Réveil FM, la première radio libre et citoyenne de Kinshasa en République démocratique du Congo !

Mot-clé - Martin luther king

Fil des billets Fil des commentaires

lundi 28 septembre 2020

RDC: Martin Fayulu est le Président Élu que l'on intimide pas avec une convocation à la justice !

RDC: Martin Fayulu est le Président Élu que l'on intimide pas avec une convocation à la justice !

Freddy Mulongo Mukena, Réveil FM International

freddy-mulongo-fayulusoldatdupeuple-62.jpg, sept. 2020

freddy-mulongo-fayulusoldatdupeuple-62

La reculade d'une justice tribaliste, tribalisée et aux ordres dans un non-Etat n'est que la conséquence d'un régime d'imposture et d'usurpation de Tshilombo Angwalima Tshintuntu Tshifueba.

Les laboratoires de l'Udps spécialisées dans des Fake News ont lamentablement échoué. La présidence usurpée de Tshivube Angwalima Tshilombo Tshintuntu Tshifueba

La reculade d'une justice tribaliste, tribalisée et aux ordres dans un non-Etat n'est que la conséquence d'un régime d'imposture et d'usurpation de Tshilombo Angwalima Tshintuntu Tshifueba.

Voler l'élection de Martin Fayulu, Président Élu et vouloir l'humilier avec une convocation pour outrage au chef de l'Etat. Et lorsque le peuple congolais décide d'amener le Président Élu au Palais de la Nation et non au palais de l'injustice...le régime se rebiffe. La convocation de Martin Fayulu était fausse ! Il aura fallu attendre 4 jours pour se coucher.

Le régime de Tshilombo finira mal. A force des bévues, provocations et viols de la Constitution...Angwalima qui s'appuie sur ses frères tribaux risque de pleurer.

Martin Fayulu est le Président Élu du peuple congolais. 62% à l'élection présidentielle plus les 30% déçus de la mauvaise gouvernance de la Replubica par Tshilombo et ses checkuleurs, faussaires, jouisseurs tribaux, Martin Fayulu est déjà à plus de 92% de Congolais qui sont avec lui.

Lire la suite...

Partager sur : Partager

jeudi 3 avril 2008

Martin Luther King: 40 ans après, the Dream come true ?

Il y a quarante ans, l'apà´tre de la cause noire, était assassiné. Aujourd'hui, la candidature Obama suscite de l'espoir dans les populations marginalisées. Fils et petit-fils de pasteur, Martin Luther King est devenu un des plus grands défenseurs des droits de l'homme et de la paix de ce siècle. Elevé dans une société régie par la ségrégation au sud des Etats-Unis, il va très vite lutter en faveur de l'intégration des Noirs dans la société américaine.

Le pasteur Martin Luther King assassiné le 4 avril 1968

Son action commence en 1955, lors de l'affaire du boycott des transports publics de Montgomery et se poursuit dans la revendication des ``Civil Rights» (droits civiques). Arrêté, injurié, menacé de mort, sa maison dynamitée, il ne cesse de prà´ner le recours à  la non-violence : Rassemblements, marches (comme celle de Washington - plus de 250'000 marcheurs de la paix -), sit-in, manifestations et désobéissance civile. Il se bat également pour l'obtention des ``Social Rights» (droits sociaux), car les Noirs se trouvent trop souvent dans la misère.

En 1964, il est le plus jeune lauréat du Prix Nobel de la paix a être récompensé : il n'a que 36 ans. Cette récompense traduit bien l'importance de l'engagement de cet homme charismatique en faveur des droits de l'homme et de la paix. En 1968, à  Memphis (Tennessee), M.L. King est assassiné, alors qu'il vient soutenir une grève des éboueurs de la ville. L'enquête est menée de façon hà¢tive, son assassin est rapidement arrêté, jugé et condamné à  la prison à  perpétuité (en 1996, alors qu'il est atteint d'une maladie incurable, il affirme qu'il faisait partie d'une conspiration…!).

`` Nous sommes une nation meilleure qu'il y a quarante ans », déclare cette semaine, dans le magazine Time, le révérend Jesse Jackson, trois fois candidat malheureux à  l'investiture démocrate. `` Désormais nous devons nous concentrer sur le développement économique pour refermer la plaie », poursuit l'ancien leader noir des Droits civiques.

Si, depuis l'assassinat du pasteur Martin Luther King, à  Memphis, le 4 avril 1968, par un repris de justice (James Earl Ray), les États-Unis ont réalisé d'indéniables progrès pour la reconnaissance des populations afro-américaines, le fossé reste pourtant énorme, notamment en matière économique et sociale. Et si, pour la première fois de toute l'histoire du pays, un métis, Barak Obama, né de père kényan, a de bonnes chances de représenter le camp démocrate pour la présidentielle de novembre prochain, les tensions sont toujours vives entre communautés noires et blanches.

Moins centrale que dans les années 1960, la question raciale est donc toujours d'actualité aux États-Unis. Tant il est vrai que la très grande majorité des Afro-Américains - qui représentent moins de 15 % de la population - font encore partie des catégories les plus défavorisées : un quart d'entre eux vivent sous le seuil de pauvreté, leurs revenus sont en moyenne 40 % inférieurs à  ceux des Blancs et moins d'un quart des 18-24 ans étudient à  l'université.

Lire la suite...

Partager sur : Partager