Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

vendredi 21 février 2020

RDC: "L'Etat congolais doit à papa Lufwa 1 400 000$ pour son batteur de Tam-Tam de 1969 à aujourd'hui" dixit Shakakongo de Asbl Artiste en danger !

RDC: "L'Etat congolais doit à papa Lufwa 1 400 000$ pour son batteur de Tam-Tam de 1969 à aujourd'hui" dixit Shakakongo de Asbl Artiste en danger !

Freddy Mulongo, Réveil FM International

freddy-mulongo-lufwa-3.jpg, fév. 2020

La République démocratique du Congo ne commence pas avec le régime Tshilombo-Alias Kabila. Le pays peut changer de nom, la République c'est la continuité, le respect et la sauvegarde de notre patrimoine. Chapeau bas à Shaka Kongo de l'Asbl Artiste en danger, qui a été auprès de papa Lufwa, depuis sa chute dans sa maison de l'UPN et à l'hôpital pour son bassin fracturée, il n'a pas pu supporter l'opération. Depuis son décès, Shaka Kongo se débat comme à l'accoutumée que le concepteur du batteur de Tam-Tam ait des obsèques dignes de la République.

freddy-mulongo-lufwa-5.jpg, fév. 2020

De 1969 à aujourd'hui, pour ses droits d'auteur du batteur de Tam-Tam de la Fikin, l'Etat congolais doit à papa Lufwa dont le corps traîne encore à la morgue de la clinique kinoise, la bagatelle somme de 1 400 000 dollars américains. Il paraît que l'OGEDEP a accepté de payer la somme de 500 000 dollars américains, pourquoi ne paye-t-il pas cette somme ?

Jusqu'à quand l'Etat congolais peut continuer à se fourvoyer ? Un peuple qui n’honore pas ses morts n’a plus d’avenir. D’autres viendront, qui progressivement prendront la place des amnésiques. Le Congo n'existe pas avec uniquement le gouvernement actuel.

freddy-mulongo-lufwa-4.jpg, fév. 2020

Le patrimoine est l'héritage commun d'un groupe ou d'une collectivité qui est transmis aux générations suivantes. Il peut être de nature très diverse : culture, histoire, langue, système de valeurs, monuments, œuvres artistiques...

Pourquoi se soucier des restes inertes de ceux qui nous ont précédés, et qui n’éprouvent plus rien ? Ceux qui pensent ainsi ont tort. Un pays n’est pas seulement la propriété de ceux qui y vivent ; mais aussi de ceux qui y ont vécu ! La vie des morts est de survivre dans l’esprit des vivants disait Cicéron et, plus près de nous, Chateaubriand : Les vivants ne peuvent rien apprendre aux morts ; les morts, au contraire, instruisent les vivants.

Il existe un lien charnel entre la terre et les morts. C’est que la terre du Congo n’est pas seulement la propriété des quatre-vingt millions de personnes qui y vivent aujourd’hui, elle appartient aussi au milliard d’êtres humains qui, depuis l’aube des temps historiques y ont vécu, travaillé, souffert, aimé, et qui, si souvent, ont donné leur vie pour elle.

En honorant nos morts, en respectant la dernière et intangible demeure, à laquelle ils ont droit, nous nous relions à eux, qu’ils fussent riches ou pauvres, glorieux ou humbles : Dona eis, Domine, requiem sempiternam.

Ceux qui méprisent nos morts glorieux ou non passeront comme s'ils n'avaient pas existé sur cette terre des hommes. Les Congolais qui voient la statue de patrice Émery Lumumba à Limeté, celle de M'zée Laurent-Désiré Kabila au palais de la nation devant son mausolée ou encore celle du Président Kasa-Vubu au rond point-Kimpwanza savent-ils que papa Lufwa envoyé par le gouvernement congolais, en Corée, y a été pour retoucher les trois statues ?

Papa Lufwa, pour ses 97 ans et son anniversaire, il avait fait des batteurs de Tam-Tam en miniature pour ses invités, malheureusement il est parti avant.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

RDC: 1 mois déjà que la dépouille de papa Lufwa, célèbre sculpteur et concepteur du batteur de Tam-Tam de la Fikin, traîne encore à la morgue!

RDC: 1 mois déjà que la dépouille de papa Lufwa, célèbre sculpteur et concepteur du batteur de Tam-Tam de la Fikin, traîne encore à la morgue!

Freddy Mulongo, Réveil FM International

freddy-mulongo-lufwa.jpg, fév. 2020

Angwalima Tshilombo Pétain Bizimungu "Tshintuntu-Tshifueba" a-t-il volé le destin du peuple congolais uniquement pour son ventre, sa famille de Bena Mpuka et ses voyages touristiques ?

freddy-mulongo-lufwa-2.jpg, fév. 2020

Papa André Lufwa Mawidi, sculpteur du célèbre "Ekeko y’a FIKIN" s’est éteint, le lundi 13 janvier 2020, dans l’après-midi à l’hôpital HJ Hospital à Kinshasa. Depuis , sa dépouille est toujours à la morgue. Aucune organisation de l'Etat congolais pour honorer ce grand homme, qui de son vivant, malgré ses 95 ans d’âge, a toujours réclamé ses droits d’auteur de sa géante œuvre à la Foire International de Kinshasa (FIKIN).

Lire la suite...

Partager sur : Partager