciale de Roulage, aux environs du Rond Point Ezo, sur l`avenue Université.

La circulation routière était, contrairement aux habitudes établies, dégagée ce matin sur les grandes artères de la ville province de Kinshasa. Cependant, les chauffeurs de bus et de Taxi-bus semblaient rouler avec prudence, tous leurs sens aux aguets. La raison de cette vigilance ? Les patrouilles motorisées de la Brigade routière avaient tôt le matin investi les grandes avenues de la capitale pour réguler la circulation. Gare donc à  quiconque s`hasarderait à  gêner la circulation en s`arrêtant ou en stationnant d`une manière indue. Pourtant, et pourtant, un mini-bus de marque Mercedes immatriculé KN 06313 qui allait vers Rond Point Ngaba dont le conducteur n`avait pas encore compris que `` la récréation était finie» choisit d`enfreindre avec une outrecuidance notoire le règlement. Au lieu de quitter la voie principale pour stationner, celui-ci s`arrêta carrément la chaussée pour embarquer à  la sauvette quelques passagers sans se soucier du bouchon que sont au milieu de mauvais stationnement avait créé entre le rond point Ezo et l`avenue Kianza, sur l`avenue Université. Mais `` tant va la cruche à  l`eau qu`à  la fin, elle se casse», le hors-la-loi qui narguait ainsi avec effronterie le code de la route se retrouva nez à  nez avec une jeep de la police spéciale de roulage qui le rappeler à  l`ordre. Après qu`on l` ait obligé de dégager la voie publique, au grand bonheur des usagers de la route, une contravention fut aussitôt collée à  l`incivique. La police routière a été de ce fait ovationnée par l`assistance au cri de : " Vive le changement des mentalités". Pourvu que ça dure ! .

Un chauffeur de Taxi-bus zélé qui a de nouveau entassé ses passagers à  cinq sur un banc dénoncé à  la police par un de ses clients révoltés. `` La paix se gagne», dit-on à  Kinshasa. Cette vérité est également de mise pour le confort dans les bus et taxi-bus Kinois. Il y a encore quelques semaines, pour se faire de l`argent sur le dos des clients impuissants, surtout aux heures de pointe où les gens étaient quelquefois obligés de faire la moitié de leurs parcours à  pied avant de trouver un moyen de transport, les transporteurs véreux ne se gênaient pas à  entasser leurs passagers comme des sacs de manioc à  l`intérieur de leurs engins roulants, parfois avec quelle toupet. Devant regagner à  tout prix leurs domiciles, quelques-uns voyageaient agrippés aux portières des bus tandis que certains imprudents acceptaient de se mettre débout sur les pare-chocs arrière, s`ils n`étaient pas enfouis dans les ``Ekobolo» (coffre arrières des VW Kombi) ou dans les ``Rails», c`est-à -dire débout et coincés entre la cabine du conducteur et la première rangée des passagers assis. Tout esprit sensé ne peut comprendre comment les agents de l`ordre laissent passer pareilles turpitudes sur la voie publique. Heureusement, depuis quelque moment, les autorités publiques viennent de mettre le holà  à  cette pratique abracadabrante en réglementant les conditions de voyage dans des bus, mini-bus et autres taxis. Mais ``chasser le naturel, il revient au galop», dit-on. Devant les difficultés de transport , les véhicules non en ordre ayant déserté la voie publique à  cause de la présence accrue des patrouilleurs de la brigade routière, un chauffeur d`un gros taxi-bus immatriculé KN 8O8O7 desservant la ligne Lemba - ISC Gombe a voulu profiter de cette aubaine pour se faire du beurre en recourant aux vielles manies prohibées par le gouvernement et les autorités urbaines, notamment celle de coincer les passager à  cinq sur un même banc, et quel que soit leur gabarit. Malheureusement pour lui, il n`avait pas compté avec la résistance d`un ancien patriote Maï Maï qui, au niveau de la station Elf située aux croisements des avenues Kabinda et Pierre Mulele, appelée jusqu`à  ce jour à  tort avenue 24 novembre, sortira précipitamment du bus pour héler une jeep des patrouilleurs afin de dénoncer la supercherie de ce chauffeur malhonnête. Les propos de l`ancien résistant poussèrent les policiers à  interpeller le conducteur fautif et à  évacuer du bus les cinquième de tous les bancs. En dépit de ses larmes de crocodile, le conducteur pris en flagrant délit fut contraint de se présenter au bureau de Brigade routière pour être verbalisé. Le seul sursis qu`il put obtenir est celui d`aller déposer ses passagers à  destination sous la vigilance d`un policier qui prit place à  bord. Quant au compatriote réfractaire au retour des anti-valeurs dans le transport en commun, en plus des ovations du public, il fut pris à  bord de la Jeep des patrouilleurs pour être conduit, en vrai héros, à  son lieu de travail.

Le marché Bambole à  Bandal-Moulaert a été démoli depuis le vendredi passé par les Bulldozers de Hà´tel de ville de Kinshasa

`` Dura lex sed lex, la loi est dure mais c`est la loi», dans le cadre de l`opération d`assainissement à  grande échelle de la capitale préconisée par la gouvernorat de Kinshasa, tous les marchés érigés le long de grandes artères de la capitale devraient être détruits. Le vendredi 17 août passé, cette menace devint une réalité pour le marché Bambole de Bandalungwa Moulaert. En effet, les bulldozers du gouverneur André Kimbuta Yango ont mis en exécution les mesures prises par l`autorité urbaine de Kinshasa en détruisant étalages et échoppes du marché Bambole. Comme on devait s`y attendre, cette opération a plongé dan un profond désarroi les vendeuses et les vendeurs de ce marché qui a vu le jour au début des années 70, et qui a vu son acte de décès signé le vendredi écoulé. Interrogés à  ce sujet, ces derniers ont déploré la disparition de leur lieu de commerce et imploré le gouverneur de la ville Province de Kinshasa de leur trouver un autre lieu pour s`adonner à  leur petit commerce.

Un et deux blessés graves, c`est le bilan d`un accident de circulation survenue dans la commune de Ngiri-ngiri le dimanche passé.

Un accident de circulation survenu le dimanche 19 août 07 aux environs du marché dit `` Mariano» dans la commune de Ngiri-Ngiri à  9 h 20 a provoqué un mort et deux blessés graves dont l`un d`eux a eu les deux jambes fracassées. D`après les témoins, c`est un taxi-bus VW Kombi qui a été à  l`origine de ce désastre. Roulant à  vive allure, son chauffeur qui a perdu subitement le contrôle de son véhicule s`est retrouvé d`une manière inopportune sur la voie piétonne où il a pris en fouet des passants infortunés.

Une bande des voleurs qui sèment la terreur non loin du grand marché de Kinshasa a arraché la chaînette au coup d`une dame roulant à  bord de sa voiture.

Profitant de l`embouteillage habituel au croisement des avenues Kato et Kasaï, dans la commune de Barumbu, un groupe des voleurs opérant au vu et au su de tout le monde a arraché la chaînette en or d`une dame d`un certain âge roulant à  bord de sa voiture non loin du grand marché de Kinshasa. C`était le dimanche 19 août 07 aux environs de 16 heures trente. Après leur sale besogne, la bande des délinquants s`est évanouie dans la nature en emportant un butin d`une valeur estimée à  cinq cents dollars. La population qui s`est exprimée au micro de Réveil FM reproche à  la police son laxisme qui frise, d`après elle, une vraie complicité, eu égard à  la témérité de cette fripouille qui agit sans crainte la proximité du bureau de la police installée non loin du lieu du forfait. Interrogé au sujet de ces allégations, le commandant du sous-commissariat de la police concerné a rejeté la responsabilité de cette situation aux habitants du quartier qui, d`après lui, protègent ces petits vauriens en refusant de les dénoncer à  la police. La plupart de ces malfaiteurs restent environs et sont connus de ceux qui se plaignent aujourd`hui, a-t-il confirme. Ces derniers refusent de les dénoncer à  la police par crainte des représailles ou tout simplement par solidarité avec des gens qu`ils connaissent bien. La police est souvent informée en retard de ces forfaits, et le temps d`agir, il est souvent tard. IL exhorté la population d`être le premier rempart de leur propre sécurité en aidant la police de bien faire son travail.

L'assainissement des garages sur l'espace public

L`opération d`assainissement des garages installés sur l`espace public dans les différents quartiers de la capitale a bel et bien démarré depuis le mercredi 15 août dernier. Celle-ci a rendu concrète une série des mesures prises récemment par le gouvernement provincial de Kinshasa, mesures visant à  rendre à  la Capitale congolaise sa beauté d`Antan. Quelques garages ciblés viennent de ce fait d`être évacués, notamment ceux situés le long de l`avenue Kabambare dans la commune de Barumbu ainsi que ceux installés à  côté du marché Bambole à  Bandalungwa Moulaert. Les épaves ainsi évacuées de la voie publique ont été acheminées à  la division urbaine des Travaux Publics et aménagements du territoire situés à  la 1éré Rue dans la commune de Limete. D`après Monsieur Basile Lungwana, le coordonnateur du Service Salubrité Publique de la ville de Kinshasa, ces épaves peuvent être récupérées par leur propriétaires moyennant paiement de quelques frais administratifs. Par ailleurs, les habitants des quartiers où étaient érigés ces garages de fortune ont poussé un ouf de soulagement, ces endroits étant devenus, selon leurs affirmations, des antres des voleurs. Tout imprudent qui rôdait par là  aux heures tardives se voyaient en effet dépouillés de ses biens, surtout de leurs appareils téléphoniques portables très prisés par les malfrats. Il en était de même pour les jeunes filles qui y étaient parfois violés par des voyous qui avaient élu domicile dans les guimbardes abandonnées qui foisonnaient en ce lieu. Raison pour laquelle ces derniers ont exprimé leur gratitude au micro de Réveil FM aux autorités urbaines. Quant aux garagistes qui ont vu leur gagne-pain s`envoler comme de la fumée, tout en s`inclinant devant les décisions des autorités urbaines, ils ont demandé à  ces dernières de leur trouver une pièce de rechange, c`est-à -dire un lieu où ils pourront vaquer à  leurs occupations, maintenant que leurs garages n`ont plus droit de cité sur la voie publique. `` Détruire, c`est bien, mais construire, c`est mieux », ont-ils dit d`un ton dépité.

Vive controverse autour de la gratuité de l`enseignement primaire

Les parents d`élève ont accueilli avec une réelle satisfaction l`annonce du chef de l`état sur la gratuité de l`enseignement primaire pour l`année scolaire 2007 - 2008, annonce faite lors de son dernier passage à  Kananga dans la province du Kasaï occidentale. Cela va d`ailleurs va de pair avec l`article 43 de la constitution qui stipule : l`école primaire est obligatoire et gratuite. L`application de cette disposition légale pourra baisser le taux de perdition scolaire suite à  l`incapacité de beaucoup de parents de faire face aux frais scolaires devenus vraiment exorbitants face à  leur pouvoir d`achat décadent, ont renchéri la plupart des parents interrogés par Réveil FM. Cependant, cet enthousiasme devient de plus en plus sujet à  caution au regard de l`exigence des enseignants qui conditionnent l`application de cette gratuité à  celle du barème de Mbudi, lequel n`a pas encore rencontré l`assentiment du gouvernement. Se confiant en effet à  Réveil FM, quelques enseignants ont estimé que l`Etat doit d`abord commencer par la régularisation de leurs situations salariales avant d`envisager quoi que ce soit à  ce sujet.

Lire la suite...

Partager sur : Partager