Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Libération

Fil des billets Fil des commentaires

vendredi 6 août 2021

Vita Kimpa: Mama Océan, vaillante et résistante pour la Libération de la RDC !

Vita Kimpa: Mama Océan, vaillante et résistante pour la Libération de la RDC !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International 

Freddy Mulongo-Mama océan 1.jpg, août 2021

Elle est vaillante et brave, Mama Océan a une voix qui porte. Très active sur les réseaux sociaux pour la libération du Congo contre l'occupation. A la manière de la prophète Vita Kimpa, Mama Océan, micro en main devant son caméraman Kabuya, excelle dans l'éveil de la résistance patriotique face aux fourberies d'endormissement du peuple congolais par des politicailleurs corrompus et occupants.

freddy-mulongo-mama-ocean

Mama Océan excelle, sur les réseaux sociaux, dans l'éveil de la résistance patriotique de ses compatriotes. Elle est sur terrain à Kinshasa avec tous les risques sur sa sécurité personnelle et celle de sa famille. Elle se prive de tout pour mener son combat de libération. Mama Océan a perdu sa fille de 16 ans par assassinat, son fils a eu ses testicules frôlées par des balles. Il a arrêté ses études en troisième graduat par manque des moyens. Et pourtant tout le monde clame que la RDC est un scandale géologiques. A qui profitent les ressources du Congo ?

freddy-mulongo-mama-ocean-1

Mener le peuple congolais en bourrique, l'endormir alors qu'il doit être éveillé voire réveillé est insupportable pour Mama Océan Vaillante, avec un courage inouï et culotté, qui manque aux mangéristes politicailleurs, ventriotes et profito-situationniste congolais qui écument la classe politique congolaise, Mama Océan mène la guerre contre l'occupation en République démocratique du Congo. Pas avec une Kalachnikov ou un Tomahwak, mais simplement et uniquement avec des  paroles libératrices avec son micro et sa caméra.  

C'est la force de destin ! Alors qu'elle était déjà partie pour ne plus revenir. La force de l'amour de la patrie s'est ancrée bizarrement en elle. En 2017, à Dungu, en Angola, Mama Océan a écouté le grand discours de Mobutu qui pris la défense de l'Afrique, aux Nations Unies en 1974. Il s'était mis à dos les occidentaux.  

Mobutu a tenu un discours mémorable. Resté aujourd’hui dans la liste élogieuse des plus grands discours du XXe siècle. Quelques extraits:

« On ne peut non plus justifier l’appellation de « tiers-monde » sous l’angle géographique ni sous l’angle des populations, car le tiers-Monde ne constitue pas le 1/3 de l’humanité mais plutôt les 2/3″, « le terme de « tiers-Monde » s’accompagne d’une idée de mépris. Par conséquent, cette appellation est surannée. Pour les gens qui l’ont inventé, il existe des pays qui forment le Bloc de ce qu’on appelle l’Ouest et les autres qui forment le Club de ce qu’on appelle l’Est. En dehors de ceux-là, on met tous les autres dans le même panier sous le vocable de « tiers-Monde ». Le mépris qu’éprouvent certains pays colonialistes ne s’arrête pas là, car ils avaient commencé par appeler les pays dits du tiers Monde : « pays arriérés ! »

freddy-mulongo-mama-ocean-2

« Au Zaïre, nous nous demandons ce que signifie exactement le développement. Peut-on appeler « Pays Développés », des pays qui possèdent un nombre impressionnant de voitures, qui construisent des milliers de kilomètres d’autoroutes, qui polluent les eaux, les mers et l’air ? Faut-il appeler « Pays Sous-Développés », ceux dont les habitants sont pauvres, certes, mais équilibrés ? Où l’on compte moins de cas de suicides ? Où il y a moins de meurtres, et moins de déséquilibrés et de sadiques ? Je vous avoue que je n’ai jamais considéré le Zaïre, mon pays, comme sous-développé. Car mon peuple est discipliné, travailleur, digne et fort. Alors que les pays qui se disent développés sont le théâtre de désordres sociaux, de grèves sauvages. C’est pourquoi nous préférons au terme de « développement » celui « d’équipement ». »

« Le monde se divise en deux camps : les dominés et les dominateurs, les exploités et les exploiteurs. Les pays pauvres ne le sont pas par incapacité congénitale, ils le sont par suite de l’histoire, qui a fait que certains pays ont dominés, exploités et pillés d’autres pour s’enrichir. Quand le riche devient toujours plus riche, et c’est de la logique mathématique, quand le riche exploite le pauvre, le riche devient de plus en plus riche, et le pauvre, de plus en plus pauvre…

freddy-mulongo-mama-ocean-3

De Dungu en Angola, Mama Océan a marché jusqu'à Tshikapa, en passant par Kamonia: 150 Km à pied ! Malgré ses blessures aux pieds et la fatigue, elle était déterminée à rentrer à Kinshasa, abandonnant l'espoir d'une vie meilleure ailleurs qu'au Congo. Elle avait fait le droit, elle va s'inscrire à l'UPN en communication. Elle veut communiquer mais pas n''importe quelle communication. Mama Océan veut que les Congolais prennent conscience de la grandeur du Congo. Comment faire ? Elle pense faire des émissions sur le développement du Congo. Très vite, Mama Océan se rend compte que ce n'est pas ça. C'est l'amour de la patrie qu'il convient. Dans sa débrouillardise, elle trouve un ami qui lui crée sa chaîne Youtube ! Elle se perfectionne. Avec des moyens de bords, sans soutien au pays, avec l'aide de quelques Congolais de la diaspora, elle affûte sa mission: contribuer à la libération du pays de l'occupation. L'océan a cette capacité de rejeter les déchets en son sein. Mama Océan  de la presse congolaise rejette les impostures et usurpations de la classe politique congolaise. Elle est couverte de l'esprit libérateur de Mvulunzi Kimbangu Diantungunua. Mama Océan brave tous les dangers, elle ne recule devant rien. Animatrice reconnue, elle passe incongnito. Sa vie ne tient qu'à sa vigilance quotidienne. Elle s'est donnée des règles de vie pour continuer de vivre dans un environnement hostile.  Mama Océan a beaucoup perdu dans ce combat de libération. Elle n'a jamais baissé les bras. 

Lire la suite...

Partager sur : Partager

mardi 21 janvier 2020

ONU: 75 ans après la libération d`Auschwitz, le travail de mémoire doit continuer !

Cette année, pour marquer le soixante-quinzième anniversaire de la libération du camp de concentration nazie d`Auschwitz-Birkenau, l`ONU Genève et ses partenaires mettent l`accent sur l`importance continue d`une action collective contre l`antisémitisme et toutes autres formes de préjugés avec un programme d`activités riche et varié à  l`occasion de la Journée internationale dédiée à  la mémoire des victimes de l`Holocauste, célébrée annuellement le 27 janvier.

Rescapé de l`Holocauste, Paul Sobol, 93 ans, de Bruxelles, sera l`invité d`honneur à  la cérémonie officielle qui se tiendra au Palais des Nations le 27 janvier 2020. Arrivé à  Auschwitz en 1944, à  18 ans, il est fait esclave des SS. Le matriculé B3635 réussira à  s`échapper de ses tortionnaires en janvier 1945 et retournera en Belgique pour y retrouver sa sœ“ur, qui aura aussi survécu ; il ne reverra jamais les autres membres de sa famille. Le journaliste Xavier Colin s`entretiendra avec lui à  16h dans la salle des Assemblées du Palais des Nations.

Mémorial de Yad Vashem à  Jérusalem. Réveil FM international, photo archive

Barbara Brix et Ulrich Gantz, descendants d`officiers nazis, ont découvert le lourd passé de leur père en grandissant dans l`Allemagne d`après-guerre. Membres de l`association `` Amis du Mémorial de l`ancien camp de concentration de Neuengamme» et très engagés dans le travail de mémoire, ils affrontent aujourd`hui leur passé. Ils rejoindront Jean-Michel Gaussot et Yvonne Cossu, descendants de résistants déportés, lors d`une discussion le 29 janvier à  l`Université de Genève (UNI Mail). L`événement fait partie du programme 2e Génération, présenté par la Coordination intercommunautaire contre l`antisémitisme et la diffamation (CICAD) et le Service de l`information des Nations Unies à  Genève, avec le soutien de la Confédération suisse et la Mission permanente de France auprès de l`ONU Genève.

Mémorial de Yad Vashem à  Jérusalem. Réveil FM international, photo archive

L`impressionnante installation N`oublions pas, du réalisateur et photographe italo-allemand Luigi Toscano, sera présentée au Palais des Nations et à  Place des Nations du 24 au 31 janvier. Pendant une année, l`artiste est allé à  la rencontre de rescapés de l`Holocauste pour prendre leur photo avant qu`ils ne disparaissent. Les photos grande dimension de ces rescapés, vivant aujourd`hui en Allemagne, aux Etats-Unis, en Israà«l, en Russie et en Ukraine, rappellent aux visiteurs, sur le plan humain et émotionnel, les atrocités de l`Holocauste. Plus d`un million de personnes ont déjà  vu l`exposition à  Berlin, à  Kiev, à  New York, à  Washington et à  Vienne. L`exposition à  Genève est présentée par l`Union européenne, les missions permanentes d`Autriche et d`Allemagne, le Haut-Commissariat de l`ONU aux droits de l`homme et le Congrès juif mondial.

Enfin, la Journée internationale dédiée à  la mémoire des victimes de l`Holocauste sera aussi marquée par la projection de films. La mission permanente de Russie présentera le 23 janvier à  12h30 le documentaire Les hommes de Trawniki, qui relate comment des prisonniers désespérés de sortir de leur condition ont accepté de se joindre aux soldats SS en intégrant leur camp d`entraînement mis en place par Heinrich Himmler dans la petite ville polonaise de Trawniki en 1941. Pour sa part, la mission permanente de Croatie présentera le film oscarisé La Liste de Schindler le 27 janvier à  midi. Ces deux films seront projetés dans la salle de cinéma (salle XIV) du Palais des Nations. Pour assister, veuillez contacter les missions permanentes russe et croate pour les détails.

Ciné ONU Genève présentera le 4 février prochain, au Cinérama Empire, Le comptable d`Auschwitz (The Accountant of Auschwitz). Le documentaire raconte le procès en 2015 d`Oskar Grà¶ning, 93 ans, inculpé de complicité dans le meurtre de 300 000 Juifs dans le camp de concentration et d`extermination d`Auschwitz-Birkenau de l`Allemagne nazie.

Lire la suite...

Partager sur : Partager